EnguerranBorterAutoportraitL1G5ACY2014

154 vues

Publié le

PDF de présentation pour Autoportrait.

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
154
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
41
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

EnguerranBorterAutoportraitL1G5ACY2014

  1. 1. Autoportrait Enguerran Borter Dans le cadre des cours de Carole Brandon (Histoire des Cinémas) et de Marc Veyrat (Histoire des Arts) L1 Information-Communication Groupe 5 IAE Savoie Mont-Blanc Département Communication-Hypermédia 2013/2014
  2. 2. Le concept de mon autoportrait est de mettre en avant des termes que je juge relativement représentatif de qui je suis, de par l’importance qu’ils prennent dans ma vie. Ici, je fais la distinction entre plusieurs types de mot : ceux représentant quelque chose de concret, de prosaïque et bien qu’extrêmement important pour moi, me définissant en surface, comme ce que je donne à voir rapidement à mon sujet (« café », « musique », « féminisme ») ; ceux représentant davantage un état intérieur, des éléments toujours représentatifs, selon moi, de qui je suis, mais qui ne sont pas nécessairement ceux qui rejaillissent le plus de moi et donc pas le plus visible pour autrui (« créativité », « passion », « timidité ») ; enfin, les deux derniers termes que j’utilise dans mon autoportrait (« insécurités », « espoir ») sont sans doute plus généraux, peut-être un peu plus impersonnels et bien plus abstraits que les précédents, mais ils ne sont pas moins représentatifs de ma personne et de ce qui constitue ma base pour progresser. Ces mots sont mis en avant à travers la forme de liquides (peinture), contenus dans des bocaux, étiquetés avec chacun des termes. A chacun de ces mots, j’ai choisi d’associer une couleur les représentant symboliquement (« féminisme » en violet, « passion » en rouge, « espoir » en vert, etc...). Par la suite, je me présente nu devant une toile blanche, et, par le biais d’un système d’entonnoirs (six entonnoirs, insérés dans une planche en bois et installés en hauteurs grâce à deux pieds en bois et des équerres), les bocaux de peinture ont été successivement déversé (dans l’ordre énoncé précédemment) sur moi qui me tenait sous les entonnoirs (cadrage sur le haut de mon corps et avec la limite supérieure juste en-dessous des entonnoirs, permettant de voir les flux se déversant sans voir les entonnoirs). Projet / Description
  3. 3. Au début, en me tenant nu devant la toile blanche, je me positionne comme toile moi-même, comme support, toile au fur et à mesure recouverte de peinture ; mon corps nu et « vierge » au début, symbolise comme une enveloppe vide, et la peinture, associée aux termes évoqués précédemment, permet de progressivement dépeindre certains aspects de ma personnalité et de qui je suis, comme un tableau blanc en train d’être peint. Le choix particulier du montage, à savoir la superposition de trois images à la fois, permet une multiplicité des points de vue, des instants ; en effet on pourrait percevoir les plans où la peinture recouvre progressivement mon corps comme la finalité de mon travail, et ainsi les couches d’images supérieures, à savoir les plans sur les bocaux de peintures posés sur la table, permettant de voir ce que contient chaque pot (concepts), et les plans sur les entonnoirs dans lesquels sont déversés le contenu des bocaux, représenteraient le travail en amont de cette finalité, le processus conduisant à un certain aboutissement. Projet / Explications
  4. 4. Références artistiques Rebecca Horn, Les Amants, 1991 Entonnoirs placés en hauteur et un bras mécanique relié à un moteur repète le geste d’asperger sur le mur de la peinture noire (mélange de mercure et de champagne). Ces giclures balafrent un large parti du mur. Pipilotti Rist, You called me Jacky, 1990 Chante en playback sur la chanson « Jacky and Edna » de Kevin Coyne. Son image est surimprimée sur des images défilant comme vue depuis la fenêtre d’un train.
  5. 5. Hans Namuth, Pollock au travail, 1950 Représentation de Jackson Pollock et de son processus de création, de travail en amont de l’œuvre finale ; processus prenant autant de place, si ce n’est plus que l’œuvre finale même. Jim Campbell, Ruins Of Light, 1992 Installation interactive avec le public ; 5 colonnes de 5 écrans ; 30 minutes de vidéo et 600 images fixes qui sont mixées et superposées les unes au-dessus des autres en temps réel.

×