Chroniques de Fouesnant - htd-rrd

274 vues

Publié le

Chroniques de Fouesnant -

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
274
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
45
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chroniques de Fouesnant - htd-rrd

  1. 1. BAIL ENTRE GENS DE NOBLE CONDITION ---===000===-- L'an mil sept cent cinquante trois, le vingtième d'octobre après midi, devant nous notaires royaux soussignés de la cour et sénéchaussée royale de Concarneau, avec soumission à la juridiction de l'ancienne chatelennie de Cheffontaines-Bodinio et annexes y faites et jurées, ont personnellement comparu : Messire Vincent-Tanguy de Crec'h Quérault, chevalie:»' Seigneur du dit lieu, mari et procureur des droits de Urbane de l'Estang son épouse, demeurant en son manoir du Verger paroisse de Chateauneuf, et présent à 'l'a suite de ses affaires en celui de Kerguilly en Pleuven d'une part Messire Joseph du Gue'rmeur Sieur de Penanec 'h Messire Pierre du Guermeur Sieur de Kerhoat Messire Jacques du Guermeur Sieur de Coataire Demoiselle Françoise-Marie du Guermeur, Dame du Penhoat Demoiselle Hélène du Guermeur, Dame du dit lieu demeurant ensemble au manoir de Creac'h Queta en la dite paroisse de Pleuven, d'autre part. Lequel dit Sieur de Crec'h Quérault a, par le présent avec bonne et valable garantie à la coutume, du consentement et en présence de Guillaume Berrou fermier actuel du dit manoir de Kerguilly, y aussi demeurant susdite paroisse de Pleuven, baillé de pure et simple ferme pour le temps et espace de cinq année8' entières et consécutives, commencées depuis la St Michel dernière, et finissant à pareil jour après les dites cinq années, aux dits sieurs et demoiselles du Guermeur acceptant. Savoir est : Le manoir de Kerp;ullly consistant en tous ses logements, pourpris, jardins, vergers, et un parc terre chaude nommé parc an Guidou, dont les dits sieurs et dem'oiselles du Guermeur déclarent avoir ample connaissance sans qu'il soit besoin de leur en faire autre description. La dite ferme faite et accordée entre parties pour et en faveur de la somme de quatrevingt-dix livres par an, que les dits sieurs et demoiselles preneurs s'obligent à payer pour le 1/3
  2. 2. Manoir de Créac’quéta, en Pleuven premier terme qui échoie au jour de St Michel en septembre de l'année mil sept cent cinquante quatre, et ainsi continue d'an en an jusqu'à l'expirement des dites cinq années, et qu'ils feront faire sur et autour des logements du di manoir de Kerguilly toutes les réparations locatives qui se seront trouvées nécessaires à leur entrée en jouissance, s’obligeant le Sieur bailleur d'en faire diminution de la valeur sur le prix de la première année de la présente ferme, et convenu expressément entre le dit sieur bailleur et le dit Guillaume Berrou fermier actuel, qu'en considération de son consentement, il ne sera pas tenu de payer au sieur bailleur les trois combles d'avoine, deux combles de blé noir, vin~t livres de beurre ni la douzaine de poulets qu'il s'était obligé à lui payer par l'acte de ferme passé entre-eux le vingt sept juin mïl-septcent-quarante-neuf au rapport de Perrault notaire et son collègue, contrôlé à Concarneau le sept juillet suivant par Le Duc, mais bien qu'il paiera au dit sieur bailleur la somme de cent trente cinq livres par an pendant le dit temps de cinq ans porté au présent bail, parce que bien entendu que 1e dit Berrou exécutera de point en point toutes les autres charges et obligations de la ferme sus dite.. . A tout ce que dessus toutes les parties se sont soumises et obligées, chacune en ce que le fait la touche sous l'obligation gage et hypothèque générale de tous leurs biens meubles immeubles, présents et avenir les preneurs solidairement l’un pour l'autre et un seul pour le tout avec renonciation à division ordre de droit et dissension de biens et de personnes, même aux peines de l’ordonnace, ce s'agissant de ferme de campagne. 2/3
  3. 3. Ainsi voulu, consenti, fait et passé au manoir de Kerguilly, au bourg de Pleuven sous les seings des dits sieur bailleur, Sieurs et Demoiselles preneurs, et sur ce que le dit Berrou a déclaré ne savoir signer de ce interpellé, il a requis de signer à sa requête Mr Philippe Cha1me aussi sur le présent, et les notres sus dits notaires les dits jour et an que devant. » ---===0000000===--Les- conventions sont claires; quant aux motivations, on ne peut, bien entendu, que faire des suppositions. - La famille du Guermeur, nombreuse, se trouvait-elle à l'étroit dans le manoir de Creac 'h Quéta. ? - Un statut de locataire pour des du Guermeur : manque de moyens ? solution d'attente ? désir de rester à Pleuven ? Guillaume Berrou remplissait-il mal les clauses du bail de 1749 ? et a-t-on profité d'une opportunité pour réduire sa ferme à celle du Styvel ? A-t-il été un peu forcé à consentir à cette réduction par un propriétaire désireux de traiter avec les du Guermeur ? Quoiqu'il en soit des réponses à toutes ces questions, ce contrat constitue une pièce à ajouter aux trop rares renseignements que l'on possède à ce jour sur les manoirs de Creac'h Quéta et de Kerguilly. Si d'autres découvertes suivent, le jour viendra peut-être où l'on pourra esquisser une histoire de ces deux manoirs sous l'ancien régime. H.B. 3/3

×