Observatoire28_170308                                        19/03/08     15:51          Page 2




                      ...
Observatoire28_170308     19/03/08     15:51   Page 3




         Tendances                                      4ème tri...
Observatoire28_170308     19/03/08     15:51    Page 4




                                               Année 2007      ...
Observatoire28_170308        19/03/08       15:51     Page 1




                                                         ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

LES "TOPS & LES FLOPS" DES TPE EN 2007

824 vues

Publié le

L’enquête annuelle de la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA), réalisée en partenariat avec le groupe Banque Populaire, passe en revue les performances économiques des petites entreprises en 2007. Secteur par secteur, profession par profession, coup de projecteur sur les « tops et les flops » des TPE de l’artisanat, du commerce et des services.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
824
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

LES "TOPS & LES FLOPS" DES TPE EN 2007

  1. 1. Observatoire28_170308 19/03/08 15:51 Page 2 l’OBSERVATOIRE AVRIL 2008 - N° 28 de la Petite Entreprise Fédération des Centres de Gestion Agréés • Banque Populaire É TUDE RÉALISÉE AUPRÈS DES PETITES ENTREPRISES ADHÉRENTES DES C ENTRES DE G ESTION A GRÉÉS , MEMBRES DE LA FCGA NUMÉRO SPÉCIAL ANNÉE 2007 Tendances 2,2% 4ème trimestre 2007/ 4ème trimestre 2006 ZOOM les pharmacies Inquiétude dans janv. 2007 - déc. 2007/ Avec un chiffre d’affaires en hausse 3,2% janv. 2006 - déc. 2006 de 6,2 % au quatrième trimestre 2007, les professionnels du médicament tirent la croissance du secteur de la Spectaculaire reculade de la consommation au santé (+ 6,1 % en moyenne pour les mois de janvier 2008 : - 1,2 % pour les dépenses opticiens, les pharmaciens et les des ménages en produits manufacturés. Une laboratoires de prothèse dentaire). “secousse” statistique qui intervient après une Hors métiers du transport (+ 9,3 %), hausse globale de + 2,1 % en décembre 2007 c’est le plus fort taux d’accroisse- (données corrigées des variations saisonnières et ment d’activité du dernier trimestre. des jours ouvrables). Dans le commerce de Avant le bâtiment (+ 4,9 %) et le com- détail, les dépenses augmentent de 1,5 % à la fin merce de détail alimentaire (+ 2 %). de l’année précédente. Sur l’ensemble du qua- Un résultat d’autant plus impres- trième trimestre de 2007, la consommation des sionnant que les 23 162 officines Dans ce contexte tumultueux, la ménages fléchit légèrement (- 0,2 % contre + 1,9 % connaissent, depuis quelques valeur des fonds reste toujours forte. au troisième trimestre). L’indice TPE traverse cette années, une crise inquiétante. Selon En 2006, les prix s’établissaient en zone de turbulences sans trop de casse, puisqu’il plusieurs études convergentes, le taux moyenne à 90 % du chiffre d’affaires, affiche des tendances nettement positives sur les de marge de la profession s’effrite et même 93 % dans les centres deux périodes analysées. depuis 2003 et passe de 28,46 % à commerciaux. Le prix correspondrait 27,53 en 2006. Le taux de résultat à 8 fois l’excédent brut d’exploitation. moyen est également en baisse, En outre, la pharmacie demeure Évolution du Baromètre CGA passant de 9,53 % à 8,18 %. Toutefois, si l’on en croit le Rapport malgré tout une profession rentable. La vraie menace, aujourd’hui, vient Intention Intention du Haut Conseil pour l’avenir de de Bruxelles. La récente charge de d'investissement de recrutement Moral des TPE l’assurance maladie, “le revenu la Commission européenne contre 30 moyen croit à un rythme de 2 à 3 % le principe de propriété personnelle 25 26,0 % l’an hors inflation pour la cinquième de l’officine et le monopole de distri- année consécutive (2002/2004)”. bution du médicament pourrait bien 20 17,7 % L’Ordre des pharmaciens confirme remettre en cause la pharmacie à 15 16,7 % pourtant “une nette détérioration la française. de la situation économique de l’offi- Tous les yeux sont donc tournés vers 10 cine depuis deux ans”. Même si les Bruxelles où semble se jouer l’avenir 5 pharmacies implantées en milieu de la profession. Dossier à suivre... 0 rural s’en sortent beaucoup mieux 1er S 2ème S 1er S 2ème S 1er S 2ème S (notamment grâce à la dispensation 2005 2005 2006 2006 2007 2007 de médicaments vétérinaires pour les animaux de rente).
  2. 2. Observatoire28_170308 19/03/08 15:51 Page 3 Tendances 4ème trimestre 2007 Taux d’accroissement du chiffre d’affaires 4ème trimestre 2007/ 4ème trimestre 2006 4ème trimestre 2007/ 4ème trimestre 2006 AUTOMOBILE - MOTO : CULTURE & LOISIRS : Carrosserie automobile 2,0% 0,9% Librairie-papeterie-presse - 0,1% - 0,2% Auto, vente et réparation 1,9% Articles sport, pêche et chasse - 1,5% CAFÉ - HÔTELLERIE - RESTAURATION : Tabac-journaux-jeux - 0,2% Hôtel-Restaurant 0,5% 0,4% Studio photographique - 0,3% Restauration 0,7% ÉQUIPEMENT DE LA MAISON : Café -1,5% Electroménager - TV - HIFI - 4,0% - 1,7% BÂTIMENT : Magasins de bricolage 2,0% Couverture 7,5% 4,9% Fleuriste - 0,3% Maçonnerie 7,0% Vaisselle-verrerie-faïence - 5,8% Electricité 13,4% Meuble - 8,6% Plomberie-Chauffage-Sanitaire 2,2% ÉQUIPEMENT DE LA PERSONNE : Plâtrerie-Staff-Décoration 2,0% Menuiserie 4,8% Mercerie-Lingerie-Laine 1,5% - 1,3% Carrelage-faïence 4,3% Vêtements enfants 8,6% Peinture bâtiment - 0,2% Prêt-à-porter - 2,4% Terrassements-Travaux publics - 14,8% Chaussures - 1,4% Horlogerie-Bijouterie 0,3% BEAUTÉ - ESTHÉTIQUE : Parfumerie 2,2% 1,5% SANTÉ : Coiffure 1,0% Pharmacie 6,2% 6,1% Esthétique 6,8% Optique-lunetterie 2,1% COMMERCE DE DÉTAIL ALIMENTAIRE : Prothésiste dentaire 1,9% Charcuterie 3,4% 2,0% SERVICES : Boulangerie-Pâtisserie 2,3% Laverie pressing - 1,6% 1,2% Pâtisserie 3,1% Entreprise de nettoyage 5,0% Alimentation générale 2,0% Agences immobilières - 8,6% Fruits et Légumes 1,9% Boucherie-Charcuterie 1,9% TRANSPORTS : Poissonnerie-Primeurs - 3,5% Taxis-Ambulances 8,1% 9,3% Crémerie - 0,4% Transport de marchandises 9,4% Les électriciens font des étincelles Au quatrième trimestre 2007, ils caracolent en tête de toutes moyen de 4,6 mois, les carnets de commande s’échelonnent les professions de l’artisanat, du commerce et des services de 2 mois et demi pour les entreprises de moins de 10 salariés des 11 secteurs d’activité étudiés ! Avec une croissance de à 6 mois pour les entreprises de grande taille”, précise la der- 13,4 % de leur activité par rapport au dernier trimestre de nière note de conjoncture de la CSEEE. Malgré ces bons indi- l’année 2006, les électriciens du bâtiment sont portés par un cateurs, les conditions d’exploitation restent difficiles pour les marché en pleine expansion valorisé à 24 milliards d’euros. électriciens. Notamment pour les petites structures qui repré- Selon la Chambre syndicale des entreprises d’équipement sentent la grande majorité des entreprises du secteur : 85% électrique (CSEEE), 2007 est une année riche en chantiers d’entre elles emploient moins de 6 salariés. Principale difficulté publics et privés. La bonne orientation du marché enregistrée rencontrée : la pénurie de main-d’œuvre qualifiée sur le mar- au premier semestre s’est largement confirmée au second, ché du travail. Et faute de “bras” suffisants pour répondre à une sur le neuf comme pour l’entretien-rénovation. “D’un niveau demande grandissante, les pertes de marchés se multiplient. Les travaux publics en panne de chantiers C’est le décrochage le plus important du quatrième trimestre (- 16 %) après deux mois exceptionnels. Il faut cependant 2007, tous secteurs confondus. Les entreprises de terras- nuancer l’analyse en fonction de la taille des entreprises. sement et travaux publics finissent l’année dans le rouge : Si les gros donneurs d’ordre résistent plutôt bien aux caprices - 14,8 % par rapport à la même période en 2006. de la conjoncture, les petites entreprises artisanales qui Paradoxalement, cette chute de l’activité intervient après interviennent sur le marché de la sous-traitance sont tou- une année plutôt satisfaisante. Selon la Fédération nationale chées de plein fouet par le ralentissement de la commande des travaux publics (FNTP), les entreprises ont enregistré publique. Les difficultés d’accès des TPE aux marchés de “un très haut niveau d’activité sur l’ensemble de l’année l’Etat et des collectivités locales, le gel de certains chantiers 2007 avec une progression de 15 % du chiffre d’affaires en raison des élections municipales et l’augmentation du des travaux publics”. L’organisation professionnelle relève prix des matériaux ont contribué à affaiblir les petites cependant une nette diminution de l’activité en décembre entreprises de terrassement et travaux publics. 2
  3. 3. Observatoire28_170308 19/03/08 15:51 Page 4 Année 2007 Tendances Taux d’accroissement du chiffre d’affaires Évolution Évolution Évolution Évolution 2007/2006 2006/2005 2007/2006 2006/2005 AUTOMOBILE - MOTO : 1,5% 1,3% CULTURE & LOISIRS : - 1,0% 0,3% Carrosserie automobile 5,1% 2,8% Librairie-papeterie-presse - 2,1% 2,0% Auto, vente et réparation 1,6% 1,5% Articles sport, pêche et chasse - 6,8% - 1,0% CAFÉ - HÔTELLERIE - RESTAURATION : 2,0% 1,5% Tabac-journaux-jeux 0,0% 2,6% Hôtel-Restaurant 3,6% 2,8% Studio photographique - 0,9% - 3,3% Restauration 1,9% 1,1% ÉQUIPEMENT de la MAISON : 1,1% 1,5% Café - 0,7% 0,0% Electroménager - TV - HIFI 1,7% 6,2% BÂTIMENT : 4,9% 4,7% Magasins de bricolage 7,0% 9,5% Couverture 8,6% 5,4% Fleuriste 1,3% - 0,3% Maçonnerie 3,8% 5,1% Vaisselle-verrerie-faïence - 6,3% -7,9% Electricité 8,5% 7,0% Meuble - 5,6% -1,3% Plomberie-Chauffage-Sanitaire 2,6% 2,5% Plâtrerie-Staff-Décoration 5,5% 6,3% ÉQUIPEMENT de la PERSONNE : 1,1% 0,3% Menuiserie 5,2% 1,9% Mercerie-Lingerie-Laine 0,9% 0,5% Carrelage-faïence 15,3% 3,5% Vêtements enfants 8,4% - 0,1% Peinture bâtiment 5,0% 7,5% Prêt-à-porter - 0,3% - 0,1% Terrassements-Travaux publics - 6,8% 17,0% Chaussures 2,2% 1,9% BEAUTÉ - ESTHÉTIQUE : 1,4% 0,8% Horlogerie-Bijouterie 4,1% 1,4% Parfumerie 4,3% 3,6% SANTÉ : 3,8% 1,4% Coiffure 1,0% 0,5% Pharmacie 3,8% 1,4% Esthétique 5,6% 4,8% Optique-lunetterie 3,0% 2,3% COMMERCE DE DÉTAIL ALIMENTAIRE : 1,9% 0,6% Prothésiste dentaire 0,1% - 0,2% Charcuterie 3,4% - 0,2% SERVICES : 5,9% -1,0% Boulangerie-Pâtisserie 2,5% 0,6% Laverie pressing - 0,9% 1,1% Pâtisserie 3,8% 1,9% Entreprise de nettoyage 3,1% 1,8% Alimentation générale 1,0% - 0,1% Agences immobilières 3,7% - 11,2% Fruits et Légumes - 1,1% 3,1% Boucherie-Charcuterie 2,0% 1,1% TRANSPORTS : 10,6% 11,2% Poissonnerie-Primeurs - 1,9% - 1,4% Taxis-Ambulances 8,7% 7,8% Crémerie - 1,1% 0,6% Transport de marchandises 10,8% 12,5% Croissance record pour les carreleurs ! Les spécialistes des céramiques et faïences affichent la plus revanche pour un métier dont on longtemps sous-estimé les forte croissance cumulée de l’année 2007 : + 15,3 %. Sur les capacités d’adaptation et d’innovation. Aujourd’hui, ces douze derniers mois, c’est la progression de chiffre d’affaires professionnels interviennent toujours sur leurs marchés tradi- la plus importante toutes activités confondues. Des neuf tionnels (salles de bain, cuisines…), mais ils exploitent aussi de professions qui composent la catégorie “bâtiment” de notre nouveaux créneaux : piscines, façades, bureaux… Ils se posi- étude, le carrelage-faïence est celle qui se détache le plus tionnent de plus en plus comme de véritables décorateurs nettement avec un résultat trois fois supérieur à la moyenne capables de conseiller une clientèle désireuse d’embellir annuelle du secteur (+ 4,9 %). Comparativement à l’année son espace de vie. Confrontée à de sérieuses difficultés de précédente (+ 3,5 % sur la période 2006/2005), les carreleurs recrutement, la profession s’ouvre aux jeunes femmes pour quadruplent largement leur chiffre d’affaires. Une belle augmenter le nombre d’apprentis et assurer la relève. Les magasins de sport perdent du terrain En repli de - 6,8 %, le chiffre d’affaires des magasins d’articles Sévèrement concurrencés par les grandes enseignes natio- de sport, pêche et chasse s’essouffle sensiblement en 2007. nales et internationales dédiées au sport, les commerçants Selon filieresport.com, le site officiel des entreprises de traditionnels à résister à la pression de ces puissants réseaux commerce d’articles de sport et des équipements de loi- au marketing bien rôdé. Même sur les segments de marché sirs, le marché représente 8,9 milliards d’euros répartis ainsi qui leur étaient historiquement réservés : sport de compéti- en 2006 : tion, camping, montagne, chasse, pêche… L’apparition de 6,7 milliards réalisés par environ 4000 magasins spécialisés nouveaux concepts de magasins à l’offre bien ciblée, (essentiellement des grandes enseignes qui représentent l’hyperspécialisation des chaînes et la formation pointue des plus de 80 % du chiffre d’affaires des commerces spécialisés) équipes de vente semblent emporter les faveurs de consom- 2,2 milliards d’euros réalisés par les autres entreprises mateurs sensibles au confort d’achat fourni par les grandes de la distribution non spécialisées (grandes surfaces enseignes. Les commerçants indépendants qui se sont adaptés alimentaires, prêt-à-porter, chausseurs, VPC…) à cette nouvelle donne tirent, eux aussi, leur épingle du jeu. 3
  4. 4. Observatoire28_170308 19/03/08 15:51 Page 1 N° 28 Parole à AVRIL 2008 Philippe PAILLET Président de la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) L’Observatoire de la Petite Entreprise (OPE) : Quel est le bilan Sur la troisième marche du podium, on trouve deux professions global de l’activité des TPE en 2007 ? pratiquement ex æquo : les transporteurs de personnes (taxis, ambulances) avec + 8,7 % et les entreprises de couverture (+ 8,6 %). Philippe PAILLET : Dresser un bilan global de l’activité des petites Il s’agit là de professions traditionnellement solides et dont les entreprises est un exercice toujours périlleux tant cet univers est résultats annuels moyens sont généralement satisfaisants. En 2007, hétéroclite. Du pharmacien au restaurateur en passant par rappelons-le, les taxis se sont mobilisés contre une proposition de l’agent immobilier, le charcutier ou encore l’ébéniste, les TPE la Commission Attali visant à déréglementer l’installation dans le forment un monde très disparate qui ne se prête pas facilement métier. Les électriciens (+ 8,5 %) et le commerce de vêtements aux analyses globales… pour enfants (+ 8,4 %) réalisent des performances similaires. Pour Toutefois, je peux dire que la tendance générale est plutôt favo- cette dernière activité, en recul de - 0,1 % en 2006, c’est un véri- rable puisque dix secteurs sur onze enregistrent une progression table retour à la prospérité sur un marché hyper concurrentiel et de leurs chiffres d’affaires. C’est d’ailleurs la deuxième année largement dominé par les enseignes spécialisées. La restructuration consécutive que ce phénomène se produit. D’autre part, on assiste de l’offre, autour de critères qualitatifs plus exigeants, explique à un redressement de l’activité dans plusieurs professions, même probablement la belle performance des magasins indépendants. si les progressions enregistrées ne sont pas toujours spectaculaires. Je tiens cependant à préciser qu’il existe parfois, au sein d’une OPE : Certaines professions enregistrent, à l’inverse, une hausse même famille professionnelle, d’importants écarts d’activité. Dans modérée ou un recul plus net. Comment interprétez-vous ces l’équipement de la maison, par exemple, les magasins de brico- résultats ? lage progressent de 7 % alors que les commerces de vaisselle reculent de - 6,3 %. Seule l’approche par métier permet d’analyser Philippe PAILLET : Hormis les professionnels du terrassement et des les performances économiques des TPE de manière nuancée et travaux publics (- 6,8 %), de nombreuses professions de l’artisanat fidèle à la réalité statistique. du bâtiment enregistrent un accroissement de leur chiffre d’affaires compris entre + 2,6 % (plomberie-chauffage-sanitaire) et 5,5 % OPE : Quelles sont, précisément, les professions qui enregistrent (plâtrerie-staff-décoration). Sans compter évidemment celles qui les progressions les plus fortes en 2007 et comment analysez- réalisent des progressions beaucoup plus importantes et que j’ai vous leurs performances ? citées plus haut : carrelage (+ 15,3 %), électricité (+ 8,5 %), couver- ture (+ 8,6 %). Les maçons, même s’ils affichent une croissance Philippe PAILLET : En 2007, les carreleurs-faïenciers réalisent la plus + 3,8 %, sont en repli par rapport à l’année précédente (+ 5,1 %). forte progression de chiffre d’affaires, toutes professions confon- Parmi les autres progressions satisfaisantes, on peut notamment dues. Ces artisans du bâtiment cumulent une croissance annuelle citer les agences immobilières (+ 3,7 %, après une baisse de - 11,2 % de + 15,3 %. C’est un résultat plutôt inattendu et qui illustre en 2006), la pharmacie (+ 3,8 %), l’horlogerie-bijouterie (+ 4,1 %), la notamment l’extraordinaire capacité des carreleurs à exploiter carrosserie automobile (+ 5,1 %) et les instituts de beauté (+ 5,6 %). de nouveaux marchés : conseil en décoration intérieure, travaux Les trois secteurs qui enregistrent les reculs les plus nets sont : dans les piscines, interventions sur les façades, valorisation des Le terrassement et les travaux publics (- 6,8 %), principalement espaces professionnels… en raison des aléas de la sous-traitance et des difficultés d’accès Les transporteurs de marchandises, même s’ils sont en recul par aux marchés de l’Etat. rapport à l’année précédente, occupent la deuxième place Les magasins d’articles de sport (- 6,8 %), étouffés par les avec une activité en hausse de + 10,8. Mais attention, dans ce cas, grandes surfaces spécialisées y compris sur leurs marchés au piège des chiffres : la répercussion de la hausse record du prix “historiques” : sport de compétition, montagne, camping... du carburant sur le tarif des prestations fausse l’analyse. La crois- Les magasins de vaisselle-verrerie-faïence (- 6,3 %), bousculés sance en valeur, dans les petites entreprises de transport, ne se par l’offre de la grande distribution et les enseignes dédiées traduit pas forcément par une meilleure rentabilité. aux arts de la table. Méthodologie Partenariat Les indices d’activité sont calculés chaque trimestre, à partir des chiffres La FCGA et le Groupe Banque Populaire s’associent pour publier chaque d’affaires d’un échantillon de 15 000 petites entreprises de l’artisanat, du trimestre l’évolution des chiffres d’affaires des principaux métiers de commerce et des services. l’artisanat, du commerce et des services. Les chiffres publiés proviennent de Pour toute demande d'information sur les indicateurs, contactez à la FCGA : l’exploitation, par la FCGA, de données communiquées volontairement par 01.42.67.80.62 - E-mail : info@fcga.fr les adhérents des CGA répartis sur l’ensemble du territoire. Co-éditeurs : FCGA - 2, rue Meissonier 75017 PARIS - www.fcga.fr / Banque Fédérale des Banques Populaires - Le Ponant de Paris - 5, rue Leblanc 75015 PARIS - www.banquepopulaire.fr • Directeur de la publication : Philippe PAILLET • Directeur de rédaction : Christian LE SEAC'H • Rédaction en chef : Nasser NEGROUCHE • Maquette : VE design • Impression: Vincent Imprimeries • Crédit photos : Phovoir/BFBP • Tirage 35 884 exemplaires • Périodicité trimestrielle • Cible : acteurs économiques, organisations professionnelles et consulaires, collectivités territoriales, presse professionnelle, économique et financière, 4 nationale et régionale • N° ISSN : 1632.1014

×