Faits divers du Pays de Fouesnant - pnh0b

163 vues

Publié le

Faits divers du Pays de Fouesnant -

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
163
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
42
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Faits divers du Pays de Fouesnant - pnh0b

  1. 1. Le meunier de " Bénaudet " N’apprécie pas le badinage Le 31 juillet 1745, Me. Alain De Quernaflen De Quergos, Procureur du Roy de L'Amirauté de Quimper; Me. René Rannou, Conseiller du Roy et Lieutenant particulier de la dite Amirauté; C. Lemensin, greffier, et Me. Vincent l'Haridon.. "ïnterprette juré de la langue bretonne en françoise" descendaient au havre de Bénaudet aux fins d'audition des témoins d'une tragique affaire: le meurtre du jeune Yves Mauguen, dit Le Bras, natif "du Pont labé", matelot à bord de l'Alexandrine. Ce navire (ex-Malberouck, bateau de prise anglais) était au port en cours de chargement. Nous rapportons ci-après quelques-uns des témoignages les plus significatifs, en respectant l'orthographe de l'époque mais non la ponctuation, à l'égard de laquelle les greffiers semblent éprouver une singulière aversion. Témoignage de Jacques DENIS, 35 ans, du Havre de Grâce, marinier de profession, Maître d'équipage sur le navire "La Lexandrine", en l'absence de son capitaine: ” Interrogé sur les circonstances de la mort du dit deffunt Yves Mauguen communément surnommé Le Bras, répond en français…. Que hier matin le dit Le Bras, après avoir travaillé et déjeuné, se plaignit d’un mal de tête si violent qu’il dit qu’il en mourrait. Ce qui arriva effectivement à l’instant, car le témoin le trouva mort en retournant de la frégatte de Lorient où il avait été prier le chirurgien major de venir luy donner du secours. Ce qu’il fit inutilement, l’ayant trouvé mort quand ils arrivèrent ”… Jacques DENIS ajoute qu’il a appris que ” Lundi dernier, Le Bras avait été battu et mlaltraitté à terre par un homme à luy inconnu, ce qui lui avait même aller à terre dès ce lundi le solliciter de venir à bord, lequel refusa et ne rerourna que le mardi après midi, ayant la chemise, qui nous a été représentée, gattée de sang en plusieurs endroits, surtout autour du col. ” Claude Le : MINOR, 18 ans, de Sainte-Marine, paroisse de Combrit, gardien sur l'Alexandrine: ”a ouï dire que le dit deffunt avait esté battu lundy dernier par un nommé Yves, meunier du moulin à vent de Bénaudet, ne sachant autrement le nom du dit Yves.” Jacques RIOUAL, 16 ans marinier, originaire de la ville du Pont Labé: Son témoignage n'apporte rien de plus que les précédents. Le sieur Thomas FORTIN, 28 ans, chirurgien-major des Vaisseaux de la Compagnie royale des Indes à Lorient, où il est domicilié, embarqué sur la frégate La Comtesse : Comme nous l'avons vu, il n'a pu que constater le décès. 1/4
  2. 2. Yves MAUGUEN, âge de 50 ans, de la ville de Pont labé, père de la victime : ”Interrogé sur la mort de son fils, répond par l’interprette eu avis de cette mort il s’est rendu au dit bâtiment où il a eu le chagrin de la voir réelle, ayant peerdu dans ce fils le grand secours qu’il lui procurait depuis plus de dix ans, quoiqu’il n’en eût que dix neuf. Il n’a pu depuis avoir la force de quitter le cadavre ni de rien demander à personne à son sujet…” Marie GOY AT, 38 ans, Soeur du Tiers-Ordre de Saint-François, dépose également en breton. Les enquêteurs doivent d’ailleurs se rendre à son chevet, car elle est souffrante et alitée. Jamais sa ruelle n’aura connu telle affluence! Le meunier et sa femme, ”dont elle ne sait pas autrement les noms, estans nouvellement venus”, étaient chez elle au moment des faits, pour y négocier rachat de quelques meubles; le meunier avait même apporté du vin sans doute pour faciliter la transaction. Son témoignage manque de précision, bien qu’elle ait été aux premières loges. Marie BRODE, demeurant au faubourg de la ville de Concarneau, domestiqueaubergiste chez le sieur MARCHAND au bourg de Bénaudet, fournit une déposition très circonstanciée : ”Répond en français qu’elle fut témoin de quelques différents que les dits Mauguen et Yves, meunier dont elle ne sait autrement le nom,eurent ensemble à la fin du mois de juillet dernier sans qu’elle puisse se rappeler autrement le jour ; que le dit Mauguen estoit éprie de vin. Lequel différent survint à l’occasion de ce qui se passa entre la femme du dit meunier et Yves Mauguen, lesquels ayant badiné quelques temps ensemble en dehors près de l’auberge du nommé Blobdin, la femme tenant en main quelques branches d’ortie dont elle lui donnait des coups sur les jambes qu’il avait nues ; la femme ayant appelé à son secours son mary qui estait chez le nommé Goyat dont la maison est près de l’auberge, le mary survint et le dit Mauguen et luy se prirent aux cheveux. On les sépara, et ensuite le meunier se retira en la maison de la dite Goyat, à la porte de laquelle le dit Mauguen retourna quelque temps après, tenant une billette en main, et n’ayant point voulu retourner à bord du navire l’Alexandrine où il travaillait et où le pillotte voulut le mener. Cependant il jetta la billette qu’il avait, en disant qu’il voulait s’expliquer avec le meunier ; un moment avant, elle l’avait entendu dire qu’il le tuerai. Le 2/4
  3. 3. meunier estant sorty de cette maison ayant une billette en main dont il lui donna trois coups sur la teste, du premier desquels il tomba parterre, et que le dit que dit meunier voyant que que le dit Mauguen ne se relevait point, il se retira avec sa femme, laquelle comme luy revenait chez la dite Goyat. Mauguen fut transporté à l’auberge du dit Blondin, il y resta le reste du jour et le lendemain jusqu’à midy. En y arrivant il dit qu’il se mourrait, mais le lendemain il dit que ce n’était rien, quoyque la veille il lui eût sorti du sang par l’oreille à l’opposite du cotté où il avait reçu les coups et où il ne paraissait aucune blessure. Tout ceci se passa un jour de lundy, et le vendredy elle entendit dire qu’il était mort subirtement. (Pendant cette intervalle le dit 3/4
  4. 4. Mauguen a esté coucher une nuit chez Blondin,) et elle l’a vu deux fois à Bénaudet, et il ne paraissait point incommodé… Et que l’endroit où le dit Mauguen reçut les coups de billette d’avec le dit meunier est couvert d’eau dans les grandes marées qui vont mesme jusques au seuil de la porte de la dite Goyat.” N.B. La partie du texte entre crochets est encadrée d'un trait dans le manuscrit. Guillaume HÉ.NAFF, dit "Blondin", âgé de trente ans, haubergiste à Bénaudet : Sa déposition recoupe exactement la précédente, et se termine comme elle par cette phrase qui paraît tout à fuit incongrue, mais qui répond certainement à une préoccupation des enquêteurs: ”Ajoute que les hautes marées couvrent tout le terrain vis-à-vis de la maison de Marie Goyat chez laquelle estoit le meunier, et mesme beaucoup plus loin ” Peut-être s'agissait-il d'établir, sans contestation possible, que l'algarade s'était produite sur le domaine maritime, son instruction relevait bien du ressort de l'Amirauté. L'autopsie du corps, de l'infortuné MAUGUEN fut effectuée ce même jour par les Maîtres -chirurgiens jurés Louis-François JOUAN, de Quimper, et Hervé MAUBRAS, du Pont labé, lesquels ”ont déclaré après l’examen du dit cadavre qu’ils y trouvaient cause de mort par les contusions et fractures dans le crâne” ; Après quoi, le permis d'inhumer fut délivré. ”à l’intention du premier recteur ou prestre requis”. Quant à savoir qui étaient ce meunier et sa femme, et ce qu'il est advenu d'eux 4/4

×