Eglises du Pays de Fouesnant - xm8ufn

153 vues

Publié le

Eglises du Pays de Fouesnant -

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
153
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
65
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Eglises du Pays de Fouesnant - xm8ufn

  1. 1. CHAPELLE SAINTE-ANNE INSTAURATION D'UN DROIT D'ETALAGE SUR LE PLACÎTRE Comment trouver des fonds pour réparer la chapelle ? En cette année 1852, le jour du pardon de Sainte-Anne approchait et Monsieur Le Guillou, curé de Fouesnant, se désolait de l'état général de la chapelle. Le toit du côté nord et celui de la sacristie nécessitaient en effet d'urgentes réparations ; "planchers et fenêtres étaient à demi pourris" ; la sacristie manquait par ailleurs d'ornement convenable pour la célébration de la messe. Or, l'argent faisait défaut pour entreprendre les réparations utiles. Les revenus, provenant uniquement des offrandes volontaires des fidèles, atteignaient certes la somme de 300 francs par an, mais restaient insuffisants pour ce gros oeuvre. Et il n'était pas question d'obtenir une quelconque aide de la fabrique de l'église paroissiale de Fouesnant: là aussi, l'entretien annuel de la toiture accaparait une bonne part de son budget. Une subvention communale ? Le curé y avait pensé et l'avait sollicitée, mais en vain, malgré la bonne entente du clergé et du conseil municipal... Une idée lui vint alors. Pourquoi ne pas lever un droit d'étalage sur les marchands ambulants qui s'installaient sur le placître les jours du pardon ? Les sommes seraient perçues au seul profit de la chapelle, dans le seul intérêt public et religieux. Les obstacles administratifs M. Le Guillou décidait aussitôt de convoquer en urgence les fabriciens chargés de gérer les biens de la chapelle. Il fallait faire vite, le pardon avait lieu dans quelques jours. Aussi, ce 11 juillet 1852, le Conseil de Fabrique se réunit en séance extraordinaire dans la sacristie de l'église paroissiale. Etaient présents, outre M. Le Guillou, les nommés André Le Goff, Jean Souren, Jean Divanac'h, Jean Nédélec et M. de Poulpiquet. Il faut savoir que depuis 53 ans, c'est à dire depuis la fameuse donation faite le 16 messidor de l'an XIII (5 juillet 1805), le propriétaire légitime de Sainte-Anne et du placître était la fabrique de l'église de Fouesnant. Le Conseil de Fabrique, à l'unanimité, donna son accord et soutint l'idée de M. Le Guillou. Mais il fallait encore lever les obstacles administratifs: d'abord convaincre la Mairie du bien-fondé de cette démarche: depuis la loi du 11 frimaire de l'an VII et celle du 18 juillet 1827, la commune était seule à posséder le droit d'étalage, et elle ne pouvait que le rétrocéder à la fabrique. De plus, il fallait aussi l'aval du Préfet sur cette "concession". Le projet se devait donc d'être bien argumenté et bien présenté. Les propositions du Conseil de Fabrique Le Conseil de Fabrique arrêta ainsi ses propositions. Le droit d'étalage serait perçu sur le placître de la chapelle Sainte-Anne chaque 26 juillet, jour du pardon, ainsi que le dimanche suivant. "Les conditions seraient les suivantes, à savoir : 1/3
  2. 2. - 10 centimes par mètre carré pour les charrettes, les chars à banc, les baraques ou tentes, les barriques, les tables ou bancs, les voitures, et les étals sur le sol. - 5 centimes pour chaque marchand ambulant ou étalagiste qui n'occupera pas une superficie d'un mètre carré". Il fut aussi décidé, pour éviter tout malentendu, que ce droit serait perçu par un membre du Conseil de Fabrique. La municipalité donne son accord... Les membres du Conseil Municipal se réunissaient le jeudi 29 juillet 1852 autour du Maire Parquer, en session extraordinaire autorisée par le Préfet. "Le Conseil reconnaissant que la Chapelle de Sainte-Anne a besoin de grandes réparations et que les ressources de la commune ne lui permettent pas de lui venir en aide, sans vouloir discuter la question de propriété de cette Chapelle et de son placître et celle de savoir si le droit d'étalage appartient à la Fabrique ou à la commune, déclare faire à la Fabrique la concession de ce droit pour être employé à la réparation de la Chapelle Sainte-Anne et approuver le tarif d'après lequel il devra être perçu. ". ... mais tardivement, après le pardon ! Mais l'accord municipal arrivait trop tard pour percevoir la taxe le jour même du pardon qui s'était déroulé le lundi précédent. C'est le dimanche 1 er août suivant, alors que les festivités se poursuivaient encore selon la tradition, que fut perçu pour la première fois le droit d'étalage à Sainte-Anne. Disons, pour être plus précis, que c'est la première fois qu'il y fut perçu à Sainte-Anne depuis la Révolution sous cette forme et sous cette dénomination: rappelons-nous que sous l'Ancien Régime, le Seigneur des lieux avait pour habitude de "lever la coutume" à son profit ces mêmes jours, en prélevant sur les étals des marchandises selon son bon vouloir, comme nous l'avons évoqué dans un article précédent. Mais ce n'était pas pour la même cause... (Foën Izella de juin 1997) Annick LE DOUGET Sources: Archives de l'évêché et Archives municipales de Fouesnant 2/3
  3. 3. 3/3

×