La psycho-acoustique

2 941 vues

Publié le

Effet des ondes sonores sur les êtres vivants

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 941
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
72
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La psycho-acoustique

  1. 1. Projet Personnel Humanitaire 2012Présentation de laPSYCHOACOUSTIQUE Edgar FRANZ 1
  2. 2. Plan de la présentation Notions Mesures Illusions Une étude de la manière dont nous percevons les sons 2
  3. 3. Notions de bases De la physique à la physiologie, vers la pscychologie 3
  4. 4. Qu’est-ce que la psychoacoustique ?• « Psychologie auditive »• Étude des sensations auditives de l’homme• Met en relation : – L’acoustique – L’anatomie humaine (physiologie) – La « conscience » auditive (psychologie) 4
  5. 5. Qu’est-ce qu’un son ? • Son : partie audible du spectre • Vibration moléculaire (onde acoustique) • Caractéristiques : – Fréquence (Hz)  son aigu ou grave – Intensité (dB)  son fort ou faible • Perception de l’oreille humaine : – 20 à 20kHz, 0 à 120 dB SPL 5
  6. 6. Expliquons l’oreille• Trois parties : – L’oreille externe (E) : antenne acoustique – L’oreille moyenne (M) : amplification du signal – L’oreille interne (I) : décodage des vibrations 6
  7. 7. Mesure des sensationsauditives Pourquoi et quoi mesurer? 8
  8. 8. Pourquoi mesurer ?• Connaissance du système auditif• Recherche clinique• Améliorer l’environnement acoustique• Comprendre des comportements ou des habitudes liées aux perceptions auditives 9
  9. 9. Quoi mesurer ?• Les seuils : – Absolu – Différentiel – Masqué• Les échelles psychoacoustiques : – Sonie – Tonie – Timbre – Perception intervallique – Localisation des sons dans l’espace On mesure la perception de stimulis 10
  10. 10. La Sonie des sons purs• Quantification de la perception des intensités : – Mesure physique : intensité (dB) – Mesure sensorielle : sonie (Phone)• Dépend de l’intensité et de la fréquenceLa sonie d’un son pur de fréquence 1kHz et d’intensité X dB est égale à X phones• Niveau d’isosonie = même niveau de phones pour des fréquences différentes. 11
  11. 11. La Sonie – Courbes isosoniquesLe seuil d’audition se situe à un niveau isosonique de 4 phones (et non pas 0 phones) 12
  12. 12. La sonie des sons complexes• L’oreille effectue-t-elle : – Une analyse spectrale du son ? – Un décryptage de la forme d’onde du signal ?  Courbes isosoniques : notre perception varie en fonction de la fréquence i.e. l’information est décodée en fonction de la fréquence.• Il y a un analyseur auditif : la cochlée – Notion de bandes critiques 13
  13. 13. La sonie – Phénomène de masquage Seuil d’audition • Effet de masque : – Son masquant – Son masquéMasquage par un son pur – Courbes de seuil masqué – Bruit blanc – Bande de bruitMasquage par des sons purs • Applications : – Compression audio (MP3…) – Induction auditive 14
  14. 14. La Tonie : Perception de la hauteur• Définition :La hauteur est cet attribut de la sensation auditive qui permet d’ordonner lessons en termes de grave à aigu, ou de les ordonner sur une échelle musicale.• Deux composantes de la hauteur tonale – La hauteur brute (ou spectrale) – La hauteur fondamentale• Deux composantes de la hauteur fondamentale : – La Tonie – La Chroma 15
  15. 15. Les différentes échelles• Échelle de tonie : échelle des Mels – Une tonie doublée ne correspond pas nécessairement à l’octave – Dimension de hauteur : différenciation grave-aigu – La hauteur perçue croît moins vite que la fréquence• Échelle musicale : – L’octave : intervalle de bases des échelles musicales – Deux notes séparées d’une octave ont un rapport de fréquence de 2:1. – 12 classes de hauteurs : Do, Do#, Ré, Ré#, Mi, Fa, Fa#, Sol, Sol#, La, La#, Si. 16
  16. 16. Le timbre : sensation multidirectionnelle• Définition :Le timbre est cet attribut de la sensation auditive selon lequel un auditeurpeut juger que deux sons présentés similairement et ayant la même intensitéet la même hauteur (voir la même durée), sont différents.Catégorie « divers » pour décrire lescaractéristiques psychologiques du son.Plusieurs dimensions physiques dont lesvariations peuvent causer des changementsde timbre, interagissent entre elles demanière complexe. 17
  17. 17. Le timbre : Caractéristiques importantesVoici les différents paramètre physiques liés au timbre :• enveloppe temporelle• enveloppe spectrale (spectre)• position absolue sur l’axe des fréquences de l’enveloppe spectrale• variations du contenu harmonique• position du “centre d’intensité” (centre de gravité spectral)  aiguité ou brillance• proportions de caractère tonal et caractère bruité• taux d’inharmonicité• proportion d’harmoniques paires/impaires• synchronisme des partiels• effets d’attaque : – temps de montée – présence de bruits ou de partiels inharmoniques pendant l’attaque – montées inégales des partiels – forme caractéristique de la courbe de monté• effets entretenus (dans la partie stationnaire du son) – Vibrato – Tremolo – modulation d’amplitude – micro-intonationsEt plus encore… 18
  18. 18. Le timbre : 3 définitions• Le timbre-identité : – Désigne les propriétés permettant la reconnaissance d’une catégorie de source sonore – Caractérise une impression sonore générale• Le timbre-individualité : – Caractérise une source particulière• Le timbre-qualité : – En psychoacoustique : désigne une qualité perceptive comme la hauteur ou la sonie – Perception d’un son par des qualités spécifiques 19
  19. 19. Perception intervallique• On distingue deux types d’intervalles : – les intervalles mélodiques entre sons consécutifs – les intervalles harmoniques entre sons simultanés• On distingue aussi le cas : – des sons purs – des sons complexes (interaction entre les harmoniques)• On peut adopter plusieurs points de vue : – physique (objectif) : intervalle entre deux fréquences – perceptif (subjectif) : intervalle entre deux hauteurs – musical (abstrait) : intervalle entre deux notes• On peut considérer l’intervalle comme : – une distance sur une échelle continue en Hz ou cents – une catégorie musicale sur une échelle discrète (ex: la tierce majeure) 20
  20. 20. La perception intervallique – échelles musicales• En occident : pas de préférence d’échelle – Ajustement de la grandeur des intervalles en fonction du contexte musical.• Notion de justesse : – Variable selon le contexte musical – Or, système musicale  intervalles égaux – Variation de la grandeur en fonction du contexte 21
  21. 21. La perception intervallique – Consonance et dissonance• Consonance : cohérence d’un ensemble de sons entendus simultanément – Terme spécifique à la culture occidentale (musique polyphonique). – Aussi vue comme la concordance des harmoniques.• Dissonance : discordance d’un ensemble de sons, accords ou intervalles – Provoque l’impression d’’instabilité, de contrariété entre les notes (dispute), de tension. – Varie selon le système musical, le courant culturel, l’époque, les individus… 22
  22. 22. Dimension de la musique• Son musical : – Composantes timbrales – Paramètres psychoacoustiques• Bruit : partie intégrante de la musique• Instrument primitif VS machine technique• Musique abstraite VS musique concrête• Culture L’homme n’est plus le seul à traduire le musical ! 23
  23. 23. Localisation des sons dans l’espace• Lié à la perception binoculaire : 2 oreilles• Prend trois dimensions spatiales : – L’azimuth (gauche-droite) – Le plan vertical (haut-bas, devant-derrière) – La distance• Effet de précédence (effet de Haas)• Effet « cocktail party »• Effet McGurk 24
  24. 24. L’effet McGurk 25
  25. 25. Illusions auditives Ce que le cerveau nous fait croire 26
  26. 26. Vous avez dits « illusions »?• Paradoxe entre la réalité physique des stimulis de l’oreille et leur perception• Véritable hologramme audio• Suscite des réactions différentes 27
  27. 27. Les « glissandi sans fin »• Découvert par Roger Shepard, physicien et psychologue de la cognition• Produit de la synthèse additive• Donne l’illusion de sons constamment « montants » ou « descendant »• Équivalent auditif des peintures d’escaliers de M.C. Escher 28
  28. 28. Illusion auditive de R. Shepard - Explication• Gamme constituée de signaux sinusoïdaux séparés par un octave• Amplitude des composantes suit une enveloppe spectrale en forme de cloche• Toutes les composantes montent de demi-tons en demi-tons 29
  29. 29. Autre illusion auditive de Shepard / Risset• A l’instant : – La chroma augmente ou diminue – La hauteur spectrale est constante• Inverse de la précédente : – La hauteur spectrale augmente ou diminue – On maintient la chroma constante (même note d’octave en octave) 30
  30. 30. Quel message voulez-vousPOWERPOINT 2011diffuser ? 31

×