ÉDITIONS
                                       écriture musique image
                                ALPHABET DE L’ESPAC...
SOMMAIRE


Origine du rapport                                                                                             ...
Origine du rapport


Dans la continuité de notre réflexion et de notre développement numérique, nous avons contacté les cr...
eBouquin.fr : point de vue sur l’édition numérique & le livre électronique

ÉAE : Faisons un petit rappel historique et un...
À partir de là, on peut faire 4 hypothèses des distributions financières au sein de la chaîne du livre.
Et comme la vérité...
Ensuite, l’hypothèse où l’auteur confierait son travail à un éditeur, et que ce dernier le vende directement sur
son site ...
Enfin, l’hypothèse où l’auteur confierait son travail à un éditeur, que ce dernier fasse appel à une plateforme
commune de...
eBouquin.fr : avis sur l’iPad et les nouvelles tablettes internet

ÉAE : Jusqu’à présent, les lecteurs numériques, ou e-re...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Livre Numérique - Entretien avec Nicolas Fougerousse

1 196 vues

Publié le

Entretien avec Nicolas Fougerousse des Editions Alphabet de l'Espace.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 196
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Livre Numérique - Entretien avec Nicolas Fougerousse

  1. 1. ÉDITIONS écriture musique image ALPHABET DE L’ESPACE www.alphabet-espace.fr RAPPORT LIVRE NUMÉRIQUE 13 février 2010 Découvrez ce que nos livres ont à vous offrir livre Copyright © 2010 Éditions ALPHABET DE L’ESPACE. Tous droits réservés. ÉDITIONS ALPHABET DE L’ESPACE 04 79 36 09 45 Nicolas Fougerousse fax 04 88 13 11 57 SARL capital 5 000 € 06 85 97 54 14 www.alphabet-espace.fr 294 rue Pasteur - Ronsard 2 Siret 498 145 960 00023 nicolas@alphabet-espace.fr 73490 La Ravoire - Chambéry Tva FR20 498 145 960
  2. 2. SOMMAIRE Origine du rapport p3 Nicolas Fougerousse, CV p3 Point de vue sur l’édition numérique & le livre électronique p4 Enjeux autour du prix du livre & législation p4 Position vis-à-vis d’Amazon, Google, Apple et Orange p7 Avis sur l’iPad et les nouvelles tablettes internet p8 Et le lecteur dans tout ça ? p8 Le présent rapport est un rapport à but synthétique. Les idées et les constats exprimés dans le présent document ne sont que l’avis de leur propriétaire. Leur propriétaire ne pourrait être tenu responsable de l’usage qui en serait fait. -2-/-8- Copyright © 2010 Éditions ALPHABET DE L’ESPACE. Tous droits réservés.
  3. 3. Origine du rapport Dans la continuité de notre réflexion et de notre développement numérique, nous avons contacté les créateurs du site www.ebouquin.fr pour leur proposer nos idées et nos constats sur le domaine du livre numérique. Alexis Jaillet, rédacteur en chef adjoint du site ebouquin.fr nous a proposé l’idée d’une interview écrite que nous vous livrons ci-après. ÉDITIONS écriture musique image ALPHABET DE L’ESPACE Nicolas Fougerousse, CV 1. Né le 30 juillet 1979, à Annecy (74), vit en couple. 2. Études technologiques en électronique et physique appliquée, BTS en 2000. 3. 1 an dans l’industrie électronique, pour la méthode et la rigueur. 4. 1 an dans le social (infirmes moteurs et cérébraux), pour l’écoute et l’esprit d’équipe. 5. De 2002 à 2009, 7 années dans la vente et le commercial, chez XEROX : étude du marché et potentiel, expertise produits et logiciels, audit et gestion portefeuille clients-prospects, suivi et compte-rendu d’activité. 6. De 2007 à aujourd’hui, gérant de la maison d’édition ALPHABET DE L’ESPACE : sélection de manuscrits, relation avec les auteurs, mise en page, graphisme de couverture des livres, suivi de fabrication, relation avec la presse, vente des livres aux libraires, création et vie du site internet, veille technologique, gestion comptable, stratégie de l’entreprise. 7. En parallèle, goût prononcé pour la littérature (lecture et écriture), la musique et le cinéma, principalement. Voyages, montagne et apnée en activités diverses. -3-/-8- Copyright © 2010 Éditions ALPHABET DE L’ESPACE. Tous droits réservés.
  4. 4. eBouquin.fr : point de vue sur l’édition numérique & le livre électronique ÉAE : Faisons un petit rappel historique et un rapprochement logique avec le livre de poche. Créé et choisi pour son faible encombrement et son prix bon marché, il apparaît dans les années 20 et prend réellement son essor dans les années 50. On imagine les grincements des éditeurs à l’époque : «ce format va tuer notre rentabilité», «il va asphyxier les grands formats», etc. 60 ans plus tard, le livre de poche est toujours là, les livres grand format également, ni l’un ni l’autre n’ont disparu : ils cohabitent, ils sont complémentaires. L’édition numérique et le livre électronique sont des évolutions naturelles et logiques du rapport écriture / lecture. Parchemins, incunables, éditions brochées, livres de poche, livres numériques, voici l’évolution simplifiée de l’objet-livre tel que nous le connaissons aujourd’hui. Une chose est sûre, nous sommes au tournant d’une évolution technologique majeure vis-à-vis de notre rapport au savoir, à la connaissance et au divertissement, et ce dans la continuité du réseau internet. Je pense que les livres existeront toujours, quoi de plus simple à utiliser qu’un livre ? Mais le marché se modifie, il est en train de s’organiser pour répondre au mieux aux attentes des lecteurs, et même les devancer. Au- delà de l’édition numérique, c’est toute la chaîne du livre qui est en train d’être repensée : la création littéraire avec des textes plus courts, leur publication avec des éditeurs qui doivent de plus en plus penser nouvelles technologies, leur diffusion et distribution avec des plateformes adaptées, leur lecture sur des supports dignes de ce nom. L’émergence de l’édition communautaire (c’est le lecteur / internaute qui donne son avis, ses critiques, sur un texte) est également un axe important à prendre en compte. Cela permettrait aux éditeurs de mieux mesurer les risques qu’ils prennent en amont grâce au retour des internautes. Le meilleur exemple, et en même temps contre-exemple, que nous pouvons suivre d’une façon générale est celui du monde de la musique qui a été bouleversé depuis 10 ans. eBouquin.fr : enjeux autour du prix du livre & législation ÉAE : La chaîne du livre numérique est en train de s’organiser et d’inventer un nouveau modèle économique. En poussant à l’extrême, si les éditeurs proposaient sur leur site la vente directe de livres numériques, ils pourraient se passer des intermédiaires que sont le diffuseur / distributeur et le libraire, donc ils pourraient baisser le prix des livres numériques de façon considérable, donc toucher un public plus large. En poussant encore plus loin, qu’est-ce qui empêcherait les auteurs de proposer eux-mêmes la vente de leurs livres numériques sur leur propre site ? La question du prix et de la législation serait vite réglée. Ces tendances existent à l’heure actuelle et vont sûrement se démocratiser mais je pense qu’elles resteront minoritaires. Écrire un livre numérique est une chose, le publier en est une autre, le commercialiser et le distribuer encore une autre. Chacun de ces postes réclame des compétences. Il ne s’agira donc pas de brader ces compétences mais de les adapter au marché internet, c’est-à-dire à la stratégie commerciale du «Give to get» (Donner pour recevoir) et de la nano-économie. Encore une fois, servons-nous de ce qui se fait dans la musique. Il vaut mieux vendre 5000 exemplaires d’un livre numérique à 9.99 €, avec des fragmentations par chapitre à 0.99€ par exemple, que 1000 exemplaires à 15€. Si le premier chapitre plaît, le lecteur achète le second, etc., avec possibilité d’acheter le livre intégral en tenant compte des achats de chapitres précédemment faits. Cela oblige aussi la création littéraire à se modifier, au risque qu’elle soit formatée, comme le sont les morceaux de musique avec des durées comprises entre 3 et 4 minutes. Quant à la législation, deux choses me paraissent primordiales : la loi du prix unique sur le livre numérique, et une tva à 5.5%. Le modèle économique doit encore se peaufiner, la règle des 70% (pour les éditeurs) / 30% (pour le diffuseur-distributeur) proposée par Apple semble gagner du terrain au point d’obliger Amazon à revoir son système de rétribution. -4-/-8- Copyright © 2010 Éditions ALPHABET DE L’ESPACE. Tous droits réservés.
  5. 5. À partir de là, on peut faire 4 hypothèses des distributions financières au sein de la chaîne du livre. Et comme la vérité n’existe pas, elle se situe probablement dans un mix de ces 4 hypothèses distinctes : Tout d’abord, le schéma actuel et traditionnel, avec un livre papier par exemple à 16 € ttc. Rappelons que ce schéma actuel est un schéma malade. Les auteurs dans leur majorité ne touchent que trop peu de droits d’auteur, les obligeant à avoir une autre profession à côté. Les petits éditeurs qui assurent une diversité culturelle ont tout le mal du monde à avoir une bonne présence en librairie (des petites librairies indépendantes jusqu’aux groupes Fnac, Chapitre ou Cultura). Les librairies leur demandent d’être diffusés et distribués par une structure professionnelle (donc une marge encore moindre), il faudrait alors qu’ils publient 4 fois plus d’ouvrages, d’où encore un accroissement de la surproduction littéraire. Les libraires croulent sous les offices des gros éditeurs et passent énormément de temps à faire de la gestion plutôt que de la vente de livres. Les taux de retour des libraires vers les distributeurs sont de l’ordre de 30%, ce qui engrange des coûts de transports aller, et retour, très importants. Enfin, le lecteur, lorsqu’il entre en librairie, c’est pour demander une référence précise dont il a entendu parler par la presse ou par le bouche-à-oreille, presse submergée de demandes des éditeurs pour faire parler de leurs ouvrages. Malgré tout, le système perdure, les ventes sont là, même si tout le monde ne vit pas correctement, loin de là, par rapport au travail fait. Tva 5,5% Auteur 10,0% Libraire 35,0% 1,52€ 5,31€ 4,02€ 26,5%, dont frais Éditeur d’imprimeur et de promotion à retirer, 3,49€ 26,5% reste environ 13% pour la structure Diffuseur / distributeur éditoriale. 23,0% Ensuite, l’hypothèse où l’auteur vendrait directement ses livres numériques sur son site par exemple, et vendrait chaque exemplaire du livre numérique 9.99 € ttc, pratique qui existe et qui continuera de se développer mais qui restera minoritaire, car obligeant l’internaute à aller sur le site de chaque auteur pour se constituer sa bibliothèque : Tva 5,5% 8,95€ Auteur 94,5% -5-/-8- Copyright © 2010 Éditions ALPHABET DE L’ESPACE. Tous droits réservés.
  6. 6. Ensuite, l’hypothèse où l’auteur confierait son travail à un éditeur, et que ce dernier le vende directement sur son site par exemple, et vendrait chaque exemplaire du livre numérique à 9.99 € ttc, pratique qui existe et qui continuera de se développer mais qui restera minoritaire, car obligeant l’internaute à aller sur le site de chaque éditeur pour se constituer sa bibliothèque : Tva 5,5% 5,16€ Éditeur 54,5% 3,79€ Auteur 40,0% Ensuite, l’hypothèse où l’auteur confierait son travail à un éditeur, que ce dernier fasse appel à un diffuseur / distributeur numérique type Apple iBookStore, et vendrait chaque livre numérique 9.99 € ttc, hypothèse la plus logique mais qui élimine purement et simplement les libraires / diffuseurs / distributeurs traditionnels du circuit : Tva 5,5% Plateforme Apple iBookStore 30,0% 2,84€ Auteur 2,84€ 30,0% 3,26€ Éditeur 34,5% -6-/-8- Copyright © 2010 Éditions ALPHABET DE L’ESPACE. Tous droits réservés.
  7. 7. Enfin, l’hypothèse où l’auteur confierait son travail à un éditeur, que ce dernier fasse appel à une plateforme commune de libraires qui assurerait la diffusion / distribution numérique, qui viendrait directement concurrencer la plateforme Apple iBookStore par exemple, et où le livre serait vendu 9,99 € ttc : Tva 5,5% Plateforme commune Libraires 30,0% 2,84€ Auteur 2,84€ 30,0% 3,26€ Éditeur 34,5% En conclusion, si le livre numérique passe au prix public de 9,99€, les marges en valeur pure, et non en pourcentage, de chacun baissent, il faudra donc compter sur une augmentation du nombre de lecteurs ou des actes d’achat des lecteurs pour compenser l’écart, ce qui est possible : un prix plus bas est forcément synonyme de plus grande accessibilité. Les marges pures baisseraient, hormis pour l’auteur qui serait le grand gagnant de cette redistribution financière. Si l’éditeur n’était pas d’accord pour lui verser 30 % de droits, il pourrait très bien vendre ses ouvrages par son propre site, même si cette solution semblerait minoritaire, le schéma existe déjà et n’est pas forcément gagnant. Au pire, il ne toucherait que 20% de droits (l’équivalent en valeur pure de ce qu’il a actuellement), le reste irait pour l’éditeur. La plateforme commune libraires ne pourrait guère prétendre à plus de 30% de commission car elle est en concurrence directe avec ce que proposerait Apple. eBouquin.fr : position vis-à-vis d’Amazon, Google, Apple, Orange, etc. ÉAE : Pour faire simple, Amazon est devenu l’un des plus gros sites de vente en ligne dans divers domaines : livres, musique, dvd, photo, image, son, jeux vidéo, jouets, décoration maison, beauté, santé, vêtements, bijouterie, etc. Google est de très loin le premier moteur de recherche internet pour le contenu web, image et texte. Apple a révolutionné l’usage de la musique à partir de 2001 avec sa gamme iPod et la plateforme iTunes. Apple a révolutionné l’usage du téléphone portable en 2008 avec l’iPhone et la plateforme AppStore. Il est évident qu’Apple va révolutionner l’usage de la lecture numérique avec l’iPad / l’iPhone et la future plateforme iBookStore. Il serait inconscient de penser le livre numérique sans ces acteurs. Sans pour autant sous-estimer le rôle des acteurs français du livre numérique et qui servent de sages régulateurs. Il faudra aussi compter sur la vente de livres numériques directement par les fournisseurs de téléphonie mobile et de box internet / téléphone / tv. En poussant le raisonnement un peu plus loin, qu’est-ce qui empêcherait Orange par exemple de venir concurrencer l’ensemble des bibliothèques et médiathèques, en proposant directement la location de livres numériques ou de presses numériques depuis l’accès internet de la box, et qui serait lisible sur la tv directement, mais aussi téléchargeable sur ordinateur, iPhone, iPad ou eReader ? -7-/-8- Copyright © 2010 Éditions ALPHABET DE L’ESPACE. Tous droits réservés.
  8. 8. eBouquin.fr : avis sur l’iPad et les nouvelles tablettes internet ÉAE : Jusqu’à présent, les lecteurs numériques, ou e-readers me faisaient penser à des instruments d’un autre siècle, malheureusement le précédent. Apple avec son iPad, mais aussi ce que vont annoncer Google, Microsoft, Dell, Leonovo, LG, ou d’autres qui se renouvellent comme Sony, Booken, etc., tous ces fabricants vont tout simplement révolutionner l’usage archaïque des e-readers précédents en les adaptant aux technologies actuelles : écran multi-touch, connectivité internet sans fil, écran couleur, légèreté, design, usage domestique, usage mobile, etc. Mais c’est loin d’être suffisant : les appareils, c’est bien, mais quid de la gestion des contenus ? Encore une fois, comme pour la musique, plusieurs plateformes de téléchargement de livres numériques verront le jour, certaines existent déjà, une seule réellement sortira du lot : l’iBookStore ? En attendant, les auteurs, les éditeurs et les libraires créent ou peuvent créer leu propre application pour Apple iPhone et bientôt iPad. ÉAE : et le lecteur dans tout ça ? ÉAE : Tous les acteurs du livre numérique (auteurs, éditeurs, diffuseurs / distributeurs) doivent avoir les yeux tournés vers une seule personne : le lecteur. Une fois que tout aura été mis en place, que les tablettes seront effectives, que les contenus seront facilement commercialisables et facilement lisibles, c’est-à-dire courant 2010 et 2011, comment le lecteur s’y retrouvera dans la jungle des centaines de milliers de livres qui seront disponibles ? Les classifications habituelles roman / vie pratique / essais / nouvelles / poésie / BD / SF / Polar, etc. me sembleront désuètes. Hormis les professionnels de la chaîne du livre, qui est réellement intéressé par ces classifications ? De plus, lorsque vous allez sur un site qui vend des livres numériques aujourd’hui, hormis les ouvrages présents sur la page 1, voire la page 2, et sur les encarts publicitaires, qui prend le temps d’aller voir les autres pages, donc les autres livres ? C’est un peu comme si on ne présentait en librairie que les grosses ventes sur les tables et que tous les autres rayonnages disparaissaient. Quoique parfois nous n’en sommes pas loin... La technologie du tag (ou mot-clé) paraîtrait bien plus appropriée. Elle permettrait au contenu proposé par les éditeurs de remonter vers les lecteurs par la requête de ce dernier, et non plus le contraire. Je suis lecteur, j’aimerais un livre dont les thématiques seraient l’amour, la cruauté, la beauté, et qui se passerait à New York. Il faudra alors un moteur de recherche capable de sélectionner les livres correspondant à ces critères. Et là, c’est bien sur le contenu, sur la sémantique, que le travail est considérable. Google et son moteur de recherche, Xerox et son moteur sémantique FactSpotter, Apple et le triptyque iPhone / iPad / iBookStores, cela nous promet une décennie passionnante et des usages du livre à réinventer de A à Z ! Et pourquoi pas de faire venir à la lecture d’autres publics... À La Ravoire - Chambéry, Le 13 février 2010. NICOLAS FOUGEROUSSE -8-/-8- Copyright © 2010 Éditions ALPHABET DE L’ESPACE. Tous droits réservés.

×