4. Parc de Trégarantec

415 vues

Publié le

4. Parc de Trégarantec

Publié dans : Art & Photos
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
415
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

4. Parc de Trégarantec

  1. 1. 4e « ouverture » 21 et 22 juin parc du château de TRégaraNtEC (mellionnec, 22) Cinq plasticiens dans le parc À partir du samedi 21 juin, cinq artistes présentaient leurs oeuvres, spécialement conçues pour le parc du Château de Trégarantec. Ce jardin de 3 hectares est réparti sur 3 niveaux, séparés par des balustres et des escaliers, traversé par une allée d’arbres centenaires. Au centre du jardin, un puits qui est déjà une sculpture. Au bout de l’allée centrale, un champ d’avoine, enfermé entre de hauts murs et souligné par des colonnes de granit. C’est à lui seul une installation. Chacun des artistes avait choisi l’emplacement qui convenait à son travail. Naufragé d’Edouard Sautai. (Photo : Jean-Claude Paréja) lieuxmouvants.tumblr.com
  2. 2. 1. Naufragé d’édouard Sautai « Naufragé fonctionne en écho à Miroir présentée simultanément dans la chapelle de Moustoir- Remungol sur le parcours de L’art dans les chapelles. Leur interrelation pourrait se résumer ainsi : Alors que le naufragé, la vision à fleur d’eau, perd à l’horizon son embarcation renversée, sa veuve s’agenouille au pied de l’ex-voto de la chapelle Notre-Dame des Fleurs sondant à travers les flots la silhouette engloutie du vaisseau ». édouard Sautai Chacun des visiteurs, après la surprise et l’éclat de rire qui suit la découverte du travail d’Édouard Sautai, tient à se faire prendre en photo à la place du Naufragé. (Photos Cendrine Lassalle) lieuxmouvants.tumblr.com
  3. 3. 2. De la vasque au puits de Côme Mosta-Heirt Côme Mosta-Heirt présente ainsi son travail : « Citation poétique s’il en est: dans ce parc, un geste d’abandon relie «la vasque au puits» en un amoncellement de pierres trouvées sur le lieu, ponctué par des blocs de glacis de couleurs : l’espace minéral confronté au pictural en quelque sorte. Le décor c’est la vasque, la structure c’est le puits. » (Photo Cendrine Lassalle) Tranchant sur le noir de la ferronnerie originale, Côme a peint de couleurs vives les fers de soutènement rajoutés récemment. (Photo Olivier Samica) lieuxmouvants.tumblr.com
  4. 4. 3. Rose, le passage de l’amoureux de Jean-Marc Nicolas « Rose, le passage de l’amoureux est un long tunnel sculptural rose. Situé entre le château et les massifs arbustifs de la terrasse basse, il est le lien formel entre l’architecture et le jardin, le passage (secret?) qui relie le château austère au jardin amoureux ». Jean-Marc Nicolas (Photo Olivier Samica) Le public des enfants a particulièrement apprécié l’aspect ludique du tunnel, quand ils n’essayaient pas de l’escalader. (Photo Cendrine Lassalle) lieuxmouvants.tumblr.com
  5. 5. 4. Allochtone d’Igor Antic « Allochtone (Espèce d’origine étrangère) est une oeuvre qui introduit la couleur dans la végétation et conduit les sons de la nature vers le spectateur. Conçue comme une « peinture abstraite en trois dimensions », elle prend la forme d’un cadre géant à travers lequel on observe l’enchevêtrement des lignes sinueuses des gaines et des branches ». Igor Antic (Photos Cendrine Lassalle) Cette fenêtre sur la forêt, parcourue de centaines de mètres de gaines violemment colorées, paradoxalement, nous fait redécouvrir la profondeur des arbres. (Photo Olivier Samica) lieuxmouvants.tumblr.com
  6. 6. 5. Frontière de Bob Verschueren « Cette installation est une question de lin, de liens. Á un des murs qui séparent le jardin du reste du domaine, des branches d’arbres restent suspendues, arrimées de l’autre côté de l’enceinte, une sorte de lévitation forcée. C’est aussi susciter la curiosité : qu’y a-t-il de l’autre côté du mur? » Bob Verschueren Chacun de ces trois nuages de branches a une tonalité différence : bois mort, bois moussu ou bois couvert de lichens. (Photo Bob Verschueren) Et derrière le mur chaque nuage a son port d’attache singulier, trouvé sur le terrain et légèrement modifié. (Photo Bob Verschueren) lieuxmouvants.tumblr.com
  7. 7. (Photo Olivier Samica) (Photo Bob Verschueren) (Photo Cendrine Lassalle) lieuxmouvants.tumblr.com
  8. 8. Trois Jardins éphémères Chacun à sa manière, les trois jardins éphémères de Trégarantec ont rendu hommage au jardin du 17e siècle depuis longtemps disparu du parc du château mais dont on ressent encore la forte présence. « Les murs, liberté ou limite ? » par Elise Hardy « Le jardin surprise » par Léa Chevalier « L’art du semis à la française » par Marie Bouyer (Photos Léa Chevalier) lieuxmouvants.tumblr.com
  9. 9. les ateliers nature et histoire Et toujours les samedis des week-ends d’ouverture, des ateliers spécifiques au site sont proposés aux visiteurs : « Les refuges à petites bêtes » par Jakez Lintanff « L’if en Bretagne » par Guy Joncour « Sources et ruisseaux voisins » par Gilles Huet « Les salmonidés des rivières bretonnes » par Olivier Samica « Mellionnec, carrefour culturel » par Hernri Le Naou « Les rapaces, nos concurrents » par Guy Joncour « Chasse et jardin » par Yvon Mehauté « La réinvention du jardin à la française » par Olivier Samica (Photo Bernard Le Douaron) lieuxmouvants.tumblr.com
  10. 10. Le sacre #2 sur un champ d’avoine Au coeur de cette journée brûlante , Lieux Mouvants accueillait «Le Sacre # 2 », reconstitution historique du « Sacre du printemps » de Nijinski que Dominique Brun, chorégraphe et historienne de la danse, a créé pour la scène en mars 2014. Elle proposait à Trégarantec une version inédite : « Ici plus encore que la terre, c’est un champ d’avoine et le ciel qui ont remplacé la lumière des théâtres. À l’origine, l’histoire du Sacre nous entraîne de jour, pour sa première partie, comme pour mieux nous conduire inexorablement dans la nuit obscure de sa seconde partie. Pour Trégarantec, les deux parties du Sacre – habituellement reliées entre elles par une introduction qui s’entend dans le noir – s’exposeront continûment en pleine lumière... Terre, et ciel confondus d’un même geste, tendu vers le sacrifice final de l’élue. […] » Sur scène, au milieu d’un champ d’avoine mûre, au bout de l’allée qui sépare la cour du château des murs d’enceinte du domaine, près de quarante danseurs ont offert au public un moment inoubliable de danse contemporaine, entre le ciel et la terre. (Photos Jean- Claude Paréja) Comme l’a relaté « Ouest France» le lendemain, en Bretagne « tout peut arriver » : Le sol était brûlant, les danseurs, pieds nus pendant le premier acte, ont remis leurs chaussures et ceux qui n’en avaient pas… ont emprunté des chaussures au public ! (Photos Bernard Le Douaron) lieuxmouvants.tumblr.com La vidéo du «Sacre # 2» sera bientôt sur le site de «Lieux Mouvants»

×