Lapproche psychanalytique
de la relation d accompagnement
Roland Brunner
Eva Matesanz
DU Executive Coaching Cergy Pontoise
Structure Psychique
Concept et types de base
Structure Psychique
Structure psychique Type de personnalité Style de relation et de management
Aucunement à partir de com...
Structure Psychique
Structures de base en fonction de LA question fondamentale du sujet
Suis-je un homme ou une femme ? Se...
Structure psychique
Socle psychique de construction de l individu, sous-tend ses actes et relations, reste
immuable et à l...
Structure psychique
Par la résolution du complexe d Oedipe il faut entendre le refoulement des
sentiments incestueux, le c...
Structure névrotique
Celle de la normalité, quand le « moi » se débat entre deux maîtres :
le ça et le surmoi.
La société ...
Structure névrotique
De l attachement exclusif, à l amour et à l amitié et à la vie en société
La satisfaction des besoins...
Structure névrotique
hystérique
Suis-je un homme ou une femme ?
L hystérie est le langage propre de l être humain, celui q...
Structure névrotique
Obsessionnelle
Suis-je mort ou vivant ?
L obsession est le dialecte de l humain, là où l hystérie éta...
Structure narcissique
Puis-je fuir mon angoisse ?
L angoisse, contrairement à la peur et à l anxiété, n a pas d objet. Ell...
Structure narcissique
Puis-je fuir mon angoisse ?
Le Narcisse est resté au seuil de la rentrée en structure névrotique. Il...
Structure narcissique
Puis-je fuir mon angoisse ?
Il s ensuit un moi « vide » masqué par un moi de théâtre (faux self). Da...
Structure perverse
Puis-je jouir ?
Le pervers comme le narcisse est resté aux portes de la névrose. Cela est son
choix, po...
Structure perverse
Puis-je jouir ?
Chez le sujet de structure névrotique, le fantasme a pour fonction de réaliser dans le
...
Structure psychotique
Est-ce que j existe ?
Le psychotique a échoué à construire un moi identitaire. S il a réussi à se fo...
Structure psychotique
Est-ce que j existe ?
Le point de délire du schizophrène se repère, lui, dans sa propension à créer ...
Structure psychotique
Est-ce que j existe ?
En psychiatrie les psychoses sont considérées comme les maladies mentales les
...
Structure psychotique
Est-ce que j existe ?
Ce sont des contre-indications au coaching et nécessitent une prise en charge
...
Pratiques de Diagnostic
Différenciel
Sur analyse de cas et questions ouvertes
La structure est définitive pour chaque suje...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La psychanalyse en coaching

1 035 vues

Publié le

Au delà des étiquettes banalisées du "borderline" et du "pervers narcissique" dont nous serions entourés, et que moult manuels et vidéos vous invitent à répérer, il existe des structures psychiques bien plus complexes et en même temps éclairantes de notre humanité, mises à jour par la psychanalyse et dont la clinique d'une centaine d'années est la meilleure référence pour se retrouver en cette, notre, société interconnectée. Cette formation s'adresse à tous ceux dont la compétence relationnelle constitue le socle du métier : managers, RH, RI, consultants, coachs. Le support en est la synthèse. Le présentiel, en relation, est la condition de son incorporation véritable. Pour ceci, contactez www.ever-mind.fr - le site collectif d'auteurs d'esprit, acteurs du changement enfoui. C'est le tandem Eva Matesanz et Roland Brunner, qu'on ne présente plus, qui animera.

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 035
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13
Actions
Partages
0
Téléchargements
40
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La psychanalyse en coaching

  1. 1. Lapproche psychanalytique de la relation d accompagnement Roland Brunner Eva Matesanz DU Executive Coaching Cergy Pontoise
  2. 2. Structure Psychique Concept et types de base
  3. 3. Structure Psychique Structure psychique Type de personnalité Style de relation et de management Aucunement à partir de comportements à faiblesse de la variabilité d expression A partir de problématiques subjectives à solidité de LA question fondamentale
  4. 4. Structure Psychique Structures de base en fonction de LA question fondamentale du sujet Suis-je un homme ou une femme ? Se demande l hystérique. Suis-je mort ou vivant ? Est de l obsessionnel l éternelle question. Puis-je fuir mon angoisse ? Cherche à tout prix le sujet narcissique. Puis-je jouir ? Teste aux limites le pervers. Est-ce que j existe ? Est du psychotique la non question.
  5. 5. Structure psychique Socle psychique de construction de l individu, sous-tend ses actes et relations, reste immuable et à la fois océanique pour chaque sujet, après qu il en est traversé les différents stades de développement de l enfance et l adolescence : Nourrisson Psychotique : « pulsionnel » dans une diversité des moyens de satisfaction dont il a le choix par opposition à l instinct animal Enfant Pervers : il impose ses « pulsions» par l agressivité et la séduction Résolution du complexe d oedipe fait rentrer dans la structure névrotique : hystérique structure du féminin (détachement de la mère pour le père, puis du père), un pas plus loin (détachement de la mère, du père, pour revenir à la femme ) pour le masculin Adolescent Narcisse réactualisation du complexe dans une sorte de joute finale dipe contre Narcisse pour en sortir vraiment ou pas, et acquérir le narcissisme secondaire, social. Adulte Névrosé, structure de la normalité avec élaboration de la pulsion par la pensée selon la loi. Les interdits nous obligent à être créatifs, et le social à être acceptables. Adulte Pervers OU Psychotique, de son goût ou propension au passage à l acte.
  6. 6. Structure psychique Par la résolution du complexe d Oedipe il faut entendre le refoulement des sentiments incestueux, le choix d un sexe psychique et la connaissance et le respect de la différence des générations. Y compris dans les situations de plus en plus fréquentes de pôle viril de l hystérique et d hystérie masculine. L accompagnement sur le seul vrai objectif humain qui vaille, connaître son désir, permet aux névrosés d arrondir les angles, d assouplir les relations. De laisser émerger l inconscient et d élaborer son expression, le mettre à jour et à l uvre. En lieu et place d une méconnaissance de soi et se faire déborder par des passages à l acte : ceux de réussite à tout prix (burn-out) et ceux de l échec (inhibition). Un acte manqué est manqué par rapport à l acte, mais parfaitement réussi en ce qui concerne le désir. Le pervers et les psychotiques sont, eux, inanalysables, rigidifiés. Sans refoulement, il n y a pas de circulation intrapsychique mais l intersubjectivité en renfort : il leur manque un pied sur lequel « jouir » ou « exister ». Et ce pied c est vous !
  7. 7. Structure névrotique Celle de la normalité, quand le « moi » se débat entre deux maîtres : le ça et le surmoi. La société réunit une communauté de névrosés sous la Loi que le surmoi brandit face aux pulsions du ça. La réactualisation du refoulement permet d entretenir les braises de l élan vital et son élaboration par la pensée plutôt que par l acte. Principal mécanisme de défense de base face à l angoisse de vivre ce conflit intérieur, il se décline dans un répertoire complet de résistances depuis la projection, le renversement en son contraire, le déplacement, l isolation, la sublimation etc qui ne sont que les variantes préférées de chaque sujet, de chaque structure aussi). Le névrosé nous consulte pour dénouer ce conflit intrapsychique à l uvre lors de décisions, changements, difficultés de la vie. Projection de peurs sur le responsable hiérarchique, esprit tâtillon auprès des équipes
  8. 8. Structure névrotique De l attachement exclusif, à l amour et à l amitié et à la vie en société La satisfaction des besoins et des plaisirs traverse les stades de développement psychosexuel bien connus: oral, anal, phallique et génital. La structure névrotique suppose une libido d objet (désir, amour, amitié et socialité) suffisamment importante par rapport à la libido narcissique primaire (de soi à soi). Le stade génital est l aboutissement d une sexualité et d une interrelation normale, adulte, fraîche et joyeuse. Responsable et légère, solidaire et citoyenne. En couple, en partenariat, en entreprise, nous avons besoin pour notre sécurité ontologique et notre épanouissement, d un minimum d imaginaire et d affectio societatis : plaisir d être et de faire ensemble.
  9. 9. Structure névrotique hystérique Suis-je un homme ou une femme ? L hystérie est le langage propre de l être humain, celui qui le permet d « être aimé ». Rebelle à son sexe anatomique et à la loi, ce que l hystérique recherche est l amour de l autre. Il, elle, ne s encombre pas de bien faire pour cela ni de son bien être. Il ou elle souhaite être aimé(e) « malgré tout », même et surtout lorsqu il ou elle teste les limites, cède aux pulsions encore très vives dans cette structure. Le trop de jouissance se déverse ensuite en stratégies de frustration et de psychopathologie de l échec. Chez la femme Hystérique dans une stratégie féminine : avoir l homme et l enfant. Et vouloir toujours se rassurer ailleurs. S entendre dire et ressentir qu elle est une femme Stratégie virile : prendre la place de l homme et faire le deuil de l enfant. Chez l homme Angoisse, phobie (public), hystérie (corps) : symptomatologie sexuelle de cet homme féminisé pour charmer maman qui n a aimé et qui n aime qu elle (infidélités en couple)
  10. 10. Structure névrotique Obsessionnelle Suis-je mort ou vivant ? L obsession est le dialecte de l humain, là où l hystérie était le langage naturel de l amour. L obsessionnel est orienté vers l uvre et le tombeau. Il veut toujours être aimé, mais pour ce qu il fait, et les traces qu il laisse, dans les règles de l art. C est un refoulement laborieux sur des pulsions particulièrement menaçantes qui l a fait rentrer dans la structure de la normalité, à grands coups d isolation (pensées, gestes et parole dissociés) et de renversement en son contraire (ordre et propreté excessifs cachent la jouissance du désordre). La légalité est assimilée au bien et la soumission à la réussite. Les règles et les rituels offrent une contenance à l obsessionnel qui a la haine de son désir. Sa jouissance acceptable vient de la lithurgie qu il s impose. Surmoi tyrannique et sentiment de culpabilité, rituels plus ou moins invalidants, doutes et vérifications, ruminations, inhibitions Ces symptômes protègent contre l angoisse mais, professionnellement, peuvent paralyser l activité.La rigidité psychique et la force de ses défenses rendent l accompagnement laborieux.
  11. 11. Structure narcissique Puis-je fuir mon angoisse ? L angoisse, contrairement à la peur et à l anxiété, n a pas d objet. Elle est le propre de la vie et la manifestation du conflit intrapsychique entre l instance interne de jouissance, le ça, et celle des interdits, le surmoi. Ainsi tout individu est confronté à un problème d angoisse, et c est le « trop d angoisse » qui serait pathologique et vecteur de passage à l acte : décision brusque de rupture, suicide, homicide. Pour lutter contre l angoisse, oublier le conflit psychique par moments, il existe le refoulement et l accès à la structure de la normalité qu est la névrose. Il peut toutefois arriver que le refoulement soit faible ou insuffisant. C est le cas de la structure narcissique.
  12. 12. Structure narcissique Puis-je fuir mon angoisse ? Le Narcisse est resté au seuil de la rentrée en structure névrotique. Il n est plus un enfant mais reste un éternel adolescent qui vit l instant et son plaisir comme une longue fuite en avant pour éviter l entrée dans la structure névrotique. Ancré sur des pôle névrotique, pervers ou psychotique suivant une représentation en étoile. Il peut par les circonstances de la vie ou d un accompagnement basculer dans la perversion ou la psychose. Moins souvent dans la névrose (règle de la roulette, un sur trente-six). Nous avons tous besoin d un narcissisme qu on dit secondaire. Comme une sorte de regard sur nous à travers l autre, troué. Le narcissisme du Narcisse est celui qui a été conceptualisé comme étant primaire. Celui qui était pure projection et idéal de perfection des parents (moi idéal) et qui n a pas permis le développement d un idéal du moi, incluant le symbolisme et la loi.
  13. 13. Structure narcissique Puis-je fuir mon angoisse ? Il s ensuit un moi « vide » masqué par un moi de théâtre (faux self). Davantage sous l emprise du ça que du surmoi, présent mais tolérant et débonnaire. Avec une vie pulsionnelle que l individu a toutes les peines du monde à maîtriser par la voie du refoulement. Dans un état à la fois d hype-rnarcissisme et de détresse identitaire. La dynamique est celle du passage à l acte plutôt que de poser des actes. La conscience morale et le sentiment de culpabilité sont faibles. Les prises de position fortes permettent seulement de soutenir la fragilité du moi. Dès lors, le surmoi semble être plus au service du narcissisme de l individu (pour tenir) qu au service de de la régulation des pulsions, élaboration psychique, création laborieuse de voies Mais qui dit jouissance facile dit angoisse quotidienne et diffuse. Et pour la fuir rien de mieux que l anesthésie que procurent les addictions : au travail, au sport, aux substances. Registre de consommation y compris sexuel. Redoutable dépression. Structure sans paratonnerre psychique. Le corps prend. Les maladies sont organiques contrairement aux fonctionnelles (manifestations du corps sans atteinte organique) de l hystérique. En coaching il est tout simplement abandonnique si vous ne l aidez pas à ne pas changer et réussir à tout prix.
  14. 14. Structure perverse Puis-je jouir ? Le pervers comme le narcisse est resté aux portes de la névrose. Cela est son choix, pour jouir, de vivre sa vie aux limites. Il connait la Loi. Il en est même amoureux. Il ne se sent pas concerné par les limites qu elle pose. C est juste bon pour ces naïfs de névrosés, encombrés de leur surmoi et subissant le refoulement, dont l individu pervers ne dispose pas. Ces névrosés qui se débattent entre leurs pulsions et les interdits ; ce sont eux qui le font jouir. Et lui qui joue des lois et des pulsions. Comme un enfant. Pour le comprendre il faut accepter que nous conservons tous un reste de notre perversion d enfance. Des braises que l hystérique aime voir attiser, jusqu à une limite (!) et dont l obsessionnel s en protège comme il le peut. C est le prix à payer pour accéder au désir et à l amour Les jeux pervers sont stéréotypés. L enfant qui était un pervers polymorphe, reste une fois devenu adulte, fixé au stade prégénital et dans une pratique qu il répète de façon exclusive. Seule la souris change. Du pervers on ne peut qu être le complice ou le moraliste. Il ne craint que la sanction qui lui ôte la jouissance, son seul moteur.
  15. 15. Structure perverse Puis-je jouir ? Chez le sujet de structure névrotique, le fantasme a pour fonction de réaliser dans le jeu théâtral ses désirs refoulés. En représentation. Chez le pervers, le fantasme doit se réaliser dans la réalité. Si le névrosé exprime son fantasme dans un rêve éveillé voire, concrètement, dans une uvre (artistique, littéraire, scientifique, technique ou professionnelle), c est-à- dire, dans la sublimation ; le pervers, lui, passe à l acte Sublimation : mécanisme de défense contre l angoisse permettant de réaliser un désir interdit par l instance morale, le surmoi, dans une activité acceptable par cette même instance. A noter le cas si commun du manager pervers dont le pouvoir autorise le jeu et les souris En coaching il testera vos limites à vous et sera très toxique. Refus net.
  16. 16. Structure psychotique Est-ce que j existe ? Le psychotique a échoué à construire un moi identitaire. S il a réussi à se forger un « moi », c est d un faux self ou d un masque, dont il s agit faux self dont la fonction est de passer en société, sans que lui-même n y croit. Il ne dispose ni de surmoi ni de refoulement. Incapable de relations affectives, son mode de socialisation est purement projectif, à partir de ses convictions. Sa vérité à lui est La Vérité. Une ou deux convictions fortes, dogmatiques, exprimées de façon répétée, comme des sortes de lois personnelles permettent d anticiper son point de délire et de bascule dans la maladie et/ou le passage à l acte. Ainsi, le raisonnement du paranoïaque est un raisonnement juste à partir de bases fausses. Et tant qu il n y a pas de bouffée délirante, le « petit délire » peut paraître crédible. Cela donne des fondateurs d activité économique, sociale, politique, de religions et de sectes car il s agit d un malade social, là où le schizophrène est un perturbé asocial et dans un délire peu structuré.
  17. 17. Structure psychotique Est-ce que j existe ? Le point de délire du schizophrène se repère, lui, dans sa propension à créer des néologismes. Ce qui frappe aussi en lui, ce sont les dissonances de son comportement, ses bizarreries. Son insertion social est problématique. Alors que chez l individu paranoïaque, l entreprise et toute autre organisation lui permettant de jouer son rôle lui vaut jusqu à un certain point une prothèse pour tenir debout et le protéger de son délire. Il n en reste pas moins qu il sera toxique pour ses collaborateurs, et toute responsabilité sur des personnes devrait lui être retirée.
  18. 18. Structure psychotique Est-ce que j existe ? En psychiatrie les psychoses sont considérées comme les maladies mentales les plus graves, sans que l individu concerné « en souffre » ni consulte car sa maladie lui fait croire qu il n est pas malade. En ce qui concerne la paranoïa et la schizophrénie l entrée dans la maladie se fait généralement par des bouffées délirantes répétitives (plus de quatre), comme des sortes d explosions psychiques où idées, perceptions et paroles se bousculent de façon anarchique et apparemment incohérente. Dans la paranoïa le délire est structuré autour d un thème précis (religieux, politique, juridique, scientifique, technique, sexuel). Dans la schizophrénie, les délires sont généralement moins structurés.
  19. 19. Structure psychotique Est-ce que j existe ? Ce sont des contre-indications au coaching et nécessitent une prise en charge médicale et un traitement à base de neuroleptiques. Les gestes de repérage et de sortie de cet accompagnement impossible sont : Relever les médicaments du client, ne pas souligner et encore moins questionner les constatations étranges, faire mine d accepter sans l altérer LA vérité exprimée et rediriger vers une structure médicale sous couvert d une instance supérieure si possible. Si la sortie de la relation n est pas possible, dérouler un accompagnement de type « trucs et astuces » tout en s assurant que le client prend bien son traitement..
  20. 20. Pratiques de Diagnostic Différenciel Sur analyse de cas et questions ouvertes La structure est définitive pour chaque sujet. Le diagnostic, lui, reste souple, en cliniciens, au cas par cas, en questionnement ouvert, que nous sommes.

×