1
2
Des particuliers achètent/vendent/troquent/donnent des objets d’occasion
(il y a transfert de propriété)
Différences notab...
Des particuliers louent ou prêtent leurs biens à d’autres particuliers pour de
courtes durées
(il y a accès à un bien sans...
Des particuliers se rendent des services entre eux
(avec ou sans rémunération)
Traditionnellement, on rend service à quelq...
Des individus peuvent utiliser des ressources communes pour travailler ou se
déplacer
(les actifs sont gérés par une struc...
Des individus coopèrent de manière horizontale pour acheter ou produire
ensemble
(les bénéfices de la coopération profiten...
Point commun à ces différents modèles :
• Modes de communication plus horizontaux
• Développement des échanges de pair-à-p...
Point commun à ces différents modèles :
• Potentiellement, chaque individu peut être vendeur ou acheteur
• Potentiellement...
Point commun à ces différents modèles :
• Des plateformes ou places de marché servent d’intermédiaires dans les
transactio...
Point commun à ces différents modèles :
• Des transactions sont des achats –ventes classiques, mais aussi des prêts,
locat...
La ville servicielle P2P doit assurer des services de qualité
Le modèle de blablacar peut-il être transposé au territoire ...
La ville servicielle P2P doit créer de la valeur pour le territoire et pour les gens
Créer de la valeur pour les habitants...
La ville servicielle P2P doit être accessible à tous.
Eviter une segmentation par le haut « consommation responsable » équ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Quand les citadins font la ville servicielle de pair-à-pair

252 vues

Publié le

Economie collaborative et territoires. Intervention d'Emile Hooge aux 12e Temporelles - Métropole de Lyon

Publié dans : Services
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
252
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Quand les citadins font la ville servicielle de pair-à-pair

  1. 1. 1
  2. 2. 2
  3. 3. Des particuliers achètent/vendent/troquent/donnent des objets d’occasion (il y a transfert de propriété) Différences notable entre les modèles fondés sur le don et ceux fondés sur l’achat/vente Conséquences économiques : chaînes de la vente/distribution de produits neufs sont bousculées Bénéfice environnemental : durée de vie des produits / lutte contre le gaspillage 3
  4. 4. Des particuliers louent ou prêtent leurs biens à d’autres particuliers pour de courtes durées (il y a accès à un bien sans transfert de propriété) Les plateformes mentionnées ici organisent un nombre croissant des échanges entre particuliers mais ne se substituent aux prêts dans des cercles de voisinage ou amicaux Bénéfice pour le territoire : Meilleure utilisation des « actifs dormants » 4
  5. 5. Des particuliers se rendent des services entre eux (avec ou sans rémunération) Traditionnellement, on rend service à quelqu’un dans une logique de réciprocité, de création de lien, ou de solidarité. Les plateformes illustrés ici multiplient les opportunités et facilitent la mise en relation d’individus mais elles transforment aussi les logique traditionnelles de service entre particuliers. Valeur ajoutée utilitaire et financière, directe, pour les individus La valeur ajoutée sociale et humaine est parfois revendiquée mais sur un registre différent que celui de l’entre-aide. 5
  6. 6. Des individus peuvent utiliser des ressources communes pour travailler ou se déplacer (les actifs sont gérés par une structure de mutualisation publique ou privée, ou sont gérés par une communauté comme des communs) Transformation du rapport à la propriété : les individus Efficience Favorise la coopération au sein de communauté (à des degrés divers) 6
  7. 7. Des individus coopèrent de manière horizontale pour acheter ou produire ensemble (les bénéfices de la coopération profitent à chacun ou à la collectivité parfois une structure de coordination/médiation apporte son appui) Capacitation des individus Enrichissement et soin des communs 7
  8. 8. Point commun à ces différents modèles : • Modes de communication plus horizontaux • Développement des échanges de pair-à-pair à grande échelle • Emergence de communautés de pairs et/ou d’organisation coopératives Questions pour les territoires : Communautés dépassent les frontières du territoire – vers des territoires ouverts 8
  9. 9. Point commun à ces différents modèles : • Potentiellement, chaque individu peut être vendeur ou acheteur • Potentiellement, chaque individu peut être producteur ou consommateur • La fonction de production n’est pas cantonnée à l’entreprise traditionnelle Questions pour les territoires : Capacitation des citoyens Fatigue d’être sur-sollicités (contraint de contribuer ?) Désinvestissement du service public qui se repose sur le citoyen producteur de services 9
  10. 10. Point commun à ces différents modèles : • Des plateformes ou places de marché servent d’intermédiaires dans les transactions entre particuliers • Des intermédiaires qui gèrent la mutualisation de ressources entre pairs ou la coopération • Ces intermédiaires gèrent la mise en relation, mais aussi les mécanismes de confiance et la facilitation des paiements, etc. Questions pour les territoires : Nouveaux entrants qui bousculent la fabrique de la ville et de ses services Régulation, partenariat ? 10
  11. 11. Point commun à ces différents modèles : • Des transactions sont des achats –ventes classiques, mais aussi des prêts, locations, trocs ou dons • La rétribution est parfois en monnaie officielle, mais aussi en monnaie alternative, en temps, voire en marque de reconnaissance • Les modèles « open source » où chacun contribue aux « communs » se développent Questions pour les territoires : Comment reconnaître la richesse produite ? Comment valoriser le temps et l’activité humaine de production de services ? 11
  12. 12. La ville servicielle P2P doit assurer des services de qualité Le modèle de blablacar peut-il être transposé au territoire ? Réputation et identité des citoyens producteurs/consommateurs de services ? Formation et capacitation des individus producteurs de services ? Cartographie et labellisation des dispositifs / plateformes / coopératives ? Confiance et assurances : collectivité tiers de confiance ? 12
  13. 13. La ville servicielle P2P doit créer de la valeur pour le territoire et pour les gens Créer de la valeur pour les habitants du territoire : accompagner le citoyen/entrepreneur/travailleur en inventant de nouvelles formes de protection sociale (« lost my job, found an occupation ») Eviter les fuites de valeur pour créer une dynamique positive sur le territoire : plateformes locales plutôt que plateformes globales Partager la valeur créée : Propriété des plateformes et gestion sous formes coopératives ? 13
  14. 14. La ville servicielle P2P doit être accessible à tous. Eviter une segmentation par le haut « consommation responsable » équipée de smartphones et les risques d’effets rebonds (hyperconsommation) Eviter une segmentation par le bas avec des offres « au rabais » et le risque de substitution de ces services « monétiser » aux mécanismes de solidarité classiques 14

×