La conscience du corps       EN VIE                                Expériences pour commencer à travailler votre coordinat...
 Il	  vous	  sera	  plus	  facile	  de	  faire	  ces	                                                                     ...
Comment	  puis-­je	  perturber	  cet	  équilibre?	                                                        de	   larrière	 ...
Une	  façon	  différente	  darrêter	  laffaissement	  	  	  	  Maintenant,	  vous	  savez	  comment	  vous	  vous	  affais...
Pour	  continuer	  à	  commencer	  	  	  Vous	  avez	  maintenant	  quelques	  informations	  qui	  vous	  aideront	  à	  ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Expériences pour commencer

473 vues

Publié le

Commencer à appliquer sur soi les concepts de la technique Alexander par des expériences simples

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
473
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Expériences pour commencer

  1. 1. La conscience du corps EN VIE Expériences pour commencer à travailler votre coordination découvrit de manière empirique un équilibre naturel de la tête un mécanisme capable de sur le sommet de la colonne La technique FM Alexander est freiner consciemment l’amorce vertébrale avant d’engager une pratique à caractère de toute action habituelle. En n’importe quelle action ( ce que éducatif, basée sur l’auto- privilégiant une relation FM Alexander appelait le observation et visant à défaire dynamique entre la tête et la «contrôle primaire»), l’élève ne les habitudes physiques et colonne vertébrale, non sent plus la nécessité de psychologiques qui entravent la seulement il résolut sa contracter une grande partie de mobilité naturelle. Elle apporte défaillance vocale mais il son corps pour atteindre son de nouveaux moyens améliora de manière globale la but. Au lieu de laisser son kinesthésiques dans notre façon coordination naturelle de son énergie se disperser dans des de réagir à chaque situation. organisme. En élaborant une automatismes, la mise en place technique pour désapprendre, il de cette « commande primaire » devint le pionnier de toutes les entre la tête et la colonne approches de conscience vertébrale lui permet de Qui était F.M Alexander ? corporelle. percevoir corporellement une nouvelle direction pour gérer ses Acteur australien spécialisé forces physiques et psychiques. dans le répertoire L’effet le plus immédiat est un shakespearien, Frederick Comment ça marche ? allongement et un Mathias Alexander a développé redéploiement du système sa méthode à la suite d’un Tout le monde, en voulant faire , musculaire tout entier. Le but problème d’extinction de voix a tendance à trop faire. Sous la ultime est «d’utiliser le corps» sur scène. Grâce à son grand conduite d’un professeur, l’élève dans une juste tension. La sens de l’observation, il prit retrouve une aisance naturelle tension musculaire relève de la conscience que des habitudes en prenant conscience des croyance, affirmait FM corporelles bien ancrées étaient tensions qu’il s’impose Alexander. responsables de son aphonie. Il inconsciemment. En favorisantAu-delà de la vision mécaniste et réductrice de la vie, il existe une connaissance sensible, émotionnelle, réfléchie de lorganisme vivant. Notre corps, dont nous partageons les caractéristiques avec tous les êtres sensibles, nous fait prendre conscience de notre capacité innée à guérir du traumatisme. PETER LEVINE
  2. 2.  Il  vous  sera  plus  facile  de  faire  ces   expériences  avec  un  ami.  Sinon,  travaillez   avec  laide  dun  miroir,  et  même  de   plusieurs  miroirs  qui  vous  aideront  à  vous   observer  de  face  et  de  côté  en  même  temps.        Où  est  votre  tête?         Savez-­vous  où   est   le   sommet   de   votre   colonne   vertébrale?  La   base   du   crâne   repose   sur   le   sommet   de   la   colonne  vertébrale.   Concentrez-­vous  un   moment   et   puis  placez   un   doigt   sur   le   niveau   qui   vous  semble   être   le   sommet   de   la  colonne.   Où  est  votre  doigt?  Quelques  personnes  pensent   que   le  sommet  de  leur  colonne  vertébrale  est  au  niveau   du  col  de  chemise.  Dautres  pensent  que  le  sommet  se  trouve  au  niveau  du  lobe  de  loreille.  Comment  localiser  le  sommet  de  la  colonne  vertébrale        Placez   vos   doigts  dans  vos  oreilles.   Inclinez   très   délicatement   votre   tête   en   avant  puis   en   arrière   dun   centimètre  environ.  Observez  où  se  passe   le  mouvement.   Le  sommet  de  votre  colonne  se  situe  au  milieu  de  la  base   du  crâne,  entre  les  oreilles   et   en   arrière   du   nez.   Est-­ce   là   que   vous   pensiez   trouver   le   sommet   de   la   colonne?   Si   vous  regardez   une  représentation   anatomique   du  crâne   et  de  la  colonne,   vous  pourrez   observer  que  le   sommet  de  la  colonne  se  trouve   en  fait   un   peu   plus  bas   que   les   conduits   auditifs.   Cependant,   dun   point   de   vue   fonctionnel,   il   vous   sera   plus  facile   de  retrouver  une  liberté   de  mouvement  en  considérant  que   la  tête  bouge  à  partir  dun  point  se   trouvant   entre  les  oreilles  et  en  arrière  du  nez.        Maintenant,  sans  quitter  votre   position  avec  les  doigts  dans  les  oreilles,  contractez  doucement  les  muscles  postérieurs  du   cou  et  notez  ce  que  fait   la  tête.  Arrêtez  de   contracter   votre  cou  et  regardez  ce  qui  se  passe.  Amusez-­vous  à  répéter  lexpérience.  Vous  pouvez  remarquer  que  lorsque  vous  contractez  les  muscles  postérieurs  du  cou,   votre   tête   a  tendance  à  tomber  en  arrière   et  en  bas.   Et   lorsque   vous  arrêtez  de   contracter,   la  tête   revient   vers  lavant  et   le  haut.  Pourquoi  la  tête   est-­elle  partie  en  bas  et  en  arrière?  Parce   que   vous  avez  contracté  les  muscles  du  cou.  Et  pourquoi   est-­elle  revenue  en  haut  et  en  avant?  Parce  que  vous  avez  arrêté  de  contracter  les  muscles  du  cou.  Et  vous  pouvez  retirer  les  doigts  des  oreilles.  Pourquoi  devrais-­je  porter  attention  à  lemplacement  de  ma  tête?        À  cause  dune  réalité   commune  à  tous  les  animaux  possédant  une  tête  et   une   colonne  vertébrale  :  léquilibre   de  la  tête  sur  le  sommet  de  la  colonne  vertébrale  détermine  la   qualité   de  vos  mouvements.  En  dautres  termes,  la   relation  subtile  entre   la   tête   et   le   reste   du   corps   conditionne   votre   niveau   de   coordination.   En   séquilibrant   naturellement   sur   le  sommet   de   la   colonne   vertébrale,   la   tête   nous   permet   dêtre   merveilleusement   coordonnés.   Si   nous   perturbons  léquilibre  de  la  tête,  nous  perdons  cette  faculté  naturelle.  
  3. 3. Comment  puis-­je  perturber  cet  équilibre?   de   larrière  du   cou,  vous  contractez   aussi  lensemble  des   muscles   du   corps   qui   provoquent   laffaissement.         Pourquoi   pouvons-­nous   perdre   notre   coordination   Pourtant,   de   nombreuses   personnes   nont   pas   le  naturelle?   Parce   que   nous   contractons   inutilement   les   sentiment   de   contracter   les   muscles   lorsquils  muscles   du   cou.   Essayez   cette   expérience.   En   position   saffaissent,   ils   pensent   au   contraire   obtenir   un   effet  assise  sur   une  chaise,  bougez  vos  bras  et  portez  attention   relaxant   après   une   station   debout   prolongée   par  à   la  sensation  quils  vous  procurent..  Maintenant,  tout   en   exemple  ou  encore  un  travail  physique  important.  bougeant  vos  bras,  contractez   les  muscles  postérieurs  du         Cet   affaissement   vous  procure-­t-­il   un   effet   relaxant?  cou.  Quelle  sensation  éprouvez-­vous  dans  les  bras?   Aimez-­vous  rester  assis  de  cette   manière  ou  cela  devient-­ il  inconfortable?  La   plupart  des  gens  naiment  pas  rester        Arrêtez  de  contracter  la  partie  postérieure  du   cou.  La   affaissés  pendant  très  longtemps.  tête   a-­t-­elle   bougé?   Est-­ce   que   vous   ressentez   vos   bras  différemment?   Si   vous   nêtes   pas   sûr,   renouvelez  lexpérience. Comment  puis-­je  arrêter  de  maffaisser?        Laissez  votre   tête   tomber  plus  loin   en   arrière  et  en   bas  lorsque  vous  bougez  vos  bras.        La  plupart  des   gens  vous  diraient  :   «  tiens-­toi  droit!  ».        Que  remarquez-­vous?   Ils   vous   diraient   de   FAIRE   quelque   chose   pour   ne   pas         Maintenant,   arrêtez   de   contracter  les  muscles  du   cou.   vous  effondrer.  Essayons  ceci  :  à   partir  de  votre   position  Que  remarquez-­vous?   affaissée   sur   la   chaise,   redressez-­vous   et   notez   ce   que        (Vous  pouvez  arrêter  de  bouger  les  bras)   vous   faites   pour   vous   redresser.   Notez   surtout   deux        Si  cette  expérience   sest  passée  pour  vous  comme  pour   choses   :   la   direction   que   vous   prenez   et   la   qualité   de  la  plupart  des  gens,   vos  bras  sont  devenus  plus  lourds  et   mouvement   que  vous  utilisez.   La   direction  fait   référence  plus   difUiciles   à   bouger   lorsque   vous   avez   contracté   les   au   chemin   que   vous   prenez   pour   partir   du   point   A  muscles  de   la  nuque.  Vous  pouvez  aussi   avoir  ressenti  de   «   affaissé   »  au  point   B  «   redressé   »,  et  la   qualité   décrit  la  linconfort   dans  votre  cou.   Mais  lorsque  vous   avez  arrêté   manière   dont   vous   bougez   :   de   manière   facile,  de   contracter   les   muscles   postérieurs   du   cou,   vos   bras   confortable,  tendue,  inhabituelle,  lourde,  légère,  etc.  sont  devenus  plus   légers,   plus  faciles  à  bouger.  Quest-­ce        Votre   position  redressée   est-­elle   confortable?  Pouvez-­qui  a   provoqué  le   changement   dans  vos  bras?  Le  niveau   vous   la   tenir   longtemps?   Pourriez-­vous   rester   assis   sur  de   tension   musculaire   dans  votre   cou.   Nous  avons  parlé   un   banc   sans   dossier   pendant   plusieurs   minutes   sans  des   muscles   de   larrière   du   cou,   mais   nous   avons   aussi   avoir   de   douleur?   La   plupart   des   gens   ressentent   de  des   muscles   en   avant   du   cou.   La   plupart   des   gens   linconfort  en   position   redressée   prolongée.   Si   vous  sous  perdent   leur   coordination   naturelle   en   contractant   les   sentez  inconfortables,  laissez-­vous  aller  de  nouveau  dans  muscles   postérieurs  du   cou,   dautres   en   contractant   les   laffaissement.   Recommencez   à   vous   redresser,  muscles   de   la   partie   antérieure   du   cou,   et   dautres   en   doucement,   en   notant   la   direction   et  la  qualité   de   votre  faisant   les  deux!   Vous  pouvez   renouveler  lexpérience   en   déplacement  et  observez  en  particulier  ce  que  fait  la  tête  contractant  les  muscles   antérieurs   du   cou  et  observez  ce   en  relation  avec  le  reste  du  corps.  qui  se  passe.        Que  remarquez-­vous?         Avez-­vous   commencé   à   bouger   de   manière   facile?   Avez-­vous   continué   avec   cette   qualité   ou   à   un   certain  Que   se   passe-­t-­il   lorsque   la   tête   va   vers   le   point   avez-­vous   commencé   à   contracter   les   muscles?  bas?   Avez-­vous  remarqué  si  votre  tête  bougeait   en  premier  ou   était-­ce   une   autre   partie   du   corps   qui   amorçait   le         Voici   une   autre   expérience   :   asseyez   vous   sur   une   mouvement?   Quels   muscles   avez-­vous   contractés   pour  chaise,   contractez   les   muscles   postérieurs   du   cou   pour   vous   redresser?   La   plupart   des   gens   contractent   les  que   la   tête   commence   à   tomber   vers  le   bas  et   larrière.   muscles  du  dos  pour  se   redresser.  Si  vous  nêtes  pas  sûrs  Augmentez   la   contraction   et   observez   ce   qui   se   passe   de   ce   que   vous  faisiez   avec   la   tête   pour   vous   redresser,  dans  votre  corps.   répétez  lexpérience  avec  les  doigts  dans  les  oreilles.         Que   se   passe-­t-­il?   La   plupart   des   gens   ressentent  comme   un   «  effondrement  ».  En   contractant   les  muscles  
  4. 4. Une  façon  différente  darrêter  laffaissement        Maintenant,  vous  savez  comment  vous  vous  affaissez,  et  comment  vous  pouvez  éviter  de  le  faire  en  vous  redressant.  Mais  vous  avez  toujours  un  problème  :  vous  ne  voulez  plus  vous  affaisser  et  le  redressement  devient  rapidement  inconfortable.  Que  pouvez-­vous  faire?      Premièrement,  rappelez-­vous  ce  qui  a  provoqué  laffaissement  :  vous  avez  contracté  les  muscles  du  cou  puis  de  lensemble  du  corps,  vous  avez  FAIT  quelque  chose  pour  vous  affaisser.  Maintenant,  quest-­ce  qui  a  le  plus  de  sens?  Arrêter  de  saffaisser  en  FAISANT  quelque  chose  (en  se  redressant),  ou  arrêter  de  FAIRE  quelque  chose  qui  provoque  laffaissement?        Essayons  une  autre  expérience  :  redressez  votre  index  verticalement  puis  placez  la  paume  ouverte  de  lautre  main  sur  le  sommet  de  votre  index.  Appuyez  sur  le  sommet  de  lindex  avec  la  paume  de  lautre  main.      Quarrive-­t-­il?        Vous  observez  probablement  que  votre  index  plie,  se  déforme  dune  certaine  façon  sous  leffet  de  la  poussée.  Maintenant,  enlevez  votre  main.  Que  se  passe-­t-­il?  Le  doigt  revient  dans  sa  position  de  départ.  Pourquoi  le  doigt  a-­t-­il  plié?  Parce  que  vous  avez  poussé  dessus.  Pourquoi  a-­t-­il  arrêté  de  plier?  Parce  que  vous  avez  arrêté  de  pousser  dessus.        Pourquoi  vous  affaissez-­vous?  Parce  que  vous  poussez  vous-­même  sur  votre  corps  en  contractant  inutilement  les  muscles  du  cou  et  du  corps.  Comment  pouvez-­vous  arrêter  de  vous  affaisser?  En  arrêtant  de  pousser  vous-­même  sur  votre  corps.  Il  vous  sera  maintenant  plus  facile    d’arrêter  de  FAIRE  quelque  chose  qui  provoque  laffaissement.        Commençons  avec  la  relation  entre  la  tête  et  le  corps.  Lorsque  vous  êtes  assis  dans  une  position  affaissée,  pensez  à  relâcher  les  muscles  du  cou.  Permettre  aux  muscles  de  se  relâcher  ne  veut  pas  dire  FAIRE  quelque  chose  pour  les  relâcher.  Cela  veut  dire  simplement  darrêter  de  les  contracter.  Vous  navez  quà  penser  très  clairement  à  réduire  lhyperactivité  musculaire.  Cest  ici  quun  ami  ou  un  miroir  peut  vous  aider  en  vous  faisant  remarquer  si  vous  arrêtez  effectivement  de  contracter  les  muscles  du  cou  ou  si  vous  essayez  de  faire  quelque  chose  pour  les  relâcher.  Permettre  aux  muscles  de  se  relâcher  vous  donnera  probablement  la  sensation  de  ne  rien  faire.  À  ce  stade,  certaines  personnes  seront  tentées  de  FAIRE  quelque  chose  pour  pouvoir  sentir  quelles  «  ont  »  relâché  les  muscles  du  cou.  NEN  FAITES  RIEN!  Si  vous  essayez  den  faire  plus,  vous  ne  ferez  que  contracter  les  muscles,  ce  qui  est  à  lopposé  de  ce  que  vous  recherchez.  Revenez  à  votre  manière  de  penser,  et  très  délicatement,  avec  la  plus  petite  pensée  dont  vous  êtes  capables,  permettez  aux  muscles  de  se  relâcher.        Dès  que  vous  arrêterez  de  contracter  les  muscles  du  cou,  votre  tête  commencera  à  bouger  délicatement  en  haut  et  en  avant  sur  le  sommet  de  votre  colonne  vertébrale.  Au  début,  ce  sera  un  très  petit  mouvement,  ce  sera  parfait.  Observez  la  facilité  avec  laquelle  vous  bougez  et  permettez  simplement  que  cela  continue.  Vous  remarquerez  probablement  que  dès  que  votre  tête  se  dirigera  facilement  en  haut  et  en  avant,  lensemble  du  corps  commencera  à  bouger  avec  plus  daisance  dans  cette  même  direction.  Ce  sera  minime  au  début.  Portez  uniquement  votre  attention  sur  la  qualité  de  votre  pensée,  et  donc  de  votre  mobilité.  Permettez  à  votre  pensée  et  à  votre  mobilité  de  devenir  aussi  légères  et  aisées  que  possible.  Quand  sarrêter?        Jusquoù  pouvez-­vous  aller  avec  cette  nouvelle  manière  de  penser?  Éventuellement  très  loin...  Mais  pour  linstant  il  est  plus  important  de  commencer  par  un  petit  changement  et  de  sen  contenter.  Si  vous  essayez  den  faire  plus,  vous  en  ferez  de  trop.  Donc,  ARRÊTEZ  lorsque  vous  aurez  obtenu  un  petit  changement  avec  votre  nouvelle  manière  de  penser,  surtout  si  vous  désirez  en  obtenir  plus.  Même  si  vous  ne  voulez  pas  le  croire,  vous  réussirez  plus  rapidement  si  vous  expérimentez  votre  nouvelle  manière  de  penser  de  façon  claire  et  brève,  sans  essayer  den  faire  trop.  Si  vous  ressentez  de  linconfort,  faites  beaucoup  de  pauses  :  lisez  un  livre,  appelez  un  ami,  partez  en  promenade,  caressez  le  chat,  peu  importe.  FAITES  DES  PAUSES.  
  5. 5. Pour  continuer  à  commencer      Vous  avez  maintenant  quelques  informations  qui  vous  aideront  à  changer  votre  manière  de  bouger.  Vous  avez  expérimenté  une  activité  spéciUique,  celle  de  vous  asseoir.  Vous  pouvez  maintenant  refaire  la  même  expérience  dans  lactivité  de  votre  choix.        Choisissez  une  activité.  Attendez  un  moment,  et  trouvez  votre  nouvelle  organisation.  Observez  la  relation  entre  la  tête  et  le  reste  du  corps.  Pensez  très  délicatement  à  relâcher  votre  cou  et  à  laisser  votre  tête  se  diriger  en  haut  et  en  avant  sur  le  sommet  de  votre  colonne  vertébrale.  Rappelez-­vous  :  vous  ne  faites  quy  PENSER,  vous  ne  faites  rien  pour  provoquer  un  changement.  Remarquez  ce  qui  se  passe  dans  le  corps  et  maintenez  ce  mode  de  pensée  durant  toute  lactivité.        Quobservez-­vous?  Êtes-­vous  capables  de  maintenir  cette  nouvelle  manière  de  penser  tout  en  saisissant  un  crayon  ou  en  vous  grattant  le  nez?  Vous  souvenez-­vous  où  se  trouve  le  sommet  de  la  colonne  vertébrale?  Si  vous  réalisez  que  vous  avez  abandonné  votre  nouvelle  manière  de  penser,  cest  très  bien  :  cest  une  nouvelle  manière  de  penser,  un  nouvel  outil.  Et  un  nouvel  outil  demande  beaucoup  de  pratique.        À  partir  de  maintenant,  de  temps  en  temps,  faites  une  pause  avant  de  commencer  une  activité  et  trouvez  une  nouvelle  organisation.  Pensez  à  votre  cou,  à  votre  tête,  à  la  globalité  de  votre  corps  qui  doit  se  sentir  libre  et  confortable  dès  que  vous  commencez  une  activité.  Notez  tout  ce  que  vous  observez  et  apprenez,    et  surtout,  prenez  beaucoup  de  plaisir. Quels  sont  les  bénéIices  ? ➡ Récupérer  de  manière  douce  une  coordination  naturelle   ➡ Retrouver  un  allongement  et  une  ouverture  de  la  musculature ➡  Gérer  le  stress  en  reconnaissant  les  tensions  que  nous  nous   imposons ➡  Développer  une  plus  grande  conscience  dans  notre  manière  de   faire  et  dêtre  grâce  à  des  sensations  et  des  perceptions  plus   Jiables ➡ Acquérir  une  nouvelle  façon  d’utiliser  nos  propres  ressources   physiques  et  psychiques

×