1182:1.5                       . " -0, ":."       ,", ~." "; - ~ ,                                                        ...
- ---o·   _.~~-:---   -.r---------   ---   1 "   ~
".
.- .                                                  . 118215 ­....                     AUTHENTICITÉ                     ...
,   .   --;-;-~~~                                                               .                              1:.:~Tr.TUT...
-                                                                                               --~                       ...
VI                                                                   ""            cussion sur les actuelles tentativesde ...
~                                                                       VII                    menteur, dimposteur, de fau...
VIII                                            .~                                                           faire complèt...
IX                Que les Protestants se soient attaqués à ST. DE­          NYS lAréopagite cest compréhensible. A ceux qu...
x                  - Nous pouvons excuser également les écrivains              allemands, même catholiques, puisque leur c...
XI   té convenir que la vraie foi en Dieu et en la Tri­   nité (De Vera Fide Orthodoxa) de St. Damascène est   entièrement...
XII           En ce qui concerne lauthenticité des oeuvres     de ST. DEWS et ] époque de leur apparition, je me     propo...
Appendices se rapportant à la PréfacePIERKE BA TIFFüL.   ~ AlIcie1l11cS littératures eh1"étiC1l11es: f.     La Littératm-e...
XIV~t                                                   ~                co m m e un a p 0 cry ph e (?). L a t t i tu de d...
xv  posé de lenseignement de lEglise que nous rencontrons                       ,. 1  dans les écrits montre de multiples ...
XVI            verus, patriarche dAntioche (512518). Le moment de leur            composition est marqué par des bornes bi...
xvu          G.	 BARDY. - Littérature grecque c!lrétie1l11C. Libr. Bloud et               Gay (1927) p. 176. Pseudo-Aréoj;...
XVIII 1II          Henotikon. et les date de la fin du V ou des premières            nées du VI siècle.                   ...
XIX         "1ais le Père Théry, voulant tirer de son travail critique   une conséquence quelconque, aboutit à une découve...
xx         avec Denys lAréopagite allaient créer au moyen âge un état         desprit qui devait avoir sur la théologie un...
XXI-----------_._------- - - - - - - - - - -sions manquent de justesse,                  si certaines doctrines paraissent...
XXI!    lesquelles lEglise serait tombée en se fiant trop aux textes    dun fdussaire que mm. Tixeront et Théry appfllent ...
XXIII           limmense influence que cela avait sur le développement           de la philosophie scolastique au Moyen Ag...
XXIV    dans les manuscrits de la Bibliothèque Nationale, de la bi·    bliothèque de Boulogne-sur-~Ier et de la bibliothèq...
xxv     1 Vienne et Scot Erigène. /)Pour produire un document grec en         faveur de cette thèse, il nimaginèrent rien ...
XXVI                     la même manière; il ne faut pas donner trop dimportance à                     lavis des Pères sur...
XXVII            Dès le début . VI siècle, cest de ses oeuvres que            ,,--      - du     Léonce de Byzance, tire s...
",                        XXVIII                                 "                                                      **...
l7;""~-::"-"~40 ""~~ ;-~;:l*::f"~- ~~~"i~~ .   .                                                                          ...
xxx                              ,-<         ESCICLOPEOIA    ITALlANA TRECCANI. MCMXXXI -                          Dionigi...
r·                                                                                       XXXI                           HE...
XXXIL                                         ...                                          Dans lénorme ouvrag-e portant l...
·,LA VIE DE DENYS LARÉOPAGITE   t   V f.:Q U E D A TH È NES         ET SON IDENTITÉ    AVEC DENYS DE PARIS
.1    ==   =            cl                              .1        ......
.,~          Notice biographique sur Saint Denys         Saint Denys fut, comme nous le rapporte Saint~ Luc dans les Actes...
4      platonicienne et stoïcienne étaient les plus appré-      ciées, il est clair que Denys lAréopagite dut être      ve...
5                                                                                  ""                   res, à commencer p...
6          ~~ ~nt Polyca~;                              il nomme Saint          ~ à propos de lexpression «Épwç»; mais cet...
- - - - - _ . _ - - - -  " - - - - - - - -G                                                      -            i           ...
8      ~       Ses deux d,isciplescB:stic~et(~               fu­       rent décapités, et leurs corps jetés dans la même  ...
....             9                            a Pra~fecto Fescennino, post gravissima torrrento­                          ...
10         et ceux-ci, de retour à Constantinople, en 361, après         la saisie du pouvoir par Julien, ne pouvaient ne ...
11              occidentales de lEmpire: ce sont les parties les plus              anciennes, devenues les bases de différ...
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938
Prochain SlideShare
Chargement dans... 5
×

Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938

3,718

Published on

Dionysius the Areopagite, The Prime Christian Church. // Denys l'Aréopagite, L'Eglise Chrétienne Primitive des trois premiers siècles.
... Réintégration de SAINT DENYS L'AREOPAGITE sur le siège épiscopal de Paris. ... [ Description de mon Manifeste Métaphysique en quelques mots latins : 1- DIONYSIUS AREOPAGITAE, "magnus et hierarchicus doctor Ecclesiae Apostolicae", 2- EMANUELE SWEDENBORG, "magnus et hierarchicus doctor Novus", Ecclesiae Dominae Novae quae est Nova Hierosolyma"...

0 commentaires
0 mentions J'aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Be the first to like this

Aucun téléchargement
Vues
Total des vues
3,718
Sur Slideshare
0
À partir des ajouts
0
Nombre d'ajouts
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
0
J'aime
0
Ajouts 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Em Bulhak Authenticite Des Oeuvres De Saint Denys Lareopagite Rome 1938"

  1. 1. 1182:1.5 . " -0, ":." ,", ~." "; - ~ , ~ ET DE LUTETIA IN PARISIIS et sa EMMANUEL BULtlAK:i....:.: , " ,. " li. l: 1ROME MCMXXXVIII , i . ,h ~ • :
  2. 2. - ---o· _.~~-:--- -.r--------- --- 1 " ~
  3. 3. ".
  4. 4. .- . . 118215 ­.... AUTHENTICITÉ des Oeuvres deSaint Denys lAréopagite ÉVÊQUE DATHÈNES ET DE LUTETIA IN PARISIIS et sa Réintégration sur le siège épiscopal de Paris par Le Prince EMMANUEL BULHAK ROME· .MCMXXXVIII.
  5. 5. , . --;-;-~~~ . 1:.:~Tr.TUT<".. cA1!;nU(H~t:~. [ Dt iAa1S A ,e DROITS DE TRADUCTION, DE REPRODUCTION ET DADAPTATION RESERVÉS POUR TOUS LES PAYS COPYRIGHT 1938 DY PRINCE EMMANUEL BULHAK vESOLA NEAR vV ARSAW
  6. 6. - --~ PRËFACE ST. DE~YS DES GAULES et ST. DE:<YS DATHÈNES ne font ils quun? et les oeuvres connues sous son nom sont·elles à lun ou à lautre, ou à un faus­ . :/"­ -....; saire quelconque? . Poser ces questions nest-ce pas défen9re une cause perdue davance? On nous objectera qu.iI r:e se trouve actuelle­ ment personne, même au diocèse de PARIS, qui croi­ rait à lidentité des deux DENYS et que l authenti­ . cité de ses oeuvres est dénnitivement ébranlée par les études de savants allemands: . On nous rappeIle~~ que telle est l opinio~ gé ­ néralement admise dans le monde· entier, opinion propagée par lenseignement dans les séminaires et -:«-~ < dans les universités catholiques. Soit. Mais alors la:.L<.~·.~. science du clergé serait en contradiction avec laf·~ .:~ :;; firmation de lEglise, puisque jusquà ce jour le _bréviaire romain (1) ne nous parle que dun seul ... J _t~~·~:~>. DENYS,.. et lEglise lui attribue les oeuvres connues , >!j." sous son nom. >~.: •.>;,~ Nous allons tenter de mettre un terme à une ~:::~ r;.:~~ ;no~alie qui ne peut que troubler les intelligences • ;.{v.~>.;.;: et les consciences, et avoir la plus fâcheuse réper ­ ~~~.. ~~~~".:;: ;"~ - ~ . . __.~_~_~,~:>4.; ~~; ~. -,::---­ . .:?";l{: :/?-.;~. (1). AppendIce: Texte 1. .e ~ ~, ~:.~ ., ....... .. ~
  7. 7. VI "" cussion sur les actuelles tentativesde rapprochemenr ~ .. avec lEglise orientale, qui jamais ne consentira à - }f,:1;,: abandonner une croyance établie depuis des ~iècle, -: ;;. .. ~~, celle dun DENYS unique et de lauthenticité de ses i . ::~~ oeuvres. Selon moi, il faut se poser comme règle quen : traitant des croyances séculaires, sur lesquelles sont basés le culte et le rituel d~ lEglise, croyances adoptées par les intelligences les plus éminentes, :tant~ . 1- en Orient quen Occident, on doit plutôt chercher, .~:.;.c~,:; l ) à les défendre quà les attaguer, et ne cfdër que i-.~~".r devant } évidence, .II ne .faut pas toucher dun coeur- léger aux traditions acceptées par le tribunal suprê· . me de l humanité, lorsquon ne possède rien pour les remplacer. Dans le cas qui nous occupe, cette manière dagir serait non seulement une maUaise action,­ ,.). mais presque un sacrilège. Les vieilles croyance~ de ,. lEglisenont,elles pas un fondement plus solide que certaines légendes, ne reposant sur rien, sinon sur "" ", limagination déréglée des conteurs allemand~?" " .~; ." , "t. Jamai.s personne, excepté le divin Maître, mort".. ,":,~~litf!1 sur la Croix, les Apôtres et les Eva~gélistes, 3r>"<?:~: ~ n . été pl~~ ou ,agé, bafoué, v~1 ;pendé, q u~. Saiot Dë, :.~_." ~i~ Il ~ } IOterprète le plus fidele des enselgne_m~nts d~, -.:~ ç;~ .:. Saint Paul, et lEvangfJisateur des Gaules. . ,:, /:~/:,:j,~ S~ropre peuple l a abandonn~ i ses enne~,~.3::f~ti:~ . . . ... " ..,., ,~ mis. Ses cendres ont été jetée~ à ra voirie; sop p~o~,:;~,6.;:,; pre clergé la renié. Linsigne philosophe, aut~~~. ,~!t-~~f l , doeuvres, qui ~ervi de fondement à la théolo le.~,:J~if;,--:- gulai« . . . d~ ", toute nWe dv;Jisàion, été . . . -. a "ai~ c rétienne et qui sont devenues a,insi . la pierre" an-., :<!;;~?t z:a" de,;·... :~~~~~:~~~~, il· t ";1."",.
  8. 8. ~ VII menteur, dimposteur, de faussaire, de plagiaire, . dignorant de toute philosophie, enfin de païen, de loup se faufilant dans le bercail de lEglise. Maisce nest pas tout. Lécrivain, dont les oeuvres furent proclamées au concile de Latran, par le Pape MARTIN 1 en 649, co~e_~~~t des"plus~thodoxes e~art~Et au disciple de SAINT PAUL, et sur lautorité duquel sest cristallisée définitivement toute la dogmatique de lEglise orientale dans les écrits de Saint J~ D§!..l!1~n,e, S1:lr lequel Saint Thomas dAquin ap­ puie toute sa doctrine sur la Trinité, et quil cite en di~~~!.....cent deux endroits, que Saint B.,Çlnaventure ne fait que paraphraser dans ses traités et qui fut la source du courant mystique dans tous les âges, est, par les scientifiques allemands modernes, sur­ tout par son contempte]lr le plus acharné, un jésui­ te du nom de Stiglmayr, dénoncé comme hérétique: Et le plus étonnant, cest que tou~ l~_~ écrivains J ab~u influen~e ;itiq~es modernes, même ceux de France, subissent avec une insouciancunouïe et un manque de discernement l des allemands (soi-di"n - -.. " --- scientifiques) qui leur en imposent par leur érudition et leur minutie d3.ns les détails. On les croit sur parole sans vérifier .leurs sources et discuter leurs i~~··.:". ~~tion·s. De façon que Stiglmayr, dans sa présom­ >~"<",". pti6ri toute tudesque, sest cru autoris~ à s excla­ ~-::.; mer que. depuis quil a parlé (en regard de lau­ ..c .....7::".;:.:- . ._ th~nticité),. ~ les a.nnales de ce:te controverse, enta-) .•..i" :,.~., mée depUis des sIècles, sont revolues ~. . , .. ~<- . Enfin,:-à for~e de .:..abaisse.r...les ,oeuvres ,_~e2t. Denys au ranger apocryphes, on est parvenu à les )j -:~ .J ~ ~. ....:; .. -.,...:... ~ ~. ~--:~i< .-;." - _. -.. ~ ..•. .--.;t_ .. . ••• 1 .
  9. 9. VIII .~ faire complètement oublier, à tel point que des hi· storiens sérieux d~ Christianisme n, en font même, pas mention. Lidée de moccuper de lauteur dp.s ôeuvres portant le nom de lAréopagite et de leur authenti- cité mest venue à un cours sur lhistoire de la Phi· losophie médiévale du regretté François Picavet, pro· fesseur en Sorbonne. Cest là que jai compris t~u· te limportance des oeuvres de St. Denys, que non seuleme:1t elles furent la base de la th~ologie cÈ.!.-é- )1 tienne, mais que, depuis quelles ont été traduites par Scot Erigène, elles ont servi de eoint de départ à toute la pensée philosQR!ilil.ue occidentale, tant au Jl Moyen-Age que dans les temps modernts (1). ~ l ai été frappé de lentendre nommer par Pi- cavet pseudo,Aréopagite. Je me suis c;lemandé com- ment les docteurs de lEglise, les penseurs les plus ~ ./ éminents, les plus grands érudits, de célèbres gram· ~ mairiens de la langue grecque auraient pu prendre un païen pour un chrétien, un hérétique pour un or·- thodoxe,~et leur contemporain pour un écrivain des premiers temps apostoliques, et je me suis tout de suite douté que cette opinion était erronée et quil fallait en chercher la source 4ans la partialÙé d~s critiques protestants, qui ne cher~pas la vérité pour elle-même, mais qui tiennent pour lêur tâche :principale d: entamer les fondements des vérité~ chré· :tiennes et de renverser le piliers de lEglise. ~
  10. 10. IX Que les Protestants se soient attaqués à ST. DE­ NYS lAréopagite cest compréhensible. A ceux qui .nient la tradition et qui se sont insurgés contre laû~ . torité de lEglise, il était absolumt:~~ nécessaire déloigner un témoin peu commode des temps apo ­ stoliques et de diminuer lautorité du théoricien de la hiérarchie sacerdotale, du «Q9ctor hierarchi(l!s» comme on l appel1ait <iU Moyen Age. l La Réforme, au fond, ne fut que la révolte du 1_1 vieil esprit germanique contre la civilisation greco.la· tille dont le catholicisme était le propagateur. La--!.e­ ligion_n y. fut qu~n_préteJ:(le-p-our déchaîner la bê­ te humaine qui sommeillait sous la mince écorce de civilisation chrétienne. Cette disposition desprit pero ce dans la célèbre formule de Luther: «Esto pec­ cator: pecca fartiter scd fortius crede», et dans lir.­ terprétation quil nous en donne; .: 11 nous suffit que nous ayons connu lAgneau de Dieu qui efface les péché5 du monde; le péché ne peut détruire en nous le règne de lAgneau quand nous forniquerions et tuerions mille et mille fois par jour». Nous pouvons excuser les critiques du XVII siècle qui se sont rangés du côté des critiques pro­ testants, puisque cest un fait avéré quen combattant des adversaires obstinés on se sert souvent de leurs propres armes et on subit inconsCiemment leur in-Je (fluenc~. Les Cath:>liques, ne. voulant pas paraître naïfs 3 devant les protestants, les ont surpassés dans leur hypercriticisme. Dailleurs il ne manqua pas de se .(trouver parmi eux des écrivains sympathisant avec la , ,Réformé, les Jansénistes et les Gallicans. - ..... ---., :~~; -". . .,-j~J " 1
  11. 11. x - Nous pouvons excuser également les écrivains allemands, même catholiques, puisque leur civilisation est toute protestante, comme nous le voyons claire­ ment dans cet aveu du célèbre patrolog-ue allemand, BARDE:HEWER qui dit ({ que 1~_fd!:l9-ue histQrique J (scilicet scientifique) ne sest réveillée quà lépoque de la Renaissance» Je comprends bien lacharnement des historiens allemands de la philosophie, puisque lattribution dA ­ reopagitica à Denys lAréopagite. ferait év::tnouir la légende, si chère à leur coeur, de l~ence du néo­ tfq, lPïâtôï11sme sur la formation des do&-~h~ens et ~ entraînerait le remaniement de fond en comble de tif) ihfstoire de -la philosophie, telle ~e l e~seignent leurs plus renommé!" savants comme ZELLER, UE­ VERWEG et autres. Mais ce que je ne peux comprendre, cest in/ position prise par les Catholiques françaIs modernes. qui, ayant oublié les travaux admirables de leurs pré­ décesseurs les plus proches, tels que l Archevêque ~ et dautres défenseurs de 1authentic.ité des . oeuvres de St. Denys, comm ~ohrbacher labbé~ ~ l abbé~ël Alexan 0 etc ... et de ces grands défenset:rs de lauthenticité, du XVIII siè­ cle, comme le père@alloi;<Qe Rubei3,..etc ... CLan­ ~ord~ et autres, ont pu se ranger presque tous du côté des contempteurs de lauthenticité deLL ses oeuvres. Comment TrXERONT peut-il considérer dun Cô té Denys comme faussaire et sectateur du chef dès monophysites Severus dAntioche, et dun autre èô­ ~
  12. 12. XI té convenir que la vraie foi en Dieu et en la Tri­ nité (De Vera Fide Orthodoxa) de St. Damascène est entièrement «calquée» sur les écrits du faussaire et de l hérétique? En ce qui concerne DUCHES:E, il ne sest ja ­ mais occupé ex professo de Denys, et il était à pré ­ ,-oir quil se rangerait du côté des protestants. BATIFFOL na fait que reproduire mot à mot les assertions de Stiglmayr dans son Histoire de la Lit­ térature Chrétienne. DE WULFF sappuie sur Koch et Stiglmayr, mais il donne limpression de ne pas avoir lu attentive ­ ment Stiglmayr même, puisquil place lapparition des oeuvres du fallssaire au «grand colloque» de Constantinople (53 r) avec les monophysites, alors que Stiglmayr et Koch les font paraître en lannée 500. (D~)~~~g.) le seul qui, au fond, est indépendant, et q~l a étudié la question aux sources dans sori étude remarquable sur «St. Thomas dAquin et le) pseudo-Denys », se range aussi, on ne sait_pourquoi, du côté de ses contempteurs quoi~ il ait réuni lUi,)) m~me maintes preuves de so~uthenticité. Si je m:e suis arrêté sur la question dun ou de deux Denys, ce nest quincidemment, en cher­ chant le lieu de son martyre; et même, en ce qui concerne cette question, à mon grand étonnement, j ai vu que les objections des partisans de deux De, nys sappuyaient souvent sur des faux et des men- ,~ songes, et que, même de ce point de vue, la mentionJJ 1 de St. Deny~ dans le Bréviaire_Romain, rédigée avec) un tef7oin~r Baronius, ~stait ~ible. (Voi; ma <­-J traduction des oeuvres de Denys en polonais).
  13. 13. XII En ce qui concerne lauthenticité des oeuvres de ST. DEWS et ] époque de leur apparition, je me propose den parler dans un prochain chapi.tre. Ici je vais métendre sur ] Identité des deux Denys, ui, à vrai dire, se résump. en #-suestion de lé P o-Jl lin, r[ ""S que où lon doit mettre lévangelisatioo des Ga~s. ~ Est-ce au temps apostolique ou à une époque plus rapprochée? Et, supposant lintroduction d.u .Christiani­ sme dans le midi et le centre des Gaules au premier J siècle, est·ce que rien ne soppose à ce que le chri­ stianisme SOIt déjà arnvé à cette époque à «Lute­ tia in Parisiis» ?./
  14. 14. Appendices se rapportant à la PréfacePIERKE BA TIFFüL. ~ AlIcie1l11cS littératures eh1"étiC1l11es: f. La Littératm-e Cl-aque, p. 329 - Le faux A léopagite. « La question de lauthenticité des écrits du soi-disantAréJpagite est bien définitivement résolue d"ns le sens de lanégative... ~. Lopinion qui veut les mettres à la fin du IV siècle(Baulngarten-Kreuser) repose sur des ~rguments insuffisants .....les phrases de Grég-oire de Kazianze (orat. XXXVIII, 8) etde Jérome (Epi st. XVIII, 9) où lon a cru reconnaître desemprunts aux faux DçnY3, ne fournissent que des présomptionstrès faibles. En réalité, le faux Denys a étéproduit pour la première fois (?) al,! Con­cil e (?) de Con s tan tin 0 pIe de 5 33 ... - (Il?). « Le I V cha pit r c ù e s Nom s Div i n s dép endsûrement dun traité du néoplatonicienProklos: le: De malorum subsistentia". « Si lon observe, avec quelle rigueur, sur lunion desdeux natures, le faux Denys se conforme aux formules fixéespar le concile de Chalcédoine, on ccnclura quil a écrit pas­sé 45I ... Dautres parallèlismes avec Proklos permHtent decroire quil dépend de traités de Proklos composés après 462.E,fin si lon tient compte quil parle du Credo comme dunchant de la Messe, et que le Credo na été introduit dansla liturgie de la Messe quaprès 476, on pourra fixer. l an·née 476 comme le terme extrême antérieur à lactivité litté· raire de notre auteur~. Loeuvre de D. A : « pro d u i t eau con cil e (?) de 533 parJes ~onophysites à lappui de leurs e r r e urs, e Il e est rée usé e par 1 es c a t h pli que s
  15. 15. XIV~t ~ co m m e un a p 0 cry ph e (?). L a t t i tu de des ca ­ t h 0 1 i que s pen dan t t 0 u t le VIs i è ~ 1 e e t dan s la première partie du VII [ut si défiante (?) envers un auteur qui« ménageait les mono­ p h Ys i tes a v e.c u n e sor t e d a [ [e c t ion » ••• Quelle blague 1 S{Léonce de~ le plus célèbre adversaire des monophysites, la plus grande gloire théoIOgi.] que du VI siècle, avant et après les disputes de Constanti· nople depuis 518, daprès Stiglmayr même, s a ppuyait sur D~nys contre les mêm~s monophysites.... Il ~st révoltant de voir un écrivain consièéré comme sé· rieux propager des erreurs pareilles en répétant les propres mots du jésuite allemand Stiglmayr. «Toute contestation au sujet de lauthenticité cesse après le concile de Latran en 6-+9, où le pape SaintÎMartin I) in· "-~ --n voqua à plusieurs reprises le témoignagè"du faux (?) Denys," et démontra quun passage, où le monoFhysisme était for· mellement enseigné, avait élé séritusement altéré par le pa· triarche monothélète dAlexandrie, Cyros, dans. lintérêt cie l hérésie ». Dans une note en bas de la page, Batiflol ajout!: « Nous donnons les conclusions du P. Stiglmayr... , <i après la rec<n· sion du P. de Slll~et. Revue des quest. hist. t. XIX (1896) p. 6106 14. BARDENHEWER. - Pseudo Dionysius Areopagifa da,ns Geschichte .der Altki,.cltlicltell Literatur. t. 1 V. p. 283 « Comme de nouvelles études lont prouvé, ces écrits (non Denys mai s ses é cri t s !) se tiennent en toute conscien· !~ ( ce et terldancieusement à cette manière de sexprimer qui est propre aux représentants du Néoplatonisme et spécialemtnt à Proclus ». «Die Form geht Hand in Hand mit dem Inl1alt. Auch die DJ.rstellung der kirchlichen Lehre wird gekennzeich­ net durch mannigfache und tiefgehende neuplatonische Re· miniszenzen» (voyez Koch a a O.9ff.). «Tout aussi bien lex·
  16. 16. xv posé de lenseignement de lEglise que nous rencontrons ,. 1 dans les écrits montre de multiples et profondes empreintes l de linfluence du Néoplatonisme (?). On y dévéloppe avec prédilection lidée du lUN CEv) primordiale (anfanglose) de la provenance de toute chose de, lui (rtp6oôo;) et du retour vers lui (èmatpo:piJ) etc ». «Um das System des Proklus aus dem Felde ;tU schlagen, hat er demselben ein christliches System gegenübergestellt, welches in demselben Farben schit· terte und flimmerte und an Strikter Dreiteilung, an gôttlicher Transzendenz und Supereminenz, an Lichtstrômen, die das Ali durchfluten, an Vesachtung des MateriellfTl, an Streben und Rückkehr von geteilter Vie1~eit zur Ungeteiltheit und Einheit, nach Reinigung, Erleuchtung- und Einigung mit Gott» u. s. w. in Keiner Veise zurückstand. (tout ceci est copié de 11. Koch; voir ma critique détaillée), Quelle horreur, le plus célèbre historien catholique alle- mand transcrit ici la page la PlUs. ~ lia plus absurde im ie ett de Koch, où il fait déduire dePorphyrê- et de~s toute la doctrine chrétienne cinq cents ans après J. C. Il est évide-;;-t queB;;:-denhewe~rles traces de Koch, -- tient le pie u x Porphyre pour fOlidateur de la thé~logie - -------., chrétienne et fai!.. (~ériY.er toute la doctrine catholique, même J celle sur la Trinité, des néoplatoniciens de Proclus au V siè-I cie! C ~st en ~eci que c,onsis.te le « ré ve i 1 de. 1 ~_ cri t i - p. 29tJ que hl st 0 r 1 que» a lepoque de ~lssànëë.)Bar­ denhewer évite prudemment de dire: de!.~~éforme!-~t ne cite que Lorenzo Valla de lan. 1457, omet les protestants et, parmi les critiques, arrive directement àJe~in en 1659. En général il ne fait que paraphraser les opinions de Koch et de Stiglmayr, mais il ne se prononce pas pour l hypothè- p. 293 se de Stiglmayr que lauteur en fut Sévère dAntioche. Il dit que Stiglmayr et Koch ont"prouvé dans leurs brillantes études lé;>oque de lapparition des Areopagitica ... que lau- teur sappuie sur les Néoplatoniciens Proklos (410-481)... p. 294 Il nest ni monophysite ni catholique... etc . . Les premières traces des Areopagitica apparaissent au p. 291 C0mmencement du VI siècle. Ce sont les citations chez Se-
  17. 17. XVI verus, patriarche dAntioche (512518). Le moment de leur composition est marqué par des bornes bien précises. Ces oeuvres ont été faites sur la I:mite du V et au VI siècle. p. 296 Les plus anciens commentaires sur les Areopagitica da. tent de la première moitié du VI siècle (de Jean de Scy­ t hopolis et de Georges de Scythopblis, Jean de Scythopolis étant mort en 530) (r). l,Iais ,tout ceci ne concorde pas avec ses propres parole~, où il est question des ceuvres de lAréopagite, au III, au IV et <lU début du V siècle, dans ses articles sur les~ fausses lettres de Clément de Rome,Y sur l historie n Ma­ ruta de lvLliparkat et sur Izaac de Ninive et à la même pa­ ge 282 où Bardenhev("r traite du Pseudo·D. A.. il dit: .... (e· sist) sogar warscheinlich, dasz der sog. Aréopagite schon vor dem Jahr~ 500 aIs Schriftsteller aufgetreten ist». DR. GERHARD RAUSCHEN. - Dans son excellent compendium de Patrologie, parlant du Pseudo,Aréop~gi. p, 437 te, il sexprime de la sorte; p. 4.37 «Les études de Hugo Koch et Stjglm~yr~ont définitivement proué que ~/ les écrits aréopag-it:qul:s ont é:é composés aux environs de lannée 500..... On peul prouver que leur auteur a éonnu les écrits des Néoplatoniciens, Proclus (t 485) et, jusquà un certain point, la copié mot à mot, et quil a puisé aussi directement chez Plc.tin (comparez Div. Nom. 4,33 et Plot. Enn. 3,2,9), Pour Ta même époque il accuse aussi la circonstance que leur auteur connait lusage du chant du Credo à la Messe, usage introdut par les monophysites p. 43 8 à Antioche en 476 ..... L1 patrie des écrits pseudo.aréopagitiques parait être la Syrie •. (1) Il nous est connu en outre par un écrit polémique d~ Sévère dAr.· tioche contre les opinions de Cyrille qu tIl sn il recherchait en ain lapologie de Jean de Scythopolis: elle pourrait donc être composée à la fin du V, toutefois avant lannée SIl (consultez Brit. Museum N: DCXXVI p. 497. -
  18. 18. xvu G. BARDY. - Littérature grecque c!lrétie1l11C. Libr. Bloud et Gay (1927) p. 176. Pseudo-Aréoj;agite. cC ést vers la lin du 532 ou le début de 533, quau . colloque de Constantinople, on inv(qua, pour la première fois lautorité de laréopagite Denys ». «Cétait la premiè. re fois que ce témoignage était cité dans lés controverses >. Cest faux 1 archifaux Il St. Jean de Scythopolis, Grégoire de Scythopolis, Sergius de Rasaina - et surtout Léonce de Byzance depuis 500 (daprès Stiglmayr lui même) - du côté des orthodoxes, et Sévérus dAntioche. Ephrem dAntioche et autres du côté des monophysites, le traduisent. le com­ mentent, et en font usage. Mais M. Bardy est beaucoup plus circonspect, il a lu personellement et plus attentivement le père J. Stiglmayr: Das Aufkommen der pseudo·dionysischen Schriftcn, Feld· kirch (1895). On voit bien qu il a remarqué que Stiglmayr 1 dans sa traduction du discours d Hypace a substit~é ~~t latin «testimolfia» le mot allemaoa .Schriften» (scripta), ct que sur ce fa u x il a bâti tout léchafaudage de ses III e n s 0 n­ g e s; M. Bardy est persuadé de la fausseté de lAréopagite, mais jl évite lécueil et sexprime dune manière très adroite en disant: «Larchevêque» (?) dEphèse, Hypati us, déclara quil ne pouvait accueillir le témoignage, du moment que ni Saint Cyrille, ni Saint Athanase (1), ni personne nen avait en connaissance. Et~o~t;;irement à Batiffol, il dit: Lac rit i que d H Y pat i u s n e m p ê cha da i Ile urs pas les ouvrages en question de faire leur ch e min dan sic s ce rel es 0 r t h 0 d 0 x es ..• Il ba­ .se sa convinction sur le style et le vocabulaire néoplat0ni ­ ciens. Tout le reste sappuie sur Stiglmayr: Proklus, Credo, , il) $~hanaSè; dans une lettre au pape Marc parle de 80 ~- Canons dùConcrreCÎe ~e; or il est connu quau xxxICaiiôilif,;; - - .. est question dune prière e Den)s l Aréo?,agite.
  19. 19. XVIII 1II Henotikon. et les date de la fin du V ou des premières nées du VI siècle. an­ Il finit son exposé par un compliment au faussa;re: «Il est à peine besoin ci ajouter que la valeur intrinsèque de ces écrits suffit amplement à légitimer le crédit dont ils ont joui dans lEglise. LE R. p. THI~RY O. P. - Parmi les études phi­ losophiques médiévales dirigées par M. Étienne Gilson pa· rurent en r932 deux études du Père dominicain, G. Thé­ ry, appelées par lauteur «études dionysiennes .; mais c~s études ne touchent que cie très loin le vrai problème dio­ )1nysien et, ne soccupant que de la question de· la tra­ duction latine de ses oeuvres par Hilduin, devraient por· t(·r pluttJt le titre d études hilt!.~es que dionysiennes. D lns lune de ces études, éditée en 1932, port~nt le titre «rli/duill traducteul de DellYs > le père Théry, même en ce qui -concerl1l: la question de la traduction latine d Hilduin, J,- ne Q.eut se résoudre à donner une réponse précise. Ayant assuré à la page 24: « En réalité, la traduction clu Cor· pus Dionysiacum pU labbé dl Saint Denys, malgré loubli dans lequel la fit tomber très tôt le travail similaire de Scot Erigène, nous est parvenue dans son intég-rité, sous une forme anonyme, il est vrai, mais indubitablement authen· ( tique », il Se rétracte complètement dans sa conclusion à la page 13~, en donnant à Hilduin deux collaborateurs grecs: « lun, lisant et prononçant le grec; le second, lentendant et le traduisant... Si cette première traclucti0n est une tra­ duction phonétiQue, il est bien évident quelle ne peut· être loeuvre personnelle d Hildùin ... elle est son oeuvre, en ce sens quelle a été faite sur son inspiration. sa surveillance et sa haute autorité ». «Mais la traduction elle-même, si notre analyse est juste, ne peut avoir été faite que par un gr e c, par cl e s g r e cs». Don cIe P ère Thé r y vie n t de pro u ver l i n e x is t e n c e de 1 a t r a du c t ion H i 1 d u i nie n n e.
  20. 20. XIX "1ais le Père Théry, voulant tirer de son travail critique une conséquence quelconque, aboutit à une découverte sensa­ tionelle et poursuit:« et nous aurions en ce casIa ~ve~ (?) quil y avait vers 835 des Grecs à labbaye de Sai~t-Denys ». Si cette découverte est aussi bien fondée que celle du texte intégral d Hilduin, je len félicite! La perspicacité du Père Théry dépasse tcut éloge. Corn· ment pouvait·il, par des méthodes paléographiques et léxico· logiq ues, déduire d u:t essai de traduction latine le fait que cette traduction a été composée non par des latins mais par des grecs, et que ces grecs résidèrent durant des années à ! abbaye de Saint-Denys? Cest son secret. D~s questions qui nous importent: lidentité des deux Denys et lauthenticité. des se oeuvres, le Père Théry ne parl~ gu incidemment dans un passage de Jétude en qu-;: stion, à la page l 55. Il prend pour acguis les résultats de la critique allemande, surtout celle du Père Stiglmayr. Il en "ëSt tellement imbu quinvolontairement, sans doute, il répète ses proprts mots ou les paraphrase, mais pas toujolrs à propos, ~omme nous allons voir. Il embrouille précisément le terme d aréopagitisme> en lemployant tantôt pour signi fier Jau· thenticité des oeuvres connues sous le nom de Denys, tan· . tôt dans le sens de lidentité des deux Denys, de manière1 que les lect~urs~e:!. initiés _al;!~qùes..tions d~~y~i~nes peu·L vent être induits en erreur. Mais ce qui est plus étonnant cest quil tombe lui-même victime de léquivoque. « ..... L influence des Are 0 p agi tic a d Hilduin..., ~ ~ écrit-il, lidentité de Denys, écrivain mystique, (t) (1) Erreur!!! Hil~~in nen a iamais parlé: cest le pi:re Théry qui le dit en répétant (flxerciilt qui, à l imitation dun Denys de Rhino· korura de Hipler etcVlln" Denys le Rhéteur de Sïrgrma~; inveJl!~.je·))j tou-k..P~SLR.en)s le_~1I~tique. Hilduin, d~ns la v~enys, n~c­ CURait nullement de prouver lauthenticité des écrits de Denys, ce _d~nt per~onne ne dOlltait, surtout depuis l envoi à Louis le Débon­ naire de ses oeuvres par lempereur Michel Il, mais uniquement Jidentité de Denys dAthènes avec Denys de Paris.
  21. 21. xx avec Denys lAréopagite allaient créer au moyen âge un état desprit qui devait avoir sur la théologie une grande réper­ cussion (1) ». Après ce préambule, peu à propos, le Père Thé ­ ry senfonce dans la paraphrase des opinions de la critique allemande non sur les « Areopagitica» d Hilduin, mais s~r les écrits mêmes de Denys lAréopagite. et il poursuit: «A quel­ ques exceptions près - Scot Erigène (2) et Abélard (3) ­ tout le monde est convaincu que lauteur des deux Hi é r a .1­ J~ c h.ï es est le ~iscip~e~ saint Pau!. C4E::e-premier~o­ 3jlens. A ce tItre, on lUî-aTIn5ïiera une valeur exceptIOn­ nelle. Personne ne songera à le discuter à fond. A p rio ri, il convient dadopter toutes ses doctrines, comme lexpres· sion eXicte de la pensée chrétienne. (5) Si certaines expres ­ (I) Si la constat;,tion de r identité de Denys d Athènes avec lé ­ vangeJisateur des Gaules et patron de labbaye de Saint Denys pou­ vait avoir une certaine influence sur la diffusion des écrits diony­ si~lls, elle ne pou"ait pas :tre bien grande, puisque pour les gens de I ce.lIe :poque la pius grande. ~Iojre de Denys lAréopagite ne CO?,i.s­ L taIt pas dans ses oeunes, mais dans sa couronne de martyr. D ad ­ leur Hilduin ne s est pas posé comme but de faire Janalyse des oeunes de Denys. ~é~rit seulement sa biographie, et il u a ja~ Il mais été consideré comme ~ar COi1Sèëï,:îe;lt, il ne pou­ 1 vait avoir aucune influence sur la théologie et la philosophie du Moyen ­ Age. Par contre, si linfluence des oeunes de Denys sur la phi ­ losophie médiévale fut décisive. cest grâce à ses oéuvres mi;mes qui po~aient ~pl.!is !S-~mence~e n~m de~;!ysl~~~.e·~ët qüi fUFen1 envoyées, pour la première fois à-labbaye de Saint-De­ nys, par le pape PaulIen 758, et la seconde fois par lempereur dOrient Michel [[ le Bègue en 827, surtont depuis quO elles ont été traduites~ par Hilduin; dont personne na retrouvé la traduction, lma;s pan;;cot Eri~ qui fut la «Haie suurce de la connaissance de J ces oeuvr~ar Tes théologiens du Moyen-.-ge», comme Javoue le père Théry lui-même. (2) Cest très douteux. (3) Il est de lépoque beaucoup plus tardive. Scot et Abélard Ct 1142) sont considerés comme hérétisants. (4) Je ne peux pas deviner d~uelle intenti9.l1 le père Théry. t~ omet le Traité d,,:s Noms Divins, la Théologie Mystique et les Let·tl tres comme si on ne les attribuaient pas, au !royen·Age, à Denys lAréopagite. (5) Tout ce passage depuis les paroles c A ce titre. jusquà
  22. 22. XXI-----------_._------- - - - - - - - - - -sions manquent de justesse, si certaines doctrines paraissentfi a 1 s a c cor der a v e cIe s cl 0 n née s d 0 g f i a ti-que s fer fi e men t é ta b 1 i es, la faute nen est pasà lui, mais à nous qui ne comprenons plus la profondeur desses écrits (I). Par conséquent, il faut le commenter, mais !lonle discuter (2). Les «A r e 0 p agi tic a» d Hi 1 d u i nson t r e s p 0 n s a b 1e s d e cet t e t i f i i dit é de j u -g e men t (3). Pendant des siècles, ils vont emfJêcher touteliberté d appr~ciation, et il faudra un long travail des éru-dits pour reconquérir les droits dune critique saine et obje-ctive. » Voilà qui est bien dit. Cest cela que les éruditsmodentes appellent 1 a cri t i que sai n e. Nous finissons en exprimant lespoir de ,"oir cette intel-ligence saine et inclépendente redresser les défaillances dans, pens,;e chr,;ti"llI": e"t la paraphrase des paroles de Stiglm~yr:< Le concile d~ Consl<lntinoplé ~oecumlnique) t:l lé second ConciJede :icée (oecuménique en ï8ï) ont su!po,,0 da van cel authén-ticitè dt: ses oellvr~s..... ». 1) J)tPUls les mots < Si certaints. jusquil • ses écrits. c estla par.lphrn"e d In pass~ge de Koch. • Il ue lui a pas toujours,s tXHime Koch, réussi de faire couler d une l11~nière correcte Je"dogmes chétiens daus le moule n00-platonicién." 2) Cette phra"e est de Stiglmayr.. (3) Cela eo;t "enfin lid0e absolument- origin~le du père Théry,exp:im:e dans le" paroles de 5tiglma)"r et cie Bardenhewer, maiscompri"e" toui à fait à rebours. • Hilduin 1V01lte in seiner« Vita»des Pariser ~liirt)"rer Dionysius feiern, ein Irrtum, der des genze ~Iittel­alter hindurch herrschend blieb. (BardenhelVer T. IV p. 287). Car silsont imputé à Hilduin linvention cl avoir propagé Jaréopagitismede ::>:n)";; de Puis, c est dans Ic- sens de lidentité de la personnede Denys dAthènes, autrement Aréopagite, avec le martyr de Paris;mnis jamais il ne leur est venu en tête la folle idée de dire que] art"opagitisme des écrits qui portent depuis des siècles le nom deDenys l Aréop~gite fut inventé par Hilduin. :--Ion, ce nest pas en ·croire ses yeux! Lauteur de cel te bévue,le p. Théry soublie tellement quil confond la question de l identi-t.é des deux Denys, avec la question de lauthenticité des écrits de J ..JSaint Denys lAréopagite qui na été soulevée quau XVI siècle par Lnther!! .
  23. 23. XXI! lesquelles lEglise serait tombée en se fiant trop aux textes dun fdussaire que mm. Tixeront et Théry appfllent du nom de Denys le Mystique (1). Les dehors scientifiques, la virtuosité technique et les tendences m )dernistes éblouissent tellement les critiques mo­ ( dernes quils ne remarquent pas les manques de vraisem· blance, de logique et même de vérité dans les exposés de ces /savants, prenant pour acquis leurs intentions, sans se troubler de savoir sils .les ont démontrées, et même, si leurs conclusions répondent aux prémices quils se sont posées. Leur érudition ) et leur nom seul leur imposent, surtout si ces écrivains ap ­ partiennent aux Ol-dres qui ont la réputation de la science. La critique actuelle ne cherche plus la vérité, mais su it aveuglément les autorités en vogue, et comme la mode chan­ ge à tout instaut, ainsiJa critique est continuellement à la( recherche des nouveautés aussi extravagantes quelles pa ­ raissent. La meilleure illustration de cette sorte de critique nous donne, justement dans la question dionysienne, deux au­ tellrs modernes, le père Michalski de lordre des Missionai· res, et lin des rédacteurs de «lAmi du Cl[rgé (mois de mars 1933). Le père Michalski, professeur de r Université de Craco ­ vie et membre ~cadémie des Sciences de Cracovie, dans sa critique de mon étude polonaise sur Denys lAréopagite,f" sétonne de voir quelquun soccuper dune question depuisL longtemps résolue..s-et assure quil y a t roi s Den ys: 1) Denys lAréopagite, dont on ne sait rien. 2) Denys le My s t i que [inventé, nous avons vu, par Tixer6nt. Si cest un faussaire doù est-ce quon sait quil sappellait Denys et pas autrement?J. 3) Denys, martyr de Paris; et il me re­ proche de ne pas avoir utilisé les éludes ré v é 1a tri ces du R. P. Théry, qui a découvert lexistence de i ta tradu­ ction int~ral; des oeuvres c1upseudo-Denys par Hilduin et (Il Voir. Calechismus ex decrelo Coneilii Tridentini., • ad pa­ rochos. Romae 1891, qui il la page 205 se reporle à Denys: De ee­ cl. hier. cap. 1.
  24. 24. XXIII limmense influence que cela avait sur le développement de la philosophie scolastique au Moyen Age, oubliant la constatation que fait Je Père Théry lui-même à la page 162 de son étude hilduinienne que: «Pour tout le Moyen-Age Scot Erigène est le premier traducteur de Denys; cest par sa traduction que pénétreront en fait dans la philosophie et la théologie les doctrines dionysiennes». Le père Michalski fait enfin grand cas du comE10t, découvert par le père Thé- ~l ( ry:; de~mi~ Hild.l!i~l _tIiJél~~~r de R~~~~s~e Bibliothécaire de Rome (bien plus compliqué que celui, inven· tTp;-;-S~Sévère et de Zacharias), pour décider le pape Nicolas l (858.867) à blâmer la traduction cie Scot afin de venger loubli dans lequel on a laissé la traduction primiti. ve du feu Hilduin. (Hilduin étant mort en 840 ou en 842). Voilà à quoi aboutit la critique de lfcole moderne. Pour- tant le père Michalski est un savant connu en Allemagne par ses études latines et allemandes publiées dans di fférentes re- ~ vues ec.::lt~siastiques, et, en même temps, parait.il, très apprecié en France, puisquil vient de recevoir tout récemment, en ré-1 ( compense de son activité littéraire sur le champ ecclésiasti- 1 , que, la légion d Honneur, (en 1937). Dans le fascicule suivant de la série- des • Etudes Dio· nysiennes », comme il les appelle, le Père Théry singénue à tirer des conséquences surprenantes de sa découverte révé· latrice de moines grecs résidant en permanence à labbaye de Saint-Denys à Paris: un fait inconnu jusqualors dans les annales de l histoire. Voilà les résultats de ses dernières trouvailles, daprès la relation dun des plus sérieux journaux de France: Les Byzantins et lAbbaye de St. Denys au neuvIème sù~C!e. « Le R. P. G. Théry entreprend dexposer la part prépon. dérante que les Byzantins ont eue dans lactivité littéraire de labbaye de St. Denys au neuvième siècle. Ce sont eux, san s au cu n do ut e, qui traduisirent la première fois en latin les oeuvres de Denys, entre 832-835, traduction conservée
  25. 25. XXIV dans les manuscrits de la Bibliothèque Nationale, de la bi· bliothèque de Boulogne-sur-~Ier et de la bibliothèque roya­ le de Bruxelles. Mais surtout ils ont été les principaux colla­ borateurs d Hilclnin~ dans la transformation de lancienne hagiographie dionysienne,::ét dans létablissement de la doc· trine qui fait du Denys conerti de St. Paul (premier siècle), du D,en~rs,. premier éVêqu~ de..Paris. (troisième siècle), du .De­ [ nys eCnlaln mystIque (clnqUieme siècle), un seul et meme personnage • .A ces moines g;ecs, une tâche spéciale est assi· gnée: faire connaître la période grecque de la vie de Denys. Dans ce buf~ ils fabriqùent de toutes piècetla lettre dAri­ ~--[) starqul à Onésiphore; il composent la lettre de Denys à Apollophane; et on a de fortes présomptions de croire que ces" Illêllles moines ont inventé «lautobiographie» de Denys (1). Ces Byzantins si actifs à St. Denys de Paris venaient sans aucun doute du monastère grec de Rome fondé par Paul l en 761, et auquel Hi!duin a"ait imposé ,le Titulus de St. De­ nys et envoyé des reliques 12). Ces Grecs de Rome vont réapparaître vers 863 pour dé· fendre la thèse aréopagitique (3),~ attaquée par Odon de (r) Cette remarque se base sur le texte de fla~dellheer T. IV 62 p. 2SS où il mentionne lautobiographie apocryphe de Denys .jfreopagite, récelllment décoU"erte en Orient dans les versions sy­ riaque, arménienne, géorgienne, copte (sahidique) et alabe. Du fait que cette autobiographie nexiste ni en grec ni en latin, Bardenhe­ "er conclut, que toutes ces versions orientales, ayant pour source une version grecqu~, sont la traduction dun original (sic) latin qui leur a éte impasé par Hilduin. Bardenhewer ne voulant pas prendre la respon­ sabilité de cette assertion témé~aire, la rejette sur le dos dun autre savant, ~ Peete~ qui attribue cetlp falsification à Hilduin lui mê­ ) me dans ~cta Bolland. 29 (J910)1ïOlr. (2) Je tiens à rappeller qu-1!ilOuln était né en 770 et mort en S~O-2; et en outre quil est devenu un per.onnage important en S20, ayant ..btenu la charge de larchichapelain du Palais. Il est surpre­ nant de voir qu 011 ait attendu 50 ans peur donner le • Ti t u 1 us» au monastère ~rec de Rome. (3) Ici laréopagitisme est pris dans le sens de lidentité de l"é­ vèque dAthènes avec lé,ëque de Paris. Voir sur Odon (Adon)
  26. 26. xxv 1 Vienne et Scot Erigène. /)Pour produire un document grec en faveur de cette thèse, il nimaginèrent rien de mieux que de traduire en leur langue loeuvre d Hilduin, le Libellus Pas­ sionis, Passion Grecque, retraduite à son tour en latin: ~ Post beatam et gloriosam ». Cest cette Passion grecque qui servira de documentation au premier panégyrique grec que lon con­ naisse, prononcé à Rome, et dont la traduction latine com ­ mence par ces mots: «Sermo gratiarum>. (Quell;: imagination!) . Les Byzantins ont donc exercé une influence considéra- Q(ble . dans~:la t~nsforma)ion ~ l~l2:.cienne hagio~raphie ,d~o~ nyslenne; et Ils portent une grande part de responsablllteo ( (ra;is la doctr.!E~---d~L~22.?tolicité de l W~es» (1). L «AMI DU CLERGE» du mois de Mars 1933 en répon ­ se à la question de quelquun, «pourquoi prend-on les oeuvres de Denys tour loeuvre dun faussaire hérétiqul, et pourquoi la démonstration de son orthodoxie par le père de De Rubeis ne3telle pas suffisante >, un des rédacteurs de «lAmi du Clergé », se mettant sur le terrain de Stiglmayr, répond que le défaut de De Rubeis était qu i l s e f 0 n d-a i t t r 0 p Q ;;; r P 0 EJ n i;;~ es P è r e~-:Trse---:---- Or, c on ne doit pas trop se fier aux Pères de lEglise, ~ o puisqu ils p-;uve-;t;~ tromper, comme ils ont été indui~n erreur par les Apollinaristes qui on fait passer pour vrais des a poe r y p h e s dA th a na se, et des épîtres de différents papes». -St. Cyrille dAlexandrie lui-même est tombé dans le piège, et cest avec tuuteslespeines du m Jnde quil a ~u donner une interprétation orthod0xe aux propositions quil trouvait dans 1e fa u x Ath a n as e •. De de Vienne chez Dom Quentin «Les martyrologes historiques du Moyen-âge. où il dit que le vetus Martyrologium Romanum «na existé que dans Jimagination dAdon •. (r) On voit ici que le Père Théry prend au sérieux le texte ine­ xact de la Passion de Saint Saturnin chez Grégoire de Tours, er ­ reur quon retrouve dans lencyclopédie de Herder de lannée 1932.
  27. 27. XXVI la même manière; il ne faut pas donner trop dimportance à lavis des Pères sur lorthodoxie des écrits de St. Denys lA· réopagite.""Ce qui est arrivé avec les faussaires apollinaristes 1 pourrait se répéter avec le faussaire des oeuvres pseudo.Dio. nysiennes, « sur t 0 u t par c e que 1a po s i t ion de De· nys est aggravée par sa dépendance des o e u v r e s cl e Pro c 1 u s;c e qui est d é fin i t ive men t p ~o~ é :p a r K 0 che t StTgî m a y r etc. etc. ». A cette réponse dun des rédacteurs de «lAmi du Clergé », je me permets de faire les -observations suivantes: A la que5tion dun des lecteurs «pourquoi la thèse de lor· thodoxie des écrits dionysiens, telle que la soutenue de Ru­ beis (le père de Rossi), ne peut aujourd hui être tenue pour satisfaisante? > ce rédacteur répond que cest pour deu" mo­ tifs: r) Parce que le père de Rossi na pas pris la bonne mC:thode. 2) Parce que, eut-il employé cette méthode, il nau· rait pas, à lépoque où il écrivait, pu aboutir à des con·/ clusions définitivès. Mais, avant tout, examinons la nouvelle et bonne métho­ de qu il préconis~ la place de celle de de Rubeis. Il objecte à de Ru~0de sêtre appuyé un·iquement sur )l:":é~ignage ~t) dau rur. le témojgnage des anciens. Mais justement la méthode que préconise l ~Iise et à laquelle un écêfèsiastique ne devrait pas se soustraire. A moins que lon nadmette, avec les protestants, le droit individuel à chacun dinterprêter les dogmes et les écritures à sa manière. Tout travail historique serait rendu imposs.ili!e si lon rIl) ) ne se servait pas -de .témoi,gnages atrto-;-isés et -;:;connus. , Si lon doit admettre quO en fait de dogmes lavis dun seul ?ère ne suffit pas, et sil arrive à quelque père de lÉ­ glise àe se tromper sur quelques détails, ce nest pas enco­ re une raison cl éloigner en bloc leur témoignage qui, dans "~ ­ le cas qui nous intéresse, celui de lorthodoxie de Saint De· 1 nys, était presque unanime, et fut celui des plus éminents l, docteurs de lEglise.
  28. 28. XXVII Dès le début . VI siècle, cest de ses oeuvres que ,,-- - du Léonce de Byzance, tire ses traits les plus saillants contre ili;rrésie monoplry;ite. Au même siècle le pape St.C~goire le GranDpère de lEglise, le déclare: «antiquus ac venerabilis pater ». Au VU siècle, ~x~confesseur et martyr, la plus grande lumière de son siècle, y écrit des commentaires qui font autorité jusquà nos jours. ~u VIU sièele, le grand docteur de [ Eglise~an DamaSëèilèj qui fixa à jamais la dogmatique chrétienne dans -~ . lEglise orientale, sappuie tout entier sur les écrits de St. Denys, tellement que Tixeront dans son « Histoire des Dog­l me,. affirme que toute la connaissance de Dieu chez St. Jean D;lllascène~cal~e» sur ses écrits. Entin, St~mas d ~0-)établit sa théorie de la Tri· nité sur les écrits de St. Denys et le cit<: en 1702 endroits. et fait des commentaires sur « les noms divins ». Nuus voyons donc que ces témoignages sont tellementJ] décisifs, que quiconque combattrait ] orthodoxie de St. De.· tV1,},? nys ne pourrait ne pas saper en même temps la dogmatique chrétienne. Tout cela serait très bien, si le respectable défenseur de la tradition allemandt> et protestante, dnns 1« Ami du Clér­ gé . con tre la tradition de lEglise Ca tholique sétait don­ né la peine de jeter un coup doeil sur 1~ texte du Ps eu­ do-Athanase: il y aurait trouvé à sa sur· prise un~..:_:t.~n tirée~oeuvres de DtJj !!ys LA~opalL.!-te avec cette formule intro· duc t ive: «s i c u t 01 U 1 t u min l h$..2l 0 g i a val e n s . Di~n):sjus inguit-•. Il sen suit donc que le rédacteur de 1« Ami du Cler­ gé. est tombé dans le piège ourdi par les t.nnemis de De· nys, et vien~, davérer lui· même ~existe~ce du faux. Ath~na . . se au [V sIe cie, avant St. CYrille. De cette maOlère tl a enterré de ses propres mains la légende propagée par Stiglmayr et Koch de leur dépendence de Proclus, dont les écrits nont parus que plus de cent ans après.
  29. 29. ", XXVIII " *** En un mot, si j ai presenté ici les opinions de quelques auteurs des plus en vue concernant les oeuvres de Denys lAréopagite, cest pour démontrer la néfaste influence qua eu la critique de Koch et de Stiglmayr et en général la cri­ tique allemande sur la critique pseudo-scientifique moderne s,0nceroant Saint-Denys lAreopag-ite. Il sest" formé t;-ute u"ne clique décrivains qui transcrivent les uns des autres les renseignements puisés che7- Stiglmayr et chez Koch, sans pren­ J dre garde de vérifier la valeur de ces assertions et se fiant aveuglement à leur .autorité. La méthode c nouvelle» allemande dinvestigation a été introduite en France surtout par Mgr. Duchesne et a fait ravage. En c~ qui concerne Denys lAréopagite, la filiation de cet­ te clique a pour pèr.: Hl_&:..~ Koch et Stigl~ayr et leurs ad­ mirateurs ardents Bardenhewer et Rauschen etc.. , De ceux-ci, ~ puisent leurs connais~de Wulff, -p;;[ de Louvain en Bel­ gique, et, par le R. P. de Smeet S, f., ~l de l ~nstitut Catholique de Paris. Celui,ci écrivit la préface à l histoire des dogmes de Tixeront, c qui, daprès lui, devait sa mlothode hi~f9rique à Duchesne et, à qui il a gardé une admiration profo~de et une confiance quil savait mériter _. A leur sui­ . te vient une long ue file décrivains modernes comme. Bardy et le génial paléograRhe Pè~e Théry, ce fervent discipï;de - Koch, de Stiglmayr et de Bardenhewer, dans le sens desquels il abonde; et, pour finir, le li, P. M~ki de lUniversité de Cracovie qui tient les trouvail~es du Père Théry pour des c:révélations ,) géniales. " le ~. ~ -­ .> :.if, "
  30. 30. l7;""~-::"-"~40 ""~~ ;-~;:l*::f"~- ~~~"i~~ . . XXIX. -. 1· ENCICLOPEDIA ITALIANA TRECCANI. MCMXXXI - San Dio· lli/[i, Vescovo di Parigi. (Article du père Charles Silva- Tarouca S.J.) U no dei sette vescovi che, secondo S. Gregorio di Tours (Historia Francorum, l, 31), ai tempi dell imperatore Decio, papa Sisto (circa 250) mando nelle Gallie; in seguito ebbe a ~ . soffri re il martirio. Mell alto Medioevo pero la tradizione trasportè S. Dio- nigi alla fine deI sec. l, al tempo di papa Clemente, facen- done uno dei primi propagatori deI cristianesimo, nella Gal- lia; a lui vennero aggiunte pOl, probabilmente, verso il sec. VI e VII, le due figure di S. Rustico e di S. Eleutaio, fin- chè la leggenda yenne codificata nell.. PASSIO SANCTORUM MARTYRUM DIONISII, RUSTrCI ET ELEUTHERII. E su qUt:sta tradizione si fondo I1duino, abate dell abbazia di S. Dionigi, il quale nell 835 avendo avuto da Ludovico imperatore r in- carico di scrivere la .vita di Dionisio Areopagita (che fu la PA5SIO S. DIONYSII, in PATROL. LATINA XVI. 23-50), fece un solo personagl{io deI Dionisio Areopagita, di cui parlano gli ATTI DEGLI APOST., XVII, dello Pseudo.Areopagita, e fi· nalmente deI martire di Parigi. La parte attribllita a San Dionigi nella diffusione deI cristianesimo in Francia spiega la venera7.ione di cui fu sem pre circondato il santo, il cui culto ebbe a çentro limportantissima abbazia che a lui sin· titola (1). ri (1) Il est déplorable quune publication aussi sérieuse que lEn- , cyc10pédie Italienne Treccani appuye la notice concernant l évangé-. ~. .. .,. Iisateur des Gaules et premier évêque de Paris sur la flagrante ine- ;.,:-- • l . xactitude de l auteur barba~e de la première histoire des Francs et ... . sur son amplification volontaire du texte de la passion de St. Satur- ~ ,~; nin de T~ulouse. Cette passion existe, mais on y fait nullement men- }-.... tion ni de Denys ni des sept évêques. Le ca~ est expliqué avec tous.: 1 . lesdétail~ à la page JI et suivantes du même ouvrage.";-., ",... ~ .,.1. ::.~ ." ..1 .; ~. .. ~~Z~~ ~. :. f~· ", l
  31. 31. xxx ,-< ESCICLOPEOIA ITALlANA TRECCANI. MCMXXXI - Dionigi Areopagifa Pseudo. (Article de M; Saitta). Gli scritti che vanno sotto il nome di Dionigi Areopagi­ ta, primo vescovo di Atene e discepolo di S. Paolo, a cui si accenna negli ATTI (XYII, 34), dal Rinascimento in poi hanno dat} luogo a laboriose discussioni. Essi sono ricordati I~ prima volta verso il 532 da Innocenzo, vescovo di Maro­ nia, ma in occasione della grande conferenza religiosa tenu­ tasi a Costantino:>oli (533) per appianare la lotta fra ortodcs­ si ~ severiani &i comincib a dubitare della loro autenticità per opera di Ipazio di Efeso. Invece papa Martino 1 li difese strenuamente come autentici e li introdusse in Occidente, e la loro fama si diffuse cosl ra;:>idamente e stabilmente che special mente per il commento che ne fece Massimo il Confes. 3Ore, non si dubitb affatto, per tutto il Medioevo, dei loro carattere apocrifo...• L Erdmann (Gesch. d. Philos., l, p. 235) avanzb lipo. tesi che gli scritti dello pseudo Dionigi siano da attribuire a Ul Sinesio, cristiano" ma educato nella scuola di Prodo. Secondo lUeberweg essi furono composti verso la fine dei &ee. V, perchè contengono espressioni adoperate nel Concilo di Calcedonia (482) e nel decreto dell imperatore Zenone promulgato nel 451., Mag g i 0 r am pie z zad i rie e r­ che rigorosamente scientifiche dimostrano i lavori di H. Koch e J. Stiglmayr, i quali han­ n 0 e s a uri e n t e men t e d i m 0 s t rat 0 che g 1i sc r i t­ ti pseudo.areopagitici furono compos,ti in Siria verso Panno 500 e dipendono in. gran par t e d a 1 n e 0 pla ton i c 0 Pro cio (1). " (1) Cette notice est baséè sur les renseignements faux de Stigl­;, mayr et de Koch puisque dans le compte rendu du colloque avec les Monophysites en 537 à Constantin<ple, on a nullement contesté le­ xistence des écrits de lAréopagite, comme lassure contrairement à - la vérité Stigltnayr en traduisant faussement le mot ctestimonia. Dar - "::-".: t",
  32. 32. r· XXXI HERDERSCHER - Lexikon für Tlzeologie de la.nnée I93E. Dans un article sur Dionysius Areopagita (auch pseudo:" Areopagita g-enant). signé par Stiglmayr, nous retrouyons IES mê­ mes inexactitudes. pis encore, (dois-je le dire par amour de la vé­ rité?) les mêm -s mensonges; mais aussi c~rtaines variantes très caractéristiques pour la connaissance de la mentalité de ,au ­ teur. Il assure comme d habitude, avec le ton le plus pénm­ ptoire, quon retrouve les premières traces de ces éaits à la dispute religieuse de lannée 53 r? (533?)... et que « Hypa. ce d Ephèse les trouvant falsifiés, les a énergiquement ré­ poussés ». Mais probablement sous le coup de la critique de M. J. Lebon, professeur à Louvain, il perd sa contenance habituelle et semble se retrogarder, mais pour masquer sa retraite, il avance une énormité: «der Verfasser ist vielleicht (à la bonne heure) der gemassigte (I?!) Monophysite, Severus, Patriarch v. Antiochien 7>. Que nos lecteurs jugent eux-mi:mes: comment le chef même de l hérésie peut~i:tre un monophysi­ te modéré? Mais ce n t-st pas tout, presque au début du mê· m~ article nous retrouvons une phrase surprenante. la voici: r c Einige Stellen bringen den Verfasser (Denys lAréopagite) unzweideutig (sans équivoque) in Verbindung mit dem be~ kannren Paulus Schühler ». Est-ce que ces paroles énigmati­ ques ne signifient pas que Stig-lmayr commence lui-mi:me à sen douter quau fond du pseulo·Deoys se trouvent des ( . é~nts du vrai Aréopagite? Ne se retire·t·il pas dans des po­ sitions préparées par avance? le mot· Schriften. Mais les Monophysites nont pas citè des texteS i, précis de Denys et ont fait appel à lopinion de plusieurs anciens j .. 1 Pères, parmi lesquels à Denys lAréopagite. Lévêque Hypace na pas voulu convenir à ces opinions, supposant quelles ont été fa1,_ ..... - sifiées par les anciens Apollinaristes. . -.~
  33. 33. XXXIL ... Dans lénorme ouvrag-e portant le titre: c Theo!ogia Dogmatica ~ ...auctore MARTINO JUGIE ex August. ab. Assum,1 ptione. Parisiis Letouzey I935. Tomus V, pag-. 4I6, à larti­j cle IV, où daprès Joseph Lebon il est question De primis! Doc!ori6us iJ.fonophysismi nomina!is ~ nous rencontrons le pas­lili sage suivant: « Pseudo· Dionysius Areopagita - Celeberrimus ille f{lsarius, qui in theologiam tum Graer.orum, tum Latino­ rum tantum influxum habuit, ad Henoticianorum factionem pertinuisse videtur; cujus scripta primus omnium in mediunr--------: protulit Severus Antiocbenus, saeculo VI ineunte." On voit que lauteur de ce passag-e puise tous ces renseignements historiques, absolument faux, chez Stig-],mayr, mais c ~ est démontré. par des docu.m.œs irréfu.ta~les et_certains et ]pa.Lk.L!f.moms les plus surs que les ecnts de D. lAr. ont J existé bien av~nt le VI siècle, même daplès l av~u de sti. glmayr et de Bardenhewer; toutes les tentatives de rang-er Denys lAréopagite parmi les monophysites ne peuvent pas être prises au sérieux et tombent delles mêmes. M étant pruposé dans cet ouvrag.e la défense de lapo­ stolicité des oeuvres de Denys exclusivement du point de vue ( histo~ue, sans entrer dans des subtilités tlléologiques, il me parait du point de vue psychologique tout·a-fait impossible quun écrivain monophysite au moment de la lutte la plus achar­ née des deux opinions, écrivisse pour défendre son hérésie des oeuvres reçues pàr lEglise comme orthodoxes, que les catho­ liques, de leur côté, y trouvassent des arguments contre le mono­ physisme ,et que les ~onophysites consentissent de subir lécrou­ /1 ( lement de leur doctnne plutôt que davouer que les armes em­ ployées ~o~tre eux étaient de leur propre fabrication, et enfin que . les autorités tant ecclésiastiques que civiles ne reconnussent ~f, et ne devinassent la main du faussaire, leur contemporain et ( collègue en bierarchie ecclésiastique. ,,-. ) . -~~
  34. 34. ·,LA VIE DE DENYS LARÉOPAGITE t V f.:Q U E D A TH È NES ET SON IDENTITÉ AVEC DENYS DE PARIS
  35. 35. .1 == = cl .1 ......
  36. 36. .,~ Notice biographique sur Saint Denys Saint Denys fut, comme nous le rapporte Saint~ Luc dans les Actes des Apôtr~es (XVII. 22), par­ mi les premiers Athéniens convertis au Christiani-j sme par Saint Paul en lannée 54 de lère chrétienne, ) lors de son fameux discours devant lAréopage qui débute ainsi: «Athéniens, je VOJS vois en toute JI chose religieux presque jusquà lexcès. Car, pas- ) sant et voyant vos idoles, jai trouvé même un _au­ tel où il était écrit: au Dieu inconnu. Or, ce que vous adorez sans le connaître, moi je vous l annon· ce etc. •. r (XVII, 34) ~Quelques-uns, cependant, s atta­ chant a lui, crurent, entre lesquels Denys l AréopaoJI gite ~t une femme du nom de Damaris, et dautres J avec eux •. _ Il est de toute évidence que lAréopagite ne peut signifier autre chose que la qualité de membre . de lAréopage. Cétait le tribunal suprême dAthènes: ses o ­ rigines se perdaient dans la nuit des temps. Il était composé de SI membre qui se complétaierjt par coo ­ _pération par,mi les familles les plus illustres et les plus considérées dAthènes. _ Il est hors de doute quon exigeait de ses membres une connaissance profonde de la philosophie et du d~~it: Comme ac-erteépôquê les phîIosophi~s "
  37. 37. 4 platonicienne et stoïcienne étaient les plus appré- ciées, il est clair que Denys lAréopagite dut être versé dans ces deux doc0nes sans que cela l empê- chât de se servir largement des méthodes dinvesti- gation du Stagyrite, jusquà tel point que Saint Tho- mas a pu le compter aussi parmi les Aristotéliciens. Il nest donc pas étonnant que, professant un va- ste ~ynchrétisme, comme la plupart des gens de haute culture intellectuelle à cette époque, il ait res- senti la nécessité de justifier sa nouvelle foi d<Jr.s des ouvrages qui constitu~nt la plus ~ncienne tXPO- }I, sition syst6matique du dogme et du rituel chrétiens, 1 et-qui so-;;t en même temps linterprétation la plus profonde et la plus subtile de la pensée de Saint Paul. Celui qui fut élevé au troisième ciel souleva devant lui le voile de ses ineffables théophanies et)1 lAréopagite nous y associa dans ses écrits. C est de lui que nous tenons la division des 1 Anges en trois hierarchies et neuf choeurs, reconnue , par lEglise comme vérité de foi; cest lui qui em- J ploie pour la première fois le mot «trias>, qui a donné le premier une signification chrétienne à des 1 expressions philosophiques telles qu 4: hypostasis t et «extasis», et qui seul en littérature chrétienne; J suivi par Clément dAlexandrie, a donné aux moi- nes le nom de thérapeutes, employé déjà par Phi- - lon le Juif. Cest ainsi quil jeta les eremiers fon- J dements de la philosophie et_de -la théologie chré- J. tiennes et devint le maître incontestable de la my-!. stique chrétienne de tous les âges. - "- Dès le ~ début, son influence sur la pensée chré- - tienne fut si grande que la plupart des anciens Pè:
  38. 38. 5 "" res, à commencer par ses cOlltemporains, ont tran ­ scrit, reproduit et paraphrasé ses lettres et ses pa­ roles ; .il est ,m~me !e p~:mier parmi I:s anci~nsP~-JI res qUi eut 1 honneur d etre commente, car Jusqu à . la moitié du V siècle, on ne commentait que les Saintes Ecritures. Nous puisons dans ses propres écrits la ~Iu. part des renseign ements sur sa vie. Daprès sa ~t- ,)l tre à Polycarpe, sa subite conversion fut occasion- née par le prodige dune éclipse du so..!.:il, survenueJ contrairement aux lois de la nature, quil avait observée à Héliopolis, en Egypte. en compagnie de son ami le sophiste Apollophane; elle l a beaucoup impressionné et il nen a connu la véritable signi­ fication quau moment où il fut renseigné par Saint )j Paul sur la divinité du Çhrist et la date de sa mort. Au moment de léclipse quil a observée a Hé ­ liopolis, il devait avoir vingt-cinq ans selon la men· tion dans les «: scholia» de Saint Maxime et la let­ tre apocryphe à Apollophane; on en déduit quil a dO naître en l année 9 de lère chrétienne et quil avait 43 ans au moment de sa conversion., - Son maître, après Saint Paul, fut Q:!iéroth0 dont il sexprime avec la plus grande vênération ) dans ses livres. Il raconte q u il a été présent avec .. lui et les Apôtres à la mort (dormitio) de la Sainte )0 Vierge. Dans la lettr~ à Démophile, il nous fait ", . -------~--- savoir quil fut, à lIle de Crète, l hôte de Carpus, ment.iùnné en Saint Paul. À en juger des titres de.~, ~ustres ses oeuvres et de ses lettres, il était en relation: , avec beaucoup de de lépoque aposto-) ", lique, tels gue tS"aint lea~ Apôtre et Evangéliste,":.-..~.; ~- • .:.. ~ ... or J
  39. 39. 6 ~~ ~nt Polyca~; il nomme Saint ~ à propos de lexpression «Épwç»; mais cet- Ilte citation nous paraît une note marginale introdui­ te par mégarde dans le texte par un copiste. Il men­ tionne aussi en passant certains Clément, Justin et un propos de lC!;pôtre Barthé)~ et Elymas le Magicien (Actes XIII, 8). Il dédie ses traités à (fimothft9tÏ> OUfl1tFêO~uté-Il ptp Tlflo&étp illOVUOWÇ (; 1tpeo~ut€poç dont les traités de la Hiérarchie céleste (c. H.), de la Hiérarchié Ecclésiastique (E. H.) et des Noms Divins (D. N.) portent la dédicace en grec tqi oUfl1tpeo~utéptp Tlflo­ {jéq) .iwv,jmoç (; 1tpeO~UtepOç. et le traité de fa Théo----­ logie Mystique (M. T.), la dédicace tout simplement: 1tFOÇ Tlfl6&eov. Ses lettres s,ont adressées: les quatres premièr~s, à Caius thérapeute, la cinquième au diacre Doro­ thée .:bFo&éq) Aertouprqi, la sixième à Sosipatre prê­ tre, ~wom(hptp !sper, la septième à P0Jycarpe évêque" Ib),ux.cfp1ttp !epapx~, la huitième à Démophile moîne, ilwoepO,P 8spme6t~, la neuvième à Tite ~vêque, Tl: tq) ~êpapx~, et la dixième à Jean Théologue, Apôtre et Evêque, Iwâw~ 8eo),6rP, à7too1:6),tp y.a;l EùaneÀ~ . ot~, 7CêpwF~(j3ÉV1:l :I.a,O: IIâtfloV tYjl 11)001. • On peut déduire de sa lettre écrite à Saint 1 J~, éxilé à Patmos en l année 91, quil était agéJ~ à cette époque de 82 ans. Daprès Denys de Corinthe (environ lan ISO), -l, cité par Eusèbe, il fut le premier év~que ~ d; ~thè- J / nes. . " . . - . Tous les autres évènements de sa viè et le ré­ cit de sa mort ont trouvé lèur expres~ion définitive ~. ­
  40. 40. - - - - - _ . _ - - - - " - - - - - - - -G - i dans les textes officiels tant de lEglise dorient] que dOccident, dans les Menaea Graeca, et le Mar·- ,> tyrologe, dans la rédaction de Baronius de 1584 dont .la plus récente édition a été refondue par or- . dre de Pie X. Les@--en-a-e-a-g-r-;e~ ou ~Ienologes sontQê m!rty- .r2)oW où sont rassemblé les synaxariaou commemo· J rations des martyrs à la liturgie de la messe pour chaque jour de lannée, divisées en dou7.e livres qui correspondent au douze mois de lannée. Leur composition date, daprès Eusèbe et St. Cyprien, du II 1 siècle, selon Bardenhewer du II siècle, et se prolonge jusquau X siècle. a) Les Menaea Graeca présentent la vie du Saint sous forme de louange, syxwf-ltOV, dans laquel­ le les expressions et les détails sont pris pour la plupart d~ ses écrits. Il y paraît que tous les ou­ vrages de Saint Denys lAréopagite, à nous parve· II . nus, étaient connus_d~2.~rs de ce Martyrologe. On y lit que Denys, membre de lAréopage, fut converti", baptisé et ordonné évêque dAthènes par le grand~ et instruit par @éroth~dans les my­ stères de la sagesse, et quil a laissé des ouvrages généralement considérés comme admirables.:. Les Menaea graeca nous racontent ensuite, que sous Do­ mitien il se rendit dans la R,artie .-9.fddentale ---ie l Empire, ~~r P!2Eager la foi; et, après avoir ac- . jl compli beaucoup de miracles dans la ville des Pa­ 1 risiens, il y eut la tête tranchée. Layant pris dans" 1 ses propres mains, il parcourut la distance de dc::ux l11i1le, sous les regards étonnés des spectateurs. et la" dépos~ entre les mains dune femme du nom de~-. .. .... ~
  41. 41. 8 ~ Ses deux d,isciplescB:stic~et(~ fu­ rent décapités, et leurs corps jetés dans la même fosse que le sien. Catula, ayant soustrait pour quel­ que temps ces reliques aux recherches des bour­ reaux, les déposa, le 3 octobre, dans un Sanctuaire. À la fin de leur texte, les Menaea Graeca nous donnent le portrait physique de S. Denys; En ce qui concerne son extérieur - disent-ils - il était petit de taille, avec des sourcils rapprochés, des yeux enfoncés, de grandes oreilles, avec des mousta­ ches recouvrant des lèvres proéminentes et une bar-Il be rare au menton. Il avait un peu. dembonpoint et des doigts très allongés aux mains (1). b) IVlartyrologium Romanum pag. 246 - (Ro­ mae Typis Polyglotttis Vaticanis MDCCCCXXIV). S~ptimo Idus Octobris (le 9 Octobre)~ .-: Lutetiae Parisiorum natalis sanctorum lhrty­ rum Dionysii Areopagitae Episcopi, Rustici Pre5by­ teri, et Eleutherii Diaconi. Ex his Dionysius, ab . Apostolo Paulo. baptizatus, primus Atheniensit: m E· piscopus ordinatus est; deinde Romam venit, atque inde a beato Clèmente, Romano Pontifiee, in Gal­ lias praedicandi gratia directus est, et ad praefatam urbem devenit; ibique, cum per aliquot annos com­ missum sibi opus fideliter prosecutus esse t, tandem, (1) Il est étonnant qu en po~ant à la basilique de St. Paul des médaillons des disciples de St. Paul on nait pas tenu compte de celle notice des Menaea, et on ait donné à St. Denys le type dun homme du nord, à la face élargie, aux cheveux drus taillés en bros­ se, et à barbe épaisse, rousse, . Il serait fort curieux de conn~itre la source à laquelle les Me­ naea ont puisés ce-portrair.----T:"l 1 If:i>nTU" 1(";J.J. ! l·l T F, . ...;....:; "",,·,~ 4 . .1,./~ ~ l: ~ .. ~.. ), p ~w LloA~ t .!_ ... .._--- }~0
  42. 42. .... 9 a Pra~fecto Fescennino, post gravissima torrrento­ rum genera, una cum Sociis, gladio animadversus, martyrium complevit. A comparer ces deux documents on voit quils convergent au même. résultat: Saint Denys, parti pour R0.!1~_~.~~~.s~miti~ daprès les Menaea, y . trouve (St. Clém~ sur le siège de St. Pierre, vu que de fait, à la même époque, Domitien et le pape Saint Clément ont tous deux exercé leurs pouvoirs de 81 à 96. Nous voyons donc que les deux versions de la vie de Saint Denys, obligatoires dans l Eglise, c~-I cordent à confirmer la croyance en la mission de St. Denys en Gaules par St. Clément, ce qui équi­ vaut à lévangélisation des Gaules au l siècle et à lidentité du Denys dAthènes avec celUI de Paris. ~Vu pourtant quil se trouve jusquà nos jours"des sce­ ptiques "qui, sans fondement, remettent léva~gélisa­ tion des Gaules au III siècle, et assurent que jamais en Gaule on ne se Joutait de lidentité des deux Denys a­ vant Hilduin, abbé du monastère de St. Denys, qui laurait inventée dt toute pièce, et je me suis pro­ posé dammener des preuves et des monuments con- firmant la tradition séculaire et constante de l Egli- J se. Nous ne pouvons pas savoir exactement quand et ;tomment la nouvelle du martyre de St. Denys parvint en Grèce ni quand ellefutillcorporéè aux Menaea graeca; pas plus tard, cependant, quau rè­ gn~ de Julien lApostat, car, nonobstant ses opinions personnelles, il devait avoir auprès de- soi, à Lutèce,/ comme prince chrétien, des membres du clergé grec; ~.; " . , -. ....;. .. ;.- .:...
  43. 43. 10 et ceux-ci, de retour à Constantinople, en 361, après la saisie du pouvoir par Julien, ne pouvaient ne pas y apporter le récit de la mort du premier évêque dA­ thènes. Je considère cette date comme préclusiye, car il est probable que le récit de son martyre est parvenu plutôt en Orient, par St. Hilaire d,e Poi­ tiers, qui a passé les années de son exil (356 à J 359) en Asie Mineure, probablement en Phrygie, fut présent au Synode de Séleucie Isaurienne, et fut délégué avec dautres prélats auprès de lempereur Constance à Constantinople. Il sensuit, daprès moi, que tout le récit des Menaea graeca a dû être clos au pl us tard dans la sixième décade du IV siècle. Ma supposition est confirmée par le détail quà cet endroit on renco~tre dans les Menaea le nom ( de Parisia, IIrxFto[rx, pour Lutetia În Parisiis. Or il ~ est connu que Lutetia in Parisiis fut érigé en cité et pris le nom de Paris (IIrxpto[rx) entre les années 358360 (361), pendant le séjour de Julien dans les Gaules. (Dula:ure: Histoire de Paris 1857 t. 1. p. 134.). La composition des Menaea Greca nous per­,-1 met de distinguer quatre moments séparés de leur rédaction. Le premier consiste dans le texte des Actes des Apôtres: le second finit avec le départ ,. de Den)Ts, au temps de Domitien, (1) vers les ­parties ;: ! (Il Ce fait semble t:tre cO!Jfirmé par la lettre apocl YI he de De- . nys à Tllnothé~ quo! Stiglmayr et Barddlhewer ~i(ut:nt au -Ill siècle. (Voir la note à la liste des oelllres de Denys). 1
  44. 44. 11 occidentales de lEmpire: ce sont les parties les plus anciennes, devenues les bases de différents ménoloc g.es. Cest à ce moment quont dû se rattacher les L plus anciens «s y n a x a ria» et dyptiques grecs. Les Athéniens, impatients de voir vénérer sur les autels leur premier évêque, sachant quil était par- . ti pour évangéliser les peuplades barbares d occi· r dent au temps de Domitien, mais ne connaissant ni le lieu de son martyre, ni les détails de sa mort, se sont mis à le glorifier dans leur .. s y n a x a ria,., par supposition, comme martyr. Il le faisaient en des expréssions imprécises et équivoques, que reflè. te par exemple le texte de la première partie du martyrologe dAdon (vetus martyrologium romanum): 3 octobris. natalis sancti Dionysii Areopagitae ... sub Adriano princi- .pe ... post gravissima tormentorum ge- nera, glorioso martydo coronatus», répété dans le martyrologe dUsuard qui était le plus répandu au Moyen·Age, même à Rome. Cela causa des complications dont on retrouve les traces dans le. martyrologe illuminé du X siècle, dit de Basil.e, au Vatican, où le Denys dAthènes, mar· tyrisé, semble t·il, à Athènes, renaît à Paris pour y avoir la tête tranchée. ] Le troisième moment relatant son supplice a - été ajouté, comme nous supposo~s, au IV siècle; le , . quatrième, dans lequel on nous raconte la légende dé Denys portant sa tête dans Ses propres mains et la: remettant à Catula, et où l on commémore SéS deux d~scipies Rusticus et Eleutherius, est venu sa-:.

×