Discours de Sara KOUAKOU, CPM Guinée

1 082 vues

Publié le

Atelier de lancement du PNAAFA, 17-18 mai 2011, Conakry

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 082
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
116
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Discours de Sara KOUAKOU, CPM Guinée

  1. 1. Atelier de démarrage du Programme national d’appui aux acteurs des filières agricoles (PNAAFA) Discours de SARA KOUAKOU, Chargée de Programme Associée du FIDA pour la Guinée Monsieur le Chef de Cabinet représentant Son Excellence M. le Ministre de l’Agriculture, Monsieur le Président de la CNOP-G, Monsieur le Conseiller en portefeuille de la Division AOC du FIDA, Chers Partenaires au développement, Monsieur le Coordinateur du PNAAFA, Mesdames et messieurs, Chers invités,C’est un grand honneur et un réel plaisir pour moi, de m’adresser à vous, à l’occasion de l’atelier dedémarrage du Programme national d’appui aux acteurs des filières agricoles (en sigle, PNAAFA).Comme vient de le dire Monsieur le Coordinateur, l’objectif spécifique du PNAAFA est d’améliorer laproductivité et la compétitivité des activités des ruraux pauvres à travers une professionnalisation etune responsabilisation des OP dans le développement des filières porteuses. Cet objectif est en ligneavec ceux du Programme d’Options Stratégiques pour le Pays, en sigle COSOP, qui définit le cadrestratégique d’intervention du FIDA en République de Guinée. Le document du COSOP a été validé endécembre 2008 et couvre la période 2009-2014. La stratégie s’aligne sur les priorités du Gouvernementtelles que définies dans le DSRP2, la Politique nationale de développement agricole (PNDA) et le Codedes collectivités locales. Une revue à mi-parcours sera effectuée avant la fin de l’année en cours, dansle but de revoir la pertinence des objectifs par rapport aux nouvelles orientations du Gouvernement etdes derniers documents de stratégie.L’objectif global du COSOP 2009-2014 est de contribuer à la mise en place des baseséconomiques d’un développement rural et agricole durable, et à renforcer la capacité desruraux pauvres en vue dune meilleure gouvernance locale. Cela est sensé se réalisé à travers trois OS.Le premier objectif stratégique vise à renforcer la participation au processus local et nationald’élaboration des politiques et de programmation budgétaire.Le deuxième vise à renforcer l’accès des petits producteurs à des services d’appui à la productionefficaces et à des marchés de produits et dintrants agricoles transparents et concurrentiels pour lesfilières agricoles ciblées. i
  2. 2. Le troisième vise à favoriser l’accès des populations locales aux services financiers.Afin de réaliser le premier objectif stratégique, le Fonds finance, avec la Banque Mondiale, la phase II,dite « phase d’expansion », du Programme d’appui au communautés villageoises (PACV II). Le projetPACV-II a connu une période difficile dès le début de sa mise en œuvre, mais aujourd’hui, avec leréengagement et l’imminente reprise des décaissements de la Banque Mondiale et mise à dispositionde fonds supplémentaires par le FIDA et la Banque, le projet sera finalement en mesure de reprendrerapidement les activités sur le terrain et résorber une partie du retard pris. La mise en œuvre du PACV-II permettra, d’une part, d’établir et opérationnaliser un système décentralisé pour favoriser ledéveloppement local et, de l’autre, d’améliorer l’accès de la population rurale aux infrastructures etaux services de base et les revenus des collectivités rurales.L’atteinte des objectifs stratégiques 2 et 3, à savoir le développement des filières ciblées et l’accès aumicrocrédits adaptés et à la consolidation des ASF, sera possible à travers la mise en œuvre du Projetd’appui au développement rural en Basse-Guinée Nord (PADER-BGN) qui est à sa cinquième annéed’exécution, et qui d’ici son achèvement concentrera ses interventions sur la filière riz, et du PNAAFAdont le démarrage des activités sur le terrain est prévu à partir de cette année et pour lequel noussommes tous réunis ici aujourd’hui.Le PNAAFA couvre actuellement la Moyenne Guinée et la Guinée Forestière, mais le COSOP prévoit lacouverture progressive par le PNAAFA des quatre régions naturelles de la Guinée. Le reliquat del’allocation des ressources financières du FIDA 2010-2012 pour la Guinée permettra l’extension duPNAAFA à la région de la Haute-Guinée en 2012 pour un montant d’environ 9 millions de dollars. Laformulation est en cours. Une partie de l’allocation 2013-2015 sera ensuite utilisée pour l’extension àla Moyenne Guinée en 2013, à la fin du Projet PADER-BGN. Le reste permettra de continuer à financerle développement communautaire.L’idée est donc que progressivement l’intervention du FIDA en Guinée se résume en deux programmesnationaux (deux piliers) intervenant chacun dans un domaine : le PACV pour l’appui à la gouvernancelocale, et le PNAAFA pour le développement des filières agricoles par le biais des organisationspaysannes et de leurs faitières.J’en profite pour exhorter la nouvelle équipe du PNAAFA à développer un véritable partenariat avec lesdeux autres projets FIDA en cours : le PADER-BGN et le PACV-II. Il est indispensable à ce stade
  3. 3. Atelier de démarrage du Programme national d’appui aux acteurs des filières agricoles (PNAAFA)d’échanger les expériences et partager les connaissances de façon systématique et régulière dansdifférents domaines afin d’éviter les problèmes et difficultés de mise en œuvre connus par d’autresprojets et dans l’esprit du programme-pays.La réussite du PNAAFA dépendra bien évidemment de l’équipe de gestion, mais en grande partie ausside l’engagement des bénéficiaires dans sa mise en œuvre. Comme vous le savez, l’approche novatricedu PNAAFA pour le développement des filières agricoles est basée sur le fait de confier directement lamaîtrise d’œuvre de certaines activités à des structures faîtières paysannes, contrairement àl’approche plus classique dun recours aux prestataires de service privés ou associatifs. Chersbénéficiaires, je vous invite donc tous à participer activement aux travaux de l’atelier et à poser toutesles questions que vous jugez nécessaires pour une meilleure compréhension des objectifs duprogramme, de sa stratégie et de son domaine d’intervention.Avant de terminer, je voudrais adresser mes remerciements au Ministère de l’Agriculture, à l’équipe decoordination du PNAAFA pour l’organisation de cet atelier. Je remercie également la FRAO, le PADER-BGN et le PACV pour leur appui et soutien dans l’organisation.Enfin, je voudrais aussi remercier tous les invités et les participants, et vous souhaiter un bon etfructueux atelier de démarrage du PNAAFA.Le FIDA réitère une fois de plus son appui total aux efforts du Gouvernement dans le développementdu secteur agricole et la lutte contre la pauvreté rurale en Guinée.Je vous remercie. iii

×