LA DIMENSION GENRE DANS LA CHAINE DE VALEUR
AGRICOLE
PAR MME KANTARAMA CESARIE VICE PRESIDENTE DE EAFF

1
Le genre a été comparé à un oiseau qui ne peut pas voler sans que ses deux
ailes soient en bon état (une aile=homme, l’aut...
Dans les chaînes de valeur agricoles, qu’elles soient traditionnelles ou
modernes, les inégalités de sexes se trouvent sou...
principale source d'emploi pour les femmes des pays en développement ;
elle est pratiquée par environ 2/3 des femmes écono...
Les inégalités de relation de pouvoir entre l’homme et la femme peut
facilement compromettre les avantages et les incitati...
L’incertitude des droits de propriété de terre les exigent à faire des
investissements qui ne leur portent des fruits qu’à...
de participer à la coordination de ces différentes étapes et enfin leur niveau
d’émancipation et d’autonomisation s’amélio...
- Encourager les femmes à saisir les opportunités éducatives et de
formation et à développer leurs expériences et leurs co...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

LA DIMENSION GENRE DANS LA CHAINE DE VALEUR AGRICOLE

940 vues

Publié le

PAR MME KANTARAMA CESARIE VICE PRESIDENTE DE EAFF

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
940
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

LA DIMENSION GENRE DANS LA CHAINE DE VALEUR AGRICOLE

  1. 1. LA DIMENSION GENRE DANS LA CHAINE DE VALEUR AGRICOLE PAR MME KANTARAMA CESARIE VICE PRESIDENTE DE EAFF 1
  2. 2. Le genre a été comparé à un oiseau qui ne peut pas voler sans que ses deux ailes soient en bon état (une aile=homme, l’autre=femme). Donc, la complémentarité de l’homme et de la femme s’avère importante dans tous les cas. L’égalité en genre ne signifie pas que les hommes et les femmes deviennent identiques, elle implique plutôt, qu’ils jouissent du même statut et qu’ils ont accès aux mêmes conditions pour la réalisation de leur potentiel humain enfin de contribuer au développement politique, social, économique et culturel, et bénéficient des résultats qui en découlent. Les faits montrent que dans les économies où l’on observe une plus grande égalité entre les sexes, tant au plan des possibilités qu’a celui des bénéfices, non seulement la croissance économique mais aussi la qualité de vie sont supérieures. De ce fait, la croissance agricole est plus forte lorsque les femmes comme les hommes ont la possibilité de participer pleinement à l’activité et sont motivés par une répartition équitable des fruits de leurs efforts. Or, malgré les preuves de plus en plus nombreuses que les capacités des femmes et de leur bien – être s’améliorent au fur et à mesure, les inégalités entre les sexes demeurent excessivement fortes dans le monde en développement. Même si l’inégalité des sexes entrave fortement la capacité des femmes de vivre de manière émancipée et à jouir de leurs droits humains et fondamentaux, elle constitue aussi un problème de justice et des droits humains à part entière, et a un impact dévastateur sur la pauvreté, la faim et l’économie. De ce fait l’égalité des sexes fait partie des objectifs du millénaire pour le développement (troisième). Quelle est la situation dans les chaînes de valeur agricole La mondialisation des marchés a engendré des nouveaux modèles de consommation mais aussi de nouveaux systèmes de production et de distribution qui sans doute suscitent le changement de mentalité. 2
  3. 3. Dans les chaînes de valeur agricoles, qu’elles soient traditionnelles ou modernes, les inégalités de sexes se trouvent souvent dans le maillon le plus faible de la chaîne de valeur et constitue un obstacle à l’amélioration de la qualité et à la productivité ou une commercialisation ainsi qu’une prise de décision efficace. Dans les chaînes de valeur agricoles moderne Les chaînes de valeur modernes donc qui sont souvent contrôlées par des sociétés multinationales ou nationales et des supermarchés, offrent habituellement des emplois salariés avec des meilleures conditions de rémunération et de travail que l’agriculture traditionnelle. Les femmes sont principalement embauchées pour des tâches manuelles à forte intensité de main d’œuvre, relativement non qualifiées, tandis que les emplois des hommes impliquent souvent l’utilisation des machines. En outre elles sont couramment embauchées comme travailleuses temporaires ou occasionnelles, alors que les hommes prédominent dans les postes à durée indéterminée. Ex : parmi les travailleurs du secteur de la tomate au Sénégal, 2% des femmes et 28% des hommes ont des contrats à durée indéterminée et dans les usines d’exportation des fruits et légumes au Kenya, les femmes constituent 80% des travailleuses de l’emballage, de l’étiquetage des produits. Elles prédominent dans les emplois instables et flexibles dépourvus de sécurité sociale et autres avantages sociaux, et sont souvent les premières à perdre leur emploi pendant les périodes de restructuration de l’activité économique. Dans les chaines de valeur traditionnelles Les femmes sont des actrices de premier plan dans le secteur agricole avec une proportion de 60% dans l’agriculture au niveau mondial, et dans les pays à faible revenu et à déficit alimentaire, elles sont responsables d'une grande partie de la production familiale. Ainsi, l'agriculture demeure la 3
  4. 4. principale source d'emploi pour les femmes des pays en développement ; elle est pratiquée par environ 2/3 des femmes économiquement actives de ces pays. Elles sont présentes d’un bout à l’autre de la chaîne de valeur . Pourtant, elles ont beaucoup moins accès que les hommes aux biens et services qui leur permettraient d’augmenter leur productivité. Le rapport récent de la FAO, estime que si le niveau de rendement de la terre cultivée par une femme atteint celui de la terre cultivée par un homme, la production augmenterait de 2,5% à 4 % et réduisant ainsi le nombre des personnes souffrant de la faim de 12 % à 17% soit au moins 100 millions de personnes. Compte tenu du rôle primordial que la femme joue dans le secteur agricole , et de l’importance dudit secteur dans l’économie de nos pays , la considération de la femme dans la chaine de valeur est la voie la plus directe et la plus efficace pour atteindre la croissance socio-économique inclusive et durable voir même la pérennisation de la chaîne de valeur en soi. Etant donné qu’une chaîne de valeur est une alliance verticale des différents acteurs qui collaborent pour mieux se positionner sur les marchés, la fragilité de l’un de ses maillons a comme conséquence des répercussions sur la chaîne dans son ensemble. Ces dernières années, le développement des chaînes de valeurs est perçu comme une méthodologie permettant de combiner la croissance économique et la réduction de la pauvreté. Le passage des projets de moyens d’existence aux chaines de valeurs impliquant tous les acteurs devrait assurer l’égalité des sexes à chaque maillon et d’éviter la répétition des modèles traditionnelles de discrimination de toute forme. Cela en considérant des besoins, des contraintes, des priorités et des options des femmes autant que des hommes. L’inégalité des sexes : cause majeure de la faible intégration des femmes dans la chaîne de valeur. 4
  5. 5. Les inégalités de relation de pouvoir entre l’homme et la femme peut facilement compromettre les avantages et les incitations de la femme à s’insérer dans les chaines de valeur. Par suite de l’effet conjugué des normes sociales et culturelles, les femmes ont un accès limité - à la terre, aux intrants, aux techniques de production, aux services financiers, au conseil professionnel, à la formation et à l’information, aux préférences des consommateurs, et aux exigences d’exportation. Ce manque d’accès réduit leurs chances de conclure des accords d’agriculture contractuelle .Tout comme les autres petits agriculteurs , les femmes sont souvent exclues des marchés à forte valeur ajoutée intérieurs et d’exportation, parce qu’elles n’ont pas de transport , d’entrepôts frigorifiques, d’installation de transformation , de capital , des compétences techniques et managériales , bien souvent elles n’ont pas confiance en elles pour se lancer dans des activités complexes. En conséquence cette situation limite leur possibilité de profiter économiquement du développement du secteur. Elles ont des contraintes à satisfaire aux normes de qualité rigoureuses et aux délais stricts des fournisseurs, particulièrement pour les produits périssables. Le manque de sécurité touchant les biens, en particulier la terre, fait que les femmes sont souvent moins disposées et moins capables de prendre des risques d’innovation. L’absence des garanties et la faible capacité de conception des projets bancables qui exigent un plan d’entreprise avec des projections du chiffre d’affaire leurs interdisent à l’accès aux services formels de crédit. 5
  6. 6. L’incertitude des droits de propriété de terre les exigent à faire des investissements qui ne leur portent des fruits qu’à court terme. Les femmes sont souvent démotivées faute de recueillir le juste fruit de leurs efforts, dans de nombreuses communautés, les hommes disposent de la plus grande partie du produit des récoltes commerciales bien que les femmes y consacrent une quantité de travail importante. Et quelques fois ils ne révèlent pas à la femme ce qu’ils gagnent pour faire une planification conjointe de leur affectation. Inversement, la création de flux de revenus dans les ménages par les femmes peut parfois avoir pour conséquence que les hommes se sentent moralement sous-estimés. Certains effets de la mondialisation défavorisent les pauvres ruraux dont la majorité sont des femmes (l’accaparement des terres, la compétition qui leurs a été imposée sans des mesures préalables etc.) A tout ceci s’ajoutent des tâches ménagères et des activités reproductives qui pèsent sur elles et dont elles doivent se mettre à quatre pour pouvoir les accomplir faute de l’absence des services sociaux tels que les garderies d’enfants etc.….. Que font les femmes pour pouvoir surmonter ces difficultés : Devant cette situation critique, les femmes s’efforcent de contribuer à la recherche des solutions y relatives. Même s’il y a une multitude de problèmes à résoudre, il s’observe pas mal de progrès réalisés dans le cadre de l’amélioration de conditions de la femme dans le secteur agricole. La création par les femmes des groupes d’entraide , des coopératives ainsi que l’adhésion à différentes formes d’organisations leur ont facilité l’accès aux services de proximité .Ces initiatives ont démontré que lorsque elles rassemblent leurs ressources et qu’elles reçoivent un soutien d’accompagnement adéquat, les femmes sont capables de s’engager à accroitre leur influence dans les différentes étapes de la chaine de valeur (production, transformation, commercialisation) et 6
  7. 7. de participer à la coordination de ces différentes étapes et enfin leur niveau d’émancipation et d’autonomisation s’améliore progressivement. Pour promouvoir la position et accroitre les opportunités de progression de la femme dans la chaine de valeur agricole , une combinaison de mesures devrait être envisagée : - Implication active des femmes dans les groupes d’études d’exploitations agricoles de micro-entrepreneurs, - Renforcer leurs compétences techniques et de négociation, et les aider à établir des réseaux d’échanges et de synergie. - Soutenir la participation des femmes à la politique agricole et aux négociations commerciales agricoles par le biais de leur appartenance à des organisations collectives. - Renforcer les coopératives de femmes en leur apportant un appui dans l’amélioration de leur production, de la qualité et de la commercialisation de ces produits. - Aider les femmes à développer leurs propres stratégies pour surmonter les contraintes et maximiser les opportunités, en tenant compte des différents besoins de différents groupes socio économiques. - La formation et la sensibilisation continue pour les hommes et les femmes ensemble enfin d’être au même niveau de compréhension de l’aspect genre. - Développer la culture de rendre compte pour les femmes qui représentent les autres et développer des outils de communication adaptés à leur niveau. 7
  8. 8. - Encourager les femmes à saisir les opportunités éducatives et de formation et à développer leurs expériences et leurs compétences pour améliorer les perspectives futures d’emploi. - Améliorer l’accès des femmes à la terre, à la technologie, à la certification en matière de qualité et de sûreté du produit, aux marchés, aux informations tarifaires, au crédit et à l’assurance, dans le but de renforcer leurs aptitudes à travailler à titre d’exploitantes contractuelles. - S’assurer que les politiques et les programmes visant au développement des chaînes de valeur tiennent compte des différentes responsabilités sexospécifiques dans tous les maillons au sein de la chaîne. - Former les femmes aux compétences entrepreneuriales pour renforcer leurs entreprises, augmenter leur confiance et atténuer leur aversion aux risques. - Un appui technique particulier aux coopératives et organisations des femmes pour plus d’émancipation et à la transformation visant une valeur ajoutée de leurs produits. Le renforcement de l’accès des biens et des ressources aux femmes et le contrôle qu’elles exercent sur ces aspects, tant dans la sphère économique que dans la sphère sociale, permet de libérer le potentiel de production. Un acteur et une main d’œuvre mieux éduqués, plus qualifiés, et mieux informés sont plus productifs. Je vous remercie de votre aimable attention. 8

×