Conférence de presse                                     Logement :      attentisme ou enlisement ?Direction de la communi...
1.              Le point sur le marché         2.               Où en sont les banquiers, ce qu’ils                       ...
Les taux du marché.       Evolution des taux long et court terme                                                          ...
Les taux fixes : stabilité à un niveau raisonnable       Evolution des taux fixes 15 ans et OAT                           ...
1.              Le point sur le marché         2.               Où en sont les banquiers, ce qu’ils                       ...
La production bancaire : plafond atteint ?          Cumul sur 12 mois de la production de crédit à l’habitat (mises en for...
Transactions : retour à la normale, avant la       baisse ?       Evolution du nombre de transactions résidentielles dans ...
Point sur le neuf        Ventes inférieures dans le neuf de 22,6% au deuxième trimestre         2011 (vs 2ème trimestre 2...
Pas de réelle augmentation de la durée moyenne       Durée moyenne du prêt en années            2007         2008      200...
Enquête auprès des partenaires d’Empruntis               Comment évoluent vos critères d’octroi ? Avez-vous prévu de les ...
1.              Le point sur le marché         2.               Où en sont les banquiers, ce qu’ils                       ...
Les particuliers sont attentistes       Enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 974 répondants          ...
L’écart entre prix et revenu se creuse à nouveau.      Comparaison de l’indice du prix des logements       avec le revenu ...
Evolution du coût du crédit : exemple.       Emprunt de 150 000 € sur 20 ans                                  Taux moyen  ...
Scenarios d’évolution       Evolution du nombre de dossiers finançables en base 100(1)         Base              100      ...
Evolution du pouvoir d’achat immobilier(1).       Surface achetable pour une mensualité et un apport donné.       m2      ...
Evolution du pouvoir d’achat immobilier à Paris(1).        Surface achetable pour une mensualité et un apport donné.      ...
Thierry Bernard                         Mael BERNIER                                  Président                   Directri...
Les taux bas dopent le rachat de crédit.       Proportion des types de projets       100%         90%                     ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Logement attentisme ou enlisement - Conférence Empruntis (Septembre 2011)

1 731 vues

Publié le

Logement attentisme ou enlisement - Conférence Empruntis (Septembre 2011)

Immobilier : entre – 10 % et – 15 % de surface achetable en un an sur Paris

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 731
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
462
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Logement attentisme ou enlisement - Conférence Empruntis (Septembre 2011)

  1. 1. Conférence de presse Logement : attentisme ou enlisement ?Direction de la communication : Maël Bernier: 06.32.86.92.98 / 01.77.93.36.57mael.bernier@empruntis.com
  2. 2. 1. Le point sur le marché 2. Où en sont les banquiers, ce qu’ils préparent 3. Quelle incidence sur les particuliers ?Jeudi 8 septembre 2011
  3. 3. Les taux du marché. Evolution des taux long et court terme Dernier point France : taux d’intérêt en % Le 06/09 6,0 5,0 4,0 3,22% 3,0 2,0 1,53% 1,50% 1,0 Taux de la BCE OAT 15 ans Euribor 3 M 0,0 oct.-03 oct.-04 oct.-05 oct.-06 janv.-04 mars-04 janv.-05 mars-05 janv.-06 mars-06 janv.-07 mars-07 juin-04 juin-05 juin-06 mai-04 sept.-04 août-04 mai-05 sept.-05 sept.-06 juin-07 août-05 mai-06 août-06 mai-07 sept.-07 août-07 avr.-05 nov.-03 déc.-03 févr.-04 avr.-04 juil.-04 nov.-04 déc.-04 févr.-05 juil.-05 nov.-05 déc.-05 févr.-06 avr.-06 juil.-06 nov.-06 déc.-06 févr.-07 avr.-07 juil.-07 Le marché est paradoxal : modéré sur les taux longs, il montre des signes de tension sur le court terme. Sources : Empruntis, Banque de France, Euribor-rate.eu, NatixisJeudi 8 septembre 2011 3
  4. 4. Les taux fixes : stabilité à un niveau raisonnable Evolution des taux fixes 15 ans et OAT Dernier point France : taux d’intérêt en % Le 06/09 6,0% 5,5% Baromètre Empruntis taux des crédits habitat fixe 15 ans 5,0% 4,5% 4,05% 4,0% OAT 15 ans 3,5% 3,22% 3,0% 2,5% août-… août-… août-… août-… févr.-… févr.-… janv.-… mars-… janv.-… mars-… févr.-… févr.-… janv.-… mars-… janv.-… mars-… sept.-… sept.-… sept.-… sept.-… sept.-… avr.-04 avr.-05 avr.-06 avr.-07 oct.-03 juin-04 oct.-04 juin-05 oct.-05 juin-06 oct.-06 juin-07 nov.-03 mai-04 nov.-04 mai-05 nov.-05 mai-06 nov.-06 mai-07 déc.-03 juil.-04 déc.-04 juil.-05 déc.-05 juil.-06 déc.-06 juil.-07 Comme annoncé, les taux fixes à 15 ans ont remonté de 0,70% en un an, et se stabilisent à 4,05%. Les banquiers reconstituent leur marge. Sources : Empruntis, NatixisJeudi 8 septembre 2011 4
  5. 5. 1. Le point sur le marché 2. Où en sont les banquiers, ce qu’ils préparent 3. Quelle incidence sur les particuliers ?Jeudi 8 septembre 2011
  6. 6. La production bancaire : plafond atteint ? Cumul sur 12 mois de la production de crédit à l’habitat (mises en force), en milliards d’euros 180 170 160 150 140 130 120 110 100 90 80 mars- mars- mars- mars- mars- sept.-02 juin-03 sept.-03 juin-04 sept.-04 juin-05 sept.-05 juin-06 sept.-06 juin-07 déc.-02 déc.-03 déc.-04 déc.-05 déc.-06 03 04 05 06 07 Après une augmentation de près de 50% en un an, la production bancaire ne devrait plus progresser. Sources : Banque de FranceJeudi 8 septembre 2011 6
  7. 7. Transactions : retour à la normale, avant la baisse ? Evolution du nombre de transactions résidentielles dans l’ancien cumulées sur 12 mois (‘000) 900 850 800 804 750 700 650 600 550 500 mai-97 août-97 nov.-97 mai-98 août-98 nov.-98 mai-99 août-99 nov.-99 mai-00 août-00 nov.-00 mai-01 août-01 nov.-01 mai-02 août-02 nov.-02 mai-03 août-03 nov.-03 mai-04 août-04 nov.-04 mai-05 août-05 nov.-05 mai-06 août-06 nov.-06 févr.-97 févr.-98 févr.-99 févr.-00 févr.-01 févr.-02 févr.-03 févr.-04 févr.-05 févr.-06 févr.-07 Le nombre de transactions dans l’ancien est revenu à son niveau normal, la crise de 2008-2009 est bien passée. Sources : Empruntis, FNAIM, Friggit, Banque de FranceJeudi 8 septembre 2011 7
  8. 8. Point sur le neuf  Ventes inférieures dans le neuf de 22,6% au deuxième trimestre 2011 (vs 2ème trimestre 2010, -21,8% pour les appartements et - 28,5% pour les maisons)  Mises en vente 2ème trimestre 2011 (28 600 logements), soit - 8,6% (vs 2ème trimestre 2010)  Encours de logements neufs proposés à la vente supérieur de 1,5% à celui du deuxième trimestre 2010  Délais d’écoulement 8 mois et demi pour les logements collectifs (vs 7 mois au 2ème trimestre 2010) et 11 mois pour les logements individuels (vs 8 mois et demi en 2010) L’arrivée de logements neufs sur le marché se ralentit et l’incitation fiscale pour l’investissement locatif va être « rabotée » : le salut du marché ne viendra pas d’une forte augmentation de logements neufs ! Sources : statistiques Ministère Développement DurableJeudi 8 septembre 2011 8
  9. 9. Pas de réelle augmentation de la durée moyenne Durée moyenne du prêt en années 2007 2008 2009 2010 2011 2011 2011 T1 T1 T1 T1 T1 T2 T3 21,3 21,6 20,1 19,8 19,9 20,4 20,1 Il semblerait qu’il y ait un seuil de résistance entre 20 et 21 ans, résultat de la politique des banquiers et de la prudence des particuliers. Sources : EmpruntisJeudi 8 septembre 2011 9
  10. 10. Enquête auprès des partenaires d’Empruntis  Comment évoluent vos critères d’octroi ? Avez-vous prévu de les resserrer pour minimiser vos risques ?  Pour une moitié des banquiers, ils vont se durcir. L’autre moitié n’y touchera pas : ils s’agit des banquiers qui sont déjà aujourd’hui très sélectifs. L’attention se portera avec plus d’intensité sur l’endettement, la stabilité d’emploi et de manière général les aspects comportementaux.  Exigez-vous plus d’apport ? Quel politique pour les prêts relais ?  Pas d’exigence supplémentaire sur l’apport, mais clairement une attention plus forte car il permet de réduire la durée du prêt ou l’endettement.  Pour les prêts relais, les banquiers sont unanimes pour dire qu’il y a un risque sur les prix. En conséquence, ils ont tendance à revoir l’évaluation des biens à la baisse.  A quel niveau voyez-vous les taux en fin d’année ? Envisagez-vous de baisser vos barèmes pour les deuxième temps fort de l’année ou préférez-vous reconstituer vos marges ?  Les banquiers sont unanimes : ils n’en savent rien… Ils restent très prudents et scrutent autant le marché des liquidités court terme que la concurrence. La conservation des marges est majoritairement une priorité.  Quelle serait votre attitude en cas d’augmentation des taux longs ?  La plupart des banquiers avouent qu’ils suivraient immédiatement une augmentation.  Considérez-vous toujours le crédit immobilier comme une priorité ?  Pour la première fois plus d’un banquier sur deux déclare que le crédit immobilier n’est plus une priorité : à relativiser ! Sources : EmpruntisJeudi 8 septembre 2011 10
  11. 11. 1. Le point sur le marché 2. Où en sont les banquiers, ce qu’ils préparent 3. Quelle incidence sur les particuliers ?Jeudi 8 septembre 2011
  12. 12. Les particuliers sont attentistes Enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 974 répondants Avez-vous l’intention d’acheter Selon vous, quels sont les obstacles à un nouveau bien ? l’accession à la propriété ? (2 choix) Prix trop élevés 74,2% 38% 19% Difficulté d’obtenir un… 32,8% 18% 25% Le manque d’apport 20,7% Le manque d’aides au… 11,2% Dans les 6 mois qui viennent Le manque d’offres sur… 11,1% Entre 6 mois et 1 an Difficulté à revendre un… 10,6% Vous y pensez mais vous avez peur de vous engager La fiscalité actuelle ou… 10,6% Non, ce n’est pas une priorité, vous n’y pensez pas du tout. Le manque de… 5,6% Les intentions d’achat des particuliers sont en baisse face aux prix très élevés. Sources : EmpruntisJeudi 8 septembre 2011 12
  13. 13. L’écart entre prix et revenu se creuse à nouveau. Comparaison de l’indice du prix des logements avec le revenu disponible brut par ménage  La crise de 2008 a pu faire espérer 250 aux ménages une baisse de prix franche et durable… 200 Indice du prix des logements (base 100 en 2000) 150  Même si le revenu disponible brut a continué à progresser, la reprise de la 100 hausse des prix dès 2009 a Revenu disponible brut par ménage recommencé à créer l’écart (base 100 en 2000) 50  Les prix ont commencé à baisser à 0 Paris en juillet et en août (-3%). 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 (1) : d’après MeilleursAgents.com Sources : CGED d’après INSEE, J. FriggitJeudi 8 septembre 2011 13
  14. 14. Evolution du coût du crédit : exemple. Emprunt de 150 000 € sur 20 ans Taux moyen Mensualité Coût du crédit Octobre 2005 3,50% 870 € 58 785 € Octobre 2008 5,40% 1 023 € 95 520 € Octobre 2009 4,05% 913 € 69 120 € Octobre 2010 3,55% 874 € 59 760 € Janvier 2011 4,00% 909 € 68 160 € Septembre 2011 4,30% 933 € 73 920 € Le coût du crédit est en hausse de 25% par rapport au point le plus bas en octobre 2010 (mais toujours 30% inférieur à celui de 2008) Sources : EmpruntisJeudi 8 septembre 2011 14
  15. 15. Scenarios d’évolution Evolution du nombre de dossiers finançables en base 100(1) Base 100 97 94 119 136 Taux +15 +30 = = pdb pdb Prix = = -10% -20% Evolution -3% -6% +19% +36% A taux identiques, une baisse de prix de 20% resolvabiliserait plus d’un tiers des acheteurs potentiels. (1) : Base 100 = tous les dossiers finançables entre février et avril 2011 Sources : EmpruntisJeudi 8 septembre 2011 15
  16. 16. Evolution du pouvoir d’achat immobilier(1). Surface achetable pour une mensualité et un apport donné. m2 220 198 m2 200 180 160 184 m2 140 120 132 m2 93 m2 2 000 € sur 15 ans, 10 K€ d’apport 83 m2 100 87 m2 1 500 € sur 20 ans, 20 K€ d’apport 80 76 m2 63 m2 1 000 € sur 25 ans, 10 K€ d’apport 60 54 m2 40 août… 1999 1995 1996 1997 1998 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Selon les cas, la surface achetable a encore baissé de 5 à 9% depuis 2010 ! (1) : évolution de la capacité d’achat à mensualité constante. Sources : Notaires, EmpruntisJeudi 8 septembre 2011 16
  17. 17. Evolution du pouvoir d’achat immobilier à Paris(1). Surface achetable pour une mensualité et un apport donné. m2 120 115 m2 110 100 90 107 m2 80 70 77 m2 36 m2 2 000 € sur 15 ans, 10 K€ d’apport 60 40 m2 33 m2 1 500 € sur 20 ans, 20 K€ d’apport 50 40 37 m2 26 m2 24 m2 1 000 € sur 25 ans, 10 K€ d’apport 30 20 août… 1999 1995 1996 1997 1998 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 La situation aujourd’hui est aussi tendue qu’en 2008 au plus fort de la crise. La surface achetable a diminué de 10 à 15% en un an ! (1) : évolution de la capacité d’achat à mensualité constante. Paris intra-muros Sources : Notaires, EmpruntisJeudi 8 septembre 2011
  18. 18. Thierry Bernard Mael BERNIER Président Directrice de la Communication Geoffroy BRAGADIR Fondateur Contacts presse: Maël Bernier Douha Chérif et Emeline Rethoré 01.77.93.36.57 / 06.32.86.92.98 Agence Wellcom - 01.46.34.60.60 mael.bernier@empruntis.com dch@wellcom.fr et (er@wellcom.fr)Jeudi 8 septembre 2011 18
  19. 19. Les taux bas dopent le rachat de crédit. Proportion des types de projets 100% 90% Rachat de crédit 80% Investissement locatif 70% 60% Achat / revente 50% 40% 30% Primo-accédants 20% 10% 0% T1 2011 T3 2008 T4 2008 T1 2009 T2 2009 T3 2009 T4 2009 T1 2010 T2 2010 T3 2010 T4 2010 T2 2011 T3 2011 Le rachat de crédit se réduit fortement, ainsi que l’investissement locatif. Sources : EmpruntisJeudi 8 septembre 2011 19

×