Et le français dans tout ça #28

656 vues

Publié le

Tutoriel de français sur "quoi que" et "quoique".

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
656
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
565
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Deux mots sont homophones lorsqu'ils se prononcent de la même façon, mais s'écrivent différemment. Bien sûr, leurs sens diffèrent, puisqu'il s'agit de mots distincts. Ce sont le plus souvent les mots d'une ou de deux syllabes qui ont des homophones (extraordinaire n'a pas d'homophone). Il faut donc toujours se demander lorsqu'on écrit un mot court s'il n'y a pas risque de confusion avec un autre mot. On peut parfois s'aider de mots de la même famille. Être particulièrement vigilant avec les mots faisant partie d'une expression et dont le sens n'est plus toujours perceptible.
  • Et le français dans tout ça #28

    1. 1. « quoique » ou « quoi que » ? On n'entend pas de différence entre « quoique » et « quoi que » quand on les prononce, ce qui explique que certains écrivent « quoiqu'il fasse, je le soutiens » au lieu de « quoi qu'il fasse, je le soutiens ».  Quoi que Cette locution pronominale indéfinie s'écrit en deux mots : « Quoi que vous décidiez, je vous soutiendrai. » (C'est-à-dire : quelle que soit votre décision...) « Quoi qu'elle achète, c'est toujours de bonne qualité. » (C'est-à-dire : quels que soient ses achats... quelles que soient les choses qu'elle achète...) Selon le verbe utilisé, cette locution peut avoir des fonctions différentes. Ainsi, « quoi que » peut être : - complément d'objet direct : « Quoi qu'il fasse, c'est toujours sans réfléchir. » (Qu'il fasse quoi ?) - ou attribut du sujet : « Quoi que ce soit, n'y touche pas. » (Quoi est attribut du sujet ce)
    2. 2. Ce qui facilite beaucoup les choses, c'est que la locution « quoi que » s'utilise le plus fréquemment dans un petit nombre d'expressions figées. Voici les plus courantes : – quoi qu’il en soit, quoi qu’il arrive, quoi qu’il advienne et (plus rarement) quoi qu’il y paraisse. « Je ne sais pas à quelle heure on passera me chercher mais, quoi qu’il en soit, je me tiendrai prêt. » « Quoi qu'il arrive, nous tiendrons nos promesses. » (on trouve aussi : « quoi qu'il puisse arriver. ») – quoi qu'on dise, quoi qu'on fasse, quoi qu'on pense... « Quoi qu'on dise, les plus riches ne sont pas les plus heureux. » « Les voitures sont de plus en plus sûres et pourtant, quoi qu'on fasse, il y aura toujours des accidents. »
    3. 3.  Quoique Cette conjonction de subordination s'écrit en un seul mot. Elle introduit une proposition subordonnée marquant l'opposition ou la concession : « Quoique le voyage se soit bien passé, elle se sentait fatiguée. » Quoique a le même sens que d'autres conjonctions de subordination exprimant l'opposition : bien que, encore que... « Quoique le mois d'avril soit déjà bien avancé, la température reste fraîche. » (Bien que le mois d'avril soit déjà bien avancé...) « J'ai eu l'air de l'approuver, quoiqu'au fond je ne sois pas d'accord avec lui. » (... encore qu'au fond je ne sois pas d'accord avec lui.) Quoique régit parfois une proposition subordonnée dont le verbe est sous-entendu. En ce cas, la conjonction peut simplement introduire : – un adjectif : « Quoique sympathique, elle s'est fait peu d'amis » (c’est-à-dire : « quoiqu'elle soit sympathique... ») – un participe présent : « Il prend tout son temps, quoique se sachant déjà en retard » (c'est-à-dire : « ...quoiqu‘il se sache déjà en retard. ») – un participe passé : « Quoique partis de très bonne heure, nous ne sommes arrivés que le soir » (c’est-à-dire : « quoique nous soyons partis de très bonne heure. . . ») – un adverbe : « Il voudrait, quoique tardivement, présenter ses excuses » (c’est-à-dire : « quoique ce soit tardivement... »)
    4. 4. – un substantif : « C'est un grand athlète mais, quoique champion de France, il a déçu le public » (c'est-à-dire : « quoiqu'il soit champion de France... ») Il arrive, uniquement à l'oral et dans un contexte familier, que la conjonction « quoique » s'emploie seule, comme si la suite de la phrase tout entière était sous-entendue. Il s'agit alors d'exprimer un doute ou de marquer un temps d'hésitation : « J'ai bien envie de l'envoyer sur les roses ! Quoique... Ce n'est peut-être pas une bonne idée » (c'est-à-dire : Et pourtant... Ce n'est peut-être pas une bonne idée. ») EN RÉSUMÉ Quoique peut toujours se remplacer par bien que, encore que : « Quoiqu'il y ait du soleil, la température reste froide. » (Bien qu'il y ait du soleil...) « Je ne me souviens pas de ça, quoique je l'aie appris par cœur. » (... bien que je l'aie appris par cœur.) Quoi que se remplace sans difficulté par quelle que soit la chose que (ou quelles que soient les choses que…) : « Quoi que vous chantiez, c'est agréable à écouter. » (Quelle que soit la chose que vous chantez...) « Quoi qu'il raconte, je ne le crois plus. » (Quelles que soient les choses qu'il raconte...)
    5. 5. Vous souhaitez approfondir vos connaissances ? Au bonheur des Mots délivre des formations de remise à niveau en français. www.aubonheurdesmots.com http://leblogaubonheurdesmots.typepad.com
    6. 6. Vous souhaitez approfondir vos connaissances ? Au bonheur des Mots délivre des formations de remise à niveau en français. www.aubonheurdesmots.com http://leblogaubonheurdesmots.typepad.com

    ×