Faits divers du Pays de Fouesnant - qhmleb

288 vues

Publié le

Faits divers du Pays de Fouesnant -

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
288
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
40
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Faits divers du Pays de Fouesnant - qhmleb

  1. 1. 1923 : Les parents d’élèves de l’école de Perguet, manifestent ! Bénodet, 22 et 23 novembre 1923 Protestations des pères et Mères de Famille de Bénodet contre la situation faite à leurs enfants par l'instituteur de Perguet Au hameau de Perguet, en Bénodet, il est une école mixte en laquelle tous les élèves garçons et filles sont contraints par leur instituteur à prendre leur récréation ensemble et en même temps dans une seule et même cour, et cela par la défense faite aux filles d'accéder pour leurs jeux à la cour qui dans l'esprit de tous et jusqu'à présent leur a toujours été destinée à cette fin. Cette école étant dotée de deux cours parfaitement séparées dont l'une était jusqu'à l'arrivée de l'instituteur actuel exclusivement réservée aux garçons et l'autre aux filles, nous soussignés Pères et Mères des élèves qui fréquentent cette école, justement alarmés des dangers auxquels se trouvent exposées la santé morale et la bonne éducation de nos enfants par le fait pour eux d'être ainsi mêlés pour leurs jeux dans une seule et même cour, et en cas de mauvais temps dans un seul et même préau, protestons énergiquement contre cette situation anormale et illégale faite à nos enfants par leur instituteur et demandons instamment le retour à l'ancien état des choses, les garçons exclusivement dans l'une des cours, les filles exclusivement dans l'autre. Suivent les signatures Cette pétition ayant été remise au Préfet, celui-ci l'a communiquée à l'Inspection Académique pour enquête. Voici la réponse: on admirera la célérité avec laquelle « l'affaire » est réglée. Quimper, le 18 janvier 1924 L'Inspecteur de l'Académie de Rennes en résidence à Quimper à Monsieur le Préfet du Finistère J'ai l'honneur de vous retourner le document ci-joint que vous m'avez communiqué le 29 décembre. Cette pétition est vraisemblablement inspirée par le clergé et les adversaires de l'école laïque à l'occasion de l'affaire de murs que vous savez. Cette pétition voudrait faire peser sur l'instituteur une responsabilité qui ne lui incombe pas. Et mon avis sur la question se trouve tout entier avec les motifs, dans mon rapport du 6 décembre dernier que je résume: l'instituteur est obligé de réunir les enfants des deux sexes dans une même cour (où d'ailleurs ils jouent par groupes séparés), parce qu’il lui serait matériellement impossible de surveiller les deux cours. C'est là un fait, la volonté du maître n'y est pour rien. S'il procédait autrement il engagerait gravement sa responsabilité (civile) en cas d'accident. Je rappelle que les deux cours sont séparées par les bâtiments scolaires. L'Inspecteur d'Académie 1/4
  2. 2. Quatre-vingt ans plus tard, nous avons demandé à plusieurs anciens du quartier s'ils avaient souvenir de cette pétition, et nous n'avons eu qu'une réponse: « Ah oui! l'affaire montée par le curé! » Ces anciens se rappellent leur scolarité à l'école de Perguet : en 1931, elle comptait 56 élèves, 29 filles et 27 garçons, dans une classe unique! Ce n’était pas une sinécure pour l’instituteur qui avait la charge de tous ces enfants dont les âges s'échelonnaient de cinq ans, à l’entrée au cours préparatoire, jusqu'à douze ans pour les candidats au Certificat d'Études. La photo ci-dessous, prise selon la tradition par un photographe ambulant, date de 1930. Certaines familles l’ont soigneusement conservée. On remarquera le bel alignement des « boutou-koad » (sabots de bois) des petits du premier rang: c'était à l’époque la chaussure habituelle, qui avait l'avantage d'affronter sans dommages les chemins défoncés et boueux ; car les élèves venaient des hameaux environnants, non seulement de Bénodet, mais aussi des communes de Clohars et de Fouesnant. François Cuzon, bientôt 88 ans, figure sur cette photo; son témoignage, confirmé par d'autres anciens, a permis d'identifier bon nombre des 40 enfants figurant sur le cliché: 27 noms sont cités : Lucie, Marie et Yvonne L 'Haridon ; Jeannette et Marguerite Cosquéric ; Anna et Marguerite Le Noac 'h ; Jean Prigent ; Georges et René Berrou ; François Cuzon ; Alain Rousseau ; Pierre Manchec ; Mimi Têtard; Noël Cosquéric ; Anna et Alain Millour ; ( ? ) Herlédan ; ( ? ) Michelet; Y von Caradec. Beaucoup ont fait leur vie, fondé une famille dans les communes proches, et les plus chanceux sont encore parmi nous; c'est avec plaisir, avec l'aide de ces derniers, que nous mettrions un nom sur les 40 petites frimousses de la photo. Documents réunis par René BLEUZEN, qui a par ailleurs retracé l 'historique de la fondation de l'école de Perguet : les lecteurs intéressés peuvent se reporter aux numéros 8 et 9 ( première série) de Foen Izella, ou au « Spécial Bénodet ». 2/4
  3. 3. 3/4
  4. 4. 4/4

×