Atelier de formation
LE TRANSFERT DE CONNAISSANCES:
Favoriser des pratiques et des politiques
fondées sur la recherche
Cen...
www.equitesante.org
3
Ğ ŝ Ğ ĞŶĂ Ě ĐĂǁ ǁ ǁ ƋƵƉ ƌ ƌ͘ ͘
christian.dagenais@umontreal.ca
Équipe de recherche en partenariat sur
le transfert des connaissances
 Objet de recherche :
 le transfert des connaissan...
Plan du programme
 Partie I: Aspects théoriques
 Présentation des participants
 Introduction au transfert de connaissan...
Plan du programme (suite)
 Partie II: Stratégies, outils et activités de TC
 Préparer une note de recherche
 Préparer u...
8
INTRODUCTION AU TRANSFERT DE
CONNAISSANCES
Historique du transfert de connaissances
1593
9
Historique du transfert de connaissances
(suite)
1826
10
Historique du transfert de connaissances
(suite)
 Puis, trois grandes vagues …
 1920-1960
 Études de diffusion des inno...
Définitions : connaissances
 Des informations …
 Tacites
 Issues de la pratique.
 Explicites
 Issues de la recherche....
Définition : transfert de connaissances
14
Définition : transfert de connaissances
«Ensemble des efforts consentis pour contribuer
à faire connaître et reconnaître l...
Définition : transfert de connaissances (suite)
Processus interactif regroupant l’ensemble des
efforts qui mènent à l’util...
Deux niveaux de transfert de connaissances
 Transfert de proximité :
 Vise à transférer les connaissances auprès des
gro...
Les 3 principaux types d’utilisation
des connaissances
 Conceptuelle
o Menant à une nouvelle compréhension d’une
situatio...
Les 3 principaux types d’utilisation
des connaissances
Conceptuelle
20
Instrumentale
Persuasive
Les étapes du processus de transfert de
connaissances
21
Lemire N., Souffez, K., & Laurendeau, M.-C 2009
Deux étapes cruciales: l’adaptation et la
diffusion
1. Adaptation
 Rendre les connaissances compréhensibles
 Adapter le ...
Deux étapes: l’adaptation et la diffusion
(suite)
2. Diffusion
 Processus par lequel le produit de transfert est
communiq...
Modèles de transfert et d’utilisation
des connaissances
 Trois principaux modèles en transfert
de connaissances
 Modèle ...
Modèle « PUSH »
 Orienté vers la production et la diffusion de
connaissances
 Utilisateurs non impliqués dans la définit...
Modèle « PULL »
 Formulation d’une demande de recherche
pour résoudre un problème
 La recherche au service de l’utilisat...
Modèle « EXCHANGE »
 Interactif
 Échanges fréquents
 Peut aussi impliquer des acteurs
intermédiaires
27
CHERCHEURS
GROU...
« Evidence-based practitioner model »
 L’intervenant identifie par lui-même les derniers 
développements de la recherche
...
« Embedded model »
 La recherche influence indirectement les pratiques en 
intégrant les connaissances dans les politique...
« Organisation excellence model »
L’organisation
Est un lieu d’expérimentation locale, d’évaluation 
et de développement ...
Efficacité des modèles
 Les approches passives sont inefficaces pour 
changer les comportements
 Peuvent avoir un effet ...
EXERCICE
 Partagez en sous-groupe votre expérience 
en transfert de connaissances
 Quels modèles utilisez-vous 
le plus ...
Facteurs liés à l’utilisation 
des connaissances 
33
Facteurs liés à l’utilisation 
des connaissances 
 Caractéristiques des utilisateurs
 Caractéristiques organisationnelle...
EXERCICE
 En sous-groupe, identifiez les caractéristiques 
des utilisateurs, des organisations, des 
connaissances, des s...
Caractéristiques des utilisateurs
36
Caractéristiques organisationnelles
du milieu utilisateur
37
Caractéristiques des connaissances
38
Stratégies de transfert et de soutien
39
Caractéristiques du chercheur et de son 
milieu
40
Catégories de conditions qui favorisent 
l’utilisation de la recherche
1. Caractéristiques des utilisateurs Réceptivité et...
Catégories de conditions qui favorisent 
l’utilisation de la recherche (suite)
4. Stratégies de transfert et de
soutien
Do...
 Préparer note de recherche
43
Éléments-clé d’une note de recherche
 Rédigez de façon éducative et synthétisée: 
 Titre (formuler en question ou avec u...
Éléments-clé d’une note de recherche (bilan)
 Décrivez et prenez en considération le contexte
 Décrivez le problème
 Dé...
Éléments-clé d’une note de recherche (étude)
 Décrivez et prenez en considération le contexte
 Décrivez le problème
 Dé...
Exercice pratique en sous-groupe
1. Analyser une note de recherche distribué en 
séance :
 Le langage est-il adapté?
 L’...
Préparer un diaporama
Les principales erreurs à éviter quand on 
prépare un diaporama
48
TROP D’INFORMATION
TROP DE MOTS…
Qui mène nécessairement à…
Trop petits caractères
1. 6 OBJECTIFS:
1. Examiner l’utilisation des sources et des processus d’accès aux de connaissances...
Cette personne devrait pouvoir
lire
Sinon il faut redimensionner…
LISEZ DES LIVRES - PAS VOS DIAPOS !!
Remplacez les mots par des images!
Tenez compte de la capacité d’attention de votre
auditoire
Niemantsverdriet, 2000
Introduction Thèmes variés
Attentiondel’auditoire
Temps
Presentation “standard”
Présentation effica...
Et enfin…
RÉPÉTEZ!
Élaborer un diaporama
 Tentez de respecter la contrainte du 36 : 6
mots par ligne, et 6 lignes.
 Utilisez des mots clés ...
Exercice pratique en sous-groupe
 Élaborer un diaporama :
 Vous avez 5 minutes pour sensibiliser un philanthrope
afin qu...
Les éléments clé du courtage de
connaissances
67
Objectif du courtage de connaissances
 « Renforcer la prise de décision fondée sur les
données probantes et les meilleure...
Le courtier de connaissances en bref
 « … repère les résultats scientifiques
pertinents, les transforme dans un format
ad...
Compétences recherchées chez un courtier de
connaissances
1. Expérience de recherche ou travail d’au - 5 ans avec
des cher...
Projet 1: Le courtage des connaissances
pour favoriser les pratiques et la prise de
décision dans le district de Kaya
71
Décideurs: locaux, régionaux,
nationaux
Gestion de l’information
Liaison et transfert entre le
chercheurs et les utilisate...
Concrètement à partir d’une expérience avec
les mutuelles de santé
 Analyser les besoins des utilisateurs
 Repérer les r...
Évaluation du courtage de connaissances au
BF
 Quelques objectifs dont:
 Documenter la réalisation des activités
 Ident...
Quelques résultats
 Réalisation des activités et produits
 Quantité énorme de documents produits (rapports
synthèse, rap...
Quelques résultats (suite)
Quelques résultats (suite)
 Quelques limites au projet
 Insuffisance des rencontres et des contacts avec le
courtier
 N...
En bref…
 Forte appréciation du contenu des formations
offertes
 Le courtier assume son rôle au regard du cadre
logique
...
Pour en savoir plus:
 Dagenais et al. (2013). Développement et mise en oeuvre
d'une initiative de courtage de connaissanc...
Projet 2: Partage/diffusion des
connaissances à Dori
80
CIBLES DE 1er
NIVEAU
INTRANTS, ACTIVITES & EXTRANTS (outputs)
COALITION
IMPACTSEFFETS
(outcomes)
FACTEURS CONTEXTUELS MODI...
Objectifs de l’évaluation
1. Évaluer les processus de mise en œuvre de ce
volet
2. Renseigner le degré d’atteinte des effe...
Méthodologie (en bref)
 Revue documentaire
 Questionnaire (n = 50)
 Entrevues individuelles (n = 30)
 Deux entrevues d...
RÉSULTATS
Objectif 1:
Évaluer la mise en oeuvre
Résultats: mise en œuvre
 Mise en place d’une gamme variée et abondante
d’activités de diffusion/partage des résultats
 ...
Résultats mise en œuvre (suite)
 Persistance de certains mythes
 Nécessité de diffuser plus largement
 D’autres groupes...
RÉSULTATS
Objectif 2:
Évaluer les effets
Types d’utilisation de la recherche
88
 Conceptuelle
o Menant à une nouvelle compréhension d’une situation,
de faits, etc...
Les 3 principaux types d’utilisation
des connaissances
89
Conceptuelle
Instrumentale
Persuasive
Résultats: effets
 Les efforts mènent à tous les types
d’utilisation de la recherche
 Utilisation des résultats étendue ...
Tableau 3 : Types d’utilisation des connaissances par les différents groupes cibles
Type d’utilisation
Groupescibles
Instr...
Recommandations
Concernant les ateliers de restitution
 Former des groupes homogènes pour:
 ajuster le contenu aux diffé...
Recommandations (suite)
Concernant le format de diffusion:
 l’information doit impérativement être vulgarisée
 regrouper...
Recommandations (suite)
Concernant la dissémination de l’information :
 identifier les périodes propices à la transmissio...
Recommandations (suite)
Concernant la collaboration avec les partenaires:
 mettre en place un consortium d’ONG et de PTF
...
Pour en savoir plus:
 Dagenais, C. (2011). Évaluation externe du
volet partage/diffusion des connaissances et
plaidoyer (...
Les processus délibératifs
Définition
 Un processus permettant à un groupe de
recevoir et d’échanger de l’information et de
faire l’examen critique ...
Lomas et al., 2005
 • Les données probantes sont essentiellement
incertaines, dynamiques, complexes,
contestables et rare...
Deux approches délibératives
Conciliation
Public informé et engagé
Prise en compte des idées,
valeurs, preferences, besoin...
Processus
 Objectif
 -Identifier ou clarifier des enjeux
 -Formuler des énoncés de valeurs
 -Formuler des recommandati...
Peu de données probantes sur leur efficacité,
mais…
 Permettrait aux décideurs d'acquérir une meilleure
compréhension des...
Préparer une capsule vidéo
103
Préparer une capsule vidéo
Faire un vidéo soi-même, est-ce possible?
Trois logiciels intéressants
 http://topalternatives...
Élaborer un plan de transfert
Exercice : Élaborer un plan de transfert
 Choisissez une thématique de votre choix ou
celle-ci:
 Distribution de 8 milli...
Le plan de transfert: sept grandes questions
1. QUI? Groupes cibles
2. QUOI? Contenu à transférer
3. POURQUOI? Objectifs d...
Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz
Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz
Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz
Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz
Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz
Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz
Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz
Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz

1 061 vues

Publié le

Les 29 et 30 janvier dernier, Christian Dagenais, responsable de l’Équipe RENARD (http://www.equiperenard.ca), a animé une formation sur le transfert de connaissances au Centre Muraz (http://www.centre-muraz.bf/) à Bobo Dioulasso (Burkina Faso). Quatorze chercheurs en santé publique ont participé à la formation. Le contenu de cette formation a été développé par Christian Dagenais, Julie Lane et Télesphore D. Somé. Elle a été offerte dans le cadre des activités du programme de recherche « Équité santé », dirigé par Valéry Ridde.

Publié dans : Santé
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 061
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
241
Actions
Partages
0
Téléchargements
21
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • p. 17 guide INSPQ
    Caractéristiques du public pouvant être leur niveau de connaissances précédentes, leur contexte organisationnel, niveau décisionnel aussi.
    Christian va en parler plus en détails tout à l’heure, mais on cherche dans l’adaptation à développer un contenu dont le message véhiculé est clair, concis, cohérent et en lien avec les préoccupations des utilisateur. On veut que ce message s’articule autour d’idées plutôt que de données, de chiffres, de statistiques.
  • Communiqué…pendant une certaine période de temps à travers différents canaux de communications. (sites internet, revue, liste de distribution, bulletin d’information, etc.)
  • Introduction
    Plusieurs modèles ou approches soutiennent la notion de transfert.
    Modèle de transfert de connaissances : pour comprendre comment on passe de la recherche à l’utilisation des connaissances.
     Ils sont issus de différentes disciplines et présentent des points de vue différents.
    Ils doivent être pris en compte dans la réflexion entourant le transfert de connaissances parce que le modèle utilisé devrait l’être en fonction des groupes cibles et des objectifs poursuivis.
    Modèle d’utilisation des connaissances  : pour comprendre comment le groupe cible intègre les connaissances une fois qu'ils y ont accès.
    Modèle qui explique comment les connaissances sont utilisées
    Important de les connaitre pour voir que le processus qui mène l’utilisation peut se faire de façon très différente : Il ne suffit pas d’envoyer de la documentation pour être certain que le groupe cible va l’utiliser.
    Ces derniers modèles ont été développés pour permettre une meilleure compréhension inductive de ce qui se passe sur le terrain pour la promotion de l’utilisation de la recherche dans les soins psychosociaux (Walter et al., 2004).
     Cependant, le travail intersectoriel suggère que ces modèles sont aussi pertinents lorsqu’il est question de la promotion de l’utilisation de la recherche dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la justice.
     Le bref survol qui suit de ces modèles se concentre sur les prémisses inhérentes à chacun des modèles en ce qui à trait à ce que signifie l’utilisation de la recherche et aux meilleurs moyen d’y parvenir.
     
    La compréhension que l’on a de chacun des modèles va influencer l’objectif de transfert de connaissances mais aussi le choix des stratégies.
  • Modèle linéaire
    Modèle principalement orienté vers la production et diffusion de connaissances (knowledge driven theory).
    Ne tient pas compte du contexte des utilisateurs qui ne sont pas impliqués dans la définition du problème et sont considérés comme de simples consommateurs des résultats.
    Modèle qui semble avoir peu d’influence sur le changement de pratique
    Présuppose également que les utilisateurs potentiels s’intéresseront nécessairement aux résultats de recherches des différents chercheurs. (2.12)
    Dans certains cas et pour certains types de recherche, telle la recherche fondamentale, cette approche peut répondre adéquatement aux besoins des acteurs concernés. (2.12) EX : recherche en biomédicale - prescription de nouveaux médicaments s’appliquent à du push
    Dans d’autres circonstances, cette approche présente certains désavantages : elle assigne un rôle plutôt passif aux utilisateurs, elle ne tient pas compte de leurs préoccupations, ni des différents contextes et environnements dans lesquels ils évoluent et elle escamote leur savoir professionnel et expérientiel. (2.12)
    Exemples de situations ou le modèle « push » est utilisé
    Revue systématique de connaissances diffusées sur le WEB – parce que pas d’échange… ni du pull.
    Bilan de connaissances sur le WEB
    Certains guides de pratique … ex : en médecine – MTPPES – aux BC – on parle de push parce que les BC n’ont rien demandé.
  • Associé au modèle de résolution de problème
    Dans le «demand pull model» (problem solving model pour DENIS et al., 2003) c’est l’utilisateur qui formule une demande de recherche pour solutionner un problème (WEISS 1980). Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, vol. 39, n° 3, 2006 (Dagenais – 1 -70)
    L’initiative appartient à l’utilisateur qui identifie le problème et le communique;
    Les utilisateurs sont impliqués dès le début (acétate 8 / présentation PP/ colloque / Diane)
    La recherche se trouve au service de l’utilisateur.
    Exemple: une synthèse systématique peut être commandée pour voir où en est la question;
    SIAA qui cherche à identifier les pratiques prometteuses pour l’intervention en milieu défavorisé.
    Selon cette perspective, l’utilisation des résultats de recherche serait accrue lorsqu’elle apporte des réponses concrètes aux questions des utilisateurs. (LANDRY et Al., 2001).
    Nuance : Les études montrent cependant que ce n’est pas toujours le cas et que les résultats sont peu utilisés lorsqu’ils ne vont pas dans le sens attendu par les utilisateurs (LANDRY et Al., 2001).
    Modèle Pull peut découler de l’utilisation de la recherche déjà réalisé.
    Exemples de situations ou le modèle « pull » est utilisé
    MTPPES 1 – qui repose sur une étude de besoin (dépend de la stratégie)
    Centre jeunesse de Montréal : service d’adoption. Responsables demandent au chercheur d’étudier le processus de demande d’adoption. Chercheurs ont fourni l’info à partir de ce qui existait. Utilisation stratégique de l’information.
  • Le processus d’échanges entre chercheurs et utilisateurs prend de l’importance, en particulier au niveau de l’identification des besoins et de la prise en compte des préoccupations des futurs utilisateurs. (4-11)
    Selon ce mode d’interaction, les utilisateurs jouent un rôle actif en contribuant à une ou plusieurs étapes de la recherche : formulation de la question de départ, validation des outils de cueillette de données, interprétation, validation et diffusion des résultats, etc. On parle alors de recherche collaborative. (2.13)
    Les approches axées sur l’interaction sociale prennent en compte la complexité des organisations ainsi que les principaux enjeux de l’utilisation des connaissances et misent sur l’interaction continue entre les différents groupes d’acteurs concernés par une problématique afin de réduire l’écart entre le monde de la recherche et celui de la pratique. (2.14)
    L’échange est central et le transfert s’organise à travers une multitude d’acteurs intermédiaires tels que des courtiers de connaissances, des agents de liaison, des professionnels ou des gestionnaires. (2.14)
    Dans cette perspective, les enjeux du transfert de connaissances ne se situent plus seulement au niveau des contenus, mais également au niveau des systèmes sociaux (organisationnels et sociopolitiques) qui génèrent et utilisent la connaissance ainsi qu’au niveau des interactions entre les systèmes, d’où la notion de réseau comme soutien à la production et au transfert des connaissances. (2.14)
    Le modèle « exchange » peut ne pas être réalisable (dans toute sa splendeur) dans le cas de transfert étendu.
    La recherche empirique parle de ce modèle comme étant le plus prometteur considérant que peu de données sont disponibles sur l’efficacité des différents modèles
     
    Exemples de situations ou le modèle « exchange» est utilisé
     
    Équipes de recherche en partenariat (financé par FQRSC depuis automne 1992)
    ARUC – Alliance de recherche universités – communautés
    En équipe
    Choisissez un projet de transfert que vous connaissez.
    À quel modèle associez-vous le processus de transfert de connaissances qui soutenait la diffusion de ce projet ?
    Partagez vos exemples avec le groupe.
  • Evidence-based practitioner model ou quand l’intervenant base sa pratique sur des données probantes (ou sur les connaissances issues de la recherche)!
     
    Le modèle «research based practionner» prend pour acquis que c’est le rôle et la responsabilité de l’intervenant d’identifier les derniers développements de la recherche et de s’en tenir informé afin de pouvoir ensuite la mettre en application.
     L’utilisation de la recherche est perçue, dans ce modèle, comme un processus linéaire qui implique d’accéder aux connaissances issues de la recherche, de juger de leur qualité et de les appliquer principalement de manière instrumentale.
     La formation continue est vue comme un facteur permettant l’utilisation des connaissances, soutenu par l’accès aux connaissances (généralement grâce à des bases de données).
     L’idée est de permettre aux intervenants d’accéder à des connaissances issues de recherches de qualité et de développer la capacité de ces intervenants à émettre un jugement critique sur ces connaissances.
     Dans le cadre de ce modèle, les intervenants sont perçus comment ayant une grande autonomie professionnelle, ce qui leur permet de changer leur pratique à la lumière de leur compréhension des connaissances issues de la recherche. (13 -15)
    Q: quelles sont, à votre avis, les forces et les limites de ce modèle ?
    Notes complémentaires:
    Le «research-based practionner» est souvent le modèle associé par défaut aux pratiques basées sur les connaissances issues de la recherche. Toutefois, il est reconnu que ce modèle a des limites. Les intervenants manquent souvent de temps pour accéder à la recherche et n’ont pas toujours l’autonomie nécessaire pour changer leurs pratiques en fonction des connaissances issues de la recherche, même s’ils sont convaincus de la pertinence de le faire.
    EX: les psychologues doivent mettre à jour leurs pratiques en tenant compte des connaissances issues de la recherche- intégré dans la charte de l’Ordre des psychologues.
  • EMBEDDED MODEL ou quand les connaissances sont incorporer ou intégrer aux politiques, procédures ou outils d’intervention!
    Dans le «embedded model», le centre d’intérêt n’est pas l’intervenant en tant qu’individu puisqu’on considère qu’il s’engage rarement face aux connaissances issues de la recherche. C’est plutôt la recherche qui influence les pratiques indirectement ; elle s’intègre dans des systèmes, des processus et des standards (par exemple des structures d’inspection, des politiques locales ou nationales, des procédures et des outils).
     Une telle intégration se produit via une transformation des connaissances issues de la recherche en pratiques par les acteurs au niveau des politiques locales et nationales et dans des rôles de gestions. Ainsi, aucune interaction directe n’a lieu entre le milieu de la recherche et les intervenants ; les connaissances issues de la recherche sont transmises aux intervenants par des intermédiaires.
     L’utilisation de la recherche, dans ce modèle, est conçue comme instrumentale et issue d’un processus linéaire.
     Cette utilisation dépend d’une large adoption des recommandations, outils et protocoles basés sur les connaissances issues de la recherche et un suivi régulier est utilisé pour l’encourager de manière coercitive ou non. (13 -15)
    Ex: la décision d’implanter le GED dans certains centres jeunesse du Québec provient des gestionnaires. Obligations d’utilisation d’un outil et de formations pour les intervenants.
  • Organisation excellence model ou quand les organisations sont « apprenantes »!
    Dans le modèle «organizational excellence», la clé pour mener à des pratiques basées sur les connaissances issues de la recherche se situe au niveau des organisations de services, plus spécifiquement leur leadership, leur gestion, leur structure organisationnelle et leur culture.
    Dans ce modèle, les organisations sont considérées comme n’étant pas exclusivement des canaux pour permettre à la recherche externe d’avoir un impact sur les pratiques. Elles sont aussi un lieu d’expérimentation locale, d’évaluation et de développement de pratiques basées sur les connaissances issues de la recherche. Cela s’effectue plus aisément lorsque ces organisations travaillent en collaboration avec des universités et d’autres structures de recherche.
    Ce modèle est probablement le moins développé en termes d’exemples concrets, bien que des modèles de recherche collaborative soient en développement au Royaume-Uni. (13 -15)
     Ce modèle met l’emphase sur l’importance des stratégies locales d’apprentissage et de formation continue se basant aussi bien sur les connaissances issues de la recherche que sur l’expérimentation locale. Ce qui importe vraiment dans ce modèle est la culture apprenante et de réflexivité dans les organisations, de pair avec une volonté de changement.
    Ex : la recherche partenariale
    Conclusion à ce module : p.36 du guide du formateur
  • Similar to the findings from the original overview (Bero et al., 1998), Grimshaw et al. (2001) found that, in general, passive approaches are ineffective and unlikely to result in behavior change (although they could be useful in raising awareness). Also, as previously reported, multifaceted interventions that targeted several barriers to change are more likely to be effective than single interventions. Specifically, the interventions of variable effectiveness included audit and feedback and use of local opinion leaders, whereas the interventions that were generally effective included educational outreach and reminders. However, most of the interventions were effective under some circumstances, and none were effective under all circumstances.
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • Notes personnelles:
  • JE SUIS PAS SUR QUE TOUTES LES NOTES DOIVENT SUIVRE CE PLAN ???
    POURQUOI PARLER DU 1 3 25 ALORS QUE L’ON PARLE ICI DE NOTE, DONC PAS 25 PAGES POUR UNE NOTE !
    CD: je suis d’accord avec le 1,3, 25
  • JE SUIS PAS SUR QUE TOUTES LES NOTES DOIVENT SUIVRE CE PLAN ???
    POURQUOI PARLER DU 1 3 25 ALORS QUE L’ON PARLE ICI DE NOTE, DONC PAS 25 PAGES POUR UNE NOTE !
    CD: je suis d’accord avec le 1,3, 25
  • VOUS POUVEZ AUSSI DONNER DES PPT MAL FAIT A CRITIQUER’
    Je préciserais le n de diapos à préparer
  • « Le courtier de connaissances donne du sens aux multiples informations qu’il est appelé à fournir, pour que la prise de décision soit facilitée. »
  • Notes personnelles:
  • Tu peux réduire cette diapo, ou ne mentionner dans la présentation que le plus important, soit: 5 et 6. Peut-être aussi ajouter la capacité de lire des articles en anglais
  • Notes personnelles:
  • 1) évaluer les processus de mise en œuvre du volet Partage/diffusion des connaissances et plaidoyer (A4) ; 2) documenter le degré d’atteinte des effets visés par ce volet et 3) analyser la logique d’intervention préconisée
  • De l’acétate précédente découle 3 types d’utilisation des connaissances :
    Utilisation conceptuelle :
    Lorsque les connaissances fournissent de nouvelles idées, de nouvelles théories ou de nouvelles hypothèses menant à une compréhension nouvelle d'une situation ou de faits, sans mener à la prise de décision ou d'action. (36- 336)
    Pour changer les niveaux de connaissances, la compréhension et les attitudes
    EX : bilan de connaissances, accroche porte sur le bébé secoué, dans le but de sensibiliser les parents, etc.
    Utilisation instrumentale :
    Lorsque les connaissances contribuent à la prise de décision ou d'action de la part des décideurs ou des intervenants. (36- 336)
    Plusieurs auteurs considèrent que la prise de décision est instrumentale
    Utilisation déterminante des connaissances pour changer un comportement ou une pratique EX : napperons qui proposent des exercices à réaliser, la formation GED, etc.
     Utilisation persuasive (stratégique ou symbolique) :
    Lorsque des intervenants ou des décideurs utilisent les connaissances afin de justifier des actions ou des décisions déjà prises. (36- 336)
    Persuasive : terme qui semble émerger terme pas utilise avant 2008.
    Utilisation des connaissances comme munitions dans la quête d'un pouvoir ou d'un profit EX : rapport commandé par les gouvernements pour soutenir les projets de lois et leurs décisions
  • De l’acétate précédente découle 3 types d’utilisation des connaissances :
    Utilisation conceptuelle :
    Lorsque les connaissances fournissent de nouvelles idées, de nouvelles théories ou de nouvelles hypothèses menant à une compréhension nouvelle d'une situation ou de faits, sans mener à la prise de décision ou d'action. (36- 336)
    Pour changer les niveaux de connaissances, la compréhension et les attitudes
    EX : bilan de connaissances, accroche porte sur le bébé secoué, dans le but de sensibiliser les parents, etc.
    Utilisation instrumentale :
    Lorsque les connaissances contribuent à la prise de décision ou d'action de la part des décideurs ou des intervenants. (36- 336)
    Plusieurs auteurs considèrent que la prise de décision est instrumentale
    Utilisation déterminante des connaissances pour changer un comportement ou une pratique EX : napperons qui proposent des exercices à réaliser, la formation GED, etc.
     Utilisation persuasive (stratégique ou symbolique) :
    Lorsque des intervenants ou des décideurs utilisent les connaissances afin de justifier des actions ou des décisions déjà prises. (36- 336)
    Persuasive : terme qui semble émerger terme pas utilise avant 2008.
    Utilisation des connaissances comme munitions dans la quête d'un pouvoir ou d'un profit EX : rapport commandé par les gouvernements pour soutenir les projets de lois et leurs décisions
    Vérifier si les participants ont d’autres exemples concrets en liens avec chacune des formes d’utilisation des connaissances.
  • «Others have emphasised the open participatory nature of a deliberative process as a more fundamental means by which the public can influence the generation of data and the derivation of the policy options as well as discussing acceptable decisions, thus taking account of public as well as expert knowledge» (Petts, 2004).
  • « The most important thing is problem definition—understanding what the issues are and understanding what the stakeholders see as what the issues are. Very often the understanding of the stakeholders and the appreciation of the technical people are quite at variance because they are coming at it from quite different mindsets.» (Scientific expert, private consultant.)
     
    «The other thing within a deliberative process of course is two-way communication. You’re not just putting it out there to some blanket generalised audience. You have a specific audience who feedback and ask you questions, and you need to respond to that and clarify, which can get a bit tricky.» (Participatory process expert, academic research)
  • SIX grandes questions ou composantes doivent être prises en compte la planification du transfert de connaissances. Ces grandes questions sont les suivantes :
     
    POUR QUI souhaitons-nous réaliser des activités de transfert de connaissances ? La clientèle ciblée par les activités de transfert de connaissances
    POURQUOI souhaitons-nous réaliser ces activités de transfert de connaissances ?Quelles utilisations du transfert de connaissances visons-nous?Les objectifs du transfert
    QUE (QUOI) souhaitons-nous transférer ?Le contenu à transférer
    COMMENT nous y prendrons-nous pour transférer les connaissances ?Les stratégies de transfert
    PAR QUI seront réalisées les activités de transfert de connaissances ?Les rôles et responsabilités des différents acteurs engagés dans le processus de transfert de connaissances
    COMBIEN de ressources financières, humaines et matérielles seront nécessaires à la réalisation des activités de transfert de connaissances ?Les ressources nécessaires.
    Toutes ces grandes questions sont soutenues par des pistes de réflexion (voir la fiche: Pistes de réflexion).
    Exercice en équipe :
  • Formation sur le Transfert de connaissances - Centre Muraz

    1. 1. Atelier de formation LE TRANSFERT DE CONNAISSANCES: Favoriser des pratiques et des politiques fondées sur la recherche Centre Muraz, 29-30 janvier 2015 Christian Dagenais Julie Lane Télesphore Donmozoun Somé
    2. 2. www.equitesante.org
    3. 3. 3
    4. 4. Ğ ŝ Ğ ĞŶĂ Ě ĐĂǁ ǁ ǁ ƋƵƉ ƌ ƌ͘ ͘ christian.dagenais@umontreal.ca
    5. 5. Équipe de recherche en partenariat sur le transfert des connaissances  Objet de recherche :  le transfert des connaissances, appliqué au champ des interventions sociales  dans un premier temps en éducation et en santé communautaire  Principaux axes de recherche:  les effets du TC, directs et indirects  les processus par lesquels ces effets sont produits  développements méthodologiques
    6. 6. Plan du programme  Partie I: Aspects théoriques  Présentation des participants  Introduction au transfert de connaissances: historique, définitions, modèles  Facteurs qui influencent l’utilisation de la recherche 6
    7. 7. Plan du programme (suite)  Partie II: Stratégies, outils et activités de TC  Préparer une note de recherche  Préparer un diaporama  Courtage de connaissances  Processus délibératifs  Capsules vidéo  Plan de transfert 7
    8. 8. 8 INTRODUCTION AU TRANSFERT DE CONNAISSANCES
    9. 9. Historique du transfert de connaissances 1593 9
    10. 10. Historique du transfert de connaissances (suite) 1826 10
    11. 11. Historique du transfert de connaissances (suite)  Puis, trois grandes vagues …  1920-1960  Études de diffusion des innovations agricoles.  De plus en plus d’attention portée à la production, la diffusion et l’application des connaissances.  1960-1990  Adoption d'innovations technologiques par des organisations.  1990 …  Croissance impressionnante des efforts pour rendre les connaissances plus accessibles. 11
    12. 12. Définitions : connaissances  Des informations …  Tacites  Issues de la pratique.  Explicites  Issues de la recherche.  Analysées. 12 12
    13. 13. Définition : transfert de connaissances 14
    14. 14. Définition : transfert de connaissances «Ensemble des efforts consentis pour contribuer à faire connaître et reconnaître les activités et les résultats de recherche […] en vue de leur utilisation par les milieux de pratique, les décideurs et le grand public, que la démarche soit interactive ou non.» (FQRSC, 2011, p. 9) 15
    15. 15. Définition : transfert de connaissances (suite) Processus interactif regroupant l’ensemble des efforts qui mènent à l’utilisation maximale des connaissances issues de la recherche scientifique 16 Transfert de proximité Transfert étendu Deux niveaux
    16. 16. Deux niveaux de transfert de connaissances  Transfert de proximité :  Vise à transférer les connaissances auprès des groupes ciblés par la recherche.  Transfert étendu :  Vise à transférer les connaissances auprès d’autres groupes susceptibles de les utiliser. 17
    17. 17. Les 3 principaux types d’utilisation des connaissances  Conceptuelle o Menant à une nouvelle compréhension d’une situation , de faits, etc.  Instrumentale o Menant à la prise de décision ou d'action de la part des décideurs ou des intervenants.  Persuasive o Utilisées comme arguments pour soutenir des lois, des décisions, etc. 19
    18. 18. Les 3 principaux types d’utilisation des connaissances Conceptuelle 20 Instrumentale Persuasive
    19. 19. Les étapes du processus de transfert de connaissances 21 Lemire N., Souffez, K., & Laurendeau, M.-C 2009
    20. 20. Deux étapes cruciales: l’adaptation et la diffusion 1. Adaptation  Rendre les connaissances compréhensibles  Adapter le format et le langage  Public cible  Ses caractéristiques  Ses préoccupations  Identifier des pistes pour l’action
    21. 21. Deux étapes: l’adaptation et la diffusion (suite) 2. Diffusion  Processus par lequel le produit de transfert est communiqué  Vise à rendre les connaissances accessibles  Choisir entre une large diffusion ou une diffusion plus personnalisé  Stratégies de diffusion linéaires VS interactives
    22. 22. Modèles de transfert et d’utilisation des connaissances  Trois principaux modèles en transfert de connaissances  Modèle « push »  Modèle « pull »  Modèle « exchange »  Trois modèles d’utilisation des connaissances par les établissements de services  Evidence-based practitioner model  Embedded model  Organisation excellence model 24
    23. 23. Modèle « PUSH »  Orienté vers la production et la diffusion de connaissances  Utilisateurs non impliqués dans la définition du problème  Reconnu pour avoir peu d’influence sur les changements de pratiques 25 CHERCHEURS GROUPES CIBLES
    24. 24. Modèle « PULL »  Formulation d’une demande de recherche pour résoudre un problème  La recherche au service de l’utilisateur.  Apport de réponses concrètes aux questions des utilisateurs  Augmentation des chances d’utilisation 26 CHERCHEURS GROUPES CIBLES
    25. 25. Modèle « EXCHANGE »  Interactif  Échanges fréquents  Peut aussi impliquer des acteurs intermédiaires 27 CHERCHEURS GROUPES CIBLES
    26. 26. « Evidence-based practitioner model »  L’intervenant identifie par lui-même les derniers  développements de la recherche  Juge de la qualité des connaissances   Change sa pratique à la lumière de sa compréhension  des connaissances    L’utilisation des connaissances dépend   De l’intérêt de l’intervenant pour la recherche  De son initiative et de son autonomie professionnelle  De son jugement 28
    27. 27. « Embedded model »  La recherche influence indirectement les pratiques en  intégrant les connaissances dans les politiques, les  procédures et les outils  L’utilisation des connaissances dépend :  De l’adoption des recommandations et des outils par les organisations et les intervenants  Du suivi qui soutient leur adoption (de manière coercitive ou non) 29
    28. 28. « Organisation excellence model » L’organisation Est un lieu d’expérimentation locale, d’évaluation  et de développement de nouvelles pratiques Travaille en collaboration avec les universités et autres structures de  recherche L’utilisation des connaissances dépend : Du leadership de l’organisation De sa structure organisationnelle De sa culture De sa volonté de changement 30
    29. 29. Efficacité des modèles  Les approches passives sont inefficaces pour  changer les comportements  Peuvent avoir un effet sur les attitudes  Les stratégies qui combinent plusieurs outils,  activités afin de rejoindre, de la façon la plus  appropriée, les différents publics cibles sont  les plus efficaces
    30. 30. EXERCICE  Partagez en sous-groupe votre expérience  en transfert de connaissances  Quels modèles utilisez-vous  le plus fréquemment dans votre milieu ?   32
    31. 31. Facteurs liés à l’utilisation  des connaissances  33
    32. 32. Facteurs liés à l’utilisation  des connaissances   Caractéristiques des utilisateurs  Caractéristiques organisationnelles  du milieu utilisateur  Caractéristiques des connaissances  Caractéristiques des stratégies de transfert et  de soutien  Caractéristiques du chercheur et de son milieu 34
    33. 33. EXERCICE  En sous-groupe, identifiez les caractéristiques  des utilisateurs, des organisations, des  connaissances, des stratégies et des  chercheurs qui favorisent ou entravent  l’utilisation des connaissances (un facteur par  sous-groupe) 35
    34. 34. Caractéristiques des utilisateurs 36
    35. 35. Caractéristiques organisationnelles du milieu utilisateur 37
    36. 36. Caractéristiques des connaissances 38
    37. 37. Stratégies de transfert et de soutien 39
    38. 38. Caractéristiques du chercheur et de son  milieu 40
    39. 39. Catégories de conditions qui favorisent  l’utilisation de la recherche 1. Caractéristiques des utilisateurs Réceptivité et attitude positive face à la recherche Utilité perçue de la recherche Expertise par rapport aux connaissances issues de la recherche 2. Contexte organisationnel Culture organisationnelle valorisant la recherche Niveau implication de l’organisation dans le processus de transfert Leadership fort de la direction Consensus concernant la nature des besoins en matière de connaissances Vision commune et partagée des résultats à atteindre Ressources dédiées pour les activités de TC 3. Caractéristiques des connaissances Adéquation avec les valeurs et les besoins des utilisateurs Applicabilité Niveau de participation des utilisateurs à la production des connaissances Accessibilité des informations Délais de production appropriés
    40. 40. Catégories de conditions qui favorisent  l’utilisation de la recherche (suite) 4. Stratégies de transfert et de soutien Doivent tenir compte des caractéristiques des groupes cibles et de leurs besoins Doivent être basées sur une relation de confiance avec les utilisateurs Mécanismes d’échange (formels et informels) Langage commun Activités menées au moment opportun Adaptation du format des connaissances Accompagnement et suivi régulier (mesure systématique des progrès) 5. Caractéristiques des chercheurs et de leur milieu Attitude des chercheurs envers la collaboration Habiletés des chercheurs à adapter les connaissances (ou à s’entourer de gens pour le faire) Crédibilité des chercheurs aux yeux des utilisateurs Capacité du chercheur à entrer en relation Financement dédié aux activités de TC Reconnaissance de la valeur des activités de TC par l’institution universitaire
    41. 41.  Préparer note de recherche 43
    42. 42. Éléments-clé d’une note de recherche  Rédigez de façon éducative et synthétisée:   Titre (formuler en question ou avec un verbe d’action)  1 page synthèse qui expose les principaux messages (le problème, les options possibles, les considérations liées à l’implantation)  3 pages de résumé plus détaillé  25 pages de rapport détaillé 44 Adaptation de : Young and Quinn (2010), Canadian Health Services Research Foundation (2001)
    43. 43. Éléments-clé d’une note de recherche (bilan)  Décrivez et prenez en considération le contexte  Décrivez le problème  Décrivez les options possibles en cernant les  coûts et conséquences de chacune  Décrivez les barrières et les conditions  facilitantes liées à la future implantation des  options retenues  Proposez des pistes d’action 45 Adaptation de : Young and Quinn (2010), Canadian Health Services Research Foundation (2001)
    44. 44. Éléments-clé d’une note de recherche (étude)  Décrivez et prenez en considération le contexte  Décrivez le problème  Décrivez les options possibles en cernant les coûts et  conséquences de chacune  … et s’il s’agit d’une note sur une seule étude, présentez  les principaux résultats  Décrivez les barrières et les conditions facilitantes liées à  la future implantation des options retenues  Proposez des pistes d’action  2-4 pages 46 Adaptation de : Young and Quinn (2010), Canadian Health Services Research Foundation (2001)
    45. 45. Exercice pratique en sous-groupe 1. Analyser une note de recherche distribué en  séance :  Le langage est-il adapté?  L’information est-elle suffisante?  Y a-t-il des informations moins pertinentes  Que faudrait-il faire pour améliorer cette note? 1. Retour- présentation des analyses 47
    46. 46. Préparer un diaporama Les principales erreurs à éviter quand on  prépare un diaporama 48
    47. 47. TROP D’INFORMATION
    48. 48. TROP DE MOTS…
    49. 49. Qui mène nécessairement à…
    50. 50. Trop petits caractères 1. 6 OBJECTIFS: 1. Examiner l’utilisation des sources et des processus d’accès aux de connaissances issues de la recherche (CIR) 2. Identifier les types de connaissances utilisées par les intervenants scolaires et leurs critères de qualité 3. Documenter les motifs d’utilisation des CIR 4. Déterminer les conditions qui facilitent ou entravent l’utilisation 5. Développer et adapter, pour le domaine de l’éducation, un modèle d’utilisation des CIR 6. Transférer les résultats 2. 4 ÉTUDES: 1. Développement et validation d’un questionnaire sur l’utilisation des CIR 2. Analyse des processus d’utilisation du point de vue des intervenants scolaires 3. Analyse des conditions d’utilisation du point de vue des instances de soutien 4. Développement et validation d’un modèle d’utilisation des connaissances chez les enseignants du secondaire 3. 4 facteurs : 1. Opinion sur les informations issues de la recherche 2. Expertise individuelle 3. Contexte organisationnel 4. Stratégies de soutien 5. Neuf stratégies de soutien 6. Convaincre le milieu de la pertinence 7. Lier les CIR aux besoins des écoles 8. Focaliser sur les relations interpersonnelles 9. Accessibilité du vocabulaire et physique 10. Modification du format de diffusion des CIR 11. Déterminer le moment propice 12. Plans de réussite 13. Évaluer les moyens 14. Offrir soutien et suivi
    51. 51. Cette personne devrait pouvoir lire Sinon il faut redimensionner…
    52. 52. LISEZ DES LIVRES - PAS VOS DIAPOS !!
    53. 53. Remplacez les mots par des images!
    54. 54. Tenez compte de la capacité d’attention de votre auditoire
    55. 55. Niemantsverdriet, 2000 Introduction Thèmes variés Attentiondel’auditoire Temps Presentation “standard” Présentation efficace
    56. 56. Et enfin… RÉPÉTEZ!
    57. 57. Élaborer un diaporama  Tentez de respecter la contrainte du 36 : 6 mots par ligne, et 6 lignes.  Utilisez des mots clés et non des phrases complètes.  Utilisez une grosseur lisible de caractères :  23-44 pour titres;  18-28 pour texte.  Utilisez une ou deux polices « sans serif ».  Visez la cohérence et la parcimonie. 65
    58. 58. Exercice pratique en sous-groupe  Élaborer un diaporama :  Vous avez 5 minutes pour sensibiliser un philanthrope afin qu’il subventionne la mise en œuvre de certaines actions en lien avec la note que vous avez analysée précédemment.  Élaborez un diaporama qui vous servira lors de cette présentation. Vous devez utiliser le contenu préparé sur la « note de politique ».  Retour- présentation de chacun des diaporamas 66
    59. 59. Les éléments clé du courtage de connaissances 67
    60. 60. Objectif du courtage de connaissances  « Renforcer la prise de décision fondée sur les données probantes et les meilleures pratiques dans l’organisation, la gestion et la prestation des services de santé »  « Le courtier de connaissances donne du sens aux multiples informations qu’il est appelé à fournir, pour que la prise de décision soit facilitée. » 68
    61. 61. Le courtier de connaissances en bref  « … repère les résultats scientifiques pertinents, les transforme dans un format adapté et les transfère vers les milieux utilisateurs. »  « un intermédiaire entre les chercheurs et les utilisateurs de la recherche et met à profit une gamme variée de stratégies » 69
    62. 62. Compétences recherchées chez un courtier de connaissances 1. Expérience de recherche ou travail d’au - 5 ans avec des chercheurs 2. Capacité à utiliser logiciels de gestion de références bibliographiques 3. Excellentes capacités de communication orale et écrite 4. Capacité de juger de la qualité d’une information produite autant par des méthodes quantitatives que qualitatives 5. Capacité de lire et d’exploiter des articles en Anglais
    63. 63. Projet 1: Le courtage des connaissances pour favoriser les pratiques et la prise de décision dans le district de Kaya 71
    64. 64. Décideurs: locaux, régionaux, nationaux Gestion de l’information Liaison et transfert entre le chercheurs et les utilisateurs ChercheursIdentification des réseaux de diffusion Intervenants Préparation de matériel pour diffusion (résumé synthèse, PPT, etc.) Activités de courtage Identification des besoins des utilisateurs
    65. 65. Concrètement à partir d’une expérience avec les mutuelles de santé  Analyser les besoins des utilisateurs  Repérer les résultats scientifiques pertinents  Transformer dans un format adapté  Transférer vers les milieux utilisateurs  Accompagner pour le changement 73
    66. 66. Évaluation du courtage de connaissances au BF  Quelques objectifs dont:  Documenter la réalisation des activités  Identifier des indicateurs de tendance des effets  Quelques méthodes dont:  Mesure de l’implantation des activités via analyse documentaire  Entrevues semi-structurées  Analyse de l’agenda du courtier
    67. 67. Quelques résultats  Réalisation des activités et produits  Quantité énorme de documents produits (rapports synthèse, rapports d’activités, etc.)  Deux ateliers délibératifs  Au moins 50 personnes touchées par les activités de courtage (MS, DRS, DS, Action sociale, autorités locales, ONG, MDS, etc)
    68. 68. Quelques résultats (suite)
    69. 69. Quelques résultats (suite)  Quelques limites au projet  Insuffisance des rencontres et des contacts avec le courtier  Niveau de langage  Principales forces du projet  Activités réalisées répondant à un besoin exprimé  Compétences du courtier, des conférenciers  Polyvalence du courtier  Forte participation aux activités (sans per diem)
    70. 70. En bref…  Forte appréciation du contenu des formations offertes  Le courtier assume son rôle au regard du cadre logique  Rôle du courtier jugé important et utile par les participants  Accompagnement du courtier est une activité indispensable  Etendre le rôle du courtier à l’accompagnement pour le changement
    71. 71. Pour en savoir plus:  Dagenais et al. (2013). Développement et mise en oeuvre d'une initiative de courtage de connaissances pour promouvoir l'utilisation de la recherche et améliorer l'accès aux soins de santé au Burkina Faso  Dagenais, C., Some, T., Boileau-Falardeau, M.,McSween- Cadieux,E.& Ridde,V. (2015). Collaborative development and implementation of a knowledge brokering program to promote research use in Burkina Faso, West Africa. Glob Health Action,8: 26004 - http://dx.doi.org/10.3402/gha.v8.26004 79
    72. 72. Projet 2: Partage/diffusion des connaissances à Dori 80
    73. 73. CIBLES DE 1er NIVEAU INTRANTS, ACTIVITES & EXTRANTS (outputs) COALITION IMPACTSEFFETS (outcomes) FACTEURS CONTEXTUELS MODIFIANTS : leadership des responsables ONG (ACF, AE-C, CRB/CRBF, HELP et Tdh), implication des DRS et des MCD, intérêt de la DGS, financements/pérennité des projets d’exemption en cours, consensus international, volonté politique, valeurs sociales… utilisation des services (fréquence, rapidité, etc.) dépenses catastrophiques -rationalisation prescriptions médicaments. ess. génériq. -Renforcement des comités de gestion (COGES) -leçons tirées de la mise en œuvre (pertinence, information, remboursement, contrôle, etc.) -coûts directs et indirects -critères et processus identification des indigents UTILISATEURS CIBLES DE 2ème NIVEAU Partenaires ECHO (ONGI)  GT Exemption de p. de SS Augmentation des projets de recherche sur la subvention Comité interministériel de prise en charge des indigents Comité interministériel de prise en charge des indigents RAME/HELP (ONGN) Convention Séminaire DRS/MCD UdeM/HELP (Recherche) Partenariat scientifique Communications au ministère de la santé (conférence DRS/MCD, etc.) Atelier national sur la subvention du paiement Rapport plaidoyer Communications scientifiques (revues nat./int., JS Nouna) MCD/DRS Ministère de la santé (DGS, DEP, DSF, etc.) Organisations de la société civile (ONGN & secteur privé) Responsables politiques Responsables politiques ONG internationales Organisations internationales & coopérations Organisations internationales & coopérationsCOMMUNAUTE SCIENTIFIQUE DRS/MCD (OG) Alliance PRODUCTION DE CONNAISSANCES Atelier national sur la prise en charge des indigents PARTAGE & DIFFUSION DES CONNAISSANCES 4 Policy Briefs (interventions favorables à l’équité d’accès)  connaissances des responsables santé (OG, ONG, etc.) Références aux résultats de recherche par les scientifiques Intégration de la subvention des soins pour les populations vulnérables dans le PNDS 2011/2020 avec allocation de ressources du budget national MEDIA  activités d’évaluation dans les projets financés par ECHO Intégration de stratégies favorisant l’accessibilité financière dans les plans actions des Districts Sanitaires  activités d’exemption dans les projets financés par ECHO Commissions d’élaboration du PNDS 2011/2020 Commissions d’élaboration du PNDS 2011/2020 Amélioration du projet HELP de subvention Diffusion média des résultats de recherche Définition d’une stratégie nationale de prise en charge des indigents (avec critères, processus d’identification et modalités de financement) Mobilisation de financements internationaux au profit de la subvention nationale DECIDEURS Communauté scientifique Communauté scientifique Organisations de la société civile Organisations de la société civile
    74. 74. Objectifs de l’évaluation 1. Évaluer les processus de mise en œuvre de ce volet 2. Renseigner le degré d’atteinte des effets visés
    75. 75. Méthodologie (en bref)  Revue documentaire  Questionnaire (n = 50)  Entrevues individuelles (n = 30)  Deux entrevues de groupe (n = 9)  Déficit d’échantillonnage
    76. 76. RÉSULTATS Objectif 1: Évaluer la mise en oeuvre
    77. 77. Résultats: mise en œuvre  Mise en place d’une gamme variée et abondante d’activités de diffusion/partage des résultats  Certains outils considérés plus efficaces que d’autres  Expertise nécessaire  Faible intérêt pour la lecture  Attitude d’ouverture face à la recherche
    78. 78. Résultats mise en œuvre (suite)  Persistance de certains mythes  Nécessité de diffuser plus largement  D’autres groupes pourraient être impliqués (groupes de femmes, milieu scolaire, etc.)  On voit de plus en plus la pertinence et l’utilité de la recherche, mais il faut vulgariser
    79. 79. RÉSULTATS Objectif 2: Évaluer les effets
    80. 80. Types d’utilisation de la recherche 88  Conceptuelle o Menant à une nouvelle compréhension d’une situation, de faits, etc.  Instrumentale o Menant à la prise de décision ou d'action de la part des décideurs ou des intervenants  Persuasive (stratégique) o Utilisées comme arguments pour soutenir des lois, des décisions, etc.
    81. 81. Les 3 principaux types d’utilisation des connaissances 89 Conceptuelle Instrumentale Persuasive
    82. 82. Résultats: effets  Les efforts mènent à tous les types d’utilisation de la recherche  Utilisation des résultats étendue aux différents groupes cibles, mais inégale  Volonté grandissante de s’appuyer sur la recherche pour orienter les actions
    83. 83. Tableau 3 : Types d’utilisation des connaissances par les différents groupes cibles Type d’utilisation Groupescibles Instrumentale Conceptuelle Persuasive ONG HELP e. V. •Mettre en place un mécanisme de remboursement plus rapide des COGES • Réfléchir à la manière d’utiliser les connaissances • Confirmer des manières de faire • Convaincre les décideurs OSC • Nourrir leur plaidoyer Intervenants locaux • Procéder à des ajustements (prescriptions, accueil des femmes, etc.) • Connaître mieux la communauté et ses besoins • Prendre conscience de priorités (indigents, etc.) Décideurs niveau local et régional • Modifier la répartition de la charge de travail • Modifier l’allocation des ressources aux CSPS • Revoir des outils de supervision des activités • Planifier certaines activités (par exemple des plans d’action annuels) • Comprendre les effets du programme pour la population • Utiliser le programme comme un exemple Décideurs niveau national • Prise en considération du plaidoyer pour la formulation du PNDS ? PTF • Préoccupation à l’égard des données scientifiques • Source d’inspiration pour le programme d’assurance- maladie • Utiliser le programme en exemple
    84. 84. Recommandations Concernant les ateliers de restitution  Former des groupes homogènes pour:  ajuster le contenu aux différents publics qui y participent  développer des stratégies communes pour appliquer les connaissances  les retransmettre dans le milieu de chacun des groupes cibles  Centrer les présentations sur quelques messages-clé
    85. 85. Recommandations (suite) Concernant le format de diffusion:  l’information doit impérativement être vulgarisée  regrouper l’ensemble des leçons à tirer de l’ensemble des études dans un format synthétique et accessible
    86. 86. Recommandations (suite) Concernant la dissémination de l’information :  identifier les périodes propices à la transmission de l’information  former et accompagner des « agents multiplicateurs »  abattre les mythes concernant la déresponsabilisation
    87. 87. Recommandations (suite) Concernant la collaboration avec les partenaires:  mettre en place un consortium d’ONG et de PTF  élargir la participation des organisations de la société civile et des médias Concernant l’ONG HELP :  mandater une personne à l’interne pour assurer le suivi des études produites
    88. 88. Pour en savoir plus:  Dagenais, C. (2011). Évaluation externe du volet partage/diffusion des connaissances et plaidoyer (Résultat 4) du projet de subvention de l’ONG HELP e. V. au Burkina Faso  Dagenais, C., Queuille, L. & Ridde, V. (2013). Evaluation of a knowledge transfer strategy from a user fee exemption program for vulnerable populations in Burkina Faso. Global Health Promotion; 20 Sup.1:70–79. 96
    89. 89. Les processus délibératifs
    90. 90. Définition  Un processus permettant à un groupe de recevoir et d’échanger de l’information et de faire l’examen critique d’un enjeu en vue d’éclairer la prise de décision (Gauvin, 2009)
    91. 91. Lomas et al., 2005  • Les données probantes sont essentiellement incertaines, dynamiques, complexes, contestables et rarement complètes  • Elles doivent être interprétées et complétées par des données «informelles» issues de l’expérience locale  • Les processus délibératifs offrent un moyen de combiner différents types de données de façon transparente et explicite
    92. 92. Deux approches délibératives Conciliation Public informé et engagé Prise en compte des idées, valeurs, preferences, besoins du public Transparence, légitimité et imputabilité des décisions Coproduction et co- interprétation de la recherche Gouvernance démocratique Application des connaissances issues de la recherche -Concertation -Croisement des savoirs -Prise de décisions éclairées
    93. 93. Processus  Objectif  -Identifier ou clarifier des enjeux  -Formuler des énoncés de valeurs  -Formuler des recommandations  -Prendre une décision  Quand les initier?  Cela peut être à différentes étapes du processus de prise de décision ou du projet de recherche  Qui y participe?  Par ex.: experts, décideurs, groupes communautaires, citoyens, autres parties prenantes...  Quel est le degré de contrôle des participants sur le processus de prise de décision?  De la simple consultation, jusqu’au contrôle du processus de prise de décision
    94. 94. Peu de données probantes sur leur efficacité, mais…  Permettrait aux décideurs d'acquérir une meilleure compréhension des forces et des faiblesses des cas et peuvent mieux défendre leurs décisions  Le consensus entre les parties prenantes serait amélioré  Les parties prenantes seraient plus susceptibles d'accepter et d'appliquer les décisions s’ils y ont participé  Les biais dans la sélection des décideurs deviennent relativement évidents  Les données probantes hors contexte peuvent être réinterprétées dans des contextes pertinents
    95. 95. Préparer une capsule vidéo 103
    96. 96. Préparer une capsule vidéo Faire un vidéo soi-même, est-ce possible? Trois logiciels intéressants  http://topalternatives.com/create-your-own-animated-e  Un exemple de TC avec GoAnimate!  Du transfert sur les outils en transfert avec Powtoon :  À la rencontre de Camille  Camille et le courtage de connaissances
    97. 97. Élaborer un plan de transfert
    98. 98. Exercice : Élaborer un plan de transfert  Choisissez une thématique de votre choix ou celle-ci:  Distribution de 8 millions de moustiquaires imprégnées distribués afin de réduire de moitié les taux de morbidité et de mortalité liés au paludisme  Moins d’un an après la distribution, une personne sur trois avait cessé de s’en servir  Les décideurs du district xx vous demandent de proposer des stratégies pour optimiser l’utilisation des moustiquaires par les familles
    99. 99. Le plan de transfert: sept grandes questions 1. QUI? Groupes cibles 2. QUOI? Contenu à transférer 3. POURQUOI? Objectifs du transfert 4. COMMENT ? Formes et stratégies (outils et activités) 5. PAR QUI ? Rôles et responsabilités des acteurs 6. QUAND ? 7. COMBIEN ? Ressources nécessaires / disponibles 107

    ×