Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique          Ecole Nationale Polytechnique              ...
PLAN DE TRAVAIL                                                            III.1.4.2.Explication     desChapitre I: La Son...
Remerciements    Je tiens à remercier dans un premier temps, toutel’équipe pédagogique de l’école polytechnique       et l...
Chapitre I : Chapitre I: La Sonatrach     I.1. Création de la Sonatrach    I.2. Présentation de Sonatrach       I.3. Sonat...
I.1. Création de la Sonatrach :Sonatrach est créé le 31 décembre 1963, répondant ainsi à l’exploitation de la rentepétroli...
[2]I.5. Les activités de Sonatrach :I.5.1 L’activité AmontL’activité Amont recouvre les activités de recherche, d’explorat...
I.4.1 Complexes et unités de l’activités aval :        Quatre (04) complexes de GNL, 3 à Arzew et 1 à Skikda, d’une capac...
Les raffineries de Sonatrach :A travers son activités aval Sonatrach dispose désormais de 5 raffineries :      Une (01) à...
1.5.3 Le transport par canalisation (TRC) :      I.5.3.1. C’est quoi en fait le transport par canalisation ?Définition :Le...
Fig2I.5.3.3. Les composants du réseau du transport par canalisation :I.5.3.3.1 Les stations d’injections (stations de dépa...
Chapitre II:          La station SBM       II.1. Présentation de la stationII.2. Les différents équipements de la station
II.1. Présentation de la station ;La station de pompage de Beni Mansour est l’une des plus importantes à l’échelle nationa...
II.2.1 Les canalisations :Caractérisée par un même diamètre tout au long de la station qui est de 20’’ et quiest le même q...
II.2.3Bacs de stockages :Leur rôle principal est d’emmagasiner le brut dans le cas ou la pression de clui ci àl’entrée de ...
II.2.4La pomperie Booster:Sont reliées aux bacs de stockage leur rôle est :Vidange des bacs et augmentation de pression de...
II.2.6 Réseau de drain:Son rôle est de purger les équipements de la station s’il y a une formation d’une cavitationd’air.C...
[5]II.2.10 Vannes :Elles sont l’un des éléments essentielle et capital dans le transport par canalisationLeur disfonctionn...
II.2.11 Un groupe électrogène (PL 400 CIA)Pour une alimentation en triphasé alternatif et basse tension des équipements de...
II.2.12 La gare-racleur :    Une gare racleur est installée sur la ligne d’expédition du brut de Beni-Mansour vers    Sidi...
Chapitre III:        Les automates ESD ET DCSDans cette section du rapport en essayera d’étaler la partie synoptique de la...
III.1.2 L’armoire ESDIII.1.2.1 Description :[3]Le système ESD HIMA est composé de :      2UC (unité centrale) de type H51...
Face avant                                                      Face arrière                                              ...
L’architecture interne de l’automate est la suivante :[3]                    Unité centrale 1                             ...
III.1.4 Les matrice ESD :
ET                ET           OU                          ET                     OU           ET                         ...
850196 EVG 01 Rev4
III.1.4.1 Principe du l’ESD3] [4]Par déclenchement de l’un ou tous les niveaux de sécurité suivants :         Niveau      ...
III.1.4.3 Quelques exemples de lasynoptique ESD               [4] [7]                                                     ...
III.1.5 Réarmement :[3]III.1.5.1 Définition :On désigne par réarmement d’une barre de sécurité sa remise à son état initia...
III.1.6 Les évènements :C’est une configuration d’impression journalière des actions effectuées par l’opérateur ouDCS. Les...
III.2.1 L’armoire DCS :Le DCS se compose de deux parties :Partie système et partie marshalingRappelons que le marshaling c...
La disposition dans l’armoire est faite comme suit :[3]                                                 FACE AVANT        ...
Limite de fourniture                                                                                    Station           ...
Chapitre VI :Control-commande des principauxcompartiments de la station SBM  avec les automates ESD+DCS
ARRIVEE BRUT [7]                                                        MODE DE SECOURS         SECOURS        ACQUIT PDAH...
IV.1 ARRIVEE BRUT :IV.1.1. Philosophie de contrôle :Le débit d’arrivée du brut dans la station est contrôlé par la boucle ...
Schéma synoptique du filtrage. [7]IV.2.1 Philosophie de contrôle :Pour l’élimination des particules solides ayant une tail...
OVERVIEW                  ESD              INCENDIEARRIVEE BRUT        POMPES BOOSTING     POMPES PRINCIPALES             ...
IV.3 Le stockageLes bacs R561 R652 sont déjà présentés dans le premier chapitre.Chaque bac de stockage se compose de :   ...
La consigne du régulateur FIC02 (régulateur PI inverse) est gérée en fonction du nombre depompes principale en service sel...
Bac de stockage R 562 :                  Instrument               Désignation                               Vanne motorisé...
850196 EVG 01 Rev4
Lecture de la vue synoptique (instrumentation) :                    Instrument                  Désignation               ...
    MOV01 en position fermée    Boucle de recirculation en mode automatique    Pas de défaut MOV aspiration et refoulem...
Le pompage principal :
Pomperie principale :La présentation ainsi que les modes de fonctionnement sont cités dans le deuxième chapitrede ce rappo...
Sécurités appliquées :    PAL aspiration incorrect    FALL aspiration incorrect    PAHH refoulement incorrect    Défau...
Conclusion :     Tout au long de la durée de ce stage, j’ai eu la grande aubaine de travailler avec l’équipede la SBM et s...
Référence :[1] : Wikipédia.[2] : Site officiel de Sonatrach.[3] : ARCHITECTURE SYSTEME. [Documents internes de la station ...
La station de pompage du pétrole brut sbm.bejaia.rapport de stage.sonatrach.daou houcine
La station de pompage du pétrole brut sbm.bejaia.rapport de stage.sonatrach.daou houcine
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La station de pompage du pétrole brut sbm.bejaia.rapport de stage.sonatrach.daou houcine

21 201 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
12 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
21 201
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
962
Commentaires
0
J’aime
12
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La station de pompage du pétrole brut sbm.bejaia.rapport de stage.sonatrach.daou houcine

  1. 1. Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Ecole Nationale Polytechnique Département de Génie Electrique -Electrotechnique- Stage pratique la Station de pompage SBM (Système ECD et DCS)Stage proposé par : Nehal MouhandRapport : Encadré par : Benmessaoud Lahlou Fait par : Daou Houcine
  2. 2. PLAN DE TRAVAIL III.1.4.2.Explication desChapitre I: La Sonatrach animations synoptique de la matrice ESD1(ou ESD2)I.1. Création de la Sonatrach III.1.4.3 Quelques exemples de la synoptique ESDI.2. Présentation de Sonatrach III.1.5 RéarmementI.3. Sonatrach en chiffres III.1.6 Les évènementsI.4. Sonatrach à III.2LE DCSl’international III.2.1L’armoire DCSI.5. Les activités de Sonatrach I.5.1 L’activité Amont Chapitre VI : I.5.2 aval 1.5.3 Le transport par Control-commande des canalisation (TRC) : principaux compartiments I.5.3.1. Carte du réseau de de la station SBM avec les canalisation I.5.3.2. C’est quoi en fait le automates ESD+DCS transport par canalisation ? I.5.3.3. Les composants du réseau IV.1 ARRIVEE BRUT du transport par canalisation I.5.3.4. L’exploitation de réseau de IV.2 La filtration canalisation IV.3 Le stockage IV.4 Pompage boostingChapitre II: La station SBM IV.5 Pomperie principaleII.1. Présentation de la station V ConclusionII.2. Les différentséquipements de la stationChapitre III: Les automatesESD ET DCSIII.1. ESD III.1.2 L’armoire ESD III.1.3 Design de l’ESD III.1.4 Les matrice ESD : III.1.4.1 Principe du l’ESD
  3. 3. Remerciements Je tiens à remercier dans un premier temps, toutel’équipe pédagogique de l’école polytechnique et lesintervenants professionnels responsables de la formation enélectrotechnique, pour avoir assuré la partie théorique decelle-ci. Je tiens à remercier tout particulièrement et à témoignertoute ma reconnaissance aux personnes suivantes, pourl’expérience enrichissante et pleine d’intérêt qu’elles m’ontfait vivre durant ces deux semaines au sein de la stationSBM : Monsieur Nehal Mohand, chef de station, d’abord on meproposant une place comme stagiaire puis pour son accueilet la confiance qu’il m’a accordé dès mon arrivée au seinSBM. Mon encadreur, Monsieur Benmassoud Lahlou, ingénieurélectricien, de m’avoir intégré rapidement au sein de lastation et m’avoir accordé toute sa confiance ; pour le tempsqu’il m’a consacré tout au long de cette période, sachantrépondre à toutes mes interrogations ; sans oublier saparticipation au cheminement de ce rapport Monsieur Iheddaden Meziane, technicien électricien, etMonsieur Bouriyah Liyass, ingénieur instrumentaliste, pourleur accueil sympathique et leur coopération professionnelle.
  4. 4. Chapitre I : Chapitre I: La Sonatrach I.1. Création de la Sonatrach I.2. Présentation de Sonatrach I.3. Sonatrach en chiffres I.4. Sonatrach à l’international I.5. Les activités de Sonatrach I.5.1 L’activité Amont I.5.2 L’activité aval1.5.3 Le transport par canalisation (TRC)
  5. 5. I.1. Création de la Sonatrach :Sonatrach est créé le 31 décembre 1963, répondant ainsi à l’exploitation de la rentepétrolière perçue très tôt comme un élément moteur dans le développement du pays.Au fil du temps elle devient l’une des puissantes entreprises pétrolières dans le continentafricain contribuant ainsi à un développement économique et social du pays.En 1967 Siné inventa son logo de couleurs orange, rouge et noir.[1] . [I.2. Présentation de Sonatrach :Sonatrach est une compagnie algérienne d’envergure internationale, la clé de sa voute deson économie.Le groupe pétrolier et gazier Sonatrach intervient dans l’exploration, la production, letransport par canalisation, la transformation et la commercialisation des hydrocarbures et deleurs dérivés.[1]Sonatrach se développe également dans les activités de pétrochimie, de générationélectrique, d’énergies nouvelles et renouvelables, de dessalement d’eau de mer etd’exploitation minière.Depuis presque une décennie, Sonatrach ne cesse de s’internationaliser en opérant dansplusieurs régions du monde notamment en Afrique, Europe (Espagne, Italie, Portugal,Grande Bretagne), en Amérique Latine (Pérou) et enfin aux USA.[2]I.3. Sonatrach en chiffres : 1ère Compagnie Africaine. 12ème Compagnie pétrolière Mondiale. 13ème Compagnie Mondiale concernant les hydrocarbures liquides (réserves et production) 6ème Compagnie Mondiale en matière de Gaz Naturel (réserves et production) 25ème Compagnie pétrolière sur le plan des effectifs. (Source : PIW Top 50 / 2008) 5ème exportateur mondial de Gaz Naturel 4ème exportateur mondial de GNL 3ème exportateur mondial de GPL Effectif : 41 204 salariés (120 000 avec ses filiales). Génère 30 % du PNB du pays. Production : 232,3 millions deTEP : 11,7 % (24 millions de TEP) pour le marché intérieur.[2]I.4. Sonatrach à l’international :Grace à une stratégie d’internationalisation de ses activités, sonatrach a pu renforcer saposition en tant qu’acteur majeur dans l’industrie pétrolière et gazière.Les activités développées sont : Amont Transport par canalisation Aval Commercialisation des produits pétroliers Transport maritime Autres Services
  6. 6. [2]I.5. Les activités de Sonatrach :I.5.1 L’activité AmontL’activité Amont recouvre les activités de recherche, d’exploration, de développement et deproduction d’hydrocarbures. Celles-ci sont assurées par Sonatrach seule ou en associationavec d’autres compagnies pétrolières. 16 découvertes réalisées en 2009:09 en effort propre et 07 en partenariat 29 découvertes dhydrocarbures réalisées en 2010:27 en effort propre et 02 en partenariat, arrêté à novembre 2010Sonatrach a effectué deux découvertes de pétrole en international à travers sa filiale Sipexen association avec la National Oil Corporation (NOC). Ces découvertes ont été réaliséesdans le bassin de Ghadamès à environ 230 km au sud de la ville de Tripoli en Libye.Presque la totalité des réserves découvertes à ce jour se situe dans la partie Est du Sahara.La répartition géographique sur la base dun découpage du domaine minier en plusieursprovinces pétrolières plus ou moins homogènes, donne ce qui suit :• 67% des réserves en huile et en gaz sont renfermées dans les provinces de Oued Mya etde Hassi Messaoud, où sont situés les deux gisements géants de Hassi Rmel (gaz) et HassiMessaoud (huile) ;• Le bassin dIllizi occupe la 3ème position avec 14% des réserves initiales en place ;• Les bassins de Rhourde Nouss (9%), Ahnet Timimoun (4%) et le bassin de Berkine.[2]La nature des hydrocarbures dans chaque province est comme suit:la province de Hassi Messaoud-Dahar correspondant à lun des plus importants événementstectoniques du Sahara, renferme 71% des réserves en huile;la province de Oued Mya, un bassin essentiellement Mésozoïque, renferme surtout du gaz(50% des réserves) et une partie de huile (6%);le bassin dIllizi , essentiellement Paléozoïque, renferme, en pourcentage, autant dhuile(15%) que de gaz (14%);• les provinces de Rhourde Nouss et de Berkine correspondent àdes bassins dont lhistoire géologique est un peu complexe (Paléozoïque et Mésozoïque). Ilsrenferment 19% de gaz (essentiellement à Rhourde Nouss) dont presque la moitié probableou possible et 8% dhuile;le bassin de lAhnet-Timimoun, essentiellement Paléozoïque ne renferme que du gaz (13%)dont la moitié est encore classée probable et possible.[2]I.5.2 aval :Elle se résume dans les efforts consentis dans les activités suivantes :  Développement et lexploitation de la liquéfaction de gaz naturel  la séparation de GPL,  le raffinage,  la pétrochimie et la valorisation des gaz industriels.
  7. 7. I.4.1 Complexes et unités de l’activités aval :  Quatre (04) complexes de GNL, 3 à Arzew et 1 à Skikda, d’une capacité totale de production de 44 milliards m3 de GNL/an  Deux (02) complexes de GPL à Arzew, d’une capacité totale de production de 9 millions de Tonnes / an  Deux (02) complexes pétrochimiques, l’un à Arzew et le second à Skikda  Une (01) unité de PEHD (polyéthylène haute densité) appartenant à la filiale ENIP  Deux (02) unités dextraction dhélium: une à Arzew et une à Skikda.I.4.2.Situation des installations et projets de lActivité Aval :[2]Fig1 :
  8. 8. Les raffineries de Sonatrach :A travers son activités aval Sonatrach dispose désormais de 5 raffineries :  Une (01) à Alger avec une capacité de traitement de pétrole brut de 2,7 millions de tonnes par an  Une (01) à Skikda avec une capacité de traitement de pétrole brut de 7,5 millions de tonnes par an  Une (01) à Arzew avec une capacité de traitement de pétrole brut de 2,5 millions de tonnes par an  Une (01) à Hassi Messaoud avec une capacité de traitement de pétrole brut de 1,1 millions de tonnes par an  Une (01) Adrar en partenariat avec une capacité de traitement de pétrole brut de 600 000 tonnes par an.[1] [2]Celle qui nous intéresse est la raffinerie d’Alger qui est directement alimenté en pétrole brutpar la station de pompage de Beni Mansour (SBM) ou nous verrons par suite son nouveausystème d’automatisation de sa gestion d’où l’objet de notre stage.Les stations de pompage du produit brut tel que le pétrole sont d’une importance capitalepour l’exploitation des hydrocarbures partant de la découverte du gisement en finissant parson exploitation et enfin sa commercialisation.Elles (stations de pompage) sont le moteur essentiel et le sujet même du transport parcanalisation.
  9. 9. 1.5.3 Le transport par canalisation (TRC) : I.5.3.1. C’est quoi en fait le transport par canalisation ?Définition :Le transport par canalisation est un mode de transport dematières gazeuses, liquides, solides ou poly phasiques, réalisé au moyen de conduitesconstituant ainsi un réseau. [2] [3]Généralement quand on parle d’un transport par canalisation on fait référence au transportdu :Gaz naturel qui est acheminé via ce qu’on appel les gazoducs.Les hydrocarbures liquides transportés par des oléoducs.[1] I.5.3.2. Carte du réseau de canalisation : ALGER SBM HEH HAMRA[4]
  10. 10. Fig2I.5.3.3. Les composants du réseau du transport par canalisation :I.5.3.3.1 Les stations d’injections (stations de départs) :Ils sont les points d’entrée du réseau du transport... Ils peuvent être :1) Stations d’atterrage.2) Des terminaux3) Des stations d’entrée[1]I.5.3.3.2 La station de pompage :Sont reparties d’une façon bien calculée pour assurer le débit voulu à des pressions biendéterminées tout en respectant la vitesse d’écoulement adaptée pour les hydrocarbures(environ 1m/s) .(Dans du transport des gaz on les appelle les stations de compression).[4]I.5.3.3.3 Les postes de livraison :Pour alimenter les destinataires intermédiaires ou finaux avec la matière transportée. [4]I.5.3.3.4Les postes de sectionnement :Ils sont mis en place pour isoler un tronçon de canalisation afin d’effectuer un entretien Ilssont aussi équipés de coupures afin de recevoir des pistons envoyé par une station depompage par le système gare-racleur et ceci pour nettoyage de la canalisation et danscertaines exigences techniques pour contrôler les différents paramètres dintégrité de lacanalisation : géométrie, fissuration …..[1] [4]I.5.3.4. L’exploitation de réseau de canalisationC’est l’utilisation et l’entretien du réseau de transport qui sont visés par l’exploitation del’objet d’art.Pour bien accomplir l’exploitation et l’entretien d’un tel réseau et conformément au règlesnon seulement de l’art en vigueur mais aussi de sécurité, qualité et d’environnement, il fautdonc bien définir des règles techniques et organisationnelles réunies dans un système demanagement.La gestion d’un tel ouvrage se fait de plus en plus avec de la télésurveillance et latélégestionDans la station de pompage de Beni Mansour on trouve des systèmes de gestionautomatiques des plus performants et qui a montré toute son efficacité, avec presque ZEROincident et incendie, dont étalera par suite les différents compartiments de ce système (DCSpour la gestion appuyé par un ESD pour la sécurité). Le nettoyage ainsi que la vérification dela cylindricité des canalisations sont réalisés par le passage de pistons de conceptionadaptée à la fonction recherchée (piston racleur, nettoyeur, gabarit…).[1]
  11. 11. Chapitre II: La station SBM II.1. Présentation de la stationII.2. Les différents équipements de la station
  12. 12. II.1. Présentation de la station ;La station de pompage de Beni Mansour est l’une des plus importantes à l’échelle nationaleen matière de transport par canalisation de pétrole brut.Réalisée dans les années 1971 après la nationalisation des hydrocarbures et située dans lacommune de Beni Mansour à 107 Km au sud-ouest de la wilaya de Bejaia, cette stationpermet le transport du brut vers la raffinerie de sidi Arcine (Alger) sur un trajet de 135Km.La station est alimentée par un piquage au niveau du pipeline OB1* qui véhicule du pétrolebrut du site Haoud El Hamra(HEM) vers le terminal pétrolier de Bejaia. [4]II.1.2. But de la station : Le pompage de brut vers la raffinerie d’Alger. Assurer un débit continuel avec une pression bien déterminé selon la demande des terminaux ou bien des exigences de la station. Control du passage du condensat et de brut vers le terminal pétrolier de Bejaia. [4]II.1.3 Description de la station :La station se compose de sept sections principales qui sont résumées dans ce quisuit Réseau de Stockage OB1 drain et purge Pomperie Entrée station Filtration Boosting Pomperie OG1 Expédition Principale Fig.3. Section de la station SBM [3]II.2. Les différents équipements de la station :
  13. 13. II.2.1 Les canalisations :Caractérisée par un même diamètre tout au long de la station qui est de 20’’ et quiest le même que celui de la tuyauterie reliant la SMB à Alger. [5]II.2.2 Les filtres :Situés à l’entrée de la station pour éliminer les impuretés telles que le sable ouparticules pouvant endommager les pompes au niveau de la station,Sachant que pour la station SBM les particules filtrées sont de plus de 500u (pascomme l’exigence telle que mentionné auparavant qui est de 200u à cause d’unesurpression répétitive d’où l’obligation d’une augmentation du niveau de filtrage). [5]
  14. 14. II.2.3Bacs de stockages :Leur rôle principal est d’emmagasiner le brut dans le cas ou la pression de clui ci àl’entrée de la station dépassant 34bar qui est une pression qui risque de causer unerupture de la canalisation entre Houd El Hamra (HME) et la station SBM.[6]Ils sont aussi d’une importance capital si la pression de la sortie de brut de la stationSBM dépassant 74 bar considérée aussi comme une pression de ruptures de lacanalisation reliant SBM à Alger. [6][5]Les dimensions :Noms : R561 R562Hauteur : 18.290mDiamètre : 30.5mVolume : 12000m3Epaisseur : 16.32mm à la base et 6.32mm au sommetDate de construction : R561 en 1971 et R562 en 2000[4]
  15. 15. II.2.4La pomperie Booster:Sont reliées aux bacs de stockage leur rôle est :Vidange des bacs et augmentation de pression de brut soutirée pour ainsi arriver à unepression de supérieure ou égale à 10 bar qui est la pression minimum qu’il fautavoir à l’entrée du réseau de pompes principales. [5]II.2.5 La pomerie principale :La pomperie principale se compose de quatre pompes d’expédition alimentées soit par la déviationdu pipe OB1 soit par la pomperie boosting.Les paramètres de sortie de chaque pompe d’expédition : Nombre Régime de Pression de Vitesse de rotationde pompe fonctionnement Débit nominal refoulement (pour une pompe)en service (Débit global) (pour une pompe) 1 217 m3/h 217 m3/h 59 bar 2865 tr/mn 2 430 m3/h 215 m3/h 59 bar 2698 tr/mn 3 580 m3/h 193 m3/h 63 bar 2762 tr/mn 3 650 m3/h 217 m3/h 68 bar 2865 tr/mn[4]
  16. 16. II.2.6 Réseau de drain:Son rôle est de purger les équipements de la station s’il y a une formation d’une cavitationd’air.Collecter les drains(pétrole) du site de part un réseau secondaire qui est ensuite stocké dansune cuve contenant :  1 transmetteur de niveau  1 pompe verticaleSont situés sous terre pour créer une différence de pression permettant de recevoir lacavitation d’air.II.2.7 Les systèmes de détecteur de la pomperie :Détecteurs de vibrationsDétecteurs De vitesses : TachymètresDétecteurs de fuites : magnétrolesDétecteur de pression : pressostatDétecteur De température sonde (exp : PT100)Détecteurs de niveauDétecteurs de chaleurDétecteur de flammesDétecteur Mesure du débit (débimetre ultrason)Détecteurs de bas niveau[4]II.2.8 Les soupapes :Sont d’une utilité capitale pour évacuer le fluide vers les citernes de purges dans le cas d’unsurplus de pression.II.2.9 Les 02 cuves de vidanges (réseau de purge)Permettre de collecter les purges du site de part un réseau secondaire ensuite on stockedans deux cuves contenant chacune un transmetteur de niveau.
  17. 17. [5]II.2.10 Vannes :Elles sont l’un des éléments essentielle et capital dans le transport par canalisationLeur disfonctionnement peut rendre le réseau totalement fous et hors de contrôle.Chaque ligne d’expédition se compose de :  1 vanne motorisée d’aspiration  1 switch de débit aspiration très bas  1 switch de pression aspiration basse  1 pompe d’expédition avec variateur de vitesse  1 mesure de débit de refoulement  1 ligne de recirculation  1 vanne motorisée de refoulement  1 switch de pression très haute refoulement [5]
  18. 18. II.2.11 Un groupe électrogène (PL 400 CIA)Pour une alimentation en triphasé alternatif et basse tension des équipements de lastation en cas d’une rupture de la ligne principale.Caractéristiques :Marque : PERKINSPuissance : 400 KWSystème de refroidissement : EAUAspiration : TURBO CHARGE AVEC REFROIDISSEMENTAlternateur :Marque : LEROY SOMIERPuissance : 450KVATension : 400VNombre de phase : 03 phases et un neutre.Nombre de pôles : 04[4] [5]
  19. 19. II.2.12 La gare-racleur : Une gare racleur est installée sur la ligne d’expédition du brut de Beni-Mansour vers Sidi-Arcine. Composition de la gare racleur :  1 vanne motorisée entrée gare racleur  1 vanne motorisée sortie gare racleur  1 vanne motorisée by pass gare racleur  1 contact de présence racleur dans la gare  1 contact de détection de passage racleur [3] [5]
  20. 20. Chapitre III: Les automates ESD ET DCSDans cette section du rapport en essayera d’étaler la partie synoptique de lastation ainsi que les automates ESD et DCS qui permettent un controlcommande des mieux élaborés.En premier lieu en exposera le DCS et l’ESDEn deuxième lieu on montrera l’interaction de ces deux automates avec lesprincipaux compartiments précédents de la station sous une vue synoptique.
  21. 21. III.1.2 L’armoire ESDIII.1.2.1 Description :[3]Le système ESD HIMA est composé de :  2UC (unité centrale) de type H51 (son nom technique)  2 racks (boites électrotechnique) d’entrée/sortie redondantes  1 couple d’alimentation de 24V redondante pour systèmeIII.1.2.2 Technicité : [3]  Le système ESD est tolérant à tous les niveaux et est tolérant aux fautes car undéfaut sur un composant du système n’a aucun incident sur le fonctionnement du procédé.  Tous les éléments du système sont interchangeables en temps réel.  Il est conforme aux dernières spécifications techniques concernant la redondance.  Quant à son alimentation, on trouve du PHOENIX série QUINT 240 VAC/24V.  Il communique avec le DCS avec une liaison série redondante.III.1.2.3 Position dans l’armoire : [3]  Il est logé dans une armoire mixte ESD+marshaling de fabrication(RITTAL).  La partie gauche de l’armoire contient les racks automate (UC et carte E.S)  La partie droite de l’armoire, quant à elle, contient la partie marshalling.
  22. 22. Face avant Face arrière 40x80 H7506 H7506 40x80 Rack UC 40x80 Rack I/O 160x80 40x80 60x80 Rack I/O 2 40x80 40x80 40x80 distribution 220 VAC 40x80 arrivée 220 VAC[3] III.1.3 Design de l’ESDLe système est un automate HIMA de modèle H51q-HRSL’automate est constitué de ce qui suit :  2 unités centrales  3 alimentations 24V=/5v=  1 mod E/S redondant  1 bus E/S redondant  On trouve aussi deux liaisons standards situées les unités centrales.  Le programme utilisateur est chargé sur Flash eprom 512 Ko  La mémoire de donnée est sauvegardée par batterie  Le rack UC est alimenté en 24V continu  L’affichage est important, pour cela on trouve un afficheur sur UC pour visualiser des informations tel que le nom du projet …etc.  On trouve aussi des racks d’extension. [3]
  23. 23. L’architecture interne de l’automate est la suivante :[3] Unité centrale 1 Unité centrale 2 MC1 MC2 µP1 µP2 µP1 µP2 E/S M S E/S M S Bus DPR Bus DPR Couplage E/S 16 Modules I/O RACK I/O 1 Couplage E/S 16 Modules I/O RACK I/O 2III.1.3.1 POURQUOI LA REDONDANCE ?L’architecture double UC avec redondance de bus et avec 4 microprocesseurs (technologieQUAD) on arrive à accroitre la disponibilité de l’ensemble même dans les cas les plusdéfavorables car on arrive à tolérer la défaillance d’une unité centrale et d’une carte E/S.III.1.3.2 Composantes du système de sécurité : L’automate de sécurité HIMA H51q-HRS est composé des éléments suivants:  Le rack unité centrale contenant les microprocesseurs et les modules d’alimentations 24V continu.  Les racks d’extension contenant les module de connexion vers les autres racks ainsi que les modules de distribution 4 voies.  Les modules d’entrées TOR  Les modules de sorties TOR  Les Câbles et borniers de liaisons [3]
  24. 24. III.1.4 Les matrice ESD :
  25. 25. ET ET OU ET OU ET OU ETMATRICES ESD[7] 850196 EVG 01 Rev4
  26. 26. 850196 EVG 01 Rev4
  27. 27. III.1.4.1 Principe du l’ESD3] [4]Par déclenchement de l’un ou tous les niveaux de sécurité suivants : Niveau Définition Action 0 Sécurité incendie Arrêt général et déclenchement électrique 1 Déclenchement général Arrêt général 2 Déclenchement par section Arrêt de la section concernée 3 Déclenchement par item Arrêt d’un item contenu dans une section Le déclenchement d’une sécurité sur une barre de sécurité de niveau n entraîne un déclenchement par cascade des barres de sécurité placées en aval. III.1.4.2.Explication des animations synoptique de la matrice ESD1(ou ESD2) Animation de la flèche reliant deux barres de sécurité :  Corps + tête de flèche en rouge = Défaut  Corps + tête de flèche en bleu = Normal Animation du texte d’un initiateur en amont d’une barre de sécurité :  Texte en rouge = Défaut.  Texte en bleu = Normal. Animation du premier défaut sur un initiateur en amont d’une barre de sécurité :  Carré présent devant l’initiateur en rouge = L’initiateur est le premier défaut.  Non visible = L’initiateur n’est pas le premier défaut ou la barre de sécurité a été réarmée . Animation d’une barre de sécurité :  Contour de la barre de sécurité en rouge = Barre déclenchée  Contour de la barre de sécurité en bleu = Barre armée Equipements asservis en aval des barres de sécurité :  Texte en rouge = Action ESD en cours sur l’organe  Texte en bleu = Pas d’action ESD
  28. 28. III.1.4.3 Quelques exemples de lasynoptique ESD [4] [7] PB 001ABarre de sécurité armée sans défaut BP AU PUPITRE VIBRATIONS TEMPERATURE MOV 11 NIVEAU HUILE DEFAUT ELEC MOV 12 DEFAUT POMPE FSLL ASPIRATION PB 001A BP AU PUPITRE VIBRATIONS TEMPERATURE MOV 11 NIVEAU HUILEBarre de sécurité déclenchée par une DEFAUT ELEC MOV 12barre amont barre DEFAUT POMPE FSLL ASPIRATION PB 001A BP AU PUPITRE VIBRATIONS TEMPERATURE MOV 11 NIVEAU HUILEBarre de sécurité déclenchée par un DEFAUT ELEC MOV 12initiateur de la barre et le carré symbolise DEFAUT POMPEle premier défaut FSLL ASPIRATION
  29. 29. III.1.5 Réarmement :[3]III.1.5.1 Définition :On désigne par réarmement d’une barre de sécurité sa remise à son état initial avant d’undéclanchement d’un ordre ESD tout en annulant complètent le défaut qui a causé l’ordreESD.III.1.5.2 Condition de réarmement :En cas d’un déclanchement d’une barre de sécurité et après que les conditions dedéclanchement sont redevenues normales, l’opérateur peut réarmer à partir de la tour decontrol.Si on est en face d’un déclanchement par cascade on il suffit de réarmer la toute premièrebarrière en amont pour que les autres barrières suivent automatiquement. III.1.5.3 Alarmes et Evènement ESD : Type d’alarme Priorité Alarme logique avec action ESD 1 Alarme logique sans action ESD 2 Seuils analogiques H et L(high low) 2 Seuils analogiques HH et LL 1 Mauvaise qualité transmetteur 3 Défaut système DCS ou ESD 1 (système)[3] [5]Les couleurs d’alarmes revoient celle de l’ordre de priorité : Priorité Couleur 1 Rouge 2 Orange 3 Jaune 4 Jaune [3] 1 Système Bleu
  30. 30. III.1.6 Les évènements :C’est une configuration d’impression journalière des actions effectuées par l’opérateur ouDCS. Les évènements les plus usuels sont :  Changement du mode Local / Distant sur une pompe ou vanne  Démarrage ou arrêt automatique des pompes de drains et purge  Démarrage d’un groupe de pompage par la routine normal / secours  Basculement des filtres entrées station
  31. 31. III.2.1 L’armoire DCS :Le DCS se compose de deux parties :Partie système et partie marshalingRappelons que le marshaling c’est le maintien de l’ordre, on désigne aussi par ce terme lecentre de triage.[3]La partie système se compose de :  2 couples de contrôleur AC800F redondant gérant les entrées sorties procédé ainsique les deux liaisons série ESD et package électrique.  4 modules RLM 01 assurant la redondance des réseaux Profibus  4 concentrateurs Hirshmann de type RH1 TP-FL assurant la communication entre leséquipements système.  Un couple d’alimentation 24 VDC systèmeLa partie marshalling se compose principalement :  4 clusters S800  3 alimentations 24 VDC / 20 Ampères  4 voteurs 24 V= pour gérer l’alimentation des coupleurs Profibus  6 rails de bornier permettant le câblage des entrées / sorties procédé, dont 2 mixtescontenants le découplage des signaux RTU.[3]
  32. 32. La disposition dans l’armoire est faite comme suit :[3] FACE AVANT FACE ARRIERE GAUCHE DROIT DROIT GAUCHE1 Goulotte Marshalling Goulotte Marshalling3 X61 X62 X63 X64 X65 X66 Cl. 2-1 Cl. 1-1 Cl. 2-2 Goulotte système2 10 Goulotte système12 101 9 Goulotte système Goulotte système 82 Goulotte système Cl. 1-2 74 11 Goulotte système distribution 24 VDC Système distribution 24 VDC I/O Goulotte Goulotte5 6 Goulotte Goulotte arrivée et distribution 220 VAC distribution 220 VAC I/O DESSUS SUIVANT COUPE 1 : Controleur AC800F 2 : Module RLM 01 10 10 3 : Isolateur liaison série 4 : Equipement réseau RH1 TP-FL 5 : Alimentation système 20 A 6 : Alimentation I/O 40 A 9 7 : Voteur 24 Vdc Cluster S8001 8 : Dalle à câbles 9 : Borniers Marshalling 10 : Cluster S800 11 : Platine relais RTU pour decouplage RM 822N 8 10 12 : Bornier de liaison série TB870F Fonctionnement général du DCS : La partie control est réalisé, gérée est constituée de deux contrôleurs AC800F qui permettent la redondance du dispositif pour une reprise rapide et efficace de l’un des deux contrôleurs AC800F dans le cas ou l’autre est défaillant ou surchargé, pour cela il faut une parfaite synchronisation des AC800F qui est assurées par un module Ethernet. Fonctions principales de l’AC800F :  Colleter et traiter les données de diagnostic de traitement provenant de 4 lignes de bus de terrain.  Effectuer les taches d’une station de traitement classique.
  33. 33. Limite de fourniture Station Imprimante Station Imprimante Station de opérateur + matricielle opérateur laser couleur config. ESD config. DCS Réseau C-Net Fibre Optique100 Mbits AC1 AC2 Alimentation Redondante 24 VDC système Réseau 2 Liaisons MODBUS simplex Package MODBUS redondant ESD ELEC SIL 3 / AK 6 HORS Alimentations FOURNITURE HIMA RedondantesOnduleur 24 VDC I/O DCS RLM RLM RLM RLM I/O I/O220 VAC CI840 CI840 CI840 CI840 Alimentation S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 50 Hz SS822 SS822 Redondante 24 VDC ESD (GTP) I/O I/O Alimentations Redondantes 24 VDC I/O ESD CI840 CI840 CI840 CI840 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 S 800 SS822 SS822 I/O I/O ENGTP : Station de pompage de BENI MANSOUR ARCHITECTURE DE PRINCIPE DEV-OG1 / SBM / Lot n°2 DCS / ESD ABB Process Industrie OV 850 196 révision 6
  34. 34. Chapitre VI :Control-commande des principauxcompartiments de la station SBM avec les automates ESD+DCS
  35. 35. ARRIVEE BRUT [7] MODE DE SECOURS SECOURS ACQUIT PDAH NORMAL / SECOURS : ACTIFPDI 01A 0 dPaHAOUD EL HAMRA L M L M FIC 02 L M 525 m3/h POMPES MOV 02 MOV 03 MOV 06 PRINCIPALES FIC 01 PI 01 L M MOV 02 MOV 03 L M 525 m3/h 10 bar FCV 02 MOV 06 POMPEBOO STING M MOV 01 MOV 07 78% PDI 01B FCV 01 24 dPa 78% STOCKAGE L M L M 320-FL-001B MOV 04 MOV 05 RESEAU PURG BEJAIA PURGE RESEAU DRAINS STOCKAGE DRAINS 850196 EVG 01 Rev4
  36. 36. IV.1 ARRIVEE BRUT :IV.1.1. Philosophie de contrôle :Le débit d’arrivée du brut dans la station est contrôlé par la boucle de régulation FICV01.La mesure est transmise au DCS par le transmetteur FT01 placé sur la ligne d’entrée de lastation. Le régulateur FIC01 de type PI assure un débit constant en agissant sur la vanneFCV01 (vanne normalement ouverte) située sur la déviation OG1 afin d’alimenter de façonprioritaire la station SBM.La vanne motorisée MOV01, installée sur la ligne d’entrée, permet l’isolement de la station.Cette vanne est commandée directement par l’opérateur soit depuis le DCS, soit localement.Quelque soit le mode de fonctionnement, cette vanne comprend une commande defermeture depuis l’ESD (calculée selon la matrice ESD déjà présentée plus haut ).IV.1.2. les positions de la vanne d’entrée MOV01 :La MOV01 est en position ouverte lors des actions suivantes :Alimentation de la pomperie principale depuis le pipe OB1.Remplissage des bacs de stockage R561 et R562 pomperie à l’arrêt.Les deux actions en même temps (alimentation de la pomperie principale depuis OB1 etremplissage des bacs R561 et R562).La MOV01 est en position fermée lors des actions :Arrêt total de la station.Alimentation de la pomperie principale par les bacs de stockage via la pomperie boosting.IV.1.3 Instrumentation utilisés dans cette section :(lecture de la vue synoptique) Instrument Désignation FT01 Débit d’entrée dans la station FCV01 Vanne de régulation Fin de course ouvert vanne de ZSO-FCV01 régulation Fin de course fermée vanne de ZSC-FCV01 régulation MOV01 Vanne motorisée entrée station PT01 Pression débit d’entrée station [4]IV.2 La filtration
  37. 37. Schéma synoptique du filtrage. [7]IV.2.1 Philosophie de contrôle :Pour l’élimination des particules solides ayant une taille supérieure à 200, une section defiltration est installée à l’entrée station. Elle est composée de deux unités de filtration, une enmarche et l’autre en réserve d’une capacité de traitement de 1400 m3/h chacune. [4]Chaque unité de filtration se compose de :1 vanne motorisée d’entrée1 transmetteur de pression différentielle1 vanne motorisée de sortieLe transmetteur de pression différentielle a pour but de signaler l’état d’encrassement desfiltres. Une alarme haute est calculée dans le DCS sur la valeur du signal PDT et estreportée sur la station de conduite.Chaque vanne peut être commandée par l’opérateur soit depuis le DCS, soit localement.Quelque soit le mode de fonctionnement, elles comprennent toute une commande defermeture depuis l’ESD (calculée selon la matrice ESD précédente).Depuis le DCS l’opérateur met en service l’unité de filtration en plaçant les vannes sur lemode manuel et en actionnant les vannes concernées à se convenance. De même il peutbasculer manuellement les filtres même si l’état d’encrassement des filtres ne le justifie pas. [4]
  38. 38. OVERVIEW ESD INCENDIEARRIVEE BRUT POMPES BOOSTING POMPES PRINCIPALES STOCKAGE [7] EXPEDITION DRAINS & PURGE STOCKAGESTATUS POMPES LI R56110 m LAHHR561 R-561 L M L M MOV 09 MOV 08 LALLR561 RESEAU ARRIVEE LI R56210 m PURGE ET DRAINS LAHHR562 R-562 BRUT L M L M MOV 10 MOV 562 LALLR562 850196 EVG 01 Rev4
  39. 39. IV.3 Le stockageLes bacs R561 R652 sont déjà présentés dans le premier chapitre.Chaque bac de stockage se compose de : 1 vanne motorisée d’entrée sur le réseau de drain et purge 1 vanne motorisée d’entrée/sortie sur le réseau d’arrivée du brut 1 transmetteur de niveau 1 switch de détection de niveau haut 1 switch de détection de niveau basLe remplissage de ces bacs de stockage est réalisé soit depuis le réseau d’arrivée du brut(réseau principal) soit depuis le réseau de drain et purge (réseau secondaire).Les bacs ne peuvent être vidés que par le réseau principal. [4]IV.3.1 Réseau principalLes vannes d’entrée/sortie du réseau principal MOV08 et MOV562 peuvent êtrecommandées par l’opérateur soit depuis le DCS, soit localement.La commande de ces vannes par l’opérateur est fonction du mode de fonctionnement de lastation : Alimentation de la station depuis « OB1 » sans stockage => Les vannes sontfermées. Alimentation de la station depuis « OB1 » avec stockage => Les vannes sontouvertes Vidange des bacs de stockage => Les vannes sont ouvertes.Quelque soit le mode de fonctionnement, elles comprennent toute une commande defermeture depuis l’ESD. [4]IV.3.2 Réseau secondaireLes vannes d’entrée du réseau secondaire MOV09 et MOV10 peuvent être commandéespar l’opérateur soit depuis le DCS, soit localement. Quelque soit le mode de fonctionnement,elles comprennent toute une commande de fermeture depuis l’ESD [4]IV.3.3 Gestion du débit aspiration pomperie principale alimentée depuis OB1 :Dans le cas où l’alimentation de la station se fait depuis le pipe OB1 avec un débit de servicede 1400 m3/h, l’alimentation principale des bacs est assurée par la boucle de régulationFICV02. Le transmetteur de débit FT02 placé sur la ligne entre l’unité de filtration et lapomperie principale permet de contrôler le débit d’alimentation des pompes principales. Lerégime maximum de la pomperie principale étant de 650 m3/h, l’excédant de brut est envoyéaux bacs de stockage via la FCV02 (vanne normalement ouverte) située en amont ducollecteur commun des deux bacs. [4]
  40. 40. La consigne du régulateur FIC02 (régulateur PI inverse) est gérée en fonction du nombre depompes principale en service selon le tableau ci après : Nombre Régime de Consigne de débit de la station à appliquer au de pompes fonctionnement FIC02 en service 1 217 m3/h 217 m3/h 2 430 m3/h 430 m3/h Non applicable car l’alimentation des pompes 3 580 m3/h principales est réalisée par les pompes boosting 3 650 m3/h 650 m3/hA chaque changement de régime le régulateur (FIC02) est positionné en mode cascade oùles valeurs listées dans le tableau ci-dessus lui sont appliquées en consigne externe, avecpossibilité pour l’opérateur de changer ce mode.Afin d’assurer la stabilité de la station, la variation positive de la consigne externe estappliquée au régulateur dés la détection de l’ouverture de la vanne de refoulement dugroupe de pompage en cours de démarrage. Cette consigne est filtrée afin d’être positionnéeà sa valeur finale qu’une fois que la vanne de refoulement du groupe est ouverte. Unevariation négative de la consigne externe est directement appliquée au régulateur. [4]Le débit de sortie de la vanne FCV02 est envoyé vers les bacs via les vannes motoriséesd’entrée/sortie des bacs.IV.3.4 Instrumentation de cette section (lecture de la vue synoptique du stockage) : Bac de stockage R 561 : Instrument Désignation Vanne motorisée entrée/sortie bac MOV08 R561 MOV09 Vanne motorisée entrée bac R561 LT-R561 Niveau bac R561 LAH-R561 Switch niveau haut bac R561 LALL-R561 Switch niveau bas bac R561 [4]
  41. 41. Bac de stockage R 562 : Instrument Désignation Vanne motorisée entrée/sortie bac MOV562 R562 MOV10 Vanne motorisée entrée bac R562 LT-R562 Niveau bac R562 LAH-R562 Switch niveau haut bac R562 LALL-R562 Switch niveau bas bac R562 [4]IV.4 Pompage boostingLa vue synoptique suivante va nous aider à mieux voir la compartimentdu pomping boosting ainsi que l’instrumentation associée à cette phase.
  42. 42. 850196 EVG 01 Rev4
  43. 43. Lecture de la vue synoptique (instrumentation) : Instrument Désignation MOV11 Vanne motorisée d’aspiration MOV12 Vanne motorisée de refoulement FT03 Débit de refoulement Vanne de régulation débit de FCV03 refoulement Fin de course ouvert vanne de ZSO-FCV03 régulation Fin de course fermée vanne de ZSC-FCV03 régulation FALL01 Débit très bas aspiration pompe PAH01 Pression haute refoulement pompe PB001A Pompe de gavage AConditions nécessaires pour le démarrage des pompes de gavages :Rappelons qu’on ne parle du pompage boosting que si la station est coupée du pipeOB1.l’élément primordial du l’action de pomping boosting est la pompe de gavege. La stationSBM comporte en son sein un réseau de 3 pompes de gavages assurant l’aspiration du brutà partir des bacs de stockage et ceci avec un débit de 580m 3/h mais seulement qu’avec 2pompes tandis que la troisiéme est de réserve.[4]Les paramètres de sortie des pompes de gavages sont : Nombre de pompe en Débit Pression service 1 290 m3/h 13 bar 2 580 m3/h 13 bar [4]Ainsi les conditions qu’il faut remplir pour que le réseau des pompes démarre sont : [4] Vanne motorisée d’aspiration non fermée. Pas de défaut électrique au niveau moteur pompe Niveau d’huile correct Température palier correct Pas d’ordre d’arrêt d’urgence ( AU pompe ou AU général) Bac de stockage disponible MOV06 en position fermée (voir vue synoptique arrivée de brut) MOV07 en position ouverte (voir vue synoptique arrivée de brut)
  44. 44.  MOV01 en position fermée Boucle de recirculation en mode automatique Pas de défaut MOV aspiration et refoulement MOV de refoulement en mode distance et fermée Pression au refoulement correctUn disfonctionnement de l’un de ces conditions engendre un ESD qui va entrainerimmédiatement le passage en mode automatique de la boucle de recirculation, l’arrêt de lapompe et la fermeture des vannes d’aspiration et de refoulement.[4]Les règles de sécurité à partir desquelles on aura un tel ordre sont :  FALL aspiration  PAH refoulement  Défaut électrique moteur pompe  Niveau d’huile bas  Température palier incorrect  Vibrations pompes élevées  Arrêt d’urgence (AU pompe ou AU général)  Bac de stockage non disponible [4]Le principe d’automatisation de la section pomping boosting :Les pompes vont aspirer du brut à partir du back de stockage mais seulement si la vannemotorisée, qui peut être commander soit localement soit par l’opérateur ou soit le DCS,estouverte.[4]Rappelons que l’ouverture de la vanne d’aspiration n’est pas suffisante pour enclencher leréseau des pompes, cependant un swith de bas débit est nécessaire pour que la pompeétablit un débit supérieur au débit le plus bas. [4]La boucle de recirculation permet la montée en charge de la pompe avant le couplage sur lecollecteur de refoulement. Le régulateur de débit au refoulement de la pompe a commeconsigne le débit nominal de la pompe soit 290 m3/h. Tant que cette valeur n’est pasatteinte, la vanne FCV installée sur la ligne de recirculation reste ouverte.[4]La vanne motorisée de refoulement ne peut pas être commander ni par l’operateur ni enmode locale mais seul le mode automatique qui intervient( ESD) tel que la vanne ne varecevoir un ordre d’ouverture calculée par la matrice ESD que si seulement si le débitnominal de la pompe est atteint soit donc 290m3 /h. [4]
  45. 45. Le pompage principal :
  46. 46. Pomperie principale :La présentation ainsi que les modes de fonctionnement sont cités dans le deuxième chapitrede ce rapport. On peut juste ajouter que chaque ligne d’expédition se compose de : 1 vanne motorisée d’aspiration 1 switch de débit aspiration très bas 1 switch de pression aspiration basse 1 pompe d’expédition avec variateur de vitesse 1 mesure de débit de refoulement 1 ligne de recirculation 1 vanne motorisée de refoulement 1 switch de pression très haute refoulement[4]On traitera juste la partie automatique de la section.Lorsque le réseau des pompes principale est alimenté par le réseau des pompes degavages alors le débit de refoulement de la centrale sera de 580m3/h est la vanne MOV07doit impérativement être ouverte.Quand le réseau des pompes principale est alimenté directement via le pipe OB1, alors dansce cas le régime de refoulement du brut vers Alger est de 680m 3/h et dans ce cas la vannemotorisés MOV07 est en position fermée.[4]La vanne motorisée d’aspiration qui se situe a l’entrée de chaque ligne d’expédition estcontrôlée soit localement, par l’operateur ou le DCS.Les pompes principales ne peuvent en aucun cas démarrer si cette vanne est fermée,cependant l’ouverture de cette vanne ne signifie pas que les pompes principales peuventdémarrer. Seules les informations provenant des switchs de débit très bas et pression basseaspiration pompe interviennent en tant que sécurité sur la pompe.Faute de temps (un stage de 15 jours), les switchs ne sont pas traités dans ce rapport.Cependant pour terminer on a traité les conditions générales de démarrage des pompesprincipales ainsi que les sécurités appliquées dessus.Permissives de démarrage : Pas de démarrage en cours sur une autre pompe. Vanne motorisée d’aspiration non fermée. PAL aspiration correct PAHH refoulement correct Pas de défaut électrique Pas de défaut pompe Niveau d’huile correct Pression huile dans le variateur correct Température palier correct Pas d’ordre d’arrêt d’urgence ( AU pompe ou AU général) Boucle de recirculation en mode automatique / consigne externe Boucle de régulation de vitesse en mode automatique / consigne externe Pas de défaut MOV aspiration et refoulement MOV de refoulement en mode distance et fermée Pression différentielle PDAH colmatage du filtre dans le variateur correct. Températures d’huile TE11 et TE12 dans le variateur correctes.
  47. 47. Sécurités appliquées : PAL aspiration incorrect FALL aspiration incorrect PAHH refoulement incorrect Défaut électrique Défaut pompe Niveau d’huile bas Pression huile dans le variateur incorrect Température palier incorrect Vibrations pompes élevées Arrêt d’urgence (AU pompe ou AU général) (MOV01 en position non ouverte) OU (MOV01 en position non fermée ET MOV07 non ouverte ET bac de stockage non disponible) Pression différentielle PDAH (0.6 bar) colmatage du filtre dans le variateur incorrect. Températures d’huile TE11 et TE12 dans le variateur Très Haute (TAHH) Ordre ESD sur le stockage et MOV01 en position fermée.
  48. 48. Conclusion : Tout au long de la durée de ce stage, j’ai eu la grande aubaine de travailler avec l’équipede la SBM et sous presque tous les différents départements de la station. Ce stage m’apermis, en dépit de la sa courte durée, d’enrichir mon expérience professionnelle aussi bien ence qui concerne le domaine technique qu’humain. Le fait d’avoir une idée presque minutieusesur la partie contrôle et gestion de la station d’une part, et une vue un peu plus moinsdétaillée sur les autres départements de l’autre, constitue à mon sens un acquis considérablepour l’ingénieur géni électricien. En effet la première semaine de ce stage a été consacrée pour la prise de contact avec lepersonnel, que je remercie encore une fois pour leur assistance sans faille, une visite furtivedes différents départements de la station, la définition du thème, la précision des objectifs,enfin je termina avec une formation sur le système de sécurité des équipements et dupersonnel. La deuxième semaine fut totalement consacrée pour les systèmes de control et decommande de gestion et de sécurité, soit le DCS et l’ESD dont j’ai essayé de les exposer sousleur différents angles d’où l’objectif de ce stage. Enfin, j’ai conclue qu’une inéluctable relation ainsi qu’une collaboration devrait s’yinstaller entre l’université et l’industrie particulièrement dans ce secteur pétrolier qui restestratégique pour notre pays. Tout cela m’a grandement servi à améliorer d’abord mon intégration au sein d’uneentreprise industrielle, puis savoir quand est-ce que il fallait affirmer sinon confirmer uneinformation théorique reçue au préalable, par conséquent à quoi je dois m’attendre en tantqu’ingénieur qui serait de son devoir de contribuer au perfectionnement de la Sonatrach et deson patrimoine pétrolier.
  49. 49. Référence :[1] : Wikipédia.[2] : Site officiel de Sonatrach.[3] : ARCHITECTURE SYSTEME. [Documents internes de la station SBM][4] : MANUEL D’EXPLOITATION DE LA SBM.[Documents internes de la station SBM][5] : Photos prises et traitées par le stagiaire. [Datant du 19 au 29/12/2011]*[6] : Mémoire de fin d’étude. Amghar Bilal. ‘ Automatisation de la station SBM.’[7] : DEFFINITION SYNOPTIQUE DE LA STATION.[Documents internes de la station SBM]* : La prise des photos a été permise après consultation des responsables.

×