« Rail and Ride » : La Laponie par les sommets
Aventure lointaine et mobilité douce

1. Le projet
« Rail and Ride » est un...
L’équipe Rail and Ride
Olivier, 28 ans, accompagnateur en montagne et ingénieur environnement.
Olivier c’est la force tran...
2. La préparation
Comment planifier son voyage en Train ?
Extraits du Compte-rendu de l’expédition ski-rail de 2010 :

Tit...
Nikkaluokta, point de départ de notre randonnée. Deux colis de 50 kg au total (nourriture et
tipi) ont donc été envoyé. Il...
3. En train à travers l’Europe
Jour 1: le 25 Mars 2011
Team Rail and Ride Haute-Savoie

Team Rail and Ride Savoie

10h01 G...
18 :26, bien casés dans notre compartiment, le train s’ébranle. Une nuit à traverser l’Allemagne,
à tester les délices du ...
connaissance de Marc et Fabrice, deux belges. Ils vont sur la Kungsleden, comme nous. Nous
terminerons le voyage ensemble,...
12 :17 embarquement dans le X2000, le TGV suédois. Enfin, pas tant GV que ça à cette
occasion…Explications du seul COUAC t...
-

Jour 3 : Le 26 Mars
Au réveil, la taïga…à perte de vue. La Laponie est là, présente, à l’infini.
Tiens ? Un renard sur ...
4. La Laponie par les sommets :
L’itinéraire :
Carte google map :
http://maps.google.fr/maps/ms?msid=210519801228172221784...
A ce tipi, nous avons rajouté un poêle démontable (800g) qui nous permettait aisément de faire
monter la température de 20...
Choix du parcours
En 2010, nous avons parcourus le Nord de la Kungsleden d’Abisko à Nikkaluokta. Cette année,
nous décidon...
La première semaine, nous avons des conditions de rêve (sans exagérer !) : beau temps, froid,
neige poudreuse (type gobele...
5. Nos impressions
C’est quand qu’on y retourne ?!
Sur le train :
C’était la 2e fois que nous nous rendions en train en La...
6. Perspectives
Le transport aérien étant une évidence dans nos choix de déplacements lointains, ce projet
permet de réflé...
Un grand merci à l’ensemble de nos partenaires. Nous ne sommes pas dans l’exploit et
pourtant ils croient en notre projet ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rail and ride récit

1 358 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 358
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
566
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rail and ride récit

  1. 1. « Rail and Ride » : La Laponie par les sommets Aventure lointaine et mobilité douce 1. Le projet « Rail and Ride » est un projet visant à tester la mobilité douce dans nos déplacements liés aux activités de pleine nature… aussi lointaines soient-elles. Le 25 mars dernier, nous sommes donc partis en train des Pays de Savoie pour un raid à ski, en Laponie suédoise. Les buts de ce voyage étaient de : - se rendre en Laponie suédoise en train depuis nos domiciles (Albertville et Passy). Tester la mobilité douce sur de longues distances, revoir notre approche du « Voyage Nature » : Comment sortir de nos logiques actuelles qui nous dirigent inéluctablement vers l’avion ? - Découvrir la Laponie par les sommets. - Mixer itinérance et raid en étoile autour d’un camp de base Ce type de voyage n’est pas nouveau pour nous. Nous avions déjà testé le voyage en train en Laponie en Mars 2010. Alors pourquoi y retournons-nous ? La Laponie est vaste…et montagneuse ! En 2010, nous n’avions parcourus que les fonds de vallée. Les belles pentes nous faisaient de l’œil…2011 sera l’année de la Laponie par les sommets ! Réaliser un raid en itinérance de 11 jours, poser des camps de base desquels nous rayonneront en étoile vers les sommets, s’éloigner des chemins classiques, s’immerger, s’imprégner des lieux pour mieux comprendre ce qu’EST la Laponie. Cette immersion, nous la souhaitons profonde…les deux jours de train qui nous séparent de notre destination en sont une composante essentielle…et c’est ce que nous souhaitons vous prouver ! Rail and Ride, attention au départ !
  2. 2. L’équipe Rail and Ride Olivier, 28 ans, accompagnateur en montagne et ingénieur environnement. Olivier c’est la force tranquille…le seul homme à nous mettre la claque en tirant 2 pulkas. Jean-Marie, 30 ans, ingénieur bâtiment. Toujours partant et perpétuellement content ! Avec lui, impossible de s’ennuyer ! Une valeur sure en expé ! Yann, 28 ans, ingénieur environnement. Passer des amarres de voiliers aux cordes d’alpinisme ne lui pose aucun souci…Question matos, il assure ! Fanny, 26 ans, accompagnatrice en montagne. C’est la meilleure pour préparer les expés. Toujours motivée, elle ne renonce jamais... même avec un genou en moins !
  3. 3. 2. La préparation Comment planifier son voyage en Train ? Extraits du Compte-rendu de l’expédition ski-rail de 2010 : Titre de transport: La carte Interrail, est un véritable « Passe-partout » européen : plusieurs formules sont disponibles suivant la durée du séjour. Nous avons opté pour la formule Flexipass nous permettant de voyager 10 jours en train sur un total de 22 jours de voyage. La carte Interrail laisse une grande liberté spatiale. En effet, sur la période indiquée, il est possible de prendre tous les trains que l’on souhaite ! Certains trains exigent toutefois d’effectuer des réservations. Des frais supplémentaires sont donc à prévoir. Toutes les informations sont sur le site : http://francais.interrailnet.com/ Planifier son voyage Certains sites (http://www.sbb.ch/fr et http://www.bahn.de) permettent de visualiser en un clic un itinéraire traversant l’Europe entière. Horaires, informations relatives aux trains… tout y est traité. Les réservations de trains peuvent s’effectuer : - Par téléphone ou internet auprès des compagnies nationales. Ceci nécessite de faire une réservation pour chaque pays. - Par téléphone auprès de DB France au 01.44.58.95.40. Cette compagnie réservera l’ensemble de vos trains moyennant des frais de dossier. Hors des périodes de vacances, les réservations peuvent se faire au « coup par coup », directement en gare ou dans les trains n’entravant pas la liberté de déplacement. Les bagages Nouveauté 2011 ! Une expédition hivernale nécessite un surplus de bagages non négligeable lorsqu’il s’agit de les porter en gare. Nous avons fait le choix cette année d’envoyer par FRET du matériel à l’avance, à
  4. 4. Nikkaluokta, point de départ de notre randonnée. Deux colis de 50 kg au total (nourriture et tipi) ont donc été envoyé. Ils ont mis deux semaines à arriver, sans soucis majeurs. La gérante du restaurant de Nikkaluokta n’a vu aucune objection à réceptionner nos colis, moyennant 5€/colis et par semaine. Elle est prête à renouveler l’expérience. Il fallait tenter ! Envoyer des colis à l’étranger à un coût…il nous en aura coûté 40€ par personne. Afin de limiter les bagages en train, il est aussi possible de louer du matériel ou d’acheter la nourriture sur place. D’une manière général, il n’y a qu’en gare où les bagages sont encombrants. Dans les trains, il est toujours possible de leur trouver une place. Choisir de voyager léger, permet surtout d’être plus mobile en gare et dans les « villes-étapes ». Le FRET apparait être alors une solution intermédiaire. Nous parlons bien ici de voyages hivernaux…en été, avec un seul sac à dos, la question ne se pose plus.
  5. 5. 3. En train à travers l’Europe Jour 1: le 25 Mars 2011 Team Rail and Ride Haute-Savoie Team Rail and Ride Savoie 10h01 Gare de St-Gervais-L-B-Le-Fayet 11h49-11h59 Gare de Bellegarde 12h25 Descendre à l'arrêt Gare de Genève 10h02 Gare d’Albertville (Bus TER) Changement Gare de Chambéry (Bus TER) 14h20 Gare de Genève Team Rail and Ride au complet! 15:14 gare de Genève 17:53 Gare de Basel SBB 18 :26 Gare de Basel SBB – train de nuit pour Kobenhavn (Danemark) Partis de Savoie et de Haute-Savoie, l’équipe se retrouve au complet en gare de Genève. Le voyage peut commencer ! Lac de Genève, lac de Neuchâtel, moyenne montagne calcaire, nous nous laissons surprendre par la Suisse. 18 :20, gare de Basel (suisse) Le train est à quai. Nous repérons le wagon à vélo dans lequel nous casons nos bagages, en prenant soin tout d’abord de vérifier la destination ce wagon… une partie du train étant annoncé pour Moscou ! Voilà qui fait rêver !
  6. 6. 18 :26, bien casés dans notre compartiment, le train s’ébranle. Une nuit à traverser l’Allemagne, à tester les délices du wagon-bar, à voir le soleil descendre sous l’horizon…Premières parties de cartes, premières rencontres aussi…et déjà le train devient nôtre. Jour 2 : le 26 Mars 10:02 arrivée Kobenhavn H 10:33-11:06 Kobenhavn H-Malmö C 12:17 Malmö Stockholm C 16:54 Stockholm C 17:57 Stockholm C- train de nuit 07 :00 frontière germano-danoise. Quelques personnes sont déjà aux fenêtres dans les couloirs. La campagne danoise défile. Notre compartiment se réveille lentement. Grand luxe, le contrôleur nous apporte le petit-déjeuner commandé la veille. Café, jus d’orange (qui deviendra sorbet 1500 km plus au Nord), pâté, beurre… Nous traversons la mer, une fois, deux fois. Le Danemark est un pays d’iles. Copenhague se situe sur la plus orientale, à un bras de mer de la Suède. Dans le train pour Malmö, nous faisons la
  7. 7. connaissance de Marc et Fabrice, deux belges. Ils vont sur la Kungsleden, comme nous. Nous terminerons le voyage ensemble, nous nous retrouverons au fin fond de la Laponie et nous reprendront le même train au retour… par hasard ! A Malmö, où nous avons 1h20 devant nous. Olivier s’offre même une balade en ville…
  8. 8. 12 :17 embarquement dans le X2000, le TGV suédois. Enfin, pas tant GV que ça à cette occasion…Explications du seul COUAC train que l’on aura eu de tout le voyage : Chronologie: - Nous rentrons dans le train - les places que nous avions réservées sont occupées…Aïe - le contrôleur passe. Nous le questionnons. Il nous répond que nous ne sommes pas dans le bon train…Aïe n°2…Il nous explique que notre train est parti une heure avant (quoi ??) et que le train que l’on a pris est celui qui partait une heure plus tard mais qui en fait est parti une heure en avance… donc à l’heure indiquée sur notre billet ?!). Le contrôleur nous dit que nous serons à l’heure à Stockholm. Ouf ! - Lecture . Wagon-Bar - nous commençons à nous questionner…nous devons arriver à Stockholm dans 10 mn et à la fenêtre défilent forets et lacs… - nous devrions être à Stockholm…toujours des forets et des lacs. - direction le wagon-bar où discutent les contrôleurs. Les contrôleurs parlementent déjà avec nos belges. En fait, notre train ne devait pas arriver à l’heure mais avec une heure de retard. Aïe n°3. Nous avons dû tomber sur un contrôleur stagiaire… Au final : Nous arrivons à Stockholm, nous loupons notre train de nuit MAIS, la SJ, compagnie qui gère les trains nous offre le repas du soir. AAAAAHHHH ! Heureux dénouement ! Nous avons donc 3 heures devant nous avant le prochain train de nuit pour le Nord. Nous laissons pulkas, skis, sacs à nos amis belges qui mangent et nous partons nous balader en ville pendant 1h30. Et là, nous ne regretterons vraiment pas d’avoir manqué le train…A peine sortis de la gare, un groupe nous interpelle : « Eh ! Mais vous parlez français ? »…des Burundais, bien contents de parler français dans la capitale suédoise ! Nous leur demandons où peut-on boire un coup dans un endroit sympa… Et c’est comme ça que nous nous retrouvons au cœur de la capitale suédoise, avec des Burundais…dans une brasserie belge ! S’en suit une petite balade en ville avant de retrouver la gare, et nos burgers gracieusement offerts par la SJ ! 21 :23, train de nuit. Le train, est notre territoire ! Pas de doute ! A peine rentrés, nous prenons rdv avec Marc et Fabrice au wagon-bar, nous faisons la connaissance de Sebastian, suédois et futur accompagnateur en montagne qui ne se fait pas prier pour venir jaser avec nous. Il nous raconte qu’il met moins de temps en train pour aller skier dans les Alpes que pour monter en Laponie !
  9. 9. - Jour 3 : Le 26 Mars Au réveil, la taïga…à perte de vue. La Laponie est là, présente, à l’infini. Tiens ? Un renard sur un lac gelé ! Au rythme du train, nous nous laissons surprendre. Encore un petit changement à Boden, au quai unique. Et notre dernier train… déjà ? La mine à ciel ouvert de Kiruna apparait au loin. Il est temps de quitter nos fauteuils. (Avec regrets ?) Un premier voyage s’achève…
  10. 10. 4. La Laponie par les sommets : L’itinéraire : Carte google map : http://maps.google.fr/maps/ms?msid=210519801228172221784.00049be7f2eee35326fe0&m sa=0&ll=56.752723,13.710938&spn=22.636862,86.572266 Description précise de l’itinéraire en montagne visibles sur C2C : http://www.camptocamp.org/routes/277892/fr/raid-en-laponie-suedoise-nikkaluoktavakkotavare Un premier voyage en Laponie suédoise en 2010 en ski de randonnée nordique nous a convaincu de revenir équipés de nos skis alpinismes. Sur la Kungsleden, la voie Royale, nous évoluons dans de larges vallées glaciaires enserrées de sommets. De belles pentes, aux exposions variées, des sommets parfois alpins…A quoi ressemble donc la Laponie par les sommets ? 4 mois après, rien que d’y penser, mon souffle s’accélère… Nous avons découvert une autre Laponie. Immense, Infinie, Grandiose. Seuls aux sommets, pas une trace à perte de vue, nous nous sommes laissés envoûtés par cette immensité, par ces couleurs « pastels » que l’on ne retrouve pas en vallée, par cette solitude propre aux grands espaces. Durant deux semaines, nous avons donc déplacé notre camp de base afin d’être au plus près des pentes. Allier itinérance et raid en étoile autour d’un camp établis pour 2 ou 3 jours… Découvrir la Laponie en profondeur, ne pas faire que « passer », mais se poser et s’imprégner des lieux, tel était notre envie. Le Camp de base Notre camp de base, nous le voulions convivial. Pas question de vivre séparément dans 2 tentes. Le choix du Tipi nordique s’est dons imposé comme une évidence ! D’une superficie de 17 m2 au sol, adapté au bivouac hivernal et aux conditions venteuses (il a résisté à des rafales de 80 km/h), le tipi est devenu une véritable résidence secondaire…itinérante ! Et pas question d’avoir froid !
  11. 11. A ce tipi, nous avons rajouté un poêle démontable (800g) qui nous permettait aisément de faire monter la température de 20° à l’intérieur du tipi ! Autre avantage non négligeable, nous avons pu faire sécher nos vêtement ! Un camp de base douillet c’est être assurés de garder une bonne ambiance au sein de l’équipe. En tout cas, pour nous, cela n’a pas loupé ! Rail and Ride, une aventure CONVIVIALE ! Petit PS : En ce qui concerne la tenue au vent, elle est très bonne…nous nous sommes pris une bonne tempête et le tipi n’a pas bronché.
  12. 12. Choix du parcours En 2010, nous avons parcourus le Nord de la Kungsleden d’Abisko à Nikkaluokta. Cette année, nous décidons de la parcourir de Nikkaluokta à Vakkotavare. 80 km d’itinérance que nous avons réalisé sur 4 jours et demi. Les 7 jours restant étant consacrés à l’ascension des sommets. Les 2 premiers camps de base, nous les établissons près des refuges…Mais les approches sont longues, voire interminables ! Nous nous rendons vite compte que le choix du camp de base prendra toute son importance lorsque nous nous établirons au plus près des sommets convoitées. C’est à partir de ce moment là que nous nous sommes laissés happés par l’immensité des lieux. Nous établissons donc nos camps de base aux pieds de pentes variées, souvent à l’entrée de petites vallées perpendiculaires à la Kungsleden. Ceci nous permettait d’avoir plus de choix en cas de changements météo ou nivologiques.
  13. 13. La première semaine, nous avons des conditions de rêve (sans exagérer !) : beau temps, froid, neige poudreuse (type gobelet !!) sur un fond extra dur. Un manteau neigeux béton, nous pouvions envisager de nombreux sommets. A la fin de la première semaine, le temps s’est dégradé. Une journée de neige et de vent. Les températures se sont considérablement radoucies (on a dépassé les 0°) et les conditions de neige se sont franchement dégradées. La deuxième semaine, nous avons donc continué à skier, mais sur des pentes beaucoup plus débonnaires. Attention, à la précision des cartes : les détails de pentes ne sont pas toujours spécifiés. Nous nous sommes fait surprendre sur un mini-sommet et avons déclenché une plaque de belle importance.
  14. 14. 5. Nos impressions C’est quand qu’on y retourne ?! Sur le train : C’était la 2e fois que nous nous rendions en train en Laponie depuis les pays de Savoie. Et avec Yann, nous nous demandions si nous allions nous ennuyer… Et bien que nenni !! Encore une fois, le train ce n’est que du bonheur ! Ce deuxième voyage, avec une équipe différente nous a profondément convaincue de la facilité et des satisfactions apportées par le voyage en train. Pour nous, les 4 jours de voyages A/R ont été ponctués de très belles rencontres, de soirées inoubliables… Prendre le temps tout en sillonant l’Europe…le train s’impose à mes yeux comme une évidence ! Encore une fois, voyager en train sur de longues distances, ce n’est pas du « temps perdu », mais du temps alloué à la découverte, au partage et à l’immersion. Sur la découverte de la Laponie par les sommets : GRANDIOSE ! Peu de mots me viennent à l’esprit pour exprimer cette immensité. Une chaîne de montagnes à pertes de vue, une faune ultra-abondante, la solitude, une grande variété de pentes…un paradis pour le randonneur à ski (de 600 à 1300 m de dénivelé) ! Sortir des vallées pour découvrir la Laponie par les Hauts permet d’avoir une vue d’ensemble de ce territoire. Sur le mixte itinérance et randonnée en étoile autour d’un camp de base : Poser un camp de base en Laponie prend tout son sens lorsque l’on veut être au plus près des pentes. Les approches depuis les refuges sont souvent longues et le tipi prend ici toute son importance. Notre camp de base, nous le voulions convivial et fonctionnel…Avec le tipi, c’est une vrai réussite. Cuisine à l’intérieur, possibilité de séchage des vêtements, petit poêle à bois…un vrai « camp de base ». S’installer pour plusieurs jours permet aussi une immersion plus profonde dans ses terres. Rester plusieurs nuits aux mêmes endroits nous a permis de mieux comprendre les lieux…les heures de parades des lagopèdes n’ont plus de secrets pour nous !
  15. 15. 6. Perspectives Le transport aérien étant une évidence dans nos choix de déplacements lointains, ce projet permet de réfléchir comment surmonter nos schémas actuels de pensée, qui restreignent nos choix et nos possibilités. Aussi, nous souhaitons faire de ce voyage « Rail and Ride », un projet ambitieux : - En réalisant un film à destination des festivals de voyages, des salons liés à la randonnée et à la mobilité, et des associations locales. - En faisant de ce projet un support aux stations alpines souhaitant communiquer sur les modes de transports durable et sur leur accessibilité à l’échelle européenne. - En proposant une aide à destination des voyageurs pour rendre le voyage et l’aventure plus accessibles. - En proposant des solutions concrètes aux professionnels du voyage afin que ce type de projet puisse être reconduit à grande échelle. - Pour suivre le projet - Pour obtenir plus de renseignements sur le voyage en train et la Laponie (CR de 2010….) SE RENDRE SUR: http://rail-and-ride.blogspot.com ou sur Facebook: Rail and Ride
  16. 16. Un grand merci à l’ensemble de nos partenaires. Nous ne sommes pas dans l’exploit et pourtant ils croient en notre projet ! Merci à : - L’office du tourisme de Passy L’office du tourisme des Saisies Le grand Bivouac festival Décathlon Albertville Satoriz Albertville Ski Randonnée Nordique.com Carnets D’Aventures Aventure Nordique InterRail - Club Alpin Français Albertville Grand Nord Grand Large Mountain Wilderness Pyrenex Pyrene Bushcraft Blue Ice Stebat Contacts: Sur la Haute-Savoie: Fanny Cathala 06 29 61 62 34 fanny.cathala@yahoo.fr Sur la Savoie: Olivier Cartier-Moulin 06 62 32 01 86 olivier.cartier@hotmail.fr

×