Archéologie à fouesnant

764 vues

Publié le

Archéologie à fouesnant

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
764
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
97
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Archéologie à fouesnant

  1. 1. Louis Ogès Le site de Bénodet aux époques préhistorique et gallo-romaine Louis Ogès fut instituteur à Bénodet au début de sa carrière, dans les années 1920. Déjà féru d'histoire locale, il rédigea l'ébauche de ce qui devait être une étude historique de la commune, étude qui n'a jamais dépassé le stade du projet. C'est ce projet qu'il a bien voulu me communiquer, voilà déjà fort longtemps (en 1941). Cependant, plusieurs fragments de cette monographie ont été publiées, soit dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère dont Louis Ogès fut membre, puis secrétaire durant de nombreuses années, soit dans les colonnes de la "Dépêche de Brest", puis du "Télégramme", où il assurait une rubrique fort appréciée de tous les passionnés de la "petite histoire". Il serait dommage de ne pas faire profiter les lecteurs du bulletin de Foen-Izella de cette mine de renseignements recueillis voici trois quarts de siècle par celui qui fut, en l'occurence, notre précurseur. Louis Nicolas Époque préhistorique L'époque préhistorique n'a pas laissé de traces nombreuses à Bénodet, qui ne semble pas avoir été un centre important d'occupation néolithique. Cependant, le "Meneier" (les montagnes) dut être occupé à l'âge de la pierre polie. Cet endroit, facile à défendre du côté de la mer, devait être protégé du côté de la terre par un retranchement dont il ne reste plus de traces. Les habitant pouvaient trouver là en abondance les coquillages et poissons de mer: cette hypothèse est confirmée par des trouvailles faites en septembre 1905. Entre le fort du coq et le petit phare, des ouvriers occupés à des travaux de défrichement découvrirent des urnes, neuf au moins, disposées trois par trois en triangle, et recouvertes sur une hauteur de 45 à 50 centimètres de très petits cailloux tirés, non de la grève voisine, mais d'une carrière située à l'intérieur des terres. Ces urnes reposaient sur le sous-sol rocheux. Elles contenaient une matière noirâtre, sans doute des cendres provenant d'une incinération. Toutes, sauf une, furent brisées par les ouvriers. MM. Étienne et Louis de Chabre ont fait don au musée de Quimper de celle qui restait intacte. Une autre urne, assez grossière, fut découverte en creusant les fondations du grand phare. Près de la plage fut encore trouvée une hache en pierre polie, actuellement au musée de Quimper. 1/8
  2. 2. Les hommes préhistoriques, selon la légende locale, étaient des nains (Korriked). Mais la légende est démentie par les découvertes de squelettes de cette époque, qui sont en général de grande taille. Les monuments préhistoriques sont rares dans la commune. Dans le vallon du Poulker existe un menhir de modestes dimensions. Mais sans doute les alluvions apportées par l'eau ont exhaussé ce terrain. Le menhir mesure 2 mètres 50 au-dessus du sol, et un mètre 50 de large. On remarque à proximité de grandes pierres paraissant avoir fait partie d'un dolmen. Il existe également deux tumulus dans la commune. Le plus important, à un kilomètre du bourg, à gauche de la route de Bénodet à Fouesnant, fut fouillé en 1886. On y trouva des débris d'urnes cinéraires de terre cuite, grises et brunes. Mais le monument avait sans doute été violé antérieurement. A 500 mètres plus loin, près d'une croix de pierre plantée sur un talus, existait un autre tumulus de forme elliptique, situé en bordure de la voie romaine conduisant de Civitas Aquilonia (Quimper) à Poulker. Ceci pourrait faire supposer une origine gallo-romaine, si on n'y avait trouvé des débris de silex qui semblent prouver une construction plus reculée. Rappelons qu'un tumulus est un tombeau comprenant un dolmen et une allée couverte y donnant accès, fermée par une dalle. L'ensemble est recouvert par une élévation de terre. Dans le tombeau, on déposait les cendres des défunts qui avaient été incinérés dans un lieu en général voisin, lieu désigné sous le nom de "mm" : un hameau de la commune porte le nom de "CarnBras". L'époque gallo-romaine Sur la côte de Saint-Gilles au Groasquin, dans les terres du Poulker et de Kerambechennec abondent les débris de tuiles romaines, prouvant une occupation gallo-romaine importante. Il subsiste encore actuellement un petit aqueduc situé sur le bord de la route, et faisant passage au ruisseau qui se jette dans l'anse du Poulker. Cet aqueduc est formé de deux blocs de ciment romain, mélange de mortier de chaux et de brique pilée. Sur la rive droite de l'Odet, depuis Malakoff jusqu'à la pointe de Combrit, les traces d'occupation romaine abondent: les châteaux de Kerobestin et de Malakoff sont bâtis sur les emplacements ou à proximité d'établissements gallo-romains. Occupation importante d'ordre stratégique, car les voies romaines qui y aboutissent commandaient l'Odet sur la plus grande partie de leur parcours. On a pu établir le tracé de la voie reliant CivitasAquilonia au Poulker, dont quelques tronçons subsistent encore elle passait au Moulin du Pont, obliquait vers Keranscoet et se prolongeait jusqu'au Groasquin. Sur cette voie, nombreux sont les vestiges d'établissements gallo-romains : Lanros, Buzit, Boutiguéry, le bourg de Gouesnac'h, PorsGuen, Keranscoet, Rhu, Groasquin, Kerambéchennec, Poulker... On remarque de même, sur la rive droite, des ruines ou substructions à Kerambléis, au Pérennou, à SainteMarine, à Kerobestin. Avant 1870, on remarquait au Poulker les vestiges d'un important établissement gallo-romain : il s'agit d'un "balneum", ou établissement de bains assez important. 2/8
  3. 3. Des fouilles furent faites en 1866 par M. Grenot, professeur à Quimper, et en 1870 par M. Le Men, archiviste du Finistère. L'édifice comprenait 13 pièces séparées par des couloirs assez étroits. Le sous-sol comportait un grand nombre de petits piliers en briques, disposés en damier. Ces piliers soutenaient une dalle en larges briques recouvertes d'un pavé en béton, puis d'une couche de ciment. Deux foyers ou fourneaux, en sous-sol chauffaient l'ensemble: la chaleur intense qui s'en dégageait portait à une haute température les piliers de briques et les voûtes qui formaient le dallage des chambres. Les pièces supérieures se trouvaient ainsi chauffées, mais à des températures différentes suivant leur éloignement du foyer. Ce système de chauffage ou "hypocauste" était à la fois ingénieux et économique, les briques une fois chauffées conservant longtemps leur chaleur. Voyons le plan : H.K.L.N n'étaient que légèrement chauffées. Le baigneur se déshabillait dans l'une de ces petites pièces. De là, il se rendait dans le "tepidarium" ou salle tiède (F), chauffée à température modérée. Après la série des bains, il s'y oignait le corps d'huiles fines et de parfums. Cette salle avait trois aires de béton superposées : elle ne recevait ainsi qu'une chaleur modérée. C'était aussi la pièce la plus somptueuse: les parois étaient faites de marbres de diverses couleurs et revêtues de mosaïques artistement incrustées de coquillages. De cette salle, le baigneur passait au" sudatorium ", (I) salle chauffée à haute température, où son corps se recouvrait de grosses gouttes de sueur, débouchant ainsi ses pores et le préparant aux salles suivantes. Le bain de vapeur se prenait dans une pièce de forme hexagonale (A), entourée d'une banquette pour s'asseoir et d'une marche servant de repose-pieds. Un foyer souterrain chauffait cette salle dont le pavé était brûlant. Pour obtenir de la vapeur, il suffisait de projeter de l'eau sur ce pavé. Le bain d'eau se prenait dans la piscine (E), mesurant 3 mètres sur 2. Ses ablutions terminées, le baigneur faisait de nouvelles poses dans les pièces chaudes, tièdes, puis froides, arrivant ainsi à la sortie après des transitions qui lui permettaient de s'exposer au grand air sans risque de s'enrhumer. Tout ce dispositif était en bon état de conservation en 1866. Mais il n'en reste plus rien. (Au Pérennou, sur les bords de l'Odet, on voit les ruines de bains assez semblables à ceux du Poulker. Dans les deux cas, que l'on peut dater du II ème ou III ème siècle de notre ère, la disposition est absolument analogue à celle employée dans les Grands Thermes de Rome. Le musée archéologique de Quimper conserve dans ses vitrines divers objets provenant des fouilles : - 4 fragments de vases divers; - 3 fragments de carreaux ornés qui garnissaient les murs; - des fragments de mosaïques faites avec des coquillages; - un disque de terre cuite; - des tuyaux servant à l'alimentation en eau. Dans l’une des chambres, on a trouvé un petit buste en bronze de l'empereur romain Constantin, qui ne figure pas au musée. 3/8
  4. 4. 4/8
  5. 5. Les sépultures à coffrets et la chapelle Saint- Gilles (Cet article de Louis Ogès, rédigé en Avril l922, a fait l'objet d'une publication au Bulletin de la Société Archéologique du Finistère en octobre de la même année). Au cours de l'hiver dernier, Monsieur Sautejeau, ancien maire de Bénodet, en défonçant le terrain dit "placître de Saint-Gilles", situé non loin de la pointe de ce nom, découvrit de nombreuses sépultures à coffrets de pierre, très curieuses par leur mode de construction, leur nombre, leur disposition et leur emplacement. Le samedi 22 avril, je me rendis sur les lieux. Je ne fus pas peu surpris de constater que le placître en question, qui autrefois entourait la chapelle de Saint Gilles (ou Gildas), constituait un tumulus de 30 mètres de diamètre environ, et seulement un mètre à un mètre cinquante d'élévation. Les excavations qui y avaient été pratiquées étaient déjà comblées. Néanmoins, je pus faire quelques constatations, et grâce aux renseignements précis que me fournit M. Sautejeau, me rendre compte des travaux effectués et des découvertes faites. Ce terrain, qui appartenait à la "fabrique" de Bénodet, fut acquis par M. Sautejeau il y a une vingtaine d'années. En y plantant des arbres, ce dernier avait déjà, il y a quelques années, mis à jour des briques, du ciment romain, et plusieurs coffres de pierres contenant des squelettes. En janvier 1922, voulant défoncer le terrain pour l'améliorer, il découvrit, à une profondeur de 70 cm environ, de nombreuses sépultures à coffrets, plus de vingt, dit-il. Les squelettes, très bien conservés pour la plupart, étaient placés dans des cercueils faits de pierres plates posées de champ, et recouverts de pierres semblables. Ces pierres, d'une épaisseur moyenne de 8 à 10 cm et d'une forme irrégulière, mesurent dans leurs plus grandes dimensions environ 40 cm sur 30 cm. Elles étaient reliées entre elles, tantôt par un mortier de chaux blanche, tantôt par un ciment mélangé de brique pilée. Ce mortier empêchait les infiltrations: le cercueil est ainsi hermétiquement fermé, ce qui explique l'excellent état de conservation des ossements. Quelques coffrets étaient même entièrement recouverts de mortier. Il est à noter que de nombreuses pierres reconnaissables à leurs angles usés et à leur surface polie ont été prises sur la grève voisine et employées dans l'état où elles ont été trouvées. Le fond de quelques sépultures était garni d'une couche de gros sable de mer. Les squelettes recueillis étaient tous couchés sur le dos, la tête à l'ouest et les pieds à l'est. M. Sautejeau affirme que lessépultures ne contenaient ni poteries, ni objets d'aucune sorte. J’ai cependant recueilli dans les déblais des débris de poterie et une petite plaque de cuivre ou de bronze ne portant aucun caractère. (Deux pièces de monnaie en bronze ont été trouvées à une faible profondeur. L'une d'elles fut donnée à M. Le Bourdellès, Conseiller à la Cour d'Appel de Rennes.) La longueur des coffres variait avec la taille des cadavres qui y étaient inhumés. Le Docteur Chapuis a reconnu des squelettes d'enfants, de femmes et d'hommes. J'ai moi-même recueilli des ossements grêles ni ayant pu appartenir qu'à un enfant. 5/8
  6. 6. J'ai pu examiner un crâne d'aspect masculin, en parfait état de conservation: crâne nettement brachycéphale, arcades sourcilières peu saillantes, dentition saine et bien rangée, molaires usées; la mâchoire inférieure manque. J'ai voulu emporter ce crâne pour le présenter à la Société Archéologique, mais le propriétaire s'y est opposé, disant qu'il allait l'enterrer et que ces ossements devaient demeurer là où ils avaient autrefois été inhumés. Les cercueils reposaient sur un dallage fait de briques et de pierres de petit appareil, noyées dans un mortier extrêmement dur contenant de la brique pilée. Ce dallage, dont j'ai vu des parties notables, était épais d'environ 20 cm. Il n'a rienété trouvé dessous. Les pierres provenant des coffrets sont entassées au bord du chemin voisin. Les briques et le ciment ont servi à combler des ornières. A la base même et sur le pourtour du tumulus, des ossements nombreux, mélangés à la terre, ont été découverts à une profondeur de 10 à 20 cm, au-dessus d'un amas important de coquillages, huîtres, patelles, bigorneaux... Les fouilles n'ont porté que sur le tiers environ du tumulus. Le propriétaire se propose de les poursuivre l'hiver prochain. De quelle époque datent ces sépultures ? La présence dans le tumulus d'une plate-forme en briques et en ciment, la nature du mortier employé au lutage des pierres constituant les cercueils permettent d'affirmer qu'elles appartiennent à l'époque gallo-romaine. Toute la presqu'île connue sous le nom de pointe Saint Gilles et s'étendant du Letty au Poulker fut d'ailleurs un centre important d'occupation gallo-romaine. Des traces irréfutables s'en rencontrent à chaque pas: briques, tuiles à rebords, ciment mélangé de brique pilée... Sur l'emplacement du fort du Groasquin fut découvert un trésor de 80 pièces de monnaies romaines en or, qui furent vendues séparément. Les noms de lieux confirment l'importance de l'occupation gallo-romaine dans cette région. La ferme située à moins de 50 mètres du placître de Saint-Gilles porte le nom de RuzConan. On sait que le qualificatif Ru, Rhu. Ruz indique généralement l'emplacement d'un établissement gallo-romain, peut-être à cause de la couleur rouge que les tuiles donnaient à ces établissements. Le mot "Conan" qui se retrouve aujourd'hui encore comme nom propre est un vieux mot celtique qui signifie" cher'. 6/8
  7. 7. Un village voisin est appelé "Creisanguer" (le milieu de la ville"); un autre "Pennaldaguer" (l'autre extrémité de la ville). Le tumulus de Saint-Gilles était vraisemblablement la nécropole des occupants de cette région. Mais les sépultures ne constituent pas le seul intérêt de ce tumulus. Il était autrefois surmonté d'une chapelle dédiée à Saint Gildas: il ne reste plus aucune trace visible de cette chapelle. La maison voisine et le mur entourant le placître ont été construits au moyen de pierres en provenant. Des briques et du ciment romain entrent dans la construction des soubassements. Cette particularité nous permet de supposer que l'édifice chrétien a pu remplacer un temple païen qui, à l'origine, surmontait le tumulus. Il y aurait eu ainsi simple substitution des cultes. Si les choses se sont ainsi passées, il est très possible que la chapelle ait été fondée par Saint Gildas lui-même. On sait en effet que ce saint, né en Grande Bretagne en 493, vint en "Bretagne Armorique" et y évangélisa particulièrement le sud de la Cornouaille, y bâtissant diverses chapelles ( Cf A. de La Borderie, Histoire de Bretagne, tome I, page 384). Il n’est donc pas téméraire de supposer qu'il fut le fondateur de l'église qui nous occupe. Pour établir sans heurt la transition du paganisme au christianisme, il aurait fait bâtir une chapelle à l'emplacement même du temple que les habitants avaient l'habitude de fréquenter. Les seuls souvenirs qui subsistent de cette chapelle sont le nom du lieu, "placître de Saint-Gilles", et une auge en granit appelée "bateau de Saint Louis", dont les caractères (intérieur dessinant vaguement la forme d'un corps, absence de logette pour la tête) permettent de le faire remonter à l'époque mérovingienne. Ce sarcophage a été brisé par le propriétaire actuel. On en voit les débris dans le mur qui aboutit au puits. La tradition rapporte que des anglais se seraient retranchés dans la chapelle au cours de l'une de leurs nombreuses descentes sur nos côtes. Ils passent pour avoir creusé le puits situé au pied du tertre et encore appelé aujourd'hui "le puits des anglais". Un vieillard m'a rapporté que, dans sa jeunesse, les anciens lui disaient avoir toujours vu la chapelle à l'état de ruines. Ces découvertes prouvent qu'il devait y avoir une agglomération considérable dans la région comprise entre Le Poulker et Le Letty. Pourquoi ces lieux perdirent-ils de leur importance ? Sans doute à cause des invasions normandes en Armorique, aux IXème et Xème siècles. Les Normands remontèrent l'Odet en 913, détruisant et tuant tout sur leur passage. Nul doute que Bénodet ne perdit dans ces invasions sa richesse naissante et les constructions dont la domination romaine l'avait enrichi. . (Le fort du Groasquin ou Groasguen fut ronstruit en 1803 sur ordre du Premier Consul. Pour transporter l'armée de Boulogne en Angleterre, Bonaparte avait fait construire sur tout le littoral français des centaines de bateaux à fond plat. Pour concentrer ces flottilles et les protéger des escadres anglaises, il fallait les faire cheminer le long des côtes, à l'abri de nombreux forts ou batteries établis spécialement dans ce but. De là l'origine de la batterie fixe du Groasquin, dont il ne reste aucun vestige. 7/8
  8. 8. Le lecteur, surtout s'il est bénodétois, éprouvera certainement un sentiment de frustration à la lecture de cet article de Louis Ogès. Ainsi de tous les témoignages d'un passé souvent prestigieux, "il ne reste rien". La petite conclusion se répète comme un triste refrain. La protection du patrimoine est, paraît-il, une idée neuve. On peut donc se demander quelle serait, aujourd'hui, l'attitude de la population, celle des " organismes compétents", en face du cas de conscience que peuvent poser les découvertes d'un tumulus, d'un établissement galloromain, d'une antique nécropole... et surtout leur éventuelle conservation. Sans doute assisterions-nous à de belles empoignades entre les défenseurs des "vieilleries" et les tenants du sacro-saint développement touristique. Mais on ne refait pas l'histoire. De tout ce gâchis, seul le menhir du Poulker, bien et dûment répertorié, continue à défier le siècle et les millénaires, il est vrai qu'il réussit à se faire oublier, sous les ronces, dans un site à peu près inaccessible... à quelques centaines de mètres de la plage du Trez ! D'autres monuments mégalithiques ont certainement existé dans la commune. Disparus depuis très longtemps, ils survivent cependant dans la toponymie. Ainsi, tous les bénodétois connaissent la petite plage de "Lichaven". Un lichaven, (le terme moderne, plus couramment utilisé, est un "trilithe '), c'est, selon Gwenc'Ian Le Scouezec dans son ouvrage "Bretagne Mégalithique", "trois pierres, dont deux verticales supportant une troisième à la manière d'un chambranle soutenant un linteau. Cette forme n'est peut-être pas d'origine, mais résulte sans doute de la destruction d'un monument plus important, comme une chambre dolménique". Le terme voisin de Liac'h-ven, littéralement "caverne de pierre", désignait autrefois en langue bretonne un dolmen ou une allée couverte. Nous sommes, dans l'un ou l'autre cas, assez loin des traductions du genre "plage du drap blanc", "du mouchoir blanc", voire du romantique "linceul blanc"... L.N. 8/8

×