Analyse du système de Santé Français - Fondation April

189 vues

Publié le

Comprendre la santé, le système de santé en France, les flux d'argent, les bénéfices que les français retirent du Système de Santé actuel. Quelles décisions de soins adopter face à notre système de santé actuel, la sécurité sociale en France.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
189
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Analyse du système de Santé Français - Fondation April

  1. 1. La santé dévoilée DÉMÊLER LE VRAI DU FAUX LasantédévoiléeFondationAPRILSantéÉquitable Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  2. 2. Démêlerlevraidufaux LA SANTÉ DÉVOILÉE Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  3. 3. Crédits photographiques - 1ère de couverture: Fotolia / Photographies pages 13, 15, 22, 25, 27, 45, 51, 69, 70, 80, 87: Myriam Voreppe; pages 19, 23, 75, 83: iStockPhoto; pages 47: LEEM; pages 49, 67: Shutterstock; pages 52, 84: Thinkstock / Graphiques et cartes : Fondation APRIL Santé Équitable. Fondation APRIL Santé Équitable 114 Boulevard Vivier Merle 69003 Lyon - France ISBN: 978-2-9537284-0-8 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  4. 4. Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  5. 5. Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  6. 6. Pourquoi«Lasantédévoilée»? L a Fondation d’entreprise APRIL Assurances pour une Santé Équitable a pour mission d’éclairer le grand public sur les diffé- rentes façons de comprendre la santé, sur les principes, idéolo- gies et intérêts qui gouvernent le monde de la santé, sur les flux d’argent qui y circulent, ainsi que sur les bénéfices ou désavantages réels que nous en retirons. Pour développer son action, quel meilleur moyen pour la Fondation que d’apporter au plus grand nombre des informations simples et robustes pour permettre à chacun de mieux s’orienter dans la conduite de ses choix de vie et dans ses décisions de soins face à un système avare d’explications compréhensibles? À travers ce livre, la Fondation APRIL Santé Équitable veut engager la mise en transparence de ce système devenu opaque car trop com- plexe. Cet ouvrage balaye un certain nombre d’idées reçues, en démystifie certaines, nous invite également à passer de l’autre côté du miroir, afin que chacun puisse comprendre les enjeux et pouvoirs des différents acteurs ou déterminants, pour aborder d’un autre œil les problèmes de santé du 21ème siècle. Partant du constat que jusqu’ici aucune loi n’a abouti à la rénovation radicale du système, puisse notre éclairage être salutaire pour tous ceux qui cherchent un sens derrière les mots! Patrick Petitjean Président de la Fondation APRIL Santé Équitable 7 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  7. 7. Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  8. 8. Préface D ans la mythologie grecque, Asclépios, dieu de la médecine équivalant à Esculape chez les romains, délègue auprès des humains ses deux filles, Hygie et Panacée, pour l’assister dans les soins qu’il leur porte. Alors que Panacée aide son père en préparant des médicaments, ou « panacées », à partir de diverses plantes, Hygie s’efforce de limi- ter les interventions de celui-ci en suggérant aux hommes quels ali- ments manger et quelle « hygiène » de vie adopter pour prévenir les maladies, souffrances et autres maux. Des deux sœurs, Hygie a été sans conteste la plus honorée durant l’Antiquité et considérée comme une puissante divinité en charge du plus précieux des biens de l’homme : sa santé. Bien avant nos sociétés modernes et bien avant les spécialistes de santé publique, les hommes et les femmes ont compris que les ali- ments, l’environnement et les comportements de la vie comptaient tout autant, si ce n’est plus, que les médicaments pour être en bonne santé. Mais, que reste-t-il aujourd’hui de ces préceptes antiques ? Qui se souvient encore du rôle de l’hygiène, dans l’histoire de la santé des populations ? Au cours du dernier siècle, en particulier dans les sociétés occiden- tales, l’effet conjugué des découvertes thérapeutiques et d’une pro- Préface 9 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  9. 9. tection sociale efficace permettant l’accès du plus grand nombre à ces découvertes, a substitué à la notion assez large de « santé » celle plus réductrice de « soin ». Cette évolution a entraîné deux effets néfastes : l’abandon de la santé à la seule thérapeutique et, son corollaire, l’augmentation croissante des dépenses consacrées aux soins pour un gain de moins en moins important en termes de santé. Va-t-on et peut-on continuer longtemps dans cette direction ou est- il possible d’imaginer d’autres futurs possibles, ces futuribles aux- quels nous conviait Bertrand de Jouvenel? Pourquoi ne pas innover et imaginer un monde dans lequel la santé serait un « construit », un bien symbolique pour lequel chacun de nous s’engagerait et en même temps engagerait ses enfants et sa famille, son groupe tout entier ? Vivre en bonne santé n’est pas facile pour tout le monde, tant sont nombreuses les contraintes de tous ordres qui déterminent nos comportements et notre état de santé. Mais tout ne peut être joué d’avance... Éduquer, apprendre à se nourrir, prendre soin de son corps et l’en- tretenir au quotidien, tels sont pour chacun de nous les détermi- nants individuels d’une vie en bonne santé où chacun de nous doit investir et « donner » pour « gagner ». Dans cette nouvelle utopie qu’est « la santé toute la vie », le système de santé n’est plus réduit au seul système de soins, l’engagement personnel vient interagir avec les déterminants génétiques et sociaux pour adapter son hygiène de vie et ainsi se faire le moteur d’une santé raisonnée, à la fois propre à chacun et collectivement inscrite. PRÉFACE Préface 10 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  10. 10. La première étape de cette démarche passe par une amélioration de la connaissance du système de santé actuel et de ses détermi- nants tant socioculturels que politiques et économiques. Si Panacée est nécessaire pour s’occuper de nos maux, Hygie a toute sa place pour les prévenir, les éviter, et nous aider à vivre en bonne santé. Alors bonne route dans ce début du chemin qui mène au retour d’Hygie aux côtés de sa sœur Panacée. Bruno Rousset Président du groupe APRIL Préface PRÉFACE 11 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  11. 11. 12 Pourquoi ? L’histoire commence comme ça! Elle reflète la complexité des facteurs globaux ou des conditions qui déterminent si les hommes sont en santé ou pas. « Pourquoi Éric est-il à l’hôpital? – Parce qu’il a une grave infection à la jambe. – Pourquoi a-t-il cette infection? – Parce qu’il s’est coupé gravement à la jambe et qu’elle s’est infectée. – Mais pourquoi cela s’est-il produit? – Parce qu’il jouait dans le parc à ferraille près de l’immeuble où il habite et qu’il est tombé sur un morceau d’acier tranchant qui s’y trouvait. – Mais pourquoi jouait-il dans un parc à ferraille? – Parce que son quartier est délabré. Beaucoup d’enfants jouent là sans surveillance. – Mais pourquoi habite-t-il ce quartier? – Parce que ses parents ne peuvent se permettre mieux. – Mais pourquoi ses parents ne peuvent-ils habiter un plus beau quartier? – Parce que son père est sans emploi et que sa mère est malade. – Mais pourquoi son père est-il sans emploi? – Parce qu’il n’est pas très instruit et qu’il ne peut trouver un emploi. – Mais pourquoi…? » Extrait de Pour un avenir en santé: deuxième rapport sur la santé de la population canadienne. Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  12. 12. Lasantéenquestions Chapitre 1 Lasanté enquestions Pourquoi est-on en bonne santé  ? Quelles sont nos chances de le rester ? Doit-on se soigner pour être en bonne santé ? Sommes-nous tous égaux face à la santé ? M ais pourquoi Eric est-il à l’hôpital ? Parce que son père n’est pas ins- truit… Prise par ses extrêmes, l’his- toire racontée dans l’encadré ci-contre paraît absurde, et pourtant elle traduit la distance qui sépare la santé du soin. Elle montre aussi, sous la forme d’une para- bole, que le recours aux soins n’arrive qu’en fin de course alors qu’en amont interviennent de multiples facteurs, qui concourent à l’état de santé en mal ou en bien. Le système de soins n’est pas «le seul responsable» de notre état de santé, loin s’en faut. De cette approche «à l’envers» naît une idée qui peut paraître étonnante: il n’est ni suffisant, ni même obligatoire de se soigner pour être en bonne santé ! 13 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  13. 13. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la santé comme «un état complet de bien-être physique, mental et social», sans se limiter à la seule absence de maladie ou d’in- firmité. Dans cette conception, la santé est un état idéal auquel aspire tout être humain, un concept personnel que chacun est appelé à définir  : il est impossible de le faire d’une manière unique, acceptable pour tous, en tout lieu et en tout temps. La réalisation de cet état de santé dépend donc de facteurs multiples et variables. Conseiller du gouvernement canadien et de plusieurs organismes publics européens, l’économiste Robert Evans s’est penché à par- tir de 1992 sur la question des déterminants et des facteurs de santé. À partir d’études com- paratives sur les systèmes de soins et leurs modes de financement, il conclut que «les sociétés modernes consacrent une part très importante de leurs richesses, (…) de leurs efforts et de leur intention à tenter de mainte- nir et d’améliorer la santé des individus qui constituent leurs populations», des efforts qui «passent principalement par les systèmes de soins, ce qui ne fait sans doute que traduire une conviction: le principal déterminant [de la santé] serait l’accès à des soins appropriés». Il se demande alors: «Mais si ce n’était pas vrai? Si les principaux déterminants de la santé des populations se situaient ailleurs ?» En posant publiquement la question : «pour- quoi certains sont-ils en meilleure santé que ÊTRE OU NE PAS ÊTRE EN BONNE SANTÉ… Sans remettre en question le rôle et l’utilité des systèmes de soins, Robert Evans défend l’idée qu’il se peut que les sociétés occidentales se soient engagées sur de fausses pistes, en investissant massivement sur les systèmes de soins dits « curatifs », essentiellement organisés autour de la prise en charge de la maladie. Pour lui, il faut s’intéresser davantage aux causes de la maladie, car au fond le système de soins ne devrait être là que pour soigner et non pallier les déficits sociaux, environnementaux, économiques… La santé ne se résume pas aux soins. Lasantéenquestions CHAPITRE 1 14 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  14. 14. d’autres ?», Robert Evans met en évidence «les rapports étroits entre position sociale et inégalités de santé», dans un monde où le risque de décès des 20% les plus pauvres est près de 2,5 fois plus élevé que le risque de décès des 20% les plus riches. Plus généralement, de multiples études scientifiques ont établi que l’état de santé des individus et des populations était le résultat d’in- teractions complexes entre de multiples facteurs souvent plus influents que les soins : le patrimoine génétique, les expériences de la première enfance, les situations économiques et sociales (notam- ment les conditions de travail), les comportements individuels (ali- mentation, risques du tabac et de l’alcool, façon de se soigner), mais aussi l’environnement géographique et climatique. Ces détermi- nants de la santé sont à l’origine d’inégalités qui sont parfois diffi- ciles à réduire ou contre lesquelles les mesures de lutte, d’information, de prévention et de soutien, ne sont pas encore assez développées. CHAPITRE 1 Lasantéenquestions 15 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  15. 15. Lesinégalitésseconstituent dèsl’enfance :l’innéetl’acquis Les inégalités génétiques et biologiques  : seule la recherche peut contribuer à les réduire Le patrimoine génétique constitue la première des inégalités devant la santé. Elle est déterminée avant même la naissance par les mala- dies des chromosomes et des gènes, qui concernent 1 à 2% des nais- sances, et touchent 25 millions de personnes en Europe et 3 à 4 millions de personnes en France. Ces enfants doivent vivre avec une maladie qui impose souvent des soins lourds et réduit parfois sensi- blement leur espérance de vie elle-même. Ce sont des maladies dites «rares», parce qu’elles touchent moins d’une personne sur 2000. Ce faible effectif de patients pour chaque pathologie en complique le diagnostic, parce que leurs signes sont peu connus et difficilement identifiables. Cela complexifie également la recherche et la mise au point de traitements, tant du point de vue scientifique que financier. Mais les inégalités génétiques existent aussi pour des maladies fré- quentes, telles que l’obésité ou le cancer : on sait maintenant que certaines personnes sont plus exposées que d’autres à ces patholo- gies dites multifactorielles, parce que leur apparition renvoie à divers facteurs génétiques et environnementaux. Ainsi, les facteurs géné- tiques pourraient intervenir pour 25 à 40% dans les déterminants de l’obésité. Parmi ces maladies, certaines formes particulières sont liées à un gène majeur qui permet de mieux les repérer : c’est par CHAPITRE 1 Lasantéenquestions 16 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  16. 16. Lasantéenquestions CHAPITRE 1 17 exemple le cas de 5% des cancers du sein, qui sont donc qualifiés d’héréditaires. Le développement biologique est aussi une source d’inégalités. Pour l’OMS, les fondements de la santé de l’adulte s’établissent dans la période prénatale et la petite enfance: «un mauvais départ dans la vie et une croissance insuffisante laissent une empreinte biologique durable pendant la phase de développement de l’enfant. L’individu acquiert dès avant la nais- sance son capital biologique et humain». Seule la recherche peut dépister les maladies génétiques et les séquelles du développement, en comprendre les mécanismes, et trouver des traitements pour lutter contre elles. Mais parce qu’elle nécessite d’énormes investissements humains et financiers, cette recherche ne peut se développer qu’à une large échelle. Les facteurs comportementaux  : dès l’enfance, le modèle de l’adulte se construit en fonction de son environnement Manger, bouger, boire, fumer… ces activités sont individuelles et relèvent de choix person- nels qui sont fonction des goûts de chacun. Mais l’environnement, l’entourage, la culture dans lesquels on évolue avant même la nais- sance, l’éducation que l’on a reçue, les connais- sances acquises au cours de la vie, jouent aussi un rôle majeur dans nos comportements. CHROMOSOMES & GÈNES > Les maladies génétiques sont liées à des mutations des gènes. Ce sont pour la plupart des maladies rares, mais nombreuses et variées puisqu’on en distingue plus de 6000 et que cinq nouveaux types sont décrits chaque semaine. La mucoviscidose est l’une des plus répandues et touche près de 6000 personnes en France. > Les maladies chromosomiques sont liées à l’absence ou à la présence en surnombre d’un chromosome, ou à des anomalies dans sa structure. À la naissance, 0,6 à 0,9 % des enfants vivants sont porteurs d’anomalies chromosomiques. Elles sont la cause de la majorité ds avortements spontanés et de 60% des avortements du premier trimestre. Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  17. 17. Lasantéenquestions CHAPITRE 1 De même que les enfants de fumeurs ont plus de risque de fumer à l’adolescence, les modes d’alimentation dépendent de l’environnement familial et culturel : les familles italiennes man- gent beaucoup de pâtes mais aussi des légumes, les alsaciennes beaucoup de charcu- terie, les familles les plus riches consomment plus de fruits et légumes... Mais sous l’impul- sion de l’industrie agroalimentaire et de la publicité, les comportements alimentaires s’uniformisent. Les enfants sont les premières victimes de cette offre débordante et peu variée : trop de sucres et de graisses, pas assez d’exercice, voilà les principaux facteurs du fléau de l’obésité. Selon des données de 2006, un adulte sur six est obèse en France, le taux d’adultes en surpoids atteint 50% et le nombre d’enfants obèses a doublé en dix ans. Une enquête de 2005 menée auprès de 7 200 élèves de CM2 montrait que 16% avaient un surpoids modéré et 4% étaient obèses, mais que l’obésité était dix fois plus fréquente parmi les enfants d’ouvriers (6%) que parmi ceux de cadres (0,6%). D’une façon générale, «plus le revenu mensuel du ménage diminue, plus l’obésité est fréquente chez les adultes (...) dans toutes les tranches d’âge, la fréquence de l’obé- sité est multipliée par plus de deux entre les 20% de personnes ayant les revenus les plus faibles et les 20 % disposant des revenus les plus élevés.» Les inégalités ont donc aussi des déterminants sociaux majeurs. 18 L’ALCOOL EN CHIFFRES > 3 VERRES En 2008, la consommation d’alcool sur le territoire français pouvait être estimée à 12,3 litres d’alcool pur par an, par habitant âgé de 15 ans ou plus. > 1 VERRE = 10 G. Un verre d’alcool standard contient 10 grammes d’alcool pur. > 31 % En 2006, 31% des adultes présentaient une consommation excessive d’alcool dans l’année. > 3 FOIS PLUS 33% des 18 à 74 ans sont des consommateurs à risque ; 24,9% à risque ponctuel et 8,5% à risque chronique. Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  18. 18. Les inégalités d’origine sociale : l’obligation d’une action politique résolue En France, l’Institut national de la statistique et des études écono- miques (INSEE) publie chaque année une série d’indicateurs consi- dérés comme centraux pour l’étude des inégalités sociales. Croisés avec divers critères socio-économiques comme le revenu, la profes- sion ou le fait d’être seul ou en couple, trois de ces indicateurs concer- nent la santé des Français: • LL’espérance de vie montre que la première des inégalités est d’être un homme ou une femme. En 2008, les femmes avaient une espérance de vie de 84,3 ans, supérieure de 6,8 ans à celle des hommes qui n’était que de 77,5 ans. Plusieurs facteurs expliquent cette inégalité, dont les différences de modes de vie et de comportements face aux risques (alcoolisme, conduite automo- bile, travail). CHAPITRE 1 Lasantéenquestions 19 84,3 ans 77,5 ans Femmes Hommes Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  19. 19. • LLe taux de mortalité prématurée montre aussi la forte dispa- rité entre les sexes : en 2008, ce taux était deux fois moins élevé pour les femmes que pour les hommes. Sur 100000 femmes, 131 meurent avant 65 ans alors que ce taux est de 282 pour les hommes. • Le troisième indicateur est la fréquence des déficiences déclarées, qu’elles soient mo- trices (ne pas pouvoir monter les escaliers ou se baisser pour mettre des chaussettes, par exemple), sensorielles (baisse de la vision ou de l’ouïe), organiques (difficulté à respirer ou insuffisance cardiaque) ou mentales (perdre la mémoire ou ne plus pouvoir se repérer dans le temps). Calculé à âge et sexe compa- rables, cet indicateur met en évidence le lien entre la situation socioprofessionnelle et la présence d’une défi- cience. Pour un ou- vrier, le risque d’avoir une défi- cience était 1,64 fois supérieur à celui d’un cadre en 1999, et 1,18 fois supérieur à la moyenne de la po- pulation générale. CHAPITRE 1 Lasantéenquestions 20 LE CHOC DES CHIFFRES Les études montrent que les catégories sociales avec le niveau d’éducation et les revenus les plus élevés sont moins exposées à la maladie, au handicap et au décès prématuré. > À 35 ans, un ouvrier a une espérance de vie inférieure de sept ans à celle d’un cadre. > 19,7 % des agriculteurs et 18 % des ouvriers non qualifiés ont un risque d’alcoolisation chronique, une proportion supérieure à toutes les autres catégories socioprofessionnelles. > Les agriculteurs et les artisans ont les prévalences de surpoids les plus élevées : 70,3 % chez les hommes et 44,4 % chez les femmes. À l’inverse, les cadres et les professions intermédiaires ont les prévalences les plus faibles : 50,9 % des hommes et 26,6 % des femmes. 131 282 Femmes Hommes 164 % 118 % Ouvrier / Cadre Ouvrier /  Moyenne nationale Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  20. 20. Lasantéenquestions CHAPITRE 1 21 L’impactdel’environnement :un grandchantierestdevantnous La géographie, le climat On sait maintenant que l’environnement joue un rôle sur notre santé : dérèglement climatique, rejets de gaz carbonique dans l’at- mosphère, présence de pesticides dans les aliments, pollutions chi- miques… les exemples sont nombreux. Mais du constat empirique à la surveillance organisée de l’impact d’une nuisance environne- mentale sur une population, l’évolution est à la fois scientifique et politique. Longtemps, on a ignoré les conséquences de l’industrialisation ou de l’environnement sur la santé des personnes, comme l’illustrent bien deux exemples connus : • L’amiante : bien que le lien entre la manipulation de l’amiante et le cancer de la plèvre (le mésothéliome) ait été identifié par les médecins longtemps avant les premiers procès, il aura fallu une large médiatisation pour que l’on s’intéresse de près à ces mala- dies et que l’on mette en place des politiques efficaces d’élimina- tion du risque. • La canicule de 2003 : ce phénomène climatique a engendré une augmentation de la mortalité des personnes fragiles mais aussi isolées et dans l’incapacité de faire face seules aux conséquences de la chaleur sur leur organisme. Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  21. 21. Aujourd’hui, on commence tout juste à mesurer sur de grandes séries de données l’impact sur la santé des produits toxiques, de la pollution atmosphérique ou d’une concentration importante de radioactivité naturelle due au radon. En France, cette biosurveillance est notamment réalisée par l’Institut national de veille sanitaire (InVS) créé en 1998. La méthode permet de quantifier chez l’homme les marqueurs biologiques qui reflètent une exposition ou une imprégnation par des matières polluantes. Selon George Salines, responsable du département santé et environnement de l’InVS, «on peut surveiller l’apparition de maladies lorsque l’on connaît bien la relation de causalité de certaines pathologies vis-à-vis de facteurs environnementaux: pour la pollution, par exemple, on regarde les mesures de qualité de l’air dans les grandes villes et un certain nombre d’hospitalisations ou de [décès], pour établir des liens.» Mais malgré de réels enjeux de santé, cette approche épidémiolo- gique rencontre encore de nombreux obstacles et résistances pour se développer et s’affirmer comme indispensable. Lasantéenquestions CHAPITRE 1 22 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  22. 22. Les conditions de travail  : la responsabilité sociale de l’entreprise est en jeu L’environnement professionnel est aussi un facteur de risque bien identifié, comme l’amiante déjà citée dans la genèse du cancer de la plèvre ou les pesticides dans celle de certains troubles neurologiques. Certains métiers déterminent des pathologies particulières comme la détérioration des articulations de la colonne vertébrale chez les travailleurs du bâtiment. Un certain nombre de ces maladies liées au travail sont répertoriées et considérées comme des «maladies pro- fessionnelles», donnant droit à une indemnisation particulière. Les employeurs ont l’obligation de mettre en œuvre des mesures de pré- vention pour les limiter au maximum. Mais il est plus difficile de cerner l’impact direct du travail, en tant qu’activité, sur la personne. Lorsqu’on parle de pénibilité du travail, le débat devient vite politique et pose rapidement la question de la retraite anticipée, revendication fondée sur la réalité de métiers phy- siquement ou psychologiquement très éprouvants. Et lorsqu’on parle CHAPITRE 1 Lasantéenquestions 23 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  23. 23. RISQUE DE DÉCÈS ET EMPLOI Une étude publiée dans le Portrait social 2008 de l’Insee montre que « les inégalités sociales de mortalité sont particulièrement prononcées en France. Ces inégalités (…) peuvent résulter principalement de différences en termes de comportements et modes de vie, et/ou d’exposition aux risques professionnels, les deux pouvant par ailleurs être interdépendants. » Elle met en évidence un lien entre risque de décès et caractéristiques d’emploi : taille de l’entreprise, travail à temps complet ou partiel, secteur d’activité. Lasantéenquestions CHAPITRE 1 de stress lié au travail, il est encore plus malaisé de le démontrer en s’appuyant sur des indicateurs fiables, alors que certaines condi- tions de travail génèrent une contrainte telle qui peut conduire jusqu’au suicide dans les cas les plus extrêmes... «Le travail c’est la santé, ne rien faire c’est la conserver», chantait Henri Salvador. Ce refrain qui a traversé les générations peut-il être érigé en modèle ? Pas sans beaucoup de nuances, car on connaît bien les effets délétères du chô- mage sur la santé. Mais il faut aussi savoir prendre en compte et surtout prévenir les conséquences négatives du travail sur celle-ci. Aujourd’hui, le débat porte donc aussi sur la responsabilité sociale de l’entreprise qui intègre dorénavant certains aspects de la santé des salariés. Cela passe par la mise en œuvre au sein des entreprises elles-mêmes de directives sanitaires, associant dans un difficile équilibre obligation et incitation, comme sur le taba- gisme ou la diététique dans la restauration col- lective par exemple. De la santé au travail à la santé en entreprise, une prise de conscience éclaire l’évolution sociétale vers des espaces de moins en moins cloisonnés entre vies profes- sionnelle et privée. Dès lors, l’importance de l’entreprise dans la constitution des inégalités de santé devient un véritable enjeu, puisque nous continuons de passer une grande partie de notre vie au travail. 24 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  24. 24. «C’est grand-peine d’être vieux, mais ne l’est pas qui veut» Gabriel Meurier « Même lorsque des responsables poli- tiques et des chercheurs décident d’unir leurs efforts pour améliorer le système de santé, le succès n’est pas garanti. » En démontrant que l’état de santé d’une population n’était pas exclusive- ment lié aux soins prodigués, mais avant tout conditionné par des déter- minants économiques, politiques et cul- turels, Robert Evans, comme d’autres économistes de la santé, a montré que la réflexion politique devait s’orienter et s’engager dans des voies différentes: les processus, les actions menées, le financement consacré. Et si l’analyse de cet expert canadien porte sur tous les pays et tous les sys- tèmes de soins, en France, elle reste d’autant plus polémique que la santé est un secteur stratégique. Selon que l’on se place du côté du patient, des pro- fessionnels de santé, des industriels, ou de ceux qui gèrent et financent le sys- tème (Assurance maladie, Etat, mutuelles…), la vision n’est pas la même. De même, les partis politiques, à droite comme à gauche, portent un discours sur le système de soins qui hésite à aborder les questions de fond de la santé. Quant aux experts (écono- mistes, juristes, sociologues…), ils ten- tent par leur réflexion d’éclairer les décideurs, sans renoncer parfois à exer- cer une certaine pression sur ceux-ci. Un point cependant rallie tout le monde: si la santé n’a pas de prix, elle a un coût! LA SANTÉ, UN SUJET POLITIQUE CHAPITRE 1 Lasantéenquestions 25 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  25. 25. Sommes-nous menacés d’une pénurie de médecins? Qu’est-ce qu’un dépassement d’honoraires? A quoi servent les différents établissements de santé? Qui nous soigne ? Comment est évaluée l’efficacité d’un médicament? 26 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  26. 26. Chapitre 2 Lesoin enquestions Sommes-nous menacés d’une pénurie de médecins  ? Faut-il fermer les petits hôpitaux ? Le médicament est-il un produit comme un autre ? L e système de soins français est aujourd’hui en grande difficulté. Pourtant il reste envié par de nom- breux autres pays et l’Organisation mon- diale de la santé (OMS) a longtemps considéré qu’il était l’un des meilleurs du monde. De même, les sondages confir- ment régulièrement que les Français y restent très attachés, tout en s’en plai- gnant abondamment… Au-delà des points de vue partisans, et avant même d’aborder la question du finance- ment, on peut affirmer que le système de soins français souffre de dysfonctionnements liés à sa complexité, à son cloisonnement, à la lourdeur et parfois à l’incohérence de sa réglementation. Pour com- prendre la santé, il est donc essentiel de comprendre comment fonctionne ce système si complexe. Lesoinenquestions 27 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  27. 27. Les caractéristiques du système de soins français La liberté de choix Dès ses origines, le système de soins français s’est construit sur un principe de liberté. Influencée par le médecin grec Hippocrate (5ème siècle avant Jésus-Christ), la tradition de l’exercice de la médecine instaurait une relation directe entre le patient et son médecin, tant du point de vue du soin lui-même que de la détermi- nation de sa contrepartie financière. Aujourd’hui, si le système de protection sociale issu des ordonnances de 1945 fixe des conven- tionnements tarifaires, on retrouve encore les marques de cette liberté dans la possibilité offerte aux praticiens de réaliser des dépassements d’honoraires et aux patients de choisir librement leur praticien. En particulier, contrairement à la plupart des pays occi- dentaux, le système de soins français ne hiérarchise que très peu l’accès à ses différents niveaux de service : médecine générale, médecine spécialisée, soins hospitaliers. Dans la plupart des cas, face à un problème de santé, un Français peut décider de s’adresser à son médecin généraliste, de prendre rendez-vous chez un spécia- liste, ou de se rendre dans un service d’urgences à l’hôpital. Pour éviter les écueils d’une trop grande liberté des praticiens, les mis- sions de service public garantissent l’accès aux soins pour tous, de jour comme de nuit, la permanence et la continuité des soins, l’as- surance de la prise en charge tout au long de la vie, de toutes les pathologies, de tous les handicaps et de la perte d’autonomie. Lesoinenquestions CHAPITRE 2 28 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  28. 28. CHAPITRE 2 Lesoinenquestions Producteurs de soins et régulation La chaîne de soins est complexe. De la prévention aux traitements, en passant par les dépistages et les diagnostics, elle implique un très grand nombre de personnes, de services et d’actions. Ce sont les «producteurs de soins», c’est-à-dire : • les structures : hôpitaux et cliniques, cabinets médicaux, phar- macies, laboratoires d’analyses de biologie, cabinets de radiologie, cabinets dentaires… ; • les professionnels, toutes compétences confondues : médecins, biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers, sages-femmes, kinésithérapeutes, ambulanciers… ; • et les industriels : médicaments, dispositifs médicaux ou réactifs de laboratoires, biotechnologies, informatiques… qui organisent et concourent à la production de soins, 24 heures sur 24, sans interruption. On estime que plus de 2,5 millions de personnes entrent dans cette catégorie des producteurs de soins d’une façon ou d’une autre, soit 10% de l’emploi total et même 13% si l’on y ajoute les emplois indi- rects liés à la santé. Avec un marché de plus de 260 milliards d’eu- ros, le secteur de la santé représente des enjeux économiques et politiques très importants pour la société, même si le lien entre santé et économie, voire production, suscite encore aujourd’hui débats et tensions. Pourtant, l’un des objectifs de l’Etat et de l’Assurance maladie est bien d’assurer une meilleure organisation de la production des soins. Il s’agit de résoudre une grande variété de problèmes liés à la mise à disposition des soins par les professionnels pour les patients. En particulier, les médecins spécialistes et généralistes sont trop nombreux dans certaines régions, et pas assez dans d’au- 29 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  29. 29. tres. L’équipement peut également poser problème : la densité d’installation en imagerie médicale par résonance magnétique (IRM) est par exemple insuffisante par rapport à d’autres pays européens. Une information asymétrique Face aux producteurs de soins, les patients n’exercent que peu, voire aucune pression sur le système. Tout juste peuvent-ils dénoncer certains abus, comme des dépassements d’honoraires excessifs ou des erreurs médicales. Certes, ils sont de mieux en mieux informés et la loi de mars 2002 a permis de faire évoluer leurs droits. Certes, ils commencent à s’or- ganiser : créé en 1996, le Collectif interassociatif sur la santé (CISS) regroupait 33 associations d’usagers en septembre 2009, et ses représentants siègent dans les caisses primaires d’Assurance mala- die, les conseils des hôpitaux et autres instances, ou prennent publi- quement la parole. Mais leur marge de manœuvre reste limitée. Le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM), qui a pour rôle d’évaluer en permanence le système de soins, écrivait dans son premier rapport rendu public le 23 janvier 2004, que «l’in- formation des usagers reste le “parent pauvre” du système de soins(…) Il s’agit pourtant d’une aspiration fondamentale, qui passe aujourd’hui par les aléas du bouche à oreille, les classements très imparfaits de la presse généraliste, voire par la recherche d’intro- ductions privilégiées. L’inégalité dans l’information, notamment en fonction du capital relationnel dont dispose le malade, constitue une des plus profondes inégalités dans l’accès aux soins.» En 2010, bien que d’importants progrès aient été réalisés, cela reste vrai et il demeure difficile pour un patient de s’orienter dans le circuit de soins. Pour devenir acteur de sa santé, il faut donc impérativement comprendre comment fonctionne le système de soins. CHAPITRE 2 Lesoinenquestions 30 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  30. 30. Médecine ambulatoire : généraliste ou spécialiste, suivez le parcours ! Pour la majorité des Français, l’entrée dans le système de soins se fait par ce qu’on appelle la médecine de ville ou ambulatoire, c’est- à-dire par l’intermédiaire d’un médecin exerçant dans un cabinet. Généralistes ou spécialistes (gynécologues, ophtalmologistes,…), ces médecins ne peuvent exercer sans avoir déposé leur diplôme au Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM). Combien sont-ils ? Le nombre de médecins a augmenté régulièrement et en vingt ans leur nombre a doublé. Aujourd’hui, ils sont plus de 216 000 à exercer quotidiennement sur le territoire français, soit comme libéraux, soit comme salariés. Leur métier s’est largement féminisé, même si les femmes exercent plus souvent à temps partiel que les hommes. En 2009, selon les données du Conseil de l’ordre, on comptait en moyenne 312 médecins pour 100  000 habitants. Mais ce chiffre recouvre de grandes disparités : si dans la région Provence-Alpes- Côte d’Azur (PACA) ils sont 409 médecins pour 100 000 habitants, en Picardie, la région la moins pourvue, on n’en compte que 250. Les généralistes, en France, sont près de 95 000 et début 2009, on compte en moyenne 160 généralistes pour 100 000 habitants. Et là encore, la disparité est grande : la région où la densité est la plus Lesoinenquestions CHAPITRE 2 31 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  31. 31. faible, le Centre, compte 133 généralistes pour 100 00 habitants alors qu’il y en a 192 en région PACA. La question se pose de la même façon pour les 101 000 spécialistes. Si la densité moyenne est de 153 spécialistes pour 100 000 habitants, elle est de 112 en Picardie alors qu’elle s’élève à 233 en Ile-de- France. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : l’accès aux médecins est inégal selon l’endroit où l’on habite. Et cette question est d’autant plus aiguë que les départs en retraite des médecins vont aggraver la situation future : en effet, la moyenne d’âge des médecins est de 51 ans, et en 2020, 20% d’entre eux auront définitivement arrêté d’exer- cer. Le gouvernement, en lien avec les médecins et les collectivités locales, devra trouver des réponses à ce que l’on appelle les «déserts médicaux» : aides ou obligations à l’installation dans ces zones, travail en groupe dans des «maisons médicales», partage de certaines tâches avec des infirmiers… ou même installation de Densité départementale des médecins généralistes en 2008 Lesoinenquestions CHAPITRE 2 32 Densité pour 100 000 habitants 164 à 295 148 à 164 115 à 148 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  32. 32. médecins venus d’autres pays. De nombreuses idées sont à l’étude, voire en cours d’expérimentation. Comment sont-ils payés ? Les médecins peuvent être salariés quand ils exercent dans un éta- blissement public ou libéraux, c’est-à-dire rémunérés pour chacune de leurs interventions (consultation, acte de radiologie ou acte chi- rurgical), quand ils exercent en secteur privé, que ce soit en cabinet ou dans une clinique. À l’hôpital cependant, les médecins salariés ont la possibilité de recevoir une partie de leurs patients en secteur dit «privé», seulement deux demi-journées par semaine. Dans ce cas ils sont rémunérés pour les actes qu’ils pratiquent comme s’ils étaient libéraux. Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), environ 11% des médecins qui exercent à l’hôpital ont une activité libérale. Les revenus des médecins sont assez différents selon qu’ils sont salariés ou libéraux, et selon leurs spécialités. Ils diffèrent égale- ment d’un médecin à l’autre au sein d’un même groupe. En ce qui concerne les revenus des médecins libéraux (et non leurs hono- raires, ce qui veut dire que les charges professionnelles ont été déduites), on trouvait en 2007 dans le groupe aux revenus les plus élevés les radiologues et les anesthésistes (170 000 euros et plus par an et plus), et dans le groupe aux revenus les moins importants les pédiatres, psychiatres, les dermatologues et les généralistes (moins de 70 000 euros par an environ). La différence entre les deux est de plus du double. Pour les médecins hospitaliers, l’IGAS souligne que l’étude des rémunérations est très difficile, parce que de nombreux éléments entrent en jeu, principalement la rémunération des gardes de nuit ou de week-end, l’activité libérale, le statut de l’hôpital (universitaire ou non). Au total, on constate tout de même que la rémunération est en moyenne plus faible que pour les libéraux, et que les écarts CHAPITRE 2 Lesoinenquestions 33 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  33. 33. entre spécialités sont moins importants. Ce sont les anesthésistes et les chirurgiens qui sont, en général, les mieux rémunérés à l’hô- pital. Aujourd’hui, des voix se font entendre pour faire évoluer le mode de paiement des médecins libéraux. Le mode de financement actuel, qu’on appelle couramment «paiement à l’acte» actuelle, inciterait en effet à multiplier les consultations et les examens, et serait moins favorable au développement de l’écoute du patient ou de la prévention. De nouveaux modes de rémunération sont à l’étude ou en expérimentation, qui comprennent une part de paiement annuel forfaitaire directement par la Sécurité sociale au médecin. Secteurs et dépassements d’honoraires L’un des problèmes majeurs que génère le paiement à l’acte est celui des dépassements d’honoraires pratiqués par un certain nom- bre de médecins, qu’ils soient installés en ville ou qu’ils exercent une activité libérale à l’hôpital. Ces dépassements ne peuvent être pratiqués que par des médecins ayant eu un parcours hospitalier précis et ayant fait le choix d’exercer en secteur II, aussi appelé sec- teur à «honoraires libres». Ils peuvent ainsi fixer librement leurs tarifs, normalement avec «tact et mesure» ; leurs patients ne sont remboursés par l’Assurance maladie que sur le tarif de base, l’as- Revenus moyens des médecins libéraux en 2007 (en euros) Lesoinenquestions CHAPITRE 2 34 Radiologue Anesthésiste Chirurgien Ophtalmologue Cardiologue Stomatologue Gastro-entérologue ORL Gynécologue Pneumologue Rhumatologue Pédiatre Psychiatre Dermatologue Moyenne spécialiste Généraliste 202 800 171 800 126 900 124 900 108 600 102 700 94 300 82 200 81 000 74 400 70 400 68 500 57 900 57 700 109 400 66 800 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  34. 34. surance complémentaire santé couvrant éven- tuellement le reste selon les contrats et les garanties. En contrepartie, les médecins de secteur II n’ont pas droit à certains avantages sociaux, que l’Assurance maladie prend en charge pour les médecins conventionnés de secteur I, aussi appelé secteur à «honoraires conventionnels». Ces dépassements d’honoraires ont augmenté de façon significative au cours de la dernière décennie : pour 2007, ils étaient évalués à près de 2 milliards d’euros sur un total de 18 mil- liards d’honoraires, et n’étaient pris en charge que pour un tiers de ce montant par les orga- nismes d’assurance complémentaire. Ces pra- tiques augmentent les difficultés rencontrées par les personnes à faibles revenus pour consulter certains médecins spécialistes, qui refusent même parfois de soigner les patients bénéficiant de la Couverture médicale univer- selle (CMU) pour lesquels ils ne peuvent pas pratiquer de dépassements d’honoraires (même si la loi Hôpital patient santé territoire de 2009 prévoit des sanctions contre ces refus). D’un point de vue plus général, le Haut comité pour l’avenir de l’Assurance maladie a montré les fortes divergences régionales d’ac- cès aux médecins de secteur I. Régulièrement dénoncée au travers d’en- quêtes diverses et par les patients eux- mêmes, cette situation n’a pas encore trouvé de vraie solution. L’Assurance maladie et les assureurs complémentaires ont certes réussi LES DÉPASSEMENTS D’HONORAIRES EN CHIFFRES > 1,578 MILLIARDS En 2005, le montant des dépassements était de 1,578 milliard d’euros. Contenue pour les omnipraticiens, cette pratique est devenue majoritaire chez les spécialistes : la part des dépassements dans leurs honoraires a augmenté deux fois plus que pour l’ensemble des médecins. > 47 % Les taux de dépassement des spécialistes à honoraires libres est passé de 29 % en 1995 à 47 % en 2004. > 3 FOIS PLUS VITE Les dépassements pratiqués par les spécialistes ont augmenté trois fois plus vite que leurs revenus moyens entre 1993 et 2004 : le pouvoir d’achat de leur revenu moyen a progressé de 23 % alors que celui des dépassements progressait de 71 %. CHAPITRE 2 Lesoinenquestions 35 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  35. 35. à finaliser en octobre 2009 un accord sur ce point avec les repré- sentations professionnelles des médecins, qui permettra d’encadrer ces dépassements d’honoraires dans un certain nombre de cas, mais la date d’application de cet accord n’est pas encore connue. En tout état de cause, les médecins qui appliquent des dépasse- ments d’honoraires sont tenus d’afficher leurs tarifs dans leur salle d’attente, de prévenir leurs patients au moment de la prise de ren- dez-vous, et surtout sont obligés depuis février 2009 de présenter un devis à chaque fois que le prix de l’acte dépasse 70 euros. Il appartient bien sûr aux patients de demander ces devis pour pouvoir choisir leur praticien librement et en toute connaissance de cause. Densité départementale des spécialistes de secteur 1 en 2008 Lesoinenquestions CHAPITRE 2 36 Densité pour 100 000 habitants 54 à 103 43 à 54 23 à 43 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  36. 36. CHAPITRE 2 Lesoinenquestions Établissements de soins : un tiers public, deux tiers privé ! Combien d’établissements, de lits, de places ? L’offre hospitalière en France se caractérise par la coexistence d’établissements publics (les hôpitaux), d’établissements privés (les cliniques) et d’établissements privés à but non lucratif, parmi les- quels on trouve principalement les 20 Centres régionaux de lutte contre le cancer (CLCC) et les 87 établissements mutualistes. En 2007, l’INSEE a recensé un peu plus de 2 700 structures, toutes spé- cialités confondues, sur l’ensemble du territoire français : 972 hôpi- taux publics et 1 800 établissements privés. Le secteur public est cependant plus important en termes de capa- cité d’accueil, c’est-à-dire de nombre de lits dans ses établisse- ments : il dispose en effet de 283 683 lits d’hospitalisation, contre 153 890 pour le secteur privé. Les hôpitaux et cliniques peuvent aussi traiter des patients sans les hospitaliser plus d’une journée : on parle alors de «places» d’hôpital de jour ou de chirurgie ambula- toire. L’hôpital dispose de 32 903 places, essentiellement consacrées à la psychiatrie (42%), alors que le secteur privé n’en compte que 21 035, majoritairement consacrée à la chirurgie (52%). Enfin, dans certains cas, il est maintenant possible d’être hospitalisé «chez soi», principalement pour les soins palliatifs, la cancérologie et la périnatalité. L’hospitalisation à domicile (HAD), en plein déve- loppement, reste pourtant marginale : en 2007, 164 structures d’HAD 37 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  37. 37. ont offert près de 6 700 places, essentiellement dans le secteur public, permettant plus de 2 millions de journées d’hospitalisation. Quelles différences entre les secteurs privé et public ? Quel que soit leur secteur, les établissements participent à l’activité de soins et la majorité de leurs ressources provient du financement de cette activité par l’Assurance maladie. Toutefois, si l’on regarde l’activité effectivement réalisée par ces établissements, des diffé- rences notables peuvent être remarquées : • La chirurgie et l’activité ambulatoire sont principalement réalisées par les cliniques privées, alors que la médecine est dans sa grande majorité prise en charge par les hôpitaux publics. • L’activité programmée, c’est-à-dire les hospitalisations planifiées sur rendez-vous, constitue l’essentiel de l’activité du secteur privé, alors que le secteur public assure la plupart de l’activité non-pro- grammée, c’est-à-dire les urgences. QUI FAIT QUOI? > Les soins de courte durée (séjours de médecine, chirurgie et obstétrique généralement pris en charge sur des durées de moins d’un mois) sont essentiellement répartis entre hôpitaux publics et cliniques privées, ces dernières assurant légèrement plus de séjours à temps partiel (séjours d’un jour ou d’une nuit) que de séjours à temps complet. > Les établissements publics et privés à but non lucratif accueillent la plus grande partie des séjours psychiatriques. > Chaque type d’établissement assure une proportion presque équivalente des soins de suite et de réadaptation ou soins de moyen séjour (réadaptations fonctionnelles et cures qui font suite à un séjour de courte durée). Parmi les établissements privés, ce sont surtout les structures à but non lucratif qui assurent cette activité. > Enfin, les soins de longue durée (prise en charge de patients non autonomes dont l’état nécessite une surveillance médicale constante) sont essentiellement pris en charge par les hôpitaux publics. Lesoinenquestions CHAPITRE 2 38 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  38. 38. CHAPITRE 2 Lesoinenquestions L’organisation des établissements est également différente entre les deux secteurs : • Les hôpitaux publics sont des entités uniques dont les différents acteurs sont pour la plupart salariés par l’établissement, alors que les établissements privés sont composés d’une myriade d’ac- teurs (sociétés anonymes, praticiens, sociétés d’exercice libéral...) en relation contractuelle. En particulier, la grande majorité des médecins exerçant en clinique ne sont pas salariés mais perçoi- vent, comme les médecins de ville, des honoraires pour chacun des actes qu’ils pratiquent. • Les établissements publics couvrent l’essentiel des missions de service public : l’accueil des urgences 24 heures sur 24 et la for- mation des étudiants soignants et médecins. Cette part d’activité est financée par l’Assurance maladie sous la forme d’une enve- loppe budgétaire spécifique. Ces différences ont des conséquences sur le paiement des soins par le patient. Notamment, l’exercice libéral des médecins dans le secteur privé peut conduire à des dépassements d’honoraires plus fréquents que dans le public. La spécialisation du secteur privé dans la chirurgie et du secteur public dans la médecine peut limiter le choix d’un patient quant à ses lieux de prise en charge. Mais quel que soit le secteur, le patient doit payer les frais d’hébergement par l’intermédiaire du forfait hospitalier, ainsi que des frais annexes (chambre particulière, télévision, téléphone…). Comment les établissements sont-ils répartis sur le territoire ? Les hôpitaux publics sont répartis sur l’ensemble du territoire selon une logique de hiérarchie des soins. Quant aux cliniques privées, de taille plus réduite, leur répartition obéit davantage à une logique d’offre et de demande : ces dernières années, d’importants mouve- 39 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  39. 39. HIÉRARCHISATION DES HÔPITAUX PUBLICS > 31 Centres hospitaliers régionaux (CHR), 29 en métropole et 2 dans les départements d’Outre-mer ; ils sont pour la plupart des hôpitaux universitaires (CHU), ce qui signifie qu’ils assurent en plus une mission d’enseignement et de recherche. > 498 Centres hospitaliers (CH), en charge de tous les soins aigus, des soins de suite et des soins de longue durée. > 340 hôpitaux locaux répondant aux besoins de soins de la population locale, aux soins de suite et de réadaptation, au long séjour pour les personnes âgées. En plus de ces hôpitaux polyvalents, on compte 861 centres hospitaliers spécialisés (CHS) en psychiatrie. ments de regroupement de ces établisse- ments ont eu lieu, notamment par la tendance à la disparition des cliniques familiales au pro- fit de la constitution et de la croissance de grands groupes d’établissements privés d’en- vergure nationale ou internationale. On peut ainsi distinguer différentes configura- tions de l’offre publique / privée selon la nature des territoires : • les grandes villes régionales et universitaires ont un Centre hospitalier régional et univer- sitaire (CHR-U) public et de nombreuses cli- niques privées en concurrence marquée ; • les villes préfectorales ou d’importance dé- partementale accueillent un Centre hospita- lier (CH) public et une ou deux cliniques privées ; • les villes moyennes disposent plus aléatoi- rement d’un petit Centre hospitalier ou d’un hôpital local, ou encore d’une clinique privée comme seule offre de soins hospitalière. Ainsi, l’offre hospitalière en France est abon- dante et couvre largement le territoire. Mais depuis le début des années 1990, le ministère de la Santé a pour objectif d’améliorer sans cesse la répartition de ces établissements de soins et équipements spécialisés pour assu- rer : • un nombre suffisant de services spécialisés comme la chirurgie cardiaque ou la réani- Lesoinenquestions CHAPITRE 2 40 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  40. 40. mation, sans pour autant trop dépasser les besoins parce que ces services sont très coûteux en personnels et en matériels ; • un accès facile aux services de proximité comme les urgences ou les maternités ; • l’absence de doublons d’activité entre hôpitaux publics et cli- niques, comme par exemple deux services de chirurgie à moitié vides dans une ville moyenne, l’un à l’hôpital, l’autre dans un éta- blissement privé. Ces équilibres sont toujours difficiles à atteindre parce que chacun d’entre nous voudrait bien sûr avoir toutes les facilités médicales et chirurgicales à côté de chez lui. Pourtant, il faut que ces établisse- ments et ces services aient un nombre suffisant de patients pour que les équipes médicales puissent maintenir une bonne qualité des soins. Qui accepterait, par exemple, de se faire poser une prothèse de hanche dans un hôpital qui n’en fait que 10 par an ? Ne vaut-il pas mieux aller à la ville voisine dans l’hôpital qui en fait 100 ? Il faut aussi pouvoir financer tous ces établissements : pour faire fonctionner une petite maternité aujourd’hui, il faut assurer la pré- sence 24h sur 24 de sages-femmes, de médecins accoucheurs, d’anesthésistes, ce qui pose la question du coût important de ce fonctionnement, mais aussi du recrutement de plus en plus difficile de ces professionnels. Le développement des autoroutes et des moyens de transport à grande vitesse a bouleversé les distances, révolutionnant la notion même de proximité : la moitié de la population réside à moins de 7 minutes d’un centre hospitalier, 7 français sur 10 y ont accès en 15 minutes au plus ! Alors le débat est ouvert : faut-il vraiment main- tenir tous les établissements ? A quel prix et dans quelles condi- tions ? CHAPITRE 2 Lesoinenquestions 41 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  41. 41. CHAPITRE 2 Lesoinenquestions 42 L’HOSPITALISATION EN CHIFFRES > 251 En 2002, il y a eu 251 hospitalisations pour 1000 habitants en France, soit plus que la moyenne des pays de l’OCDE : 161. > 64 % La France dépense beaucoup pour ses hôpitaux : 64 % des dépenses de santé vont à l’hôpital contre 50 % en moyenne dans les pays de l’OCDE. > 4,8 Ses moyens sont dispersés : 4,8 établissements publics ou privés pour 100 000 habitants, contre 4,2 en Allemagne, 2,3 au Royaume-Uni, 2,2 en Italie. > 1,2 MILLION Cette dispersion s’accompagne d’un nombre élevé d’emplois hospitaliers : 1,2 million, autant qu’en Allemagne qui compte 20 millions d’habitants et 250 000 lits de plus. Mais l’effectif moyen par lit de soins aigus est faible : 1,64 par lit en France, 2,03 en Allemagne, 6,5 au Royaume-Uni; comme l’effectif de personnels infirmiers : 0,56 par lit en France, 0,75 en Allemagne, 1,8 au Royaume-Uni. > 7,5 L’investissement est la variable d’ajustement. L’imagerie médicale en est un bon exemple. Au 9ème rang des pays de l’OCDE, la France compte 7,5 scanners par million d’habitants alors que l’Allemagne en compte 15,4 et l’Italie 20,6. > 25 MILLIONS En 2007, les établissements de soins en France, accueillaient plus de 13 millions d’hospitalisations complètes, plus de 9 millions d’hospitalisations partielles et près de 3 millions d’hospitalisations à domicile. Répartition des séjours hospitaliers en 2007 Médecine Chirurgie Obstétrique Psychiatrie Psychiatrie infantile Soins de suite 43 % 35 % 10 % 5 % 0,5 % 7 % Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  42. 42. Le médicament, un produit comme les autres ? Le médicament est une sorte de produit «magique» dont on attend la guérison de tous nos maux et douleurs. En effet, les progrès de la science et les nombreuses découvertes fabuleuses de ces cinquante dernières années nous ont laissé l’im- pression que les médicaments avaient réponse à tout, qu’ils pou- vaient tout soigner. C’est tellement vrai que parfois, le simple fait de prendre une gélule qui ne contient aucun principe actif – on parle alors de placebo – nous apporte le soulagement : nous y croyons tellement fort que cela devient aussi efficace qu’un «vrai» médica- ment. Pourtant, la médaille a son revers : en réalité, de nombreuses maladies résistent aux médicaments, comme certaines infections ou certains cancers, et les médicaments peuvent entraîner des effets indésirables graves, surtout si l’on en prend trop. Ce problème est particulièrement aigu en France qui est l’un des plus gros consommateurs mondiaux de médicaments et le premier producteur de ce type de produits dans l’Union européenne depuis 1995. Elle est donc aussi l’un des pays occidentaux où la dépense de médicaments est la plus importante : rapportée au nombre d’habi- tants, la dépense de médicaments prise en charge par l’Assurance maladie place la France au quatrième rang mondial, derrière les Etats-Unis, le Canada et la Grèce. Les médicaments représentent à eux seuls 20,5% de la consommation totale de soins. Lesoinenquestions CHAPITRE 2 43 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  43. 43. LE MÉDICAMENT EN CHIFFRE >47MILLIARDS En 2008, le chiffre d’affaire de l’industrie pharmaceutique était de 47 milliards d’euros en France. >90% 90% des consultations médicales finissent par une prescription de médicaments en France, alors que ce n’est le cas que pour 50% des consultations aux Pays-Bas par exemple. >6 En France, chaque visite ou consultation donne lieu à la prescription de 6 boîtes de médicaments en moyenne. >20,5% Les médicaments représentent 20,5% de la consommation totale de soins en France. >2% Seulement 2% des traitements médicamenteux présentent un réel progrès thérapeutique pour les patients. CHAPITRE 2 Lesoinenquestions Le long chemin du médicament : de la recherche à l’arrivée en pharmacie Aujourd’hui les médicaments sont des produits très contrôlés, dont on attend qu’ils soient effi- caces et surtout avec le moins d’effets indési- rables possible. Leur prise en charge par l’Assurance maladie, pour la plupart d’entre eux, impose aussi que leur prix soit acceptable. Compte tenu de la longueur du chemin qui mène le médicament du laboratoire de recherche à la pharmacie, on devine vite qu’il y a des enjeux et des intérêts contradictoires à chacune des étapes. • D’abord le médicament doit recevoir une au- torisation de mise sur le marché (AMM) qui valide que le médicament est efficace et qu’il est bien toléré. Celle-ci est délivrée au fabri- cant par les autorités sanitaires: l’Agence eu- ropéenne pour l’évaluation des médicaments (EMEA) quand l’autorisation concerne plu- sieurs États membres de l’Union européenne ou l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) quand la de- mande est nationale. • Puis le Service médical rendu (SMR) est défini par la Commission de transparence, qui réu- nit de nombreux experts au sein de la Haute autorité de santé (HAS) : celui-ci est classé de majeur à insuffisant, sur des critères qui mé- langent à la fois l’efficacité du produit et la gravité de la maladie traitée. Ainsi un produit 44 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  44. 44. très efficace sur une maladie grave aura un SMR majeur, mais un produit efficace sur une pathologie bénigne qui peut guérir sponta- nément pourra avoir un SMR insuffisant. En général, les médica- ments à SMR insuffisant peuvent être utiles, mais ne sont jamais indispensables : on peut toujours s’en passer sans dommage. • La même Commission de transparence définit ensuite l’améliora- tion du service rendu (ASMR), qui va de I (la plus importante) à VI (la plus faible) : l’ASMR représente l’intérêt du nouveau médicament par rapport à ceux qui existent déjà, quelle que soit son efficacité. Ainsi, un médicament efficace contre l’hypertension artérielle peut n’avoir qu’une ASMR de niveau III ou IV car il en existe déjà beau- coup d’autres disponibles dans les pharmacies. • Les prix des médicaments sont ensuite définis par le Comité éco- nomique des produits de santé, où siègent notamment l’Etat et les industriels, puis l’Assurance maladie décide finalement du taux de remboursement en fonction de tous ces éléments. Plus le SMR est faible, et moins le taux de remboursement est important, de façon à privilégier la prise en charge des médicaments les plus utiles. On comprend alors mieux pourquoi certains médicaments sont moins bien remboursés, voire plus du tout, dans le contexte du dé- ficit de l’Assurance maladie. Lesoinenquestions CHAPITRE 2 45 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  45. 45. Lesoinenquestions CHAPITRE 2 Du bon usage du médicament Tous les médicaments n’ont pas la même utilité, loin de là… Selon l’International Society of Drug Bulletins (ISDB-la société internatio- nale des bulletins thérapeutiques, regroupant des publications indé- pendantes des laboratoires pharmaceutiques), environ 80% des nouveaux produits approuvés chaque année dans les pays développés n’offrent aucun avantage par rapport à ceux qui existent déjà. Seulement 2% des traitements médicamenteux représentent un réel progrès thérapeutique pour les patients et 5% ne comportent que des bienfaits mineurs. Quant à la Mutualité française, elle estime que seuls 450 médicaments seraient essentiels sur plus de 8 000 dispo- nibles en pharmacie ! Dans une étude sur la dépense de médicaments, l’Assurance maladie française a constaté qu’en 2007, 45% des dépenses concernaient des molécules qui ne présentaient pas ou peu d’amélioration du service médical rendu (ASMR). Elle a également constaté que pour la même année, 85% de la hausse des dépenses en médicament étaient dus à des produits de moins de 3 ans. Les prescriptions de médicaments les plus récents au détriment des molécules les plus anciennes, sou- vent devenues des génériques tout aussi efficaces, restent très fortes. Le marché des génériques étant bien moins développé en France que dans les pays voisins, l’Assurance maladie a pris une série de mesures pour en développer l’utilisation et inciter les médecins comme les patients à n’utiliser les nouvelles molécules que s’il n’en existe pas d’autres. Parmi les raisons de ces habitudes si particulières à la France en matière de médicament, on peut citer : • le désir de consommation des patients eux-mêmes, qui pensent sincèrement que les médicaments sont la solution à leur problème : on le voit bien pour les antibiotiques, qui ne devraient pas être au- tomatiques – comme le rappelle le slogan – mais que les gens ré- clament souvent ; 46 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  46. 46. CHAPITRE 2 Lesoinenquestions 47 0 Recherche - Dépôt des brevets Identification de molécules prometteuses et obtention des brevets correspondants Essais pré-cliniques Sélection des molécules qui pourront être testées sur l’homme, notamment par des tests sur animaux Essais cliniques Tests réalisés sur l’homme : • Phase I - Tolérance au médicament • Phase II - Efficacité du médicament • Phase III - Rapport efficacité/tolérance Autorisation de mise sur le marché 10ansderecherche2à3ans deprocédures administratives Extensionéventuelle deprotection +5ansmaxi Commercialisation et suivi Pharmacovigilance Expiration du brevet - Générique Après expiration du brevet, double commercialisation : • marque • générique 10000 molécules 100 molécules 10 molécules 1 molécule 5 ans 10 ans 15 ans 20 ans 25 ans Le médicament : de la recherche à la commercialisation Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  47. 47. • les habitudes des médecins, acquises dès l’université, favorisant une attitude majoritairement peu critique vis-à-vis du médicament ; • l’intense activité commerciale des laboratoires pharmaceutiques auprès des médecins et étudiants en médecine: le budget marke- ting de ces laboratoires s’est élevé à 750 milliards d’euros cumulés en frais de promotion entre 1996 et 2005, soit 2,6 fois plus que le budget de leur activité de recherche et développement. Aujourd’hui, l’Assurance maladie et le ministère de la Santé, comme les facultés de médecine, semblent bien décidés à prendre des mesures pour changer ces habitudes. Pour cela, ils cherchent à déve- lopper la formation continue des médecins, en insistant sur la modé- ration en matière de prescription, et à maîtriser les lobbies, qui se concentrent alors sur les leaders d’opinion médicaux, les universi- taires et les experts appelés à se prononcer sur les autorisations des «nouveaux» médicaments. Les citoyens eux-mêmes commencent à réagir : émissions de télé- vision, débats et tables-rondes, questions des auditeurs sur ces sujets, articles de presse nous questionnent sur nos consommations de médicaments. Certains vont jusqu’à dénoncer l’invention de mala- dies par les firmes pharmaceutiques pour étendre leur marché… Même s’il ne faut pas verser trop rapidement dans les théories conspirationnistes, on peut s’interroger sur cette «invention», au sens de la mise en lumière de pathologies bénignes ou de la médicalisation de problèmes sociaux, comme l’impuissance masculine, à des fins de création de marchés de médicaments. Face à ces manœuvres de promotion, un grand mouvement consommateur s’est également organisé sur le plan européen pour empêcher que l’on donne l’auto- risation aux laboratoires de faire de la publicité directement auprès des malades. Lesoinenquestions CHAPITRE 2 48 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  48. 48. LE POIDS DE L’HOPITAL PUBLIC « Nous avons 32 Centres hospitaliers universitaires (CHU) contre 22 au Royaume-Uni, 26 en Allemagne, 125 aux Etats-Unis… avec 5 à Londres, 7 à New-York, 3 à Berlin, mais 7 à Paris (11 il y a 2 ans), 4 à Lyon, 3 à Bordeaux, 2 à Toulouse, (…) Cette multiplication est la conséquence directe d’une politique d’aménagement du ter- ritoire qui, plutôt que de développer les atouts de chaque région et de s’occuper de la place de la France en Europe, et non pas de celle du Poitou ou du Limousin en France, a, 30 années durant, visé à l’uniformisation, en dis- persant nos forces au détriment de Paris et des grandes villes (…) À vouloir fertiliser le désert avec un verre d’eau, nous n’avons pas joué nos atouts. Nous les avons compromis. » Pr. Philippe Even Le classement des CHU en fonction de leur recherche, Juillet 2008 « La santé, c’est la vie dans le silence des organes. » René Leriche CHAPITRE 2 Lesoinenquestions 49 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  49. 49. 11 81 3000 La santé dans l’économie mondiale Au niveau mondial, la disparité des dépenses de santé entre pays est considérable. Les données suivantes concernent la totalité des dépenses engagées par les financeurs du système de santé: Sécurité sociale, État, collectivités territoriales, complémentaires et ménages. Elles couvrent la consommation médicale totale, les indemnités journalières délivrées lors d’un arrêt maladie, mais aussi les subventions, la recherche, l’enseignement et la gestion administrative de la santé. En valeur brute Alors qu’un Français dépense en moyenne plus de 3 000 euros par an pour sa santé, un Américain y consacre plus de 6 000 euros, un Britannique 2 500 euros, un Suédois autant qu’un Français et un Japonais environ 2 300 euros. En part du PIB La part du Produit intérieur brut (PIB) que la France consacre à la santé est de 11% en 2007, en deuxième position derrière les États-Unis (16%), et pratiquement à égalité avec la Suisse (10,8%) et l’Allemagne (10,4%). Les pays présentant les niveaux de dépenses de santé les plus élevés ne sont pour autant pas ceux qui présentent les meilleurs résultats en termes d’indicateurs de santé. Par exemple, les Japonais, qui consacrent 8,1% de leur PIB à leurs dépenses de santé ont l’espérance de vie à la naissance la plus longue du monde: 82,6 ans, contre 81 ans pour la France et 78,1 ans pour les Etats-Unis. 50 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  50. 50. Chapitre 3 Lefinancement enquestions La santé, un bien économique pas comme les autres. A u milieu du 19e siècle, le statisticien prussien Ernst Engels a réalisé les premières mesures de consomma- tion et de revenu des ménages qui don- nèrent naissance aux lois portant son nom : • 1ère loi : La part du revenu consacrée à l’alimentation est d’autant plus faible que le revenu est important ; • 2ème loi  : La part du revenu consacrée au logement reste constante quelle que soit l’importance du revenu ; • 3ème loi : La part du revenu consacrée aux produits de luxe est d’autant plus importante que le revenu est important. Concernant la santé, l’économiste Joseph Newhouse a établi dans un article fondateur de 1977, que le niveau de revenu expliquait 92 Lefinancementenquestions 0 51 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  51. 51. Lefinancementenquestions CHAPITRE 3 % des différences des dépenses de santé entre pays, et que la part de revenu qui leur était consacrée était d’autant plus importante que le niveau de revenu était élevé. Il en concluait que les soins de santé étaient un «bien supérieur» (en anglais, «luxury good»). Ainsi, si l’on considère l’ensemble des richesses produites par un pays (que l’on évalue par le Produit intérieur brut – PIB), la part consacrée à la santé est d’autant plus importante que le pays est riche. En effet, en 2006, si 63% de la population mondiale vit dans les 10% de pays les plus riches de la planète, cette population concentre 78,7% des richesses mondiales et 84,7% des dépenses de santé mondiales. Les dépenses de santé sont donc encore plus inégalement réparties que les richesses ! Par exemple, si les Tunisiens dépensaient, par habitant, autant que les Français dans le domaine de la santé (un peu plus de 3000 euros par personne), les dépenses de santé représenteraient 136% de leur PIB (contre 11,3% en France) : même en consacrant toute la richesse produite à la santé, ils ne pourraient assurer un tel niveau de consommation !52 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  52. 52. CHAPITRE 3 Lefinancementenquestions Quelles dépenses ? Des dépenses qui ne cessent d’augmenter… Les dépenses de santé n’ont cessé d’augmenter au cours des 50 dernières années non seulement en valeur absolue mais également en rapport des richesses produites. Ainsi, les dépenses de santé ont progressé plus rapidement que la richesse produite par le pays (tra- duite par le Produit intérieur brut – PIB). En 1960, la France consa- crait 3,8% de son PIB (14,1 milliards d’euros) aux dépenses totales de santé contre 11% aujourd’hui (181 milliards d’euros). Les dépenses de santé augmentent ainsi dans tous les pays développés mais pas partout de la même façon. Cette augmentation des dépenses de santé est liée à la fois au vieil- lissement de la population et à l’évolution des habitudes de consom- mation des soins. Si les personnes les plus âgées consomment effectivement davantage de soins que la population moyenne, on constate que les dépenses de santé ont augmenté pour toutes les tranches d’âge au fil du temps. A titre d’exemple, en 1992, une per- sonne de 20 ans était à l’origine d’une dépense annuelle de 600 euros alors qu’une personne de 70  ans était à l’origine d’une dépense annuelle de 2 000 euros. En 2000, les individus de 20 ans étaient à l’origine d’une dépense annuelle de 1 250 euros (plus de 2 fois plus) et les individus de 70 ans de 3 600 euros (presque 2 fois plus). Les dépenses respectives des deux classes d’âges ont aug- menté en raison de l’évolution des habitudes de consommation de soins, mais aussi de l’évolution des techniques médicales de plus en plus coûteuses. Le vieillissement de la population n’est donc pas la seule cause d’augmentation. 53 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  53. 53. Lefinancementenquestions CHAPITRE 3 … centrées sur les personnes les plus malades Les 5% de la population qui ont les plus fortes dépenses de santé concentrent 51% de celles-ci et 60% des montants remboursés par la Sécurité sociale. En 2000, cela correspondait à une consomma- tion moyenne de 17 784 euros par personne, soit 10 fois plus qu’un consommateur moyen (1 740 euros). Ces plus gros consommateurs forment une population particulière : • PPlus âgée : 53% ont plus de 60 ans et leur âge moyen est de 58 ans, contre 37 ans pour l’ensemble de la population française ; seulement 7% de ces gros consommateurs ont moins de 15 ans. • Atteinte de maladies lourdes : 64% sont en Affection de longue durée (ALD), contre 12% dans l’ensemble de la population. • Plus hospitalisée : 71,9% de leurs dépenses de santé sont hospi- talières (12 788 euros sur un total de 17 784 euros), contre 45% dans l’ensemble de la population. • Dont les dépenses sont plus couvertes par le régime obligatoire : 95% sont prises en charge par la Sécurité sociale de base. À l’autre bout du spectre, les 5% qui consomment le moins, dépen- sent en moyenne seulement 9 euros par personne et par an. Ils n’ont pas recours à l’hospitalisation et leurs dépenses ne sont cou- vertes qu’à hauteur des deux tiers par le régime de base de la Sécurité sociale. Pour autant, le montant non couvert par la Sécurité sociale est naturellement bien moins important, 3 euros contre près de 1 000 euros pour les 5% qui consomment le plus. Plus générale- ment, l’Assurance maladie comptait en 2005 environ 13,5 millions d’assurés qui ne consommaient pas ou peu de soins, c’est-à-dire moins de 100 euros par an selon ses propres critères. Cette concentration rend difficile les raisonnements à partir des dépenses moyennes: pour le citoyen qui essaie de se comparer à la 54 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  54. 54. moyenne, les dépenses semblent toujours plus élevées que les siennes. Plusieurs élé- ments conditionnent cette impression d’un système qui coûte de plus en plus cher et qui rembourse de moins en moins bien. D’une part, sur une année donnée, la majorité des Français consomment peu de soins qui ne sont quasiment pas couverts par l’Assurance maladie, et une minorité de personnes parti- culièrement malades engendrent des dépenses importantes bien prises en charge. D’autre part, pour chaque individu, les dépenses de santé sont concentrées sur la fin de vie, quel que soit l’âge à laquelle celle-ci survient (cependant, plus celle-ci survient jeune, plus les dépenses engagées sont importantes). Ainsi, individuellement, le nom- bre d’années passées sans recours marqué à des soins coûteux est incomparablement plus important que celui nécessitant des soins générateurs de fortes dépenses, d’où l’impres- sion de faible remboursement… Surtout que les dépenses de fin de vie sont liées à des soins très techniques et à des hospitalisa- tions: très bien prises en charge, en général à 100%, elles sont presque «invisibles» pour le malade et son entourage. Enfin, si on ajoute à tout ceci les dépenses de lunettes et de prothèses dentaires qui sont très «perceptibles» par les assurés, on com- prend mieux ce sentiment général d’une dégradation de la couverture des soins. CHAPITRE 3 Lefinancementenquestions LES AFFECTIONS DE LONGUE DUREE EN CHIFFRES >30 Les Affections de longue durée (ALD) sont au nombre de 30. Ces maladies chroniques nécessitent un traitement prolongé et une thérapeutique coûteuse : tumeurs malignes, diabète, maladies psychiatriques de longue durée, maladies coronaires, Alzheimer, etc. >8MILLIONS En 2008, 8 millions d’assurés du régime général étaient en ALD, soit 1 sur 7. >100 % Un dispositif spécifique permet de prendre en charge la totalité du traitement et du suivi des personnes atteintes d’une maladie chronique reconnue comme ALD. >2,5 MILLIONS En 2007, la France comptait 2,5 millions de diabétiques, soit 40% de plus qu’en 2001. 55 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  55. 55. Des dépenses pour quoi ? L’hôpital En France, les soins hospitaliers sont à l’origine de près de la moitié de la consommation en soins (44,1%). En 2008, ils représentent en moyenne 1 172 euros par personne. Les dépenses hospitalières ont fortement augmenté entre 1970 et 2008 passant de 15,8 à près de 60 milliards d’euros. Pourtant leur part dans les dépenses médi- cales totales est presque au même niveau en 2008 qu’en 1970 après un pic en 1982 où elles représentaient plus de 53% de la consom- mation médicale totale. Répartition des dépenses de santé en 2008 Lefinancementenquestions CHAPITRE 3 56 Soins hospitaliers publics 34% Soins hospitaliers privés : 10% Transports : 2% 53€ / pers. Soins ambulatoires 27,5% 730€/ pers.Biens médicaux 26,5% 704€/ pers. Soins hospitaliers : 44% 1172€/ pers. Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  56. 56. CHAPITRE 3 Lefinancementenquestions Les soins ambulatoires Sont dits ambulatoires l’ensemble des soins réalisés en cabinet de ville ou lors de consultations externes d’hôpitaux publics et privés. La médecine de ville représente plus de 45% des dépenses de ce type de soins, soit 21,5 milliards d’euros. En 1970, la part des dépenses de médecine de ville dans les dépenses ambulatoires était de plus de 60%. Cette diminution de la part relative de la médecine de ville dans les soins ambulatoires a été possible parce que d’au- tres professions de santé se sont développées aux côtés des méde- cins et que les soins se sont diversifiés. La part des auxiliaires médicaux (infirmières, kinésithérapeutes, orthophonistes…) a presque été multipliée par deux entre 1970 et 2008 (passant de 12,8 % à 24,3%) et des dépenses d’analyses de laboratoire, multipliée par plus de trois au cours de la même période (passant de 3,2% à 10,4%). Biens médicaux Ce groupe comprend les médicaments bien sûr, mais aussi les pro- thèses, orthèses, véhicules pour personnes handicapées physique, la lunetterie, les pansements et le petit matériel prescrits en dehors de l’hospitalisation. Les médicaments représentent plus de 80% des dépenses en biens médicaux, soit 34,9 milliards d’euros. Cette part est restée relativement stable depuis 1970 (82,5%). La France est l’un des pays au monde où les médicaments remboursés sont les moins chers mais c’est aussi le pays d’Europe qui en consomme le plus. Ainsi, 90 % des consultations aboutissent à une prescription médicamenteuse contre 50 % seulement aux Pays-Bas et chaque visite ou consultation donne lieu à la prescription de 6 boîtes de médicaments en moyenne. 57 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  57. 57. Qui paie quoi ? Dans le système de santé français, les dépenses de santé sont prises en charge par quatre grandes catégories d’acteurs: les régimes obligatoires d’Assurance maladie, les assurances complémentaires de santé, l’Etat et, bien sûr, les ménages eux-mêmes. La répartition de leurs interventions varie selon le type de soins, même si elle dépend plus généralement du système de protection sociale adopté par le pays. En France, celui-ci était à son origine d’inspiration «bismarckienne», avec des droits ouverts par le travail, mais il a beaucoup évolué depuis sa création en 1945. Les régimes obligatoires d’Assurance maladie Les régimes obligatoires répondent aux principes fondateurs de la Sécurité sociale française, définis par l’ordonnance du 4 octobre 1945 : ils sont les garants de la solidarité nationale en matière de risque maladie. Du fait de l’existence historique de systèmes de protection Lefinancementenquestions Evolution du solde du régime général de l’Assurance maladie (en milliards d’euros) CHAPITRE 3 58 5 1977 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2009 0 -5 -10 -15 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  58. 58. sociale propres à certains secteurs profession- nels, une vingtaine de régimes obligatoires coexistent, mais trois d’entre eux couvrent aujourd’hui plus de 95% de la population : • Le régime général, obligatoire pour les sala- riés du secteur privé et les fonctionnaires : 56 millions de bénéficiaires, CMU comprise ; • La Mutualité sociale agricole : 3,7 millions de bénéficiaires ; • Le régime des «non, non» («non salariés, non agricoles»), géré par le Régime social des indépendants (RSI) : 3,4 millions de per- sonnes. Le régime général prend donc en charge une grande part des dépenses de santé. Les régimes complémentaires Les régimes complémentaires sont d’une nature fondamentalement différente des régimes obligatoires. Leur principe est assu- rantiel, chaque assuré recevant des presta- tions en fonction du niveau de contrat souscrit, et non pas en fonction de ses besoins comme dans le régime de base. Mais comme dans toute assurance, le risque est partagé entre les assurés, c’est ce qu’on appelle la mutuali- sation. Tous les assurés paient les cotisations mais ils ne reçoivent pas tous les mêmes pres- tations: certains paient mais sont peu malades, ils reçoivent donc peu ; d’autres CHAPITRE 3 Lefinancementenquestions LEDÉFICITDELA SÉCURITÉSOCIALE Les dépenses de santé augmentent et les dépenses du régime général suivent logiquement cette ten- dance. Mais le solde dépend aussi des recettes, qui sont impactées par des facteurs sans rapport avec la santé : par exemple, une augmen- tation du chômage, une baisse de l’activité économique ou encore des mesures d’allége- ment de charges sur les heures supplémentaires entraînent une dimi- nution de recettes et donc une détérioration de l’équilibre bud- gétaire de l’Assurance maladie. En 2009, le déficit du régime général de l’Assurance maladie atteignait près de 11 millions d’euros, soit environ 6 % du montant des prestations versées. Entre 2008 et 2009, ses recettes n’ont augmenté que de 1 % alors que les dépenses augmentaient de 5% (contre respectivement 3 et 2,8% entre 2007 et 2008). 59 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April
  59. 59. CHAPITRE 3 Lefinancementenquestions DEUX GRANDS MODÈLES DE PROTECTION SOCIALE QUI CONVERGENT Historiquement, on distingue deux grands types de systèmes de protection sociale: > Le système bismarckien, mis en place à la fin du 19e siècle en Allemagne par le chancelier Bismarck et adopté notamment en France, dans lequel les droits de couverture sociale sont ouverts par l’activité professionnelle, et étendus au foyer du travailleur ; > Le système beveridgien, promu par Lord Beveridge au début des années quarante en Grande-Bretagne, dans lequel les droits de couverture sociale sont universels et accordés à l’individu habitant dans ce pays. Dans tous les pays qui ont adopté le modèle bismarckien, la protection s’est peu à peu généralisée par l’extension à des catégories de population initialement non protégées (employés, étudiants, travailleurs indépendants,…) et à des « risques » non pris en compte à l’origine. Dans le même temps, la population couverte s’élargissant au-delà des travailleurs et de leurs familles, la ressource financière s’est élargie à d’autres revenus que les cotisations sociales sur le travail. En France, celles-ci représentaient même moins de la moitié des recettes du régime général (maladie) en 2008. Cependant, le rattachement du système aux fondements bismarckiens perdure dans l’existence et même le renforcement des assurances complémentaires de santé, dont la majorité des contrats sont souscrits par l’intermédiaire des employeurs - c’est-à-dire dans le cadre de l’activité professionnelle. Répartition des recettes du régime général (maladie) de l’assurance maladie en 2008 (en milliards d’euros) 60 Cotisations 66,6 CSG 50,3 Impôts et taxes 17,6 Autres produits 4,5 Le système de Santé en France - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April Les enjeux du système de Santé français - La Santé Dévoilée - Démêler le Vrai du Faux - Une publication de la Fondation April

×