Chateau & seignerie de Fouesnant jqvu72

297 vues

Publié le

Chateau & seignerie de Fouesnant

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
297
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
42
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chateau & seignerie de Fouesnant jqvu72

  1. 1. BENODET LE FORT DU COQ ET LA COMMUNE DE BENODET APRES 128 ANNEES DE QUERELLES Connaîtra-t-on le sort du fort Le fort du Coq, historiquement connu sous le nom de " batterie de Bénodet ", fut construit en 1862 comme l'atteste une plaque de fonte scellée au-dessus de l'entrée. Nous étions sous le Second Empire, les soldats de Napoléon III étaient au Mexique tandis que l'Empereur faisait construire le long du littoral atlantique tout un chapelet d'ouvrages en vue d'une nouvelle guerre. A Bénodet, sur la commune de Perguet, la batterie côtière fut construite à l'entrée de la rivière, derrière la grande butte de terre que les navigateurs connaissent bien avec ses trois lettres blanches " Y C O " et qui, sans nul doute,est aussi de la main de l'hamme. Outre le fort que nous connaissons, la batterie comportait une autre petite bâtisse, la poudrière, côté mer, au niveau de la route actuelle qui n'existait pas. La batterie a disparu mais quelques anciens se souviennent de l'avoir vue au début du siècle. Le fort du Coq fut-il occupé quelque temps par des militaires, des gardes côtes ? On imagine les canons sur la butte, braqués vers le large et les guetteurs scrutant l'horizon, prêts à donner l'alarme à la vue du bateau ennemi qui n'est jamais venu. On ne trouve aucune trace de ces défenseurs sur les registres de la commune de Perguet. Etaient-ils recrutes, requis sur place ? Ont-ils seulement existé ? 1/7
  2. 2. Avant le fort actuel il y avait déjà des ouvrages de défense sur cet emplacement; ils figurent sur le cadastre de la commune de 1850. La route n'existait pas encore~mais il y avait autour de la batterie une bande de terre non numérotée qui aurait donc été la propriété communale. Au sujet de la construction du fort, on relève dans la session ordinaire du conseil municipal en date du le mai 1861: " Le Maire a donné lecture d'une lettre du Préfet par laquelle le " Magistrat fait connaître qu'un décret impérial du 27 mars dernier " a déclaré d'utilité publique l'acquisition de parcelles de terrain " nécessaires à l'établissement de la batterie de Bénodet; l'une " d'elles appartenant à la commune de Perguet. A cette lettre s'en trouve jointe une autre de M le capitaine de génie militaire de " la place de Concarneau offrant à la commune) pour la parcelle de terre contenant 8 ares 60, la somme de 63,30 fc. « …à la suite de cette communication M. le Maire engage le conseil à débattre sur les offres qui lui sont faites. Le conseil " après délibérations autorise le Maire à traiter aux meilleurs conditions pour la commune." C'est la seule mention relative au fort que l'on trouve sur le registre des délibérations de la commune de Perguet dans les années de sa construction et celles où il aurait pu avoir une destination, un rôle de défense, c'est-à-dire jusqu'à la guerre de 1870. Il est vrai, que le Maire, Pierre LE CAIN, ou Jean-Marie FRIANT qui lui succéda en 1865, semblent surtout préoccupés de prélever des centimes pour payer le cantonnier ou le secrétaire de mairie, ou encore de répondre aux lettres du Préfet qui les pressait d'ouvrir une école dans la commune. 2/7
  3. 3. La Mémoire de nos anciens Deux anciens de la commune nous ont conté leurs souvenirs du Fort du Coq dans les toutes premières années du siècle. Ce sont Corentin LE GOARDET qui a vu le jour à Bénodet en 1893 et Alain CORPOREAU qui y est né avec le siècle. Tous deux étaient, comme ils le disent avec une certaine fierté, de ceux que l’on appelait alors « chas ar vorh » (les chiens du bourg). Toujours dans la nature, connaissant les moindres recoins du village. Et espiègles, prompts à s'amuser, fut-ce parfois aux dépens du « paour kez den » (pauvre bonhomme). Tous deux ont bien connu, à quelques années d'intervalle, la batterie de Bénodet (le fort, la butte et la poudrière). Les deux bâtiments étaient alors habités et ils ont gardé le souvenir de familles déshéritées parce que mal logées. Le fort était humide et sombre, seul un rais de lumière filtrait par les meurtrières; et pas une cheminée pour t'aire une flambée. La poudrière était un simple refuge sans fenêtre et il fallait en ouvrir la porte pour se rendre s'il faisait jour. Dans le fort vivaient VICEN BRAZ et MlARZANIC VIHAN, avec leur nombreuse famille. Corentin y Allait fréquemment car il était le copain de l'un des enfants, du même âge, et prénommé Corentin comme lui-même. Un de leurs amusements préférés consistait à descendre dans le souterrain, un étroit boyau qui partait de l'intérieur du bâtiment et débouchait devant la mer en passant par dessous la butte. Les occupants de la poudrière, LAOUIC BRAZ et JULIE, n'étaient pas très ingambes et ils étaient la cible de ces garnements qui prenaient un malin plaisir à bombarder leur porte à coups de pierre et à détaler dès qu'ils l'ouvraient. Ni l'un ni l'autre de nos anciens ne se souvient d'avoir vu le moindre vestige d'arme dans le fort ou sur la butte ; pas davantage d'avoir entendu leurs aînés parler de soldats qui auraient occupé le fort. Il nous faut donc conclure que l'ouvrage construit en 1862 n’a pas d'histoire militaire. Le fort du Coq fut-il occupé quelque temps par des militaires, des gardes côtes ? On imagine les canons sur la butte, braqués vers le large et les guetteurs scrutant l'horizon, prêts à donner l'alarme à la vue du bateau ennemi qui n'est jamais venu. On ne trouve aucune trace de ces défenseurs sur les registres de la commune de Perguet. Etaient-ils recrutes, requis sur place ? Ont-ils seulement existé ? Le fort et la poudrière étaient-ils « squattés » avant la lettre? Étaient-ils loués aux familles par la Marine ? Directement ou par l'intermédiaire de la commune ? Nous n'avons pas de réponse à la question mais nos anciens pensent qu'ils ont été occupés spontanément par des familles, victimes de quelque calamité. 3/7
  4. 4. LE FORT DANS LES REGISTRES DE LA. COMMUNEE Après la décision de sa construction, il faut attendre 1926 pour voir le Fort du Coq (ou la batterie de Bénodet) à l’ordre du jour du conseil municipal de Bénodet. Cette année là, le Maire fait part à ses conseillers de la location du fort à un célèbre chirurgien de Paris, le docteur HEITZ BOYER, pour un loyer de 500 f par an et de l'émotion de la population à cette nouvelle. Le bail sera renouvelé en 1929, le prix sera augmenté, et l'acte précise qu'il sera utilisé pour « faire culture de plantes médicinales ». Il y eut sans doute alors quelques arrangements, un sentier était laissé à la disposition du public entre l'ouvrage et la mer, et on n’en parlera plus pendant de longues, années . Puis) au début de 1944, le docteur HEITZ B0YER dont la villa, jouxte le Fort (actuellement Hôtel le Minaret), s’adresse à la municipalité pour lui demander de lui « laisser »" la batterie contre un champ qu'il possède à la pointe Saint-Gilles. Le conseil municipal refuse l’offre du docteur, entreprend l’expropriation qui échouera (le décret l'autorisant ayant été abrogé le 2 avril 1944).Mais la grande brouille surviendra dans les années 1945 1946. Le 1er juillet 1945 le conseil municipal de Bénodet est réuni en séance extraordinaire. Le maire, Paul TROADEC informe les élus qu'il sait de source sûre que la Marine st sur le point de céder la batterie au docteur HEITZ BOYER. Le procès-verbal de séance mentionne que Il les élus sont indignés de se voir menacés de céder à un particulier un site qui, par sa position dominante et son caractère archaïque, présente un intérêt touristique de premier ordre. Et à l'unanimité le conseil affirme son intention d'alerter l’opinion par une démission collective, une pétition, des réunions publiques 4/7
  5. 5. Mais le docteur HEITZ BOYER ne renonce pas. Le 8 juin 1946 le conseil examine une autre requête dans laquelle il propose à la commune de lui céder les deux tiers de la surface de la batterie (7.000 M2) et il conserverait le reste pour « accroître sa propriété ». En outre, il aménagerai t la partie cédée à la commune par un paysagiste de sa connaissance et céderait également à la commune son terrain de la pointe Saint-Gilles. Le conseil repousse la proposition et revendique la totalité de l'ouvrage. Nous arrivons à la fin de l'année 1949 et la commune de Bénodet demande à la Marine de lui louer le fort. Quatre mois plus tard le 27 avril 195O, le Maire informe les conseillers du refus opposé par le Secrétaire d'Etat chargé de la Marine. Une autre fois, en 1962, la municipalité cherche à acquérir le fort et se propose d'y grouper toutes les activités nautiques de la station; le Maire est habilité à mener la négociation. Le 23 avril nous dit un journal de l'époque, le Maire informe le conseil de la décision des services de la Marine: " le fort restera propriété de l'Etat ". Le rédacteur concluait que des interventions s’étaient produites et que la déception était grande à Bénodet. LE YACHT CLUB DE L'ODET ET PIERRE LE NOACl Le deuxième locataire de la batterie, après le docteur HERTZ BOYER, sera le Yacht Club de l'Odet, qui y entre en 1958. Elle sert d'abord de pied-à-terre à l'association et d'entrepôt de matériel. Les belles années du fort commenceront en 1962, avec l'arrivée de Pierre LE NOACH comme chef de centre, et comme la commune se proposait de l'acheter. " A mon arrivée, dit Pierre, le bâtiment était tout délabré, toutes les pièces portaient les traces de l'ancienne occupation par " les familles. Dans chacune, le plafond était percé pour le passage d'un tuyau de poêle. Les murs suintaient, couverts de champignons et de sa1pètre. La terrasse était surmontée d'un toit en et éverite sur des piliers qui n'empêchait pas la pluie de tomber à l'intérieur. 5/7
  6. 6. "Après les premières annees difficiles sont venues les améliorations. En 1968 a été construite la grande salle de l'étage, financée par le Y.C.O. avec l'aide du Crédit Hôtelier. C'est celle qui servira ensuite à toutes les réunions, les réceptions, les remises de prix. " " Et lorsque le bâtiment a été hors d'eau, l'aménagement a commencé du rez-dechaussée. L'épaisse couche de noir de fumée sur les murs a d'abord été recouverte de bambous fendus, puis il a fallu tout recrépir. Et des fenêtres étaient percées au droit des meurtrières. Les conditions de travail étaient considérablement améliorées. L'éverite et la charpente récupérées sur le toit servaient à construire le hangar accolé au mur Sud du fort." Le fort du Coq a alors connu de belles années d'activité nautique, poursuit Pierre. " A mon arrivée, il y avait un embryon d'école de voile. Je l’ai créée officiellement, affiliée à la Fédération Nationale. Le succès a été spectaculaire. Au cours des étés 1972, 1973, 1974, nous dépassions 1000 élèves. Curieusement, le déclin de l'école a coïncidé avec le développement de la plaisance; beaucoup d'enfants, au lieu de suivre des cours, accompagnaient leurs parents sur le nouveau yacht." Les marins pêcheurs à l'école: " Peu après mon arrivée, continue Pierre LE NOACH, les pêcheurs ont été dans l'obligation d'avoir le brevet de capacité pour conduire leur bateau. Avec l'accord des Affaires Maritimes, je leur ai donné des leçons, ce qui leur a permis, à Bénodet et à Mousterlin, de se mettre en règle et ensuite d'améliorer leur retraite. " Au départ de Pierre LE NOACH, c'est Georges JAMES qui devient le Chef de Centre du Yacht Club de l'Odet; il y reste jusqu'en 1987 année où l'association décide, pour raison économique, de supprimer le poste de permanent. Un an plus tard, l'école de voile ne fonctionnera plus. Après l'ouragan de 1987 on a vu les plaisanciers avoir un vrai coup de coeur pour le fort. Avec tronçonneuses, serpes et faucilles, pelles et pioches, ils ont passé plusieurs week-ends à couper, débroussailler ; ils ont même découvert un parcours de mini-golf que la génération d'avant avait aménagé sur les contreforts de la butte. 6/7
  7. 7. Ces mêmes années, la municipalité accordait au Yacht Club de l'Odet la .jouissance d'un local du rez-de-chaussée de la nouvelle capitainerie du port de plaisance, et il y faisait son club house. Dès lors, il n’utilisait plus guère les locaux du fort. Par contre il est très attaché à l'installation de départs de courses implantés sur la butte, et il est difficile de rêver meilleur emplacement pour le jury comme pour les équipiers. LE COUP DE TONNERRE DE BREST En 1988, la Préfecture Maritime de Brest provoquait la surprise à Bénodet en annonçant la mise en vente de la batterie. Le bail du Yacht Club de l'Odet était résilié et l'association continuait de l'occuper sans pouvoir envisager l'achat des lieux. Immédiatement, la municipalité se mettait sur le rang des acheteurs et le Maire étai informé que la vente se ferai t au plus offrant avec clause de préemption en faveur de la commune. En mars 1989, la municipalité a changé et les nouveaux élus montrent autant de détermination que leurs devanciers pour que le fort devienne propriété communale. On s'acheminait vers l'achèvement de la procédure quand un deuxième coup de tonnerre éclate à Paris. Au ministère on n'est pas satisfait des offres reçues à la Préfecture Maritime et on fait dire que la batterie de 3énodet sera vendue aux enchères publiques sur une base d'offre de 1.1OO.OOO francs, avec pas d'enchères de 100.000 francs. Toute la population est attentive à l'affaire et attend que le fort soit acheté par la commune. Au cours de leur réunion du 20 décembre 1989, les conseillers ont été unanimes dans cette même volonté. Dans le prochain bulletin de notre association, nous vous parlerons de la vente. 7/7

×