BENODET

Les maires de la commune de BENODET
Le maire est le premier magistrat de la
commune. Le mot est très ancien, et i...
Il faut savoir que pendant plusieurs
décennies la commune n'eut pas d'argent,
pas d'école, des routes impraticables... et
...
Malade, Michel Le CAIN démissionnera le
16 juillet 1821. On peut supposer qu'il ne
débordait pas d'estime pour son adjoint...
demande au Préfet de remplacer quatre membres
du conseil municipal:
- Guillaume QUILFEN prendrait la place de son
père, tr...
d'un jugement déclaratif de décès un an
après sa disparition. Dans cette commune
de quelque 700 âmes on compte 21
naissanc...
Le CAIN, fils de l'ancien maire, qui est
nommé adjoint. Dès qu'il a connaissance
de sa nomination, Jean-Marie DESSAUX
écri...
Le maire en informait personnellement le
sieur Le CLINCHE (son adjoint) "qui avait 9 ou
10 énormes cochons non épinglés qu...
Monsieur PERROllN, il "la nomme Mairie parce que là se font tous les mariages, sont reçues toutes les
déclarations de nais...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mairies communes du Pays de Fouesnant --phpo4p c-ej

855 vues

Publié le

Mairies communes du Pays de Fouesnant -

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
855
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
42
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mairies communes du Pays de Fouesnant --phpo4p c-ej

  1. 1. BENODET Les maires de la commune de BENODET Le maire est le premier magistrat de la commune. Le mot est très ancien, et il a désigné sous l'Ancien Régime des personnages aux fonctions très diverses. Mais c'est l’Assemblée Constituante du 12 novembre 1789, complétée par la loi électorale du 14 décembre suivant qui a institué les communes, dont le territoire s'est le plus souvent superposé à celui des paroisses et des trèves. Ces communes sont administrées par un "Conseil général comprenant : le maire, les officiers municipaux les conseillers et les notables. Après avoir été Elu dans sa commune par les citoyens actifs (payant l'impôt), le maire fut nommé par le Préfet. La Constitution de 1848 institua le suffrage universel, deux ans plus tard on en revint au régime antérieur. Puis le décret du 2 décembre 1851 rétabli le suffrage universel. A PERGUET, le premier acte révolutionnaire fut de rassembler la population dans l'église paroissiale pour désigner les délégués à la redaction du cahier de doléances et à l'élection des Députés du Tiers-Etat aux Etats Généraux. Ceci se passait le 5 avril 1789. Pierre Le CAIN, habitant Le Letty-Keramborgne, et Jean Le GOFF, de Keranéras avaient la confiance de leurs concitoyens et acceptaient d'aller à Concarneau à leurs frais pour la mission qui leur était confiée. J’imagine mal le bouillonnement des idées dans cette population dont la quasitotalité était illettrée, profondément catholique, soumise ou rebelle" à l'annonce des décisions de révolutionnaires parisiens qui lui demandaient de désigner elle-même ses administrateurs: les plus fortes personnalités émergeaient. Le rappel qui suit du fonctionnement de nos premières municipalités à Perguet, depuis l'institution de la fonction, est sans prétention. En citant les maires, je relaterai aussi quelques faits, des anecdotes qui révèlent leurs difficultés à assumer leur tâche, parfois des traits de leur personnalité. Quels furent les soucis de nos premiers maires ? 1/8
  2. 2. Il faut savoir que pendant plusieurs décennies la commune n'eut pas d'argent, pas d'école, des routes impraticables... et pas de mairies aucun lieu public pour se réunir, en dehors de l'église. On les trouve appliqués à tenir les registres de l'état-civil: naissances, mariages et décès, qui remplaçaient les B.M.S. (baptêmes, mariages, sépultures) jusque là tenus par les prêtres. Et il semble bien que l'un des principaux rôles du maire en ces premières années de la République et dans les régimes qui se sont succédé fut de représenter le pouvoir central dans la commune. Pierre Le CAIN Pierre Le Cain fut le premier maire de la commune de Perguet; il établit les actes de l’état-civil jusqu'au 14 brumaire An III (octobre 1794) et décède le 26 ventose de cette même année. La première municipalité comprenait Jean Le GOFF, du moulin de Kereven et Alain KERAVEN, officiers municipaux; Jean Le GOFF, agent national; Mathurin RIEN fils, Corentin NEDELEC, Guillaume QUILFEN, notables; François CARADEC et Pierre Le LOUEDEC, Jacques DANZE était secrétaire greffier. Au décès de Pierre Le CAIN, Yves GUILLERMOU entre dans le conseil et Michel Le CAIN devient notable. Jusqu'au 23 brumaire An VII, c'est Jacques DANZE qui signe les actes de l’état civil. Ensuite, les registres sont signés de Jean-Marie KERAVEC qui précise sa position: "faisant fonction d'officier public". Michel Le CAIN Le nom de Michel Le CAIN, qui est le fils du précédent, apparaît sur les registres le 20 brumaire de l'An VII (12 novembre 1799). On trouve ensuite sa signature sur tous les actes de mariage de la commune, jusqu'au 19 février 1821. Une seule exception: un mariage célébré au mois d'août 1818 (le jour n'est pas précisé). C'est Le CLINCHE, adjoint au maire, qui officie: C'est que le maire marie son fils, Joseph, âgé de 21 ans, à Louise COTTEN, 21 ans, de Gouesnac'h. L'acte de mariage est suivi de six signatures, fait très rare à l'époque: celle du marié, celles de son père et de sa mère Josèphe CLORENNEC; celle de l'officiant, Le CLINCHE, adjoint; et deux autres CLORENNEC dont l'un, Alain, était le notaire qui installa les premières municipalités du canton et remplaça Alain NEDELEC dans les fonctions de Juge de Paix en 1792. Un rapport du préfet MIOLLIS nous éclaire un peu sur la personnalité du maire et celle de son épouse: "Cultivateur, ayant 2.000 livres de rente, moral et très attaché au gouvernement; marié avec un garçon en bas-âge. Quoique presque illettré, c'est le plus instruit de cette commune située à l’embouchure de la rivière de Quimper et à son côté gauche en allant vers la mer, si l'on excepte le curé et les militaires. 50 ans. Son épouse, jeune personne plus instruite et plus active que lui, remplit très bien les fonctions de maire sous le nom de son mari. Cette famille est aimée" . 2/8
  3. 3. Malade, Michel Le CAIN démissionnera le 16 juillet 1821. On peut supposer qu'il ne débordait pas d'estime pour son adjoint Jean-François Le CLINCHE. Dans sa lettre il fait savoir au Préfet que sa maladie l'empêche d'exercer ses fonctions, le supplie d'accepter sa démission et lui propose Monsieur GUÉDEC pour lui succéder: "Monsieur GUÉDEC est propriétaire débitant de tabac à la résidence de Bénaudet. Ce monsieur dont la conduite et le dévouement pour l'auguste famille des Bourbons sont connus réunit toutes les qualités nécessaires pour occuper cette place. Il est absolument le seul sujet digne et acceptable de remplir cette fonction". - HERVE, propriétaire. - Corentin NEDELEC par Charles Le GALL son gendre. - Marc VINCENT par Michel Le CAIN, ancien maire et riche propriétaire. - Thomas CALVEZ par CARADEC. Dans une lettre du 22 octobre 1827, l'adjoint Le CLINCHE signale au Préfet le décès du maire Ollivier GUÉDEC. Celui-ci avait 30 ans, habitait Bénaudet; il est mort le 20 octobre. Quatre jours plus tôt, on enterrait sa fille Marie-Renée, âgée de 2 ans, et deux semaines plus tard (le 5 novembre), décédait sa fille Marie-Josèphe qui avait 7 ans. Maladie infectieuse ? Epidémie ? Ollivier Marie GUÉDEC Ollivier GUÉDEC succède à Michel Le CAIN au mois de décembre 1821, et il recevra les actes de l'état-civil jusqu'au 28 août 1827. Le 18 avril 1823, il demande au Préfet de remplacer, pour des motifs divers, quatre membres du conseil municipal: - Drian PULOCHE par Jean QUÉNÉ BRIANT DE LAUBRIERE Le chevalier BRIANT DE LAUBRIÈRE est nommé maire de Perguet par décision du Préfet du Finistère le 3 novembre 1827. Dès le lendemain il prête serment devant Le CLINCHE, Adjoint, et en informe le Préfet . Trois mois plus tard, en mars 1828, il 3/8
  4. 4. demande au Préfet de remplacer quatre membres du conseil municipal: - Guillaume QUILFEN prendrait la place de son père, très âgé et illettré. - Joseph Le LOUEDEC remplacerait Le MARREC, un vieillard. - François CARADEC prendrait la place de Le QUILLEC, paralysé. - Pierre Le CAIN remplacerait NEDELEC, décédé. Le conseil ainsi complété comprend Jean Le GOFF, Tristan CORIOU, Thomas CALVEZ, Louis Le CAIN, André Le PULOCHE, Alain BERROU, François CARADEC, Pierre Le CAIN, Joseph Le LOUÉDEC et Guillaume QUILFEN. L'année 1830, aveclachute de CHARLES X et l'avènement de Louis PHILIPPE, fut assez agitée pour le maire de Perguet: le nouveau gouvernement ordonnait de remplacer le drapeau blanc par le drapeau tricolore. Perguet n'avait qu'un drapeau blanc, pas d'argent pour en acheter un autre et les élus refusaient de se cotiser pour couvrir la dépense. BRIANT de LAUBRIÈRE (qui était chevalier de l'Ordre Royal de la Légion d'Honneur) alla demander au Préfet si sa commune pouvait conserver le drapeau blanc. Il fut vertement reçu et sommé, sous peine de destitution, d'acheter un nouveau drapeau. Ce qui fut fait, et le drapeau tricolore fut arboré le 11 août à Bénodet, devant les membres du conseil et tous les notables. CONFLIT AVEC L' ADJOINT Le 6 septembre 1830, le Chevalier BRIANT DE LAUBRIÈRE signale au Préfet que la veille son adjoint, le sieur Le CLINCHE, s'est décoré d'une écharpe blanche pour faire punir un homme qui avait involontairement donné un coup de pierre à un autre. "Il est d'autant plus coupable qu'il m'avait vu le matin à la messe, décoré de mon écharpe tricolore. L'écharpe blanche a occasionné une humeur générale et il ne l'a retirée que lorsqu'il a vu par lui-même qu'il s'exposait à être insulté. Ce manque très grave dans l'exercice de ses fonctions, joint à plusieurs antécédents... me démontre qu'il ne doit plus mériter de garder des fonctions administratives qui, d'ailleurs, ne l'ont jamais beaucoup occupé car il ne sait ni lire, ni écrire que son nom et ne s'embarrasse que de son commerce, prétexte qu'il me donne toujours pour ne pas me seconder, surtoutdepuis le nouveau règne. Si vous devez remplacer cet adjoint, j'ai l'honneur de vous présenter le sieur Jean-Pierre GOURMELON, marchand de bois, débitant de tabac et aubergiste. J'ai de plus l'honneur de vous faire observer. Monsieur le Préfet, que si Monsieur CARIOU, desservant de notre commune, reste encore dans sa paroisse et n'est pas remplacé par un autre prêtre qui ne me rompe plus en visière, et si M. Le CLINCHE n'est pas révoqué, il est impossible que je puisse conserver plus longtemps le poste honorable qui m'est confié, et alors je vous prierais, Monsieur le Préfet, de vouloir bien choisir entre ma démission que je vous supplierais d'accepter ici ou d'avoir la bonté de faire droit à ma demande" . Le Préfet accéda à la demande du maire de Perguet.Le 9 septembre il suspendait Le CLINCHE de ses fonctions d'adjoint et le 24 il nommait à sa place le nommé Jean-Pierre GOURMELON. Le 20 septembre de la même année, le maire et les élus de la commune prêtaient serment de fidélité au Roi, à la Charte constitutionnelle et aux lois du Royaume. Des élections municipales eurent lieu le 3 novembre 1831: 51 électeurs étaient appelés à élire 12 conseillers. Furent élus: François CARADEC, Jean-François Le CLINCHE, Tristan BERROU, Pierre Le CAIN. Louis Le CAIN, Alain BERROU, Julien Le CAIN, Jean-Pierre GOURMELON, Charles Le GAC, François Le GOFF, Thomas CALVEZ et Guillaume QUÉNÉACHERVÉ. François Le GOFF. François Le GOFF est nommé maire dès le mois de novembre 1831. Il était meunier au moulin de Keraven. Durant son mandat, Perguet allait connaître des années difficiles. Trois mauvaises récoltes consécutives en 1833, 1834 et 1835 obligèrent les cultivateurs à acheter du grain "au lieu d'approvisionner les marchés". Le 28 mars 1836 un ouragan ravagea les bâtiments, les églises, et rasa les vergers. Le 15 mai un incendie détruisit le presbytère, et le desservant, privé de logis, s'en alla en laissant ses paroissiens sans pasteur. Avec la disette, les épidémies s'installèrent. Beaucoup de mendiants mouraient dans les fermes. Les décès ne sont même plus déclarés: celui de Morie-Louise Le GAC, 8 ans, de Keraven - Vras, fait l'objet 4/8
  5. 5. d'un jugement déclaratif de décès un an après sa disparition. Dans cette commune de quelque 700 âmes on compte 21 naissances pour 30 décès en 1837, et 19 pour 30 en 1838. François Le GOFF ne devait pas être un modèle d'administrateur. Le 28 juin 1832 le Procureur du Roi lui réclamait les registres de l'état-civil qu'il n'avait pas fournis pour 1831 et le menaçait de poursuites. Le 8 mars 1837, c'est le Receveur qui se plaint qu'il n'a pas été fourni d'états de décès de la commune de Perguet depuis le 6 mai 1835. Le presbytère incendié fut vite reconstruit. En 1837 deux conseillers, Pierre Le CAIN et Corentin CARIOU, sont nommés commissaires spéciaux de surveillance des travaux, exécutés sous la direction de JeanMarie DESSAUX ingénieur à la retraite demeurant à Kermaria. Il en coûtera 4559 F. François Le GOFF démissionne de son poste de maire quelques mois après sa réélection de1837. Le motif nous est inconnu, mais il ne l'était pas de JeanMarie DESSAUX qui avait été nommé adjoint par arrêté du 26 septembre 1837. Jean - Marie DESSAUX Jean-Marie DESSAUX habitait le manoir de Kermaria dont il était propriétaire depuis 1830. Ingénieur des Mines à la retraite, il se voulait réformateur. Il a vivement combattu les maux qui minaient la commune, prenant des arrêtés contre le manque d'hygiène (les tas de fumier au bord des rues, la divagation des porcs...). Il déplorait l'illettrisme et l'intempérance. Il se consacra à la réfection et à l'amélioration des ponts et des routes, le conseil lui ayant donné pleins pouvoirs en ce domaine. Sous son impulsion le conseil prit une délibération enjoignant aux transporteurs qui venaient au port de Bénodet pour livrer du bois de prendre un tiers de mètre cube de pierres au retour, au lieu de s'en aller à vide. Le 6 octobre 1837, dix jours après sa nomination au poste d'adjoint au maire de Perguet, Jean-Marie DESSAUX adresse un courrier au Préfet: "J'ai désiré cette fonction afin d'être à même de réparer convenablement les chemins de la commune délaissés depuis longtemps et devenus impraticables. J'ose vous promettre, si ma santé devient meilleure, que dans deux campagnes les chemins de Perguet seront dignes de votre approbation ainsi que les ponts et les édifices publics que j'ai déjà relevés de leur ruine". Nommé maire de Perguet par décision préfectorale du 14 mars 1838, Mr DESSAUX est installé dans ses fonctions le 5 avril suivant. Le Préfet refuse de lui adjoindre François Le GOFF et c'est Pierre 5/8
  6. 6. Le CAIN, fils de l'ancien maire, qui est nommé adjoint. Dès qu'il a connaissance de sa nomination, Jean-Marie DESSAUX écrit au Préfet: "Kermaria - Bénodet, 13 mars 1838. Corn. de Perguet. Organisation municipale Monsieur le Préfet, par votre lettre du 10 vous me faites part de votre acceptation de la démission que vous a adressée le sieur Le GOFF de ses fonctions de maire dans cette commune et vous me demandez si j'accepterais ces fonctions dans le cas où vous m'y appelassiez. Si je connaissais dans le conseil municipal une personne en état de remplir ces fonctions, même avec l'aide que je pourrais lui fournir en lui servant de secrétaire, j'écouterais alors les avertissements d'une santé trop souvent infidèle et je ne m'exposerais pas aux haines inévitables qu'amasse tout réformateur; car tel sera mon rôle après le sieur Le GOFF, véritable maire-soliveau; mais après vous avoir signalé sa déplorable conduite et avoir demandé sa révocation, je croirais manquer à toute délicatesse si je vous laissais dans l'embarras fort grand de pourvoir aux nécessités de notre organisation municipale. J'accepterai donc, quels que soient les désagréments qui m'attendent, parce que je compte sur votre appui dans les contestations que je ne pourrai éviter en procédant avec prudence et ménagement à l'exécution des lois et de vos règlements. Restaurateur des ponts de la commune et de ses édifices consacrés au culte, je crois lui avoir rendu un service aussi utile relativement à l'état-civil de ses habitants auxquels mes sollicitations réitérées ont procuré un secours de 2.200 F. Je me dévoue encore à la réparation des chemins vicinaux et à l'inimitié probable de quelques individus. Puisse ma santé actuellement bonne ne pas m'abandonner et notre conseil de (pouvoir?) recruter une capacité pour me succéder. Agréez je vous prie, Monsieur le Baron, mes sentiments respectueux. " LE TORCHON BRULE ENTRE LE MAIRE ET SON ADJ OINT Le 20 mai 1838, le maire de Perguet prenait un arrêté concernant la divagation des animaux, les fumiers et dépôts prohibés sur la voie publique, l'insalubrité du bourg de Bénodet où des fièvres intermittentes régnaient depuis plus d'une année. Il était notamment précisé que les porcs devaient avoir le groin épinglé, que les chevaux, boeufs, vaches et porcs ne pourraient vaguer les dimanches et jours de fête dans les deux bourgs, parce que les portes des cimetières étaient ouvertes ces jours-là. 6/8
  7. 7. Le maire en informait personnellement le sieur Le CLINCHE (son adjoint) "qui avait 9 ou 10 énormes cochons non épinglés qui ravageaient les routes et les clôtures». Le 24 juin pendant la procession du Saint Sacrement dans le bourg de Bénodet, le maire constatait que quatre cochons appartenant à M. Le CLINCHE divaguaient, et que deux d'entre eux "entraient dans le cimetière, y cherchant suivant leur coutume des ossements à dévorer". La longanimité du maire était poussée à bout, il dressait un rapport de contravention qu'il transmettait au juge de paix de Concarneau, lequel refusait de poursuivre pour irrégularité de procédure. Colère de M. le maire et lettre au préfet, dans laquelle il estime sa dignité compromise et exige que cette affaire se termine à son honneur, "quitte à Monsieur le Procureur du Roi de se pouvoir en Cassassion". Jean-Marie DESSAUX était un homme de grande culture. En dehors de ses fonctions de maire, il fut un observateur passionné des moeurs du pays. Il a laissé des témoignages fort intéressants sur les costumes et les coutumes de l'époque. Originaire de Morlaix, il est décédé en 1866 à l'âge de 87 ans. II était marié à Manon du HAFFONT dont le père, seigneur de Lestrédiagat, sénéchal de Quimper, joua un rôle important dans la société quimpéroise pendant la Révolution. Madame BOUC~ née Denise PICHON, actuelle propriétaire du manoir du Vouérec est son arrière petite-fille. Pierre Le CAIN On remarquera en passant que le mandat de Jean-Pierre DESSAUX comme avant lui celui du Chevalier BRIANT de LAUBRIERE, n'alla pas au-de1à de l'élection suivant sa nomination; que l'un et l'autre n'étaient pas de souche bénodétoise (ou perguétoise). Le 15 octobre 1840, le conseil municipal était réuni pour installer un nouveau maire, Pierre Le CAIN, nommé par arrêté préfectoral du 9 octobre. Corentin CARIOU était adjoint; dans l'assemblée, Pierre PERROTIN, gendre de M. DESSAUX. Pierre Le CAIN était déjà adjoint dans la précédente municipalité et il devait sa nomination à ce poste à M. DESSAUX qui en avait fait au Préfet une présentation élogieuse: "Fils d'un ancien maire et homme fort estimable et considéré dans la commune. Il m'a fallu beaucoup d'insistance... Son refus eut obligé à recourir à l'unique conseiller sachant lire: le sieur CARIOU. dont la mince capacité n'aurait pas compensé les inconvénients de sa profession de cabaretier" . Nous sommes à une époque où les voies de communication sont la grande préoccupation des maires. On signale que pendant l'hiver on ne peut se rendre de Bénodet à Quimper qu'à dos de cheval. Le 23 janvier 1843 le conseil municipal de Perguet demande que la route de Bénodet à Quimper soit classée " chemin de grande communication". Un conseiller s'engage à céder gratuitement le terrain nécessaire à l'élargissement de la route le long de sa propriété. La majeure partie des réunions du conseil est consacrée à délibérer sur l'état des routes, les droits de passage, le mauvais état de l'église, la divagation des animaux. Aux élections communales du 30 juillet 1848 il y a 85 votants. Trois des candidats sont élus avec 85 voix: Pierre Le CAIN, Pierre Le CAIN fils, Alain BERROU, Pierre Le CAIN est reconduit dans ses fonctions. Il est de nouveau élu maire après les élections de 1852. La prestation de serment faite le 14 mai 1852 est signée du maire, de PERRON et de BERROU, les autres ne sachant signer. Le 12 septembre de la même année, les électeurs sont à nouveau appelés aux urnes. 12 postes sont à pourvoir. 160 électeurs inscrits, 72 votent. Pierre Le CAIN, Alain BERROU et René BERROU obtiennent 72 voix; le premier est réélu maire et le restera jusqu'à la nomination de JeanMarie PRIANT le 21 octobre 1866. Pierre Le CAIN a connu des années difficiles à la tête de la commune: les contributions sont utilisées à l'entretien des routes et on ne peut payer un cantonnier à plein temps. Plusieurs fois sommé par le Préfet de construire une école dans la commune, le conseil répondra qu'il n'a pas d'argent. Le 21 mai 1866, qui sera la dernière séance présidée par Pierre Le CAIN, le conseil vote une contribution extraordinaire de 5 centimes pour améliorer le traitement du secrétaire de mairie. Un conseiller et "un des plus imposés" refuseront cette contribution. LA MAIRIE DE PERGUET Au mois de juillet 1846, le Préfet est saisi de réclamations parce que les élections à Perguet se font dans une habitation privée. Dans une lettre du 9 juillet, Pierre Le CAIN répond que l'habitation visée par les mécontents comme étant la maison de campagne de 7/8
  8. 8. Monsieur PERROllN, il "la nomme Mairie parce que là se font tous les mariages, sont reçues toutes les déclarations de naissances et de décès, existent toutes les archives; que M. PERROnN soit présent ou absent, le maire a l'entière jouissance de ce local". Le maire ajoute que trois élections ont déjà été faites dans cette maison, à Kelnlaria. et il précise que dans l'agglomération de Bénodet "il n'existe que trois endroits où se puissent faire les élections: l'église, l'auberge du sieur Le CLINCHE et celle du sieur CARIOU. Si trois personnes, bien intéressées, se sont rencontrées pour réclamer contre le lieu désigné par moi, il s'en trouverait cinquante, le maire en tête... pour que la réunion électorale n'ait pas lieu dans l'église. Restent donc deux cabarets. Certes, monsieur le Préfet, je ne puis croire que votre intention soit que les élections de nIa commune dégénèrent en orgies et que les voix des électeurs soient acquises à qui offrira le plus de cidre et d'eau de vie". On ignore pendant combien de temps le maire considéra encore la maison de M. PERROllN comme la mairie de la COD:mlUne, mais on peut noter qu'en 1855 et 1860 les élections se fIrent au presbytère. Les élections de 1855 étaient fiXées au 29 juillet: le maire écrivit au Préfet pour lui dire que cette date était mauvaise parce que c'était celle du pardon de Sainte Anne de Fouesnant " où se rendent annuellement tous les habitants du canton et de plusieurs lieues à la ronde". On vota le dimanche suivant, 5 août. Jean - Marie FmANT Jean-Marie PRIANT est élu maire le 21 octobre 1866 et il ,,'Onservera son fauteuil jusqu'aux élections de 1878, lors desquelles le premier tour lui ayant été défavorable, il démissionnera avant le second tour. C'est René BERROU, propriétaire de la fenlle de Kerconan, qui lui succédera. Durant son mandat, Jean-Marie F1UANT s'occupera beaucoup de l'état des routes. Mais déjà la vie se transforme, des pro~s se font dans tous les domaines. La population se fait plus exigeante, et elle est alors en pleine expansion, passant de 657 âmes en 1861 à 705 en 1866. Cettebelle santé n'allait d'ailleurs pas durer: le choléra fit son apparition. Il y eut 61 décès en 1870, autant en 1871. La population tomba à 622 en 1872. Le maire dut denlander une aide au Préfet pour se procurer des médicaments. Le port de Bénodet connaissait une grande activité; le tourisme était déjà né. Dans sa séance du 11 février 1872, le conseil réclamait une amélioration du service postal, au motif suivant: "Bénodet reçoit en relâche un grand nombre de navires, et de nombreux étrangers viennent l'été prendre des bains de mer". Il réclamaitaussi "un relais à l'embranchement de Pleuven"pour le courrier qui était acheminé àcheval de Quimper à Fouesnant. C'est aussi sous le mandat de JeanMarie F1UANT qu/une école a été ouverte à Bénodet. Nous avons déjà entretenu nos lecteurs des péripéties de cette création dans les numéros 8 et 9 de roEN-lZELLA. La période F1UANT a également été marquée par destravaux aubourg: creusement d'un puits, installation d'une pompe, agencement du lavoir près de la fontaine publique, assainissement de cette dernière qui était envahie par la mer lors des grandes marées. C/est aussi sous ce mandat qu'a été décidé le transfert du cimetière et demandé que la coD:mlune de Perguet soit autorisée à changer de nom pour adopter ceilli de Bénodet. Mais si Jean-Marie F1UANT eut les honneurs de la presse, en l'occurence le journal"Le Finistère" ,c'est pouravoir inteIdit les danses dans sa CO!1lD!Lme un jour de grandes régates... Dans notre prochain bulletin: LES ~ DE BENODET . RenéBLEUZEN (avec le concours de Renan CLORENNEC) 8/8

×