Informations pour une bonne audition
Newsletter de juin 2010




Révision de l’AI
La liberté de choix est en jeu


Engagem...
auditionsuisse




                                                                                               Les term...
auditionsuisse




Une solution alternative durable:
Le modèle d’intégration
Le Contrôle fédéral des finances a déjà propo...
auditionsuisse




Acquisition par l’Etat, comme
en Grande-Bretagne?
La Grande-Bretagne est souvent présentée comme un exe...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Newsletter 1 2010 frz.

550 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
550
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
19
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter 1 2010 frz.

  1. 1. Informations pour une bonne audition Newsletter de juin 2010 Révision de l’AI La liberté de choix est en jeu Engagement en faveur de la concurrence Comparer les prix et les prestations Une solution alternative durable Le modèle d’intégration Révision de l’AI: La liberté de choix est en jeu Le Conseil fédéral a l’intention d’acquérir lui-même à l’avenir les moyens auxiliaires de l’AI. Pour vous, cela se traduira par une sévère limitation du choix d’appareils et une mise sous tutelle par l’administration fédérale. Concrètement, il en résulte que l’assuré qui n’achète pas d’appareil de la gamme étatique perdra la contribution de l’assurance. L’un des principes de base des assu- Acquisition par l’Etat: pas dans la gamme étatique perd la rances sociales en Suisse veut que les la fin de la liberté de choix contribution de l’assurance et doit lui- assurés décident eux-mêmes du pro- L’intention est donc de supprimer ce même payer la totalité de prix. Peu im- duit à acquérir avec la prestation de principe pour les moyens auxiliaires porte à cet égard qu’il ait besoin de cet l’assurance. Ils sont libres de leur achetés par l’Etat. Bien qu’à première appareil pour des raisons médicales ou choix. Ce principe s’appelle le principe vue le droit à la substitution de la pres- qu’il le considère tout simplement à la substitution de la prestation: l’as- tation semble bien être ancré dans la comme mieux adapté à sa situation. suré a le droit d’affecter l’argent de l’as- loi, le dernier alinéa de l’article pro- surance au produit répondant le mieux posé (cf. encadré) se révèle être l’auto- Entrave à la concurrence à ses besoins. Si le prix de l’aide audi- risation d’abolir le libre choix du La conséquence sera une diminution de tive dépasse la contribution de l’assu- moyen auxiliaire. Résultat recherché: la concurrence entre fabricants. Celui rance, il ne paiera que la différence. celui qui achète un appareil ne figurant qui aura pu placer ses produits dans la Newsletter de juin 2010 1
  2. 2. auditionsuisse Les termes de la proposition gamme étatique n’aura plus à se préoc- cuper de leur développement tech- nique ultérieur. Il pourra tabler sur le Le Conseil fédéral propose d’introduire fait que les assurés les achèteront, dans la loi sur l’assurance-invalidité (LAI) même si le service rendu n’est pas opti- un nouvel art. 21bis comportant un troi- mal. Lorsqu’on se rappelle que le projet sième alinéa dont les termes sont les sui- de loi ne contient aucune garantie vants: «En cas d’acquisition de moyens quant à l’étendue de la gamme de pro- auxiliaires par une procédure d’adjudica- duits, on comprend mieux toute la por- tion, le Conseil fédéral peut limiter le droit Révision de l’AI: ceux qui n’achète- tée de cette proposition. L’acquisition à la substitution de la prestation aux ront pas dans la gamme étatique étatique placera l’OFAS dans la situation moyens fournis par les soumissionnaires.» perdront désormais la contribution de l’assurance. d’un monopoliste qui, grâce à la sup- De nombreuses organisations demandent pression du principe de substitution, la suppression de cette disposition. Par sera en mesure d’imposer aux assurés exemple, par le biais de la pétition «Non les produits qu’ils devront lui acheter. aux monopoles de moyens auxiliaires» (cf. p. 3) Notre engagement en faveur du marché et de la libre concurrence n Transparence des prestations: Lors de leur première visite, nous expliquons à nos clients ce qu’ils peuvent attendre: adaptation de premier ordre par un profes- sionnel parfaitement formé et diplômé, conseil compétent et l’entretien à vie du système auditif. n Transparence des prix: Dans nos points de vente, les prix sont clairement affi- Comparer les prix chés. Un catalogue des appareils avec une liste des prix à jour est disponible dans les magasins et peut y être facilement consulté. Nous soutenons la recommanda- et la qualité tion du CDF visant à introduire un système de benchmarking des prix. n Libre concurrence: Les fournisseurs de prestations – qu’il s’agisse de fabricants Aujourd’hui déjà, il est possible de com- de systèmes auditifs ou d’audioprothésistes – travaillent dans un cadre de libre parer sans difficulté particulière les prix et concurrence et s’efforcent d’offrir la meilleure qualité possible au meilleur prix. les prestations de plusieurs magasins spé- Nous refusons les monopoles, cartels, prix imposés et ententes sur les prix et nous cialisés. De plus en plus de clients deman- nous engageons activement en faveur de la liberté de choix pour nos clients. dent des offres indiquant avec précision n Comparaison de la qualité, des appareils et des prix: Nos patients sont des les prestations incluses. Le secteur des clients responsables. Nous les aidons à trouver le système auditif approprié. Nos aides auditives est favorable à cette évo- clients doivent pouvoir comparer les prestations, le service, les appareils et les prix. lution. En effet, elle montre que, même Sur demande explicite, nous établissons des devis de manière rapide et compé- pour les moyens auxiliaires, le marché tente. peut fonctionner parfaitement, grâce à n Changement de prestataire: Nous nous engageons en faveur de la liberté de des clients en position de force et bien in- choix de nos clients et leur facilitons, si possible, le changement de prestataire. formés. Nous nous engageons en faveur d’une convention tarifaire facilitant le change- ment. n Service de médiation pour les problèmes auditifs: Nous sommes favorables au travail du Service de médiation et le soutenons professionnellement et financiè- rement. Il accomplit un travail important, destiné à offrir des conseils compétents et gratuits et à engager, si nécessaire, une procédure de médiation. Contact: www.ombudsstelle-hoerprobleme.ch 2 Newsletter de juin 2010
  3. 3. auditionsuisse Une solution alternative durable: Le modèle d’intégration Le Contrôle fédéral des finances a déjà proposé une solution alternative à l’acquisition par l’Etat et à une gamme restreinte: un simple forfait versé à tous les assurés souffrant d’un problème auditif. Ce modèle renforce la position des personnes concernées, respecte leur autonomie, garantit la fourniture d’appareils simples et adéquats et améliore la situation des personnes lourdement handicapées. Pétition contre les monopoles Le système actuel reposant sur des ex- rer la situation des personnes nécessi- des moyens auxiliaires pertises médicales approfondies, des ta- tant des mesures d’insertion particu- rifs et le remboursement de la presta- lières. tion à l’audioprothésiste se traduit par L’organisation «Zentrum für selbstbe- des coûts élevés pour l’assurance-invali- Placer les personnes concernées stimmtes Leben» (ZSL Suisse) a lancé une dité. C’est la conclusion du Contrôle fé- au cœur du système pétition qui s’engage en faveur de l’auto- déral des finances dans son rapport de A l’avenir, ce forfait serait versé directe- nomie de la personne et contre un mono- plus de cent pages de juin 2007. La si- ment aux assurés, sur présentation d’un pole d’Etat. Les monopoles d’Etat tout tuation s’explique par l’augmentation justificatif d’achat de système auditif. Il comme les cartels économiques sont im- constante des cas. Bien que leur nom- leur appartiendrait désormais de décider médiatement préjudiciables aux per- bre ait doublé depuis 1995, le prix par eux-mêmes de l’appareil et de la presta- sonnes concernées. Seul un marché libre cas a baissé. Dans le système actuel de tion de service auxquels ce montant se- face à des clients avertis crée des incita- tarifs et de niveaux d’indication, ni les rait affecté. Ce forfait serait cependant tions positives et favorise les fabricants et clients ni les prestataires ne sont suffi- exclusivement destiné à l’acquisition les prestataires dont l’offre répond aux samment incités à l’économie. d’une aide auditive. Le droit à la substi- besoins des personnes concernées. Délé- tution de la prestation continuerait de guer ce libre choix à l’Etat constituerait La proposition du CDF: s’appliquer sans limite (cf. p. 1). Le libre une régression. Une carte de signature un forfait simple choix de l’appareil resterait ainsi pré- est jointe à cette newsletter. Signez-la, Le CDF a proposé de passer à un sys- servé, ce qui renforcerait les personnes vous aussi! Votre signature compte. Re- tème simplifié, systématiquement axé concernées dans leur position de clients, tournez la carte ou signez sur Internet à sur le principe d’une fourniture d’appa- la concurrence jouant autour de leurs l’adresse www.non-aux-monopoles- reils «simples et adéquats». Toute presta- besoins. de-moyens.auxiliaires.ch tion allant au-delà serait alors à la charge de l’assuré. Une réglementation des cas de rigueur permettrait d’amélio- Newsletter de juin 2010 3
  4. 4. auditionsuisse Acquisition par l’Etat, comme en Grande-Bretagne? La Grande-Bretagne est souvent présentée comme un exemple de réussite de l’achat d’aides auditives par l’Etat. Les appareils y seraient nettement moins chers qu’en Suisse. Mais en y regardant de plus près, on constate des conséquences graves pour les personnes concernées. Tous les ans, le National Health Service ne coûtent rien à l’assuré, et ce, pendant Système à deux vitesses (NHS) britannique achète pour ses as- toute la durée de vie de l’appareil. Conséquence d’un système de fourni- surés, au total, un million d’appareils de ture étatisé: la satisfaction et le taux 14 types différents. L’ensemble de la lo- Longs délais d’attente d’utilisation sont faibles. Par contre, en gistique et la remise aux personnes Le système de fourniture étatique re- Suisse, 90 % des personnes concernées concernées s’effectuent dans des cen- cèle d’énormes inefficiences, débou- portent leur appareil régulièrement. tres de santé publics et sont donc sub- chant sur des délais d’attente se comp- L’AI en profite directement. En Grande- ventionnés également par l’Etat. La tant en mois, voire en années. En Bretagne, le taux n’est que de 60 %. Les comparaison des prix GB – Suisse est 2005, le délai d’attente moyen d’appa- appareils auditifs britanniques sont objectivement faussée, car le coût de la reillage était de plus d’un an, ce qui donc nettement moins utilisés. Ceux fourniture et la large offre de service s’est traduit par des situations ab- qui peuvent se le permettre en Grande- des fabricants ne sont pas pris en surdes: en été 2007, on a ainsi appris Bretagne se tournent vers le marché compte. On ignore par ailleurs les que le NHS avait informé une femme privé où il n’existe pas de listes d’at- énormes frais administratifs de l’achat âgée de 108 ans qu’elle devrait atten- tente. Loin de se limiter à 14 appareils, par l’Etat. dre 18 mois avant d’être appareillée. il offre toute la gamme de plusieurs Depuis, les listes d’attentes ont été ré- centaines de produits. A la place de la Volume cent fois supérieur duites à environ six semaines, grâce à fourniture étatique, les clients y bénéfi- Au vu de la situation actuelle, ce million des financements publics supplémen- cient du service complet de spécialistes d’appareils couvrirait près de vingt ans taires pour le personnel chargé de la répondant à des problèmes individuels de consommation en Suisse. Le volume logistique et de l’appareillage. Les ap- et réglant l’appareil jusqu’à ce qu’il des 14 appareils distribués en Grande- pareils en cause sont majoritairement fonctionne. C’est donc un service com- Bretagne est environ cent fois plus im- des systèmes obsolètes qui ne sont parable à celui que nous connaissons portant qu’en Suisse. Chez nous, il existe même plus disponibles en Suisse pour chez nous, fourni à des prix similaires en revanche 200 appareils différents qui des raisons de qualité. aux nôtres. Enregistrez l’adresse en photographiant le BeeTagg* avec votre BeeTagg Reader. Vous n’avez pas encore de BeeTagg Reader sur «auditionsuisse» votre téléphone mobile? Informations pour une bonne audition Il vous suffit de taper «Bee» et de l’envoyer sous forme de SMS au 989, puis de suivre les instructions à l’écran. Case postale 511, CH-3000 Berne 7 (Coût: prix d’un SMS en fonction de l’opérateur) Tél. +41 (0)31 312 28 50 www.auditionsuisse.ch * Le BeeTagg est un code-barre imprimé qui mémorise des informations. Vous récupérez ces informations en photographiant le BeeTagg avec votre téléphone mobile. «auditionsuisse» est la plate-forme de communi- Votre téléphone mobile se connecte sur Internet et envoie les informations directement cation du secteur des aides auditives. Les associa- vers votre écran. Ce processus nécessite un logiciel gratuit, appelé BeeTagg Reader. tions des fabricants et des prestataires de services se sont réunies pour proposer au public des informa- Cachet de l'audioprothésiste: tions sur la fourniture des aides auditives en Suisse, les derniers développements dans le domaine des aides auditives et la prévention des lésions de l’ouïe. Sur ce site Internet, vous trouverez des faits et chiffres sur la fourniture d’aides auditives en Suisse.

×