LE TRANSFERT DE CONNAISSANCES
Christian Dagenais
Université de Montréal
Vidéo-conférence préparée pour la Direction de l'a...
Plan de la présentation
Équipe de recherche en partenariat sur
le transfert des connaissances
 Objet de recherche :
 le transfert des connaissan...
Composition de l’équipe RENARD
 Provenance des membres
 Universitaires: éducation, sciences politiques,
psychologie, san...
Quelques exemples de projets :
 « Scoping study » sur les effets du TC dans les pays
en développement
 Revue systématiqu...
Le transfert de connaissances: concepts
de base
D’abord, un bref historique du transfert de
connaissances
 1593 Du jus de citron contre le scorbut…
 1826 The Society fo...
Définitions : connaissances
 Des informations:
 Tacites
 Issues de la pratique
 Explicites
 Issues de la recherche
 ...
Définition: donnée probante
11
« Les résultats de recherche de haute qualité, qui reposent sur
une méthodologie appropriée...
Définition : transfert de connaissances
« Ensemble des efforts consentis pour contribuer à
faire connaître et reconnaître ...
Définition : transfert de connaissances
Processus regroupant l’ensemble des efforts
qui visent une meilleure utilisation d...
Deux niveaux de transfert de connaissances
 Transfert de proximité :
 Vise à transférer les connaissances auprès des
gro...
Les 3 principaux types d’utilisation des
connaissances
 Conceptuelle
 Menant à une nouvelle compréhension d’une
situatio...
Le transfert de connaissances:
principaux modèles
Modèles de transfert
des connaissances
 Trois principaux modèles en transfert
de connaissances
• Modèle « push »
• Modèle...
Modèle « PUSH »
 production – > diffusion
 utilisateurs non impliqués
dans la définition du problème
 peu d’influence s...
Modèle « PULL »
 Demande de recherche pour résoudre un
problème
 La recherche au service de l’utilisateur
 Apport de ré...
Modèle « EXCHANGE »
 Interactif
 Échanges fréquents
 Acteurs
intermédiaires ?
20
CHERCHEURS
GROUPES CIBLES
Modèle élaboré par Ramdé, 2012
Rapport au MELS (2010)
Thèse de doctorat Nathalie Awad
1. Développer une relation de confiance avec les utilisateurs
2. Ha...
Les étapes du processus de TC
23
Lemire, Souffez, & Laurendeau (2009)
Deux étapes cruciales: l’adaptation et la
diffusion
1. Adaptation
 Rendre les connaissances compréhensibles
 Adapter le ...
Deux étapes: l’adaptation et la diffusion
(suite)
2. Diffusion
 Processus par lequel le produit de transfert est
communiq...
Stratégie la plus efficace?
Combinaison de stratégies, d’activités et
d’outils afin de rejoindre,
de la façon la plus appr...
Les facteurs qui influencent l’utilisation
de la recherche
Principales catégories de facteurs
 Caractéristiques des utilisateurs
 Caractéristiques organisationnelles
du milieu uti...
1. Caractéristiques des individus
 Tenir compte des besoins des utilisateurs
 Tenir compte de leurs caractéristiques
 O...
1. Caractéristiques des individus (suite)
 Expertise individuelle pour utiliser les
informations issues de la recherche
...
Quelques erreurs à éviter pour juger de la
qualité
 Première qualité: la pertinence
 Ne pas tenir compte de la qualité d...
Quelques erreurs à éviter pour juger de la
qualité (suite)
 Est-ce l’effet que vous recherchiez? Avez-vous tenu
compte de...
2. Caractéristiques des organisations
 Climat et culture du milieu
 Valorisation des CIR
 Soutien continu à l’implantat...
3. Caractéristiques des connaissances
 Accessibilité des CIR
 Les normes de qualité scientifique semblent
exagérées à ce...
Tout ce qui peut
être inventé
à déjà été inventé
Charles H Duell
Office des Brevets, 1899
4. Caractéristiques des efforts de TC
 La disponibilité des CIR n’est pas une
condition suffisante
 Lancaster
 Les cher...
5. Caractéristiques des chercheurs et de
leur milieu
 Reconnaître la valeur du TC
 Valoriser le TC
 Inclure le TC dans ...
Cartographie conceptuelle: Rappel des
principales étapes de la procédure
 Formulation de la question
 « Les pratiques pr...
Cartographie conceptuelle:
Étapes de la procédure (suite)
 Seconde rencontre de groupe
 Choix du nombre de grappes
 Éti...
RÉSULTATS
Ğ ŝ Ğ ĞŶĂ Ě ĐĂǁ ǁ ǁ ƋƵƉ ƌ ƌ͘ ͘
christian.dagenais@umontreal.ca
Les processus délibératifs
Définition
 Un processus permettant à un groupe de
recevoir et d’échanger de l’information et de
faire l’examen critique ...
Lomas et al., 2005
 • Les données probantes sont essentiellement
incertaines, dynamiques, complexes,
contestables et rare...
Deux approches délibératives
Conciliation
Public informé et engagé
Prise en compte des idées,
valeurs, preferences, besoin...
Processus
Objectif
-Identifier ou clarifier des enjeux
-Formuler des énoncés de valeurs
-Formuler des recommandations
-Pre...
Peu de données probantes sur leur efficacité,
mais…
 Permettrait aux décideurs d'acquérir une meilleure
compréhension des...
Compétences recherchées chez un courtier de
connaissances
1. Expérience de recherche ou travail d’au - 5 ans avec
des cher...
https://prezi.com/exnbymgbxyd8/le-courtage-de-con
Le transfert de connaissances
Le transfert de connaissances
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le transfert de connaissances

1 465 vues

Publié le

Christian Dagenais - Université de Montréal

Vidéo-conférence préparée pour la Direction de l'adaptation scolaire et des services éducatifs complémentaires du MELS

Publié dans : Sciences
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 465
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
527
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Processus délibératifs
  • En 1593 … Le capitaine Lancaster… du jus de citron contre le scorbut
    En 1593, le capitaine anglais James Lancaster eut l'intuition géniale de faire boire à ses marins quelques gouttes de jus de citron : les hommes échappèrent au scorbut. Mais il s'agissait là d'expériences isolées qui restèrent circonscrites et méconnues. Les médias n'existaient pas encore ! http://www.helene-gale.com/fr/encyclopedie/vitamine_c_acide_ascorbique.php
    200 ANS PLUS TARD, en 1795, la Royal Navy fournit une ration journalière de jus de citron à ses marins
    Le transfert de connaissances …c’est long  !
    1826 …
    Dès 1826, à Londres, des scientifiques ont formé une association qu’ils ont nommé Society for the Diffusion of Useful Knowledge. Leur mission : éduquer la population à propos de la science, de la littérature, de l’histoire et de sujets éthiques pour la classe basse-myenne(Weiss, 1991). http://en.wikipedia.org/wiki/Society_for_the_Diffusion_of_Useful_Knowledge USA en même temps et même nom
     
    Notes complémentaires – P. 16 et 17 dans le guide du formateur.
  • Dans le domaine du transfert de connaissances, les auteurs s’attardent habituellement à deux formes de connaissances.  
    Tacites :
    Souvent qualifiée de « expérientielles »
    Réfèrent au « savoir-faire » de praticiens, de gestionnaires, de chercheurs ou de professionnels qui ont cumulé un solide bagage de connaissances théoriques et d’expériences pratiques.
    Connaissances plus personnelles
    Connaissances plus difficiles à exprimer et à transmettre
    Explicites (formelles) :
    Informations issues de la recherche et analysées.
    Données probantes
    Souvent qualifiée de « explicite »
    Clairement articulées.
    Pas nécessairement plus clairement formulées (vers le public cible).
     
    Ce qui nous intéresse dans le cadre de cette formation 
    Les connaissances produites par la recherche - connaissances formelles et comment les intégrer dans les pratiques existantes.
    NOTE:
    Le transfert de connaissances intergénérationnelles (en entreprise, entre anciens et nouveaux employés) existe mais n’est pas au programme de cette formation. Il fait appel à de la littérature et des stratégies différentes (knowledge management).
  • PROPOSER UNE DEFINITION DU CONCEPT DE DONNES PROBANTES
    Julie, la définition avec laquelle je suis le plus à l’aise est celle de la FCRSS: voir diapo suivante
    Les données probantes sont les renseignements qui se rapprochent le plus des faits d’un sujet (closest to the facts of a matter). La forme qu’elles prennent dépend du contexte. Les résultats de recherche de haute qualité, qui reposent sur une méthodologie appropriée, sont les données probantes les plus précises. Comme les recherches sont souvent incomplètes et parfois contradictoires ou non disponibles, d’autres catégories de renseignements sont nécessaires pour les compléter ou les remplacer. Les données probantes constituant la base sur laquelle est fondée une décision sont composées de multiples formes de données, combinées de manière à établir un équilibre entre rigueur et convenance, le premier de ces deux aspects étant toutefois préféré au deuxième.
  • Processus INTERACTIF… Basé, entre autre, sur l’échange et la collaboration entre les différents acteurs engagés dans le processus de transfert de connaissances (chercheurs, agent de liaison ou l’organisme de liaison, utilisateurs visés par les connaissances, etc.)
    … regroupant l’ensemble DES EFFORTS… Description de la problématique, identification de la clientèle cible, sélection des connaissances appropriées, adaptation des connaissances aux besoins de la clientèle ciblée, choix des activités de transfert de connaissances, analyse des enjeux, etc.
    … qui mènent à l’UTILISATION MAXIMALE DES CONNAISSANCES issues de la recherche scientifique.
  • Transfert de proximité / transfert étendu
    Concept de transfert étendu développés par Mireille Mathieu, fondatrice du CLIPP.
    Définition basée sur l’expérience du CLIPP (connaissance tacite).
    Enjeux et défis différents.
    Transfert de proximité : Vise à transférer les connaissances auprès des groupes ciblés par la recherche. Connaissances créées localement (en collaboration avec le milieu d’intervention) pour une utilisation locale.
    Transfert étendu : Vise à transférer les connaissances auprès d’autres groupes susceptibles de les utiliser.
    Ces connaissances sont issues des résultats d’une recherche ou d’un bilan de connaissances.
    Dans ce sens, le rôle des différents acteurs ne sont plus les mêmes. Ce ne sont pas nécessairement les mêmes personnes qui vont assurer le transfert de connaissances.
    Les stratégies de transfert de connaissances sont aussi différentes.
    Avant de procéder à un transfert étendu, on doit s’assurer que les résultats de la recherche et leurs conditions d’utilisation s’appliquent à la population ciblée.
  • De l’acétate précédente découle 3 types d’utilisation des connaissances :
    Utilisation conceptuelle :
    Lorsque les connaissances fournissent de nouvelles idées, de nouvelles théories ou de nouvelles hypothèses menant à une compréhension nouvelle d'une situation ou de faits, sans mener à la prise de décision ou d'action. (36- 336)
    Pour changer les niveaux de connaissances, la compréhension et les attitudes
    EX : bilan de connaissances, accroche porte sur le bébé secoué, dans le but de sensibiliser les parents, etc.
    Utilisation instrumentale :
    Lorsque les connaissances contribuent à la prise de décision ou d'action de la part des décideurs ou des intervenants. (36- 336)
    Plusieurs auteurs considèrent que la prise de décision est instrumentale
    Utilisation déterminante des connaissances pour changer un comportement ou une pratique EX : napperons qui proposent des exercices à réaliser, la formation GED, etc.
     Utilisation persuasive (stratégique ou symbolique) :
    Lorsque des intervenants ou des décideurs utilisent les connaissances afin de justifier des actions ou des décisions déjà prises. (36- 336)
    Persuasive : terme qui semble émerger terme pas utilise avant 2008.
    Utilisation des connaissances comme munitions dans la quête d'un pouvoir ou d'un profit EX : rapport commandé par les gouvernements pour soutenir les projets de lois et leurs décisions
  • En équipe
    Quelles caractéristiques font en sorte que les connaissances seront utilisées ou non ?
    Chaque équipe identifie les facteurs qui peuvent, à leur avis, influencer favorablement ou défavorablement l’efficacité du processus de transfert de connaissances.
    Chaque équipe décrit sommairement chacun des facteurs ou caractéristiques identifiés.
    Retour en plénière
  • Modèle linéaire
    Modèle principalement orienté vers la production et diffusion de connaissances (knowledge driven theory).
    Ne tient pas compte du contexte des utilisateurs qui ne sont pas impliqués dans la définition du problème et sont considérés comme de simples consommateurs des résultats.
    Modèle qui semble avoir peu d’influence sur le changement de pratique
    Présuppose également que les utilisateurs potentiels s’intéresseront nécessairement aux résultats de recherches des différents chercheurs. (2.12)
    Dans certains cas et pour certains types de recherche, telle la recherche fondamentale, cette approche peut répondre adéquatement aux besoins des acteurs concernés. (2.12) EX : recherche en biomédicale - prescription de nouveaux médicaments s’appliquent à du push
    Dans d’autres circonstances, cette approche présente certains désavantages : elle assigne un rôle plutôt passif aux utilisateurs, elle ne tient pas compte de leurs préoccupations, ni des différents contextes et environnements dans lesquels ils évoluent et elle escamote leur savoir professionnel et expérientiel. (2.12)
    Exemples de situations ou le modèle « push » est utilisé
    Revue systématique de connaissances diffusées sur le WEB – parce que pas d’échange… ni du pull.
    Bilan de connaissances sur le WEB
    Certains guides de pratique … ex : en médecine – MTPPES – aux BC – on parle de push parce que les BC n’ont rien demandé.
  • Associé au modèle de résolution de problème
    Dans le «demand pull model» (problem solving model pour DENIS et al., 2003) c’est l’utilisateur qui formule une demande de recherche pour solutionner un problème (WEISS 1980). Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, vol. 39, n° 3, 2006 (Dagenais – 1 -70)
    L’initiative appartient à l’utilisateur qui identifie le problème et le communique;
    Les utilisateurs sont impliqués dès le début (acétate 8 / présentation PP/ colloque / Diane)
    La recherche se trouve au service de l’utilisateur.
    Exemple: une synthèse systématique peut être commandée pour voir où en est la question;
    SIAA qui cherche à identifier les pratiques prometteuses pour l’intervention en milieu défavorisé.
    Selon cette perspective, l’utilisation des résultats de recherche serait accrue lorsqu’elle apporte des réponses concrètes aux questions des utilisateurs. (LANDRY et Al., 2001).
    Nuance : Les études montrent cependant que ce n’est pas toujours le cas et que les résultats sont peu utilisés lorsqu’ils ne vont pas dans le sens attendu par les utilisateurs (LANDRY et Al., 2001).
    Modèle Pull peut découler de l’utilisation de la recherche déjà réalisé.
    Exemples de situations ou le modèle « pull » est utilisé
    MTPPES 1 – qui repose sur une étude de besoin (dépend de la stratégie)
    Centre jeunesse de Montréal : service d’adoption. Responsables demandent au chercheur d’étudier le processus de demande d’adoption. Chercheurs ont fourni l’info à partir de ce qui existait. Utilisation stratégique de l’information.
  • Le processus d’échanges entre chercheurs et utilisateurs prend de l’importance, en particulier au niveau de l’identification des besoins et de la prise en compte des préoccupations des futurs utilisateurs. (4-11)
    Selon ce mode d’interaction, les utilisateurs jouent un rôle actif en contribuant à une ou plusieurs étapes de la recherche : formulation de la question de départ, validation des outils de cueillette de données, interprétation, validation et diffusion des résultats, etc. On parle alors de recherche collaborative. (2.13)
    Les approches axées sur l’interaction sociale prennent en compte la complexité des organisations ainsi que les principaux enjeux de l’utilisation des connaissances et misent sur l’interaction continue entre les différents groupes d’acteurs concernés par une problématique afin de réduire l’écart entre le monde de la recherche et celui de la pratique. (2.14)
    L’échange est central et le transfert s’organise à travers une multitude d’acteurs intermédiaires tels que des courtiers de connaissances, des agents de liaison, des professionnels ou des gestionnaires. (2.14)
    Dans cette perspective, les enjeux du transfert de connaissances ne se situent plus seulement au niveau des contenus, mais également au niveau des systèmes sociaux (organisationnels et sociopolitiques) qui génèrent et utilisent la connaissance ainsi qu’au niveau des interactions entre les systèmes, d’où la notion de réseau comme soutien à la production et au transfert des connaissances. (2.14)
    Le modèle « exchange » peut ne pas être réalisable (dans toute sa splendeur) dans le cas de transfert étendu.
    La recherche empirique parle de ce modèle comme étant le plus prometteur considérant que peu de données sont disponibles sur l’efficacité des différents modèles
     
    Exemples de situations ou le modèle « exchange» est utilisé
     
    Équipes de recherche en partenariat (financé par FQRSC depuis automne 1992)
    ARUC – Alliance de recherche universités – communautés
    En équipe
    Choisissez un projet de transfert que vous connaissez.
    À quel modèle associez-vous le processus de transfert de connaissances qui soutenait la diffusion de ce projet ?
    Partagez vos exemples avec le groupe.
  • Cela dit, le découpage du processus de transfert permet de regrouper en deux grandes
    catégories les stratégies de transfert des connaissances, tel qu’illustré à la figure 5 :
    1- les stratégies de diffusion qui ont pour objectif premier de rendre compréhensibles et
    accessibles les nouvelles connaissances afin de rejoindre efficacement les groupes
    d’acteurs concernés, et
    2- les stratégies d’appropriation qui ont pour objectif premier de
    faciliter l’intégration et l’application des connaissances dans un contexte donné.
  • p. 17 guide INSPQ
    Caractéristiques du public pouvant être leur niveau de connaissances précédentes, leur contexte organisationnel, niveau décisionnel aussi.
    Christian va en parler plus en détails tout à l’heure, mais on cherche dans l’adaptation à développer un contenu dont le message véhiculé est clair, concis, cohérent et en lien avec les préoccupations des utilisateur. On veut que ce message s’articule autour d’idées plutôt que de données, de chiffres, de statistiques.
  • Communiqué…pendant une certaine période de temps à travers différents canaux de communications. (sites internet, revue, liste de distribution, bulletin d’information, etc.)
  • Déterminants, défis, enjeux, conditions gagnantes, etc.
    Plusieurs mots pour décrire le fait que certains facteurs influencent favorablement ou défavorablement l’efficacité du processus de transfert de connaissances (l’utilisation des connaissances par les groupes cibles)
    Encore une fois : plusieurs façons de catégoriser
    Différentes catégories de facteurs
    EX : Dagenais et al.
    Opinion des utilisateurs potentiels sur les CIR
    Expertise individuelle des utilisateurs
    Contexte organisationnel des utilisateurs
    Les stratégies de soutien
    EX: Gervais et Chagnon
    Caractéristiques des chercheurs
    Relation entre chercheurs et praticiens
    Attributs des connaissances produites
    Contexte social et politique
    Mobilisation des organisations
    Caractéristiques des utilisateurs
    Variables liées aux clients
    Sur l’acétate : les facteurs les plus fréquemment recensés – ceux qui seront abordés dans ce module
  • Offrir des ressources matérielles, techniques et logistiques aux chercheurs
    Ressources matérielles
    Ressources logistiques et techniques
    Pour vulgariser le matériel et le présenter dans une forme adéquate
    Pour acquérir des compétences
    Mettre en place des mécanisme de relations publiques
  • «Others have emphasised the open participatory nature of a deliberative process as a more fundamental means by which the public can influence the generation of data and the derivation of the policy options as well as discussing acceptable decisions, thus taking account of public as well as expert knowledge» (Petts, 2004).
  • « The most important thing is problem definition—understanding what the issues are and understanding what the stakeholders see as what the issues are. Very often the understanding of the stakeholders and the appreciation of the technical people are quite at variance because they are coming at it from quite different mindsets.» (Scientific expert, private consultant.)
     
    «The other thing within a deliberative process of course is two-way communication. You’re not just putting it out there to some blanket generalised audience. You have a specific audience who feedback and ask you questions, and you need to respond to that and clarify, which can get a bit tricky.» (Participatory process expert, academic research)
  • Tu peux réduire cette diapo, ou ne mentionner dans la présentation que le plus important, soit: 5 et 6. Peut-être aussi ajouter la capacité de lire des articles en anglais
  • Le transfert de connaissances

    1. 1. LE TRANSFERT DE CONNAISSANCES Christian Dagenais Université de Montréal Vidéo-conférence préparée pour la Direction de l'adaptation scolaire et des services éducatifs complémentaires du MELS 22 janvier 2015
    2. 2. Plan de la présentation
    3. 3. Équipe de recherche en partenariat sur le transfert des connaissances  Objet de recherche :  le transfert des connaissances, appliqué au champ des interventions sociales  dans un premier temps en éducation et en santé communautaire  Principaux axes de recherche:  les effets du TC, directs et indirects  les processus par lesquels ces effets sont produits  développements méthodologiques
    4. 4. Composition de l’équipe RENARD  Provenance des membres  Universitaires: éducation, sciences politiques, psychologie, santé publique, psychoéducation, sciences infirmières, administration publique, gestion  Collaborateurs des milieux de pratique:  Organismes de TC : CETREQ, CLIPP, INESSS, INSPQ, IRSST…  Milieux de pratique: ASSSM, CSSSE, CJM-IU, CEMV, CRDITED-Mtl, CS des Trois-Lacs…
    5. 5. Quelques exemples de projets :  « Scoping study » sur les effets du TC dans les pays en développement  Revue systématique sur le TC en éducation  Développement d’un modèle d’utilisation de la recherche en éducation  Évaluation de différentes activités de courtage de connaissances (Burkina Faso, Montérégie, Estrie)  Développement d’un référentiel de compétences en TC destiné aux écoles  …
    6. 6. Le transfert de connaissances: concepts de base
    7. 7. D’abord, un bref historique du transfert de connaissances  1593 Du jus de citron contre le scorbut…  1826 The Society for the Diffusion of Useful Knowledge  1920-1990  Études de diffusion des innovations agricoles  Adoption d'innovations technologiques  1990-2010  Croissance impressionnante des efforts pour rendre les connaissances plus accessibles.  10 000 titres en 1991 à plus 4 380 000 pages contenant le terme « KT » sur Google 9
    8. 8. Définitions : connaissances  Des informations:  Tacites  Issues de la pratique  Explicites  Issues de la recherche  Analysées  …données probantes 10 10
    9. 9. Définition: donnée probante 11 « Les résultats de recherche de haute qualité, qui reposent sur une méthodologie appropriée, sont les DP les plus précises. Comme les recherches sont souvent incomplètes, parfois contradictoires ou non disponibles, d’autres catégories de renseignements sont nécessaires pour les compléter ou les remplacer. Les DP constituant la base sur laquelle est fondée une décision sont composées de multiples formes de données, combinées de manière à établir un équilibre entre rigueur et convenance, le premier de ces deux aspects étant toutefois préféré au deuxième. » - Fondation canadienne de recherche sur les services de santé (FCRSS)
    10. 10. Définition : transfert de connaissances « Ensemble des efforts consentis pour contribuer à faire connaître et reconnaître les activités et les résultats de recherche (…) en vue de leur utilisation par les milieux de pratique, les décideurs et le grand public, que la démarche soit interactive ou non » (FQRSC, 2011, p. 9) 12
    11. 11. Définition : transfert de connaissances Processus regroupant l’ensemble des efforts qui visent une meilleure utilisation des connaissances issues de la recherche scientifique 13 Transfert de proximité Transfert étendu Deux niveaux
    12. 12. Deux niveaux de transfert de connaissances  Transfert de proximité :  Vise à transférer les connaissances auprès des groupes ciblés par la recherche  Transfert étendu :  Vise à transférer les connaissances auprès d’autres groupes susceptibles de les utiliser 14
    13. 13. Les 3 principaux types d’utilisation des connaissances  Conceptuelle  Menant à une nouvelle compréhension d’une situation , de faits, etc.  Instrumentale  Menant à la prise de décision ou d'action de la part des décideurs ou des intervenants  Persuasive  Utilisées comme arguments pour soutenir des lois, des décisions, pour appuyer des changements, etc. 15
    14. 14. Le transfert de connaissances: principaux modèles
    15. 15. Modèles de transfert des connaissances  Trois principaux modèles en transfert de connaissances • Modèle « push » • Modèle « pull » • Modèle « exchange » 17
    16. 16. Modèle « PUSH »  production – > diffusion  utilisateurs non impliqués dans la définition du problème  peu d’influence sur les changements de pratiques 18 CHERCHEURS GROUPES CIBLES
    17. 17. Modèle « PULL »  Demande de recherche pour résoudre un problème  La recherche au service de l’utilisateur  Apport de réponses concrètes aux questions des utilisateurs  Augmentation des chances d’utilisation, mais pas toujours… 19 CHERCHEURS GROUPES CIBLES
    18. 18. Modèle « EXCHANGE »  Interactif  Échanges fréquents  Acteurs intermédiaires ? 20 CHERCHEURS GROUPES CIBLES
    19. 19. Modèle élaboré par Ramdé, 2012
    20. 20. Rapport au MELS (2010) Thèse de doctorat Nathalie Awad 1. Développer une relation de confiance avec les utilisateurs 2. Habiliter les utilisateurs à reconnaître les CIR et à les évaluer selon des mécanismes de scientificité 3. Transformer au préalable les CIR dans un format adéquat pour les acteurs, pour qu’elles sont concrètes, claires et applicables à leur contexte de travail 4. Présenter les CIR à des moments pertinents pour les utilisateurs 5. Évaluer les progrès des intervenants à utiliser les CIR 6. Offrir un suivi régulier
    21. 21. Les étapes du processus de TC 23 Lemire, Souffez, & Laurendeau (2009)
    22. 22. Deux étapes cruciales: l’adaptation et la diffusion 1. Adaptation  Rendre les connaissances compréhensibles  Adapter le format et le langage  Public cible  Ses caractéristiques  Ses préoccupations  Identifier des pistes pour l’action
    23. 23. Deux étapes: l’adaptation et la diffusion (suite) 2. Diffusion  Processus par lequel le produit de transfert est communiqué  Vise à rendre les connaissances accessibles  Choisir entre une large diffusion ou une diffusion plus personnalisé  Stratégies de diffusion linéaires VS interactives
    24. 24. Stratégie la plus efficace? Combinaison de stratégies, d’activités et d’outils afin de rejoindre, de la façon la plus appropriée, les différents publics cibles
    25. 25. Les facteurs qui influencent l’utilisation de la recherche
    26. 26. Principales catégories de facteurs  Caractéristiques des utilisateurs  Caractéristiques organisationnelles du milieu utilisateur  Caractéristiques des connaissances  Stratégies de transfert et de soutien  Caractéristiques du chercheur et de son milieu 28
    27. 27. 1. Caractéristiques des individus  Tenir compte des besoins des utilisateurs  Tenir compte de leurs caractéristiques  Opinion sur les connaissances issues de la recherche  Utilité perçue  Ouverture face à la recherche  Acceptation de la critique et capacité à se remettre en question  Sentiment de responsabilité face aux résultats
    28. 28. 1. Caractéristiques des individus (suite)  Expertise individuelle pour utiliser les informations issues de la recherche  Étude chez les enseignants au secondaire:  Internet et les média de masse sont les principales sources consultées  L’intuition constitue le premier critère pour juger de la validité des CIR
    29. 29. Quelques erreurs à éviter pour juger de la qualité  Première qualité: la pertinence  Ne pas tenir compte de la qualité de la source  Ça repose sur une seule étude? PRUDENCE  Les résultats sont significatifs, mais est-ce un effet important?  La taille d’effet ne veut pas dire que c’est important (si la prévalence est très faible par exemple)  Les relations ne sont pas toutes linéaires : les taux de sel élevés sont dangereux, mais les taux très bas aussi
    30. 30. Quelques erreurs à éviter pour juger de la qualité (suite)  Est-ce l’effet que vous recherchiez? Avez-vous tenu compte des résultats qui le contredisent?  Vous laissez-vous séduire par la pseudo-science (prétention d’être scientifique, ou apparence de scientificité)?  L’importance du contexte, il faut tenir compte de plusieurs points de vue (ex.: port du casque à vélo)  Publication scientifique n’égale pas vérité absolue…  …
    31. 31. 2. Caractéristiques des organisations  Climat et culture du milieu  Valorisation des CIR  Soutien continu à l’implantation du changement  Ressources dédiées  Leadership de la direction
    32. 32. 3. Caractéristiques des connaissances  Accessibilité des CIR  Les normes de qualité scientifique semblent exagérées à ceux qui ont besoin de réponses claires et rapides  La qualité de la recherche n’est pas le facteur le plus important  Il est impossible de prévoir comment évolueront les connaissances
    33. 33. Tout ce qui peut être inventé à déjà été inventé Charles H Duell Office des Brevets, 1899
    34. 34. 4. Caractéristiques des efforts de TC  La disponibilité des CIR n’est pas une condition suffisante  Lancaster  Les chercheurs et les utilisateurs appartiennent à des mondes différents  Les CIR doivent être transformées avant leur diffusion  Contacts personnels soutenus  Choisir une stratégie de transfert appropriée au contexte
    35. 35. 5. Caractéristiques des chercheurs et de leur milieu  Reconnaître la valeur du TC  Valoriser le TC  Inclure le TC dans les activités reconnues pour promotions  Financement dédié aux activités de TC  Offrir des ressources matérielles, techniques et logistiques aux chercheurs
    36. 36. Cartographie conceptuelle: Rappel des principales étapes de la procédure  Formulation de la question  « Les pratiques professionnelles dans les écoles seraient mieux nourries par la recherche si… »  Collecte des donnée  formulation des énoncés lors d’une séance de remue-méninges  cotation et classement des énoncés individuellement par les participants  Entrée des données, analyses statistiques et construction préliminaire de la carte
    37. 37. Cartographie conceptuelle: Étapes de la procédure (suite)  Seconde rencontre de groupe  Choix du nombre de grappes  Étiquette conceptuelle pour chacune  Production de la (des) carte(s) finale(s)  Proposition de modifications mineures aux grappes  Validation par les participants  Analyses complémentaires
    38. 38. RÉSULTATS
    39. 39. Ğ ŝ Ğ ĞŶĂ Ě ĐĂǁ ǁ ǁ ƋƵƉ ƌ ƌ͘ ͘ christian.dagenais@umontreal.ca
    40. 40. Les processus délibératifs
    41. 41. Définition  Un processus permettant à un groupe de recevoir et d’échanger de l’information et de faire l’examen critique d’un enjeu en vue d’éclairer la prise de décision (Gauvin, 2009)
    42. 42. Lomas et al., 2005  • Les données probantes sont essentiellement incertaines, dynamiques, complexes, contestables et rarement complètes  • Elles doivent être interprétées et complétées par des données «informelles» issues de l’expérience locale  • Les processus délibératifs offrent un moyen de combiner différents types de données de façon transparente et explicite
    43. 43. Deux approches délibératives Conciliation Public informé et engagé Prise en compte des idées, valeurs, preferences, besoins du public Transparence, légitimité et imputabilité des décisions Coproduction et co- interprétation de la recherche Gouvernance démocratique Application des connaissances issues de la recherche -Concertation -Croisement des savoirs -Prise de décisions éclairées
    44. 44. Processus Objectif -Identifier ou clarifier des enjeux -Formuler des énoncés de valeurs -Formuler des recommandations -Prendre une décision Quand les initier? Cela peut être à différentes étapes du processus de prise de décision ou du projet de recherche Qui y participe? Par ex.: experts, décideurs, groupes communautaires, citoyens, autres parties prenantes... Quel est le degré de contrôle des participants sur le processus de prise de décision? De la simple consultation, jusqu’au contrôle du processus de prise de décision
    45. 45. Peu de données probantes sur leur efficacité, mais…  Permettrait aux décideurs d'acquérir une meilleure compréhension des forces et des faiblesses des cas et peuvent mieux défendre leurs décisions  Le consensus entre les parties prenantes serait amélioré  Les parties prenantes seraient plus susceptibles d'accepter et d'appliquer les décisions s’ils y ont participé  Les biais dans la sélection des décideurs deviennent relativement évidents  Les données probantes hors contexte peuvent être réinterprétées dans des contextes pertinents
    46. 46. Compétences recherchées chez un courtier de connaissances 1. Expérience de recherche ou travail d’au - 5 ans avec des chercheurs 2. Capacité à utiliser logiciels de gestion de références bibliographiques 3. Excellentes capacités de communication orale et écrite 4. Capacité de juger de la qualité d’une information produite autant par des méthodes quantitatives que qualitatives 5. Capacité de lire et d’exploiter des articles en Anglais
    47. 47. https://prezi.com/exnbymgbxyd8/le-courtage-de-con

    ×