STRATÉGIE DÉTAILLÉE
STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 1
AVANTAGES DE NOTRE STRATÉGIE
STRATÉGIE DÉTAILLÉE
STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 2
1. Pour la POPULATION : utilisateurs finaux, employ...
STRATÉGIE DÉTAILLÉE
STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 3
1.3/ Parfois perçue comme un matériau pour une cons...
STRATÉGIE DÉTAILLÉE
STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 4
Notre R&D innovante s’appuie sur le principe du mod...
STRATÉGIE DÉTAILLÉE
STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 5
2. Pour la PLANÈTE : les écosystèmes, les animaux, ...
STRATÉGIE DÉTAILLÉE
STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 6
3. Pour le PROFIT : actionnaires, investisseurs, ba...
STRATÉGIE DÉTAILLÉE
STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 7
Un changement pour de nouvelles caractéristiques st...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

RAINBOW by ECS-3.COM: Avantages de notre stratégie (version française)

192 vues

Publié le

RAINBOW by ECS-3.COM: Avantages de notre stratégie (version française)

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
192
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
57
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

RAINBOW by ECS-3.COM: Avantages de notre stratégie (version française)

  1. 1. STRATÉGIE DÉTAILLÉE STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 1 AVANTAGES DE NOTRE STRATÉGIE
  2. 2. STRATÉGIE DÉTAILLÉE STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 2 1. Pour la POPULATION : utilisateurs finaux, employés, citoyens, décideurs politiques… Plus de 50% de la population mondiale vit dans les villes. 75% en Europe. Les habitants les moins riches, les moins éduqués, vivent dans les banlieues lointaines des centres villes, de plus en plus chères au prix du m² vendu. La qualité des constructions en banlieue est peu élevée afin de diminuer les coûts et permettre l’accès au crédit des banques. Les temps de trajets pour rejoindre leur travail font de toute cette population des esclaves des temps « modernes ». Dans beaucoup de pays, les familles de type monoparentales sont devenues une norme. Les notions d’attachement et de convivialité connues dans nos villages disparaissent... Nous sommes de plus en plus nombreux, et pourtant de plus en plus esseulés, divisés. Ces problématiques sont connues. Elles sont même parfaitement analysées. Elles nécessiteraient des actions planétaires concertées, vigoureuses et concrètes. Mais dans un monde où vivent et communiquent de plus en plus d’individus, elles sont paralysées par le « chacun pour soi ». Alors, que font les décideurs, les politiques, les banquiers, les 1% de gens qui possèdent 90% des richesses sur la planète ? Et nous, les 99%, que faisons-nous? Pourtant, une série de réponses concrètes, appropriées et faisables existe effectivement : 1.1/ La sobriété énergétique et matérielle consiste à diminuer les gaspillages et autres pertes techniques tout en offrant autant voire plus de services et de confort qu’auparavant. Dans le domaine de la construction, il s’agit de réhabiliter ou de construire des bâtiments qui consomment peu ou pas d’énergie pour leur usage. Confortables, sains, ils peuvent être construits avec des matériaux renouvelables, durables, non énergivores et non polluants. De tous ces points de vue, la construction en paille (alliée à la terre crue, au bois, à la fibre végétale ou animale, à la pierre...) apporte des réponses satisfaisantes en terme de qualité, elle est adaptée pour faire face aux différents problèmes et est applicable de manière immédiate. De tels bâtiments peuvent aussi servir de support à une production énergétique décentralisée et autonome... Le secteur du bâtiment consomme aujourd’hui de nombreuses ressources non renouvelables pour fabriquer et transporter les différents matériaux. La paille permet de remplacer de nombreux isolants dits « modernes ou conventionnels ». Mais elle peut aussi se substituer à des pierres, du béton, des poutres en devenant elle-même « porteuse », y compris dans des zones sismiques. 1.2/ L’économie contemporaine est de plus en plus souvent soumise aux déséquilibres internationaux. La relocalisation des activités essentielles d’un village, d’une ville, d’une région, d’un pays, ou d’un ou plusieurs continents est un moyen de les rendre plus robustes dans la durée. Comme nos ancêtres, nous devons à nouveau utiliser des matériaux locaux, construire avec ce qu’il y a de plus près, concevoir des bâtiments adaptés au climat et à leur usage propre. La paille est une ressource appropriée pour produire des bâtiments adaptés aux exigences de confort du XXIème siècle. Les démarches techniques, économiques, organisationnelles, normatives sont misent en œuvre par les Hommes et avec les ressources du terroir local. Les niveaux de qualité atteints par une production semi-industrielle sont en tous points remarquables et peuvent être largement comparables avec ceux dits « modernes et conventionnels ».
  3. 3. STRATÉGIE DÉTAILLÉE STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 3 1.3/ Parfois perçue comme un matériau pour une construction alternative, la paille est aujourd’hui éligible aux marchés publics dans les plus grands pays industrialisés. En France, en Allemagne, en Suisse, en Suède, par exemple, elle permet de construire des bâtiments tertiaires, des bâtiments recevant du public comme des écoles, des salles de sport, de concerts, des bibliothèques, des opéras... ainsi que des logements collectifs ou des centres techniques... Au-delà de l’aspect technique, les auto-constructeurs s’insèrent largement dans un cadre plus large de préoccupations sociétales. Leurs projets ont fréquemment une dimension économique et/ou sociale qui complètent voire dépassent les aspirations environnementales de notre société. Ils tentent de gérer tous les aspects financiers, organisationnels, administratifs et politiques. Même si ce n’est pas toujours simple et que le succès n’est assuré, de plus en plus de gens retournent vers cette solution, comme nos ancêtres dans nos villages ou nos quartiers. 1.4/ Quand l’économie solidaire et circulaire se met au service du social, de l’environnement et de la sécurité économique locale. Nous supportons l’idée du « Social Business » initiée par le Pr. Muhammad Yunus (prix Nobel de la paix en 2006). Une entreprise sociale est une entreprise créée dans le seul but de résoudre une problématique sociale financièrement durable. Le social business combine un souci constant de la satisfaction des besoins sociaux avec énergie entrepreneuriale, discipline de marché, et un grand potentiel pour la réplication et mise à l'échelle des entreprises prospères. Voici les 7 principes du « Social Business » : - L’objectif de l’entreprise consiste à lutter contre la pauvreté et à répondre à un ou plusieurs problèmes qui menacent les individus (et donc la société, exemple : éducation – santé – environnement) et non de maximiser les profits - L’entreprise parviendra à s’autofinancer - Les investisseurs pourront retirer le montant de leur investissement mais ne toucheront aucun dividende - Quand les investissements seront remboursés, les profits réalisés seront consacrés à l’expansion de l’entreprise et à l’optimisation de ses processus - L’entreprise sera respectueuse de l’environnement - Les employés seront payés au prix du marché et disposeront des meilleures conditions de travail - Faites-le dans la joie L’innovation frugale est inspirée du concept indien « JUGAAD » qui précise que cette démarche est généralement utilisée dans un environnement difficile. Les pays en voie de développement jouent ainsi un grand rôle dans l’émergence de l’innovation frugale. Les faibles ressources disponibles imposent en effet aux innovateurs de ces pays de répondre aux besoins locaux par des solutions simples, peu coûteuses, ingénieuses.
  4. 4. STRATÉGIE DÉTAILLÉE STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 4 Notre R&D innovante s’appuie sur le principe du modèle « JUGAAD » :  Une stratégie de croissance radicalement différente  Recherche des opportunités dans l’adversité  Faire plus avec moins  Penser et agir de manière flexible  Viser la simplicité  Intégrer les marginaux et les exclus  Suivre son cœur  Intégrer JUGAAD dans l’organisation Impact social : beaucoup d’acteurs de la construction écologique sont impliqués en tant qu’agents économiques ou en tant que citoyens. La paille, la terre crue (l’argile), le bois, le chanvre etc. sont révélateurs de ce qui se passe dans de nombreuses sociétés contemporaines à travers le monde : de plus en plus d’entreprises privées ou coopératives s’organisent afin de répartir plus équitablement les fruits de leur travail. Des maîtres d’ouvrage privés et publiques associent qualité environnementale et proximité d’approvisionnement afin de stimuler l’économie locale et circulaire. D’autres s’occupent de l’accession sociale à des logements sobres et sains. Ailleurs, des approches pédagogiques différentes sont prodiguées dans des établissements scolaires ouverts ou dans des Éco-villages (comme celui que dirige notre expert consultant Andreii Bobrovitsky en Ukraine). Dans d’autres endroits, certains s’associent pour produire une nourriture ou un élevage de qualité. Une de nos clientèles cible est celle qui a de faibles revenus et qui dépense plus de 70% de ce qu’elle gagne dans leur loyer, leurs factures de consommation d’énergie… ce qui constitue la grande majorité de la population. L’objectif est de proposer une alternative crédible aux habitations traditionnelles pour devenir propriétaire. Par exemple, avec notre version mobile et modulaire, un client peut choisir d’acheter un ou deux « modules » qu’il installera sur un terrain en location. Par la suite, il pourra acheter d’autres modules et devenir propriétaire de la terre. Notre stratégie se conforme à la « déclaration du millénaire » de l’ONU. Elle promeut le développement de l’économie circulaire, la protection de l’environnement et prend en compte l’aspect social sur le long terme.
  5. 5. STRATÉGIE DÉTAILLÉE STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 5 2. Pour la PLANÈTE : les écosystèmes, les animaux, les Hommes et les générations futures. Au XXème siècle, nous avons initié une nouvelle ère d’industrialisation de la construction qui intègre de nombreuses zones d’ombres. En effet, elle a délocalisé et uniformisé la production de matériaux, dévoré les ressources minérales et énergétiques fossiles, « taylorisé » le travail en découpant en petites tranches les compétences. Elle a produit des bâtiments que l’on pourrait qualifier de véritables « pavés énergétiques », souvent inconfortables pour leurs occupants. Ces logements généralement dits « sociaux ou administratifs » alimentent le déficit de la balance des paiements de nombreux états dans le monde et surtout participent pour la plus importante proportion aux désastreux déséquilibres environnementaux contemporains. Pour mémoire, depuis les années 2000, l’ensemble de l’énergie consommée par le secteur du bâtiment (extraction, transport, transformation, production industrielle, commercialisation et construction) représente près de 50% des activités humaines mondiales. Impact environnemental : à l’origine, la paille n’est pas produite pour être consommée. C’est un sous-produit de l’agriculture céréalière servant à des fins alimentaires (humaines ou animales). C’est donc un matériau mort. Pendant les moissons, le grain est recueilli. Selon les cas, la paille est broyée immédiatement ou laissée sur place afin d’être conditionnée en bottes. Dans le 1er cas (40%) la paille est broyée par la moissonneuse batteuse afin de se dégrader plus facilement et de favoriser ainsi la préparation du sol pour les moissons suivantes. Dans le 2ème cas (60%) le broyage est évité, la paille est d’abord laissée dans le champ pour être ensuite pressée en bottes et stockée à l’abri. Elle est utilisée principalement comme litière pour les animaux d’élevage, mais aussi par exemple pour fournir de l’énergie dans les centrales à biomasse. Son utilisation pour la construction est encore marginale. La détermination de l’impact environnemental de la paille pour la construction porte sur son cycle de vie, qui démarre avec sa mise en andains sur le champ et se termine avec la fin de vie du bâtiment construit en paille. La stratégie de ECS-3.COM se base sur l’utilisation de matériaux locaux renouvelables (comme les fibres végétales ou animales) ou lourds (pierre, terre, bois...), et l’utilisation de faibles ressources économiques et énergétiques. L’ensemble de son activité est en harmonie avec l’environnement et le climat.
  6. 6. STRATÉGIE DÉTAILLÉE STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 6 3. Pour le PROFIT : actionnaires, investisseurs, banquiers, capitaux risqueurs, entrepreneurs, ONG, programmes de financements locaux, régionaux et gouvernementaux. Sur le long terme, le haut potentiel de croissance du « Green Business » représente une opportunité très intéressante. Le coût d’achat du « Green Manufacturing Process » et le prix de revient des panneaux « RAINBOW » qu’il produit permet un retour sur investissement après la vente de quelques centaines de m² seulement. Les panneaux « RAINBOW » sont préfabriqués, autoportants, bio ventilés, bio isolés, pré-décorés, certifiés, de qualité contrôlée, rapides à produire et à assembler, et constituent un bloc performant en termes de résistance et d’isolation pour un prix extrêmement compétitif. Plus la quantité produite devient importante, plus le prix de revient baisse. Par exemple, le prix de revient d’un panneau est divisé par 2 quand la production passe de 100 à 1000 panneaux pour un même projet. Le prix de vente des bâtiments assemblés avec les panneaux « RAINBOW » est inférieur au prix du marché. Ce prix est même concurrentiel aux panneaux sandwich OSB/Polystyrène/OSB (les moins chers du marché) mais avec une qualité nettement supérieure… Quelles conséquences du changement climatique sur la vie de tous les jours ? ÉCOLOGIQUE : hausse de température, qualité et quantité d’eau amoindries, désertification, feu ÉCONOMIQUE : augmentation des coûts et distribution des énergies et coûts de transport, valeurs monétaires instables, faillite d’un système bancaire sauvage, richesses extrêmes, industrialisation verte, développement du business vert et social. AGRICULTURE : qualité et quantité de nourriture amoindries, adaptation face à plus de catastrophes naturelles, développement de l’économie circulaire, moins de produits chimiques POLITIQUE : sécurité, conflits, révolution des peuples, frontières prises d’assaut, éco-réfugiés, moralisation des liens entre démocratie/capitalisme/les pauvres, remplacement de l’énergie nucléaire et démantèlement des armes SOCIAL : explosion démographique, densité et pauvreté extrêmes, manque d’éducation, chômage, violence, urbanisation extrême, déconnexion entre banlieues et centres villes SANTÉ : pollens, moisissures, virus, transmission de maladies par l’eau, conséquences de la pollution, effets néfastes d’une mauvaise alimentation LOGEMENT : modification des pratiques de construction, moins d’énergies, coûts moindres pour construire, utiliser et détruire, plus d’isolation, une plus grande décentralisation de la production des énergies, autonomie en énergie, moins d’impact global sur la nature, traitement des déchets… Notre stratégie met en valeur et sécurise l’économie locale sur le long terme, en ne nécessitant aucune importation et en assurant une stabilité des prix de revient.
  7. 7. STRATÉGIE DÉTAILLÉE STRATÉGIE DÉTAILLÉE 2014 ECS-3.COM/RAPHAEL PETIT 7 Un changement pour de nouvelles caractéristiques standards: Avec l'épuisement des ressources naturelles et le réchauffement climatique, l'acquisition de logements à faible consommation d'énergie devient une priorité. Afin de limiter l'impact sur l'environnement et de respecter les lois internationales qui évoluent, les coûts liés à la réparation, l’énergie consommée et l’entretien doivent diminuer drastiquement. Par exemple, le label BBC (Bâtiment Basse Consommation) (label mis en place par le gouvernement français en 2007) met en valeur les bâtiments peu énergivores. Le label BBC est un ensemble de normes régissant un rendement énergétique visant à réduire la consommation des bâtiments. En 2020, les nouveaux bâtiments devront produire plus d'énergie qu'ils n’en consomment. Le label BBC a fixé des limites de consommation d'énergie primaire : 50 kWhep/m² pour les bâtiments neufs, 80 kWep/m² pour les bâtiments rénovés. 7 critères permettent de fixer les exigences en termes de performance énergétique : isolation des parois – menuiseries extérieures – ventilation – éclairage – eau chaude – chauffage –perméabilité à l'air

×