présente:

Luciano, Christophe, Caro et nous

Créations:
Perignem 9 février 2014
Espace Senghor 24 mai 2014
Logos Foundati...
Le spectacle «Luciano, Christophe, Caro et nous
Bin°oculaire et Bisbigliando
Bin°oculaire est un collectif de musiciens sp...
BIN°OCULAIRE, BISBIGLIANDO: DU THÉÂTRE MUSICAL INNOVATEUR?
Le théâtre musical de Bin°oculaire/Bisbigliando
Nous pensons qu...
PLANNING JANVIER - MAI 2014
Promotion
Le concert de midi à Flagey en janvier 2014 (10/01/2014) du Trio Bin°oculaire
nous d...
A‐RONNE
A – Ronne a pour sujet la vocalisation élémentaire d’un texte et sa transformation
en quelque chose d’aussi simple...
L'ANGE ANATOMIQUE
Piezo ou l'ange anatomique
Le titre de cette pièce renvoie aussi bien à son dispositif technique qu'à un...
CURRICULUM VITAE
Apres une formation en batterie et percussion (Dante Agostini), CHRISTOPHE GUIRAUD
étudie l'électro-acous...
ELISABETH DE MERODE apprend d’abord la flûte avec Etienne Honnay au "Stedelijk Conservatorium" à Ostende, où
elle obtient ...
Après avoir etudié avec Marie Bereau au Conservatoire à
Rayonnement Régional de Dijon où elle obtient un
premier prix de v...
ILIA LAPOREV (jr.) a commencé le violoncelle avec son père, Ilia senior. Hans Mannes et le célèbre Witrus Vladimir Perlin ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

dossier FR

834 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
834
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
209
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

dossier FR

  1. 1. présente: Luciano, Christophe, Caro et nous Créations: Perignem 9 février 2014 Espace Senghor 24 mai 2014 Logos Foundation 25 mai 2014
  2. 2. Le spectacle «Luciano, Christophe, Caro et nous Bin°oculaire et Bisbigliando Bin°oculaire est un collectif de musiciens spécialisés dans le théâtre musical. Manon Pierrehumbert crée cet ensemble après leurs études de théâtre musical à la Haute-école des Arts de Berne en Suisse. C'est là où ils auront entre autres le contact avec le fameux compositeur Georges Aperghis, fondateur d'un type de théâtre musical tout à fait particulier en France. La première série de spectacles de Bin°oculaire en 2011 avec une tournée en Suisse (La Chaux-de-fonds, Bienne, Zuerich, Bâle, Moutier, Neuchâtel) était intitulée MAURICIO, JOHN, DIETER, LUCIANO et les autres. Bientôt les musiciens jouerons également ce programme à Toulouse en France (22 mai 2014). Web: www.binooculaire.ch Elisabeth de Merode, membre belge de Bin°oculaire, constitue l'asbl Bisbigliando en mai 2013, à Bruxelles. Cette association s'engage à produire des spectacles avec des touches de théâtre musical. Avec comme point de départ l'oeuvre de Georges Aperghis, elle explore la limite entre la musique et le théâtre. Pour cela elle collabore avec des metteurs en scène et compositeurs. "Luciano, Christophe, Caro et nous" est un projet de Bisbigliando en collaboration avec les musiciens de Bin°oculaire, sous la direction artistique d'Elisabeth de Merode. Web: www.bisbigliando.be Luciano, Christophe, Caro et nous La pièce centrale de MAURICIO, JOHN, DIETER, LUCIANO et les autres, l'ancienne production de Bin°oculaire, est reprise ici. C'est “A-Ronne” de Luciano Berio. Cette pièce est un chef d'oeuvre du répertoire du théâtre musical. Pour compléter le spectacle, le compositeur bruxellois Christophe Guiraud se laisse inspirer par ”A-Ronne” et écrit pour les musiciens de Bin°oculaire/Bisbigliando une pièce d'une atmosphère douce et introvertie: l'Ange anatomique. Christophe Guiraud est un jeune compositeur doué qui se spécialise en électroaccoustique et qui écrira bientôt pour Ictus, l'ensemble contemporain le plus connu en Belgique. Caroline Petrick, metteur en scène, dramaturge et coach, connaît extrêmement bien “A-Ronne” puisqu'elle faisait partie d'une régie d'Ingrid von Wantoch Rekowski: ARonne II. Dans le projet actuel, elle s'occupe de la régie, la dramaturgie et le coaching des performers. 3
  3. 3. BIN°OCULAIRE, BISBIGLIANDO: DU THÉÂTRE MUSICAL INNOVATEUR? Le théâtre musical de Bin°oculaire/Bisbigliando Nous pensons que cette musique est bien plus accessible que certaines musiques contemporaines souvent cérébrales. Le rôle du musicien dans le théâtre musical? Pour les musiciens spécialisés en théâtre musical, l’aspect théâtral de la musique naît avant tout de la composition: le rythme et les sons symbolisent déjà un monde d’"évènements concrets", une atmosphère, une histoire. Le théâtre musical s'incarne alors dans une extension corporelle ou vocale, demandée et inscrite dans la partition du compositeur. Souvent, on voit des spectacles dans lesquels la musique est apportée par les musiciens et le théâtre par les acteurs, bien séparés et distingués. Pourtant, les chanteurs font du théâtre depuis bien de siècles dans le genre de l'opéra. Nous aimerions sortir les musiciens de la fosse et les laisser cependant exécuter l'aspect musical ET théâtral de la musique. Mais cela bien évidemment à condition d'avoir un accompagnement unique de travail de composition et de mise en scène. “A-Ronne” de Luciano Berio A-Ronne est une oeuvre radiophonique: cela suppose qu’on ne voit pas les interprètes, on les entend seulement. Avec Bin°oculaire, nous avons joué cette pièce à plusieurs reprises en Suisse jusqu’à présent et avons rapidement décidé de rester tout de même visibles au public pour donner à la musique un support visuel. Après plusieurs représentations, des gestes se sont tout naturellement ajoutés. Pas pour en faire du théâtre, mais pour soutenir ainsi les expressions demandées: l’ajout de ces gestes nous aidait alors. Nous trouvons qu’il est temps maintenant d’aller plus loin et de créer des personnages. Pour incarner plus complètement les scènes théâtrales d’A-Ronne, nous trouvons qu'il soit utile de collaborer avec un metteur en scène. Découvrir des formes innovatrices de théâtre musical En partant de ce questionnement, une collaboration est née avec deux artistes exceptionnels: Christophe Guiraud et Caroline Petrick. En utilisant la création d'une composition de Christophe Guiraud et la mise en scène de Caroline Petrick, nous voulons découvrir de nouvelles manières pour créer du "théâtre musical". Christophe Guiraud écrit ainsi “l'Ange Anatomique”, une pièce pour six musiciens qui se lie bien à “A-Ronne”. Caroline Petrick a beaucoup d'expérience avec les musiciens et le théâtre musical. Caroline Petrick nous aidera à accentuer le côté théâtral d’A-Ronne, et à créer un lien scénique évident avec la composition « ré-action à A-Ronne » de Christophe Guiraud. Cela , elle le fera également par la création d'une pièce audio-visuelle qui s'appelle “le Passage”. 4
  4. 4. PLANNING JANVIER - MAI 2014 Promotion Le concert de midi à Flagey en janvier 2014 (10/01/2014) du Trio Bin°oculaire nous donne l'occasion de faire découvrir notre style et un peu de répertoire de théâtre musical. Ce sera le premier concert de Bin°oculaire en Belgique et nous donnera l'opportunité d'inviter des programmateurs potentiellement intéressés de la région Bruxelloise. Résidence 2014 Comme toute oeuvre de théâtre musical, la pièce de Christophe Guiraud laisse une grande liberté d’interprétation aux musiciens. Nous prendrons donc le temps de travailler cette pièce pendant une semaine intensive dans une résidence à Bruxelles: au Pianofabriek à Saint-Gilles (du 13 au 17 janvier 2014). Ici quatre musiciens seront également logés à Bruxelles par des familles d'accueil. Répétitions extra Puisqu'il faut plus de temps de répétitions pour créer ce spectacle, nous allons également répéter dans les salles où nous allons faire les représentations ensuite: Perignem, Espace Senghor et Logos Foundation. Médiation par l'Espace Senghor Pour atteindre un public plus jeune qui a peu d'expérience avec la musique contemporaine classique, nous sommes invités par l'Espace Senghor à assurer quelques activités de médiation. Il est possible de les laisser exécuter quelques parties de la composition "A-Ronne" de Luciano Berio. Nous pensons justement que les choses que l'on "vit" créent une motivation bien plus forte que quelque chose d'abstrait et d'extérieur. Représentations Suite au travail de collaboration avec le compositeur et la metteuse en scène, auront lieu plusieurs "concerts-spectacles" (à Perignem - Beernem le 9 février 2014, à Espace Senghor - Etterbeek le 24 mai 2014 et au Logos Foundation Gand le 25 mai 2014), dont le programme est visible ensuite. PR OG R AM M E “ L U C I AN O, C H R I S T OPH E, C AR O e t n o u s ” A-RONNE (1974) Luciano Berio Documentaire Radiophonique pour 5 acteurs LE PASSAGE (2014) Caroline Petrick en collaboration avec Christophe Guiraud Création Audio-visuelle L'ANGE ANATOMIQUE (2013) (création) Christophe Guiraud Fl (norm/basse), trio à cordes, harpe (+key board+gongs), sax soprano, voix, tapes Amplification électro-accoustique des instruments Concept, régie, dramaturgie, mise en scène: Caroline Petrick Scénografie: Satu Peloniemi Lumière: Kim Rens Mus i c i e ns : Julien Annoni, percussions et voix Delphine Bouvier, violon et voix Ilia Laporev, violoncelle et voix Elisabeth de Merode, flûte et voix Manon Pierrehumbert, harpe et voix Sébastien Schiesser, saxophone et voix Laurent Tardat, alto et voix production de BISBIGLIANDO/Bin°oculaire 5
  5. 5. A‐RONNE A – Ronne a pour sujet la vocalisation élémentaire d’un texte et sa transformation en quelque chose d’aussi simple peut-être, mais de plus difficile à décrire. En fait, il ne s’agit pas de composition musicale dans le sens habituel du terme (...). La signification musicale de A – Ronne est simple, à savoir qu’elle est commune à toute expérience, du discours quotidien au théâtre ou les changements d’expression supposent et explicitent les changements de signification. C’est pourquoi je préfère définir cette oeuvre comme un documentaire sur un poème d’Eduardo Sanguineti, comme l’on parlerait d’un documentaire sur une peinture ou un pays exotique (...). Luciano Berio, notes de programme Le compositeur italien LUCIANO BERIO voit le jour en 1925. Le cercle familial où il vit jusqu’à l’age de dix-huit ans sera le lieu de sa première éducation musicale. Il y apprend le piano et y pratique beaucoup la musique de chambre. A la suite d’une blessure à la main droite, il doit renoncer à une carrière de pianiste et se tourne vers la composition. Il gagne sa vie comme pianiste accompagnateur et rencontre la chanteuse américaine d’origine arménienne Cathy Berberian qu’il épouse en 1950 et avec laquelle il explorera toutes les possibilités de la voix à travers plusieurs oeuvres dont la célebre Sequenza III (1965). En 1952, il part à Tanglewood étudier avec Luigi Dallapiccola. Berio s’intéresse à la littérature (Joyce, Cummings, Calvino Levi-Strauss) et à la linguistique qui nourriront sa pensée musicale. En 1955, il fonde avec son ami Bruno Maderna le Studio de phono-logie musicale de la RAI a Milan, premier studio de musique électro-acoustique d’Italie. De ses recherches naîtra notamment Thema (Omaggio a Joyce) (1958). Passionné par la virtuosité instrumentale, il entame en 1958 la série des Sequenzas dont la composition s’étendra jusqu’en 1995, et dont certaines s’épanouiront dans la série des Chemins. A partir de 1960, il retourne aux Etats-Unis où il enseigne la composition. Il enseigne notamment à la Juilliard School de New York entre 1965 et 1971 où il fonde le Juilliard Ensemble (1967) spécialisé dans la musique contemporaine. Dans les années soixante, il collabore avec Sanguineti à des oeuvres de théâtre musical dont Laborintus 2 (1965) sera la plus populaire. Berio retourne vivre en Europe en 1972. A l’invitation de Pierre Boulez, il prend la direction de la section électro-accoustique de l’Ircam (1974-1980). Parallèlement à son activité créatrice, Berio s’est impliqué sans relache dans des institutions musicales italiennes et étrangères. Sa notoriété internationale a été saluée par de nombreux titres honorifiques universitaires et prix dont un Lion d’or à la Biennale de Venise (1995) et le Praemium Imperiale (Japon). Luciano Berio meurt à Rome le 27 mai 2003 6
  6. 6. L'ANGE ANATOMIQUE Piezo ou l'ange anatomique Le titre de cette pièce renvoie aussi bien à son dispositif technique qu'à un phénomène physique. A chaque protagoniste de la pièce est attribué un certain nombre de micros de type piezo, de stéthoscopes, de supercardioides. Ces micros, qui criblent l'espace instrumental, visent à créer une masse sonore semblable à un vaste champ magnétique, soutenu par un fonds électroaccoustique diffusé. Ce champ est en équilibre précaire: les masses s'accordent comme elles se télescopent, menaçant de larsens, de phénomène de phases, de brouillages du signal. Le but, cependant, n'est pas purement bruitiste: cette masse est avant tout organique, chaque instrument déployant des résonances timbrales et spectrales. Le micro piezo, qui a pour caractéristique d'être en contact avec l'instrument, n'est donc pas simplement utilisé pour créer des effets de saturation et jouer sur l'intensité, mais pour entrer dans le son, révéler les aspérités intimes de chaque instrument. Cette pièce est née sous l'impulsion d'un collectif dont la particularité est d'allier à ses compétences instrumentales des aptitudes vocales (comme en témoigne, par exemple, leur interprétation de la pièce de Luciano Berio "A-Ronne" en 2011-2012). Cette dualité instruments/voix est essentielle ici. Dans cette musique à tendance spectrale, l'interprète apporte plus que jamais son corps. Se pose dès lors vivement la question du rôle et de l'organicité de ce dernier et de sa voix propre. Equipés de micros-tête, les instrumentistes jouent ainsi avec leur voix qui n'accompagnent pas simplement les instruments mais les font résonner (diverses techniques de multiphoniques et flatterzunge pour la flûte, voix filtrées par les caisses et plans de résonances, etc.). La voix en question n'est pas forcément chantée: parlante ou désarticulée, murmurée, criée... sa notation est tout aussi rigoureuse que celle des sons instrumentaux. Dans le champ magnétique de la pièce, la voix participe de cet équilibre des forces, moins comme un acteur distinct que mêlé de manière indiscernable à l'ensemble de la matière sonore. L'ensemble constitue une masse à la fois statique et instable, où des flux se délitent et se matérialisent tour à tour, au gré de la notation, tantôt surdéterminée, tantôt ouverte. Une sculpture vivante destinée à l'écoute. Projection électrique, mouvante et variable d'un geste maîtrisé par la notation mais qui échappe alors au contrôle de ceux qui le produisent. Piezo est donc une auscultation des corps instruments et des corps interprètes. D'où son sous-titre d'Ange anatomique. Mais la planche de Gautier d'Agoty, qui donne son nom à cette oeuvre, ne prétend pas livrer aux regards l'intériorité d'un corps par une coupe scientifique. Le corps exposé est inquiétant car angélique - Rilke ne nous rappelle-t-il pas que "tout ange est terrible" (la première élégie de Duino prête ainsi ses mots à la pièce). Piezo ou l'Ange anatomique préserve un certain mystère propre au matériau sonore, et, secrètement, un certain effroi. "Wer, wenn ich schriee, hoerte mich denn aus der Engel Ordnungen? und gesetzt selbst, es naehme einer mich ploetzlich ans Herz: ich verginge von seinem staerkeren Dasein." "Qui donc, si je criais, parmi les cohortes des anges m'entendrait? Et l'un d'eux quand même dût-il me prendre soudain sur son coeur, ne m'évanouirais-je pas sous son existence trop forte?" R.M.Rilke Christophe Guiraud 7
  7. 7. CURRICULUM VITAE Apres une formation en batterie et percussion (Dante Agostini), CHRISTOPHE GUIRAUD étudie l'électro-acoustique en France. En tant qu'ingénieur du son, il travaille avec de nombreux groupes de musiques expérimentale indépendante et, parallèlement, produit sous le nom de "Tellemake" sur le label Angstrom records deux albums, "Moorning" (2002) et "Scarbo" (2004). Il présente ce dernier opus en live au Palais de Tokyo dans le cadre de la résidence Balloon creative open jam en 2005 ainsi qu'au festival Acces-s et au printemps de septembre de Toulouse pour la Fondation Cartier pour l'art contemporain. Il participe à de nombreux ciné-concerts au sein du collectif Les Electrons libres sur des classiques du cinema muet, ce qui le conduit à travailler avec le Campus MCM de Cherbourg, la Fondation Cartier pour l'art contemporain, la Cinematheque de Toulouse et l'institut Jean Vigo. Son travail se rapproche a partir de 2006 de la notation musicale. Collaborant d'abord avec Jessica Constable (HatHut) et des interprètes du conservatoire de Toulouse, il s'installe à Bruxelles où il travaille avec la chanteuse Zahava Seewald (Tzadik, SubRosa), le chef d'orchestre Gabriel Laufer (ancien percussionniste de l'Opera National de la Monnaie, également chef de l'ensemble Desafinado) et de nombreux instrumentistes issus de formations orchestrales de renom. Il fonde avec eux l'ensemble la Grive et organise un festival à Bertem en 2012 suite auquel il reçoit une bourse de composition de la communauté française de Belgique. Il collabore actuellement avec de nombreux ensembles belges (Sturm und Klang – workshop avec le compositeur Claude Ledoux, Ensemble 21 ) et européens (Kwartludium pour le Festival Loop, David Ryan quartet pour le Kettle's Yard Cambridge). Parallèlement, il travaille autour de la musique de Giacinto Scelsi en collaboration avec le cinéaste et musicien David Ryan. Ses pièces les plus récentes mêlent intimement timbre instrumental et reprise électroacoustique. CAROLINE PETRICK reçoit son premier prix en art dramatique au Conservatoire de Liège. Comme actrice elle joue dans plusieurs productions de théâtre ou de théâtre musical sous la régie d'entre autres Jacques Delcuvellerie, Pascal Rambert, Thierry Salmon et Ingrid Von Wantoch Rekowski. Elle tourne sur la scène internationale. En 2001 elle fait la régie de 'Golden Vanity', un opéra de Benjamin Britten à la Monnaie. Depuis elle se consacre surtout à la régie du théâtre musical. Sa vision dramaturgique comme sa façon de travailler avec les musiciens, les acteurs et les chanteurs ont convaincu la scène internationale. A côté du jeu d'acteur et la régie elle aime travailler dans un contexte pédagogique. Elle est professeur au Conservatoire de Bruxelles et la Haute-école des Arts de Rotterdam. 8
  8. 8. ELISABETH DE MERODE apprend d’abord la flûte avec Etienne Honnay au "Stedelijk Conservatorium" à Ostende, où elle obtient son diplôme à 18 ans. Cette même année, elle reçoit un 2ème prix au Concours "Axion Classics". Elle décide ensuite d’étudier la flûte professionnellement au "Koninklijk Conservatorium Brussel" avec Carlos Bruneel, où elle reçoit sa "Maitrise en Musique" en 2007. Pendant ses années d’étude, elle gagne la bourse Erasmus pour intégrer la classe de Hansgeorg Schmeiser, à la "Universitaet für Musik und Darstellende Kunst" à Vienne. En 2010 elle obtient le "Master of Arts in Composition and Theory-Théâtre Musical" à la "Hochschule der Kunste Bern" (bourse ESKAS pour 2009 – 2010). Ses professeurs principaux y sont Georges Aperghis, Francoise Rivalland (théâtre musical) et Verena Bosshart (flûte). A côté de ses activités pédagogiques, elle cherche également à se développer musicalement par le biais de la musique de chambre: c’est pourquoi elle forme des duos avec Charlotte Pailhes (piano), Melinda Toth (guitare) et Nathalie Colas (soprano). Même si elle donc très ouverte à tout (à côté de ces activités nommées elle a pu s’intégrer en tant que remplaçante dans plusieurs orchestres comme la Philharmonie Royale de Liège en octobre 2010), ce qui lui tient le plus à coeur est de participer à des projets de théâtre musical ou de performance, puisqu’elle a toujours été fascinée par la voix et ses effets musicaux. MANON PIERREHUMBERT reçoit ses premières leçons de harpe dans la classe d’Anne Bassand au Conservatoire de La Chaux-deFonds, professeur qui l’accompagnera jusqu’à l’obtention, avec distinction, du diplôme d’enseignement en 2005. Puis elle étudie à Londres, avec Skaila Kanga à la Royal Academy of Music et y obtient en juin 2009 le Postgraduate Diploma in Performance, mention "avec distinction". Elle a ensuite étudié le théâtre musical à la Haute Ecole des Arts de Berne. Pendant ses années d’études, elle se perfectionne avec Marie-Claire Jamet, Isabelle Perrin, Catherine Michel, Fabrice Pierre et suit à intervalles réguliers des cours avec Frederique Cambreling (Paris). Manon est lauréate de plusieurs prix et notamment d’un premier prix au Concours Suisse de Musique pour la Jeunesse et fut également boursière des fondations Migros, Tanner et Curt Dienemann. A Londres, elle a joué avec l’Orchestre de la Royal Academy ofMusic et le London Sinfonietta. Très active en Suisse romande, elle a l’occasion de se produire avec différents orchestres et ensembles (Ensemble Symphonique Neuchatel, Orchestre Symphonique de Bienne, Nouvel Ensemble Contemporain, Ensemble Contrechamps, Orchestre des Jardins Musicaux…). Passionnée de musique contemporaine et des arts de la scène en général, elle est fondatrice du collectif Bin°oculaire qui a, entre autres, pour but de produire des spectacles faisant dialoguer musique, théâtre, littérature mais également de collaborer avec des compositeurs et de susciter des créations… Elle a notamment participé à l’Académie du festival de Lucerne sous la direction de Pierre Boulez en 2009. Manon fut lauréate d’une bourse pour une résidence à la cité des Arts de Paris en 2012 dans l’atelier neuchatelois "Le Corbusier". Depuis 2007, Manon Pierrehumbert enseigne la harpe à La Chaux-de-Fonds, au sein du Conservatoire Neuchatelois et dans le cadre de cette institution, elle présente avec ses éleves des concerts d’ensemble de harpes ou de musique de chambre. 9
  9. 9. Après avoir etudié avec Marie Bereau au Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon où elle obtient un premier prix de violon et de quatuor ainsi qu’un perfectionnement de trio, DELPHINE BOUVIER poursuit ses études au Conservatoire de Boulogne Billancourt, dans la classe de Catherine Montier. C’est en 2002 qu’elle est admise au Conservatoire Supérieur de Genève, dans la classe de Patrick Genet. Un an plus tard, elle est admise en filière de diplôme de soliste, et obtient son prix l’année suivante, ainsi que son diplôme d’enseignement, mention "très bien". Passionnée de musique de chambre, elle a bénéficié de l’enseignement du quatuor Manfred pendant quatre ans, et a joué de nombreuses années dans plusieurs festivals. Tout en poursuivant ses études à Berne en théâtre musical, elle enseigne dans plusieurs écoles en France et en Suisse, et joue avec différents orchestres de Suisse Romande, notamment l’Orchestre de Chambre de Genève, sous la direction de David Greilsammer. SEBASTIEN SCHIESSER est né dans la region neuchateloise, où il a fait toute sa scolarité obligatoire, ainsi qu’une partie de ses études supérieures. Son long parcours universitaire l’amène à Lausanne (EPFL), Zurich (Hochschule für Musik und Theater) et Montréal (Université de Montréal, University McGill), où il se forme aux sciences de l’ingénieur, à la performance musicale, puis se spécialise dans l’informatique musicale (music technology). Durant ses études musicales, il est formé par les saxophonistes Jean-Georges Koerper (Zuerich) et JeanFrancois Guay (Montréal) et suit des masterclasses avec Claude Delangle, Jean-Marie Londeix, Bernadette Charrier et Marcus Weiss pour le saxophone ainsi que Orm Finnendahl pour la musique électro-acoustique. En 2007, il obtient un poste comme assistant de recherche a l’Institute for Computer Music and Sound Technology (ICST), affilié à la Haute Ecole des Arts de Zürich dans le domaine de la capture du geste et les interfaces homme – machine. Ses projets de recherche sont supportés par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique. Parallèlement, il travaille comme musicien indépendant spécialisé d’une part dans les musiques de la fin du XXe et du XXIe siecles et d’autre part dans la musique de scène. Différents projets l’ont amené à jouer entre autres pour le Stadttheater St.Gallen, le festival MaerzMusik de Berlin et le Schauspielhaus de Zürich. C’est à Bévilard dans le Jura-bernois que JULIEN ANNONI a grandi. Diplôme mention “avec distinction” du Conservatoire neuchâtelois (Classes de Jacques Ditisheim, Louis-Alexandre Overney et Maxime Favrod), du Conservatoire de Strasbourg mention “avec les félicitations du Jury” (Classe d'Emmanuel Sejourne) et récemment de la Haute Ecole d’Art de Berne mention “excellente” (Classes de Francoise Rivalland, Pierre Sublet). Il exerce depuis plusieurs années le métier de musicien indépendant. Ce mode de vie lui permet de jouer dans différentes formations de musique contemporaine, que ce soient des ensembles de musique de chambre avec “We Spoke New Music Company”, de théâtre musical dans “Mauricio, Dieter, Sylvano et les autres” et avec différents orchestres: Orchestre Symphonique du Jura, Kammerorchester Basel, Gstaad Festival Orchestra. Cette vie de musicien interprète lui offre la possibilité de voyager régulièrement à travers le monde. 10
  10. 10. ILIA LAPOREV (jr.) a commencé le violoncelle avec son père, Ilia senior. Hans Mannes et le célèbre Witrus Vladimir Perlin ont été ses professeurs de bases également. Ont suivi des études au Mozarteum de Salzburg avec Clemens Hagen au conservatoire Royal d'Anvers sous l'égide de Justus Grimm. Depuis 2011 Ilia étudie avec Jérôme Pernoo et Cyrille Lacrouts au Conservatoire Supérieur de Paris, et participe à de nombreuses master classes. Il enchaine concerts et enregistrements depuis 2002, en 2006 la VRT (télévision flamande) filme un reportage sur lui. Ilia a joué en Hollande, Espagne, Autriche, Suisse, Italie, Luxembourg, Croatie et Bielorussie, dans les plus grandes salles (Bozar, Théâtre des Champs-Elysées, Concertgebouw Amsterdam, Tonhalle Zurich, Musikverein Vienna,etc.). Il est depuis 2010 membre du Gustav Mahler Jugend Orchestra et joue sur un violoncelle J.B Lefebvre de 1763, fait à Amsterdam. PRESSE LAURENT TARDAT est un violoniste français, né à Saint Mandé en 1976. A l'âge de quatre ans, il a commencé à apprendre le violon, d'abord au conservatoire de Lille avec Fernand Iaciu puis au conservatoire de Rouen avec Jean-Pierre Berlingen. Il a poursuivi ses études à l'étranger, au conservatoire Royal de Bruxelles avec Urszula Gorniak, à l'Académie Supérieure de Prague avec Ivan Straus et, finalement, au Conservatoire Royal de Gand sous l'égide de Mikhail Bezverkhniy.Au cours de ses études, Laurent a pris part à des master classes, notamment avec Alexandre Brussilovsky, Christian Borr, Mikhail Kugel ainsi qu'avec les quatuors Suk, Talich et Panocha à Prague.Laurent est membre des orchestres de chambre les Solistes Français et Les Arcanes, ce dernier étant basé a Bruxelles, ainsi que de l'orchestre Charlemagne depuis 2008. Il a joué la première européenne de la partita n°4 pour violon solo et orchestre de chambre composée par Lev Smirnov. En tant qu'altiste, il a été pour la saison 2011 -2012 alto solo de la Junge Philharmonie Koeln, et fait partie du quatuor Maeterlinck depuis janvier 2013. Mikhail Bezverkhniy a dit de Laurent "(...) Il n'y pratiquement pas de limite à ses capacités techniques. Il est naturellement doué et combine d'une manière non conformiste la virtuosité avec une expression artistique profonde(...)". Laurent joue sur un violon Pascal Gilis de 2009, instrument qui lui est gracieusement prêté par le généreux luthier. 11

×