• Partagez
  • E-mail
  • Intégrer
  • J'aime
  • Télécharger
  • Contenu privé
Observatoire Aquitain de l'économie numérique 2014
 

Observatoire Aquitain de l'économie numérique 2014

on

  • 2,608 vues

Rapport "Observatoire Aquitain de l'économie numérique 2014" réalisé par la CCI de Bordeaux. Un panorama de grandes tendances TIC 2014 et un portrait de l'Aquitaine numérique et entrepreneuriale ...

Rapport "Observatoire Aquitain de l'économie numérique 2014" réalisé par la CCI de Bordeaux. Un panorama de grandes tendances TIC 2014 et un portrait de l'Aquitaine numérique et entrepreneuriale à l'occasion de la démarche de labellisation "FrenchTech" de Bordeaux et de la constitution du Pôle de Compétitivité "Digital Aquitaine".

Le rapport présente l'écosystème numérique aquitain riche de plus de 7000 entreprises et son potentiel de formation, R&D et ses infrastructures propices au développement de nombreux acteurs d'envergure nationale / internationale et à l'éclosion de nouveaux talents.

Statistiques

Vues

Total des vues
2,608
Vues sur SlideShare
821
Vues externes
1,787

Actions

J'aime
1
Téléchargements
27
Commentaires
0

9 Ajouts 1,787

http://www.scoop.it 1507
http://echangeurba.wordpress.com 263
http://www.invest-in-bordeaux.fr 11
http://feedly.com 1
http://www.inoreader.com 1
http://ltpjar.tumblr.com 1
http://webcache.googleusercontent.com 1
http://www.digimind-evolution.com 1
https://echangeurba.wordpress.com 1
Plus...

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

© Tous droits réservés

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

    Observatoire Aquitain de l'économie numérique 2014 Observatoire Aquitain de l'économie numérique 2014 Document Transcript

    • Observatoire aquitain de l’économie numérique 2014
    • Observatoire aquitain de l’économie numérique – Avril 2014
    • Observatoire aquitain de l’économie numérique – Avril 2014 Au moment où le numérique s’invite partout, impacte nos vies à la fois à l’échelle personnelle et de plus en plus en milieu professionnel, il semble nécessaire de faire le point sur la situation de ce pan de l’économie dans notre Région. En effet, l’un des traits caractéristiques du numérique aujourd’hui est qu’il se développe très vite et accélère le changement au sein des entreprises et dans leur environnement. Ainsi, sous l’impulsion des technologies numériques, certains modèles économiques tel que celui de la vente par correspondance ont été balayés et remplacés par de nouveaux modèles. L’industrie n’est pas épargnée par ce processus qui transforme en profondeur les nouvelles façons de concevoir et de fabriquer. On peut donc aisément faire le pari que la « mutation numérique »actuellement en cours va se diffuser dans tous les secteurs de l’économie, entrainant de nouvelles façons de concevoir, de fabriquer, de vendre, de distribuer. Ce pari est fondé sur la mise en œuvre de différentes initiatives publiques pour soutenir le développement de l’économie numérique. D’abord les différentes mesures incitatives initiées par les pouvoirs publics à l’échelle nationale, comme le lancement du réseau Transition Numérique, ainsi que la labellisation des écosystèmes numériques «French Tech». Sur le plan local, ce sont aussi la création en cours de Digital Aquitaine, pôle de compétitivité dédié aux entreprises du numérique et la forte mobilisation de l’agglomération bordelaise dans la conquête d’une labellisation French Tech. Dans ce contexte, la présente édition du rapport de l’Observatoire Aquitain de l’Economie Numérique vise à contribuer à une meilleure connaissance de notre tissu économique sous l’angle numérique, et mettre en valeur les atouts de Bordeaux en tant que Métropole Numérique. Pour cela, sont d’abord mises en lumière les tendances majeures des technologies numériques pour les années à venir, de manière à souligner les facteurs à prendre en compte pour les entreprises et ceux qui interviennent à leurs côtés, en matière de développement du numérique à travers notre territoire. Cette partie du rapport s’appuie sur une brève synthèse des principales publications de l’IDATE, de GARTNER, de MCKINSEY et de DELOITTE, etc. Nous procédons ensuite à une analyse de l’écosystème numérique aquitain à travers la présentation synthétique de structures qui interviennent à différents stades dans le soutien auprès des entreprises. Cette analyse porte sur la démographie des entreprises du numérique, leur répartition par catégorie d’activités à travers la Région, leur contribution à la création d’emplois et la situation relative de l’Aquitaine par rapport à d’autres régions françaises. Quelques réussites entrepreneuriales sont également présentées à ce stade, afin de donner un aperçu du dynamisme numérique aquitain en la matière. Le contexte spécifique de la candidature de l’agglomération bordelaise au label national French Tech justifie un traitement spécifique de la dynamique du numérique à l’échelle de la circonscription de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux. Cette partie du rapport met en relief la singularité de la dynamique du numérique à l’échelle de l’agglomération, point central de l’économie numérique aquitaine. Une analyse de la situation financière des entreprises du numérique est réalisée à partir des comptes sociaux consolidés accessibles à travers la base Diane. Cette analyse porte sur 1673 entreprises dont les comptes sont disponibles sur Diane. Menée sur l’ensemble de la filière Aquitaine, cette partie de l’étude met l’accent sur les indicateurs financiers consolidés de la filière numérique. Les principaux indicateurs financiers sont ainsi analysés à travers leur évolution au fil du temps, de 2012 à 2008, pour en dégager les principales tendances. Intro
    • Observatoire aquitain de l’économie numérique – Avril 2014
    • Sommaire Partie 2– Cadre Méthodologique 16 Partie 3– L’Aquitaine Numérique et entrepreneuriale 20 ↘ Un environnement propice à l’entreprise du numérique 20 > Les formations aux métiers du numérique en Aquitaine 21 Edito Edito Intro Introduction Partie 1– Aperçu des tendances générales du numérique 9 ↘ Multiplication des objets connectés 9 > Internet des choses (IOT Internet of Things) 9 > Technologies portables (Wearable Devices) et auto-quantification (Quantified Self) 10 > Smartphones et tablettes supplantent les PC 10 ↘ L’univers du Cloud poursuit son expansion 10 > Un poids croissant au niveau mondial en CRM et ERP 10 > Une marge de progrès pour les usages en PME 11 > La déferlante des formations de masse en ligne : les MOOCs 11 ↘ Explosion du marché et des usages du Big Data 11 ↘ (R)évolution industrielle … et de services 12 > Robotique industrielle : les PME encore sous-équipées 12 > L’émergence de l’(E)cobotique pousse la France à faire sa Robot…lution 12 > L’impression 3D à la portée de tous 12 ↘ Le E-commerce poursuit sa croissance en France 13 > Le m-commerce occupe une part de plus en plus importante 13 > La fréquence d’achats augmente mais le panier moyen se dégrade 13 > Un marché qui profite surtout aux leaders et consacre les places de marché 13 ↘ Quel périmètre pour le numérique ? 16
    • > La diversité des structures d’accompagnement 22 > Les tiers-lieux, un modèle en pleine expansion 25 > Les événements du numérique 26 ↘ Des Start-up aquitaines en croissance, preuve d’un dynamisme entrepreneurial 27 ↘ De plus en plus d’acteurs locaux à visibilité internationale 28 ↘ L’Aquitaine, région attractive pour les grandes entreprises du numérique 28 ↘ Les initiatives territoriales autour du numérique 29 ↘ L’Aquitaine dans le paysage national : une croissance plus forte des emplois dans le numérique 30 ↘ Comparaisons interrégionales 31 Partie 4– Les établissements aquitains du numérique à travers les territoires 33 ↘ La Gironde et les Pyrénées Atlantiques, deux pôles majeurs du numérique en Aquitaine 33 ↘ Des « activités libérales » prépondérantes dans le numérique 35 ↘ Une sur-représentativité des « services informatiques et développement de logiciels » inhérente au poids des activités libérales 36 > Zoom sur les services informatiques et le développement de logiciel (hors activité libérale) 37 > Zoom sur les activités de commerce d’équipements TIC 37 ↘ Une forte concentration des effectifs salariés en Gironde et particulièrement dans l’agglomération bordelaise 39 Partie 5– Focus sur le numérique dans la région bordelaise 42 ↘ Activités cœur de cible et leur localisation sur le territoire de la CCI de Bordeaux 42 ↘ Démographie d’entreprises 45 > 827 créations depuis le 1er janvier 2010 dont 673 encore en activité aujourd’hui 45 > 658 cessations d’activité depuis le 1er janvier 2009 (cœur de cible) 47 > Identification des créations d’établissements dans les activités dites connexes 48
    • Partie 6– Analyse financière du tissu aquitain 50 ↘ Panorama des entreprises 50 ↘ L’exploitation et la création de valeur dans le numérique 51 > Le Chiffre d’Affaires et la Valeur Ajoutée 51 > Le Chiffre d’Affaires moyen et le taux de valeur ajoutée 52 ↘ L’équilibre financier et la trésorerie 54 > Capitaux Propres et Total du Bilan 54 > Dettes financières 56 > Dettes fournisseurs et Créances clients 56 > FR, BFR et Trésorerie 57 Conclusion 59 Annexes 61 ↘ Cœur d’activités TIC 61 ↘ Activités connexes TIC 63
    • Observatoire aquitain de l’économie numérique – Avril 2014
    • P a g e | 9 Observatoire aquitain de l’économie numérique – Avril 2014 Partie 1 Aperçu des tendances générales du numérique
    • P a g e | 10 Observatoire aquitain de l’économie numérique – Avril 2014
    • P a g e | 11 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Multiplication des objets connectés > Internet des choses (IOT Internet of Things) Source illustration : http://www.ictusagelab.fr L'IDATE estimait dans son rapport 1 de septembre 2013 que 15 milliards de machines, terminaux et objets divers étaient connectés à l’Internet en 2012 (contre 4 milliards en 2010) et qu'en 2020, il y en aurait 80 milliards. Aux smartphones, tablettes et terminaux personnels ou professionnels viendront s'ajouter de nouveaux objets connectés à l'Internet : les voitures "intelligentes" (smart cars), les robots, les vêtements munis de capteurs (smart textiles), la domotique, les appareils électroménagers, les compteurs intelligents (eau, gaz, électricité), le mobilier urbain, les drones, les puces embarquées (machines, packaging …) … Selon CISCO 2 il y aura 12 milliards d’objets connectés en 2015, 50 milliards en 2020, et 500 milliards avant 2030. Le marché de l’IOT (Internet des choses) devrait selon l'IDATE 3 se concentrer à 85 % sur l'IOO (Internet des Objets), contre 11 % pour les terminaux communicants et 4% pour le M2M (Machine To Machine). Source illustrations : http://blog.idate.fr L'impact économique pourrait être énorme : selon un rapport 2013 de MCKINSEY 4 , les diverses applications de l’IOT pourraient représenter entre 14 et 33 trillions 5 de dollars par an d’ici 2025. Le GARTNER 6 , de son côté, estime que l’impact économique total de l’IOT devrait être d’environ 1,9 trillions de dollars d’ici 2020. 1 http://www.idate.org/fr/Research-store/Collection/In-depth-market-report_23/Internet-of-Things_785.html 2 http://www.informatiquenews.fr/mwc-2014-cisco-vend-linternet-des-objets-aux-operateurs-10857 3 http://blog.idate.fr/the-enormous-growth-of-internet-of-things-2/
    • P a g e | 12 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > Technologies portables (Wearable Devices) et auto-quantification (Quantified self) Selon DELOITTE 7 10 millions d'équipements de la personne connectés, 4 millions de lunettes, 4 millions de bracelets de fitness et 2 millions de montres, devraient être vendus en 2014, soit un chiffre d’affaires de 3 milliards de dollars. Ce marché lucratif pourrait représenter 100 millions d’unités en 2020 et offrir de belles opportunités notamment dans le secteur de la santé. PwC 8 estimait à 4,5 milliards de dollars en 2013 un marché mondial qui pourrait atteindre les 23 milliards de dollars en 2017 voir 26 milliards selon Research2Guidance 9 . > Smartphones et tablettes supplantent les PC Selon le GARTNER 10 2,4 milliards de portables, tablettes et PC auraient été vendus dans le monde en 2013. Le total des ventes devrait même frôler les 3 milliards de terminaux en 2017. A cette date, il devrait se vendre plus de tablettes que de PC dans le monde (467 millions de tablettes contre 271 millions de PC). Cette tendance est déjà observable en France depuis 2013. Selon DELOITTE 11 : 25% des smartphones vendus en 2014 seront des phablets (smartphones avec des tailles d'écran comprises entre 5" et 6,9"). Au niveau mondial, le volume des ventes devrait être de 300 millions soit 2 fois plus qu'en 2013 et 10 fois plus qu'en 2012. ↘ L’univers du Cloud poursuit son expansion > Un poids croissant au niveau mondial en CRM et ERP Selon le cabinet d'études GARTNER 12 les solutions CRM en SaaS (Software as a Service)/Cloud devraient représenter 49% du marché mondial du CRM en 2014 et 50% pour 2015. Dans le domaine des ERP, ORACLE estime que les 2/3 des nouvelles implémentations le sont directement sur le Cloud. > Une marge de progrès pour les usages en PME 33 % des entreprises françaises utilisaient le Cloud en 2013 selon le CloudIndex 13 de Pierre Audoin Consultants (PAC). Le marché du Cloud en France devrait croître de 36% en 2014 (3,5 milliards d’euros) et devrait atteindre 4,9 milliards d’euros à l’horizon 2015 selon Xerfi 14 France. 4 http://www.washingtonpost.com/business/on-it/cisco-ceo-at-ces-2014-internet-of-things-is-a-19-trillion- opportunity/2014/01/08/8d456fba-789b-11e3-8963-b4b654bcc9b2_story.html 5 1 Trillion = 1 000 milliards 6 http://www.gartner.com/newsroom/id/2636073 7 http://www.deloitte.com/view/fr_FR/fr/mediatheque/tmt-predictions-2014/index.htm 8 http://www.pwc.fr/socio-economic-impact-of-mhealth-an-assessment-report-for-the-european-union.html 9 http://www.research2guidance.com/shop/index.php/mhealth-report-2 10 http://www.gartner.com/newsroom/id/2645115 11 http://www.deloitte.com/view/fr_FR/fr/mediatheque/tmt-predictions-2014/index.htm 12 http://www.gartner.com/newsroom/id/2358015 13 http://www.cloudindex.fr 14 http://www.xerfi.fr/XERFINEW_WEB/FR/etude-2SAE18.awp
    • P a g e | 13 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Les PME représentent un fort gisement de croissance : selon le CloudIndex de PAC en 2013, 20 % seulement des entreprises de moins de 200 personnes avaient recours aux services en Cloud (SaaS, IaaS et PaaS) contre 53% pour les grandes entreprises (+1000 salariés) principalement pour des craintes liées à la sécurité. > La déferlante des formations de masse en ligne : les MOOCs D’ici à 2014, le cabinet DELOITE 15 prévoit une hausse de 100% des inscriptions aux formations en ligne ouvertes à un grand nombre d'étudiants, les MOOCs (Massive Open Online Courses) par rapport au 10 millions de cours en ligne de 2012. Ce nouveau marché n’est pas encore disruptif car les MOOCS ne représenteront en 2014 que 0,2% des cycles complet d’études. Ils pourraient cependant atteindre 10% des cycles complets d’études en 2020. ↘ Explosion du marché et des usages du Big Data MARKETSANDMARKETS 16 évalue le marché mondial du Big Data en 2013 à 14,87 milliards. Selon Transparency Market Research 17 , il devrait atteindre 8,9 milliards de dollars en 2014 avec une croissance annuelle proche des 40% dans les années suivantes pour atteindre en 2016 près de 24,6 milliards de dollars. IDC 18 prévoit que le marché de la technologie et des services Big Data devrait croître à un taux annuel de 27% pour atteindre 32,4 milliards de dollars en 2017 - soit environ six fois le taux de croissance du marché des TIC. ABI RESEARCH 19 , qui intègre dans le périmètre de son étude du marché Big Data les logiciels et les services, évalue ce marché à 31 milliards de dollars en 2013 et à 114 milliards de dollars en 2018, soit une progression annuelle de 29,6%. GARTNER 20 , pour sa part, estime que d'ici 2016, les investissements dans le Big Data et en solutions logicielles proposées par les startups devraient atteindre 232 milliards de dollars. ↘ (R)évolution industrielle … et de services > Robotique industrielle : les PME encore sous-équipées Selon la société d'étude et de conseil en innovation ERDYN 21 , le marché mondial de la robotique industrielle pourrait atteindre 26 milliards de dollars en 2015. Le taux d’équipement moyen au niveau mondial est de 58 robots pour 10.000 employés dans l’industrie (68 aux USA, 47 en Asie et 80 pour l’Europe). C'est pour rattraper le retard pris notamment par rapport à leurs concurrents allemands (qui comptent 4 fois plus de robots) que le plan "Robot Start PME" a été lancé en 2013 en France pour aider 250 PME à investir en robotique industrielle. 15 http://www.deloitte.com/view/fr_FR/fr/mediatheque/tmt-predictions-2014/index.htm 16 http://www.marketsandmarkets.com/Market-Reports/big-data-market-1068.html 17 http://www.transparencymarketresearch.com/big-data-market.html 18 http://www.idc.com/getdoc.jsp?containerId=prUS24542113 19 https://www.abiresearch.com/press/big-data-spending-to-reach-114-billion-in-2018-loo 20 http://www.gartner.com/technology/research/big-data/ 21 http://www.erdyn.com/elements/download/cp_erdyn_etude-pipame_robotique-vf.pdf
    • P a g e | 14 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > L'émergence de l'(E)cobotique pousse la France à faire sa Robot…lution Dans le domaine de la "robotique de services", la Fédération Internationale de la Robotique (IFR) estimait le marché mondial à 17 milliards d'euros en 2013, 100 milliards d'euros en 2018 pour atteindre 200 milliards d'euros en 2023. Monsieur Hardouin dirigeant de la société AEROSPLINE et vice-président du cluster "Aquitaine Robotics" propose d’étendre le concept de "cobotique 22 " à celui d’"Ecobotique" ("Ecobotics" en anglais) en y intégrant la dimension environnementale. Ces robots de nouvelle génération devraient opérer dans des domaines variés tels que le médical (40% du marché), l'agroalimentaire et l'élevage (25%), la téléprésence, le BTP, l'aide à la personne et la surveillance. Le mardi 4 mars 2014 a été lancé en France le fonds de capital-risque "Robolution Capital" doté de 80 millions d'euros et premier fonds dédié à la "robotique de services". Créé à l'initiative de Bruno Bonnell 23 et piloté par Orkos Capital, il est financé à égalité par le secteur public et le secteur privé. Il a pour objectif d'accompagner les entreprises depuis la phase d’amorçage jusqu'à celle du développement, avec des investissements de 300 000 euros à 3 millions d’euros. 450 entreprises environ pourraient être concernées. > L'impression 3D à la portée de tous Selon DELOITTE 24 , l'impression 3D devrait connaître une croissance de +75% du marché en 2014, +200% en 2015. L’impression 3D devrait représenter un marché à 8,41 milliards de dollars d’ici 2020 selon le cabinet d’études MARKETANDMARKETS 25 . Les secteurs où l’impression 3D connaît la plus forte croissance sont l’aérospatial et la santé, suivis par l’automobile, la défense et la production de machines industrielles ou professionnelles. GARTNER 26 estimait en 2013 à 56 500 imprimantes 3D (de moins de 100.000$) les ventes à une clientèle tant professionnelle que grand public. Le marché 2014 des imprimantes 3D devrait progresser de 75% conduisant ce secteur à doubler de taille. Le marché des consommables utilisés par les imprimantes 3D comme les différents plastiques et métaux, devrait profiter de ce développement et représenter 615 millions de dollars en 2025 selon IDTechEx 27 . 22 Néologisme traduisant la robotique de collaboration ou robotique coopérative en interaction directe ou télé-opérée avec un opérateur humain. 23 Cofondateur d'Infogrames et président de Syrobo (syndicat français de la robotique) 24 http://www.deloitte.com 25 http://www.marketsandmarkets.com/Market-Reports/3d-printing-market-1276.html 26 http://www.gartner.com/newsroom/id/2600115 27 http://www.idtechex.com/research/reports/3d-printing-2013-2025-technologies-markets-players-000352.ja.asp
    • P a g e | 15 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Le E-commerce poursuit sa croissance en France Selon Médiamétrie 28 , la France comptait en 2013 près de 33,8 millions de cyberacheteurs, (+38,5% en 4 ans) soit 78 % des internautes français. Les cyberacheteurs ont réalisé en 2013 plus de 600 millions de transactions en ligne (+17,5% / 2012 ; selon la Fevad 29 ) pour un montant total des ventes de 51,1 milliards d’euros (+13,5% / 2012). Selon la Fevad, les ventes de Noël ont dépassé les 10,1 milliards d’euros (+12,5 % / 2012). Le marché du e-commerce français compte 138 000 sites actifs (+17% / 2012; soit 20 000 nouveaux sites). Entre 2005 et 2013, le nombre de sites marchands a ainsi été multiplié par près de 10 et le chiffre d’affaires par 6. Selon l’étude Oxatis-KPMG 30 , près de 40 % des sites commerçants sont consacrés à la beauté, à la maison et au jardin, à la mode, à la culture et au sport. 75% des e-commerçants possèdent également des boutiques physiques. > Le m-commerce occupe une part de plus en plus importante Les ventes sur mobiles (tablettes et smartphones) représentent 5 % des ventes sur Internet et ont quasiment doublé en 2013 avec un chiffre d’affaires de plus de 2,5 milliards d’euros. Les sites du panel Fevad iCE 40 (qui permet de mesurer l’évolution à périmètre constant de 40 sites leaders) réalisent même 11 % de leur activité en m-commerce. > La fréquence d’achats augmente mais le panier moyen se dégrade En 2013, la demande est tirée par l’arrivée de nouveaux acheteurs en ligne : +5% / 2012 (selon Médiamétrie) et par l’augmentation de la fréquence d’achats : en moyenne 18 transactions par an et par acheteur (16 en 2012). La baisse du panier moyen déjà constatée en 2012, s’est poursuivie en 2013 (84,5 € contre 87,5 € en 2012; soit -3,5%). Le dernier trimestre 2013 a même connu le plus bas niveau jamais enregistré jusqu'ici pour le panier moyen avec 83 €. > Un marché qui profite surtout aux leaders et consacre les places de marché Selon la Fevad, 66% des sites (quelques 90 000) font un CA de moins de 30K€ tandis que 4% (soit environ 6000 sites) dépassent le million d’euros de CA. 1000 sites réalisent plus de 10m€ et concentrent près de 70 % des ventes. En 2013, les sites du panel Fevad iCE 40 ont vu leur chiffre d’affaires progresser de +4% sur un an malgré un recul de la consommation de détail hors alimentaire de 2% sur l’année (selon la Banque de France). Selon Médiamétrie 31 en Octobre-Novembre 2013, 64,6% des internautes ont consulté, chaque mois, au moins un des sites du Top 15 e-commerce ; soit en moyenne 30,1 millions d’internautes (+2,7% / 2012). AMAZON reste premier dans le classement des Tops 15 des sites « e-commerce » les plus visités en France devant la FNAC et CDISCOUNT qui suivant les mois s’échangent les places de 2e et 3e. 28 http://www.mediametrie.fr/internet/communiques/barometre-trimestriel-de-l-audience-du-e-commerce-en-france-au-4eme-trimestre- 2013.php?id=1005#.UydAcbQ9fTp 29 http://www.fevad.com/etudes-et-chiffres/bilan-du-e-commerce-2013-previsions-2014 30 http://www.fevad.com/espace-presse/le-profil-du-e-commercant-en-2014-special-tpe-pme-un-secteur-preponderant-dans-l-economie- francaise-et-sur-le-marche-de-l-emploi#topContent 31 http://www.mediametrie.fr/internet/communiques/barometre-trimestriel-de-l-audience-du-e-commerce-en-france-au-4eme-trimestre- 2013.php?id=1005#.UydBFrQ9fTo
    • P a g e | 16 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Source http://www.mediametrie.fr/internet/communiques/ * Sites adhérents à la FEVAD En 2013, les places de marchés (Marketplaces) tirent le chiffre d’affaires des sites marchands. Leurs ventes ont progressé de 42% au 4ème trimestre. Elles occupent les 5 premières places en termes de trafic et 7 des 10 premières places. Par ailleurs, 32% des e-commerçants vendent sur les places de marchés. CDISCOUNT  1,3 Milliard € CA 2012  +16,3 % Croissance 2012  + 25% PDM en électroménager, informatique & Hi-Tech  + 10 millions visiteurs uniques / mois  13,5 millions clients  +1 200 employés  200 000 m 2 d'entrepôts  14 000 points de retrait en France  Place de marché : 5,5 millions d’offres et 2800 vendeurs / Volume d’affaires 2012 : 100 millions € L’activité e-commerce du Groupe CASINO 32 (Cdiscount, Monshowroom …) a réalisé un CA de 1 781,7 Mds € en 2013 (contre 1 745,6 en 2012) en hausse de +2,1% / 2012. Le volume d’affaires total (yc marketplace) de Cdiscount a connu une forte croissance à +15,8% au T4 2013. La marketplace représente désormais 16% du volume d’affaires avec 5,5 millions d’offres et 2800 vendeurs. Les volumes (nombre d’articles vendus) y compris marketplace sont en hausse de +19,6% au T4. Le chiffre d’affaires de Cdiscount progresse de +10,2%, soutenu par les ventes sur mobiles. 32 Sources : Cdiscount, www.groupe-casino.fr/fr/Chiffre-d-affaires-du-4eme,5573.html
    • P a g e | 17 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Les 20 premiers acteurs français du Top 500 des principaux e-marchands d'Europe, classés par CA 2012 Rang France Rang Europe Société CA Web 2012 (millions €) CA Web 2011 (millions €) Croissance 2012 1 7 Cdiscount.com (Groupe Casino) 1 557 1 343 15,95% 2 11 Vente-Privee.com 1 307 1 075 21,54% 3 12 Groupe 3SI 1 224 1 155 6,00% 4 16 Groupe Auchan 1 024 838 22,18% 5 17 Carrefour Group 1 001 986 1,45% 6 25 E.Leclerc 732 403 81,43% 7 33 PPR 570 518 10,11% 8 50 Groupe M6 (Ventadis) 387 421 -8,24% 9 51 Darty.com 379 323 17,20% 10 56 Rue du Commerce 330 311 6,10% 11 58 Atlas For Men 317 309 2,68% 12 59 LVMH 316 258 22,42% 13 62 Bijoudumois.com 307 292 5,21% 14 77 Showroomprive.com 250 180 39,15% 15 89 Eveil et Jeux 223 214 4,21% 16 91 Vente-unique.com (groupe Cafom) 214 189 13,05% 17 96 LDLC 200 169 18,73% 18 116 Leroy Merlin 153 148 3,21% 19 117 Spartoo 152 100 51,71% 20 119 Sarenza 148 81 82,90% Source : Internet Retailer / Top 500 Guide http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/top-500-e-commerce-europe/top-20-france.shtml
    • P a g e | 18 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 19 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Partie 2 Cadre méthodologique
    • P a g e | 20 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 21 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Quel périmètre pour le numérique ? Devenues incontournables au développement des entreprises, les technologies numériques sont aujourd’hui présentes dans l’ensemble des activités économiques, qu’elles soient industrielles, commerciales ou encore liées aux services. Difficile donc de définir avec précision et de manière incontestable ce que serait la filière numérique. En effet, la difficulté de la définition d’une entreprise numérique réside dans la qualification d’une « frontière » entre le « créateur » et « l’utilisateur » (ou « l’intégrateur ») de technologies numériques. Afin de répondre à cette épineuse question de la définition d’une entreprise numérique, nous avons fait le choix de procéder par étape. Tout d’abord, un premier travail a consisté à qualifier les entreprises dites « cœur de cible » c’est-à-dire celles dont le métier principal est la création de technologies et/ou d’outils numériques. Cette définition s’appuie sur le périmètre des industries TIC retenu dans le cadre des Etats Généraux de l’Industrie auquel nous ajoutons le commerce d’équipements TIC dans une logique de filière. Notre définition est basée sur une agrégation de codes NAF (Nomenclature d’Activités Françaises), et se décline en cinq catégorie d’activités :  Le commerce de détail / de gros d’équipements TIC : vente d’ordinateurs, de composants et d’équipements électroniques et de télécommunication  La fabrication d’équipements TIC : fabrication d’ordinateurs et de périphériques, d’équipements de télécom ou encore de composants électroniques.  Les services informatiques et le développement de logiciels : conseil et développement à façon, outsourcing 33 , hébergement, Internet mais aussi l’édition de logiciels.  Les services de télécommunication : mobile, satellite et filaire.  La réparation d’équipements TIC : réparation d’ordinateurs, d’équipements télécom. Nota Bene : Le détail des codes NAF « cœur de cible » est repris en annexe page 77 Périmètre géographique Région Aquitaine Services informatiques et développement de logiciels Commerce d’équipements TIC Réparation équipements TIC Télécommunications Fabrication équipements TIC 69 % 13 % 12 % 5 % 1 % Répartition des activités « cœur de cible » sur le territoire aquitain Base : 7 275 établissements Source : INSEE (y compris les activités libérales) au 31 décembre 2013 D’un point de vue méthodologique et au regard de la structuration des bases de données mobilisées (par code NAF), nous avons pu retranscrire une image fidèle des établissements cœur de cible. Grâce aux données INSEE (fichier SIRENE), l’ensemble des typologies d’établissements a pu être appréhendé à savoir les activités libérales (autoentrepreneurs pour l’essentiel), les structures unipersonnelles (sans salarié) et les établissements 33 « L’outsourcing est une pratique qui consiste à externaliser vers un prestataire spécialisé certaines tâches dans le domaine du marketing et de la relation client. Les pratiques d’outsourcing sont surtout présentes dans le domaine des centres d’appels et du support client. »
    • P a g e | 22 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ayant au moins un salarié. La mobilisation de la base de données SIRENE a apporté un plus à l’analyse, car ont pu être « captées » les activités dites « freelance 34 » très répandues dans la sphère du numérique. A l’échelle de la Région Aquitaine il a pu ainsi être constitué un fichier de 7275 entreprises faisant partie du cœur de cible de la filière numérique. Périmètre géographique Région Aquitaine Statut « libéral » Etablissements « sans salarié » Etablissements « ayant au moins un salarié » 2 937 établissements 40,4 % 2 725 établissements 37,4 % 1 613 établissements 22,2 % Répartition des établissements « cœur de cible » par typologie sur le territoire aquitain Base : 7 275 établissements Source : INSEE (y compris les activités libérales) au 31 décembre 2013 Afin de mesurer le nombre d’emplois que concentrent les établissements « cœur de cible », ce sont les bases sociales de données de l’URSSAF qui ont été mobilisées. Riches des déclarations des entreprises, ces bases nous permettent non seulement d’avoir une vision assez fidèle du nombre de salariés mais également la possibilité de faire des comparaisons à l’échelle nationale et interrégionale. De plus, des calculs de taux d’évolution ont également été possibles entre les années 2008 et 2012. Cependant, ne sont concernés dans cette partie que les établissements ayant au moins un salarié (soit 22 % de notre population aux vues des données de l’INSEE). N’est donc pas comptabilisé le propre emploi du dirigeant travaillant seul (prés de 5700 personnes). Malgré cette « réduction » du nombre d’établissements qui s’applique à chaque territoire, les indicateurs extraits de la base URSSAF donnent des tendances pertinentes sur le dynamisme des activités numériques en matière d’emploi. Périmètre géographique Données nationales avec déclinaisons possibles par région Cible Etablissements « ayant au moins un salarié » Données clé Nb établissements au national : 39 130 Nb établissements aquitains : 1 613 (4,1 %) 5 e région française (en nb d’établissements) Effectif salarié au national : 675 653 Effectif salarié aquitain : 23 327 (3,5 %) 6 e région française (en nb d’emplois salariés) Etablissements « ayant au moins un salarié » en Aquitaine Base : 1 613 établissements Source : URSSAF au 31 décembre 2012 Néanmoins, nous ne pouvons pas réduire les entreprises numériques à celles dites « cœur de cible ». Il existe en effet dans le paysage économique aquitain de nombreuses structures qui intègrent de manière intense et même parfois adaptent des outils numériques à leur cœur de métier. Par la suite, ces entités seront qualifiées 34 « Quelqu’un qui vend ses services à un employeur sans contrat à long-terme. »
    • P a g e | 23 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 d’activités « connexes » du numérique. La qualification de ces activités connexes a été réalisée en plusieurs étapes :  Dans un premier temps, ont été identifiés les codes NAF 35 qui pourraient « englober » des établissements fortement intégrateurs de technologies numériques.  Dans un second temps, sur la base des codes NAF prédéfinis, un travail minutieux de qualification entreprise par entreprise a été effectué à partir d’une lecture du libellé de l’activité. En raison de la complexité de cette tâche, la qualification des activités dites connexes a été réalisée via le Système d’Informations Economiques (fichier de la CCI de Bordeaux) et ne porte que sur la circonscription de la CCI de Bordeaux.  Afin de s’assurer que certaines entreprises ne sont pas passées entre les mailles du filet, un croisement avec les annuaires d’associations professionnelles a été effectué (ADEISO, Bordeaux Games, SYRPIN, AEC …). Il est à noter que l’agglomération bordelaise concentre plus de 50 % des Entreprises du numérique en Aquitaine. Ce travail sur les activités connexes a permis d’identifier 680 établissements supplémentaires qui sont intégrés à l’étude sur Bordeaux. Nota Bene : Le détail des codes NAF « connexes » est repris en annexe page 79 Périmètre géographique Circonscription de la CCI de Bordeaux Cibles Etablissements « ayant au moins un salarié » Etablissements « sans salarié » Données clé Identification de 680 établissements dits « connexes » (soit 26,7 % de l’ensemble des entreprises numériques qualifiées sur le territoire de la CCI de Bordeaux) 317 créations pérennes d’activités connexes depuis le 1 er janvier 2010 Définition des activités dites connexes Source : Système d’Informations Economiques (CCI de Bordeaux) au 31 novembre 2013 Il convient de préciser que les activités dites connexes n’intègrent pas le e-commerce 36 . Ce dernier fait donc l’objet d’un traitement particulier car nous ne pouvons ignorer cette dynamique sur le territoire aquitain (cf. partie 1 – page 15) en raison de la présence de leaders nationaux comme Cdiscount, Maxicoffee, 1001 Pneus, etc. Le e-commerce intègre en effet aux côtés des « pure players » de plus en plus d’entreprises proposant leur offre via Internet, sans que la vente en ligne puisse constituer leur principal canal de distribution (clic and mortar). Par ailleurs, la production de ce rapport se faisant dans le contexte de la candidature de l’agglomération bordelaise au Label French Tech, un focus spécial est réalisé sur le territoire de la CCI de Bordeaux. Ce focus (page 53) a été réalisé à partir des données du Système d’Informations Economiques (fichier consulaire) de la CCI de Bordeaux. 35 Nomenclature d’Activités Françaises 36 Le commerce électronique ou vente en ligne, désigne l'échange de biens, de services et d'informations entre les réseaux informatiques, notamment Internet
    • P a g e | 24 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Périmètre géographique Circonscription de la CCI de Bordeaux Cibles Etablissements « ayant au moins un salarié » Etablissements « sans salarié » Données clé Identification de 1 888 établissements dits « cœur de cible » (soit 45% des 4 198 établissements « cœur de cible » identifiés en Gironde grâce aux données INSEE) 827 créations depuis le 1er janvier 2010 dont 673 encore en activité aujourd’hui Définition des activités dites cœur de cible Source : Système d’Informations Economiques (CCI de Bordeaux) au 31 novembre 2013 Une analyse de la situation financière des entreprises du numérique en Gironde vient compléter l’étude. Cette analyse a été effectuée à partir des comptes publiés par Diane sur la période 2008-2012. Les informations financières de 1673 entreprises sont disponibles selon les années. Cependant, en raison de données manquantes pour certaines entreprises (comptes non publiés certaines années, indicateurs clés non disponibles parmi les données publiées, etc.), seules 1244 entreprises sont incluses dans l’analyse financière. Sont également exclus du champ d’analyse, les grands comptes n’ayant pas leur siège social en Aquitaine. Malgré ces restrictions, les 1244 entreprises constituent une base pertinente pour donner un aperçu de la situation financière des entreprises du numérique dans la Région. Périmètre géographique de l’analyse financière Circonscription de la CCI de Bordeaux Population Cibles Etablissements « ayant au moins un salarié » Etablissements « sans salarié » Fichier de base : 2568 établissements recensés (activités cœur de cible + connexes) Ont été exclus de l’analyse financière les établissements dont le siège est hors ressort. données disponibles pour 1673 établissements Source : pré-ciblage Système d’Informations Economiques Traitement des données financières : DIANE La qualification de l’environnement numérique aquitain a été réalisée à partir d’une exploitation des sources documentaires (acteurs de la filière, collectivités locales) mais également une veille presse (généraliste et spécialisée).
    • P a g e | 25 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Partie 3 L’Aquitaine numérique et entrepreneuriale
    • P a g e | 26 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 27 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Un environnement propice à l’entreprise du numérique Durant tout son cycle de vie, l’entreprise dite numérique en Aquitaine bénéficie d’une offre services d’accompagnement riche, de la création à son développement :  Les formations aux métiers du numérique  Les incubateurs, pépinières et technopôles  Les Agences de développement  Les Associations professionnelles  Les Tiers-lieux autour du numérique (espaces de travail et d’échanges pour stimuler l’innovation et la créativité)  Les événements professionnels ENVIRONNEMENT NUMERIQUE AQUITAIN Formations (ESTIA, Kedge, Digital Campus) Incubateurs/ Pépinières/ Technopôles Agences de développement (ADI, BGI,..) Chambres de Commerce et d'Industrie Clusters (TIC Santé, ...) Associations professionnelles (ADESIO, SYRPIN, Bordeaux Games,...) Evénements Professionnels (Planète E- Commerce ) Tiers-Lieux du Numérique ( NODE, ...) Recherche & Développement (INRIA, LABRI)
    • P a g e | 28 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > Les formations aux métiers du numérique en Aquitaine Le tissu de formations aux métiers du numérique est particulièrement dense en Aquitaine, dès le Bac pro jusqu’au doctorat (en passant par des diplômes d’état). Près de 50 établissements accueillent plus de 140 formations dans le numérique. Les centres de formation au numérique en Aquitaine Sources : CCI et AEC (2013) Traitement : DAE-AFI / CCI de Bordeaux Quelques établissements spécialistes du numérique :  EPITECH 37 , Ecole de l’Innovation et de l’Expertise Informatique, compte 12 campus en France dont un à Bordeaux.  EPSI 38 , l’Ecole d’Ingénierie Informatique, possède plusieurs campus sur le territoire national. A travers différents partenariats, notamment avec le Node (espace de travail collaboratif pour le numérique), le campus EPSI est pleinement intégré dans l’environnement numérique bordelais.  L’ESCEN, Ecole Supérieure de Commerce et d’Economie Numérique, intègre 7 formations, du BTS au Master professionnel. Basée à Bordeaux, l’école forme particulièrement aux métiers du e-commerce et du web.  ESTIA, Ecole Supérieure des Technologies Industrielles Avancées, associe la formation, la recherche et l’entreprise sur son campus à Bidart (64). L’établissement public d’enseignement supérieur a intégré un incubateur en son sein. 37 EPITECH : Ecole pour l’Informatique et les nouvelles technologies 38 EPSI : Ecole Privée Supérieure d’Informatique Kedge
    • P a g e | 29 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014  La formation Métiers du Multimédia et de l’Internet de l’IUT Michel de Montaigne, offre aux étudiants l’opportunité d’acquérir des compétences en informatique et dans le web (approche technique).  Le Digital Campus est né de la volonté de trois écoles spécialistes du numérique afin de proposer les meilleures formations au métier du digital.  KEDGE : créée en 2001, la Chaire « Commerce Connecté » est le fruit d'une collaboration de plusieurs années entre KEDGE Business School et les entreprises partenaires. Elle offre un terrain de recherche unique et une expérience pré-professionnelle significative pour les étudiants. La chaire se propose de développer et de diffuser des connaissances et une expertise de pointe sur l'adoption et l'utilisation des T.I.C. (Technologies de l'Information et de la Communication) par les consommateurs et les entreprises. Elle observe par ailleurs l'évolution des formes de distribution ainsi que le développement et l'intégration de la relation client dans une stratégie multicanal 39 . > La diversité des structures d’accompagnement Le territoire aquitain dispose de multiples structures permettant de porter à maturation un projet et de l’accompagner dans son développement. Avec plus de 40 structures d’aide au développement économique ou associations professionnelles, l’Aquitaine possède des atouts forts pour l’essor d’une économie numérique sur son territoire. Regroupant à elle seule plus de la moitié des structures ou associations, la ville de Bordeaux peut être considérée comme le centre névralgique de cette économie numérique. Les différentes structures présentes sur le territoire aquitain Source : CCI et AEC Traitement : DAE-AFI / CCI de Bordeaux Lecture : Chaque pictogramme représente une structure. Les pictogrammes ne sont pas géolocalisés. 39 http://www.kedgebs.com/fr/chaires/la-chaire-e-commerce-et-distribution
    • P a g e | 30 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 L’Action des Chambres de Commerce et d’Industrie A travers leurs équipes de conseillers dédiés au numérique, les Chambres de Commerce et d’Industrie d’Aquitaine accompagnent les porteurs de projet (de création et les entreprises de tous secteurs d’activité) à l’intégration des usages numériques. L’accompagnement des entreprises s’articule à travers les actions suivantes :  Veille sur les usages et pratiques innovantes (Observatoire Aquitain de l’Economie Numérique)  Sensibilisation collective à travers des ateliers et manifestations, en partenariat avec des experts du numérique (consultants, prestataires …) o par thématiques (marketing, logistique, dématérialisation des échanges, sécurité, gestion) o par niveau (cahier des charges, géo localisation, référencement, réseaux sociaux, …) o par secteur d’activité (industrie, tourisme, commerce, vin,…)  Accompagnement individuel d’entreprises dans leurs projets numériques à travers la réalisation d’un diagnostic incluant des préconisations sur les actions à mettre en œuvre.  Offre de solutions numériques (certificats de signature électronique Chambersign, …) o Service de proximité à travers le réseau des CCI o Formation aux usages (veille et réponses aux appels d’offres,…) o suivi clients à travers un service d’assistance en ligne dédié  Relai territorial et partenaire de programmes numériques nationaux et internationaux (Transition Numérique, CyberSudoe, …). A titre d’illustration, la CCI de Bordeaux propose des ateliers tout au long de l’année pour sensibiliser les entreprises aux usages du numérique. Ces ateliers sont à retrouver sur le site de la CCI 40 . En complément des ateliers, des diagnostics sont proposés selon les besoins de l’entreprise (dématérialisation, création de site web, signature électronique, réseaux sociaux…). Les prestations proposées par la CCI de Bordeaux permettent d’accélérer la mise en œuvre du projet. 40 http://bordeaux.cci.fr/Rubriques/Integrer-les-nouvelles-technologies Observatoire Aquitain de l'Economie Numérique Sensibilisation Collective Ateliers, manifestations... Accompagnement individuel Diagnostic numérique Offre de solutions
    • P a g e | 31 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Les pépinières d’entreprises, les incubateurs ainsi que les technopôles sont autant de structures permettant le lancement de projets avec mutualisation de frais (notamment administratif et logistique) ainsi que la mise en place d’une dynamique collective et de partage. Durant la phase de structuration de l’entreprise, les différentes agences d’aide au développement et à l’innovation sont des sources de relais économique et permettent de soutenir des projets en développement. L’Aquitaine en possède plusieurs dont certaines spécialisées dans le numérique telles que :  Aquitaine Europe Communication (AEC) : Agence aquitaine du numérique, elle agit depuis 15 ans auprès des acteurs du territoire sur trois volets : la veille opérationnelle, l’émergence de projets numériques innovants et l’intermédiation stratégique au travers de son laboratoire d’idées.  L’Agence des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, ANTIC, agit pour développer les nouvelles technologies et leurs usages sur le territoire du Pays Basque.  Le réseau des Chambres de Commerce et d’Industrie sensibilise les entreprises aux usages du numérique et les accompagne dans l’intégration des outils numériques. De plus, le réseau consulaire (CCIT, CCIR) aide les entreprises à se développer et innover, notamment, pour les CCI, par l’intermédiaire de CCI Innovation lancé en décembre 2013 par la CCI Aquitaine. Les associations professionnelles du numérique sont elles aussi bien représentées sur le territoire. Avec une douzaine de structures (associations et Clusters) tournées vers les entreprises du numérique, l’Aquitaine a les clés pour un maillage dense et diversifié des activités du numérique : des structures spécialisées - telles que les cluster TIC Santé, spécialisé dans l’informatique de santé, TOPOS pour les applications satellitaires, Aquitaine Robotics, pour la robotique industrielle, ou l’association Bordeaux Games, regroupant les professionnels du jeu vidéo - jusqu’aux associations plus généralistes ( ADEISO, AQUINUM, le SYRPIN ou PEBA ) :  ADEISO : Depuis 30 ans, l’association réunit près de 130 membres pour renforcer et dynamiser les activités électroniques, informatiques et les technologies de l’information en Aquitaine.  SYRPIN : le Syndicat régional des professionnels de l’informatique et du numérique, a été créé en 1967. Basé à Bordeaux, le SYRPIN propose des rencontres, des réunions de professionnels pour partager, échanger et créer des partenariats.  Un pôle de compétitivité Digital Aquitaine est en cours de création afin de renforcer le potentiel d’innovation et de création de valeur collaborative.
    • P a g e | 32 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > Les tiers-lieux, un modèle en pleine expansion La présence de nombreux Tiers-lieux sur une large partie du territoire vient compléter l’offre à disposition des entreprises. Ces tiers-lieux, appelés aussi « Troisième place » sont l’incarnation des concepts de travail participatif (co-working) ou des espaces ouverts (open space). Ils représentent des lieux hybrides, faciles d’accès, pour permettre aux entrepreneurs locaux ou de passage de travailler dans un espace équipé, à moindre frais. Les valeurs fondamentales autour de ces tiers- lieux sont les suivantes :  La durabilité  La communauté  L’ouverture  L’accessibilité  La coopération En Aquitaine, 18 tiers-lieux sont déjà ouverts dont 9 à Bordeaux et plus de trente (33) sont en projet. Les Tiers-Lieux en Aquitaine Sources : CCI de Bordeaux et http://www.tierslieux.net/ Traitement : DAE-AFI / CCI de Bordeaux Lecture : Tous les tiers-lieux de la ville de Bordeaux sont représentés par un seul pictogramme. Ils sont au nombre de 9.
    • P a g e | 33 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > Les événements du numérique Les événements autour du numérique sont florissants en Aquitaine. Des rencontres professionnelles à la sensibilisation du Grand public, les manifestations se diversifient et accueillent un large public (voir tableau ci-contre). La majeure partie des événements ont lieu à Bordeaux. Toutefois, de nouvelles manifestations émergent dans d’autres villes aquitaines, notamment à Pau :  La Grande Jonction (événement en partenariat de la Semaine Digitale de Bordeaux).  TEDx Basque Country, la version basque des célèbres événements TED (en partenariat avec l’ESTIA de Pau). Quelques événements du Numérique en Aquitaine Thématique Colloque Aqui Rendez-vous annuel de la presse en ligne francophone Creative Tuesday Rencontre mensuelle des acteurs du jeu vidéo Destinées Numériques Rendez-vous annuel des entreprises du numérique Forum de l'économie collaborative Vers de nouveaux modèles de développement et de création d’emplois Forum Neo Media Rendez-vous annuel de l’actualité numérique et de ses nouveaux métiers Inspirience the 3D La rencontre Solutions 3D Collaboratives et Immersives pour l'Industrie ITS 2015 Congrès mondial de transports intelligents La Grande Jonction Rencontre économie classique / économie numérique Les Signaux Numériques Rendez-vous annuel sur les tendances du numérique Metro'Num Rencontre des services numériques urbains et territoriaux Numériglobe Un rendez-vous annuel partager les bonnes pratiques du numérique dans le monde Planète E-commerce Salon aquitain du commerce en ligne Rencontres Education et Numérique Le rendez-vous des acteurs publics et privés de l’éducation et du numérique Rencontres E-tourisme Rendez-vous annuel des professionnels du tourisme et du numérique Semaine Digitale De Bordeaux série de manifestations et d’événements variés ouverts au grand public comme aux professionnels TEDx Basque Country conférence organisée autour des thèmes technology-entertainment-designTEDx Bordeaux A retenir sur l’environnement numérique aquitain : > 50 établissements de formation et 140 formations dispensées > 40 structures d’aide au développement (y compris des CCI territoriales > 3 clusters : TIC santé, TOPOS et Aquitaine Robotics > 18 Tiers lieux et 33 en projet > De nombreux événements
    • P a g e | 34 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Des Start-up aquitaines en croissance, preuve d’un dynamisme entrepreneurial De nombreuses start-up se développent actuellement dans le domaine du numérique en Aquitaine, dont une majorité localisées au sein de la Communauté Urbaine Bordelaise. Accompagnées par l’écosystème, ces start- up sont une richesse pour l’innovation régionale et pour son dynamisme. Durant les années 2012 et 2013, 18 sociétés ont levé des fonds pour un total dépassant 20 millions d’euros 41 . Un grand nombre de start-up aquitaines du numérique sont des sociétés de services en ingénierie informatique (SSII). Le e-commerce est aussi une tendance forte du territoire. Répartition des start-up par sous-domaine d’activité Sources : CCI et myfrenchstartup.com (Janvier 2014) Traitement : DAE-AFI / CCI de Bordeaux Quelques exemples de start-up aquitaines ayant levé des fonds depuis 2012 : Sources : CCI de Bordeaux et myfrenchstartup.com 41 Source : myfrenchstartup.com 0 2 4 6 8 10 12 Electronique,… Emploi,… Jeux vidéos,… Mobile app Marketing, com,… Site Internet Vin Biotech,… E-commerce SSII, Software • Basée à Bordeaux (33) et créée en 2006 • Plateforme en ligne de gestion et de diffusion de contenus multimédia • Dernière levée de fonds en 2008 à hauteur de 250 000 € • Septembre 2008: Elue Jeune Entreprise Innovante par le Ministère délégué à la Recherche Libcast.com • Installée à Bordeaux (33) et créée en 2012 • yummypets.com : Réseau social pour animaux • Dernière levée de fonds en 2012 à hauteur de 1 500 000 € Octopepper • Installée à Martillac (33) et créée en 2007 • Dématérialisation des flux documentaires • Dernière levée de fonds en 2010 à hauteur de 2 500 000 € • 1er prix des E-Doc Awards 2012 pour sa solution Demat Immo Primobox • Basée à Bruges (33) et créée en 2011 • Ezakus commercialise un service de ciblage d'audience pour éditeurs et annonceurs (pour des offres de social profiling) • Dernière levée de fonds en septembre 2013 à hauteur de 2 500 000€ Ezakus • Basée à Bordeaux (33) et créée en 2010 • Application de gestion de tâche collaborative • La société emploie 15 personnes • En 2012, Azendoo a effectué une levée de fonds à hauteur de 1 300 000€ Azendoo • Basée à Bordeaux (33) et créée en 2008 • Spécialiste de l'agrégation de contenus pour appareils mobiles • La société a signé avec 880 médias dans le monde • Une levée de fonds en 2013 à hauteur de 4 360 000€ Mobiles Republic
    • P a g e | 35 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ De plus en plus d’acteurs locaux à visibilité internationale… Quelques entreprises régionales ont dépassé le stade de la start-up pour devenir des entreprises avec une forte visibilité internationale. Les entreprises présentées ci-contre sont des exemples de réussites bordelaises dans le numérique. Ces entreprises emploient près de 870 salariés et génèrent plus de 1 055 000 000 € de chiffres d’affaires (source : DIANE). Des acteurs locaux à visibilité internationale Sources : Diane et SIE Traitement : DAE-AFI / CCI de Bordeaux ↘ L’Aquitaine, région attractive pour les grandes entreprises du numérique L’Aquitaine est aussi un territoire propice à l’économie du numérique pour les grands groupes. En effet, on note la présence de grands groupes du numérique dans la Région : Raison Sociale Activité Lieu d’implantation McKesson France, Informatique hospitalière Canéjan Agfa Healthcare Informatique hospitalière Artigues Près Bordeaux Thalès Défense / Sécurité Mérignac Dassault Défense / Sécurité Mérignac CapGemini Services Informatiques Pessac BULL Services Informatiques Bordeaux CGI Services Informatiques Bordeaux Atos Services Informatiques Pessac Sage Edition de logiciels Mérignac SOPRA Edition de logiciels Mérignac IBM Edition de logiciels Bordeaux Laser Cofinoga (CRM) Edition de logiciels Mérignac
    • P a g e | 36 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Les initiatives territoriales structurantes du numérique En Région Aquitaine :  Pôle Digital Aquitaine 42 : Fin novembre 2013, la 3 ème édition des Destinées Numériques, organisée par l’ADEISO, a été l’occasion du lancement officiel du Centre Aquitain des Technologies de l’Information et Electroniques (CATIE) et de l’annonce du nom du futur pôle numérique aquitain : Digital Aquitaine. Cette structure a pour vocation de devenir le pôle d’excellence sur les usages numériques en Aquitaine. Le CATIE a pour mission première d’aider au développement des entreprises dans le Numérique et l’Electronique. Il s’agit d’un centre de recherche, accompagnant les entreprises pour la recherche industrielle et le développement expérimental.  Les Tiers-lieux en Aquitaine 43 : Le nombre de tiers-lieux ouverts ou en projet est en forte augmentation dans toute la Région : l’Aquitaine en compte actuellement 18 et 33 sont actuellement en projet.  Le Très Haut Débit en Aquitaine : depuis 2009, les élus régionaux ont décidé d’engager les démarches pour déployer la fibre optique sur le territoire aquitain, à l’horizon 2030. L’aménagement, estimé à 1,7 milliards d’euros, est prévu en trois étapes : • Déploiement à 5 ans dans les communes de plus de 5 000 habitants • A 10 ans, déploiement dans les communes de plus de 1 500 habitants • A l’échéance des 20 ans, l’ensemble du territoire pourrait être pris en compte. Les premières villes ont mis en place la fibre optique (Parempuyre et Blanquefort 44 ) et les départements avancent (la fibre en Dordogne prévue en 2015 45 ) Le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques est prêt à consacrer plus de 50M€ à la généralisation de la fibre optique. La société IRIS64 est responsable de la construction, l’exploitation et la commercialisation du réseau haut débit des Pyrénées Atlantiques depuis 2004 jusqu’en 2024. Des foyers jusqu’aux ZAC (Zone d’Activité Commerciale), en passant par les collèges, plus de 75 millions d’€ ont été investis dans le réseau haut débit. (source : http://www.iris64.fr/societe.php) Le développement mondial des Data Center se traduit aussi sur le plan régional par le déploiement de plusieurs projets dont : Quelques Data center en Aquitaine Sources : CCI de Bordeaux, Sud Ouest Eco décembre 2013, http://www.datacentermap.com/ Traitement : DAE-AFI / CCI de Bordeaux 42 Source : Objectif Aquitaine, 29 novembre 2013 43 L’Aquitaine, numéro 50, Automne 2013 44 http://www.sudouest.fr/2013/12/16/le-multimedia-arrive-1260534-2774.php 45 http://www.ariase.com/fr/news/plan-fibre-optique-conseil-general-dordogne-article-3094.html Net-Center (SFR) •Basé à Bordeaux- Lac (33) •7 500 m² disponibles Cogent Bordeaux •Basé à Bordeaux (33) •450 m² disponibles Cheops Technology •Basé à Canéjan (33) •450 m² disponibles TDF •Basé à Bouliac (33) •400 m² disponibles Alienor.net •Basé au Bouscat (33) •150 m² disponibles
    • P a g e | 37 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ L’Aquitaine dans le paysage national : une croissance plus forte des emplois dans le numérique .. *ayant au moins un salarié Nota Bene : à titre indicatif et uniquement sur le territoire aquitain, les établissements TIC ayant au moins un salarié représentent 22 % de l’ensemble des entités identifiées (y compris les « libéraux ») et 37 % des établissements inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés. L’analyse comparée de la dynamique du numérique au niveau national et sur le territoire aquitain montre que l’Aquitaine a enregistré une croissance de ses effectifs salariés de l’ordre de 5,4 % entre 2008 et 2012 (sur les activités du « cœur de cible ») alors qu’au niveau national, sur la même période, ils connaissaient une stagnation (-0,5 %). La stagnation des effectifs au niveau national s’explique d’une part par le recul de la population salariale dans les activités de réparation (-26,7% sur la période) et de fabrication (-19,4%). Cette baisse a été compensée par la bonne tenue des « services informatiques et développement de logiciels » dont les effectifs ont crû de 7 %. Au niveau de la croissance du nombre d’établissements, l’Aquitaine a cependant été un peu moins dynamique que le niveau national avec +2,8 % contre 3,9 % pour le national entre 2008 et 2012. Evolution des effectifs salariés et du nb d’établissements « cœur de cible » au niveau national entre 2008 et 2012 Source : URSSAF (janvier 2014) retraitement CCIB-DAE/AFI Evolution des effectifs salariés et du nb d’établissements « cœur de cible » au niveau aquitain entre 2008 et 2012 Source : URSSAF (janvier 2014) retraitement CCIB-DAE/AFI 640000 645000 650000 655000 660000 665000 670000 675000 680000 685000 36500 37000 37500 38000 38500 39000 39500 2008 2009 2010 2011 2012 nb total étab national effectif salarié total national 20500 21000 21500 22000 22500 23000 23500 1540 1550 1560 1570 1580 1590 1600 1610 1620 2008 2009 2010 2011 2012 nb total étab aquitain effectif salarié total aquitain Chiffresà retenir 1 613 établissements* (cœur de cible) en 2012 sur le territoire aquitain soit 4,1 % du nombre total d’établissement au niveau national dans le numérique 23 327 salariés recensés en 2012 sur le territoire aquitain soit 3,5 % de la population salariale nationale
    • P a g e | 38 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Toutefois, que ce soit au niveau des effectifs salariés ou du nombre des établissements, l’Aquitaine a connu une évolution alignée sur la tendance nationale à savoir une baisse de 2008 à 2009 puis une croissance de 2010 à 2012 (avec une inflexion de 2011 à 2012). A noter toutefois une légère supériorité de croissance des effectifs salariés en Aquitaine par rapport au niveau national. Evolution du poids de l’Aquitaine par rapport au territoire national de 2008 à 2012 Source : URSSAF (janvier 2014) retraitement CCIB-DAE/AFI Nota Bene : pour mémoire (et selon les bases de données URSSAF), au 31 décembre 2012, la France comptait 39 130 établissements et 675 653 salariés dans le domaine du numérique (cœur de cible). ↘ Comparaisons interrégionales L’Aquitaine se place au 6 e rang des régions françaises en termes d’effectifs salariés du numérique. A noter que la dynamique reste très positive dans notre région (+5,4 % entre 2008 et 2012) au regard des performances nationales mais également vis-à-vis d’autres régions comme la Bretagne (-1,9 %), l’Ile de France (2%) et le Rhône Alpes (5,3 %) Effectifs salariés 2012 Part FR 2012 Evolution 2008-2012 ILE DE FRANCE 325406 48,2% -2,0 % RHONE ALPES 63963 9,5 % 5,3 % PACA 40460 6 % 1,5 % MIDI PYRENEES 30633 4,5 % 6,9 % BRETAGNE 25884 3,8 % -1,9 % AQUITAINE 23327 3,5 % 5,4 % LANGUEDOC 15149 2,2 % 2,2 % France 675653 -0,5 % Poids de l’Aquitaine par rapport aux autres régions françaises en matière d’effectifs salariés au 31 décembre 2012 Source : URSSAF (janvier 2014) Retraitement CCIB-DAE/AFI 4,2 % 4,1 % 4,1% 4,1% 4,1 % 3,3 % 3,3 % 3,3 % 3,4 % 3,5 % 3,0 3,2 3,4 3,6 3,8 4,0 4,2 4,4 2008 2009 2010 2011 2012 Part établissements part salariés
    • P a g e | 39 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 En nombre d’établissements, l’Aquitaine occupe la 5 e place comme l’illustre le tableau ci-dessous. Avec une croissance du nombre d’établissements de 2,8 % entre 2008 et 2012, l’Aquitaine reste en dessous de la tendance nationale. Etablissements 2012 Part FR 2012 Evolution 2008-2012 ILE DE FRANCE 14222 36,3 % 4,5 % RHONE ALPES 4118 10,5 % 6,4 % PACA 3169 8,1 % 0,8 % MIDI PYRENEES 1659 4,2 % 2,2 % AQUITAINE 1613 4,1 % 2,8 % BRETAGNE 1370 3,5 % 5,1 % LANGUEDOC 1360 3,5 % 6,3 % France 39130 3,9 % Poids de l’Aquitaine par rapport aux autres régions françaises En nombre d’établissements au 31 décembre 2012 Source : URSSAF (janvier 2014) Retraitement CCIB-DAE/AFI Du point de vue du nombre d’établissements ayant au moins un salarié, la Région Aquitaine se situe au même niveau que Midi Pyrénées et le Languedoc. Ce dernier enregistre cependant entre 2008 et 2012 une croissance plus forte du nombre d’établissements (+6,3 %) par rapport à l’Aquitaine (+2,8 %). Notre région se situe sur cet indicateur en dessous de la moyenne nationale qui est de 3,9 % sur la même période. Cependant, si l’on observe l’évolution de l’emploi salarié sur la même période, il ressort que l’Aquitaine est une région parmi les plus dynamique aux côtés du Rhône Alpes (+5,3%) de Midi Pyrénées (+6,9%) et très nettement au dessus de la moyenne nationale (-0,5 %). On peut en déduire que le nombre d’entreprises qui embauchent leur premier salarié augmente moins vite par rapport au tissu existant, que la moyenne nationale. Mais les entreprises qui ont franchi ce cap en Aquitaine ont globalement un taux de création d’emplois nettement supérieur à celui observé sur le plan national. Il reste cependant encore beaucoup de très petites entreprises dans le numérique sans salarié et la problématique majeure sera de les positionner sur le chemin de la croissance. A retenir sur les comparaisons interrégionales : > 5 e rang en nb d’établissements > 6 e rang au niveau des effectifs > Un taux de croissance du nombre d’établissements inférieur à la moyenne national (+2,8 % contre 3,9 % pour le niveau national)
    • P a g e | 40 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 41 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Partie 4 Les établissements aquitains du numérique à travers les territoires
    • P a g e | 42 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 43 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ La Gironde et les Pyrénées Atlantiques, deux pôles majeurs du numérique en Aquitaine Toutes activités et toutes formes juridiques confondues (c’est-à-dire en comptabilisant les activités libérales), l’Aquitaine compte près de 7300 établissements (dans sa définition cœur de cible). Avec près de 58 % du total des établissements, la Gironde demeure le poumon du numérique en région. La seule ville de Bordeaux concentre 16,5 % des activités. Le département des Pyrénées Atlantiques est également très dynamique dans ce domaine surtout à Pau et dans les communes littorales comme Anglet, Bayonne et Biarritz. Nb d’établissements % de la population étudiée Dordogne 610 8,4 % Gironde 4198 57,7 % Landes 612 8,4 % Lot-et-Garonne 483 6,6 % Pyrénées Atlantique 1372 18,9 % Total (y compris professions libérales et artisans) 7275 Localisation des établissements du numérique par département (toute nature d’établissements46 ) au 31 décembre 2013 Source : INSEE - janvier 2014 / Traitement CCIB / AFI Base : 7 275 établissements Principales villes « numériques » en Aquitaine Nb d’établissements % de la population étudiée BORDEAUX (33) 1203 16,5 % MERIGNAC (33) 443 6,1 % PAU (64) 254 3,5 % PESSAC (33) 196 2,7 % ANGLET (64) 150 2,1 % BAYONNE (64) 131 1,8 % TALENCE (33) 117 1,6 % GRADIGNAN (33) 96 1,3 % BIARRITZ (64) 93 1,3 % CENON (33) 90 1,2 % BRUGES (33) 89 1,2 % AGEN (47) 77 1,1 % PERIGUEUX (24) 76 1,0 % … … Total 7275 Localisation des établissements du numérique par commune (toute nature d’établissements47 ) au 31 décembre 2013 Source : INSEE - janvier 2014 / Traitement CCIB / AFI Base : 7 275 établissements 46 C’est-à dire que sont pris en compte dans la cartographie les artisans et les professions libérales. 47 C’est-à dire que sont pris en compte dans la cartographie les artisans et les professions libérales.
    • P a g e | 44 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Localisation des établissements du numérique par commune (toute nature d’établissements48 ) au 31 décembre 2013 Source : INSEE - janvier 2014 / Traitement CCIB / AFI Base : 7 275 établissements 48 C’est-à dire que sont pris en compte dans la cartographie les artisans et les professions libérales.
    • P a g e | 45 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Des « activités libérales » prépondérantes dans le numérique Les activités libérales du numérique en Aquitaine représentent près de 40% des établissements « cœur de cible ». La quasi-totalité de ces établissements (98,4 %) ont pour activité principale les services informatiques et marginalement, les télécommunications. Nature des activités « cœur de cible » du numérique en Aquitaine Source : INSEE – janvier 2014 / Traitement AFI Base : 7 275 établissements *RCS : registre du commerce et des sociétés Géographiquement, ces établissements se situent majoritairement en Gironde (58,8%) et dans une moindre mesure dans le département des Pyrénées Atlantiques (18,3 %). Les Landes et le Lot-et-Garonne concentrent chacun 9 % des professions libérales, contre environ 5 % en Dordogne. Principales communes d’implantation des « professions libérales » du numérique Nb d’établissements % de l’ensemble des professions libérales Bordeaux (33) 531 18,3 % Mérignac (33) 113 3,9 % Pau (64) 85 2,9 % Talence (33) 76 2,6 % Bayonne (64) 59 2 % Pessac (33) 58 2 % Anglet (64) 53 1,8 % Biarritz (64) 40 1,4 % Saint Médard en Jalles (33) 35 1,2 % Villenave d’Ornon (33) 32 1,1 % Gradignan (33) 31 1,1 % Bègles (33) 30 1 % Le Bouscat (33) 28 1 % … … 2901 Source : INSEE – janvier 2014 / Traitement AFI Base : 2901 établissements Artisan 0,6 % Professions libérales 39,9 % RCS* 59,5 %
    • P a g e | 46 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Le nombre de création d’établissements en « profession libérale » a enregistré une très forte croissance depuis 2008 (x11 entre 2008 et 2013). Ce chiffre est à corréler avec la mise en place du statut d’auto-entrepreneur en particulier. Source : INSEE – janvier 2014 / Traitement AFI Base : 2901 établissements ↘ Une sur-représentativité des « services informatiques et développement de logiciels » inhérente au poids des activités libérales Si nous considérons l’ensemble des établissements du numérique en Aquitaine (y compris les activités libérales), les « services informatiques et le développement de logiciels » représentent plus des deux tiers des établissements. A contrario, sans les activités libérales la répartition par spécialité est plus homogène comme l’illustre le schéma ci-après. Répartition des principales activités numériques y compris les professions libérales (en nb d’établissements) Source : INSEE- Janvier 2014 / Traitement AFI Base : 7 275 établissements Répartition des principales activités numériques sans les professions libérales et les artisans (en nb d’établissements) Source : INSEE- Janvier 2014 / Traitement AFI Base : 4 338 établissements 65 357 385 448 576 719 0 100 200 300 400 500 600 700 800 1990 1995 2000 2005 2010 Commerce éqpt TIC 13% Fabrication TIC 1% Reparation TIC 12% Services info 69% Telecoms 5% Commerce éqpt TIC 23% Fabrication TIC 1% Reparation TIC 20% Services info 49% Telecoms 7% Année de création
    • P a g e | 47 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > Zoom sur les services informatiques et le développement de logiciel (hors activité libérale) Le nombre de créations d’établissements spécialisés dans les « services informatiques et le développement de logiciels » (encore en activité au 31 décembre 2013) a connu une croissance exponentielle à partir de 2005. En 2013, ce sont 327 établissements de ce secteur qui ont été créés. Création d’établissements de la catégorie Services informatiques et développement de logiciel (hors activités libérales) Source : INSEE – janvier 2014 / Traitement AFI Base : 2 096 établissements Deux catégories d’activité représentent près des ¾ des établissements de cette catégorie. Il s’agit du « conseil en systèmes et le développement de logiciels informatiques » (39%) et de la « programmation informatique » (34 %). 5821 Z : Edition de jeux électroniques 5829 A : Edition de logiciels système et de réseau 5829 B : Edition de logiciels outils de développement et de langages 5829 C : Edition de logiciels applicatifs 6202 A : Conseil en systèmes et logiciels informatiques 6202 B : Tierce maintenance de systèmes et d’applications informatiques 6203 Z : Gestion d’installations informatiques 6209 Z : Autres activités informatiques 6201 Z : Programmation informatique 6311 Z : Traitement de données, hébergement et activités connexes 6312 Z : Portails internet Répartition des activités de services informatique et de développement de logiciels (en nb d’établissements) Source : INSEE – janvier 2014 / Traitement AFI Base : 2 137 établissements 0 50 100 150 200 250 300 350 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 39% 34% 9% 7% 3% 3% 2% 1% 1% 1% 0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 6202A 6201Z 6311Z 5829C 6209Z 6202B 6312Z 6203Z 5829A 5821Z 5829B
    • P a g e | 48 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > Zoom sur les activités de commerce d’équipements TIC Comme le montre le graphique ci-après, la création d’activité de commerce dans les équipements numériques en Aquitaine (établissements encore en activité aujourd’hui) a été continue depuis 2004 pour atteindre en 2013 le chiffre de 127. Création d’établissements de la catégorie Commerce (hors activités libérales) Source : INSEE – janvier 2014 / Traitement AFI Base : 967 établissements En Aquitaine, ce sont les activités de commerce de détail d’équipements TIC qui sont les plus présentes (55 %). Dispersion des activités de commerce de détail et de commerce de gros de TIC (en nb d’établissements) Source : INSEE – janvier 2014 / Traitement AFI Base : 992 établissements 4741 Z : Commerce de détail d’ordinateurs, d’unités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé 4742 Z : Commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé 4651 Z : Commerce de gros (commerce interentreprises) d’ordinateurs, d’équipements informatiques périphériques et de logiciels 4652 Z : Commerce de gros (commerce interentreprises) de composants et d'équipements électroniques et de télécommunication 4666 Z : Commerce de gros (commerce interentreprises) d'autres machines et équipements 0 50 100 150 200 250 300 350 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 4651 Z 19% 4652 Z 13% 4666 Z 10%4741 Z 33% 4742 Z 25%
    • P a g e | 49 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Une forte concentration des effectifs salariés en Gironde et particulièrement dans l’agglomération bordelaise Si nous considérons les statistiques de l’URSSAF, la Gironde concentre plus de la moitié des établissements ayant au moins un salarié mais, dans le même temps, les ¾ des effectifs salariés. La taille moyenne d’un établissement du numérique en Gironde est de 18.7 salariés par établissement, contre 14.5 salariés par établissement sur l’ensemble de l’Aquitaine. Nb d’établissements en 2012 Part établissements Effectif 2012 Part effectifs Dordogne 104 6% 605 3% Gironde 939 58% 17626 76% Landes 117 7% 672 3% Lot et Garonne 109 7% 812 3% Pyrénées Atlantiques 344 21% 3612 15% 1613 23 327 Source : URSSAF (janvier 2014) - retraitement CCIB-DAE/AFI Bordeaux concentre 15 % des établissements ayant au moins un salarié et 18 % des effectifs. La taille moyenne d’un établissement bordelais du numérique est de 17.8 salariés par établissement contre 25.5 salariés par établissement sur la commune de Mérignac. Nb d’établissements en 2012 Part établissements Effectif 2012 Part effectifs BORDEAUX (33) 242 15 % 4303 18 % MERIGNAC (33) 186 12 % 4752 20 % PAU (64) 83 5 % 1175 5 % PESSAC (33) 61 4 % 2738 12 % ANGLET (64) 50 3 % 496 2 % BRUGES (33) 40 2 % 851 4 % GRADIGNAN (33) 36 2 % 415 2 % BIDART (64) 34 2 % 373 2 % BAYONNE (64) 33 2 % 221 1 % CENON (33) 32 2 % 166 1 % BEGLES (33) 26 2 % 211 1 % … … 1613 23 327 Source : URSSAF (janvier 2014) - retraitement CCIB-DAE/AFI
    • P a g e | 50 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Localisation des effectifs salariés au 31 décembre 2012 Source : URSSAF (janvier 2014) Retraitement CCIB-DAE/AFI En Aquitaine, la moitié des effectifs salariés sont concentrés dans les activités de « services informatiques et de développement de logiciels » (52 %). Viennent ensuite les activités liées aux télécommunications (30%) et le commerce (13 %). Répartition de l’effectif salarié par catégorie d’activité Source : URSSAF (janvier 2014) - retraitement CCIB-DAE/AFI Base : 23 327 salariés 52 % 30 % 13 % 3 % 2 % 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000 Services Info Telecoms Commerce Réparation TIC Fabrication TIC
    • P a g e | 51 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Pour conclure notre analyse des tendances du numérique en Aquitaine on peut retenir que 7 275 établissements (au 31/12/2013) constituent le cœur de cible de la « filière ». Près de 40% sont enregistrés en « professions libérales » (des autoentrepreneurs surtout) avec pour cœur de métier les services informatiques et le développement de logiciels. Surtout localisées en Gironde et dans l’agglomération bordelaise, les activités du numérique sont également bien implantées dans le département des Pyrénées Atlantiques, à Pau mais également dans les communes littorales du Pays Basque (Anglet, Bayonne). Hormis le statut très particulier des autoentrepreneurs, le numérique en Aquitaine se compose également de nombreux établissements unipersonnels. En effet, les données disponibles (INSEE, URSSAF), montrent que seul un tiers des établissements du numérique a au moins un salarié. En terme d’emplois, le numérique en Aquitaine comptait 23 000 salariés (au 31/12/2012) dans sa définition « cœur de cible ». Ce chiffre est certainement plus important si on y ajoute les effectifs emplois dans les activités dites connexes et ceux du e-commerce En termes d’activités, les services informatiques et le développement de logiciel restent les principaux vecteurs d’emplois (52%) devant les activités de télécommunications (30%) et le commerce (12%). En nombre d’établissements, nous retrouvons les services informatiques en première position (49%). Viennent ensuite le commerce (23%) et les activités de réparation (20%). Activités libérales, artisans Etablissements unipersonnels inscrits au RCS Etablissements ayant au moins un salarié 2 937 entités Au 31/12/2013 (Source INSEE) 4 338 établissements Au 31/12/2013 (Source INSEE) Dont 1 613 établissements 23 327 salariés Au 31/12/2012 (Source URSSAF)
    • P a g e | 52 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 53 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Partie 5 Focus sur le numérique dans la région bordelaise
    • P a g e | 54 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 55 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 La Communauté Urbaine de Bordeaux se positionne pour une labellisation de son écosystème numérique dans le cadre du dispositif French Tech. Cette candidature offre l’opportunité de mettre en lumière le dynamisme du numérique à l’échelle de l’agglomération de Bordeaux. D’après les chiffres de l’INSEE, la Gironde compte 4 198 établissements appartenant aux activités du cœur de cible du numérique. Ce focus sur le territoire de la circonscription de la CCI de Bordeaux vient compléter le document avec des données plus détaillées sur les établissements dits « cœur de cible » à partir du Système d’Informations Economiques de la CCI de Bordeaux : ils sont au nombre de 1 888 (soit 45% des 4 198 établissements en Gironde). Les entreprises dont le statut est assimilé à une « activité libérale » (y compris les auto-entrepreneurs) et qui ne sont pas inscrites au RCS (Registre du Commerce et des Sociétés), ne sont pas prises en compte dans ce focus. ↘ Activités du cœur de cible et leur localisation sur le territoire de la CCI de Bordeaux Les « services informatiques et le développement de logiciels » demeurent l’activité principale des établissements du numérique sur le territoire de la CCI de Bordeaux (64,7 % de la population totale). Viennent ensuite le « commerce de gros et de détail » (21,1 %), les « télécommunications » (7,5 %) et la « réparation TIC » (5,5 %). La « fabrication de TIC » reste marginale sur le territoire avec seulement à peine 1 % des établissements numériques. Répartition des principales activités numériques (en nb d’établissement) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1 888 établissements Même si nous retrouvons le même classement qu’au niveau régional, la part des « services informatiques » sur la circonscription de la CCI de Bordeaux est encore plus marquée. Les activités liées au numérique sont inégalement réparties sur le territoire. Comme l’illustre la cartographie ci-après, les établissements du numérique sont surtout implantés dans l’agglomération bordelaise et dans une moindre mesure dans l’ouest du département. Deux pôles principaux se distinguent :  La commune de Bordeaux avec 28,2 % du total des établissements  La commune de Mérignac qui compte 14,1 % des établissements TIC recensés. fabrication TIC réparation de TIC télécommunications commerce d'éqpt TIC Services informatiques et développement de logiciels
    • P a g e | 56 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Dans une moindre mesure, la commune de Pessac concentre également un nombre non négligeable d’établissements TIC (6,5 %). 49 Localisation des établissements du numérique (cœur de cible) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1 888 établissements Les ¾ des établissements du numérique sont autonomes d’un point de vue décisionnel, ce qui s’explique principalement par la petite taille de cette population. 82% d’entre eux ont moins de 5 salariés. Nota Bene : un établissement est considéré comme autonome d’un point de vue décisionnel quand il s’agit d’un siège ou d’un établissement principal dont le centre décisionnel se situe sur la circonscription de la CCI de Bordeaux. Cette « autonomie décisionnelle » est aussi un indicateur de dynamisme entrepreneurial. 49 Exemple de lecture de la légende : (139) représentent le nombre de communes ayant de 1 à 15 établissements.
    • P a g e | 57 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Répartition des établissements du numérique par tranche de salariés (cœur de cible) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1 888 établissements A côté des grands noms des télécommunications (Orange, SFR et Bouygues), sont présentes sur le territoire des entreprises motrices comme SOGETI (Pessac), ATOS intégration (Pessac), CAPGEMINI (Mérignac), CORDON Electronics (Saint Loubès) ou encore MCKESSON (Canéjan). En termes de répartition par classe d’âge, la plupart des dirigeants du numérique appartiennent à la tranche 35-50 ans (34%). Par contre, ils ne sont que 19 % à appartenir à la tranche inférieure (< 35 ans). Pyramide des âges des dirigeants du numérique (cœur de cible) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1 722 établissements A retenir sur les activités « cœur de cible » sur le territoire de la CCI de Bordeaux : > Une grande majorité de « services informatiques et de développement de logiciels » (64,7 %) > 2 pôles majeurs : Bordeaux (28,2 % des établissements) et Mérignac (14,1 % des établissements) > Une forte concentration de TPE (85 % ont moins de 5 salariés) > Une forte autonomie décisionnelle > Des dirigeants majoritairement dans la tranche d’âge 35 – 50 ans (34 % des dirigeants) 9 % 3 % 4 % 5 % 5 % 11 % 17 % 46 % 0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 NR > 50 sal 20à49 sal 10à19 sal 6à9 sal 3à5 sal 1à2 sal Unipers 2% 1% 6% 12% 12% 17% 15% 14% 10% 6% 5% NR 20 à 24 ans 25 à 29 ans 30 à 34 ans 35 à 39 ans 40 à 44 ans 45 à 49 ans 50 à 54 ans 55 à 59 ans 60 à 64 ans Plus de 64 ans
    • P a g e | 58 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Démographie d’entreprises Les activités du numérique sont très impactées par la conjoncture économique. Afin d’évaluer la pérennité de ces établissements, une première analyse de la date de création des entités encore actives a été réalisée. La principale conclusion est visible sur le graphique ci-après à savoir qu’une accélération du nombre de créations s’est opérée en 2004 avec 93 établissements (encore en activité aujourd’hui) et a perduré depuis. Toutefois, à partir de 2011, le nombre de créations (pérennes) est inférieur à celui de l’année précédente (159 en 2011 contre 174 en 2010). Cette tendance semble se répéter en 2013 50 (163 en 2013 contre 206 en 2012). A noter que le plus ancien établissement a débuté son activité en 1956 (Compagnie IBM France Direction Régionale Sud Ouest). date début exploitation Ancienneté des établissements du numérique (cœur de cible) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1 888 établissements > 827 créations depuis le 1 er janvier 2010 dont 673 encore en activité aujourd’hui Depuis le 1 er janvier 2010, 827 établissements du numérique ont été créés mais seulement 673 sont encore actifs aujourd’hui. Les activités de « télécommunications » ont enregistré plus de défaillances car seulement 67 % des créations ont été pérennes (contre 81 % en moyenne). 50 Même si les statistiques ont été faire mi-novembre. 0 50 100 150 200 250 1956 1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011 Elément àretenir 827 créations depuis le 1er janvier 2010 dont 673 encore en activité aujourd’hui, soit 81 %
    • P a g e | 59 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Pérennité des établissements du numérique par catégorie d’activité (cœur de cible) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 827 établissements Au niveau de la répartition géographique, les créations pérennes se sont essentiellement concentrées sur l’agglomération bordelaise. Répartition des créations pérennes sur le territoire de la CCI de Bordeaux (cœur de cible) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 673 établissements 83% 80% 78% 82% 67% 81% 17% 20% 22% 18% 33% 19% Commerce Fabrication TIC Réparation TIC Services info. Telecommunication Ens Actif Inactif Ce sont les « services informatiques et le développement de logiciels » qui ont créé le plus d’établissements (69 % des créations pérennes). Viennent ensuite les activités de commerce (20 %) et les télécommunications (6%). Répartition des créations pérennes par d’activité (cœur de cible) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 673 établissements Fabrication TIC Reparation TIC Telecommu nication Commerce d'éqpt TIC Services info
    • P a g e | 60 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > 658 cessations d’activité depuis le 1 er janvier 2009 (cœur de cible) Depuis l’édition précédente de l’Observatoire Aquitain de l’Economie Numérique (2010), 658 établissements ont cessé leur activité. Ce sont la « programmation informatique » et le « conseil en systèmes et logiciels informatiques » qui ont été les plus fragiles et représentent respectivement 18,4 % et 17,6 % des cessations. Viennent ensuite la « réparation d’ordinateurs et d’équipements périphériques » (5,6 % des cessations) et les activités de commerce de détails (codes NAF 4742 Z et 4741 Z, qui représentent respectivement 5,3 et 5,2 % des cessations). Le territoire de Bordeaux a été le plus affecté (32 % des cessations). L’agglomération ouest (16%), la rive droite (14%) et l’agglomération sud (11%) ont également connu des fins d’activité mais dans une moindre mesure. Cessations des établissements du numérique depuis le 1er janvier 2009 (cœur de cible) par délégations consulaires51 Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 673 établissements Plus de la moitié des cessations concernent des structures unipersonnelles (52%). Ce pourcentage atteint 81% si nous considérons les établissements de moins de 5 salariés. A l’inverse, les établissements de plus de 50 salariés ne représentent que 1,7 % des cessations. Pour la quasi-totalité de ces cessations (89%), il s’agit de suppressions d’activité. Les fusions ne représentent que 2,6% et les cessions 2,1%. Le chiffre entre parenthèses signifie que 2 délégations consulaires ont entre 104 et 211 établissements qui ont cessés leur activité. Libourne Médoc Bassin d’Arcachon Haute Gironde Sud Gironde Entre deux mers
    • P a g e | 61 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 A noter que 154 établissements créés depuis le 1 e janvier 2010 ont à ce jour cessé leur activité (ce qui représente plus de 19 % des cessations). Les années 2011 et 2012 se sont accompagnées d’un nombre de cessations plus important, mais 2013 semble indiquer une orientation vers la baisse des cessations dont le taux converge vers celui atteint en 2010. Cessations des établissements du numérique depuis le 1er janvier 2010 (cœur de cible) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 641 établissements > Identification des créations d’établissements dans les activités dites connexes Ce sont les activités de conception multimédia qui ont enregistré le plus grand nombre de créations d’établissements depuis le 1 e janvier 2010 (65 % des créations). Viennent ensuite les établissements spécialisés dans les infrastructures Télécom et réseaux (19% des créations). Création d’activités « connexes » du numérique depuis le 1er janvier 2010 Territoire CCI de Bordeaux Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 318 établissements 17,6% 32% 30,1% 20,3% 0 50 100 150 200 250 2010 2011 2012 2013 35 10 208 60 5 0 50 100 150 200 250 Autres Commerce de détail de matériel high- tech et multimédia Concepteurs multimédia, agences web, publicité ou marketing en ligne Infrastructures Télécom et Réseaux Opérateurs d'opérateur télécom/ gestionnaires de réseau fibre optique
    • P a g e | 62 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Création d’activité « connexes » du numérique depuis le 1er janvier 2010 Territoire CCI de Bordeaux Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 318 établissements Les créations pérennes d’activités « connexes » ont surtout été concentrées sur Bordeaux (40 % du total des créations) et son agglomération et dans une moindre mesure, sur le territoire du Bassin d’Arcachon. Eléments àretenir 2 568 établissements recensés sur le territoire de la CCI de Bordeaux (activités « cœur de cible » : 1888 établissements + activités connexes : 680 établissements) 317 créations pérennes d’activités connexes depuis le 1er janvier 2010 Libourne
    • P a g e | 63 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Partie 6 Analyse financière du tissu aquitain
    • P a g e | 64 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 65 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 L’analyse de la situation financière des entreprises aquitaines du numérique est réalisée à partir d’un échantillon de 1673 entreprises. Cet échantillon n’intègre pas les grands comptes nationaux implantés en Aquitaine, en raison de la difficulté d’affecter à leurs établissements aquitains une part spécifique du chiffre d’affaires du groupe, certaines implantations locales pouvant avoir une vocation à faire de la R&D pour l’ensemble du groupe. Les comptes sociaux des entreprises ont été extraits de la base Diane sur les cinq dernières années. Leur analyse se fait principalement à travers le temps de données consolidées par indicateur (chiffre d’affaires, valeur ajoutée, capitaux propres, etc.) et de l’exploitation d’indicateurs de tendances centrales (moyenne arithmétique) selon l’opportunité. Cette approche permet de mettre en relief les grandes tendances de la filière, mais elle n’a pas vocation à rendre compte de la situation d’une entreprise prise isolément. Après une présentation du panorama des entreprises, une analyse des données d’exploitation est effectuée à travers quelques indicateurs tirés du compte de résultat pour étudier la création de valeur, puis sont exploités des indicateurs tirés du bilan pour appréhender l’équilibre financier et la trésorerie des entreprises dans la filière du numérique aquitaine. ↘ Panorama des entreprises Les diagrammes ci-dessous montrent respectivement le nombre d’entreprises finalement étudiées chaque année (sur les 1673) ainsi que la composition de l’échantillon par catégories d’activités en 2012. Il ressort de la figure ci-contre une augmentation continue du nombre d’entreprises dont les comptes sont disponibles et exploitables de 2008 à 2011 dans la mesure où ce nombre passe de 1020 en 2008 à 1315 en 2011. En revanche, l’année 2012 est marquée par une légère diminution du nombre d’entreprises dans l’échantillon, de 1315 à 1244 (-5%). Echantillon d’entreprises par année Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements L’échantillon se répartit entre les activités de services (69%), le commerce d’équipements numériques (23%) et les activités industrielles (8%). Répartition des établissements par activité Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673établissements 1020 1118 1198 1315 1244 2008 2009 2010 2011 2012 Industrie 8% Commerce 23% services 69%
    • P a g e | 66 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ L’exploitation et la création de valeur dans le numérique L’analyse de la création de valeur est centrée sur l’évolution du chiffre d’affaires, de la valeur ajoutée, de l’excédent brut d’exploitation et des charges de personnel. > Le Chiffre d’Affaires et la Valeur Ajoutée La dynamique financière du numérique en Aquitaine est favorable depuis 2008 : le Chiffre d’affaires global a augmenté de 30% en 5 ans, atteignant plus de 1,295 milliards d’euros en 2012. La valeur ajoutée suit la même tendance à la hausse : + 47% de 2008 à 2012, atteignant plus de 504 millions d’euros, soit un taux de valeur ajoutée de 39%. Il convient ici de relever que la valeur ajoutée en 2012 représente près de 40% du chiffre d’affaires consolidé de la filière, ce qui montre une contribution très significative des entreprises du numérique à la création de valeur en Aquitaine. Le graphique ci-contre met en relief une tendance générale à la croissance du chiffre d’affaires consolidé de la filière sur les cinq dernières années. Une augmentation de 30% est en effet constatée sur la période de 2008 à 2012, avec cependant une accélération entre 2010 et 2011 (respectivement +10% et + 22%) mais une légère baisse est enregistrée en 2012 (-5%). Chiffres d’affaires (en k€) et Valeur Ajoutée totaux (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements Une observation de l’évolution du chiffre d’affaire à l’échelle de la moyenne arithmétique déterminée chaque année (CA cumulé /nombre d’entreprises dont les comptes publiés sont exploitables), confirme bien l’orientation à la hausse du taux de valeur ajoutée des entreprises du numérique en Aquitaine. Cependant, si l’on observe la part du chiffre d’affaires à l’export de cette « filière », on peut relever à première vue une évolution contrastée entre 2008 et 2012. Après une chute drastique de plus de 66% observée en 2009 de 186,7 millions d’euros à 66,2 millions d’euros (une entreprise, ayant réalisé 124 millions d’euros à l’export en 2008 et 79 millions d’euros en 2010, n’a pas communiqué ses chiffres en 2009, ce qui impacte fortement le chiffre d’affaires à l’export agrégé), un redressement a été observé de 2009 à 2010, puis de 2010 à 2011. En 2010, le montant du chiffre d’affaires réalisé à l’export passe en effet 154 millions d’euros, puis à 177 millions d’euros, avant de retomber en 2012 à 128 millions d’euros. Chiffres d’affaires export des entreprises aquitaines (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements 342 844 386 448 417 834 493 062 504 260 998 737 1 051 169 1 154 848 1 404 964 1 295 749 2008 2009 2010 2011 2012 Valeur ajoutée Chiffre d'affaires 186 683 63 236 153 883 176 849 128 004 2008 2009 2010 2011 2012
    • P a g e | 67 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Cependant, une analyse plus fine des données export met en relief le poids majeur d’une entreprise dont le CA export représente près des 2/3 de la consolidation. En isolant cette entreprise, il ressort une progression continue à l’export de l’ensemble de la filière sur la période d’analyse : + 105% de 2008 à 2012. Le niveau de CA exporté reste cependant relativement faible se situant en moyenne à 7% du CA consolidé. Chiffres d’affaires export retraité (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements > Le Chiffre d’Affaires moyen et le taux de valeur ajoutée En effet, la figure ci-contre montre que le taux de valeur ajoutée de ces entreprises augmente de 4 points environ entre 2011 et 2012 pour se situer à 37 % du chiffre d’affaires, après avoir oscillé entre 33,4 et 33,1% durant la période entre 2008 et 2011. Chiffres d’affaires moyen (en k€) et Taux de Valeur Ajoutée des entreprises aquitaines (en %) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements Excédent Brut d’Exploitation des entreprises aquitaines (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements L’évolution de l’excédent brut d’exploitation (EBE) de 2008 à 2012 confirme globalement une orientation à la croissance des entreprises numériques en matière de création de valeur. Mais si l’on considère la moyenne par année, cet indicateur apparaît relativement faible. En 2012, il ne représente en effet que 7% du chiffre d’affaires consolidé des entreprises. Ce taux reste très bas sur toute la période de 2008 à 2012 ; il est compris entre 5% et 7%. Ceci reflète sans doute la situation spécifique de la majorité des entreprises du numérique dont le principal facteur de production est leur capital humain. Il est donc logique que les frais de personnel constituent un poste très important des dépenses d’exploitation dans ces entreprises. 62 491 63 236 74 698 90 377 128 004 2008 2009 2010 2011 2012 33,4% 33,1% 33,4% 33,1% 37,0% 1102 1051 1042 1135 1103 2008 2009 2010 2011 2012 Taux de Valeur Ajoutée Chiffre d'affaires 6% 5% 5% 6% 7% 58 858 53 405 60 493 85 222 93 214 2008 2009 2010 2011 2012 EBE/CA EBE
    • P a g e | 68 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Le poids des frais de personnel est en augmentation continue sur notre échantillon de 2008 à 2012. Ce poste représentait 273 millions d’euros en 2008, 321 millions d’euros en 2009, 347 millions d’euros en 2010 et 394 millions d’euros en 2011. En 2012, le montant des rémunérations reste identique à celui de l’année précédente. On peut penser que la croissance de masse salariale entre 2008 et 2012 reflète en partie la croissance observée du chiffre d’affaires de 2008 à 2011. Pour partie, cette hausse est aussi la traduction des niveaux de rémunération sous pression de la rareté des compétences dans certaines activités du numérique. Ce poste représente sur notre échantillon d’analyse une moyenne de près de 30% du chiffre d’affaires des entreprises. Charges de personnel (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements Analysée à travers sa consolidation sur l’ensemble des entreprises de l’échantillon, la capacité d’autofinancement des entreprises (CAF) semble en stagnation sur les deux années 2008 et 2009, années de crise économique et financière. Elle amorce cependant une remontée en 2010 et la conforte en 2011, atteignant plus de 81 millions d’euros. L’année 2012, marquée par une baisse du chiffre d’affaires consolidé (-8%), se traduit aussi au niveau de la CAF par une diminution de équivalente (-9%). Capacité d’Autofinancement des entreprises aquitaines (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements 27% 31% 30% 28% 30% 272 690 320 730 346 649 394 318 394 465 2008 2009 2010 2011 2012 Charges de personnel/CA Charges de personnel 48 428 47 429 51 279 81 199 70 133 2008 2009 2010 2011 2012
    • P a g e | 69 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Cependant, sur la période de 2008 à 2012, la filière enregistre bien une augmentation de sa CAF de l’ordre de 19%. Il y a lieu toutefois de rappeler ici que la CAF exprimée par rapport au total du bilan ressort à un niveau entre 7% et 9% sur la période d’analyse. Cette capacité d’autofinancement reste relativement faible et indique pour la plupart des entreprises, un recours inévitable à d’importants capitaux externes (dettes ou fonds propres) pour financer les investissements des entreprises. Ratio CAF/Total du Bilan et CAF moyenne des entreprises aquitaines (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements ↘ L’équilibre financier et la trésorerie L’équilibre financier et la trésorerie sont appréhendés à travers l’évolution des capitaux propres, des dettes financières, des dettes d’exploitation, du fonds de roulement et du besoin en fonds de roulement. > Capitaux Propres et Total du Bilan Le graphique ci-dessous donne un aperçu de l’évolution orientée à la hausse des capitaux propres et du total du bilan des entreprises de 2008 à 2012. Capitaux Propres et Total du Bilan cumulés (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements Le total du bilan s’accroit de 2008 à 2012 de manière significative, passant de 583 millions à 903 millions, soit une augmentation de 56% depuis 2008, ce qui confirme un développement très significatif des entreprises du numérique du point de vue du total du bilan. Cette augmentation du total du bilan est tirée par les investissements des entreprises dans leur actif immobilisé, avec 144 millions d’investissements en immobilisations sur la période. Ces dernières augmentent en moyenne de 103% de 2008 à 2012, passant de 140 millions d’euros à 284 millions d’euros. L’accroissement des immobilisations, +132%, est nettement plus élevé pour les immobilisations incorporelles (41 millions en 8% 7% 7% 9% 8% 47 42 43 62 56 2008 2009 2010 2011 2012 CAF/Total bilan Capacite d'autofinancement 233 295 258 277 277 449 328 176 325 584 583 104 698 015 780 996 885 445 903 250 2008 2009 2010 2011 2012 Capitaux Propres Total du Bilan
    • P a g e | 70 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 2008 ; 95 millions d’euros en 2012) et les immobilisations corporelles (62,1 millions d’euros en 2008 ; 110 millions en 2012) qui augmentent 130 %, tandis que les immobilisations financières quant à elles augmentent de 54% (51,3 millions en 2008 ; 79,3 millions en 2012). On peut alors dire que la filière numérique sur cette période consolide de manière très significative son outil de production à travers ses investissements en immobilisations dont la croissance est la plus forte parmi les postes d’actif. Parallèlement, l’actif circulant (stocks, créances et disponibilités) évolue dans le même sens, avec une augmentation de plus de 171 millions d’euros sur la période, soit en pourcentage une croissance totale de 39%. On relève dans l’actif circulant, une croissance très importante des disponibilités qui passent de 74 à 125 millions d’euros sur la période de 2008 à 2012, soit une augmentation d’environ 52 millions (+ 70%). Les stocks passent de 57 millions à 70 millions sur la même période, soit une croissance de 21%. Les créances quant à elles enregistrent 55 millions d’euros d’augmentation, passant de 195 à 250 millions d’euros. Il est à noter que cette évolution, orientée à la hausse de 2008 à 2011, connait une légère baisse entre 2011 et 2012 (-6%). On peut alors ici souligner que sur la période, les principaux postes du bilan enregistrent une augmentation sur la période de 2008 à 2012, avec un léger ralentissement entre 2011 et 2012 en ce qui concerne les stocks et les créances clients. Une question qui ne peut être évitée face à cette augmentation globale du total du bilan est de savoir quelles ressources les entreprises aquitaines du numérique mobilisent-elles pour financer leurs actifs ? Une première source de financement est constituée des fonds propres dont les capitaux propres constituent la principale composante. Sur la période d’analyse, les capitaux propres se sont accrus de 40% (plus de 92 millions), en passant de 233 à 325 millions d’euros. L’accroissement de cette composante découle principalement de grandeurs comme le capital social, les résultats non distribués, les subventions d’investissement, etc. Le graphique ci-contre met en relief les subventions d’investissements accordées sur la période de 2008 à 2012. On peut relever une baisse significative entre 2011 et 2012 qui représentent en moyenne 0,7% du total du bilan pour les années considérées, sauf pour l’année 2012 où ce taux est de 0.4%. Subventions d’investissement (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements 6 183 7 976 9 163 8 850 3 582 2008 2009 2010 2011 2012
    • P a g e | 71 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > Dettes financières Les dettes financières constituent le deuxième poste après les fonds propres dans le financement de l’outil de production des entreprises aquitaines du numérique. Elles passent de 79 millions à 174 millions de 2008 à 2012, soit a=un accroissement de 121%. Il peut être important de souligner la croissance continue de cet indicateur, alignée sur celle du total du bilan des entreprises. L’augmentation est plus forte sur les deux années 2009 et 2010 où elle atteint respectivement 25% et 39%. Elle se poursuit à un rythme plus faible à partir de 2011 où elle n’est plus que 15% et elle se situe à 11% en 2012. Les deux dernières années suggèrent sans doute un léger ralentissement du crédit aux entreprises, mais cette situation pourrait aussi refléter les conséquences d’un report d’investissements par certaines entreprises dans un contexte de visibilité insuffisante sur les marchés. Dettes financières (cumul en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements > Dettes fournisseurs et Créances clients Les créances clients ont en moyenne légèrement augmenté sur la période, avec un taux de croissance de 5%. Elles sont plutôt stables sur cette période si l’on considère la faiblesse relative des variations. Mais, en valeurs absolues, le montant consolidé des créances passe bien de 195 à 250 millions d’euros durant les cinq années, soit une augmentation de 28%. Les dettes fournisseurs augmentent légèrement entre 2008 et 2009, mais reviennent quasiment à leur niveau initial en 2010. Elles enregistrent sur l’ensemble de la période, une augmentation de 10%. En valeurs absolues, le montant consolidé des dettes fournisseurs passent de 116 à 155 millions d’euros sur la période, soit une augmentation de 34%. On peut alors en déduire que durant cette période le crédit interentreprises restent une source majeure du financement du cycle d’exploitation. Dettes fournisseurs et Créances Clients (moyenne/entreprise en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements 78 678 98 484 136 641 156 496 174 011 2008 2009 2010 2011 2012 113 124 114 122 125 191 199 194 203 201 2008 2009 2010 2011 2012 Dettes Fournisseurs Créances Clients
    • P a g e | 72 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Sur toute la période, le délai des créances clients est supérieur à celui des dettes fournisseurs, l’écart étant à son maximum de 17 jours (en 2008). Sur la période d’observation, La durée du crédit clients a connu une progression de 5% sur la période (de 62 jours en moyenne à 66 jours), alors que le délai fournisseurs a augmenté de 29% (de 45 jours à 58 jours). Délai Créances Clients et Dettes Fournisseurs (en jours) Délai Créances Clients= (créances/CA)*360 Délai Dettes Fournisseurs = (Dettes Fournisseurs/Achats)*360 Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements > FR, BFR et Trésorerie A l’échelle des grandes masses, le fonds de roulement consolidé passe de 180 millions à 237 millions, soit une progression de 31% sur cinq ans. Le fonds de roulement moyen a connu une légère contraction en 2009 (- 1,7%) et en 2011 (-1,5%) sur toute la période. Si l’on considère la période de 2008 à 2012, il a progressé de 7%. Quant au Besoin en fonds de roulement moyen, il a fortement diminué entre 2008 et 2009 (- 11%), puis entre 2009 et 2010 (-12%). Il augmente ensuite entre 2010 et 2011 (+9%) avant une légère baisse entre 2011 et 2012. Sur l’ensemble de la période, on note une diminution de 16% du BFR. Au niveau consolidé, cet indicateur passe de 68 millions à 69 millions, indiquant à l’échelle consolidée une relative constance du niveau des besoins. Par ailleurs, l’écart positif entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement donne aux entreprises de la filière, une situation de trésorerie plutôt positive dans l’ensemble. Fonds de roulement et Besoin en Fonds de roulement (moyenne en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673 établissements 62 68 67 64 66 45 58 51 48 58 2008 2009 2010 2011 2012 Délai Clients Délai Fournisseurs 177 180 177 193 190 67 59 52 57 55 2008 2009 2010 2011 2012 Fonds de Roulement Besoin en Fonds de Roulement
    • P a g e | 73 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 La trésorerie nette est positive et croissante depuis 2008, ce qui permet aux entreprises de couvrir les besoins par les ressources disponibles. La croissance moyenne (+ 21% par an) de la trésorerie nette rend compte de la bonne dynamique économique de ces entreprises. Toutefois, lorsque l’on compare la trésorerie nette au total du bilan, on constate une diminution de la part de la trésorerie nette dans le bilan. Ce taux reste cependant très intéressant, assurant une disponibilité immédiate de liquidités pour les entreprises. Trésorerie nette moyenne (en k€) Source : CCIB-SIE-novembre 2013 / Traitement AFI Base : 1673établissements A retenir sur l’analyse financière : La situation financière des entreprises du numérique reflète une dynamique globale de croissance de l’activité et de création de valeur qui s’est maintenue au sortir de la crise financière, mais connaît un léger ralentissement en 2012. Toutefois, la dynamique globale d’une économie numérique orientée vers la croissance ne saurait occulter les situations individuelles des entreprises ni les points d’amélioration du tissu aquitain des entreprises du numérique. Globalement engagées dans des stratégies de croissance dont l’une des traductions est l’augmentation continue du total du bilan de 2008 à 2012, elles restent très dépendantes des financements bancaires pour leur développement et ont besoin de renforcer leurs fonds propres pour se développer plus rapidement et de manière plus rentable. 110 121 125 136 135 2008 2009 2010 2011 2012
    • P a g e | 74 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014
    • P a g e | 75 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Conclusion La diffusion rapide des technologies numériques et le développement des usages constituent pour le monde économique dans son ensemble, et pour les entreprises en particulier, un défi majeur, tant par les services nouveaux que par la remise en question des modèles économiques d’hier. Après le commerce, arrive le tour de l’industrie dont les outils et méthodes de travail vont à leur tour être révolutionnés par les outils numériques. En effet, avec le développement des objets connectés, le numérique s’impose comme l’un des leviers essentiels pour l’innovation et la compétitivité des entreprises. Mais alors que le e-commerce poursuit son développement dans l’ensemble de la société, plusieurs études indiquent encore au niveau mondial d’importantes marges de progrès pour les PME en matière de numérique. L’essor des technologies numériques dans notre Région se traduit aussi par le renforcement d’un tissu d’entreprises « digital natives ». Ces dernières, cœur de cible de la filière numérique, constituent en Aquitaine un tissu économique dense de plusieurs milliers d’entreprises dont quelques champions nationaux et internationaux parmi lesquels figurent de nombreuses PME. Ce cœur de cible du numérique en Aquitaine a pour centre de gravité l’agglomération bordelaise qui concentre l’essentiel des entreprises. En effet, de nombreuses start up bordelaises font aujourd’hui partie des locomotives du numérique aussi bien en France qu’à l’étranger dans leur domaine, et elles partent de plus en plus à la conquête de marchés à l’étranger, notamment celui des Etats-Unis. Si ces réussites sont avant tout le fruit de dynamiques entrepreneuriales, elles reflètent aussi l’engagement à certains égards des acteurs du développement économique local aux cotés des entreprises du numérique. En effet, un réseau très dense et diversifié d’acteurs privés et publics maillent la région Aquitaine pour accompagner l’innovation et la diffusion des usages du numérique dans les entreprises. Sont ainsi présents sur notre territoire, d’importants organismes de recherche travaillant dans le numérique, différents clusters et un projet de création d’un pôle de compétitivité, Digital Aquitaine, vient parachever ce dispositif qui vise le soutien et le développement de l’innovation collaborative par le numérique. Mais l’un des enjeux est aussi d’accompagner les entreprises, quelle que soit leur taille, dans l’intégration des outils numériques, et cette fonction est largement assurée par le réseau consulaire et les associations professionnelles qui œuvrent au quotidien dans l’information, la diffusion des usages et l’accompagnement des TPE et PME/PMI dans l’intégration du numérique dans leur fonctionnement. Les entreprises du numérique en Aquitaine présentent, par leurs performances économiques notamment le chiffre d’affaires et les emplois créés, un maillon essentiel pour la création de richesses. Cependant, ce tissu économique nécessite encore d’être consolidé. D’abord du point de vue de la taille des entreprises dont l’accompagnement à la croissance est une condition de premier plan pour leur pérennisation, un meilleur ancrage territorial et leur développement à l’international. En effet, l’analyse de la situation financière de ces entreprises reflète une dynamique globale de croissance de l’activité et de création de valeur qui s’est maintenue au sortir de la crise financière, mais connaît un léger ralentissement en 2012.
    • P a g e | 76 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Toutefois, la dynamique globale d’une économie numérique orientée vers la croissance ne saurait occulter les situations individuelles des entreprises ni les points d’amélioration du tissu aquitain des entreprises du numérique. Globalement engagées dans des stratégies de croissance dont l’une des traductions est l’augmentation continue du total du bilan de 2008 à 2012, elles restent très dépendantes des financements bancaires pour leur développement et ont besoin de renforcer leurs fonds propres pour se développer plus rapidement et de manière plus rentable. A l’échelle des moyens, l’analyse financière montre aussi que nos entreprises, caractérisées dans leur majorité par leur petite taille, ont largement besoin de croître, pour se pérenniser et se développer à l’international. La croissance de ces entreprises apparaît ainsi comme le défi majeur de l’écosystème numérique aquitain. Cet état des choses souligne les enjeux associés à l’engagement des entreprises et acteurs du développement économique de notre territoire en faveur de la candidature de la métropole bordelaise pour la conquête d’une labellisation French Tech. Ce rapport se veut avant tout une contribution de la CCI de Bordeaux à une meilleure connaissance des entreprises du numérique dans notre région. Les principaux points d’amélioration de cette contribution se situent au niveau des difficultés auxquelles elle a été confrontée. La première difficulté a été de définir ce que l’on appelle « une entreprise du numérique » dans un contexte où les technologies numériques se diffusent partout dans l’économie et de manière très rapide. De plus, il n’a été possible, au niveau régional, de traiter statistiquement que les établissements appartenant à la catégorie « cœur de cible » identifiable avec des codes NAF. En effet, la seconde catégorie dite des «activités connexes au numérique » nécessite une approche plus qualitative dans la délimitation du champ d’analyse. Ce travail n’a pu être fait que pour la circonscription de Bordeaux. L’élargissement de ce travail à des comparaisons interrégionales est sans doute l’un des axes les plus porteurs à développer pour renforcer sa portée et en faire un outil de benchmark des écosystèmes numériques.
    • P a g e | 77 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 Annexes ↘ Définition des activités « cœur de cible » Il s'agit de 24 codes NAF qui font explicitement référence aux TIC dans la formulation des libellés d'activité et qui tous sauf le 4466Z (que nous avons intégré) font partie du périmètre TIC de l'OCDE 52 . > Fabrication TIC 2620 Z : Fabrication d’ordinateurs et d’équipements périphériques 2630 Z : Fabrication d’équipements de communication > Services informatiques et développement de logiciels 5821 Z : Edition de jeux électroniques 5829 A : Edition de logiciels système et de réseau 5829 B : Edition de logiciels outils de développement et de langages 5829 C : Edition de logiciels applicatifs 6201 Z : Programmation informatique 6202 A : Conseil en systèmes et logiciels informatiques 6202 B : Tierce maintenance de systèmes et d’applications informatiques 52 Source : OCDE - Economie de l'information. Définitions sectorielles fondées sur la classification internationale type par industrie – 20/03/2007 http://bit.ly/br0Mqt
    • P a g e | 78 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 6203 Z : Gestion d’installations informatiques 6209 Z : Autres activités informatiques 6311 Z : Traitement de données, hébergement et activités connexes 6312 Z : Portails internet > Télécommunications 6110 Z : Télécommunications filaires 6120 Z : Télécommunications sans fil 6130 Z : Télécommunications par satellite 6190 Z : Autres activités de télécommunications > Commerce de détail / de gros TIC 4741 Z 53 : Commerce de détail d’ordinateurs, d’unités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé 4742 Z : Commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé 4651 Z : Commerce de gros (commerce interentreprises) d’ordinateurs, d’équipements informatiques périphériques et de logiciels 4652 Z : Commerce de gros (commerce interentreprises) de composants et d'équipements électroniques et de télécommunication 4666 Z 54 : Commerce de gros (commerce interentreprises) d'autres machines et équipements Il est en effet difficile de concevoir une activité TIC sans équipement d'impression ou de reprographie. Les principales sociétés spécialisées (KONIKA, LEXMARK, OCE, RICOH, XEROX) sont répertoriées avec le code NAF 4666 Z. De façon générale, les entreprises de NAF 4666Z couvrent les domaines suivant :  Commerce de gros de matériel de reprographie – impression  Commerce de gros de matériel bureautique ou informatique  Commerce de gros de matériel d'encaissement > Réparation TIC 9511 Z : Réparation d’ordinateurs et d’équipements périphériques 9512 Z : Réparation d’équipements de communication 53 La liste des entreprises de NAF 4741Z a été épurée de près de 200 établissements dont l'activité réelle était hors champs TIC 54 Les entreprises de NAF 4666Z spécialisées en fabrication de mobilier de bureau ont été exclues de notre base d'étude.
    • P a g e | 79 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 ↘ Définition des activités dites « connexes » > Concepteurs multimédia, agences web, publicité ou marketing en ligne La numérisation de la chaîne graphique et la diversification naturelle de l'offre de services, la convergence numérique et les usages mobiles font que de nombreux acteurs sont désormais présents dans la numérisation d'activités traditionnelles et la création de contenus multimédia ou de services sur internet. Nous avons ainsi identifié de nombreuses entreprises dont les prestations de services TIC sont significatives parmi les activités suivantes : Agences web, agences de communication interactives  7021 Z, 7022 Z, 7311 Z : agences de communication interactives (pure players) ou agences de publicité ou de communication traditionnelles qui deviennent multicanal : print, web et media Concepteurs multimédia, rédaction web…  1813 Z : Pré-presse ou 5911 A, 5911 B, 5911 C, 5912 Z, 5920 Z : Agences de design / packaging, prestataires audio, vidéo ou en imagerie de synthèse 2D/3D (fixe ou animée) + 5811 Z, 5814 Z, 5819 Z : Editeurs de contenus en ligne ou de rédaction web Référencement, publicité ou marketing en ligne …  6209 Z, 7311 Z, 7312 Z : Activités de référencement, affiliation, régie publicitaires
    • P a g e | 80 Observatoire aquitain de l’économie numérique – mars 2014 > Infrastructure Télécom et Réseaux Ces entreprises se trouvent principalement dans les activités suivantes : Installation d'équipements de télécommunication - Intégrateur télécom et réseaux  2630 Z : Fabrication d'équipements de communication  3320 D : Installation d'équipements électriques, de matériels électroniques et optiques ou d'autres matériels  9512 Z : Réparation d'équipements de communication Câblage informatique et téléphonique :  4222 Z : Construction de réseaux électriques et de télécommunications (47)  4321 A Travaux d'installation électrique dans tous locaux (62) Consultants télécom  7022 Z : Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion  7112 B : Ingénierie, études techniques > Opérateurs d'opérateur télécom / gestionnaires de réseau fibre optique ou Wimax A côté des opérateurs télécom fixe (NAF 6110Z) et mobiles (NAF 6120Z) tels que Orange, SFR, Bouygues Telecom ou de télédiffusion (NAF 6130Z) tel que TDF, de nouveaux opérateurs alternatifs sont apparus (ex. COMPLETEL) mais aussi des opérateurs d'opérateurs en charge de construire, gérer et commercialiser les infrastructures en fibre optique ou wimax déployées par les collectivités : Gironde Haut Débit (avec France Télécom), Inolia (avec LD Collectivités), Iris 64, ... dont les NAF sont variés (6110Z, 6120Z, 4618Z, 4742Z, 7739Z). > Commerce de détail de matériel high-tech et multimédia Le taux d'équipement en téléphonie mobile, en ordinateur personnel (multi équipement dans les familles) et l'adoption massive d'Internet (fixe et mobile) par les particuliers concourent au développement de nouveaux services et matériels TIC. En raison de la convergence de plus en plus prégnante entre l'informatique, les télécommunications et l'électronique grand public nous avons intégré dans notre base d'étude les activités suivantes : Commerces de détail spécialisés en jeux vidéo 55 Grandes enseignes multimédia qui ont une forte part de leur CA réalisé dans la vente de matériels informatiques ou de téléphonie (de NAF 4754Z) : SURCOUF, FNAC 56 , SATURN, BOULANGER, VIRGIN STORES et/ou qui développent une activité d'opérateur (DARTY 57 ). Magasins de développement de photo (NAF 7420Z) dont de nombreux appartenant aux franchises "PHOTO STATION" ou " PHOTO SERVICE" se sont convertis au commerce de matériels de téléphonie et de forfaits de téléphonie mobile 58 ou Internet. 55 A l'exclusion des activités de location et vente de vidéos ou les salles de jeux 56 La Fnac (par exemple) réalise 31,1% du CA en Micro-informatique + 22% en "disque et gaming" 57 Acteur des TIC pour la vente de matériel de téléphonie, informatique, logiciels et comme opérateur ADSL (Dartybox et Dartybox Pro) 58 France Telecom cherche à monter dans le capital de la société exploitant les réseaux de magasins Photo Service et Photo Station (550 points de vente)
    • Réalisation : CCI de Bordeaux Pôle Animation des Filières Industrielles Pôle numérique Avril 2014 17, place de la Bourse – CS 61274 33076 BORDEAUX Cedex UN NUMÉRO, TOUTES LES RÉPONSES 05 56 79 5000 bordeaux.cci.fr