l’Actionuniversitaire                      ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°235 ❚ mars 2004 ❚ 2 E...
François Bayrou. Pour pimenter“ L’action du gouverne-                   son acharnement d’un peu d’hu-            Voilà de...
re : mon voisin a toujours trop        qu’il s’agisse de la canicule, des      premières manifestations d’uned’avantages, ...
ger de cap par rapport aux décen-                                         conduit à resserrer les rangs                   ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Action universitaire - mars 2004

330 vues

Publié le

1U 235

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
330
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Action universitaire - mars 2004

  1. 1. l’Actionuniversitaire ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°235 ❚ mars 2004 ❚ 2 Euros ❚❚ Elections RégionalesVictoire de la gauche ou défaitede la droite ? Par Jacques Rougeot I l n’est jamais très agréa- ble de revenir sur une étaient toujours présents, mais ils n’ont joué que le rôle de circons- tances aggravantes. On peut, cer- Au lendemain d’une défai- te, tous les griefs accumulés au fildéfaite. Pourtant, si nous sommes tes, relativiser les choses en se des mois contre le vaincu repren-obligés de nous livrer à cet exer- disant que certains électeurs ont nent de la vigueur et sont invo-cice, ce n’est pas par masochisme, simplement voulu manifester leur qués comme autant de chefs d’ac-mais parce que la première condi- mauvaise humeur et n’auraient cusation. On n’a donc pas man-tion de la contre-offensive et de la pas forcément émis le même vote qué de récapituler les divers inci-reconquête est de regarder la dents de parcours qui ont inévi-vérité en face, afin d’essayer de tablement atteint la majorité autrouver des remèdes aux maux pouvoir : querelles de person-qui ont abouti à ce sombre nes, maladresses de certainsdimanche du 28 mars 2004. ministres, opportunité discuta- ble de telle ou telle mesure qui Regarder la vérité en a pu provoquer des démangeai-face, c’est d’abord évaluer au sons à une partie de la popula-plus juste l’importance du tion, mode de scrutin, qui n’arevers que nous avons subi. Ce fait l’objet que d’une demierevers est grave. Le signe le plus réforme, mécontentement pro-manifeste est que, pour la pre- voqué par la composition demière fois depuis bien long- certaines listes, etc. On a faittemps, la gauche a recueilli la remarquer aussi que l’UMP,majorité absolue des suffrages dont on attendait qu’elle fut uneexprimés. Jusqu’à présent, dans sorte de machine à gagner lespresque toutes les élections, s’il s’était agi d’élections nationa- élections, avait mal rempli cettemême lorsque la gauche réussis- les déterminantes, mais ces sup- fonction, ce qui n’est guère éton-sait à être majoritaire en sièges, positions ne sauraient nous auto- nant, car il est difficile de réaliserelle était minoritaire en voix et riser à nous rassurer à bon comp- l’amalgame de diverses familleselle ne devait sa victoire qu’à des te. politiques. Ajoutons que les diffi-facteurs extérieurs (modalités des cultés ont été fortement aggravéesscrutins, existence de triangulai- Les incidents de parcours par le jugement du tribunal deres,…) . Cette fois-ci, ces facteurs de la majorité Nanterre, véritable assassinat poli- UNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 8, rue de Musset - 75016 Paris - + 01.45.25.34.65 - fax. : 01.45.25.51.33 Directeur de la publication : J. Rougeot - CPPAP 51358 - dépôt légal premier trimestre 2004L’action universitaire - page 1
  2. 2. François Bayrou. Pour pimenter“ L’action du gouverne- son acharnement d’un peu d’hu- Voilà des propos que la droite mour noir, il s’est amusé, après parlementaire ne peut pas tenirment est nécessaire mais s’être appliqué constamment à ouvertement car, au nom du «elle n’est pas suffisante. scier la branche soutenant le gou- politiquement correct », on peutElle a besoin d’être sou- vernement, à se féliciter de son tout au plus dire que les électeurs don de voyance en proclamant: « ont été abusés, mais on ne sauraittenue par des citoyens je vous l’avais bien dit que la leur prêter des mobiles peu relui-conscients des dangers branche allait se casser ». Le bilan sants, qui sont pourtant bien enra-multiformes qui se pré- des élections régionales est sym- cinés dans la nature humaine. bolique du destin auquel il peut Pour notre part, nous ne sommessentent, ayant la volonté s’attendre: échec personnel, adou- pas tenus à ces délicatesses etet l’expérience nécessai- ci par la consolation d’avoir crée nous préférons dire ce qui nousres pour les affronter. un climat assez empoisonné pour paraît la vérité. que les reports de voix de sonCes citoyens s’appellent parti sur l’UMP aient été mauvais. La vérité officielle, c’est que, mal-des militants. ” C’est sa façon à lui d’être dans le camp de la victoire. Celle de nos gré les apparences, les Français qui ont voté à gauche veulent bientique à l’égard du président du adversaires, bien entendu. des réformes, mais pas celles-ci ouparti, Alain Juppé. en tout cas, pas présentées de Tous ces facteurs ont sans La question essentielle cette manière. Ce qui est gênant,doute joué, mais ils n’ont certaine- c’est qu’on ne nous dit jamaisment pas été déterminants. On Puisque la gauche n’a déci- quelles réformes ces êtres à l’épi-aurait pu croire qu’ils l’étaient si la dément rien d’attirant et que les derme délicat consentiraient àdroite avait été vaincue par un raisons évoquées précédemment accepter. On a bien l’impressionadversaire doté de toutes les qua- sont manifestement insuffisantes, que leur goût du sacrifice irait jus-lités dont elle était dépourvue. En qu’est-ce qui a poussé les élec- qu’à la semaine de 32 heures et lafait, on est loin du compte. Les teurs dans leur majorité à dés- retraite à 50 ans pour tout letroupes de la gauche sont allées au avouer la politique du gouverne- monde, dans un souci d’égalité.combat sans chef (ou, si l’on veut, ment ? La réponse est sans doute Si nous poussons nos investiga-avec un adjudant-chef faisant fournie par ce qui a été le thème tions, nous apprenons que la for-fonction de général et quelques unique martelé par la gauche mule-clé qui permettrait de fairecolonels en embuscade en atten- depuis plusieurs mois: la droite passer toutes les réformes raison-dant l’élection présidentielle), sans mène une politique de régression nables dans une quasi-unanimitél’ébauche d’un projet, sans ligne sociale qui remet en cause les serait le respect de la justice socia-stratégique, sans la moindre idée sacro-saints « droits acquis ». Il y le. Comment ne pas applaudir uneet sans grand espoir. Ne cher- a donc lieu de craindre que les aussi noble inspiration? Commentchons pas les responsables de électeurs qui ont donné la victoire ne pas en faire le cœur de la poli-notre défaite du côté des diri- à la gauche n’aient fait que mani- tique gouvernementale ?geants socialistes : ils n’y sont fester leur refus d’accepter des Malheureusement, là où les chosesvraiment pour rien. réformes courageuses qui risque- se gâtent, c’est lorsqu’on essaie de raient de compromettre leur peti- donner un contenu assez précis à Regardons plutôt en direc- te tranquillité et leurs privilèges ces mots magiques. Trop souvent,tion d’un homme qui a toujours les moins justifiés. Si tel est bien le ils sont synonymes de nivellementeu la volonté à la fois viscérale et cas, il faut voir là preuve d’ir- social, avec la tentation permanen-délibérée d’affronter et de réduire responsabilité, de faiblesse et te, sous prétexte de « faire payerl’UMP, qui poursuit cet objectif en même de lâcheté, puisque refuser les riches », de charger encoreappliquant avec une vigueur les réformes aujourd’hui, c’est plus la barque de ceux qui pro-infléxible, une stratégie simple et reporter la charge, encore alour- duisent par leur activité la prospé-claire, qui ne s’est jamais trompé die, sur les générations de demain. rité du pays. Ou bien, à l’échelond’adversaire, c’est-à-dire qui a individuel, chacun veut voir laréservé tous ses coups au gouver- Une vérité politiquement justice sociale d’un œil favorablenement : il s’agit, évidemment, de incorrecte que s’il doit en être le bénéficiai- page 2 - L’action universitaire
  3. 3. re : mon voisin a toujours trop qu’il s’agisse de la canicule, des premières manifestations d’uned’avantages, moi je n’en ai jamais manifestations des intermittents stratégie de concession, ellesassez, compte tenu de mes du spectacle menées avec des déclencheraient l’avalanche irré-besoins et de mes mérites, il faut méthodes de bandits des grands pressible de revendications caté-donc opérer un transfert de sa chemins ou des plaintes savam- gorielles généralisées.poche à la mienne. L’aspiration à ment orchestrées des chercheurs. En fait, la droite en géné-la justice sociale est, dans ce cas, Tous ces dysfonctionnements ral, et la droite au pouvoir en par-le nom pudique de l’envie. résultaient en fait soit de l’incurie ticulier, ne peut sortir de sa posi-Continuons donc à invoquer avec de la gauche au pouvoir, soit de tion de faiblesse que par le haut,révérence, comme tout le monde, bombes à retardement sciemment c’est-à-dire en mettant les françaisle nom de cette divinité, mais ne disposées. Mais comme la majori- en face de la réalité, au besoin denous attendons pas à apaiser de té de droite, dans sa grande bonté, façon quelque peu brutale. C’estcette façon les revendications de n’avait pas dénoncé avec force et très charmant de caresser les élec-ses autres adorateurs. sur des points précis dès 2002, les teurs dans les sens du poil, deOn peut se faire d’autant moins conséquences à venir de la calami- dire qu’ « on a reçu le message »,d’illusions que ce sont les groupes teuse gestion socialiste, c’est elle qu’ils ont évidemment raison deles plus privilégiés qui sont les qui s’est trouvée en posture d’ac- nous avoir envoyé une gifle etplus acharnés à défendre leurs « cusée. La position défensive, sur- qu’on va s’efforcer humblementacquis sociaux ». C’est le cas des tout quand elle est assez molle, ne de satisfaire leurs désirs. Maisintermittents du spectacle, favori- prédispose pas à l’emporter dans quand ce fameux « message » peutsés par rapport à tous les bénéfi- un combat acharné contre des s’interpréter comme le refus d’ac-ciaires d’indemnités du chômage adversaires sans foi ni loi. cepter les efforts auxquels se sou-en France et par rapport à tous mettent tous nos voisins, il fautleurs collègues étrangers. C’est La voie du redressement dire sans ménagement que lesencore plus nettement le cas des désirs, les souhaits ou les rêvesagents de la SNCF et d’EDF, qui Comment se désengluer de des peuples ne peuvent être prisprofitent de leur situation de force en compte que s’ils sont compa-dans des secteurs névralgiquespour exercer un véritable chan- “ Les désirs, les sou- tibles avec les réalités, qui sont les mêmes pour nous que pour lestage afin de conserver leurs avan- haits ou les rêves des autres et qui se soucient fort peutages exorbitants au détriment de peuples ne peuvent être d’une « exception française » donttous ceux qui n’ont pas la même on se gargarise en paroles.chance qu’eux. pris en compte que s’ils sont compatibles avec Les réalités peuvent faire L’ Action des médias l’objet de maints volumes, mais les réalités ” elles peuvent aussi tenir en Dans cette dégradation de quelques lignes: on ne peut pasl’état d’esprit des français, les la situation fâcheuse où se trouve dépenser plus qu’on ne gagne, onmédias, ou du moins la plupart aujourd’hui la majorité présiden- ne peut pas répartir ce qu’on ned’entre eux, ont joué un rôle tielle? produit pas, la fonction publiqueessentiel, faisant office d’une Le gouvernement a d’a- pléthorique joue le rôle d’un bou-meule usant jour après jour l’éner- bord voulu faire tomber la fièvre let, la santé publique ne peut pasgie nationale. Ils se sont déchaînés là où la température était particu- continuer à fonctionner dans l’ir-avec un acharnement ravageur lièrement élevée. Il a donc lâché responsabilité généralisée, on neplus particulièrement depuis l’été du lest à propos des intermittents peut pas continuer à engloutir des2003. du spectacle, des chômeurs en fin sommes énormes dans l’éducation de droits et des chercheurs. Pour pour des résultats misérables.À partir de là, chaque fait d’actua- que ces mesures se révèlent judi- Dans cette situation, la responsa-lité était orchestré avec une insis- cieuses, il faut qu’elles apparais- bilité du pouvoir socialiste esttance obsédante et présenté sent comme des replis élastiques, écrasante. Une gestion trop sou-comme la preuve que la situation donc provisoires, destinés à pré- vent socialisante de la part de lade notre pays se dégradait du fait parer la contre-offensive. Si elles droite a fait le reste. Nous n’avonsde l’incapacité du gouvernement, étaient interprétées comme les donc d’autre choix que de chan- page 3 - L’action universitaire
  4. 4. ger de cap par rapport aux décen- conduit à resserrer les rangs nationale, dans les médias, dansnies précédentes. quand notre camp connaît des dif- l’éducation, dans la rue. Elle y sera ficultés, contrairement à certains d’autant plus portée que l’extrême Jacques Chirac a rappelé rats paniqués, essentiellement pré- gauche impuissante à affirmer sonquelques vérités essentielles lors occupés de prendre leurs distan- autonomie dans le domaine élec-de son interview télévisée. Il faut ces avec les vaincus. Nous esti- toral, est amenée à agir à l’inté-maintenant les marteler et en faire mons que le gouvernement rieur de la gauche traditionnelle etla ligne de force de la politique de Raffarin n’a nullement démérité et s’efforcera de l’attirer sur des ter-la droite. Tel est l’intérêt de la qu’il avait courageusement entamé rains où elle est elle-même le plusFrance. Tel est aussi l’intérêt bien le virage que nous appelons de à l’aise. On peut donc s’attendrecompris de la droite, même au nos vœux. de nombreuses tentatives d’agita-simple point de vue électoral. tion. Personne ne peut savoirCelle-ci, en effet, si elle voulait se Il est toujours facile de dire qu’on aujourd’hui quelles propositionscomplaire dans les facilités du aurait dû aller plus loin, plus vite, prendra cette agitation, mais il estregistre sentimental et compatis- plus fort, mais ce sont des discus- certain qu’a tout moment unesant serait toujours battue sur ce sions qui doivent être menées en occasion favorable pourra provo-terrain par la gauche qui est par famille. C’est en tout cas une mis- quer un embrasement.nature irresponsable et démago- érable et irrécusable attitude degique. gribouille que d’avoir fait gagner Sur des terrains aussi les socialistes en votant mal ou en variés, non directement politiques,Les 21 et 28 mars, la gauche, ne votant pas. l’action du gouvernement estéchaudée par l’expérience du 21 nécessaire mais elle n’est pas suf-avril 2002, s’est mobilisée et a Nous voulons aussi réaffir- fisante. Elle a besoin d’être soute-pratiqué sans faille le vote utile. À mer que le militantisme n’est pas nue par des citoyens conscientsl’inverse, la droite s’est démobili- contrairement à ce que croient des dangers multiformes qui sesée et dispersée. Nous ne pouvons certains beaux esprits, une pra- présentent, ayant la volonté etpratiquement pas agir sur la gau- tique discrète et folklorique. l’expérience nécessaires pour lesche. Travaillons donc à remobili- La droite politique n’a pas assez affronter. Ces citoyens s’appellentser la droite et à l’ammener à cultivé cette tradition gaulliste, et des militants. @concentrer ces votes. c’est l’une des causes de son échec. Tout le monde va s’aperce- Le rôle d’un mouvement voir maintenant que le militantis- militant me sera plus que jamais nécessai- L’actualité universitaire re dans les années qui viennent. Le militantisme est une sur internet :caractéristique essentielle de l’UNI. En effet, la gauche, griséeCela entraîne pour nous desconséquences auxquelles nous par son succès et déçue de ne pas pouvoir traduire sur le plan légis- www.uni.asso.frn’entendons pas nous dérober. latif, va vouloir faire porter son action en dehors du Parlement, En premier lieu, cela nous dans tous les secteurs de l’activité l’Action Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . universitaire LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . 8, rue de Musset 75016 Paris Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etablissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . ✆ 01.45.25.34.65 ❏ désire s’abonner à l’Action universitaire 38 euros (un an) fax : 01.45.25.51.33 ❏ désire souscrire un abonnement de soutien à partir de 230 euros : . . . . ❏ désire soutenir financièrement l’UNI et verse : ❏ 300 euros ❏ 500 euros ❏ 1.000 euros ❏ . . . . . . . euros Imprimé par nos soins ❏déclare adhérer à l’UNI 35 euros (lycéens 5 euros, étudiants 10 euros, membre bienfaiteur 100 euros, cotisation de soutien à partir de 200 euros) CCP 30 075 33 Y Orléans La Source Date et signature : page 4 - L’action universitaire

×