En Patois
différents
Ou différents
patois
Le Corbeau et
le Renard
Clique pour
Avancer
Patois Auvergnat)
•   La grôle et lou rénard        Na grôle, un tzour, dutsée tsoubre un fao  Tenia dien son bé, un froum...
Patois
Basque
• In d'jour y avot in corbé Ajouquie, à l'coumète d'in pouplie
Qui t'not da sa bec In biau froumadge tout mo...
Patois de Bresse.
• LOU CROU PI LOU RENA
------------------------------------------------------------------------
Mètre Cr...
Patois Breton(Normand)
• ot en haut d'un oméa, un' grolle était juchée Avec un froumag' dans la goule.
Et v'là qu'un vieux...
Patois du pays Briard
Y aveu eun fai une veille coi qui s'teu crucheu sur une branchette 
èl teu là à pauper d'la goule .....
Patois des Chaumières
• Tout en haut d'un ormeau, un Corbeau était perché Avec un fromage dans la bouche. Et voilà qu'un v...
Patois Franc-Comtois (frainc-comtou)
• Mâtre corbé d'chu un arbe pertchi
Tênait dans son boc un fromâidge.
Mâtre rena poi ...
Patois Lyonnais
• La corneuille apeu le r’na Dzeutsi à la ceume du tsâgne, la corneuille,
• Davu son fromadze, se crâ-yo v...
Patois de
Marseille
C´était un beau gabian, qui furait les poubelles, Car y a plus de poissons au large de Pomègues. Il es...
Patois Normand
• Le renard et la cônèle
• Eune cônèle juquie sus eun âbre Avait eun fromage dauns
sen bé.
Eun renard ratti...
Patois du Pas-de-Calais
• Enn cornal in biau jour (du qu’al l’avaut été querre?) Al s’étaut imparé d’in morciau d’caminber...
Patois Rethélois
• Y' avot in jou in corbac Qu'était adjouquie à la tête d'un arb‘ Et qui tnait dans sa
bec in fromach'.
M...
Patois Sarthois (Maine et Loire)
• La couâ et le r'nâ
• Eun' couâ bin neire, su eun' terrouesse cruchée, T'nait en son bé,...
Patois de St. Etienne
• Dans les bois du Pilat,y'avait une babiele de corbeau qu'avait le babaud et barontait sur un fayar...
Ch'ti di nord pour Comprinte
• Un jour, din ch’nord, un corbac y’avo chourré un fromache à ch’marché d’Haubourdin !
I s’po...
Patois Vaudois(Provence)
• C’t ami Corbeau, sur un arbre ganguillé
Tenait à plein bec une tomme.
C’t ami Renard, le tarin ...
Version Argot (Paris)
• Un pignouf de corbac, sur un touffu, paumé,
S’envoyait par la tronche, un coulant barraqué.
Un gou...
Version Inversée
• Maître Corbeau, qui n’était pas du tout perché sur un arbre (parce qu’il avait le vertige et la peur du...
Version Verlan
• Le Beaucor et le Nareu (Ange Edal Tainefon)
Tremai Beaucor, sur un brare chéper, Naite en son quaib un
• ...
Version Contrepet
•
Le rebeau et le cornard (Jayne de la Fontan)
Maitre cornard sur un chèbre perbeau
Tenait dans son Mage...
Version Argot du 20éme siècle
• Un Cave, bien planqué, kif un mac, Bouffait en lousdé un calendos Le
gonze Vachard, sentan...
Version Anglaise
• The Crow and the Fox
• Master Crow perched on a tree,
Was holding a cheese in his beak.
Master Fox attr...
Version Arabe
• On jor, Mosio Corbeau Qui z’iti sor on z’abre, rôt afi t’en haut Y gardi dans on boche on fromage
(Ji croi...
Version t’chi Eul' Corbieau et l'Renard
• Un biau corbiau tout noir, incrinqué su chin ape,t'nau ben serré din s'bouc un f...
• Le corbeau et le renard
Maître corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître renard par l'odeur all...
Je l’aurais
un jour !!
Je l’aurais
un jour .
Il est permis
de rêver
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

306463 messager

1 901 vues

Publié le

le corbeau et le renard en patois

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 901
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

306463 messager

  1. 1. En Patois différents Ou différents patois Le Corbeau et le Renard Clique pour Avancer
  2. 2. Patois Auvergnat) •   La grôle et lou rénard        Na grôle, un tzour, dutsée tsoubre un fao  Tenia dien son bé, un froumèze  • Moussu rénard, qu’y farceur un bon pao Lui diguait coume à co            • Vous donnez pès votre ètse  Oh ma fe non, s’est dzinte coume un tzour ! •  Un simple tzuour, voudrio vivre touzour Si vous trouvé pè un compaïre ,   yeu vous mariarai • Et que sera bliobeu, d’avant qui temps d’arraé La bétieu,   pachinte Mais la creuze, célèbre musichin • Quou est pour acco, miffia te…Hanne ! fazez vire, entendre votre voué Tsantez comme voudré, un frintché, un patoué • Te ferai sûr dédutser…La grôle villez, co martsève Comme un mourcé de po • Bada la gordze  bada lou bée, Lou froumèze tombé Dien la gorze de l’autre Qu’étia badée, touta grande • Et quand l’ayait manzé, lou  rénard levé la brande Et diguez coume à co Dadelles ! • Villez pè, s’infoutent pè mao de votre à voué • Te fliètève, et dillez co por un froumètze • Adieu, yeu  m’invo, te souhaite un bon mariètze • Oh filles, mes milles, • N’écoutè pès, lu garagnas • Vous vintent, vous trompont, • Vous plant’ront tieu, comme d’ignoux
  3. 3. Patois Basque • In d'jour y avot in corbé Ajouquie, à l'coumète d'in pouplie Qui t'not da sa bec In biau froumadge tout moisi Un viux r'naud, qui traînot par là Qu'avot bin ondu çà S' d' mando, en grattant s'n'oreye Avé s'patte de drie - Commat qu'ej fro bon Pou agrichi l'frmadge de c'verrat-là Tout d'un coup, il y v'not une idée "-hé bonjou du corbé Té mou biau aneu Té l'plumage qui r'luit coume le sliau Té l'bec ossi fin qu'celui d'un rossignauA propos d'raussignau tu dois mou bin chanti Ton père chantot si bin.L'corbé n'se sentot pu d'joie Lé v'là qui s'met à s'trémoussi s'brinchette Et qui t'entonne la Mère Angot Comme vous l'pensez bin pou chanti Faut ouvri l'bec v'là froumage qui devale E l'r'naud qui l'avale Quand il é fini d'l'mangi, y dit au corbé: "Quand ta verrais un qui t'dirait qu'té biau Tu sarais bin qu'c'est pour s'fiche de té l'corbé honteux et confus Leva s'paniau, li montra s'cul.
  4. 4. Patois de Bresse. • LOU CROU PI LOU RENA ------------------------------------------------------------------------ Mètre Crou su n’abrou presha, Tenive è chon bec on froumazhou. Mètre Rena pe lou gou alesha, Li tin a peu pré chô lingazhou. E bonzhou, Monssu lou Crou. Que vouz’éte plazè que vous me sèblô bravou. Sè mèti che veutron ramazhou Che ra peurte a veutron plemazhou, Vouz’éte lou Ra du mondou de sé beu. À sé mou lou Crou ne che chin pô de plazi. Pi, pe montrô cha brava voua Uvre on larzhou bec, lache shèr cha proua. Lou Rena sè chazi, è li di, mon bon Monssu, Apreni que tou flatyo Vi u dépè de chotye que l’étuyte. Che la lesson vô bin on froumazhou, sè doute. Lou Crou ontyo pi confu Zhuzha mé on peu ta qu’on ne li prède plu.
  5. 5. Patois Breton(Normand) • ot en haut d'un oméa, un' grolle était juchée Avec un froumag' dans la goule. Et v'là qu'un vieux Renard, qu'avait un sapré nez, Védit, pensant : faut qui la roule. « Salut bonjour, lui dicit-y. Eh ! mais y vous trouve ja mal ! Dir' qu'y o avais jamais compris Comme anet'. » A battit daus ales, Et pis l'en racontit... Ma foi L'en dicit de bé daus manières : Qu' si al avait un' jolie voix, De teurtot's à s'rait la promère. Y vous dis qu'à s' gormait tchia Grolle ; Levait les païes, Ouvrit daus eilles, Grands comm' daus couverts de castrolles. Mais al ouvrit la goule aussi, Et le froumag' fut vite à bas. T'chiest le Renard qui le mangit, En li disant, tchiau falli gas : « Ma vieill' Groll', faut bé te rapp'ler Que les flatteurs sont bé plus fins Que tchiels qui v'lant les écouter ; Le disant pas leurs cont's pour rin. » La Grolle, qu'était tot' confondue, Dicit : « Mon béa fi d' vess', sûr que te m' bais'ras pu ! »
  6. 6. Patois du pays Briard Y aveu eun fai une veille coi qui s'teu crucheu sur une branchette  èl teu là à pauper d'la goule ... s'en vint l'grand finot de r'nard  i yi tapi dans l'zieu i yi dit : " c'est ti té veille coi ? té belle !!! té vraie belle! si t'as  autant de goule que d'pieumes su l'dos çà deu ète de qué  d'épatant !!! La coi s'mit à s'trémousseu à s'goupilloneu du croupion ! si bin que  l'fourmeuge chu à terre ! c'grand finot de r'nard mit point grand temps à s'arrocheu d'ssus  mais c'est li qui fut bin attrapeu ! quand y fut pour l'roucheu... y  aveu qu'la bouéte !! y s'en fut la tête bin bas ! la queue enteur les pattes ! jurant qu'on  yir prendrait plus !!! 
  7. 7. Patois des Chaumières • Tout en haut d'un ormeau, un Corbeau était perché Avec un fromage dans la bouche. Et voilà qu'un vieux Renard, qui avait un fameux nez, Vint, pensant : il faut que je le dupe. « Salut bonjour, lui dit-il. Eh ! mais je ne vous trouve pas mal ! Dire que je ne l'avais jamais compris Comme aujourd'hui. » Il battit des ailes, Et puis il en raconta... Ma foi Il en dit de bien des manières : Que s'il avait une jolie voix, De tous il serait le premier. Je vous dis qu'il se gonflait d'orgueil ce Corbeau ; Levait les pieds, Ouvrit des yeux Grands comme des couvercles de casserolles. Mais il ouvrit la bouche aussi, Et le fromage fut vite par terre. C'est le Renard qui le mangea, En lui disant, ce fichu gars : « Mon vieux Corbeau, il faut bien te rappeler Que les flatteurs sont bien plus intelligents Que ceux qui veulent les écouter ; Ils ne disent pas leurs histoires pour rien. » • Le Corbeau, qui était tout confus, Dit : • « Mon beau filou, c'est sûr que tu ne me berneras plus ! »
  8. 8. Patois Franc-Comtois (frainc-comtou) • Mâtre corbé d'chu un arbe pertchi Tênait dans son boc un fromâidge. Mâtre rena poi la sentue âitîri I tint è peu pri ce langdge. "eh, bonjo mossieu di corbé qu'veuzites bin, que veu me senbia bé sans menta si veutre râimèdge se râipotche âi veutre pieumâidge veu zites lo roi dies hâibitants dé cibeux è ci mots, le corbé ne se sent pu de piâidgi et po montra sâi belle voix et ouvre un lardge boc è lâiche tchour son fromâidge Lo rena lo prend et dit : " âiprena que to fietou vit aux dîpens de s'tu qui l'icoute ste leçon vaut bin un fromâidge sans doute" Lo corbé, hontouse et to bète djura, mâi un peu tâ qu'on ne lo prendrâi pu.
  9. 9. Patois Lyonnais • La corneuille apeu le r’na Dzeutsi à la ceume du tsâgne, la corneuille, • Davu son fromadze, se crâ-yo vé leuille. Un r’na qu’avo feugni la boune affère Li di à pou prés, sans en ava l’air : • « Dame Corneuille, bié l’bondzo Y é pas p’dère, ma, dans stu bos Si vos babyi c’man vos éte r’lindzi • Y van v’ni vos acueuté depeu Paris ! » • La corneuille se r’dreusse, tote ragonchi • La v’là qu’al vou arri bavassi, • Euve le beuc…pi laisse tsère son fromadze. • Y é pas predu p’le r’na ; qué d’madze ! • « Y fau pas crâre les biaus dizous • I en voulan teus à votés sous. » • La corneuille avo dzeuré c’man un pati ! • Achteûre, al cause ranqu’aprés mandzi !!
  10. 10. Patois de Marseille C´était un beau gabian, qui furait les poubelles, Car y a plus de poissons au large de Pomègues. Il espinche et mate, à la pointe  Dans un Trou de rocher, un moulon de bordilles. A l´espère, dès l´aube, affamé, fracass En fouillant dans Le tas, son oeil est attiré, Par un toc de Banon, qui sert à broméger.  Hélas, il était dur et à l´intérieur vide, Je peux bien se dit-il me gratter l´embouligue,Et comme l´on dit: « qui a bien dormi a dîné »,Il monte dans un pin pour faire un pénéqué.  Arrive un cahu, fin comme une esquinade, Qui avait les boyaux mêlés comme une rague. En découvrant l ´oiseau et son toc de fromage, Aquelo empego, dit-IL, cela est bien dommage,  Je pourrais bien me faire péter Le bédélé,Moi, qui n´a jamais su pêcher un pataclé.   Ô gari ? Chaspe moi, à moins que je ne rêve,Car de te voir ainsi, les yeux me parpelègent,Tu es vraiment le plus beau de Marseille à Cassis,  Is je ne t´avais vu, je serais mort d´estransi,Si tu chantes aussi bien que ta robe est jolie,  Mes esgourdes croiront ouïr Pavarotti.  Le gabian sur sa branche, de rire s´estrasse, Aquêu Cabot, qui pour manger s´escagasse,J´ap aussi faim que lui et voudrais bien chacler,  Mais au lieu de baffrer, je vais bien m´esclaffer.Il lâche Le banon que Le stassi achoppe, Comme un cacou d´Endoume qui frotte as minotte,  Et part en cavalant, comme un petit boumian,Qui a chipé vingt ronds au bain Des Catalans!   Moralité:   SI un jour, par un nervi, tu te fais pessuguer,Ne soit pas Le couillon qui est toujours aganté.  Tu bromèges un peu comme avec les girelles,Et tu attends que ça pite, pescadou de Marseille ! 
  11. 11. Patois Normand • Le renard et la cônèle • Eune cônèle juquie sus eun âbre Avait eun fromage dauns sen bé. Eun renard rattiraé pa l'odeu Lyi dit à peu praès coume cha : " Eh, boujou tei la cônèle ! Eh byin, ma fei de Du, t'es gentile ! Sauns menti, si tu chauntes oûssi byin coume t'es gentile, Ch'est tei la Reine du boués d'ichin ! " Dé de chu coup, la cônèle touote fyire Ouvrit graund sen bé… et l'ssi le fromage tumbaer. Lé renard lé *happit du coup et lyi dit coume cha : " Ma bouone fème, les syins qui fount des croupettes Vivent à même les syins qui l's écoutent ! Et je creis que cha vâot byin eun froumage pou la ponne ! " La cônèle, *hounteuse et touote gênaée Promint, - il 'tait byin temps ! -, Qu'o s'y laisserait pus pêqui !
  12. 12. Patois du Pas-de-Calais • Enn cornal in biau jour (du qu’al l’avaut été querre?) Al s’étaut imparé d’in morciau d’caminbert Et tout contint d’elle-même et d’ess  bonne aubaine Al s’étaut involé tout in haut d’in grand quêne El fromach' d’el cornal y sintaut tellemint bon Qu’in renard, ed s’in terrier, y n’a sorti tout d’in bond Ah! louarou qui dit, in diro qu’cha sin l’fromach' S’inna par ichi, m’in passé, cha séro dommach' I cachaut d'  tout côté, quant’in l’vant sin musiau Y’aperchut l’cornal, ed su ch’quêne, tout in hau Aveucque ech' caminbert qui n’y mucho tout s’tête Bin minsse qui dit ch’renard tout pindant qu’il l’arvette Inne cornal ch’est si bête, in renard ch’est si malin Al mingeraud et mi ej n’éro rien Quel plaisir d’el sintir, non cha n’est pas conv’nappe Ch’renard, in dijant tout cha, y s’aboul près d’ech lappe Et pour flatter chel cornal y s’met à dire tout haut » Et j’nai mi jamais vu, ed ma vie, parel osiau! Et y’est jamais possible eque cha seuche inne cornal J' n’ai toudis pas vu d’si belle din  tout l’futaille Cha ché sur, jé n’min pon, si jamais sin cant min’me Il est si biau à intinn' qu’à vir es habillemint Y n’ia pas pu biau osiau du qu’in ira dins l’monde Et din tout l’univers à chin lieu à la ronde" In intindant tout cha, chet quel cornal, al gobeau Et pour montrer ess bell' voix, vla qual eq minche in morciau Couac qu’al fait l’cornal, couac! pardouffe ech caminbert  Inter les branques d’ech quêne, y dégringole tout jusqu’à terre Couac, qual fait l’cornal, couac!… bravo qui dit ech glouton  Si t’voix al n’est pas belle, tin fromach' y’est bon. El morale ed tout cha, si y faut vous l’apprinne Ch’est qui n’faut pas parler,… tout le temps qu’in a s’bouque plinne
  13. 13. Patois Rethélois • Y' avot in jou in corbac Qu'était adjouquie à la tête d'un arb‘ Et qui tnait dans sa bec in fromach'. Mais y'en avot aco in Qu'avait rouetté l'fromach de c'verrat là Et qui s'demandot Coumma qui f'rot bin pou l'agreppie. I li dit: "Oh, t'es rudment biauannuit ! T'es les plumes qui sont aussi belles qu'un rossignol ! Mais ma foi, y'en avait même qui disaient Qu'tu chantot aussi bin qu'lou. Ca m'étonnerait mie Ton père chantot ça si bin Le corbeau n'se sentot pu d'aise ; I's'mit à s'trimuchie su l'brinchette Et n'savot pu qué grimace faire.Mais coumme pou chantie, faut ouvrie sa bec,Ouf, v'là fromach qui dévale. L'aut' lavale aco pu vite. Et quand il eut fini, i li dit : "Eb bin, ma vaillant, J'ma va t'baillie un bon conseil.Quand y'en arait qui diront Qu't'es biau et qu'tu chantes bin,Tu sarais qu'c'est pou s'fout de ti." "Va j'l'ai bin vu, li dit l'aut,Mais jamais pu d'ma vie Ni ti, ni tes pareils à ti Ne m'raront." C'qui pouve bin, mes afants,Qu' les lobeux finiront toujours De prendre ceusses qui sont assez bêtes Pou les écoutie.
  14. 14. Patois Sarthois (Maine et Loire) • La couâ et le r'nâ • Eun' couâ bin neire, su eun' terrouesse cruchée, T'nait en son bé, un grous froumaige. V'là qu'un gâs r'nâ, par la sente appâté, S'amène et, dans son parlement, C'mince à déberteler son compliment : "Bin l'bonjou, môssieu de la Couâ. Ça qu'iest-i qu'j'êtes dans vout nocial ? Ou, qu'censément, qu'j'iriez au bal ? Vous v'là, ma foé, tout pourri biau. J'allez dév'ni roé en c'châtiau -Sûr et certain- si vout musique Al est belle autant qu' vout mantiau. Chantez mei don un d' vos cantiques". A ouïr tout ça, la couâ chauvit. Al ouv' la pecque, a s'écouapit. Et bardadâ ! l'bolo qui cheit Dreit dans les pattes au râpinier. I le r'cèpe ; i part en couettant. "Heulà ! qu'i dit, sapré boban, J'm'attends qu'j'avez tout • à apprenre. Savez-don point qu'un gâs filou vit su l'celui qui • creit tout ? Mei je m'pourliche et j'êtes rifaige. Mais c'te l'çon, a poye vout • froumaige. La couâ toute jugée s'a pensé Qu'a n'se laiss'rait • pus alouser. Mais ça qu'iétait à l'attardée !
  15. 15. Patois de St. Etienne • Dans les bois du Pilat,y'avait une babiele de corbeau qu'avait le babaud et barontait sur un fayard qu'était caffi de babets. Dans une boge y tenait une rigotte pleine d'artisons qu'il avait du tirancher à la Jeanne de Doizieux, pendant qu'elle écartait son linge. La rigotte, elle était toute ébouillée, qu'on aurait dit qu'elle venait de la gandouse. A travers une coursière, un renard faisait son viron en débaroulant du crassier de MEON,au pas de la manu,en tachant moyen de remplir son gandot. Ca changera des racines se dit cette jarjille!!! Alors y z'attaquent une piaillée... " Alors mon belet ça broge?? Tu me fais tirer peine. Fouilla, j'arrêtepas de gueniller, ma matrue est un vrai garagnat; elle est toute émaselée, beauseigne, elle arrête pas de quiner,et ça me fout la lourde!!! Fouyaya, mais t'es franc joli que t'as mistes roupiannes du dimanche ! Je vais pas t'aquiger mais si tu basseuilles aussi bien que t'es beau comme un litre,on va te nominer le champion des rapetarets de Sainté!!! Quand il entend ça,le machuré à plume y se sent plus. Il devient tout bayard et il a les quinquets tout gonfles, bref y prend la grosse tête. Alors y prend un grand bol d'air et ouvre tout grand son caque pour beurler quéque aneries. Et vlan,v'là la fourme qui débaroule tout de traviole sur les barabans, miladzeu!!! Le rouquin à cacasson qui voulait pas rentrer à point d'heure, y saute sur la tomme et s'en met une pleine ventrée. Quand il est couffle,y se met à jabiasser et dit à l'autre bayayet, qui en a les ébarioles: Pauvre badabeu,écoute moi rien que,quand tu broges, un tant soit peu,dis toi qu'il y aura toujours des faramelans qui viendront te camphrer pour tacher moyen de te piquer tes yas ou pour chicoter dans ton gandot. • C'est pas la peine de tauner, ce que je viens de te piailler valait bien un mate-faim, pas?? Alors mainant que t'es éjaillé, fais pas la bobe et prend pas la lourde. Allez sans adieu,grand bazut!!!
  16. 16. Ch'ti di nord pour Comprinte • Un jour, din ch’nord, un corbac y’avo chourré un fromache à ch’marché d’Haubourdin ! I s’pose dins un arbe, et pi i s’di « j’va fair bonne chair ! » C’qui savo nin, ché qu’i n’avo un qui l’raviso d’puis in momin !! Ch’étai ch’camarate goupil ! Hé ! Tizote là haut, envoi me un bou ed’claquo, j’ai la dalle mi ! L’aute emplumé i répond nin , normal, y’a s’gueule pleine ed’coulan !!! Ch’renard, ché pas une truffe ! I n’a grinmin dins ch’tiéte ! j’va l’niqué c’piaf • Hé ti là !! Chui sur qu’té pa d’min coin ti ! Té un’ espésse éd’parigo ! Cante me le p’tit quinquin pour vire ! • L’aute, vexé jusqu’au trou d’balle, i veu canté, • i ouve sin bec, et i laisse querre sin calandos ! Ch’rouquin, i s’jette ed’su et avant de s’barrer , • i li dit: « t’es né trop prés de l’Belgique, y’a des restes ! Moralité : farme ed’gamelle et minche tin maroilles
  17. 17. Patois Vaudois(Provence) • C’t ami Corbeau, sur un arbre ganguillé Tenait à plein bec une tomme. C’t ami Renard, le tarin chatouillé Lui tint ce discours à la gomme:  Hé! salut c’t ami Corbeau,  T’es rude joli, t’es même fin beau!  Crénom de sort, si ta batoille Vaut ce plumage qui pendoille, T’es le tofin des forêts du Jorat. À ces mots, le Corbeau qui trouve ça estra Ouvre tout grand son four Et lâche ses dix-heures. Le renard chippe la tomme et dit:  Pauvre niolu, méfie-toi toujours des lulus Qu’ont la langue bien pendue. Cette leçon vaut bien une fondue!  Le Corbeau dépité, conclut:  Ch’us tondu, j’ai perdu, plus jamais je s’rai eu! 
  18. 18. Version Argot (Paris) • Un pignouf de corbac, sur un touffu, paumé, S’envoyait par la tronche, un coulant barraqué. Un goupillé d’rocneau qui n’avait pas clappé, Se radina lousdé pour le baratiner:  " Hé! Mon pote le corbac,  Je n’avais pas gaffé que t’étais si chouette Et si bien baraqué. Si tu pousses ta gueulante aussi bien que t’es fringué, T’es l’caïd des mecs de ce bled! «  Le corbac, pas mariole, Lui lâcha le coulant sur la fiole. Moralité:  Chacun, dans son louinqué, S’il veut rester peinard, Doit fermer son clapet Devant les combinards.
  19. 19. Version Inversée • Maître Corbeau, qui n’était pas du tout perché sur un arbre (parce qu’il avait le vertige et la peur du vide depuis tout petit), Ne tenait pas en son bec le moindre bout de fromage (il faut dire qu’il avait horreur de tout laitage). Maître Renard, que l’odeur n’avait pas alléché (lui aussi avait une sainte horreur du lait sous toutes ses formes), Ne lui tint pas du tout de langage (il ne parlait jamais aux gens de plumes):  " Que vous êtes laid! Que vous ne semblez pas aussi beau qu’on le dit! (Renard avait horreur de faire des compliments). Et en étant le    plus beau des menteurs, si votre discussion (Il aime raconter des blagues à cet ignorant) Ne se rapporte pas à votre plumage (Renard aurait d’ailleurs bien aimé le plumer, ce corbeau!), Vous n’êtes certes pas le phénix des habitants de ces bois. "  (Là, il n’avait pas tort, le bougre) À ces mots, le corbeau sent le colère qui monte en lui (il va lui montrer à cet imbécile de Renard), Et, pour mieux ne pas le clamer de sa belle voix (c’est lui qui le pense), Il n’ouvre pas son large bec, il ne laisse pas tomber sa proie (pas fou l’individu). Le Renard ne s’en saisit pas et ne lui donne pas non plus du: « Mon bon Monsieur (Il n’a pas un gramme de chance aujourd’hui)  N’apprenez pas que tout flatteur (C’est une affaire franchement ratée pour lui!) Ne vit pas aux dépens de celui qui ne l’écoute point  (Il en fait l’amère découverte, Maître Renard). Cette leçon ne vaut pas vraiment un fromage. " (il n’a rien compris, l’autre n’en a pas!).  Le corbeau, heureux et gouailleur (Il a le beau rôle, face à l’autre andouille), Ne jura rien, au plus tôt, qu’on ne l’y prendrait peut-être pas un jour prochain (mais rigola de voir le renard s’en aller tout confus et crétin)!!! 
  20. 20. Version Verlan • Le Beaucor et le Nareu (Ange Edal Tainefon) Tremai Beaucor, sur un brare chéper, Naite en son quaib un • magefro. Tremai Nareu, par l’eurdo chéallé, Lui tint à peu près ce gagelan:  « Hé! jourbon, sieurmo du Beaucor. Que vous êtes lijo! que vous me blessan beau!      Sans tirmen, si votre magera Se rapporte à votre mageplu, Vous êtes le Nixphé des hôtes de ces bois. « À ces mots le Beaucor ne se sent pas de joie; Et pour traimon sa belle voix,  Il ouvre un large quaib, laisse béton sa proie. Le Nareu s’en saisit, et dit: « Mon bon sieurmo, Apprenez que tout teurfla  Vit aux pensedé de celui qui t’écoule:  Cette sonle vaut bien un magefro, sans doute. « Le Beaucor, honteux et fucon, Raju, mais un tard peu, qu’on ne l’y prendrait plus.
  21. 21. Version Contrepet • Le rebeau et le cornard (Jayne de la Fontan) Maitre cornard sur un chèbre perbeau Tenait dans son Mage un becfro Maitre rebeau par l’odeur allénard Lui tint à l’engrais ce peupage Eh joursieur Monbon du beau corps Que vous êtes logé, que vous me sens beau bli M’en sentir si votre marrage ressemble à votre plumage Vous êtes les inox des bêtes de ces fois À ces mots le Cornard ne se soit pas de Jean;  Et pour voirer sa belle montre, Il ouvre un barge lec, laisse béton sa proie. Le Rebond s’en saisit, et dit: « Mon art Monsieur,  Apprenez que t’heures flat tout Vent aux dépits de célou qui le cuite:  Cette leçon vient beau un fromage, sous Dante. « Le Corps fut, honteux con et beau, Juta mais un peu rare, qu’on ne l’y prendrait plus.
  22. 22. Version Argot du 20éme siècle • Un Cave, bien planqué, kif un mac, Bouffait en lousdé un calendos Le gonze Vachard, sentant schlinguer l’matos, Essaye de l’avoir à l’arnaque « Hé! ça boume Boss Lavedu, T’es vraiment maous! Et t’en jette un jus!      Sans charrier, si ta goualante Est aussi bath que tes fringues Roule les mécaniques, t’es l’caïd du bastringue. » Esgourdant, fleur de nave se sent pus pisser;  Et pour pousser sa goualante Il desserre ses ratiches, laisse tomber l’calendo. Le Vachard s’le morgane, et bonnit: « Mon poteau,  J' t’affranchis « si t’encaisse des salades Tu te retrouves en deux coups les gros en calcif Avec ton fromgi bouffé par le faisan Qui t’l’a fait au boniment « Le branque, allant au cri sur le ruban, Renaude, fumasse, qu’on l’baiserait plus, bécif.
  23. 23. Version Anglaise • The Crow and the Fox • Master Crow perched on a tree, Was holding a cheese in his beak. Master Fox attracted by the smell Said something like this: "Well, Hello Mister Crow! How beautiful you are! how nice you seem to me! Really, if your voice Is like your plumage, You are the phoenix of all the inhabitants of these woods." At these words, the Crow is overjoyed. And in order to show off his beautiful voice, He opens his beak wide, lets his prey fall The Fox grabs it, and says: "My good man, Learn that every flatterer Lives at the expense of the one who listens to him. This lesson, without doubt, is well worth a cheese." The Crow, ashamed and embarrassed, Swore, but a little late, that he would not be taken again.
  24. 24. Version Arabe • On jor, Mosio Corbeau Qui z’iti sor on z’abre, rôt afi t’en haut Y gardi dans on boche on fromage (Ji crois qui l’a voli dans l’village.) Mosio Chacail qui viendra por prom’ner, Y dira: « Ji trovi, pour ji biann dijouner! «    Alors y viendra à côti di corbeau, Y loui dit: « Comme vos ites beau!! Vos avi one bil manteau; On bil gili, one bile capote; Y ji        croir qui si vout chanson, Y sont di mimes zitoff’qui vout pantalon Vos ites li soltann dit cit itablissement. " Li corbeau qui son biann content, Il ovrir son boche one moment, Por ji chante one chanson di la Fabourite. Ma mosio li Chacail, y son corir biann vite Afic on grann corage!!!  Por trapi li fromage, Qui son tombi. Apri? y s’a sovi.  Li corbeau y ristrat tot à fi coillion.
  25. 25. Version t’chi Eul' Corbieau et l'Renard • Un biau corbiau tout noir, incrinqué su chin ape,t'nau ben serré din s'bouc un fromache eud' Maroille. Un jonne finnaud d'arenard, l'estomac in écharpe,Par l'sentiment guidé, nifla vers ché zétoiles. • "Ah! Te v'la biète à z'ailes, ben ché ti qué j'cachau.A coté d'ti, arnéqué tout in noir, Ché coulons du concours y z'ont l'air ed' pequenauds.Din l'roucoulate aussi, éj'su même prêt à croire, qu'eune canchon comme eul tienne, elle laiss'rau ben penauds Rossignols et magnons qui cantent là tous les soirs." A ché mots, ch'corbiau y n'sarsent pu picher,Y comminche à canter in ouvrant tout grand s'biec, Du coup, y a sin puant qui comminche à glicherEt pis qui queu par tierre à côté du fennec. L'agrippeux animal d'mindau que d'l'ingloutir, "Chi té n'veux nin, fifi, t'intiquer din l'berdoulle-Dit intre deux bouquées ch'ti qui n'faijau qué d'rire- N'acoute don point ch'tilal qui t'raconte des cacoules" Y a tout d'même eune morale à propos d'not arnard... A force eud s'in venter, cha a fait l'tour delle tierre,Et y a pu d'aut' moniaux que l'arenard a pu s'faire.Ben si à st'heure dz' arnards, te nin vo pu grinmin Ché qu'à trop ouvrir l'bouc y zont tous quervé d'faim. A écouter Cadeau à mes amis « T’Chi »
  26. 26. • Le corbeau et le renard Maître corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage. Maître renard par l'odeur alléché , Lui tint à peu près ce langage : «Et bonjour Monsieur du Corbeau. Que vous êtes joli! que vous me semblez beau! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois» A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie; Et pour montrer sa belle voix, Il ouvre un large bec laisse tomber sa proie. Le renard s'en saisit et dit: "Mon bon Monsieur, Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute: Cette leçon vaut bien un fromage sans doute." Le corbeau honteux et confus Jura mais un peu tard , qu'on ne l'y prendrait plus. Jean de La Fontaine. Version Française Par Louis de Funès A Ecouter pour le Plaisir
  27. 27. Je l’aurais un jour !! Je l’aurais un jour . Il est permis de rêver

×