l’Actionuniversitaire                     ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°236 ❚ avril 2004 ❚ 2 E...
blissements en ZEP servent voient une fois avec leurs échec scolaire sont accueillis etprincipalement à réduire le parents...
❚ Elections au C ROUS                                                            ❚   BrèvesL’U N I gagne deux sièges      ...
❚    Elections européennes                                                                                                ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Action universitaire - avril 2004

162 vues

Publié le

AU 236

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
162
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Action universitaire - avril 2004

  1. 1. l’Actionuniversitaire ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°236 ❚ avril 2004 ❚ 2 Euros ❚ Le bilan économique des ZEP ? Par Guéric Jacquet L es ZEP (Zones d ’ E d u c a t i o n que leur bilan était très mitigé, voire négatif mais ce dernier n’a la Cour des Comptes sur la ges- tion du système éducatifPrioritaires) ont été créées en eu aucune conséquence sur la (2003), elles rassemblaient,1982 par Alain Savary, héroïque conduite de cette politique. avec les réseaux d’éducationMinistre de l’Education prioritaire (REP) créés enNationale de 1981 à 1998, 18 % des écoliers et1984 qui ne supportait 21 % des collégiens, soit 1pas l’inégalité entre les 800 000 élèves (un élèveélèves du public et du sur cinq). En 2002, le coûtprivé, mais qui s’accom- budgétaire des moyensmodait très bien de l’in- supplémentaires allouéstroduction de discrimi- aux ZEP s’est élevé à 516nations positives. La Millions d’Euros, soit 5 %création de Zones du budget de fonctionne-d’Education Prioritaires ment de l’enseignementconsiste à accorder des scolaire.moyens supplémentaires - Les ZEP n’ont surtoutaux écoles implantées aucun effet économique etdans les quartiers diffi- éducatif significatif. Uneciles, dont les enfants souffrent étude de l’INSEE montre questatistiquement le plus de lé- Le Bilan des ZEP l’existence d’une ZEP ne modi-chec scolaire, afin de mener fie pas sensiblement le taux deune pédagogie plus adaptée. Par Leur bilan peut se résumer faci- passage en 4e et en 2nde ainsiconséquent, le nombre délèves lement : que le taux de succès au bacca-par classe est réduit, les ensei- - Les ZEP introduisent une dis- lauréat. La synthèse des étudesgnants bénéficient dune petite crimination territoriale qui crée internationales montre que laprime salariale (de l’ordre de un cycle d’effets pervers comme réduction du nombre d’élèves1000 euros par an) et dun l’ont prouvé récemment “les par classe et l’augmentation deavancement de carrière en théo- conventions ZEP de Sciences la dépense par élève n’ont pasrie facilité. Pô”, rompant avec la logique d’effet réel sur leur probabilité républicaine de l’éducation d’allonger leurs études et surA l’occasion du vingtième anni- nationale. l’augmentation de leurs revenusversaire des ZEP en 2002, un - Les ZEP ont un coût financier futurs . Pourtant, les 10% sup-consensus s’est formé sur le fait prohibitif. Selon le rapport de plémentaires du budget des éta- UNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 8, rue de Musset - 75016 Paris - + 01.45.25.34.65 - fax. : 01.45.25.51.33 Directeur de la publication : J. Rougeot - CPPAP 51358 - dépôt légal deuxième trimestre 2004L’action universitaire - page 1
  2. 2. blissements en ZEP servent voient une fois avec leurs échec scolaire sont accueillis etprincipalement à réduire le parents, pour un coût moyen de logés dans des institutions déli-nombre d’élèves vrant des cours, unpar classe. Egalité des chances : apprentissage pro-Pourquoi les ZEP l’ESSEC explore une nouvelle voie fessionnel et des activités périscolai-ne servent-elles res favorisant l’au-donc à rien sinon à Depuis la rentrée 2002-2003, l’ESSEC a mis en place, à titre todiscipline. Lesatisfaire les bon- expérimental, un programme novateur baptisé « Une prépa, coût de ce pro-nes consciences une grande école : pourquoi pas moi ? ». L’objectif est d’ac- gramme est très(selon la FSU, le croître les chances de jeunes originaires de milieux défavori- élevé (16 500 eurosbilan est positif car sés de poursuivre des études supérieures en classe prépara- par jeune, soit lesans elles les inéga- toire en vue de préparer les concours d’entrée des grandes double de la dépen-lités se seraient cer- écoles, en les accompagnant pendant les 3 années de lycée. se moyenne partainement creu-sées…) ? Ce programme est ouvert à 22 élèves de seconde, sélection- élève du secondaire en France) maisTout simplement nés par leur lycée en fonction de leurs bons résultats scolai- augmente enparce que la poli- res et de leur origine modeste. Une dizaine d’étudiants moyenne leur reve-tique égalitaire du volontaires, formés et soutenus par des professeurs de nu disponible desaupoudrage est l’ESSEC, sont devenus les « tuteurs » de ces lycéens issus de 4 établissements du nord-ouest de l’Ile de France. Cette 15% et réduit leurinefficace ! Donner démarche est, par ailleurs, complétée par un tutorat assuré taux d’arrestationun petit peu à tous par un professeur du lycée d’origine, afin de garantir la com- de 20%.ceux qui sont dans plémentarité entre le programme proposé par l’ESSEC et lele besoin crée non Les études écono- parcours scolaire des lycéens.pas des résultats miques nous ensei-concrets et perti- gnent qu’il est pos- Pendant trois ans, un après-midi par semaine accompagnésnents mais un défi- par leurs tuteurs, ces élèves assistent à des visites culturelles, sible d’avoir decit public et des participent à des discussions de groupe sur des sujets d’ac- meilleurs résultatsfrustrations, à la tualité, découvrent le monde de l’entreprise, font l’apprentis- pour un coût maî-fois des élèves sage de la prise de notes ou de la prise de parole en public. trisé à trois condi-ayant l’impression Enfin, pendant les « petites vacances », ils s’engagent à suiv- tions :d’être délaissés et re un séminaire consacré à la publicité, un stage d’expres- - Le public ciblédes enseignants qui sion théâtrale et corporelle, ou encore une sensibilisation à doit être sélection-comprennent qu’ils la philosophie économique. né et doit être plusont servi de miroir réduit.aux alouettes. 1000 euros par jeune suivi. - Les fonds doivent Comment concilier (Des expériences semblables être investis dans des activités sont menées en France, notam- de soutien permettant de déve- alors l’aide aux plus ment par l’ESSEC (cf. encadré lopper la responsabilisation et démunis et une cultu- ci-dessus). L’importance des la socialisation et non pas dansre de résultat républi- moyens mis en œuvre sur un la réduction des effectifs. caine ? groupe très ciblé a des effets - Les dispositifs doivent être considérables en 18 mois évalués et il faut pouvoir modi- fier ou supprimer le programmeLes Etats-Unis ont soutenu deux (diminution de la consomma- en cas d’échec.programmes qui fonctionnent et tion de drogue de 50%, de lapourraient nous inspirer. consommation d’alcool de 30%, Il faut aujourd’hui oser mettreL’association “Big Brother, Big augmentation des résultats sco- fin aux ZEP. Il ne s’agit pas deSister” organise des tutorats laires et amélioration des rela- supprimer un symbole maisauprès de jeunes en difficultés tions avec les parents). simplement de tirer les consé-entre 10 et 16 ans issus de quences de cet échec.familles monoparentales. Les L’expérience des “Jobs Corps”tuteurs rencontrent 3 heures est également intéressante. 60par semaine les enfants et les 000 jeunes de 16 à 25 ans en page 2 - L’action universitaire
  3. 3. ❚ Elections au C ROUS ❚ BrèvesL’U N I gagne deux sièges Chirac réaffirme son engagement enLes élections des représentants étudiants aux conseils d’administration des faveur de l’égalitéCROUS qui se sont déroulées entre le 29 mars et le 2 avril ont été mar-quées par une hausse de la participation qui atteint 8,19 % soit 2,66 points des chancesde plus qu’en 2002 (5,53 %). 172 688 étudiants se sont ainsi rendus aux le p r é s i d e nt de laurnes. République a réaffirmé,Les résultats en métropole mardi 27 avril, à l’occa-renforcent la bipolarisation L’UNI numéro 1 à sion d’un discours devantdu monde étudiant entre le corps pr é f e c t o r a l q u el’UNI et l’UNEF. Dans un La Réunion l e s p o l i t iques en faveurcontexte plus difficile pour la de la cohésion nationaledroite qu’en 2002, l’UNI pro- L’UNI obtient 3 sièges en réalisant 42,32 doivent être une prioritégresse de deux sièges (10,5 % % des voix. Elle demeure le 1er mouve- absolue. Jacques Chirac ades voix) pour atteindre 14 ment sur l’Ile en arrivant en tête devant la ainsi annoncé que dessièges. Cette progression vient liste de « l’ADER » (FAGE) qui obtient mesures devraient êtreconfirmer les bons résultats 32.15 % et « Etudiants 2000 » (UNEF) prises en faveur de l’égali-déjà réalisés en 2002. avec 25,53 %. Par ce résultat, l’UNI confir- té des chances afin que me sa bonne implantation dans l’acadé- “L’Ecole retrouve tout sonL’UNEF, quant à elle, ne par- mie. rôle dans la promotionvient pas réellement à « sur- individuelle des français”.fer » sur les résultats de la Ce scrutin consacre aussi l’engagement degauche au niveau national et l’UNI en faveur du “passeport mobilité” Le Conseil d’Etatse maintient à 39 % des suf- pour les étudiants des DOM-TOM. Cefrages, ce qui en raison du rejette la demande programme, dont elle est à l’origine, vientmode de scrutin, lui permet de réintégration d’être consacré par un accord signé entremalgré tout de gagner 11 siè- le CNOUS et le Conseil Général, qui pré- d’une élève portantges. Cependant, ce résultat ne voit tout un dispositif d’accueil pour les le foulardcompense pas totalement le étudiants réunionnais primo arrivants enrecul enregistré par l’UNEF métropole. Le conseil d’Etat a rejetéen 2002. en référé la requête desLes corpos (FAGE, PDE) perdent 7 sièges et 4 points, passant de 22,88 % parents d’une collégiennedes suffrages exprimés à 18,71 % et ont souffert de la hausse de la partici- portant le foulard quipation. demandaient à ce que leur fille puisse être réintégrée. Le recul des listes communautaristes La haute juridiction a esti- mé que “si la possibilité d’exprimer sous des for-La hausse de la participation aura finalement été fatale aux listes commu- mes appropriées sesnautaristes qui s’étaient multipliées à l’occasion de ce scrutin. Les EMF, convictions religieusesnotamment, perdent 9 élus et ne conservent que deux sièges. Le nombre de constitue une liberté fon-votants qui s’est porté sur leurs listes est sensiblement le même qu’en 2002 dammentale, il n’apparaît(7512 voix), ce qui témoigne de leurs difficultés à élargir leur base électo- pas qu’une atteinte illégalerale au-delà de leur « réseau ». à une telle liberté puisseToutefois, ces résultats ne doivent pas faire oublier que le développement être relevée à l’encontrede cette organisation confessionnelle et prosélyte est bien réel sur les cam- de l’Etat”. Elle confirmepus français. C’est pourquoi, les élus de l’UNI se mobiliseront dans les pro- ainsi le jugement de lachaines semaines pour faire adopter une charte contre le communautaris- cour administrative d’ap-me dans les œuvres scolaires et au sein des universités. pel de Strasbourg. page 3 - L’action universitaire
  4. 4. ❚ Elections européennes ❚ Brèves La DST s’oppose à un Lâchons du Lest !! stageÀ l’occasion du lancement de la goïsme de tous ceux qui ont fait Un étudiant libanais, prochecampagne européenne, la gauche de la « défense des acquis sociaux des frères musulmans et spé-française s’est une nouvelle fois » un dogme mortifère. cialiste du piratage informa-distinguée de ses homologues tique s’est vu refuser un stageeuropéens C’est pour- dans un laboratoire travaillantpar son quoi, l’UNI pour l’espace et la défensearchaïsme, (droite uni- suite à une enquête de la DST.son art versitaire) L’université de Rennes, oùconsommé en partena- étudie cet étudiant, a reçu unede la déma- riat avec injonction de la part des ser-gogie et du l’EDS (pre- vices du contre-espionnage«toujours mière orga- français interdisant l’accès àplus ». nisation ce dernier pour des raisons de étudiante sécurité des laboratoires tra-Alors que la en Europe) vaillant pour la défense ouFrance paye lance une dans des “secteurs de poin-encore la campagne tes”.gabegie d’affiches àsocialiste 5 0 . 0 0 0 Mauvais perdants !qui l’a lour- exemplai-dement res, intitulée Une cinquantaine d’élèves dehandicapée “Pour une l’ENA dénoncent dans une let-dans la F r a n c e tre ouverte le fait que parmicompétition dynamique les quinze premiers de leureuropéen- en Europe, promotion, on retrouve cinqne, l’UNI lâchons du fils d’énarques et un petit-filsinvite les Lest !” de ministre. C’est donc toutélecteurs à profiter des élections naturellement que ces der-européennes pour lâcher du lest. niers envisagent de déposer un recours pour rupture d’é-C’est seulement, libérée des bou- galité. Comme quoi, lelets du socialisme (35 heures, meilleur moteur de l’égalita-emplois-jeunes non financés...), risme reste bien l’envie et laque la France pourra se réformer jalousie.et dépasser le corporatisme et l’é- l’Action Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . universitaire LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . 8, rue de Musset 75016 Paris Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etablissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . ✆ 01.45.25.34.65 ❏ désire s’abonner à l’Action universitaire 38 euros (un an) fax : 01.45.25.51.33 ❏ désire souscrire un abonnement de soutien à partir de 230 euros : . . . . ❏ désire soutenir financièrement l’UNI et verse : ❏ 300 euros ❏ 500 euros ❏ 1.000 euros ❏ . . . . . . . euros Imprimé par nos soins ❏déclare adhérer à l’UNI 35 euros (lycéens 5 euros, étudiants 10 euros, membre bienfaiteur 100 euros, cotisation de soutien à partir de 200 euros) CCP 30 075 33 Y Orléans La Source Date et signature : page 4 - L’action universitaire

×