Little bird dossier-pédagogique

1 462 vues

Publié le

Le "Pas à Pas" d'Evelyne Aguilée, CPD Arts Visuels en Essonne sur "Little Bird"

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 462
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
711
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Little bird dossier-pédagogique

  1. 1. Little bird Pas à Pas Dossier pédagogique
  2. 2. « PAS A PAS » Little bird, Boudewijn Koole (2012) Année 2014-2015 LES PISTES PEDAGOGIQUES PROPOSEES SONT NOMBREUSES. A VOUS DE CHOISIR LES AXES QUI VOUS PARAISSENT LES PLUS PERTINENTS EN FONCTION DE LA RECEPTION DU FILM PAR VOS ELEVES. LE FILM 1. L’accès aux rubriques du Cahier de notes sur… http://www.enfants-de-cinema.com/2011/films/little-bird.html Vous pourrez y découvrir le résumé : « Jojo a dix environ, il vit seul avec son père dans une petite ville néerlandaise. Sous un arbre près de chez lui, il découvre un bébé choucas qu’il recueille et élève comme une mère de substitution. Et justement, sa mère à lui reste invisible. Il écoute ses disques, regarde des photos d’elle, l’appelle au téléphone, mais on ne sait presque rien de son absence. Est-elle vraiment en tournée en Amérique comme Jojo l’affirme à Yenthe, son amie rencontrée à l’entraînement de water-polo ? En tout cas, l’évocation de son anniversaire prochain plonge le père du garçon dans une profonde colère, et la vie commune entre les deux hommes est faite de sautes d’humeur constantes. Très indépendant, Jojo s’amuse souvent dans les champs environnants, seul ou avec sa nouvelle amie, fait l’éducation de son oiseau et s’occupe des différentes tâches ménagères laissées à l’abandon par son père qui travaille comme gardien de nuit. Ce dernier est très opposé à la domestication d’animaux sauvages et refuse catégoriquement que le choucas vive sous son toit lorsqu’il le découvre. Jojo le ramène à sa vie sauvage, mais retourne le chercher la nuit même, en prenant soin par la suite de mieux le cacher. Les fréquents accès de fureur du père se retournent parfois contre Jojo qui lui même se laisse aller à la colère. Il gifle Yenthe lorsqu’elle lui dit être au courant que sa mère est morte. En découvrant que Jojo a préparé une fête pour l’anniversaire de sa mère, son père lui dit et lui répète qu’elle est morte. L’oiseau fait irruption dans la pièce ; le père le jette dehors. Jojo part à se recherche. A la nuit tombée, il se réfugie dans une cabane de chantier. Une femme semble se pencher sur lui pour le recouvrir. Le lendemain, il retrouve le choucas sur le terrain de foot, mais l’oiseau se prend dans les roues de la bicyclette et meurt. Jojo l’enterre avec Yenthe et son père. Ils partent tous les trois. Dans la pénombre, Jojo joue avec des allumettes et s’apprête à embrasser Yenthe lorsqu’il se brûle les doigts. » L’affiche http://www.enfants-de-cinema.com/2011/films/little-bird.html Evelyne AGUILEE, CPAV Page 1 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  3. 3. Les photogrammes des enfants de cinéma http://www.enfants-de-cinema.com/2011/films/little-bird.html 2. D’autres photogrammes accessibles sur : http://www.cinebel.be/fr/film/1009658/Little%20Bird#pictures 3. La bande annonce http://www.transmettrelecinema.com/film/little-bird/#outils 4. L’analyse de séquence Elle correspond à l’analyse « La gifle et les regrets » du cahier de notes sur…p. 20 à 26. 5. Une revue de presse http://www.lesfilmsdupreau.com/prog.php?code=lib#rdp 6. Un dossier de presse accessible sur : http://www.lesfilmsdupreau.com/pdfs/dp/lib_dp.pdf Vous y trouverez la retranscription d’un entretien avec le réalisateur. Boudewinj Koole y explique qu’une grande partie du film est inspiré de sa propre enfance. « L’oiseau, l’attente du retour du père, le garçon, les paysages, l’architecture, la fille, l’arbre, l’autoroute, les sons, les couleurs… Tout vient du temps où j’avais 10 ans quand je vivais en lisière de notre village. » Dans cette interview, il raconte aussi sa propre amitié avec un choucas alors qu’il avait 12 ans. Et comment elle a pris fin lorsque ce choucas s’est précipité dans les roues des vélos de ses camarades. Mais aussi des analyses « Le choucas tient lui aussi la vedette. Le choix de cet oiseau n’est pas anodin : fidèle à vie, solidaire et affectueux, il tient le rôle idéal pour combler l’absence de July. Le choucas destiné à voler ressemble un peu à cette mère absente dont la voix clame : « I got to be free… I hope you understand ». Beaucoup de rôles sont inversés, interchangés dans le film. Jojo materne son oiseau « Chou » comme le ferait une mère – il lui apprend à traverser la route par exemple – et tient la maison comme une – presque – parfaite ménagère. Le choucas pourrait également Evelyne AGUILEE, CPAV Page 2 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  4. 4. incarner l’âme de la mère partie dans un ailleurs inconnu que Jojo tente de retenir. Lorsque le père, hostile à cette intrusion, veut relâcher l’oiseau, c’est un peu le souvenir de la mère qu’il veut libérer. On peut ainsi voir beaucoup de métaphores dans ce LITTLE BIRD. La double libération réelle et figurée (l’envol et la mort) du choucas marquera une réconciliation – jusqu’alors impossible – entre les deux hommes et le passage de Jojo au monde adulte : au générique de fin, on le verra tenter un baiser envers Yenthe en mimant son père. LITTLE BIRD est un film esthétiquement très réussi, une plongée dans le monde de l’enfance et un deuil rendu possible par l’imaginaire. » des ressources vidéo et d’autres photogrammes que vous pouvez télécharger en suivant le lien : http://www.lesfilmsdupreau.com/prog.php?code=lib#medias 7. Une critique de Grégory Coutaut sur : http://www.filmdeculte.com/cinema/film/Little-Bird-4607.html « C’est par la mise en scène que Boudewijn Koole parvient à donner à son film non seulement de la légèreté mais surtout une vraie personnalité. Tout d’abord grâce à ses cadrages audacieux, laissant parfois les humains complètement hors-champ ou les réduisant à un simple membre. Mais surtout grâce à son montage serré et syncopé, n’ayant peur ni de la vitesse (parfois) ni des silences (surtout). Bien plus que de simples effets de style gratuits, c’est surtout la manière du film de ne pas être dupe du sentimentalisme excessif qui guettait son histoire d’amitié. Sa manière à lui de respirer un grand coup, et nous avec. A ce niveau-là c’est une réussite car Koole fait preuve d’une vraie présence derrière la caméra. Pas seulement un (bon) film pour enfant, Little bird est un vrai film de cinéma.» PISTES PÉDAGOGIQUES 1. Avant la projection Décrire les affiches La présentation de l’affiche, comparée à d’autres affiches permet de créer des horizons d’attente. Evelyne AGUILEE, CPAV Page 3 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  5. 5. Le titre de l’affiche en français semble explicite pour peu que les élèves aient des notions d’anglais ; il y est bien question d’un jeune oiseau. Le titre pourrait donc laisser suggérer que le film va nous conter l’histoire d’un oiseau. L’affiche néerlandaise semble plus ambigüe. Le titre néerlandais joue sur un jeu de mots. Kau signifie « choucas » en néerlandais. Mais phonétiquement, le titre fait penser au mot « cowboy », donc au garçon. - Dans le film, de quel oiseau s’agit-il vraiment ? La mise en perspective des deux titres ainsi que la proximité des personnages sur l’affiche permet d’émettre l’hypothèse que le « petit oiseau » (little bird) peut désigner tout à la fois le choucas mais également plus métaphoriquement, Jojo lui-même. Au niveau du cadrage, on est en plan rapproché ou gros plan, permettant de centrer l’attention sur la relation qui lie les deux protagonistes : amitié affectueuse, importance accordée à ces deux personnages est renforcée par le fond gris et uniforme de l’affiche française et le flou de l’affiche néerlandaise. Plus d’éléments sur ces affiches sur le blog école et cinéma91 : http://www.ecoleetcinema91.blogspot.fr/search/label/Little%20Bird La bande annonce Le visionnage de la bande annonce peut être intéressant pour préparer les élèves à identifier les personnages et à percevoir les problématiques qui les concernent. - Ainsi, on voit le père, Jojo, Yenthe, le choucas. Mais on n’entend parler de la mère qu’à travers les paroles de Jojo. - On voit Jojo nettoyer la cuisine salie par son père et on entend Jojo faire des compliments sur ce que son père aurait préparé à manger. - On entend la colère du père. Les élèves n’en seront pas étonnés. Questions qui peuvent se poser : - Pourquoi nous montre-t-on ce père en colère dès la bande annonce? - Pourquoi ne voit-on pas la mère sauf en photo ? - Pourquoi Jojo raconte-t-il le contraire de ce qui semble s’être passé ? 2. Après la projection Avant tout, l’approche sensible. · Faire verbaliser les élèves pour qu’ils puissent livrer leurs émotions, leurs ressentis, leurs points de vue : - Qu’est-ce qu’on a vu, entendu ? - Quels passages du film ont été perçus comme les plus forts ? - Quels passages ou détails n'ont pas été compris ? L’évocation d’une scène peut également se faire par le dessin. Evelyne AGUILEE, CPAV Page 4 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  6. 6. Le travail de compréhension En classe, le DVD permet l’observation, l’analyse fine de certains passages du film par les retours possibles sur des extraits, des plans et des arrêts sur image, des ralentis etc. Le travail pédagogique qui accompagne un projet cinématographique développe des notions telles que celle du point de vue, de l’ellipse, de la structure narrative, des repères chronologiques (simultanéité, flash back), notions transférables en littérature. Ce travail développe aussi des attitudes de chercheur de sens (interprétation). · Retrouver l’ordre chronologique des principaux événements de l’histoire Retrouver l’histoire détaillée en suivant le lien : http://www.atmospheres53.org/docs/dossierpedagolittlebird.pdf · Retrouver les principaux personnages et les décrire1. JOJO : Jojo a dix ans. Il vit encore dans son monde. Il aime courir, sauter sur un trampoline, faire des bulles sous l’eau avec un chewing-gum, souffler dans les bouteilles, écouter les chansons de sa mère ou regarder la télévision avec son père. Il est obligé de se débrouiller seul car son père travaille la nuit et dort le jour. Il téléphone souvent à sa mère absente. En fait, il ne veut pas admettre sa mort. Sa relation avec le choucas lui permet d’inventer des histoires, de compenser ce qu’il ne trouve pas avec son père (une écoute, une protection…). La mort du choucas lui permettra de réaliser la mort de sa mère. LE PERE : il est sévère, voir brutal avec son fils. Il n’arrive pas à assumer son deuil et a des crises de colère. Il ne veut pas que le choucas vive dans la maison. Après la mort de l’oiseau, il demandera pardon à son fils et ils se réconcilieront. La voiture joue un rôle important : au début du film, elle entre en compétition avec la course de Jojo ; le parcours de nuit peut faire penser à une volonté de suicide ; à la fin du film, le père et le fils sont joyeux dans la voiture. Entretien avec le réalisateur Boudewijn Koole : Le portrait du père est assez négatif… « Oui, dans le film mais si on regarde précisément on imagine que le père a beaucoup changé après la mort de la mère et qu’il va changer après la fugue de Jojo. Il fait la course avec son fils, ce que ne font pas tous les pères. Le père le laisse aussi tirer au fusil, le laisse conduire une voiture, joue à la guitare pour l’oiseau et s’occupe de la maison. C’est une relation père fils typique : peu de mots mais derrière la violence, se niche beaucoup d’amour. » LA MERE : on ne voit d’elle que des photos ou des posters, sauf lorsqu’elle apparaît à son fils le soir où il dort dans la caravane. Le spectateur se demande : Où est la mère de Jojo ? Est-elle partie en tournée pour donner une série de concerts ? Est-elle en voyage ? Les parents viennent-ils de se séparer ? On n’apprend sa mort que vers la fin du film (57 minutes 45). Elle était chanteuse de country et une première chanson est entendue dans la remise (34 minutes environ) puis l’autre chanson est entendue deux fois : au moment de l’envol du choucas, et à la fin du film. Entretien avec le réalisateur Boudewijn Koole : La musique de la mère est-elle une musique originale ? « Les chansons sont de Ricky Koole, une chanteuse et actrice néerlandaise célèbre. C’est aussi elle qui apparaît sur les photos et dans les rêves de Jojo. C’est une musique folk populaire qui vient du coeur. 1 http://www.atmospheres53.org/docs/dossierpedagolittlebird.pdf Evelyne AGUILEE, CPAV Page 5 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  7. 7. Texte de la première chanson entendue : Jojo dis-moi quand tu n’as pas le moral Que tu veux que je rentre à la maison Je viendrai quand tu m’appelleras Jojo dis-moi quand la nuit tombe et que le froid te gagne Tu ne peux pas être battu, nous sommes trop forts Jojo dis-moi quand la vie est dure. Texte de la deuxième chanson entendue : Du jour où je t’ai rencontré Au jour de ma mort C’est un fait établi Que tu es celui qui me fait planer. Du premier contact Au dernier adieu Personne ne te surpassera Tes baisers me font pleurer Tu es l’homme de ma vie Le seul homme de ma vie. Mais, je ne suis pas parfaite, je ne peux pas être amoureuse J’espère que tu comprendras que [j’ai besoin d’être libre.] bis YENTHE : c’est une amie de water-polo, plus âgée que Jojo. Elle devient sa compagne de jeux : faire du feu, s’occuper de l’oiseau, courir, se cacher… Elle affrontera Jojo, lors de l’échange de gifles après la révélation de la mort de la mère. Elle acceptera l’alliance offerte par Jojo, signe d’un amour naissant. LE CHOUCAS : il sert de confident, de médiateur pour Jojo (c’est un trait d’union entre Jojo et sa mère, entre Jojo et les enfants, entre Jojo et Yenthe…). C’est un choucas des tours. De taille inférieure au corbeau, c’est un oiseau de la famille des corvidés, bruyant, peu farouche que l’on trouve partout en Europe sauf dans les montagnes. Grégaires, les choucas restent fidèles à un conjoint pour la vie. En France, ces oiseaux sont considérés comme « nuisibles » mais aussi et paradoxalement comme une espèce protégée… Entretien avec le réalisateur Boudewijn Koole : « - Pourquoi avoir fait le choix d’un choucas ? C’est l’un des animaux les plus intelligents qui soient, aussi intelligent qu’un chimpanzé. Ils vous reconnaissent de loin, ce sont des animaux sociables. Ils sont monogames, loyaux et aiment jouer. Ils se font même des farces entre eux. Ils cachent de la nourriture, jettent des cailloux et profitent de la vie. De nombreuses personnes les considèrent comme des oiseaux de malheur, symboles de la mort. Pour moi, ils sont pleins de vie. - Que symbolise-t-il pour Jojo ? Jojo se sent très en danger après la mort de sa mère et recherche de la sécurité. Mais contrairement à son père qui a arrêté de vivre et a fermé son coeur, il pense qu’il est encore possible de vivre et grâce à son imagination fertile il continue de faire vivre sa mère. Il veut faire confiance à la vie, aux autres et construire des relations. L’oiseau est plutôt le symbole du jeu, de la joie, de la loyauté et de l’amour. Autant de valeurs qu’il est impossible d’enfermer en cage. Toutes ces valeurs cruciales sont aussi très vulnérables. » On peut également penser que ce petit oiseau va permettre à Jojo de partager avec lui une expérience privilégiée : c’est le réceptacle de son imagination, grâce à lui, il peut « écrire » l’histoire qu’il a envie Evelyne AGUILEE, CPAV Page 6 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  8. 8. de se raconter : le retour et l’anniversaire de sa mère. L’oiseau, muet, ne peut le contredire, le mettre face à la réalité, comme le fait son père. · Les rapports entre le père et le fils Le retour sur les personnages est l’occasion de comprendre ce qui se joue dans la relation entre le père et le fils. Possible mise en réseau autour du thème de l’incommunicabilité avec un ouvrage d’Antony Browne : Dans « Anna et le gorille », la perspective exagérée augmente encore la distance entre le père et sa fille. Le père ne communique pas, il se retranche derrière son journal. Les couleurs participent à la mise en place de l’ambiance : couleurs froides qui détonnent avec la robe rouge d’Anna. Les formes géométriques et l’ordonnancement de la pièce, la frugalité du petit déjeuner participent aussi de cette atmosphère. Sans oublier la place du père qui est encadré par un énorme frigidaire. Dans Little bird, l’enfant est confronté à deux formes de violence : - violence de l’absence de la mère qu’il n’accepte pas - violences physique et verbale du père, expression de sa propre douleur D’une certaine façon, chacun est muré dans sa souffrance et ils n’arrivent pas à communiquer. · Retrouver les différents lieux de l’histoire La voiture, l’arbre, la maison, la piscine, la remise, la caravane… Préciser leur rôle par rapport à l’histoire de Jojo. Peut-on savoir s’ils sont repérables ? (Quelle ville ?) Le retour sur les lieux sera l’occasion de revenir sur la couleur et la lumière du film. Entretien avec B. Koole : « Le film semble entièrement teinté d’une couleur bleue verte : pourquoi avoir choisi ce coloris ? - Nous voulions créer un monde nouveau, le monde de Little Bird. Nous voulions une touche légère, la sensation des aquarelles.2 » explique B. Koole Les couleurs vertes et bleues, omniprésentes dans le film, ont une profondeur et une douceur très réussies. 2 http://www.lesfilmsdupreau.com/pdfs/dp/lib_dp.pdf Evelyne AGUILEE, CPAV Page 7 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  9. 9. Référence bibliographique pour en savoir plus sur ces deux couleurs et en comprendre la charge symbolique : Bleu, histoire d’une couleur, Vert, histoire d’une couleur, Michel Pastoureau, Seuil (2006) Michel Pastoureau, Seuil (2013) -Michel Pastoureau interviewé par Laure Adler dans l’émission Hors-champ sur France culture (44’) http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4729946 Cette dominante vert-bleu s’oppose à certaines parties du film plus sombres : - Le plan d’ouverture du film, entièrement noir : c’est le néant d’où tout advient et où tout finit. Reprise à la fin du film mais dans une autre perspective. - Les scènes dans la remise de la mère ou dans la cabane abandonnée : c’est la nuit mais c’est aussi le monde de la mère, symboliquement celui du souvenir, et des ténèbres. Voir à ce sujet « Du jour à la nuit » p. 30 des Cahiers de notes sur… Le langage cinématographique « Comment filmer l’absence ? Voilà bien la question que pose Little Bird. Comment rendre perceptible le vide laissé par le départ de la mère de Jojo, comment faire ressentir la place omniprésente qu’elle occupe dans l’esprit du garçon alors qu’elle n’est précisément pas là ? Comment rendre par l’image le fait qu’à travers les relations qu’il entretient avec son père, avec Yenthe et avec le choucas, c’est son rapport avec sa mère que rejoue Jojo ? Comment faire comprendre enfin, le déni de cette absence ?... » 3 Conte initiatique, ce film va amener Jojo à vivre des épreuves, en particulier l’épreuve de la mort de son oiseau, pour pouvoir enfin faire son deuil après la mort de sa mère. Le travail autour du langage cinématographique aide aussi à la compréhension du film. - la notion de point de vue Dans ce film, le point de vue, c’est le plus souvent celui de l’enfant. La caméra filme au niveau de ses yeux. C’est son regard qui nous guide et nous fait percevoir le monde. 3 Cahier de notes sur…, rubrique Point de vue : http://www.enfants-de-cinema.com/2011/films/little-bird.html Evelyne AGUILEE, CPAV Page 8 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  10. 10. 1er exemple : au début du film 2e exemple : après la course avec le père Ce type de cadrage est à opposer à d’autres plans du film où le point de vue adopté est celui d’un personnage externe. - le hors-champ « Le hors-champ est l'ensemble des éléments (personnages, décors, etc.) qui, n'étant pas inclus dans le champ, lui sont néanmoins rattachés imaginairement, pour le spectateur, par un moyen quelconque. Il est essentiellement lié au champ, puisqu'il n'existe qu'en fonction de celui-ci.»4 Première proposition pour faire comprendre le hors-champ aux élèves : la rencontre entre Jojo et le choucas Cri d’oiseau hors champ Le regard de Jojo nous accompagne au sol pour découvrir l’origine du cri La branche à gauche du cadre peut être celle d’un arbre ? Bruit nature Le regard de Jojo devient hors-champ. La bande-son qui reproduit le « cri de l’oiseau » (alors que celui-ci n’ouvre même pas le bec) fait le lien entre les deux plans. Bruit de la nature 4 http://www.cineclubdecaen.com/analyse/horschamp.htm Evelyne AGUILEE, CPAV Page 9 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  11. 11. « Salut ! » « J’ai trouvé ton petit ! » Avec les élèves : - qui parle ? à qui ? - que s’est-il passé ? Comment le cinéaste nous le fait-il comprendre ? Si cette première expérience est relativement simple, le passage de Jojo dans la remise en train d’écouter un ancien DVD sera plus complexe. Là, le hors-champ donne un caractère dramatique à la scène dans la mesure où il exprime l’absence de la mère et on comprend que Jojo se remémore les jours heureux. Le hors-champ imprime de la force à cette évocation. - Qu’est-ce qu’on entend ? De qui s’agit-il ? Pour aider les élèves, rapprocher ce moment de ce qu’on a vu un peu avant et le plan que l’on voit juste après : En arts plastiques, il est possible de prolonger des photos hors cadre pour mesurer la part de l’imaginaire dans la reconstitution du réel. Point de vue, hors-champ ramènent à la question du cadrage et à l’échelle de plans. Evelyne AGUILEE, CPAV Page 10 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  12. 12. - Autour de la notion de cadrage « Le cadre est un langage, c’est par lui que nous emmenons le spectateur dans le monde de l’enfance. Il ne s’agit pas simplement de raconter une histoire mais de créer des émotions. Les souvenirs d’enfance me guident dans le choix des cadrages. Mes pieds sur le sol mouillé sont gravés dans ma mémoire ou encore moi, couché par terre en haut des escaliers. Parfois nous voulions immobiliser le cadre pour créer de la tension. C’est à partir de là que nous est venue l’idée d’utiliser des photos dans le film. Pour arrêter le temps.5» Travailler le cadrage, c’est travailler la notion d’échelle de plan (général, moyen, américain, gros plan), la notion (plongée, contre-plongée), la notion de champ (champ, hors champ, contre-champ). o Trier des images à partir de critères : très gros plan, gros plan, plan large, rapproché etc. Analyser les effets produits ; o Recadrer un élément du réel ou celui d’une image à l’aide d’un cadre en carton évidé. Utiliser ces fragments d’image recadrée en les intégrant dans un autre contexte pour une composition personnelle ; o Prendre des photos d’un même élément (personnage, objet, paysage) sous différents angles, de près ou de loin. - Le montage Ce que dit le réalisateur du montage : « Le montage, comme l’écriture, est une étape importante. C’est beaucoup plus qu’agencer les séquences en fonction du scénario. C’est un véritable recommencement. C’est une quête spirituelle. Il s’agit de comprendre ce que je recherche, pas seulement de couper des plans et cela prend du temps. Je cherche l’universalité de l’histoire, son coeur battant. Nous avons beaucoup retravaillé le début et le milieu de l’histoire au montage. On a fait des essais avec les photos (au départ je pensais en utiliser beaucoup plus). » Une séquence semble particulièrement intéressante de ce point de vue : c’est celle qui voit Jojo se réveiller après une première nuit passée avec son choucas [8’27’’ à 13’23’’] Quelles difficultés possibles pour les élèves ? - Il y a un décalage entre ce que l’on entend et ce que l’on voit - la voix hors-champ permet d’imaginer un ailleurs et un autre temps ; - le contraste entre ce qui s’est réellement passé quand Jojo a voulu rejoindre son père et ce qu’il en raconte à sa mère. · des temporalités différentes avec une conversation téléphonique s’inscrivant : - dans le présent : « Salut maman, ça va ?... » - dans le passé en évoquant la nuit précédente : « La nuit dernière, j’ai dormi dans son lit. C’était super chouette. Il m’a laissé dormir avec lui…. » 5 http://www.lesfilmsdupreau.com/pdfs/dp/lib_dp.pdf Evelyne AGUILEE, CPAV Page 11 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  13. 13. Retour sur la séquence C’est le matin. Jojo va rejoindre son père dans son lit. Quelques plans segmentant la séquence. Ce que montre l’image Ce qu’on entend « Salut maman ! Ca va ? » Voix off de Jojo « Ouais, moi je vais bien…et papa aussi. » Le père ronfle légèrement. La nuit dernière, j’ai dormi dans son lit. C’était super chouette. -Eh…t’as un lit, non ? (père) Il m’a laissé dormir avec lui. Allez, va-t-en ! Evelyne AGUILEE, CPAV Page 12 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne
  14. 14. Dis, maman, Comment ça se passe pour toi là-bas ? Tu t’amuses bien ? On te manque ?... Quel travail possible avec les élèves ? · Sélectionner les photos et les faire remettre dans l’ordre de la chronologie des événements. · Remettre les paroles dans cette même chronologie. · Comparer avec ce que l’on voit après montage, dans le film, pour mesurer l’effet de contraste entre ce que dit Jojo et ce qu’il aurait souhaité, et la réalité qu’il a vécue. Eh…t’as un lit, non ? Allez, va-t-en ! Salut maman ! Ca va ? Ouais, moi je vais bien…et papa aussi. La nuit dernière, j’ai dormi dans son lit. C’était super chouette. Il m’a laissé dormir avec lui. Dis, maman, Comment ça se passe pour toi là-bas ? Tu t’amuses bien ? On te manque ?... Evelyne AGUILEE, CPAV Page 13 Coordinatrice Ecole et cinéma Essonne

×