Économie et solutions acier

8 496 vues

Publié le

Au moment du choix d’un type de structure, le coût est souvent l’élément déterminant et c’esttout naturellement ce guide qui permet aux maî-tres d’œuvre – économistes, architectes, bureaux d’étude – d’établir la comparaison

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 496
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
134
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Économie et solutions acier

  1. 1. É conomieet solutionsacier 2006
  2. 2. 3 Éditorial Pierre Bourrier, Senior Vice President Construction d’Arcelor Jean-Philippe Charpy, Président de l’Untec 4 Démarche, domaines d’usage, applications 6 STRUCTURE Ossature 8 Plancher 10 Armatures en acier inoxydable ENVELOPPE 12 Couverture 16 Façade • Pose verticale • Pose horizontale 20 Menuiseries extérieures 22 Normalisation ÉQUIPEMENTS 24 Métallerie 26 Porte coupe-feu 27 Escalier TRAITEMENTS DE SURFACE ET ANTICORROSION 28 Notions 29 Anticorrosion et peinture 29 GalvanisationLes Carnets de l’acier Coréalisation 31 Laquage 32 PROTECTION INCENDIEDirection éditorialeBertrand Lemoine Arcelor, Building ACOUSTIQUECoordination & Construction Support 34 NotionsÈve Jouannais 5 rue Luigi-Cherubini 93212 La Plaine-Saint-DenisConception graphique Cedex 37 GlossaireHans Reychmand’après une maquettede François Caracache 44 Carnet d’adressesConception éditoriale 47 Sites InternetCedam Untec130 avenue de Versailles 8 avenue Percier75016 Paris 75008 ParisTél. : 01 42 88 13 60Fax : 01 42 88 19 71Email : assocedam@wanadoo.frTous droits de reproduction, En couverture : Cepezed architectes, coupe transversale.de traduction et d’adaptation p. 6 : Ph. Ruault, M. Denancé ; p. 7 : G. Fessy, C. Demonfaucon, DR ;réservés pour tous pays. Groupe Métal p. 8 : DR, E. Georgin ; p. 9 : C. Von Rufs-CPE Scorp Photographie ; Gérard Delassus, Otua p. 11 : DR, Ugitech ; p. 14 : DR, SNCF AP-AREP ; p. 15 : G. Fessy,Dépôt légal : avril 2006 Philippe Marcon, C. Demonfaucon ; p. 17 : JM Laugery ; p. 18 : R. Halbe/Archipress/Arthur,Impression : Escourbiac Arcelor-BCS C. Bourgeois ; p. 19 : P. Mauss/Esto ; p. 21 : JM Laugery ; Jean-Marie Farsy, p. 25 : S. Chalmeau, MC Bordaz, RozO architectes ; p. 26 : DR ;Ce document est imprimé Frédéric Pradal, p. 27 : Gaston, Ph. Ruault ; p. 30 : G. Kasper ; p. 33 : DR ;sur du papier sans chlore. Pierre Voutay, Untec p. 34 : BPB Placo ; p. 35 : BPB Placo. 2 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  3. 3. ÉCONOMIE ET SOLUTIONS ACIER ÉDITORIAL Pierre Bourrier Ce guide qui en est à sa quatrième édition, est Senior Vice President devenu une référence pour la prescription. Trois Construction d’Arcelor ans se sont écoulés depuis le dernier carnet “Éco- nomie et solutions acier”.Trois ans durant lesquels les prix de l’acier sont restés stables même s’ils ont connu quelques pics importants. Durant cette même période, le groupe Arcelor s’est consolidé dans sa position de numéro un mondial de la sidérurgie en chiffre d’affaires. Toujours plus proche de ses clients – maîtres d’œuvre, entreprises, utilisateurs –, les hommes et les solutions constructives d’Arcelor partici- pent à la performance des projets et accompagnent la réussite de leur réalisation. L’un des traits essentiels de l’évolution actuelle du Groupeest lié à sa volonté d’offrir une sidé- rurgie responsable, de devenir une entreprise citoyenne, résolument engagée dans une per- spective de développement durable, à tous les niveaux de son organisation et de sa production. Jean-Philippe Charpy J’ai le plaisir de saluer la parution de cette nou- Président de l’Untec velle édition, fruit d’une coopération aussi riche qu’efficiente entre Arcelor et l’Untec réalisée dans le cadre du groupe “Métal” de notre union syndi- cale. Les éditions précédentes nous ont démontré l’intérêt de ce véritable outil, par le travail au quo- tidien des économistes de la construction. Au moment du choix d’un type de structure, le coût est souvent l’élément déterminant et c’est tout naturellement ce guide qui permet aux maî- tres d’œuvre – économistes, architectes, bureaux d’étude – d’établir la comparaison. Si cette édition a été rendue nécessaire par l’évolution économique de la filière, la rareté sur le marché mondial ayant eu pour conséquence une augmentation du coût de la matière première, elle a été rendue indispen- sable pour la prise en compte des évolutions technologiques qu’Arcelor réalise en permanence sur les produits qu’il conçoit. Je remercie très sincèrement les rédacteurs de ce guide : par leur travail, ils contribuent à l’in- formation et à la formation des maîtres d’ouvrage, des maîtres d’œuvre et plus particulièrement des économistes sur la filière métal et sur l’op- timisation de l’utilisation de ses produits.3 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  4. 4. DÉMARCHE, DOMAINES D’USAGE, APPLICATIONS Pour sa quatrième édition, ce guide pratique – destiné à renseigner les économistes de la construction et, au-delà, les maîtres d’œuvre et les maîtres d’ouvrage, sur les coûts des principales fonctions d’un bâtiment réalisables en acier – a été actualisé et enrichi par de nouvelles réfé- rences. Il est dû à l’initiative de la commission “Groupe Métal”, instituée il y a sept ans par l’Untec (Union nationale des techniciens de l’économie de la construction) et Arcelor Building & Construction Support. Il repose sur les acquis des membres de cette commission comme des experts industriels qui ont accompagné la démarche, et sur les prix couram- ment constatés par les économistes. Conçu dans un souci de vulgarisation pour des économistes généralis- tes, mais aussi dans le but de mieux éclairer les professionnels déjà aver- tis, ce document résulte d’un étalonnage des prix suffisamment fin pour permettre l’estimation concrète des coûts à différentes étapes du projet. Au stade de l’assistance à maîtrise d’ouvrage et de l’esquisse, ces fiches constituent une aide précieuse à la détermination de la faisabi- lité en “solution acier”, sans pour autant introduire une terminologie trop technique. Véritable outil de travail donc, il permet d’estimer rapidement le coût de construction d’un bâtiment ou d’une partie d’ouvrage, en s’atta- chant, non pas à un produit spécifique, mais à des fonctions : struc- ture, enveloppe, équipement, traitement de surfaces, protection incendie, acoustique. L’originalité de la démarche tient à cette approche par fonction qui tient compte, selon les cas, du type de bâtiment ou de système, dont on a cal- culé et validé les moyennes pondérées (en région parisienne) pour des sur- faces de 300 à 1 000 mètres carrés. Définies à partir d’analyses d’offres d’entreprises, ces valeurs intègrent les différents composants, de façon à obtenir chaque fois une évaluation des coûts, directement et simplement exploitable pour parvenir à une fourchette de prix fournis/posés. Par exemple, la fonction “Façade” comprend, selon le type de pose, l’ossature primaire, les accessoires, l’isolation, les aspects de surface…4 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  5. 5. Le guide permet aussi d’aller plus loin. Chaque fiche de prix est suiviedu référencement des produits mentionnés. En seconde partie figurentles coordonnées des industriels concernés, regroupés par fonction, cellesdes principaux organismes et sites internet du secteur. Un glossaire destermes usuels de la construction métallique permet de s’y retrouverdans les diverses appellations.Rappelons que la maîtrise d’œuvre se compose de trois grandes fonc-tions : la création de l’œuvre appartient à l’architecte, le calcul de saréalisation revient aux ingénieurs et l’estimation de son coût relève del’économiste. Les trois étant indissociables, il est de plus en plus fré-quent que l’économiste doive intervenir en amont auprès du maîtred’ouvrage pour l’aider à se déterminer sur le projet envisagé. Effectuéen commun et en équipe, ce travail permet d’éviter toute discordanceentre conception et coût de construction. Ce guide facilite ainsi une pre-mière analyse économique avant même le choix de l’architecte ; il per-met ensuite d’orienter ce dernier vers une solution plus appropriée dansle cadre d’une assistance à maîtrise d’ouvrage efficace, sur tous les pro-jets, simples, grands ou petits.Ces fiches, qui n’engagent aucunement l’un ou l’autre de leursauteurs, ni les institutions ou sociétés concernées, sont établiesen valeur janvier 2006. Répertoriées suivant une numérotation propreau groupe Métal, elles sont consultables sur les sites internetwww.constructalia.com et www.untec.com.Au-delà d’études plus spécifiques, cette démarche sera relayée danschaque région auprès des économistes de la construction par des sémi-naires visant à approfondir la connaissance des solutions proposées,avec la participation active des industriels dans le cadre d’une forma-tion qualifiante.Pour de plus amples informations sur l’emploi de l’acier dans la cons-truction, plusieurs ouvrages publié par l’Otua peuvent être consultés,notamment dans la collection “Mémentos acier” – Concevoir et Construireen acier de Marc Landowski et Bertrand Lemoine et Sécurité incendie deLoïc Thomas et Guy Archambault – ainsi que la brochure L’Acier pour uneconstruction responsable. 5 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  6. 6. STRUCTURE OSSATURETYPES DE PROFILSConsommation d’acier en kg/m 2 (a) SHOB, par niveau, par type d’ouvrage et par type de profilTYPE DE BÂTIMENT Tonnage pondéré quel que soit…(L = portée / H = hauteur sous ferme) Laminés (1), PRS (2), treillis (3) Quelle que soit la portée L < 15 m L < 20 m COÛTS* COÛTS* 1,5 - 2,3 /kg 1,4 - 2 /kgINDUSTRIE ET STOCKAGE Halle sans pont et halle avec pont < 5 t H≤≤≥ < 6 m 35 41 6 m < H≤≤≥ < 9 m 43 50 9 m < H≤≤≥ < 12 m 55 63 Halle avec pont > 5 t 81 100COMMERCE 30-35BUREAUX (nb d’étages < 5)(5) 35-40ENSEIGNEMENT (5) 40-45SPORT ET CULTURE 40-45BÂTIMENTS DE SANTÉ (5) 35-40LOGEMENTS COLLECTIFS (nb d’étages < 5) 30-35BÂTIMENTS AGRICOLES 25-30 * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1000 m2 (1) L’écart de coût d’approvisionnement entre IPE220 et IPE750 est de + 60 %, il est généralement compensé par l’économie réalisée sur le montage. (2) Les PRS (profils reconstitués soudés) permettent de réaliser des poutres économiques à âmes pleines et des poutres incorporées dans l’épaisseur des planchers. (3) Les poutres à treillis permettent une diminution du poids d’acier, mais sont plus coûteuses en fabrication.1 (4) Pour les portées dépassant 20 mètres et sous réserve d’une conception globale adaptée, les tubes sous forme de poutres à treillis, de pannes et de lisses, offrent des solutions compétitives par rapport aux solutions courantes. (5) L’utilisation de poutres alvéolaires mixtes (association | acier/béton) permet d’offrir une solution dégageant des plateaux libres (portées de 10 à 18 mètres). Avec la mixité, il est possible de justifier une stabilité au feu de 30 minutes sans protection. Les alvéoles permettent le passage des fluides. (6) Les profils minces sont utilisés pour les petits bâtiments : agricole, tertiaire, logement individuel et petit collectif. Le contreventement des bâtiments à étages est assuré par des treillis verticaux.2 6 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  7. 7. TYPES DE PROFILSConsommation d’acier en kg/m 2 (a) SHOB, par niveau, par type d’ouvrage et par type de profil …le type de profilLaminés(1), PRS(2), treillis(3) Tubes et mixtes (tubes + laminés)(4) Profils minces (6) L < 25 m L < 30 m L < 20 m L > 20 m COÛTS* COÛTS* COÛTS* Kg/m2 1,4 - 2 /kg 2,3 - 3 /kg 2 - 2,6 /kg 47 53 31-41 37-42 30 58 63 43-50 44-47 70 73 55-63 53-55 120 138 81-100 90-104 30-35 24-28 15 40-45 32-36 30 151 – Structure en acier galvanisé comprenant, au point d’inflexion des courbes de toiture, des poutres treillis. Ateliers et garages du tramway de Bordeaux, 2003. Jacques Ferrier, architecte.2 – Charpente formée de fermes triangulées de 41,5 m de portée. Palais des sports de Tremblay-en-France, B+C architectes. 3 43 et 5 – Palais de justice de Grenoble, Claude Vasconi Architectes.4 – Ossature de façade de l’UGC de Strasbourg. Valode & Pistre Architectes.6 – Montage d’une structure en acier avec poutres alvéolaires. 5 6 7 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  8. 8. STRUCTURE PLANCHERSYSTÈMES Coûts * ( /m2)BACS COLLABORANTS 22-27PLANCHER COLLABORANT PRÉFABRIQUÉ 55-60COFFRAGE PERDU 16-20PLANCHER SEC (bac seul) 32-40 * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m212 8 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  9. 9. GAMMES ET PRODUITSBACS COLLABORANTS– Cofrastra 40 et 70, Cofraplus 60– Cofradal 200 (plancher mixte en acier et béton préfabriqué)COFFRAGE PERDU– Gamme Cofrasol 39-40-60– Gamme ToitescoPLANCHER SEC– Support sol 40-56-74-118 1 – Pose des planchers. Immeuble de bureaux le Sequana, Arte Charpentier architectes. 2 – Plancher mixte, juste avant le coulage du béton sur les bacs acier. 3 – Sous face d’un plancher dont les bacs en acier reposent sur l’aile supérieure des profils. 4 – Pose des bacs acier des nouveaux planchers lors de la transformation/ réhabilitation de bureaux en logements Paris 17e. Beguin & Macchini architectes.34 9 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  10. 10. STRUCTURE ARMATURES EN ACIER INOXYDABLESYSTÈMES Coûts * ( /kg)BARRES CRÉNÉLÉES HA INOX (posé suivant nuance) 7TREILLIS SOUDÉS (posé suivant nuance) 7,5COUPÉ FAÇONNÉ (posé suivant nuance) 7,5COUPLEURS DE LIAISON À prévoir à partir de diam 20 mm * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m2 Atouts de l’inox UGIGRIP® Tenue à la corrosion dans tous les milieux Hautes caractéristiques mécaniques Tenue au feu Adapté aux régions sismiques Amagnétique pour certaines nuances Conforme aux normes EN 1992-2, NF XP 35-014 Avec UGIGRIP® • Possibilité de diminuer les enrobages (voir Eurocode 2) • Possibilité de diminuer les sections d’armature • Plus d’entretien ni de suivi à prévoir • Pas de risques liés à l’augmentation de la résistivité du béton liée à la carbonatation • Pas de création d’anodes induites lors de réparations d’éclats de béton • Moindre frais d’exploitation • Pérennisation des ouvrages • Sécurité • Contribution à l’esthétisme des ouvrages • Les chutes sont valorisables. 10 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  11. 11. 12 1 – Pose des armatures en inox avant coulage de la dalle béton, ici pour une route. 2 – Ugigrip, le rond à béton en acier inoxydable. 11 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  12. 12. ENVELOPPE COUVERTURESYSTÈMES Coûts * ( /m2)PANNES 15-18 (1)COUVERTURE SÈCHE– Couverture prélaquée 22-29– Couverture inox 50– Couverture inox pose traditionnelle (hors support) : • Couverture à joint debout FTE/Ugitop 18.9 E (304) 61-70 Ame/Ugitop 18.11 ML (316) 15 % • Couverture à tasseaux FTE/Ugitop 18.9 E (304) 70-87 Ame/Ugitop 18.11 ML (316) + 15 % • Feutre acoustique (2) 2,5BACS SUPPORTS D’ÉTANCHÉITÉET COFFRAGE COLLABORANT (hors isolation) 21-32CINTRAGE– Cintrage aux galets + 17 % par tôle ou par crantage suivant le type de bac 2 le cran COUVERTURE DOUBLE PEAU 47-52– Double peau prélaquée (isolation incluse) 49-52 avec ossature pour trame parallèle 60-70– Double peau avec couverture inox 65-75 avec ossature pour trame parallèle 72-82 (1) Prix au mètre linéaire. (2) L’interposition d’un feutre acoustique * Prix valables au 01-01-2006 entre l’inox et son support est obligatoire. pour les bâtiments de 300 à 1000 m2 12 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  13. 13. GAMMES ET PRODUITSPANNESPannes Zeta-Sigma Profil du futurCOUVERTURE SÈCHEBacs nervurés ou ondulés, prélaqués ou en inox– Gammes Hacierco, Nervesco, Chantilly, Fréquence (ondulée), Authentique 2.500.58 TC, Cascade 5.27.1090T Haironville-PAB– Gamme inox Hacierco-Fréquence Haironville-PAB– Agriconfort (bâtiments agricoles) Haironville-PABCOUVERTURE SÈCHE GRANDE PORTÉE(en principe support d’étanchéité)– Gamme Hacierco grande portée Haironville-PABCOUVERTURE POSE TRADITIONNELLE Haironville-PAB– Ugitop FTE/Ame Ugine & ALZBACS SUPPORTS D’ÉTANCHÉITEBacs nervurés courants– Hacierco bacs pleins ou perforés Haironville-PAB– Toitesco bacs pleins ou perforés C40 Haironville-PAB– Parasteel PP38S et SP Haironville-PABBACS GRANDE PORTÉE(NB : ces profils sont hors DTU, ils nécessitent la mise en œuvrede panneaux d’isolation spécifiques)– Hacierco grande portée Haironville-PABCINTRAGECintrage à la pose, aux galets ou par crantage suivant le type de bac. Haironville-PABCOUVERTURE DOUBLE PEAUDouble peau prélaquée ou en inox pour le parement extérieur(plateau + isolation + couverture, avec ou sans ossature pour trame parallèle)– Plateaux Hacierba + couverture Hacierco Haironville-PAB– Plateaux Hacierba + couverture Nervesco, Chantilly Haironville-PAB– Plateaux Hacierba + gamme inox Hacierco-Fréquence Haironville-PAB (Avec l’ossature pour trame parallèle, le plateau peut être remplacé par une couverture sèche. Les plateaux peuvent également être perforés pour l’absorption acoustique. Dans ce cas, attention au pare-vapeur à prévoir sur l’isolant) 13 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  14. 14. ENVELOPPE COUVERTURESYSTÈMES Coûts * ( /m2)PANNEAUX SANDWICHS– Panneau isolant prélaqué 47-55– Panneau isolant face extérieure inox 48-72FINITION– Laque de qualité supérieure (Duranar XL) 6-8 (plus-value sur prélaqué)PANNEAUX TRANSLUCIDES (consulter les industriels) * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m212 14 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  15. 15. GAMMES ET PRODUITSPANNEAUX SANDWICHS– Panneau isolant prélaqué(Isolant : mousse de polyuréthanne sans HCFC, classé M2 ou M1 suivant avis technique) Ondatherm 1040 TS, 1040 TS cintré, 1040 TSA– Panneau isolant en inox Ondatherm inox– Panneau avec laine de roche (classé M0) Promistyl feu 3005 TPANNEAUX NERVURÉS TRANSLUCIDES(portée maximale = 1,50 m) Haircolux 1000 polycarbonate, 333 polycarbonate 1 – Couverture à joints debout en inox. Centre Aquavert, Craponne. Cabinet Mega- Gérard Grimillet. 2 – Couverture métallique de la gare TGV d’Aix-en-Provence sur le plateau d’Arbois, 2001. Agence des gares / SNCF et AREP. 3 – Couverture en bac acier isolé recouvert d’une membrane en PVC. Centre d’entretien des avions petits porteurs de Toulouse-Blagnac. Jean-François Schmit et Calvo Tran Van architectes. 4 – Façades et couverture en inox. Usine Ugine à Gonesse, 1999.3 C. Bapst, B. Pantz architectes. 4 15 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  16. 16. ENVELOPPE FAÇADESYSTÈMES Coûts * ( /m2)Pose verticaleOSSATURE SECONDAIRE 15-17BARDAGE SIMPLE PEAU– Peau simple prélaquée avec ossature 20-25– Peau simple en inox avec ossature 35-46CINTRAGE– Cintrage par crantage 2 le cran ou aux galets + 17 % par tôleDOUBLE PEAU– Double peau prélaquée 43-53 (inclus isolation hors ossature secondaire)– Double peau avec bardage inox 55-72 (inclus isolation, hors ossature)FINITION– Plus-value finition laque de qualité 6-8 supérieure (Duranar XL)PANNEAUX SANDWICHS PRÉLAQUÉS 46-52PANNEAUX SANDWICHS FACE EXTÉRIEURE INOX 54-70PANNEAUX SANDWICHS AVEC LAINE DE ROCHE 62-70Pose horizontaleOSSATURE SECONDAIRE 15-17BARDAGE SIMPLE PEAU– Peau simple prélaquée avec ossature 24-28– Peau simple en inox avec ossature 40-52CINTRAGE– Cintrage par crantage 2 le cran– Cintrage aux galets + 17 % par tôleDOUBLE PEAU– Double peau prélaquée 47-53 (inclus isolation hors ossature secondaire)– Double peau avec bardage inox 64-80 (isolation incluse, hors ossature)FINITION– Plus-value finition laque de qualité 6-8 supérieure (Duranar XL)FAÇADE MIXTE ACIER/BÉTON PRÉFABRIQUÉE 75-80PANNEAUX SANDWICHS PRÉLAQUÉS 47-52PANNEAUX SANDWICHS FACE EXTÉRIEURE INOX 54-70PANNEAUX SANDWICHS AVEC LAINE DE ROCHE 62-70 * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1000 m2 16 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  17. 17. GAMMES ET PRODUITS IndustrielsOSSATURE SECONDAIRE Profil du FuturBARDAGE SIMPLE PEAUBacs secs nervurés ou ondulés, prélaqués ou en inox– Gamme Hacierba, Fréquence (ondulée), Platine 4.29.1050 B, Marine 5.27.1090 B Haironville-PAB– Gamme Nervesco, Chantilly Haironville-PAB– Gamme Nergal, Nergal 10.12.1000 inox Haironville-PAB– Agriconfort-bâtiments agricoles (avec ventelles) Haironville-PABBARDAGES ARCHITECTURAUX LAQUÉS OU INOXBaïne, Arguin (coûts : consulter industriel) PMACINTRAGECintrage à la pose, aux galets ou par crantage suivant le type de bac Haironville-PABPANNEAUX SANDWICHS PRÉLAQUÉSIsolant mousse de polyuréthanne (classements M et SBI)– Gamme Promisol (nervuré), Fréquencisol 2025 B/HB, Haironville-PAB– Promline (plan) 2000 B et HB– Ondatherm 1040 B, Hainaut Linea 2034 B/HB, Hainaut Liss 2010 B/HB Haironville-PABPANNEAUX SANDWICHS AVEC LAINE DE ROCHE(Classé M0)– Promostyl feu 3003 B/HB-3506 BI/HBI Haironville-PABDOUBLE PEAUDouble peau prélaquée ou en inox pour le parement extérieur(Plateau + isolation + bardage, avec ou sans ossature pour trame parallèle)– Plateau Hacierba + bardage Fréquence, Hacierba Haironville-PAB– Plateau Hacierba + bardage Nervesco, Chantilly, Nergal Haironville-PAB– Plateau Hacierba + gamme inox (Nergal 10.12.1000 Haironville-PAB– gamme Hacierba, gamme Fréquence, Hacierco 3.333.39 T) Haironville-PAB(Les plateaux peuvent être perforés pour l’absorption acoustique.Dans ce cas, attention au pare-vapeur à prévoir sur l’isolant.)FAÇADE MIXTE ACIER/BÉTON PRÉFABRIQUÉE– Habilis Haironville-PAB 1 – Revêtement des façades par des plaques d’acier autopatinable. Centre de formation EADS à Saint-Aubin de Médoc, AAPV/EHW architectes. 1 17 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Usinor
  18. 18. ENVELOPPE FAÇADESYSTÈMES Coûts * ( /m2)Façade plane(isolation et ossature comprises)CLINS de 300 mm à 600 mm– Clins nervurés prélaqués à fixations visibles 103– Clins nervurés en inox à fixations visibles 143– Clins plans prélaqués à fixations cachées 123-133– Clins plans en inox à fixations cachées 173-183CLINS de largeur > 600 mm– Clins plans prélaqués à fixations cachées 183-223– Clins plans en inox à fixations cachées 212-241PANNEAUX COMPOSITES– Panneaux composites prélaqués 160-220– Panneaux composites face vue en inox 215-237CASSETTES– Cassettes prélaquées 165-185– Cassettes en inox 330-350BARDEAUX– Bardeaux prélaqués 172– Bardeaux en inox 208FINITION– Plus-value finition laque de qualité– supérieure (Duranar XL) 6-8– Plus-value acier émaillé 68-78 * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m212 18 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  19. 19. GAMMES ET PRODUITS IndustrielsCLINS– Hairplan 300 (plan à fixations cachées) Haironville-PAB– Récif 500 laqué ou inox PMA– Anjou 500 laqué ou inox PMA– ST 300-500 C, ST Évolution 500-600-900, ST 200 F PMA– Clins inox à fixations cachées Récif 500, Anjou 500 PMA– Clins spéciaux : Gascogne, Ressac PMAPANNEAUX COMPOSITES– Promplan (plan à fixations cachées) Haironville-PAB– Isofran, Planéa (plan à fixations cachées) Haironville-PABCASSETTES À PAREMENTS PLANS– BS (joints en creux à fixations visibles) laquées ou en inox MD (coques à fixations cachées) laquées ou en inox PMA– Bardeaux Caïman laqués ou en inoxPour les parements plats en inox, il convient de consulterles industriels. 1 – Façade acier-verre-bois. Café Noray à Alicante, Espagne, 2000. J. Garcia, V. Solera, architectes. 2 – Façade en acier laqué procédé Cibbap, Trésorerie à Muntzenheim. Atelier Zundel & Cristea, architectes. 3 – Enveloppe en bacs acier inoxydable qui se déploient en une nappe de 40 m de large en façade et toiture. Manufacture Vacheron Constantin à Plan-les-Ouates en Suisse. B. Tschumi, architectes.3 19 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  20. 20. ENVELOPPE MENUISERIES EXTÉRIEURESSYSTÈMES Coûts * hors vitrageHors traitement de surface ( /m2)MENUISERIES SÉRIE FROIDE– Fixe 223-244– Ouvrants à soufflets 466-504– Ouvrants à la française, 1 vantail 450-488– Ouvrants à la française, 2 vantaux 382-408– Oscillo-battant 562-600– Basculants ou pivotants 710-742Prix moyen au m2, hors basculants 420-435MENUISERIES SÉRIE À RUPTURE DE PONT THERMIQUE– Fixe 292-323– Ouvrants à soufflets 885-922– Ouvrants à la française 1 vantail 837-875– Ouvrants à la française 2 vantaux 742-785– Oscillo-battant 837-875Prix moyen au m2 720-765PORTES(hors quincaillerie spécifique)– Série froide 1 vantail 403-435– Série froide 2 vantaux 286-323– Série rupture de pont thermique 1 vantail 663-695– Série rupture de pont thermique 2 vantaux 477-520Pour les ouvrages de métallerie vitrés à exigences feu,se reporter au guide Verre, métal et feu 2006 édité parle groupe Untec/Arcelor qui apporte toutes les indicationsnormatives et économiques sur ces ouvrages. * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m2 1 20 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  21. 21. 1 – Fenêtre en acier inox à rupture de pont thermique, Forster. 2 – Centre de formation EADS à Saint-Aubin de Médoc,2 AAPV/EHW architectes. 21 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  22. 22. ENVELOPPENORMALISATIONMise en œuvreCouvertureDTU 40.35Travaux de bâtimentCouverture en plaques nervuréesissues de tôles d’acier revêtuesPartie 1 : Cahier des clauses techniques.DTU 40.43Couverture par grands éléments métalliques en feuilleset bandes en acier galvanisé (cahiers du CSTB n°632,juin 1965 et n°1139, octobre 1972 ; DTU P 34-13, juin 1965).NF P 34-214-1 (décembre 1994)DTU 40.44Couverture par éléments métalliques en feuilleset longues feuilles en acier inoxydable étamé-plombéPartie 1 : Cahier des clauses techniques.NF P 84-206-1 (juin 1995)DTU 43.3Travaux de bâtimentMise en œuvre des toitures en tôles d’acier nervuréesavec revêtement d’étanchéitéPartie 1 : Cahier des clauses techniques.FaçadesRègles professionnellesProduitsNF EN 10326Bandes et tôles en acier de construction galvaniséesà chaud continuConditions techniques de livraison(indice de classement : A 36-322)XP P34-301 + GA A36-355Tôles et bandes en acier de constructions galvaniséesprélaquées ou revêtues d’un film organique calandrédestinées au bâtiment (indice de classement : A 36-321)Classification et essais.XP P34-310 + GA A36-335Tôles et bandes en acier de constructions galvaniséesà chaud en continu destinées au bâtiment(indice de classement : A 36-321) 22 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  23. 23. NF EN 10088-2Aciers inoxydablesPartie 2 : Conditions techniques de livraison des tôleset bandes pour usage général(indice de classement : A 35-573)NF EN 10214Bandes et tôles en acier revêtues à chaud en continud’alliage zinc-aluminium (ZA) – Conditions techniques de livraison(indice de classement A 36-323)NF EN 10152Produits plats en acier, laminés à froid, revêtus de zinc parvoie électrolytique – Conditions techniques de livraison(indice de classement : A 36-160)NF EN ISO 1461Produits plats en acier, laminés à froid, revêtus de zinc parvoie électrolytique – Conditions techniques de livraison(indice de classement : A 36-160)NF EN 10169-1Produits plats en acier revêtus en continu de matièresorganiques (prélaqués)Partie 1 : Généralités (définitions, matériaux, tolérances, méthodes d’essai)(indice de classement : A 36-30-1)XP ENV 10169-2Produits plats en acier revêtus en continu de matièresorganiques (prélaqués)Partie 2 : Produits pour applications extérieures dans le bâtiment(indice de classement : A 36-350-2)NF EN 10169-3Produits plats en acier revêtus en continu de matièresorganiques (prélaqués)Partie 3 : Produits pour applications intérieures dans le bâtiment(indice de classement : A 36-350-3) 23 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  24. 24. ÉQUIPEMENTS MÉTALLERIE SYSTÈMES Unité Coûts* ( /m2 ou ml)PORTE, TRAPPE ET PORTILLON– Portes et trappes métalliques hors standard (à un ou deux vantaux, m2 240-275 à une ou deux faces tôle, hors quincaillerie spécifique)– Portillons métalliques (à un ou m2 415-455 deux vantaux, à une ou deux faces tôle, hors quincaillerie spécifique)– Porte coulissante (à un ou deux m2 285-320 vantaux, à une ou deux faces tôle, hors quincaillerie spécifique)– Trappes au sol (à un ou deux m2 475-540 vantaux, à une ou deux faces tôle, hors quincaillerie spécifique)GRILLE DE VENTILATION– Grilles de ventilation acier m2 570-615– Grilles de ventilation aluminium m2 560-605– Grilles de ventilation inox m2 1 165-1 325GRILLE DE DÉFENSE– Grilles de défense en tableaux m2 320-360 ou en appliqueGARDE-CORPS– Droit à barreaudage ml 140-180– Rampants à barreaudage ml 200-245– Débillardés à barreaudage ml 265-310MAIN COURANTE– Droite et/ou rampante ml 65-85– Débillardée ml 105-140– Droite et/ou rampante, moulurée ml 80-105– Débillardée, moulurée ml 32-160CLOISON EN MÉTAL DÉPLOYÉ m2 130-160MÉTALLERIE AU SOL– Cadres au sol (pour tapis brosse, m2 175-215 grilles gratte-pieds, caniveaux, etc.)– Tapis brosse m2 80-120 (prix moyen tous types courants)– Grilles gratte-pieds m2 200-235– Couverture de caniveaux (tôle) m2 340-395 24 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  25. 25. SYSTÈMES Unité Coûts* ( /m2 ou ml)PROTECTION– Protection d’angles ml 37-58– Protection murale horizontale ml 68-100– Protection de bas de portes m2 160-196– Protection de pied de poteaux ml 196-212– Protection linéaire aux chocs ml 196-228Ces ouvrages généralement fabriquéspar le métallier ne sont pas associésà des fabricants industriels. * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m2 1 3 1 – Caillebotis et rampes en acier, passerelle- belvédère de l’usine de traitement des eaux du Drézet à Ferel, 2000. D. Cras et P. Debard, architectes. 2 – Passage couvert : structure acier et toile tendue. Opération de bureaux Campus Verrazzano à Lyon. Sud architectes. 3 – Ombrières en métal2 déployé et bardage composite en acier forment l’enveloppe de cette crèche municipale à La Réunion. RozO architectes. 25 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  26. 26. ÉQUIPEMENTS PORTE COUPE-FEUSYSTÈMES Coûts * ( /m2)PORTE BATTANTE À UN VANTAIL– Coupe-feu 30 min 415-455– Coupe-feu 60 min 455-490– Coupe-feu 120 min 490-520PORTE BATTANTE À DEUX VANTAUX– Coupe-feu 30 min 490-520– Coupe-feu 60 min 500-540– Coupe-feu 120 min 530-575PORTE COULISSANTE– 1 vantail coupe-feu 60 min 545-585– 2 vantaux coupe-feu 60 min 595-635CLOISONS INTÉRIEURES M0– OB0 (PAB Montataire) 85-105Ces prix s’entendent hors quincaillerie spécifique. * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m21 2 26 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  27. 27. ÉQUIPEMENTS ESCALIERSYSTÈMES Coûts * ( /ml)ESCALIER HÉLICOÏDAL– De 0,600 m de passage 1 375-1 540– De 0,800 m de passage 1 540-1 620– De 0,900 m de passage 1 700-1 815– De 1,200 m de passage 2 100-2 265ESCALIER DROIT INDUSTRIEL– De 0,800 m à 1,000 m de passage 1 040-1 100Ces systèmes s’entendent avec garde-corpsmétallique à barreaudage, sans palier, à monter. * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m2 1 et 2 – Façades acier inox et porte pare-flammes. 3 – Escalier du Centre dramatique de Tours. Labfac (Finn Geipel et Nicolas Michelin architectes). 4 – Escalier du Centre de culture et de congrès de Lucerne (Suisse). Architectures Jean Nouvel.34 27 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  28. 28. TRAITEMENTS DE SURFACE ET ANTICORROSION NOTIONSIl revient à l’économiste de définir des solutions sion et comporte dans sa partie 2, les différen-adéquates de protection anticorrosion dans tous tes catégories d’environnement ;les domaines : structures, enveloppes et équi- • la norme NF P 24-351 qui définit la protectionpements (métallerie). Il est nécessaire de pren- contre la corrosion et la préservation des étatsdre en compte pour la rédaction des pièces écrites de surface des menuiseries métalliques, façades-à la fois les connaissances liées aux pratiques rideaux, panneaux à ossature métallique et ouvra-professionnelles et les exigences des différentes ges de métallerie ;normes. • les normes NF EN ISO 1461 et NF EN ISO 14713 qui définissent la protection contre la corrosionCRITÈRES DE CHOIX des ouvrages en acier par galvanisation, complé-Le choix du traitement de surface dépend du tées par la norme NF A 35-503 concernant la qua-support (acier, acier inoxydable...), du degré lité des aciers destinés à être galvanisés.d’agressivité du milieu environnant et de deuxnotions fondamentales qu’il convient de définir Il convient d’accorder ces différentes normesprécisément dans les cahiers des charges : la entre elles. La norme ISO 12 944 prévoit six niveauxdurabilité et la garantie. de corrosion allant de C1 : très faible, en intérieurLa durabilité ne constitue pas une durée de (bâtiments chauffés à atmosphère propre de typegarantie. C’est une notion technique qui peut bureaux, magasins, écoles et hôtels) à C5-M : trèsaider le maître d’ouvrage à établir un programme élevé, en extérieur (zones côtières et maritimesd’entretien. La durée de garantie est une notion à salinité élevée) ou en intérieur (bâtiments oujuridique qui fait l’objet de dispositions précises zones avec une condensation permanente et unedans la partie administrative d’un contrat. La pollution élevée) ainsi que trois catégories pour lesdurée de garantie est généralement plus courte structures immergées ou enterrées (Im1 à Im3).que la durabilité. Il n’existe aucune règle corré- La norme NF 24-351 prévoit cinq niveaux en inté-lant ces deux durées. rieur (de I1 à I5, allant des locaux à faible hygro-La prise en compte de ces différents critères per- métrie aux locaux à ambiance agressive) et neufmet le choix de la technique de protection (métal- niveaux en atmosphères extérieures directes (E11lisation, galvanisation, peinture…), du système à E19, allant de l’atmosphère rurale non polluéede revêtement et des conditions de mise en œuvre. aux atmosphères mixtes agressives associantLes systèmes présentés dans ce guide sont des des risques de corrosion importants avec hygro-méthodes de protection économiques adaptées métries élevées associées à une distance du bordaux climats européens. Dans certaines circons- de mer inférieure à 3 kilomètres) ainsi qu’unetances, d’autres méthodes de protection peuvent classification spécifique (E21 à E29) correspon-être plus avantageuses tout en étant conformes. dant aux façades légères ventilées de type IV (paroi extérieure assurant l’étanchéité à la pluie).NORMES À chaque niveau de corrosion correspond un ouL’environnement a un fort impact sur le vieillis- plusieurs traitements de surface adaptés tenantsement et la dégradation des structures et surfa- compte des travaux préparatoires du support,ces en acier, si ce matériau n’est pas efficacement dénommés “préparation de surface primaireprotégé. Il se corrode à une vitesse qui dépend et/ou secondaire”, des conditions et natures desde l’agressivité de l’environnement. protections anticorrosion et de l’état de surfaceLes diverses professions liées à l’utilisation de final souhaité.l’acier dans le domaine de la construction met- Il est conseillé, dès l’établissement des piècestent en application différentes normes complé- écrites, de prévoir la demande d’homologationmentaires dont les principales sont : du système de traitement de surface par l’Office• la norme NF EN ISO 12 944 qui définit la protec- d’homologation des garanties de peinturestion des structures métalliques contre la corro- industrielles (OHGPI). 28 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  29. 29. TRAITEMENTS DE SURFACE ANTICORROSION ET PEINTURETYPES DE STRUCTURE Surface Coûts * ( /m2) spécifique m2/tonneLOURDE EN PROFILÉS LAMINÉS 10 à 15 14,5-17,6PROFILS RECONSTITUÉS 15 à 20 15,6-18,7ET STRUCTURE MOYENNESTRUCTURE LÉGÈRE 20 à 25 17,6-20,8ET TUBES 25 à 30 18,7-21,8STRUCTURE TRÈS LÉGÈRE 30 à 40 19,7-22,8ET PROFILS MINCES 40 à 50 20,8-23,9Les coûts moyens initiaux de ces traitementssont calculés sur la base dun primaire et de deuxcouches de finition (1/3 grenaillage et 2/3 peinture) :protection anticorrosion0,065-0,085 /kg ;peinture de finition une couche0,16 /kg.TRAITEMENTS DE SURFACE GALVANISATIONTYPES DE STRUCTURE Surface Coûts * ( /m2) Coûts * ( /tonne) spécifique m2/tonneLOURDE EN PROFILÉS LAMINÉS 10 à 15 13-19,5 181-217PROFILS RECONSTITUÉS 15 à 20 11-14 217-233ET STRUCTURE MOYENNESTRUCTURE LÉGÈRE 20 à 25 8,7-12 233-250ET TUBES 25 à 30 8,7-11 250-266STRUCTURE TRÈS LÉGÈRE 30 à 40 7,6-9,8 299-337ET PROFILS MINCES 40 à 50 7,6-9,8 348-380 50 à 65 6,5-8,7 396-434MÉTALLERIE 662-830Ces prix correspondent * Prix valables au 01-01-2006à des coûts moyens initiaux. pour les bâtiments de 300 à 1 000 m2Pour plus d’informations se reporter au guide GT3 de l’Union des métalliers.Fiches type de prescription sur le Code des conditions techniques de garantie des peinturessur les structures neuves ou anciennes en acier dit DG012 de 2005, téléchargeable sur www.ohgpi.comFiches type de prescription téléchargeables sur : www.galvazinc.com 29 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  30. 30. Immeuble d’habitationtout acier.Constance, Allemagne,1999.I. Bucher-Beholzarchitecte. 30 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  31. 31. TRAITEMENTS DE SURFACE LAQUAGENATURE DES PIÈCES Unité Coûts * ( )CADRE SANS PARCLOSE OU GARDE-CORPS– Sablage + poudrage polyester V/P (1) 26-30– Sablage + polyzinc V/P 34,4-40,7 + poudrage polyester– Sablage + métallisation au zinc V/P 36,5-41,7– Sablage + métallisation + poudrage polyester V/P 47-51CADRE AVEC PARCLOSE– Sablage + poudrage polyester V/P 36,5-40,7– Sablage + polyzinc V/P 47-51 + poudrage polyester– Sablage + métallisation au zinc V/P 40,7-46– Sablage + métallisation V/P 58,4-62,5 + poudrage polyesterCHÂSSIS AVEC OUVRANTS, DORMANTS,PARCLOSES ET TÔLERIES JOINTES– Sablage + poudrage polyester V/P 43,8-48– Sablage + polyzinc V/P 66,7-72 + poudrage polyester– Sablage + métallisation au zinc V/P 66,7-72– Sablage + métallisation V/P 88,6-93,8 + poudrage polyesterPROFILS INDÉPENDANTS(PARCLOSES, TÔLERIES, BARRES)– Sablage + poudrage polyester D/C (2) 18,8-24– Sablage + polyzinc + poudrage polyester D/C 29,2-323,3– Sablage + métallisation au zinc D/C 31,3-35,4– Sablage + métallisation + poudrage polyester D/C 39,6-43,8– Laquage sur galvanisation (consulter les industriels) Ces prix correspondent à des coûts moyens initiaux. Fiches type de prescription en matière de thermolaquage téléchargeables sur : www.galvaunion.fr (1) V/P = L × H = m2 * Prix valables au 01-01-2006 (2) D/C = développé total = m2 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m2 31 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  32. 32. PROTECTION INCENDIEEXIGENCES RÉGLEMENTAIRES rapport à la façade, du vent et de son orienta-La réglementation fixe des niveaux d’exigence tion, et de la masse combustible mobilisable àen utilisant quatre critères. l’intérieur des locaux.La stabilité : les ossatures doivent résister méca- Cette température est à comparer à la tem-niquement à l’élévation de la température (R). pérature critique des différents éléments deLa notion de pare-flammes : les parois doivent l’ossature.résister mécaniquement et être étanches auxgaz chauds (E ou RE). Il est souvent possible de ne pas protéger lesLa notion de coupe-feu : les parois doivent satis- structures métalliques. Sont concernés :faire aux deux critères précédents et la tempéra- • les ERP de 5e catégorie (établissements R+2 auture de leur face non exposée à l’incendie ne maximum, avec un sous-sol, dont l’effectif estdoit pas dépasser en moyenne 140 °C et 180 °C limité en fonction de la nature de l’exploitation,ponctuellement (EI ou REI). en général inférieur à 200 occupants) ;La réaction au feu : définit la combustibilité d’un • les ERP concernés par les articles C013,matériau. L’utilisation de ce critère a pour objec- C014, C015 du règlement (bâtiments à rez-tif d’éviter le développement rapide du feu. de-chaussée, dont la structure de toiture est visible du sol ; bâtiments R+3, sans local réservéL’acier est incombustible, mais il doit être pro- au sommeil, dont le dernier niveau accessibletégé s’il est soumis à des sollicitations et si la est au plus à 10 mètres du niveau accessibletempérature du foyer peut dépasser 450 °C pour aux pompiers) ;les structures isostatiques et 550 °C pour les • les bâtiments de lieu de travail, dont le der-structures hyperstatiques. nier niveau accessible est au plus à 8 mètres du niveau accessible aux pompiers. • les entrepôts classés vis-à-vis des risques liés Correspondance entre le classement M à l’environnement, si l’entrait des fermes est et les Euroclasses situé au maximum à 10 mètres du sol. Euroclasses Exigences NF EN 13 501-1 LES MOYENS DE PROTECTION L’échauffement des structures peut être retardé A1 Incombustible ou limité avec les moyens suivants : A2 M0 ou M1 • mise en œuvre d’un écran entre les structures B M1 et le foyer éventuel à l’aide de matériaux à base C M2 de plâtre, de vermiculite ou de silicate de calcium ; D M3 ou M4 • habillage des structures à l’aide de produits E M4 de faible densité minérale (laine de roche…) ou F M4 à forte densité minérale (plâtre, vermiculite…) ; • protection des structures non apparentes à l’aide d’un flocage projeté à base de fibres ouQUAND PROTÉGER ? d’enduit ;Suivant leur classement réglementaire, les cons- • protection des structures apparentes à l’aidetructions doivent comporter des structures stables d’une peinture intumescente permettant d’as-au feu et des parois pare-flammes ou coupe-feu. surer une stabilité de 30 à 120 min, et sousToutefois, il est possible d’éviter ou de réduire certaines conditions, d’éviter la protection anti-la protection des ossatures extérieures en utili- corrosion.sant les dispositions de l’Eurocode 3 partie feu.Le CTICM dispose d’un logiciel capable de déter- MIXITÉ ACIER-BÉTONminer l’élévation de température des ossatures Les constructions mixtes acier-béton sont réputéesextérieures en fonction de leur position par stables au feu 30 min pour les poteaux creux 32 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  33. 33. remplis de béton ainsi que les poteaux enrobés, et les poutres incorporées dans le plancher (pou-coupe-feu 30 min pour les planchers collaborants. tres acier + dalles alvéolées précontraintes ou bacs acier grandes ondes et dalle béton).Pour des exigences supérieures à 30 min, il estplus économique d’ajouter des armatures dans LES COÛTSla dalle plutôt que de floquer la sous-face des Les coûts indiqués dans les tableaux ci-dessousbacs collaborants (voir Eurocode 4-partie Feu). sont des prix approximatifs tenant compte, si nécessaire, de la préparation de surface de l’acier.Par le calcul, il est également possible de justi-fier une stabilité de 30 min pour les poutres Les différents prix ont été établis à partir desmixtes sans protection (poutres acier connec- données suivantes : trame 5 m x 5 m, poteauxtées à la dalle de plancher) et de 60 min pour HE 200, poutres IPE 300. PROTECTION PAR PRODUITS EN PLAQUES (poteaux et poutres principales, hors solivage) Densité du produit faible élevée Stabilité au feu en min 60 90 120 60 90 120 Coûts en 34,7 40,5 44,3 46,3 60,2 69,5 par ml de profil 1 Coûts en 11 13 14,7 14,7 19,3 22,1 par m2 de construction PROTECTION PAR PRODUITS PROJETÉS Densité du produit faible élevée Stabilité au feu en min 60 90 120 60 90 1202 Coûts en 10,5 14,2 19 12,6 17,4 25,8 par ml de profil Coûts en 3,4 4,5 6,1 4,1 5,6 8,3 par m2 de construction PROTECTION PAR PEINTURE INTUMESCENTE3 Stabilité au feu en min 30 601 – Profilés remplis de béton.2 – Poutres alvéolaires Coûts en floquées. par ml de profil 25,5 48,73 – Poteau en acier rempli de béton armé. Coûts en par m2 de construction 8,2 15,8 Pour les stabilités au feu supérieures à 90 min, il est conseillé de consulter les fournisseurs. * Prix valables au 01-01-2006 pour les bâtiments de 300 à 1 000 m 2 33 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  34. 34. ACOUSTIQUE NOTIONSDispositions constructives concernant Il conviendra alors d’examiner l’incidence desl’isolation acoustique des bâtiments coupures dans le rôle joué par les dalles de plan-assujettis à la NRA chers dans la stabilité d’ensemble de la cons- truction. Il conviendra également de vérifier les1. CONCEPTION exigences mécaniques au niveau des planchersLes parois d’enveloppe des bâtiments à struc- et des contraintes de tenue au feu pour l’en-ture métallique, planchers, façades, cloisons semble des parois d’enveloppe.séparatives sont constituées de produits indus-triels. De ce fait, il existe un choix très large de 2. BRUITS EXTÉRIEURScombinaisons de produits en fonction des exi- L’isolement acoustique réglementaire de 30 dB (A)gences réglementaires et des données du projet. est généralement obtenu sans disposition spé-Les indications suivantes doivent faciliter la cifique. Une étude particulière est nécessairevérification des parois du point de vue de l’iso- pour les niveaux de 35 dB (A) et surtout delement acoustique. 40 dB (A), en fonction des compositions des vitra-Suivant que les planchers comportent ou non ges, des entrées d’air, du parement de façade etun solivage, il est possible d’envisager un plé- du doublage.num réduit ou important. Dans les deux cas, ilest également possible de prévoir des coupures 3. BRUITS INTÉRIEURSdans la dalle au droit des séparatifs verticaux, Les exigences réglementaires :afin de limiter les transmissions acoustiques label Qualitel (LQ) et label Qualitel confort acous-latérales des bruits aériens et des bruits de chocs. tique (LQCA). Bruits aériens Entre pièces Entre pièces Entre pièces principales principales principales et locaux et circulations Isolement d’activité Exigences 53 58 53 LQ 53 58 53 LQCA 55 58 55Cloison de grande hauteursur ossature légère. Bruits de chocs Entre pièces Entre pièces Entre pièces principales principales principales et locaux et circulations Réception d’activité Exigences 58 58 58 LQ 55 55 55 LQCA 52 52 52 Nota : les valeurs des deux tableaux ci-dessus correspondent à un isolement acoustique standardisé exprimé en dB, pour un temps de réverbération de 0,5 s à toute fréquence. 34 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  35. 35. 4. MÉTHODE Cofrastra 70 : u = 2,5 cm,• Identifier le type de plancher en fonction de Cofraplus 60 : u = 3,5 cm ;la hauteur du plénum ; • vérifier la composition du plancher ;• calculer l’épaisseur équivalente de béton • vérifier la composition du séparatif vertical(EQB) en fonction du type de bac prescrit. Soit, entre pièces principales, entre pièces principa-hauteur totale bac + dalle – u. La valeur de u les et locaux d’activité, entre pièces principalescorrespondant à la hauteur du bac, qui varie et circulations ;selon le type de profil. Exemples : • vérifier la composition des façades ;Cofrastra 40 : u = 1 cm, • vérifier les performances du revêtement de sol. 5. BRUITS AÉRIENS PLANCHER AVEC PLÉNUM RÉDUIT SANS COUPURE Plancher collaborant sans séparatif (1) DnT,A (2) 51 56 59 EQB mm 100 120 150 Parement 1 BA 13 1 BA 13 1 BA 13 Isolant mm 60 60 60Pose d’un faux-plafond. Hauteur totale 225 245 275 Plancher collaborant avec séparatifs (3) DnT,A (2) 51 56 59 EQB mm 120 150 180 Parement 1 BA 13 1 BA 13 1 BA 13 Isolant mm 60 60 60 Hauteur totale 245 275 305 Séparatifs à prévoir dans ce cas : Plaques de plâtre sur double ossature métallique avec structure métallique incorporée DnT,A (2) 51 56 59 Parement 1 BA 18 2 BA 13 1 BA 18+1BA 13 Isolant mm 75 75 75 Épaisseur mm 200 220 230 Plaques de plâtre sur double ossature métallique sans structure métallique incorporée DnT,A (2) 51 56 59 Parement 2 BA 13 2 BA 13 1 BA 18+1BA 13 Isolant mm 60 70 75 Épaisseur mm 140 180 200 (1) Dispositions au niveau du plancher collaborant dans l’hypothèse où il n’y a pas de transmission latérale. (2) DnT,A : niveau minimal d’isolation acoustique à atteindre. (3) Dispositions au niveau du plancher collaborant en présence de séparatifs et de transmissions latérales. 35 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor
  36. 36. PLANCHER AVEC PLÉNUM IMPORTANT SANS COUPURE Plancher collaborant sans séparatif (1) DnT,A (2) 51 56 59 EQB mm 100 100 100 Parement 1 BA 18 1 BA 18 1 BA 18 Isolant mm 70 70 70 Hauteur mini 415 415 415 Plancher collaborant avec séparatifs (3) DnT,A (2) 51 56 59 EQB mm 120 150 180 Parement 1 BA 18 1 BA 18 1 BA 18 Isolant mm 70 70 70 Hauteur mini 415 415 415 Séparatifs à prévoir dans ce cas : Plaques de plâtre sur double ossature métallique avec structure métallique incorporée DnT,A (2) 51 56 59 Parement 1 BA 18 2 BA 13 1 BA 18+1BA 13 Isolant mm 75 75 75 Épaisseur mm 200 220 230 Plaques de plâtre sur double ossature métallique sans structure métallique incorporée DnT,A (2) 51 56 59 Parement 2 BA 13 2 BA 13 1 BA 18+1BA 13 Isolant mm 60 70 75 Épaisseur mm 140 180 2006. BRUITS D’IMPACTDans la plupart des cas, il est nécessaire de pré- niveau de réception (LnT,w) (4) inférieur à 65 dBvoir une épaisseur de béton équivalente (EQB) sans revêtement de sol.de 150 mm, afin de satisfaire les exigences de Pour atteindre les niveaux d’isolation visés, lerésistance mécaniques et les exigences d’isola- complément d’isolation est obtenu avec letion acoustique pour la transmission des bruits revêtement de sol.aériens.Cette dalle, associée à une plaque de plâtre BA 13et à un isolant de 60 mm, permet d’obtenir un (1) Dispositions au niveau du plancher collaborant dans l’hypothèse où il n’y a pas de transmission latérale. (2) DnT,A : niveau minimal d’isolation acoustique à atteindre. (3) Dispositions au niveau du plancher collaborant en présence de séparatifs et de transmissions latérales. (4) LnT,w : niveau de réception maximal à ne pas dépasser. 36 Économie et solutions acier / Groupe Métal Untec-Arcelor

×