PRIX BAYEUX
2013
ATELIER D’ECRITURE CITOYENS
DU MONDE
TRAVAUX REALISES PAR LES
ELEVES DE TL option droit
INTRODUCTION
Les élèves de la classe de TL option droit ont participé au Prix Bayeux reporters de guerre 2013.
Tout au lon...
Cette rubrique invite le jeune citoyen à s’interroger sur le
Prix Bayeux, son intérêt, le thème de la guerre…
Rubrique N°1...
Le prix Bayeux pour moi et je l'espère pour nombre de mes camarades lycéens est un moyen
de nous ouvrir les yeux sur ces g...
Le prix Bayeux pour nous, c’est avant tout se sentir concerné par le monde. C’est
ouvrir notre sensibilité au monde extéri...
RUBRIQUE N°2 : LES REPORTAGES
La rubrique doit permettre aux élèves de restituer des
informations sur les zones de conflit...
ALICE YVON TL
Cher peuple Syrien,
Nous, jeunes lycéens français venons de visionner 8 reportages journalistiques concernant cette atroci...
AGATHE O’MAHONY TL
VIANNEY O’MAHONY TL
CLÉMENCE POTIER
ALICE LETONDOT
BILAN DES ÉLÈVES
Le 7 octobre, à l’occasion du prix Bayeux 2013, nous nous sommes rendus
au lycée Malherbe en compagnie d’autres lycéens. N...
Témoignage de la classe de T L ayant participé au Prix Bayeux 2013 :
"Dans le cadre du prix Bayeux qui récompense les meil...
A l'occasion du Prix Bayeux qui se déroulait au lycée Malherbe, les élèves de terminale L, en
option droit ont pu particip...
Livret prix bayeux 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Livret prix bayeux 2013

656 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
656
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
103
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Livret prix bayeux 2013

  1. 1. PRIX BAYEUX 2013 ATELIER D’ECRITURE CITOYENS DU MONDE TRAVAUX REALISES PAR LES ELEVES DE TL option droit
  2. 2. INTRODUCTION Les élèves de la classe de TL option droit ont participé au Prix Bayeux reporters de guerre 2013. Tout au long du mois de septembre, ils ont travaillé sur l’analyse de l’image, le décryptage du reportage... Ce projet avait plusieurs objectifs : •Leur donner les bases de décryptage d’un film de reportage. •Leur apprendre à avoir un regard critique par rapport à l’image et savoir à quoi elle sert (voyeurisme, information, militantisme,…?) •Rencontrer des journalistes et prendre conscience de ce qu’est leur travail •Leur permettre de posséder des éléments de discussion sur ce qui se passe quotidiennement dans le Monde. Le lundi 7octobre, nous nous sommes rendus au lycée Malherbe, où nous avons visionné une sélection de reportages format télévision en compagnie de trois autres classes (lycée Charles de Gaulle, Malherbe & Victor Hugo). A l’issue de cette diffusion, les élèves ont voté pour leur reportage préféré selon des critères établis à l’avance (lors du prix lycéen, les élèves votent sur la même sélection que le jury professionnel et avec les mêmes critères). 1700 lycéens ont participé à cette élection. Ils ont ensuite pu échanger avec une journaliste indépendante, Edith Bouvier, qui traite de la Révolution syrienne depuis son commencement. Le mardi 8 octobre les élèves ont participé à un atelier d’écriture au CDI. Cela leur a permis de revenir sur les images vues, d’en faire une analyse et de prendre la plume. Cet exercice permet aux élèves d’exprimer leur sensibilité particulière qui fait écho à des images parfois difficiles. Trois textes et trois dessins ont été sélectionnés par la classe et envoyés aux responsables du Prix Bayeux lycéen pour alimenter le journal Citoyen du Monde qui est distribué lors de la cérémonie de clôture du prix ainsi que dans tous les établissements de l’académie. Dans ce livret, vous trouverez les travaux réalisés par les élèves lors de l’atelier d’écriture. Bonne lecture à tous Mmes SAKHI et LE GUERINEL
  3. 3. Cette rubrique invite le jeune citoyen à s’interroger sur le Prix Bayeux, son intérêt, le thème de la guerre… Rubrique N°1 : Le Prix Bayeux pour moi
  4. 4. Le prix Bayeux pour moi et je l'espère pour nombre de mes camarades lycéens est un moyen de nous ouvrir les yeux sur ces guerres qui couvrent le monde, de ne pas ignorer les horreurs que l'homme s'inflige lui-même. Ce prix m'a également permis de prendre conscience de la chance que nous avons, nous, lycéens français de pouvoir apprendre, étudier pour nous construire l'avenir que nous souhaitons, tandis que les enfants victimes de ces guerres n'auront pas cette opportunité. Eux leur quotidien, c'est les bombardements, les cris, les tirs, l'angoisse, la peur de mourir à chaque instant de la journée, de perdre des gens qu'ils aiment, les blessures, le manque de nourriture et d'aide médicale. C'est ce qu’Édith Bouvier grand reporter de guerre, blessée pendant la révolution Syrienne est venue partager avec nous ; elle nous a confié son expérience, la perte de ses «potes» journalistes, de ses amitiés créées avec les combattants Syriens, de l'horreur vue et surtout vécue auprès de ce peuple qui réclame seulement sa liberté à son gouvernement mais qui ne reçoit que des bombes en guise de réponse. Malgré avoir été blessée par des obus, elle précise que ce qu'elle a vécu et ce que vivent tous les grands reporters est extrêmement minime comparé à ce que vivent les Syriens car eux ne sont pas sur place pour une quinzaine de jours mais depuis deux ans. Pendant cette conférence avec ce grand reporter, j'ai ressenti le besoin d'aider, tout en ne sachant pas par quels moyens cela serait possible. Pour finir le prix Bayeux c'est le moyen de faire valoir des droits, c'est un combat pour la liberté, la vérité qui sont les seules valeurs qui mèneront à la paix. BALANCHE Kelly, TL Lycée Jeanne d'Arc
  5. 5. Le prix Bayeux pour nous, c’est avant tout se sentir concerné par le monde. C’est ouvrir notre sensibilité au monde extérieur et pas seulement à notre condition personnelle. Ainsi, le prix Bayeux nous permet de nous interroger sur les conflits actuels, à travers l’élection de reportages poignants et l’écoute d’un témoin engagé. Cette année, le prix Bayeux accueillait entre autre la reporter Edith Bouvier dont l’histoire fut touchante. Grâce à elle, nous avons pu nous rendre réellement compte des difficultés du métier de reporter de guerre mais aussi prendre conscience des risques encourus par ces professionnels. Le prix Bayeux pour moi, pour nous, c’est mieux comprendre l’actualité du monde. Marine Leconte et Lucie Aubrée
  6. 6. RUBRIQUE N°2 : LES REPORTAGES La rubrique doit permettre aux élèves de restituer des informations sur les zones de conflits traitées dans les reportages
  7. 7. ALICE YVON TL
  8. 8. Cher peuple Syrien, Nous, jeunes lycéens français venons de visionner 8 reportages journalistiques concernant cette atrocité qui règne chez vous depuis plus de deux ans et demie maintenant: la Guerre. Chez nous, nous avons réussi il y a des années à stopper cette Guerre et à le transformer en une paix que l'on espère durable. Alors, maintenant quand on regarde l’actualité, beaucoup de questions se posent dans notre esprit en tant que lycéens : Pourquoi, avec, l’expérience que l'on a eu de la guerre, aujourd’hui encore, de terribles dégâts persistent dans une guerre « actuelle » en Syrie ? Comment accepter qu'un peuple se fasse massacrer tous les jours et que nous apprenions dans les médias qu'il y ait eu environ 94 morts aujourd'hui, et qu'il y en aura encore d'autres dans les prochains jours ? Pourquoi voyons-nous dans des reportages en compagnie des autres combattants, des étudiants et surtout des enfants se transformant en « enfants soldats » alors qu'ils rêvent tous d'être comme nous à l'école en train de travailler pour espérer une vie meilleure...dans un pays où l'avenir est incertain ? Nous avons vu dans quelques reportages des jeunes qui perdaient leurs parents, leurs frères, leurs sœurs, et leurs amis : c'est inacceptable ! Comment peut-on admettre que des journalistes qui nous envoient des images tous les jours risquent leur vie à chaque instant et se trouvent sous des bombardements juste parce qu'ils remplissent leur mission : nous informer sur l'état du pays ? Enfin, on se demande, sans essayer de prendre parti, pourquoi l'Organisation Internationale et les autres pays ne font pas en sorte que l'on arrête de voir des villes bombardées et un peuple qui pourrait finir par disparaître ? On le sait la situation est très complexe et on ne connaît pas tout sur le conflit, mais on se met à la place de tous ces gens et on a mal au cœur pour eux puisque nous sommes impuissants. A tout le peuple syrien, je vous dis courage ! On a appris que Al Hassad voulait dire « le lion » en arabe, mais ce dirigeant n'a pas compris que c'est en réalité un combat entre deux lions : entre ceux qui veulent que rien ne change et ceux qui veulent juste la Liberté ! On pense fort à vous Estelle Ruffié
  9. 9. AGATHE O’MAHONY TL
  10. 10. VIANNEY O’MAHONY TL
  11. 11. CLÉMENCE POTIER
  12. 12. ALICE LETONDOT
  13. 13. BILAN DES ÉLÈVES
  14. 14. Le 7 octobre, à l’occasion du prix Bayeux 2013, nous nous sommes rendus au lycée Malherbe en compagnie d’autres lycéens. Nous avons ainsi visionné différents reportages de guerre, puis avons voté individuellement pour celui que nous considérions le mieux réalisé. Le Prix Bayeux accueillait la reporter de guerre Edith Bouvier, journaliste de presse écrite, qui a partagé sa touchante expérience puis a répondu a nos différentes questions. Elle a su témoigner son expérience sur la Syrie, où elle est partie à de nombreuses reprises. En février 2012 alors qu’elle se trouvait à Homs, la maison dans laquelle elle se logeait a été cible d’une attaque aérienne. Malgré la mort de ses amis et le manque de soin pour sa jambe brisée, elle a su résister durant 10 jours dans les débris de cette atroce guerre. Ce fut une rencontre enrichissante pour tous. Le résultat du vote a été dévoilé ce week end. Lucie Aubrée Marine Leconte Agathe O’Mahony
  15. 15. Témoignage de la classe de T L ayant participé au Prix Bayeux 2013 : "Dans le cadre du prix Bayeux qui récompense les meilleurs reportages de guerre, nous, les L de la terminale L /S, nous nous sommes rendus au lycée Malherbe afin de visionner les reportages sélectionnés cette année, soit 10 reportages très éprouvants qui ont su représenter une réalité qui s’est avéré de par sa violence, difficile à accepter au départ. Suite au visionnage complet de ces derniers, nous, ainsi que des élèves de Victor Hugo, de Charles de Gaulle et de Malherbe avons procédé à un vote afin de déterminer le meilleur des 10, la pause qui s’en suivi fut bénéfique pour décompresser. De retour en salle, Edith Bouvier reporter de guerre a su, a travers sa grande expérience du terrain et de la guerre, répondre aux questions des élèves des différents établissements présent (Victor Hugo, Charles de Gaulle, Malherbe et Jeanne d’Arc), ces réponses furent d’ailleurs très claires et crues, parfois vulgaires. Nous en gardons un souvenir intéressant et espérons que d’autres élèves de jeanne d’arc pourront en profiter à l’avenir... " Après cette rencontre, on en a déduit que le métier de reporter de guerre reste un métier hors normes et c’est sans doute une réelle vocation pour Edith Bouvier. En effet celle-ci déclare : « Je ne peux pas être une personne ‘’normale ‘’pour faire ce métier… » On peut alors se demander si Edith Bouvier, reporter de guerre, peut avoir une vie familiale, équilibrée, et stable : « comme tout le monde » … Alice Letondot & Vianney O’ Mahony
  16. 16. A l'occasion du Prix Bayeux qui se déroulait au lycée Malherbe, les élèves de terminale L, en option droit ont pu participer au vote du reportage qui les a le plus touché. Malgré un choix difficile, les élèves ont su développer un esprit critique face à des reportages assez crus mais réalistes ! Parmi ces reportages, « Au cœur de la bataille d'Alep » et « Le Krak des chevaliers » sont les plus convaincants et les plus appréciés des élèves. Par ailleurs, une rencontre avec une reporter de guerre de presse écrite : Edith Bouvier, a été organisé afin de permettre aux élèves une discussion ouverte et approfondie sur la situation actuelle en Syrie. Elle témoigne de son expérience en Syrie, dont on a beaucoup entendu parlé dans les médias en février 2012. En effet, la journaliste a été victime d'un bombardement dont elle était la cible. Suite à cet événement, elle a perdu plusieurs collègues journalistes français et anglais, et beaucoup de négociations ont été effectuées pour tenter de la ramener saine et sauve en France. Après neuf jours « d'enfer », dans des conditions effroyables et dont elle n'est pas ressortit indemne, la jeune femme retourne régulièrement afin de poursuivre son engagement. Les élèves tiennent à remercier Mme Sakhi, Mme LeGuérinel et le lycée Malherbe pour cet entretien. Estelle Ruffié, Alice Yvon

×