Dr. QUENUM C. Venant  Célestin
PLAN <ul><li>I-  Introduction </li></ul><ul><li>II-  Contexte  </li></ul><ul><li>III- Initiative accélérée d’EPT </li></ul...
I INTRODUCTION <ul><li>Systèmes éducatifs des pays de l’UEMOA: </li></ul><ul><li>Introduits au XIX ème  siècle par les mis...
II  CONTEXTE  <ul><li>8 pays de de l’UEMOA </li></ul><ul><li>Crise économique, années 80 </li></ul><ul><li>P.A.S à partir ...
III- Initiative Accélérée  d’Education Pour Tous  <ul><li>Une assistance financière conditionnée à des réformes </li></ul>...
3.1 Mesures visant le salaire des enseignants
3.2 Effets pervers de l’initiative accélérée d’EPT <ul><li>La fixation du salaire des enseignants du primaire à 3,5 unités...
IV Soutenabilité
IV Soutenabilité  (suite)
V- Comparaisons internationales Tableau n°1 :  Comparaison des statistiques scolaires de 1960 C = Corée du Sud ;  S = Sing...
VI-  Conclusion <ul><li>Nouvelles Politiques éducatives sous l’initiative  accélérée d’EPT </li></ul><ul><li>Positif à cou...
<ul><li>« Atteindre l’éducation pour tous ne doit pas être une fin en soi. Dans une économie mondiale concurrentielle, dét...
Accumulation de stock de capital humain et croissance économique
éducation et croissance  Enseignement primaire  Enseignement secondaire  Enseignement supérieur R&D, innovation technologi...
Analyse Critique Et Comparative Des Nouvelles Politiques éDucatives Dans Les Pays Membres De L Uemoa
Analyse Critique Et Comparative Des Nouvelles Politiques éDucatives Dans Les Pays Membres De L Uemoa
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Analyse Critique Et Comparative Des Nouvelles Politiques éDucatives Dans Les Pays Membres De L Uemoa

2 632 vues

Publié le

Publié dans : Formation, Business
1 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 632
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
54
Commentaires
1
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Les systèmes d’éducation formelle sont introduits dans la plupart des pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) par les missionnaires occidentaux au XIX ème siècle. Ils ont été perpétués et améliorés durant la colonisation jusqu’aux indépendances de ces pays dans les années 60, où leur gestion est revenue aux mains des nationaux C’est dire donc que les problèmes qui se posent aux systèmes éducatifs des pays de l’UEMOA ne sont pas liés seulement à leurs évolutions sur cette dernière décennie. Mais, l’objectif de ce papier est d’analyser les politiques éducatives mises en œuvre dans ces pays depuis près d’une dizaine d’années
  • Amélioration de la situation des PVD dans leur ensemble ( Situation économique - Analphabétisme réduit ) Mais dernière décennie désespérante dans certains PVD ( Recul des inscriptions dans le primaire - Diminution de l’espérance d’années d’études) Les systèmes éducatifs francophones d’Afrique sont confrontés aujourd’hui à plusieurs défis: insuffisance et allocation peu efficace des ressources publiques d’éducation faible priorité de fait accordée aux systèmes éducatifs dans leur ensemble faibles taux de scolarisation (même comparés à la moyenne africaine ou sub-saharienne). Ainsi, le taux net moyen de scolarisation primaire dans l’UEMOA est de 65 % pour l’année 2006 alors qu’il est de 70 % pour l’Afrique subsaharienne , de 85 % dans les PVD et de 95 % pour les pays développés (UNESCO, 2009).
  • Priorité des priorités au primaire (50% des dépenses publiques d’éducation) -- Diminution du coût unitaire de formation Diminution du salaire et du niveau de formation des enseignants -- Contractualisation de la fonction enseignante Scolarisation Primaire Universelle d’ici 2015 -- Diminution du financement aux enseignements supérieur et secondaire Quantité  risques sur la qualité Contractualisation  Précarisation Soutenabilité au-delà de 2015 ? Interdépendance entre niveaux éducatifs oubliée Risque d’effets pervers Capacité des familles à payer pour le post-primaire ?
  • Ainsi, le complément de leur faible salaire est assuré par les familles si elles souhaitent avoir la formation complète pour leurs enfants. Dans ce jeu, ce sont encore les pauvres qui partent perdants. Rémunération sous l’initiative accélérée d’EPT n’est adéquat pour assurer le recrutement en nombre suffisant d’enseignants; leur maintien en poste et garantir la qualité des services offerts. Justification bas salaires: Main d’œuvre abondante, disposée à travailler à ces nouvelles conditions et la rigidité des salaires de la fonction publique qui ne s’ajustent pas par les prix, mais plutôt par les quantités. Ces arguments font appel aux observations suivantes : Premièrement , ceux qui sont prêts à travailler contre ces faibles niveaux de salaires sont généralement des jeunes sans grandes charges familiales, sans expérience de la difficulté du métier d’enseignant, et même sans formation pédagogique requise Deuxièmement, si les pays de l’UEMOA parviennent à recruter des enseignants qualifiés à moindre coût, c’est encore parce qu’il existe un excédent de diplômés (du secondaire et du supérieur) formés au cours des dernières années. Or, si on régule l’accès au secondaire et au supérieur, par les prix ou les quantités suivant, les besoins de l’économie Troisièmement, le problème de rigidité des marchés du travail souvent évoqué  aléa de moralité et sélection adverse . Dans le premier cas , les individus accepteront d’être recrutés comme enseignants au taux de salaire proposé sachant bien qu’ils ne fourniront pas la quantité de travail requise et pourront toujours compléter leur faible revenu par des cours particuliers donnés aux élèves Dans le cas de la sélection adverse , c’est plutôt des gens qui n’ont en rien l’aptitude pour enseigner qui deviendront des enseignants et les meilleurs candidats, conscient de la difficulté du métier, iront chercher autre chose à faire. Dans ces conditions, il va se poser indiscutablement le problème de la qualité de l’enseignement délivré, la diminution du pouvoir attractif de l’école et la capacité du système à retenir les enfants scolarisés.
  • Le plus souvent utilisé dans le cadre de la dette, le concept de soutenabilité renvoie à la capacité d’un pays de pouvoir rembourser sa dette au regard du niveau de ses ressources (sont PIB). Appliquée dans le cas des ressources nécessaires pour le financement de l’éducation au-delà de 2015, la soutenabilité renvoie à la capacité de chaque pays à pouvoir prendre en charge le niveau des dépenses requises pour maintenir le taux de scolarisation primaire au niveau auquel il aurait été porté en 2015, tout en continuant d’augmenter l’offre d’éducation dans les niveaux post-primaires. Raffinot (2001) a montré graphiquement dans le cas de la dette, qu’il est également possible d’apprécier la soutenabilité par la dynamique d’évolution des ratios.
  • Comparé à l’évolution du Produit Intérieur Brut, le besoin de financement extérieur présente bien une tendance explosive, contrairement au PIB. Or, cette évolution du besoin de financement extérieur est seulement celui nécessaire pour assurer le financement du primaire sans choc négatif majeur aussi bien sur la sphère scolaire que celle de la production. En 2015, le financement extérieur nécessaire pour couvrir la totalité des dépenses d’éducation dans le primaire représentera 42 % du financement intérieur alors qu’il n’aura été que de 30 % en 2005. Le Rapport (UNESCO/BREDA, 2007, p.34) de l’Éducation Pour Tous en Afrique, reconnaît maintenant clairement, que le processus engagé conduit indiscutablement vers des niveaux de financement insoutenables pour les finances publiques des pays et ce quelle que soit la configuration envisagée pour le développement du secondaire.
  • La croissance du système éducatif coréen a été rapide à partir de la libération en 1945. Le taux de fréquentation a enregistré une hausse spectaculaire, accompagnée d’une progression parallèle du nombre des établissements, des enseignants et des installations Progression parallèle du nombre des établissements, des enseignants et des installations : Nombre des écoles primaires multiplié par 3 Nombre des établissements secondaires multiplié par 55 Nombre des universités multiplié par plus de 140 (OCDE, 1998 ; p.28)
  • Analyse Critique Et Comparative Des Nouvelles Politiques éDucatives Dans Les Pays Membres De L Uemoa

    1. 1. Dr. QUENUM C. Venant Célestin
    2. 2. PLAN <ul><li>I- Introduction </li></ul><ul><li>II- Contexte </li></ul><ul><li>III- Initiative accélérée d’EPT </li></ul><ul><li>IV- Soutenabilité de l’initiative </li></ul><ul><li>V- Comparaisons internationales </li></ul><ul><li>VI- Conclusion </li></ul>
    3. 3. I INTRODUCTION <ul><li>Systèmes éducatifs des pays de l’UEMOA: </li></ul><ul><li>Introduits au XIX ème siècle par les missionnaires </li></ul><ul><li>Perpétués et améliorés jusqu’aux indépendances </li></ul><ul><li>Gestion revenue aux mains des nationaux </li></ul><ul><li>Donc, leurs problèmes ne sont pas seulement liés à leurs évolutions sur cette dernière décennie </li></ul><ul><li>L’objectif ici est d’analyser les politiques éducatives mises en œuvre dans ces pays depuis près de 10 ans </li></ul>
    4. 4. II CONTEXTE <ul><li>8 pays de de l’UEMOA </li></ul><ul><li>Crise économique, années 80 </li></ul><ul><li>P.A.S à partir de 1986 </li></ul><ul><li>S.R.P à partir de 1995 </li></ul><ul><ul><ul><li>O.M.D  2000 </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Initiative Accélérée E.P.T  2015 </li></ul></ul><ul><ul><li>Initiative soutenue par BM... </li></ul></ul>
    5. 5. III- Initiative Accélérée d’Education Pour Tous <ul><li>Une assistance financière conditionnée à des réformes </li></ul><ul><li>Des normes de politiques éducatives qui suscitent des inquiétudes </li></ul>
    6. 6. 3.1 Mesures visant le salaire des enseignants
    7. 7. 3.2 Effets pervers de l’initiative accélérée d’EPT <ul><li>La fixation du salaire des enseignants du primaire à 3,5 unités de PIB / tête  érosion du pouvoir d’achat </li></ul><ul><li>Généralisation des cours particuliers payants obligatoires, organisés par les enseignants contractuels </li></ul><ul><li>Création d’un corps enseignant à deux vitesses, difficile à gérer </li></ul><ul><li>Difficulté de recrutement et de maintien en poste des enseignants </li></ul>
    8. 8. IV Soutenabilité
    9. 9. IV Soutenabilité (suite)
    10. 10. V- Comparaisons internationales Tableau n°1 : Comparaison des statistiques scolaires de 1960 C = Corée du Sud ; S = Singapour ; U = UEMOA Taux de scolarisation (%) Rapport entre taux de scolarisation Pays  Corée du Sud Singapour UEMOA C/U S/U Primaire 96 112 23,7 4 5 Secondaire 27 32 1,9 14 17 Supérieur 4,7 6 0,17 27 35
    11. 11. VI- Conclusion <ul><li>Nouvelles Politiques éducatives sous l’initiative accélérée d’EPT </li></ul><ul><li>Positif à court terme </li></ul><ul><ul><li>Augmentation de la quantité </li></ul></ul><ul><ul><li>Aide financière </li></ul></ul><ul><ul><li>Obligation d’action et espérance </li></ul></ul><ul><li>Risque d’effets pervers à moyen et long termes </li></ul><ul><ul><li>Baisse de la qualité </li></ul></ul><ul><ul><li>Difficulté de recrutement d’enseignant </li></ul></ul><ul><ul><li>Non soutenable financièrement </li></ul></ul><ul><ul><li>Rythme de progrès exigé manque de réalisme dans certains cas </li></ul></ul>
    12. 12.
    13. 13. <ul><li>« Atteindre l’éducation pour tous ne doit pas être une fin en soi. Dans une économie mondiale concurrentielle, déterminée de manière croissante par la connaissance et l’information, aucun pays ne peut plus considérer l’école primaire comme adéquate pour ses citoyens et sa main-d'œuvre. …..En plus, aucun pays ne peut réaliser un progrès significatif vers EFA sans un puissant système d’éducation secondaire et supérieur, pour supporter la formation des enseignants, des managers et administrateurs de l’éducation » </li></ul><ul><li>(World Bank & IMF, 2002 ; p.6) </li></ul>
    14. 14. Accumulation de stock de capital humain et croissance économique
    15. 15. éducation et croissance Enseignement primaire Enseignement secondaire Enseignement supérieur R&D, innovation technologique Secteur secondaire PIB et ressources financières pour l’éducation Accroissement de la productivité Globale Imitation technologie Secteur primaire Secteur tertiaire

    ×