N° 02 2013 / GRATUITle magazine du climat de l ’ économie verteet du dévelo ppem ent d u r a b le e n afrique
zoom           somm                                                                                                       ...
green                                                                                                                     ...
green                                                                                      Biodiversité                   ...
green                                                                                                      T              ...
green                                                                                                                     ...
Greenvox 2
Greenvox 2
Greenvox 2
Greenvox 2
Greenvox 2
Greenvox 2
Greenvox 2
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Greenvox 2

891 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
891
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Greenvox 2

  1. 1. N° 02 2013 / GRATUITle magazine du climat de l ’ économie verteet du dévelo ppem ent d u r a b le e n afrique
  2. 2. zoom somm green adeid aire time par Michel TAKAM © ADEID The Future We Want : watch land grabbing : a global rush le temps de l’action 8 O n en avait beaucoup at- pourrait se joindre aux Etats et à la zoom Apres rio+20: desir d’avenir tendu, comme on a beau- coup attendu de COP 18 Société civile en termes d’appuis financier et matériel pour la forma- 12 (18ème conférence des Nations tion des jeunes et la promotion des Unies sur le Climat à Doha au Qatar, emplois verts. Les Organisations in- man novembre 2012) où les urgences ternationales elles sont attendues thierry tene : L’afrique verte bien partie climatiques, « dévéloppementdu- dans le renforcement de capacités 16 rabilistes », de l’économie verte, ont et de compétences de la Société été renvoyés au rang des superflui- civile africaine pour matérialiser tés et non des priorités qu’ils sont. l’économie verte dans le cadre dé- A Rio+20, on s’est engagé à s’enga- veloppement durable et de la lutte tech gadgets verts ger, en égrenant des résolutions et de bonnes intentions. A Doha au contre la pauvreté. Nous voulons une économie verte multiplicatrice 23 Qatar, aux lendemains des Typhon de valeurs, taxant les technologies Bolaven en Corée du Sud Ouragan nuisibles à l’environnement, basant Isaac en août 2012, le protocole de la sécurité alimentaire sur la proxi- Kyoto à été pro- mité des approvisionnements, la fund fonds Vert: longé jusqu’à responsabilité sociale des entre- Windhoek perd le siege 20 rio+20 declara- la signature prises et des consommateurs, le tion follow-up d’un nou- recyclage des ressources naturelle veau Kyoto2 dans la production des biens, la à l’horizon responsabilité financière des pays 2020. Le seul engagement multila- pollueurs et payeurs, le volonta- téral sur la réduction des émissions risme des lois encadrant la produc- des GES a été donc sauvé, même tion industrielle. RIO+20 n’aura pas news du riz contre le co2 si la Chine et les Etats-Unis, les plus gros pollueurs du monde n’en été donc vain, en l’état du docu- ment « The future we want ». Des 5 font pas partie. Aux lendemains de actions sont prises pour assurer le RIO+20 et de son document final « suivi des résolutions prises avec un L’avenir que nous voulons », la Coa- calendrier adopté le 30 novembre Les brèves de la rubrique greennews sont lition africaine pour le développe- 2012 par l’Assemblée générale de réalisées avec www.agenceecofin.com/rse ment durable et l’économie verte l’Onu qui a adopté la préparation (CADDEV) a donné sa position d’un Forum de haut niveau sur le .......... Une publication de dans une déclaration éponyme. Il Développement, un document Action pour un Dévéloppement Equitable Intégré et Durable constate le mutisme de « The fu- cadre relatifs à des programmes sur ADEID ture we want » sur une définition la production et la consommation @greenvox_mag consensuelle comprise par tous durables. En direction de la société Directeur de publication : Création graphique : Liveo Inc Michel Takam gniholding@gmail.com de ce qu’est « l’économie verte ». civile, une Plate-forme de suivi des mtakam2000@yahoo.fr Impression : GNI Or le développement durable en résolutions de RIO+20 ( United Rédacteur en chef : Distribution : ADEID Afrique dépendra de l’essor de la Nations Sustainable Development Edouard Tamba Crédit photo une : F. Bimogo matérialisation de l’économie verte Knowledge Platform – SDKP- a été Tiré à 2 000 exemplaires Rédaction : François Bimogo, souligne le réseau. Pour le CADDEV, mise en place par le Département Edouard Tamba, Armelle Sitchoma, BP 1354 Bafoussam, Cameroun Maurice Simo Djom, Georges Alain Tél / Fax : (+237) 33 44 58 82 / la bouée de secours pourraient des affaires économiques et socia- Boyomo (+237) 99 48 18 42, venir du secteur privé africain qui les des Nations Unies.  E-mail : adeid_mountain@yahoo.fr Ont contribué : Adelaïde Mingo, Jean adeid@adeid.com www.adeid.com Baptiste Ketchateng, Natalie Worwerk2 # 02 2013 3 # 02 2013
  3. 3. green green news biodiversité Financements à la hausse newsD ’ici 2015, les des flux financiers internationaux financements en faveur de la protection de en faveur de la biodiversité dans les pays enla protection de la développement, les pays lesbiodiversité seront moins avancés, les petits Etatsdoublés. C’est l’une des insulaires en développement et lesrésolutions de la 11ème économies en transition. Au centreconférence des Nations des préoccupations depuis quatreunies sur la biodiversité ans, la stratégie de mobilisation(COP 11) qui s’est tenue des ressources financières était leà Hyderabad en Inde du point de blocage principal de cette8 au 20 octobre 2012. Ce négociation. Elle a rassemblé près © François Bimogocompromis prévoit un doublement d’ici 2015 de 180 pays au chevet des écosystèmes de la rechauffementet le maintien au moins à ce niveau d’ici 2020, planète. climatique Rizière au Tchad L’Allemagne veut soutenir l’économie Culture du riz, facteur de réduction du CO2 Il se peut que changer les méthodes de la culture méthane(CH4), contribuant ainsi au réchauffement rwanda verte camerounaise du riz pourrait servir à réduire les émissions de climatique. L’augmentation du taux de dioxyde de gaz à effet de serre. C’est le résultat des travaux carbone dans l’atmosphère a entraîné une hausse 2000 agriculteurs  Les autorités allemandes sont disponibles pour apporter avec le Président Biya. Ce dernier était accompagné de Jan Kees van Groenigen, chercheur au Trinity des rendements de riz de 24,5 % et des émissions de s’arment contre les un appui au Cameroun dans la promotion de l’économie d’une délégation composée d’associations de protection de College de Dublin (Irlande) et auteur principal de méthane de 42,2 %. Des équipes de chercheurs ont aléas climatiques verte. D’après une dépêche l’environnement, d’hommes l’étude sur ce phénomène. D’après lui, la riziculture analysé les résultats de 63 expériences différentes de l’Agence APA relayé par d’affaires et de responsables l’AgenceEcofin, la promesse des administrations. Les devient moins respectueuse du climat au fur et à sur des rizicultures d’Asie et d’Amérique du Nord  2000 agriculteurs remboursant à ceux-ci, de Dirk Niebel, ministre de modalités de mise en œuvre mesure que l’atmosphère continue d’évoluer. Une grâce à un outil statistique permettant d’évaluer ont bénéficié de les fonds qu’ils auraient la Coopération économique de ce futur partenariat seront étude publiée dans le magazine Nature Climate les tendances générales dans un grand nombre de et du développement de la évoquées au cours des travaux l’assurance low engagés pour l’achat République d’Allemagne a de la commission mixte Change, révèle que l’augmentation des quantités données expérimentales, la méta-analyse. Changer cost au Rwanda. Le de semences, d’engrais, été faite lors de son audience Cameroun – Allemagne de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, la culture du riz pourrait donc impacter sur le programme micro inhérente à celle des températures, fait que notre réchauffement climatique. assurance « Kilimo riziculture contemporaine émet beaucoup trop de Salama-Agriculture sécurisé » est le L’Afrique statue sur la grande muraille verte fruit de l’association Durant trois jours, ces afrique-corée du sud entre le ministère  « Société civile et Grande Muraille Verte derniers ont statué sur de l’agriculture du pour le Sahara et le Sahel l’opportunité pour l’Afrique Rwanda, Swiss Re : s’approprier l’initiative et mobiliser l’opinion pour d’engager un plan à moyen et à long terme pour le L’économie verte au menu d’impulser une croissance verte et inclusive. Les résultats Corporate Solutions, de la conférence devraient déboucher sur une meilleure Syngenta Foundation de fertilisant et d’autres lutter contre la faim et la développement des zones de la Koafec croissance économique inclusive des pays africains pauvreté ». Ce thème a été arides du sahel. Cette notion for Sustainable moyens de production. à travers l’application des approches de dével- «C au centre d’un atelier les 16, issue de la volonté des chefs Agriculture, One Acre L’indemnisation des 17 et 18 octobre 2012, qui d’Etats africains d’appuyer roissance inclusive et la croissance verte oppement de la Corée et des connais- Fund et l’assureur Soras. souscripteurs est a réuni une cinquantaine les efforts des communautés », c’est le thème sous lequel s’est tenue la sances sur la croissance inclusive dans des de représentants des locales en matières de Il permet d’indemniser déclenchée par un organisations de la gestion et d’utilisation conférence ministérielle sur la coopération secteurs tels que le développement des les paysans des pertes système d’indexation Société civile d’Algérie, du durable des forêts et autres économique entre la Corée du Sud et l’Afrique. Cette ressources humaines, les infrastructures, financières qu’ils lié à un réseau de huit Cameroun, de la Belgique, ressources naturelles quatrième édition s’est qui a eu lieu du 15 au 18 octobre la croissance de l’énergie, les technolo- du Burkina Faso, de la était placé sous l’égide pourraient subir en stations météo. France, du Mali, du Niger, de du Secrétariat permanent 2012 à Séoul, était co-organisée par la Banque d’export- gies de l’information, l’agriculture et la cas d’aléas climatiques la Mauritanie, du Sénégal, et des Organisations non import de Corée, le Ministère Coréen de la stratégie et croissance verte. La croissance verte n’est extrêmes, en du Tchad à Ouagadougou. gouvernementales (SPONG). des Finances et la Banque Africaine de Développement. pas solidaire par essence, mais elle peut Cette dernière a insisté sur la nécessité pour l’Afrique être conçue comme telle. # 02 2013 4 5 # 02 2013
  4. 4. green Biodiversité greenwatch Les autruches de la discorde watch carbonsat au conservateur qu’il sera tenu pour responsable de Le ministre des Forêts et de la Faune a fait confisquer pendant toutes les conséquences négatives qui pourraient Un satellite surveiller le six mois huit autruches appartenant à l’homme d’affaires Baba résulter de la non observance de ses instructions. réchauffement climatique Danpoulos. Mais le conservateur ne s’exécutera CarbonSat, c’est dès lors quantifier pas. Le 28 juin 2012, d’attente lasse, le nom du nou- des sources ciblées Baba Ahmadou Danpoulos introduit veau satellite qui de centrales ther- auprès du délégué régional des servira à surveiller miques au charbon,Héroïnes malgré elles. Ainsi peut-on qualifier les le réchauffement émissions provenant Forêts et de la Faune du Sud-Ouesthuit autruches retenues pendant près de six mois climatique. Il aura des grandes ag- un recours gracieux aux fins que laau jardin zoologique de Mvog-Betsi, à Yaoundé. pour rôle de mesur- glomérations, ainsi décision ordonnant le placement desL’affaire autour de ces bêtes, qui fait grand bruit, met er très précisément que les sources autruches dans le jardin zoologique les concentrations géologiques. Celui-en effet en scène un homme d’affaires bien connu de Limbé soit rapportée. Le 03 juillet de méthane et de ci vient remplacerau Cameroun, Baba Ahmadou Danpoulos et l’Etat 2012, le délégué régional informe le CO2 présentes dans Envisat, qui a cessédu Cameroun, représenté par le ministre des Forêts l’atmosphère ter- de fonctionner pour requérant qu’il ne peut pas accéderet de la Faune (Minfof ), Ngole Philip Ngwese. restre, avec une des raisons qui sont à sa requête, d’ailleurs, soutient- résolution inférieure encore inconnues. IlL’affaire se noue en mai 2012. Lors d’un voyage au il, les huit (08) autruches ont déjà à 2x2 kilomètres. Les sera disponible d’iciNigeria, plus précisément dans la ville de Kaduna, été transférées, sur instruction spécialistes pourront 2014.l’homme d’affaire Baba Ahmadou Danpoulos du ministre des Forêts et de labénéficie d’un don de huit (08) autruches de la part Faune, Ngole Philip Ngwese, aud’une de ses relations réputée dans ce pays dans jardin zoologique de Mvog-Betsi, à L’argumentaire du ministrele secteur de l’élevage de ces oiseaux géants. M.Danpoulos dit avoir reçu de ce dernier les certificats Yaoundé. des Forêts et de la Faune Suite à cela, le 04 juillet 2012, l’hommed’origine des oiseaux et l’acte de cession à titre  Dans l’entourage du ministre des Forêts et de la Faune, Ngole d’affaire introduit un recours auprèsgratuit. Philip Ngwese, l’on s’interroge sur les fondements de l’ordonnance de la chambre administrative de la © Droits Réservés rendue le 24 septembre dernier par la Cour suprême. «M. BabaDe retour au Cameroun, le 16 mai 2012, pour loger Cour suprême. Il estime que « les Danpoulos ne dispose ni d’un certificat d’origine, ni d’un permisces autruches dans la réserve de M.Danpoulos, où autruches saisies sont des bêtes de capture, encore moins d’un permis d’achat de ces autruches.des espaces aménagées sont déjà disponibles pour Des autruches parc Waza-Cameroun ayant vocation à être conservées L’on se demande comment il a pu rentrer en possession d’unela cause, des employés de l’homme d’affaires, qui à des endroits assurant leur pleine espèce aussi protégée que les autruches. La simple possessionconvoient les bêtes, sont interpellés par la douane adresse une requête au gouverneur de la région mobilité. Qu’il s’agit des oiseaux de ces oiseaux par un individu est un délit ! M. Danpoulos a faitcamerounaise au poste frontière d’Ekok. Au titre de du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilaï, aux fins de qui doivent parcourir par jour entre 30 et 40 km de une transaction en violation de la loi faunique camerounaisedédouanement, ils payent aux agents en faction la course pour leur plein épanouissement. Que le cadre et de la Convention sur les espèces protégées, dûment ratifiéesomme de 1 million Fcfa, assorti de 500.000 Fcfa de dans lequel elles sont actuellement gardées [zoo depénalités, soit au total une somme de 1.500.000 Fcfa. bras de fer Dan Mvog-Betsi, ndlr] les expose à périr lentement, mais par le Cameroun. Le ministre l’a invité pour une conciliation. Il aLes employés de Baba Danpoulos s’acquitteront, poulos-Ngwesse sûrement. Qu’ainsi la décision attaquée est de nature décliné l’invitation. Et puis, cette affaire est de l’ordre pénal et non administratif », indique un collaborateur du Minfof.en sus, de la somme de 400.000 Fcfa afin que les à causer un préjudice irréparable. Qu’il est importantservices des Forêts et de la Faune leur délivrent un rentrer en possession de ses bêtes. Le 21 mai 2012, de préciser qu’à ce jour deux de ces bêtes ont péri du Après la restitution des autruches le 25 octobre 2012, une sourcecertificat sanitaire. le secrétaire général de la cette région, agissant sur fait de leur mauvais traitement ». Le 14 septembre, interne au Minfof fera, quant à elle, cette précision : « les autruchesCurieusement, par la suite, des agents du ministère ordre du gouverneur, saisit par un message porté, la Cour suprême donne raison à M. Danpoulos et ont été mises à la garde de M. Danpoulos. Elles n’ont pas étédes Forêts et de la Faune, en dépit des frais avec la mention « très urgent », le conservateur du demande au Minfof de lui restituer ses autruches. restituées. Il y a nuance. D’ailleurs, c’est une décision politique qui jardin zoologique de Limbé, sous couvert du préfet n’enlève rien au délit commis. L’autruche fait partie des espècesdéboursés par les collaborateurs de M. Danpoulos, Ce qui ne sera pas fait malgré les descentes récurrentes du département du Fako, avec copie au ministre protégées de la classe A, comme le lion. Nous sommes en présencepour se conformer à la réglementation en vigueur, de l’huissier agissant au nom de Baba Danpoulos, des Forêts et de la Faune, Ngole Philip Ngwese. Le d’un cas de délinquance en matière faunique. Ce qui est surprenant,entreprennent de saisir les bêtes et les conduisent accompagné de gendarmes. Coup de théâtre, le jeudi gouverneur enjoint le conservateur de restituer c’est la plainte déposée par le délinquant contre celui qui veille surtour à tour à Manfé, puis à Limbé, sur décision 25 octobre 2012, sur décision du ministre des Forêts, «immédiatement » les huit autruches à Baba le respect de la loi. En toute logique, la chambre administrative derendue le 19 mai par le délégué régional des Forêts cinq autruches sont restituées à l’homme d’affaires. Danpoulos, qui a, selon le «chef de terre», montré la Cour suprême devait se déclarer incompétente sur cette affaireet de la Faune du Sud-Ouest, portant transfert des Les trois autres sont « portées disparues ». Ce qui patte blanche, aussi bien en termes de payement des qui relève du pénal. Comme cela n’a pas été fait, le ministre n’ahuit (08) autruches au jardin zoologique de Limbé. pousse M. Danpoulos à envisager une plainte au frais de douanes que de pénalités. Le gouverneur du pas voulu bafouer une ordonnance de la Cour suprême, en ceC’est alors que Baba Ahmadou Danpoulos pénal, contre l’individu Ngole Philip Ngwese.  Sud-Ouest achève son message porté en rappelant moment où toutes sortes de choses sont attribuées à la justice Georges Alain BOYOMO camerounaise». GAB # 02 2013 6 7 # 02 2013
  5. 5. green T he Democratic Republic of Congo and developing regions of the world. For instance, land Mozambique have the highest share of lease per hectare in India’s Punjab Doaba region iswatch foreign investor driven land deals relative to estimated to be more than 50 times the average LAND GRABBING total arable land of close to 50% and 21%, respectively. In most African countries, the urgent land lease in Africa. Land auctions serve the twin advantage of setting prices right and promoting need for development in agriculture and the lack transparency of land deals. Peru’s competitive of fiscal space to support capital intensive projects land auction system is often cited as a global best A global rush for Africa’s land risks has facilitated large scale land deals. If properly channeled, foreign land acquisitions in Africa can practice in stipulating strong terms of ‘commitment of investment’. Thus, mechanisms that discourage and opportunities enhance the efficiency of agriculture by investing in irrigation and infrastructure development, thereby speculative land acquisitions should be fostered in Africa’s land markets. opening up job opportunities to improve rural Effective contract negotiation and transparency livelihoods. Land deals in Africa lack effective contract However, below market level land fees have negotiation. Aside from clarifying the terms of land characterized most land deals in Africa. Recently leasing such as the purpose of investment for which documented cases indicate land fees have ranged land is acquired and tenure, land contracts should between USD4.8-USD7.1/ha in Sudan and USD also emphasize on employment commitments. For 6-USD12/ha against USD300/ha in Peru. Details of instance, land contracts in Liberia require qualified large scale land leases are often concealed especially Liberian nationals to hold half of the ten most senior in host countries with a poor record of transparency positions within five years of initial investments in and accountability. In the Democratic Republic of agriculture by a foreign firm. This strategy creates Congo, close to 50% of arable land is either leased conditions favorable for long-term employment to foreign companies or is under negotiation opportunities. for leasing, without a clearly defined framework governing these transactions. Some of the land Managing population displacement acquisitions are held for speculative purposes given Displacement of people whose livelihood depends the sketchy details of implied investments (after on access to land and water resources is frequently acquisition) and the low cited as a serious problem. In the land fees, which make case of agriculture, land deals secondary land transfers need of institutional tend to focus on high value land very lucrative. In other reforms from african with better irrigation potential instances, the boundaries governments and proximity to markets that is between private and also most sought after by locals. public investors are not Similarly, the boom in mining and clear cut. In Sudan and Mali, for instance, foreign quarrying in Africa could threaten settlements and government ministries were signatories to land the ecosystem. Ideally, contract negotiations should deals, often exploiting bilateral concessions, while address issues of compensation to the displaced. implementation was undertaken by private foreign investors in the first case and land rights were Stricter national trade policies for food security transferred to a third party in the second. Land deals in countries affected by intermittent © François Bimogo Thus, to obtain value from recent surge in food shortages should prioritize food security over land acquisition, African governments need other considerations in granting land concessions. to undertake institutional reforms that foster In particular, land deals that involve production of Tillable land near Ouagadougou-Burkina Faso accountability, proper valuation of land, and social food crops for export should include clauses that and environmental sustainability of investments. give market incentives to investors that prioritize Some of the measures that could be used to reduce domestic food supply over exports in times of the risks from inefficient land deals and enhance acute food shortages in the host country. This is to In recent years, Africa has experienced increased large-scale foreign investment include the following: ensure that land productivity and/ or profitability of investments in agriculture. A recent study estimates that more than investments are not jeopardized.  Land auction systems half of the 56 million hectares of land sought after by foreign investors Source: http://www.afdb.org/fr/blogs/afdb-championing-inclusive- Land fees in many African countries, for comparable globally is located in sub-Saharan Africa. by pr Mutli NCUBE ( Chief Economist grades of land, are significantly lower than other growth-across-africa/post/a-global-rush-for-africas-land-risks-and- and Vice President of the African Development Bank ) opportunities-9844/ # 02 2013 8 9 # 02 2013
  6. 6. green green watch ALERTE watch Ruée sur les terres arables en Afrique RECHAUFFEMENT Le continent Africain détient près de 61% de terres cultivables sur CLIMATIQUE les 440 milliards d’hectares encore disponibles dans le monde. Ces espaces sont pour la plupart achetés et exploités par des investisseurs Les pays du Bassin étrangers. Une situation qui impacte négativement sur la croissance économique, la sécurité alimentaire ainsi que l’environnement. du Congo sollici- tent de l’aide © François BimogoL Les pays du Bassin du Congo, deuxiè- e phénomène n’est pas nouveau. De l’aveu me massif forestier tropical du mon- même de la Banque mondiale, cela pour- Dépotoir d’ordures Edéa (Cameroun) de, se sont réunis à Brazzavile pour le rait devenir le fléau du XXIe siècle. Accentué 13ème comité du Fonds de partena- riat pour le carbone forestier. Ils de- DEVELOPPEMENT DURABLE par la crise économique et la flambée des prix mandent que les bailleurs débloquentalimentaires en 2008, l’achat de terres arables a atteint davantage de fonds pour les aider àdes proportions gigantesques en Afrique. La perte pour protéger les forêts et la lutte contre lesl’Afrique est estimée à environ 3,4 millions d’hectares de gaz à effet de serre. Les initiatives des pays de ce Bassin, ont sans conteste,forêts entre 2000 et 2010, selon Wu Hongbo, sous-secrétaire Un trésor dans les poubelles en Afrique permis de réduire et de limiter la dé-général des Nations unies chargé des Affaires économiques forestation, la dégradation forestière, Set sociales. Sur la même période, 203 millions d’hectares elon le rapport de la Banque la deuxième édition du forum inter- les émissions de gaz à effet de serre et d’augmenter la capacité de séquestra-sont passés sous contrôle étranger entre 2000 et 2010, à Mondiale, la poubelle africaine national des pionniers de la RSE et de tion du gaztravers des ventes ou locations de longue durée. 66% des est composée majoritairement de la croissance verte inclusive en Afri- carboniquetransferts concernaient l’Afrique, 14% l’Asie. Révélation déchets organiques (57 % en Afrique que. Elle sera organisée les 21 et 22 et le stock de carbonefaite par le Land Matrix Project, un groupe international Subsaharienne et 61 % en MENA). Il novembre 2012 à Tunis, par la Confé- f o r e s t i e r.de surveillance des acquisitions importantes de terres y a donc des opportunités pour la dération des Entreprises Citoyennes En retour,étrangères. production d’énergie pour la cuisson de Tunisie et l’Institut Afrique RSE. La les pays du ou pour soulager le réseau électrique première journée sera consacrée aux Bassin at-La même étude relève que depuis 2000, 5% de l’espace af- tendent des des villes souvent confronté à des dé- stratégies de croissance verte inclu- ressources © François Bimogoricain cultivable a été concédé à des investisseurs étrangers, lestages réguliers. Une gestion effi- sive pour la réduction de la pauvreté financièresnotamment en Afrique de l’Est (Tanzanie, Soudan, Mozam- cace des déchets permettra non seu- et opportunités de green business en conséquen-bique), en Afrique centrale (RDC, Cameroun), mais aussi en tes soit près Paysage ouest-Cameroun lement de limiter les pollutions mais Afrique. Selon le rapport What a Waste d’1,5 mil-Afrique de l’Ouest (Sierra Leone, Nigeria, Mali, Sénégal). Les favorisera aussi l’amélioration du ca- : A Global Review of Solid Waste Ma- liard d’eurospays de ces régions, ont cédé près de 56 millions d’hectares dre de vie et la situation sanitaire. nagement, l’Afrique Subsaharienne (2 milliardsentre 2009 et 2010. La plupart des projets concernent des Au terme des travaux, l’on retient que Le phénomène de de dollars) l’accaparement des terres nuit gravement aux agriculteurs Pour impulser une croissance verte et MENA (Moyen-Orient Afrique du aux Etats-cultures alimentaires, mais pour des productions destinées inclusive et stimuler la création des Nord) représentent respectivement 5 africains. Selon le texte soumis en discussions lors du forum, Unis, au Ca-à l’exportation. Les principaux investisseurs sont l’Inde milliers d’emplois verts nécessaires à et 6 % de la production mondiale des nada, à l’Union européenne et à desen Ethiopie avec 5,3 millions d’hectares, la compagnie les gouvernements africains sont conscients de l’intérêt qu’il institutions comme la Banque mon- y a à mettre ces terres en culture. Ils cherchent à renforcer la l’insertion professionnelle du demi- déchets solides dans le monde. Parchinoise ZIE International en République démocratique diale ou l’Union internationale pour la croissance économique, à accroître l’emploi et les revenus milliard d’âmes que constitue la jeu- jour l’Afrique subsaharienne produit conservation de la nature, pour sou-du Congo avec 8 millions d’hectares et le coréen Daewoo nesse africaine, il faut orienter les ana- environ 169 119 tonnes de déchets et tenir leurs efforts de gestion durableà Madagascar. et à réduire la pauvreté. Cependant, il est pratiquement lyses et prospectives sur le contenu MENA 173 545 tonnes.  des écosystèmes forestiers et lutter difficile de le réaliser. Cet écart s’explique en partie par la contre la pauvreté. Selon la commis-Cette situation préoccupe la Banque africaine de dével- faiblesse des investissements dans le secteur agricole, due et le volume de nos poubelles. Telle A. SITCHOMA sion des forêts d’Afrique centrale (Co-oppement. D’où le thème du 8ème forum pour le dével- à des politiques macroéconomiques qui privilégient depuis serait l’une des pistes de réflexion de mifac), seules la Norvège et la Grande- Bretagne ont apporté 150.000 dollarsoppement de l’Afrique (ADF) tenu du 22 au 26 octobre des décennies d’autres secteurs et des politiques agricoles qui sont placés dans un compte de la2012 à Addis Abeba en Ethiopie : «Gestion et mobilisation incohérentes ayant eu pour effet de négliger les petits Banque africaine de développementdes ressources naturelles au service du développement exploitants, pourtant majoritaires en Afrique.  ROS4C (BAD). Le saviez-vous ? Il existe au Cameroun un réseau des organisations de la société civile sur lesde l’Afrique». Le document intitulé « La terre et l’avenir Armelle SITCHOMA changements climatiques. Deux «déclarations ont été faites par le ROS4C en octobre 2011. Ladu développement de l’Afrique : Gérer les risques et les première pour COP17 et la seconde à propos de Rio+20.perspectives en matière d’investissements fonciers à Sources : www.afbd.org, http://www.agenceecofin.com/rse Rejoingnez le ROS4C à resoclimat2009@yahoo.frgrande échelle », a été le point focal de cette rencontre. # 02 2013 10 11 # 02 2013

×