Étude des paramètres biotiques
de Plutella xylostella
Florencia PARRAVICINI
N.P.P
Natural Plant Protection
UFR Sciences et...
Plan de l’exposé
1. Présentation de Plutella xylostella
2. Effet de l’antifongique sur le
développement de P. xylostella
3...
Natural Plant Protection (N.P.P.)
• Entreprise de
biotechnologies
• Production et
commercialisation de
biopesticides
PRODU...
Plutella xylostella
CARACTERISTIQUESCARACTERISTIQUES
PRINCIPALESPRINCIPALES
• Ordre des Lépidoptères
• Insecte holométabol...
Cycle de vie de P. xylostella
Oeuf
Larve
Pupe
Adulte
Stratégies de lutte
Peu efficaces (résistance DDT)
CONTROLES CHIMIQUESCONTROLES CHIMIQUES
LUTTE BIOLOGIQUELUTTE BIOLOGIQUE...
Les Baculovirus
• Virus spécifiques aux insectes
• N’infectent que les larves
• Deux genres:
-NPV (Nucleopolyhedrovirus);
...
Méthode d’élevage de P. xylostella
sur milieu semi-synthétique
Mise au point de milieu
semi-synthétique pour
alimenter les...
Incorporation de Delvocid®
développement
mortalité
malformations
PROBLEMEPROBLEME
Contamination du milieu
d’élevage par ch...
Essai du Delvocid®
sur bécher
• 5 modalités testées: 24, 50, 100, 200 & 400
mg/kg milieu
• 1 bécher/modalité
• dépôt de 50...
• 24 & 50  survie et développement larvaire
normaux
• 100 & 200  retard de développement larvaire
• 400  augmentation d...
Permettra d’inoculer la larve par le PxGV
au moment le plus approprié
Mesure quotidienne de la largeur de la
capsule cépha...
• 4 “pics” = 4 modes = distribution multimodale
• 4 “populations” dans échantillon  4 stades
larvaires
Modèle mathématiqu...
DISCUSSIONDISCUSSION : Régression modèle exponentiel 
R2
proche de 1  forte corrélation entre les 2
variables
Nuage de p...
CONCLUSION
RESULTATS PROMETTEURSRESULTATS PROMETTEURS
 Détermination de la concentration maximale de
Delvocid®
 50 mg/kg...
Merci de votre attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Eude des paramètres biotiques de plutella xylostella

503 vues

Publié le

The diamondback moth, Plutella xylostella, is one of the most important pests of cruciferous crops in the world. It spreads worldwide, causing huge financial losses. Insects became resistant to currently most of chemical pesticides. Actually, populations of Plutella xylostella are almost impossible to control. However, there is a specific virus to the larvae of this species, the PxGV, which is able to significantly reduce their impact, while being environmentally friendly. NPP decided to set up a breeding of this insect on semi-synthetic medium to study the biotic parameters of the species in order to produce the virus on an industrial scale.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
503
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Eude des paramètres biotiques de plutella xylostella

  1. 1. Étude des paramètres biotiques de Plutella xylostella Florencia PARRAVICINI N.P.P Natural Plant Protection UFR Sciences et Techniques de la Côte Basque Licence Biologie des Organismes
  2. 2. Plan de l’exposé 1. Présentation de Plutella xylostella 2. Effet de l’antifongique sur le développement de P. xylostella 3. Détermination des stades larvaires par mesure de la capsule céphalique 4. Conclusion
  3. 3. Natural Plant Protection (N.P.P.) • Entreprise de biotechnologies • Production et commercialisation de biopesticides PRODUITSPRODUITS Carpovirusine® Cydia pomonella
  4. 4. Plutella xylostella CARACTERISTIQUESCARACTERISTIQUES PRINCIPALESPRINCIPALES • Ordre des Lépidoptères • Insecte holométabole • Distribué mondialement PROBLEMEPROBLEME • Ravageur des Crucifères • Résistant aux pesticides chimiques
  5. 5. Cycle de vie de P. xylostella Oeuf Larve Pupe Adulte
  6. 6. Stratégies de lutte Peu efficaces (résistance DDT) CONTROLES CHIMIQUESCONTROLES CHIMIQUES LUTTE BIOLOGIQUELUTTE BIOLOGIQUE • Phéromones sexuelles • Ennemis naturels Diadromus Cotesia plutellae • Micro-organismes : Baculovirus
  7. 7. Les Baculovirus • Virus spécifiques aux insectes • N’infectent que les larves • Deux genres: -NPV (Nucleopolyhedrovirus); -GV (Granulovirus) NPV GV Chez Plutella xylostella : PxGV
  8. 8. Méthode d’élevage de P. xylostella sur milieu semi-synthétique Mise au point de milieu semi-synthétique pour alimenter les larves BUT FINALBUT FINAL Production en masse du PxGV in vivo MOYENSMOYENS Elevage de masse du ravageur
  9. 9. Incorporation de Delvocid® développement mortalité malformations PROBLEMEPROBLEME Contamination du milieu d’élevage par champignons SOLUTIONSOLUTION Effet de l’antifongique sur le développement de P. xylostella Déterminer la concentration maximale du produit pouvant être incorporée sans affecter la viabilité des larves BUT DE L’ESSAIBUT DE L’ESSAI
  10. 10. Essai du Delvocid® sur bécher • 5 modalités testées: 24, 50, 100, 200 & 400 mg/kg milieu • 1 bécher/modalité • dépôt de 50 larves néonates/bécher • résultats comparés au T sans Delvocid® PRINCIPE DE L’ESSAIPRINCIPE DE L’ESSAI Effet du Delvocid® étudié sur la viabilité des larves seulement
  11. 11. • 24 & 50  survie et développement larvaire normaux • 100 & 200  retard de développement larvaire • 400  augmentation de mortalité larvaire Modalités T 24 50 100 200 400 Nombre de larves dans bécher 0 2 1 9 11 8 % survie larvaire 78 84 82 68 64 4 CONCLUSIONCONCLUSION Possibilité d’incorporation du Delvocid® jusqu’à 50 mg/kg de milieu RESULTATS ET DISCUSSIONRESULTATS ET DISCUSSION
  12. 12. Permettra d’inoculer la larve par le PxGV au moment le plus approprié Mesure quotidienne de la largeur de la capsule céphalique de 30 larves au micromètre oculaire Détermination du stade larvaire par mesure de la capsule céphalique BUTBUT Détermination précise du stade larvaire par mesure de la largeur de la capsule céphalique PRINCIPE DE L’ESSAIPRINCIPE DE L’ESSAI
  13. 13. • 4 “pics” = 4 modes = distribution multimodale • 4 “populations” dans échantillon  4 stades larvaires Modèle mathématique associant à chacune des 4 largeurs les plus fréquemment retrouvées un stade larvaire Distribution des effectifs en fonction des largeurs des capsules céphaliques de P. xylostella 0 10 20 30 40 50 60 10 12,5 15 17,5 20 22,5 25 27,5 30 32,5 35 37,5 40 42,5 45 47,5 50 52,5 55 largeur capsule céphalique (en µm) effectif RESULTATS et DISCUSSIONRESULTATS et DISCUSSION
  14. 14. DISCUSSIONDISCUSSION : Régression modèle exponentiel  R2 proche de 1  forte corrélation entre les 2 variables Nuage de points avec sa droite de régression y = 10,401e 0,4066x R 2 = 0,9908 0 10 20 30 40 50 60 0 1 2 3 4 5 numéro des stades largeurcapsulecéphalique(enµm) CONCLUSIONCONCLUSION Chaque stade est caractérisé par une largeur de capsule déterminée.
  15. 15. CONCLUSION RESULTATS PROMETTEURSRESULTATS PROMETTEURS  Détermination de la concentration maximale de Delvocid®  50 mg/kg milieu;  Modèle mathématique valable de la détermination du stade larvaire. PERSPECTIVESPERSPECTIVES  Autres supports Delvocid® ;  Inoculation du PxGV sur larves au moment le plus opportun.
  16. 16. Merci de votre attention

×