Chateau & seignerie de Fouesnant u-jlu

282 vues

Publié le

Chateau & seignerie de Fouesnant

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
282
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
73
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chateau & seignerie de Fouesnant u-jlu

  1. 1. Fouesnant EN RODANT AUTOUR DE LESPONT. " On entre dans la cour par un large portique Orné d'un écusson traversé d'une croix. Au fond, parmi les tas de pailles et de bois, La ruine de dresse avec une stature D'ancêtre. Son étrange et puissante structure. Son profil incertain, le portail effacé. Font à l'esprit songeur évoquer le passé, Mystérieux qui dort dans ces vieilles murailles. Ce sont des pans troués par d'énormes entailles Où des chênes tordus, des lierres, des sureaux Croissent, semis épars des vents et des oiseaux. …………………………………. On dit qu'il fut un temps où ces choses si vieilles Eurent leur jour de faste; et le long des piliers Qui résonnaient jadis du pas des Templiers, Le pâtre voit encore les moines légendaires Errer au clair de lune au fond de leurs repaires. Ainsi Jos PARQUER voyait-il LESPONT à la fin du XIX siècle, avec son regard de poète et son amour des vieilles choses. Quelque vingt ans plus tôt, en 1875, d'autres visiteurs nous ont laissé leur témoignage: il s'agissait de Mr TROGOFF de COATALIO qui avait conduit quelques membres de la Société Archéologique sur le site de LESPONT: " Dans le pays, on dit que ce château était un château des Templiers, mais je ne sais si cette opinion est fondée. Le château de LESPONT était fort important. Il occupe une vaste enceinte de 400 mètres de longueur environ, close de murs qui sont de véritables remparts hauts de 12 à 15 mètres, en larges pierres de moellons avec angles en pierres de taille. Ces murs sont garnis de meurtrières. L'entrée est une porte en plein-Cintre où l'on voit encore d'énormes gonds en chassés dans la pierre de taille. Au-dessus de la porte, mais pas au milieu, à gauche, se trouve un écusson supporté par deux lions et sur:monté d'une couronne. L'écusson et la couronne on été martelés; cependant on voit que l'écu était écartelé. Les supports sont deux lions à peu près assis et semblant grimper contre les bords de l'écu, la queue est passée entre les pattes de derrière. Le château de Lespont présente des ruines grandioses. Par ce qui en reste, on peut juger qu'il était le chef-lieu d'une très importante seigneurie. Nous avons cherché en vain l'ouverture du souterrain que les gens du pays prétendent avoir vu et qui aurait été comblé depuis. Si ce souterrain légendaire, qui s'étend dit-on très loin, a jamais existé, son ouverture se trouverait au pignon ouest de ce qui reste actuellement du château, à un endroit où restent des substructions de deux pièces assez vastes. Ce château appartient aujourd'hui à Mr BUZARÉ" Vers les années 1930, un autre visiteur intéressant se rendit à 1/3
  2. 2. LESPONT, Louis Le GUENNEC Son précieux témoignage est celui d'un érudit, conté en un style savoureux et poétique: "A moitié route environ entre le bourg de FOUESNANT et la plage de BEG-MEIL, un de ces chemins creux chers au barde de Kergoadic, "vrai tunnel de branches qu'embaume 1'odeur de la lande ou 1 'arôme sucré du blé noir", mène sur la droite au bord d'un vallonnet mouillé qu'ombragent encore quelques châtaigniers vénérables, vers les débris du vieux manoir de LESPONT. Ces restes n'ont guère changé depuis l'époque où Jos PARQUER les décrivait. Piliers Templiers, repaire, mots évocateurs qui conviendraient d’une aire féodale au farouche aspect, et qui ne sont vraiment pas de mise devant ces quelques pans de murs d' un manoir du XVII siècle, dont l'apparence, même au temps de sa splendeur, devait être la plus débonnaire du monde. dans la Montre de 1481 où son fils Jehan comparaît pour lui au nombre des nobles de FOUESNANT en équipage d'archer en brigandine et vouge (1). A la Réformation de 1536, c'est toujours un DIGWEREC, prénommé Christophe, qui possède LESPONT; mais en 1562 il avait passé au Sieur de KEROULIN qui se présente à la Montre cette année, le corps couvert d'une cuirasse dit ˝corselet˝ et reçoit l'injonction de servir en arquebusier à cheval. Un siècle plus tard, en 1671, Monsieur KERRET de COATLUZ, époux de Maruerite Carentine de LAIZE de LANDEBEC, se qualifie de Seigneur de LESPONT et laisse ce domaine à sa fille Julienne qui était la femme en 1685 de Noble homme Isaac FROMENT, Sieur de MOUCHY Le VICOMTE. L'armorial de d’Hosier lui attribue pour armoiries en 1696 : ˝d'argent à gerbe de blé de sinople au chef de gueules, chargé de trois étoiles d'argent˝. La tradition rapporte, il est vrai, que LESPONT a appartenu aux Templiers, mais aucun document authentique ne confirme cette croyance. On le trouve dès 1426 aux mains d'un petit gentillâtre du canton, Jehan an DIGLOEREC, père de Louis, cité dans la Réformation de 1453, et LESPONT était habité en 1674 par Messire Guillaume Antoine Le LAGADEC de MEZEDERN, chevalier de Saint Louis, Gouverneur des Ville et Château de CONCARNEAU. Le portail blasonné dont parle Jos PARQUER donne toujours 2/3
  3. 3. Accès dans la cour pavée de l'ancien.manoir, dont la façade orientée au sud est celle d'un édifice à un seul étage surmonté d'un grenier qu'éclairaient trois lucarnes de granit à frontons triangulaires décorés de modillons à pointe de diamant. Ces lucarnes dessinées en 1884 par l'architecte Le BIGOT n'existent plus. D'épaisses touffes Un puits timbré d'un blason effrité, sur l'un des quartiers duquel j'ai cru distinguer trois quintefeuilles, meuble la cour. De longues clôtures enlierrées cernent les jardins aujourd'hui transformés en champs, et quelques beaux arbres émergent des taillis ou s'inclinent sur le moulin abandonné. de lierre, des arbustes, des arbres même ont envahi les ruines et prospèrent dans l'aire de l,'habitation où l'on distingue, au milieu d'un inextricable fouillis de verdure, l'emplacement de la grande salle, de la cuisine, de l'office, d'un cellier , d'un escalier de pierre à rampe droite, d'une pièce que Mr BIGOT qualifie pompeusement, dans son relevé, de ˝salon de lecture˝, sans réfléchir que nos gentilshommes d'autrefois étaient en général peu férus de livres. L'extrémité Ouest de la maison est depuis longtemps démolie et l'on dit que la propriétaire actuelle a l'intention d'utiliser le peu qui subsiste pour la construction d'une villa à BEG-MEIL. Façade du manoir de LESPONT, dessinée en 1884 par Mr BIGOT. Fenêtres très simples. Rectangulaires. Les lucarnes offrent au-dessous de leur corniche des bossages en pointe de diamant". La façade était en pierres taille. L'illustration de la page précédente est une carte postale; la correspondance, au verso, est datée de 1930. Une "brigandine" est une pièce d'armure ou de maille ne protégeant que le buste. Une "vouge" est une arme composée d'une lame tranchante montée sur une hampe de 4 à 6 pieds. 3/3

×