LA VRAIERELIGION CHRÉTIENNE                                         CONTEIUIfT           TOUTE LA THÉOLOGIE               ...
LA VRAIERELIGION OHRÉTIENNE
SAI~T-AMAND   (CHER). - IMPRIMERIE DE DESTENAY                 Rue Lafayette, 70.
LA VRAIERELIGION CHRÉTIENNE                                           CONTENANT          TOUTE LA THÉOLOGIE               ...
•
LA. VRAIE   RELIGION CHRÉT.lENNE                            CONTEN,NT                     TOUTE LA THEOLOGIE             D...
aucun Libre Arbitre dans les choses du salut, et quil y aurait de     la folie à nier le Libre Arbitre parce que ce serait...
RELIGION· CURÉTfENNE.                             3" le$Clave du péché elle sU.iet de Sal:!n, [l:!r qui il est mis en ac­1...
4                           LA VRAIE »  8ion ; mais ces assertions ne sont point confolmes aux paroles » sacrées, car elle...
RELIGION CHRÉTIENNE.                            5n ou de limage de Dieu, et par suite une impuj~sance, une inep- " lie et ...
6J.le Jéhovah, il habita dans laterre4eNod, et il Mtit unevillè.»--.,- Vers.- .t6, 17 : - ils ont c<Jnehrde lfwquè la terr...
,{ .;; •   ~   >   <)   ,   ~ RELIGIQN ~HIUiTIENNE.~._.            ~7    lARBRE DE VIE, qui est dans le milieu du PARADIS ...
UVRAIEvid: (( Moi,je suis un olivier verdoyant dans eamaison de Dieu.»- Ps. Lli. t 0 ; - et dans Jérémie: cc Olivier verdo...
RELIGION CHRÉTIENNE.                            9Lho--nme nest point la vie, mais il est un Réceptacle de la vie          ...
,10                          LA VRAIEchoses finies, dont il est composé, sont des substances spirituelles,qui sont dans le...
RELIGION ëIÏRtTIENNE. homme, si ce nest en même temps avec lamour e,tla sagesse. Qui esi-ce qui nie, ou peut nier, que, to...
LA VRAIE séquent que tout bien vienl de Dieu; on nierait encore la conjonc­ tion avec Dieu; el par suite cetle parole, que...
RELIGION CHRÉTIENNE.                           t3il est, il faut nécessairement savoir doù il vient; son origine étantCOnn...
LA VRAIE      sujet Ile cet intervalle quAbràham dit au riche dans lEnfer: « Entre      nous et vous un Gou/treJmmense a é...
J.U.~.u.lLl.l.V ..    .d.J.1LüJ.lc"nlit!" •       t5. lhomme ici ou là, mais que Phomme sy lransporte lui-même de:  différ...
16                            LA VRAIE  des plateaux contient des poids égaux, si alors on ajoute le moindre   poids dans ...
RELIGION CHRÉTIENNE.pour que chacun les admelle. Les NOTIONS COMMUNES sont ctllles­ci: f ° Le plus sage des hommes, Adam e...
18                            LA VRAIE·   Divin~ qui sont appelés les spirituels de lÉglise! Sent-il alors   qlJelque chos...
RELIGION CHRÉTIENNE.                              f.9~igui1le,   ou de toucher avec la main une étoile du ciel. Quil ait~t...
20                           LA VRAΠemployer une comparaison, comme dans le poumon lair qui,. selon tous les changements ...
RELIGION CHRETIENNE.                           2t   choses qui concernent le salut et la vie éternelle? Tout cela ne se"  ...
LA VRAIE o.on, par le fruit est connu lArbre. » - Mallh. XII. 33. - Cl Faites des fruits dignes de la pénitence. » .- Mauh...
RELIGION CHRÉTIENNE.                            23dans les Articles rapportés ci-dessus, N° 464, du Livre Ecclésias­ tique...
24                          LA VRAIESans le Lihre Arbitre dans les choses spirituelles, il ny aurait  rien de lhomme par q...
RELIGION CHRÉTIENNE.                           25  qui les opère ne manifeste pas de quelle origine elles sont, mais  il f...
26                          LA VRAIEavaient participé aux décrets de ce synode me furent amenés. Quandje les vis près de m...
RELIGION CHRÉTIENNE.                             274° Toutès les choses que lÉglise enseigne, excepté qUIL y À UNDmu, doiv...
28                           LA VRAIE   488. La foi affreuse que Dieu prédestine des hommes à lEnfer,.peut être comparé~ à...
RELIGION CHRÉTIENNE.                          -29"fie à aucun Concile, mais fie-toi à la Parole du SeigT1eur~ qui est au-d...
------=;;---------- 30                           LA VRAIE   la vie de lhomme et la subsistance Ile toutes les choses dont ...
RELIGION CHRÉTlE~NE. diverses manières cette lumière et celle chaleur, larbre bon ét larbuste bon autrement que lépine el ...
32                          LA VRAIETout spirituel de lÊglise qui entre dans la liberté, et est reçu daprès la überté, res...
RELIGION CHRÉTIENNE.                           33vrais et les Divins biens chez lhOlllme, et pour ainsi dire le templedans...
cest pOllrquoi les Anges lont en aversion comme uno odeur ca­     dnéreuse, aU lieu que les Infernaux la tirent à eux comm...
RELJGlON -OIIRETIENNE. 4u plintempset de lété elles viennent et -retournent dans lins­ :tinot da la prolification et aussi...
36 .                          LA VRAIE              rait? Sa langue deviendrait muette, sa main serait sans mouve­        ...
RELIGION CHRÉTIENNE.                            37~orps     et dans les paroles et les actions. Il y. a, en effet, trois d...
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page

1 432 vues

Publié le

scan en simple page... / La Vraie Religion Chrétienne, Tome Second 1sur2, Numéros 463-752.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 432
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Em swedenborg-la-vraie-religion-chretienne-tome second-1sur2-numeros-463-752-leboysdesguays-1878 scan en simple page

  1. 1. LA VRAIERELIGION CHRÉTIENNE CONTEIUIfT TOUTE LA THÉOLOGIE DE LA NOUVELLE ÉGLISE.Prédite par le SeiKneur dans Daniel, VII, l3, l4 j et dans lApocalypse, XII, i, 2. lAR EltIltIA.NITEIA SWEDE~BORG Serviteur du Seigneur .Jé8u8-ebr"t .­ StiDUIS" ~u UTUI PAR.J. F. E. LE BOY8 DE8 GUA.Y8. Sur l~dition princeps (Amsl.rdam, 4774). SECONDE ÉDITION TOME SECOND P .... ... la Librairie, 19, rue du Sommer8ld. Londr.... SWEDENBORG SOCIITY, 36, Bioomsbury Street, V. C. New-York NBw Camcli BOOK-RoOB, 20, COoper Union. ~878
  2. 2. LA VRAIERELIGION OHRÉTIENNE
  3. 3. SAI~T-AMAND (CHER). - IMPRIMERIE DE DESTENAY Rue Lafayette, 70.
  4. 4. LA VRAIERELIGION CHRÉTIENNE CONTENANT TOUTE LA THÉOLOGIE DE LA NOUVELLE ÉGLISEPrédite par le SeiRneur dans Daniel, VII, i3, H; et dans lApocalypse, X:I.I, i, !. lAR Serviteur du Seigneur .Jésus.(Jbrlst TltADUIT liU LATIN PAR J. F. E. LE BOYS DES GUAYS. Sur l~dition princeps (AmsterdatTI, 4774). SECONDE ÉDITION TOME SECOND " Pa.... Â. la Librairie, 19, rue du Sommer6ld. Londr"s SWEDENBORG SOCIETY, 36, Bioomsbury Street, V. C. New.York NEW Clin.clI BOOK-RoOH, 20, Cooper Union. 1878
  5. 5.
  6. 6. LA. VRAIE RELIGION CHRÉT.lENNE CONTEN,NT TOUTE LA THEOLOGIE DU NOUVEAU CIEL ET DE LA NOUVELLE ÉGLISE CHAPITRE HUITIÈME DU LIBRE ARBITRE 46.3. Avant que je vienne tout préparé pour exposer le Doctrinalde la Nouvelle Église sur le LIBRE ARBITRE, il est nécessaire queje présente dabord ce que lÉglise daujourdhui enseigne ~ur ce -sujet dans ses Livres dogmatiques, parce que sans cette précau~tion, lhomme. qui a une raison saine et de la religion pourraitcroire quil nest pas important décrire quelque chose de nouveausur ce point, car il dirait en lui-même: « Qui ne sait que lhommea le Libre Arbitre dans les choses spirituelles? Autrement, pour-quoi les Prêtres prêcheraient-ils de croire en Dieu, de se conver-tir, de vivrc selon les préceptes de la Parole, de combattre contreles convoitises de la chair, ~e se disposer à devenir une nou-velle créature?» outre plusieurs autres choses semblables. Cethomme donc ne pourrait sempêcher de penser en lui· même queces prédications ne ~eraient que de vaines paroles, sil ny avait li f
  7. 7. aucun Libre Arbitre dans les choses du salut, et quil y aurait de la folie à nier le Libre Arbitre parce que ce serait parler contre le sens commun. Mais que cependant JÉglise daujourdhui marche dans une route contraire, et quelle jette le Libre Arbitre hors de ses Temples, on peUl le voir daprès le Livre appelé FORMULE DE CONCORDE sur lequel jurent les _Évangéliques, su rtou t daprès les passages qui suivenl. Quil y ait une semblable Doctrine et par suite une semblable Foi sur le Libre Arbitre chez les Réformés, ainsi dans tout le ·Monde Chrétien, par conséquent en Allemagne, en Suède, cn Danemark, en Angleterre ct en Hollande, on le voit daplè3 leurs Livres dogmatiques. Voici donc les passages extlails de la FOIHIllLE DE CONCORDE, }<~dition cie Leipsik, Année 1756. » 46!~. " l. Les Docteurs de la Confession dAugsbourg affirment )) que Jhomme par la chute de nos premiers parenls a été enliè­ » )l:ll1ent corrompu, au point que dans les choses spirilUelles, qni » concernent notre conversion et notre salut, il est aveugle par » naltlre, quil ne comprend et ne peut comprendre la Parole de )) Dieu quand elle est prêchée, mais quil la regarde comme une » chose extravagante, et quil ne sapproche jamais de lui-même » vers Dieu, mais que plutôt il est et demeure ennemi de Dieu, » jusquà ce que par la vertu de lEsprit Saint, au moyen de la )) Parole préclfée el entendue, il soit .converti, gratifié de la foi, » régénéré et renouvelé, par pure grâce, sans aucune coopération » de sa part, pag. 656. Il. Nous croyons que Jentendement, le )) cœu! et la volonté de Jhomme qui nest pas rené ne peuvent » absolument rien comprendre, croire, embrasser, penser, vou­ )) loir, éommencer, perfectionner, faire, opérer et coopérer, dans ,. les choses spirituelles el Divines par les propres forces natu­ ,. lelles, mais que lhomme est entièrement corrompu et mort )) pour le bien, au pOInt que dans la nature de lhomme après la » chille, avant la régénération, il nest pas même demeuré une » étincelle de forces spirituelles, par lesquelles il puisse se prépa­ » rel à la grâce de Dieu, ou la saisir quand .elle lui est offerte, ou)) se rendre propre et habile à la recevoir par lui-même, ou parIl ses propres forces, contribuer, agir, opérer ou coopérer de soi­) même ou comme de soi-même à sa conversion, soit eri tout, soit» par moitié, soit en la plus pelite partie; mais que lhomme est v.l
  8. 8. RELIGION· CURÉTfENNE. 3" le$Clave du péché elle sU.iet de Sal:!n, [l:!r qui il est mis en ac­1) Ûon;,.doÙ il résulte que SOli Liure arbitre naturel, en raison desIl forces.cDrrompues el de sa nature dépravée, est seulement actifl) et efficace pour les choses qui déplaisent et sont contraires ft)) Dieu, pag, 656. III. Lhomme dans les choses civiles et nalu­" relies est industrieux el ingénieux; mais dans les choses spiri­ » tuelles el divines, qui concernenl le salut de lâme, il est sem- . " blable à une souche, à une pierre, à la slatue de sel de la femme" de Lolh, qui nont lusage ni des yeux, ni de la bouche, ni dau- .," cun autre sens, pag. 661. IY. Lhomme néanmoins a la puis- l) sance de se mouvoir ou de diriger ses membres externes, il peut 11 écouter lÉ"angile et en quelque sorle le méditer, mais dans ses .. pensées secrètes il l~ méprise cependant comme chose extrava- Il gante, et ne pellt y croire, et en cela il est pire quune souche, Il à moins que lE!prit Saint n~ soit efficace cn lui, et quil nen­ n flamme et nopère la foi, et les autres verlus approuvées de Il Dieu, et lobéissance, pag. G62. V. On peut dire, avec quelque . raison, que lhomme nest pas une pierre ou une souche ; la » pierre ou la souche ne résiste pas, et elle ne c:omprend pas ou "ne sent pas ce qui se fait en elle, comme lhomme par sa vo­ » lonté résiste à Dieu, JUSqU.1 ce quil ait été tourné vers Dieu; .. et cest une vérité que lhomme avant la conversion est une Il créature ralionnelle, qui a lentendement, mais non dans les .. choses Divines, et la volonté, mais non pOlir vouloir quelque )1 hien salUlaire ; mais néanmoins Il ne pellt contrihuer en rien à » Sil conversion, el en cela il est pire quune souche ou quune .. pierre, pag. 6ï2, 6i3. VI. Toute la conversion est lopération, Il le don CL lœuHe du seul Esprit Saint, qlli leffectue et lopère » par sa verlu et sa puissance, au moyen de la Parole, dans len­ .. tendement, le cœur el la volonlé de lhomme comme dans un " sujet patient, on lhomme nagit en lien, mais seulement laisse 1) agir ; toutefois, cela ne se fait pas comme lorsquune slatue est ) formée avec une pierre, ou lorsquun sceau est imprimé dans la Il cire, parce que la cire na ni connaissance, ni volon lé, pag, 68t. Il VII. Selon les assertions de quelques Pères et de quelques Doc­ )1 leurs modernes, que Dieu attire celui qui veut être attiré, la ~) volonté d,e lhomme serait, pour quelque chose dans la conver-- ,
  9. 9. 4 LA VRAIE » 8ion ; mais ces assertions ne sont point confolmes aux paroles » sacrées, car elles confirment une fausse opinion snr les forces » de lArbitre humain dans la conversion, pag. 582. VIII. Dans » les choses externes du Monde, qui ont été soumises à la raison, » il a encore été laissé à lhomme un peu dentendement, de » forces et de facultés, mais ces misérables restes sont extrême­ » ment faibles, et même quelque petits quils soient ils ont été­ » infectés de venin par la maladie héréditaire, et ils ont été cor­ » rompus, au point quils ne sont daucune importance devantl) Dieu, pag. 641. IX. Lhomme dans la conversion, daprès la.,.l) quelle de fils de colère il devient fils de grâce, ne coopère point Il avec lEsprit Saint, car la conversion de lhomme est louvrage» de lunique et seul Esprit Saint, pag. 219, 519 et suiv., 663 et » suiv. App. pag, 143. Cependant lhomme rené par la vertu de » lEsprit Saint peut coopérer, quoique sa faiblesse à concourir Il soit encore grande; et il opère biën selon et aussi longtemps » quil est conduit, régi et gouverrié par lEsprit Saint; mais néan­ » moins îl ne coopère pas avec lEsprit Saint de même que deux Il chevaux traînent ensemble nn char, pag. 6ï4. X. Le Péché do­ l) rigine nest point une sorle de délit qui se commet par acte, » mais il est intimement tenu attaché à la nature, à la substance » et à lessence de lhomme; il est la source de tous les péchés Il actuels, comme sont les mauvaises pensées, les mauvaises pa­ » roles, les mauvaises actions, pag. 577. Celte maladie hérédi­ ft taire, par laquelle toute la nature a été corrompue, est un hor­» rible péché, et même le principe et la tête de tous les péchés,_» doù proviennent toutes les transgressions comme dune racine» et dune source, pag. 640. Par ce Péché, comme par une lèpre» spirituelle totalement répandue dans les viscères iatimes et dans» les replis les plus profonds du cœur, la nature est tout entière» infecte et corrompue devant Dieu; et à cause de celte corrup­» tion la personne de lhomme est accusée et condamnée par la» loi. de Dieu, tcHemen 1 que par nature nous sommes des fils de)l colère, des esclaves de la mort et de la damnation, à moins que» par le bénéfice du mérite du Christ nous ne soyons délivrés de» ces maux et sauvés, pag. 639. De là il Ya un manque total ou une» privation totale de la justice originelle concréée dans le Paradis
  10. 10. RELIGION CHRÉTIENNE. 5n ou de limage de Dieu, et par suite une impuj~sance, une inep- " lie et une stupidité, qui rendent lhomme absolument inepte» pour toutes les choses Divines ou spirituelles. Au lieu de limageIl de Dieu perdue dans lhomme, il y a une corruption intime,1) très-mauvaise, très-profonde, impénétrable, indicible, de toute)l sa nature, et de toutes ses forces, surtout des facultés supé- » rieures et principale3 de lâme, dans/le mental, lentendement,» le cœur et la volonté, pag~ 640 .. 46fS. Tels sont les préceptes, les dogmes et les points consacrésde lÉglise daujourdhui sur le Libre Arbitre de lhomme dans leschoses spirituelles et dans les naturelles, et aussi sur le Péché ori-ginel ; ils on t été rapportés ici, afin que les pré.ceptes, les dGgmeset les points consacrés de la Nouvelle Église sur ces deux sujets seprésentent avec plus dévidence, car par ces deux formes misesainsi en regard, la vérité se montre dans la lumière, comme il ar--rive pour les Tableaux dans lesquels une Figure difforme est miseà côté dune Figure belle; en les voyant ensemble, la beauté delune et la difformité de lautre se présentent clairement devantlœil. Les points consacrés de la Nouvelle Église sont ceux quisuivent.Les deux Arbres placés dans le Jardin dÉden, lun de vie, lautre de la science du bien et du mal, signifient que le Lib,e Arbitre dans les choses spirituelles a été donné à lhomme. 466. Que par Adam ~t Ève, dans le Livre de Moïse, il ne soit-p_a_s entendu des ·hommes créés les premier-s de tous, cest ce quebeaucoup dhommes ont cru, et pour le confirmer ils ont présentédes arguments concernant tes Préadamites daprès les computs etles Chronologies chez quelques Nations; puis aussi daprès cesparoles de Caïn le Premier-né dAdam à Jéhovah: Errant et fu--qiti/je ser.ai sur la terre, et il anivera que quicollque mètrouvem me tltem; cest pourquoi Jéhovah mit SUl Caïn Ull.siqne, pour que quiconque le trouverait ne le tuât point. » --Gen. IV. f4. HL - « Et après quil futsorti de devant les lace&.
  11. 11. 6J.le Jéhovah, il habita dans laterre4eNod, et il Mtit unevillè.»--.,- Vers.- .t6, 17 : - ils ont c<Jnehrde lfwquè la terre avait été ha­pitée avant Adam, Que parIAdam et son Éponse il soit entendu une, Très.-Ancienne Église sur celle Terre, cela a été démontré enplusieurs enjroils dans les ARCANES CÉLESTES publiés par moi à)..ondles; il a aussi été démontré, dans cet ouvrage, que par le­ Jardin dÉden il est en tend u la sagessè des hommes de celle Église; par lArbre de vie, le Seigneur dans l~homme et lhomrne dans le ~eig,neul ; par lArbre de la science du bien et du Thal, lhomme­ non, dans le Seigneur mais dans son propre, tel quest lhomli1e gui cloit faire par lui-même toutes choses, même le bien; et que­ par mangér de cet Arble, il est entendu sapproprier le mal. - 467, Dans la Parole il est entendu par le Jardin dÉden non pas guelque Jardin mais lIntelligence, et par lArbre non pas quelque -Arbre, mais lhomme: que le Jardin dÉden signitle lIntelligence ~t :Ia Sagesse, on peut le voir par ces passages: "DANS TON fN­ ;EL.IGENCE ET DANS TA SAGESSE tu tétais fait des richesses ; en ÉDEN LE JARDIN DE DIEU tu as été; toute piene précieuse (était)­ ta couverture: » - Ézéch. XXVIII, 4, 12,13. - Ceci est dit dl} Prince etdu Roi de Tyr, à qui la sagesse est aLllibuée, parce que Tyr dans la Parole signifie lÉglise quant aux connaissances du Tai et du bien TIar lesquelles il y a la sagesse; les pielles p.é­ ~ieuses qui étaient sa couverture signifient aussi les connaissancès. 4,u vrai et du bien; en elfet, le Prince et le Roi de Tyr nont point été dans le Jardin dÉden. Et ail1eurs dans Ézéchiel: « A schur était un cfidre dans le Liban: les cèdres ne lont point caché dans le JARDIN de Dieu,. aucun A7bre dans le JARDIN DE DIEU ne lui (ut pa1eil en beauté; de lui étaient envieux tous le!t 4RIIRES nÉDEN DANS LE JARDIN DE Dum. )1 - XXXI. 3, 8, 9 ; ­ et plus loin; " A qui as-tu été (ait semblable ainsi en gloire et en g7andeur parmi les ARBIIES DÉDEN?) - Vers. t 8 ; - celà ~étédil dAschur, parce que dans la Parole il signifie la Rationa­ lité et par suite lIlItelligence. Dans Ésaïe: « Jéhovah consolera Sion, et il rend7a son désert comme ÉDEN, et sa solztude comriie l! JA,RDIN DE JÉHOVAH. » , - LI. 3 ; - là, Sion est lÉglisè; Édèn eùe Jard-in de Jéhovah sont la sagesse et lintelligence, Dans rtt~ R~G.:tI~Pse : « A cel:ui fJui ?J,aimera, je 11[i donnerai -à in,anger Iii­
  12. 12. ,{ .;; • ~ > <) , ~ RELIGIQN ~HIUiTIENNE.~._. ~7 lARBRE DE VIE, qui est dans le milieu du PARADIS DE DIEU. »~ .U. 7. - Il Dans le milieu de la place et du fleuve defa et dèlà sera tARBRE DE VIE. » - XXII. 2. - Daprès ces passages il est _~ien évident que par .le Jardin en Éden, dans lequel Adam est dit avoir été placé, il est entendu lIntelligence et la Sagesse,- puis­ .!luil est dit la même chose de Tyr, dAschur et de Sion. Le Jal"­ ,dn signifie lIntelligence encore ailleurs dans la Parole, par exem­ ple dans Ésaïe, - LVIII. -1.2. LXI. 41. Jérém. XXXI. -1.2. Amos, lX. H. Nomb. XXIV. 6. - Ce sens spirituel du Jardin tire son oti­ gine des représentations dans le Monde spirituel; il Y apparaît des paradis, là où les Anges sont dans lIntelligence et dans la Sa­ I~sse ; lIntelligence même et la Sagesse même qui sont en eux par le. Seigneur, présentent de tels objets devant eux; et cela se fait daprès la correspondance, car toutes les choses qui existent clans le Monde spirituel sont des Correspondances. _ 468. Que lArbre signifie lhomme, on le voit par ces passagés dans la Parole: « Tous les Albres du champ connaîtront que Moi, Jéhovah,jhumilie lAlble élevé, jélève lAlble humble, je fais sécher lArbre vert, et je fais pousser lArbre sec. » ­ Ézéch. XVII. 24, -:...- « Heureux celui qui dans ta Loimet sonplai­ sir, il sera comme un Arbre planté plès de ruisseaux deaux, qui donnera sonfluit en son temps. » - Ps. 1. 2, 3. Jerém. XVII. 8. - « Louez Jélwvah, Arbresfluitiers.» -Ps. CXLVIlI. 9.­ « Ils sont rassasiés, les Arbres. de Jéhovah. » - Ps. crv. 16.­ « La cognée à la laeine des Arbres est placée, tout Arbre ne produisant pas de fruit bon sera coupé. Il - Malth. III. iO. VII. /6 à 2i. - « Ou/aites lArbre bon et son fruit bon, ou faites ,Arhre mauvais et son fluit mauvais. car par le fruit lArblees} connu. " - ~Iatth. XII. 33. Luc, VI. 43, 44. - « Jallumerai un feu qui dévorera toat Arhre vert et tout Arbre sec. " - Ézéch.­ Xf{.L 3. - Comme lArbre signifie lhomme, voilà pourquoi il aé~~..statué, " que le fruit de lA rbre servant à la nowliture danslq, Terre de Canaan serait circoncis. Il - Lévit. XIX. 23,24. ­Comme lOlivier signifie lhomme de lÉglise céleste, il est dit desdeul( témoins qui prophétisaient «(quils êtaientles deux olivieisqui se tiennent devant le Seigneur de toute lçz terre. II - Apoc.XI. 4~ - pareillement dans Zach. IV. 3. H, n; - et dans Da­
  13. 13. UVRAIEvid: (( Moi,je suis un olivier verdoyant dans eamaison de Dieu.»- Ps. Lli. t 0 ; - et dans Jérémie: cc Olivier verdoyant beau parle fruit Jéhovah avait appelé ton nom. » - XI. t 6. 17. - etplusieurs autres passages, qui sont en trop grand nombre pour êtrerapportés ici. 469. Quiconque aujourdhui est intérieurement sage peut per-cevoir ou conjecturer, que les choses qui ont été écrites sur Adamet sur son Épouse enveloppent des Spirituels, que personne jus-quà présent na connus, parce qüe le Sens spirituel de la Parolena point été découvert avant ce moment-ci: qui est-ce qui nepeut entrevoir que Jéhovah naurait pas plaûé dans un jardin deuxArbres, et lun deux comme piége, sinon pour une certaine re-présentation spirituelle? Que pour avoir mangé du fruit dun cer~tain Arbre, Adam et Ève aient été maudits, et que cette malédic- tion ait été aUachée à chaque homme après eux, de sorte que tout le genre humain ait élé damné pour la faule dun seul homme, dans laquelle il ny avait aucun mal de convoitise de chair et di- niquité de cœur, cela ne cadre nullement avec la Justice Divine; surtout, pourquoi Jéhovah na-t-il pas détourné Adam den man": ger, puisquil était présent et le voyait, et pourquoi na-t-il p jeté le serpent dans lAbîme avant quil séduisi~ lhomme? .Mais, mon ami, Dieu ne la· pas fait, parce quil aurait ainsi enlevé à lho!l"lille le Libre Arbitre, daprès lequel cependant (homme est un homme el non une bête; quand on sait cela, on voit avec clarté que le Libre Arbitre de lhomme dans les choses spirituelles a été représenté par ces deux Arbres, lun conduisant à la vie, Jautre à lé! mOIL, En oulre, le mal héréditaire Ile découle pas de là, mais il vient des Parents, qui transmeUent aux enfants linclination aumal U311S lequel ils ont été eux-mêmes; quil en soit ainsi, cest ce que peut voir quiconque _examine les mœurs, les caractères et les faces d"enfanls, et même de familles qui proviennent dun même Père; mais toujours est-il que dans la famille il dépend de chaque memhre, sil le veut, de sadonner à ce mal ou de sen retirer, Puistllle chacun est laissé à son propre arbitre. Quant à ce qui est et spécialemenl signifié par lArbre de vie par lArbre de la science du bien el du mal, cela a été pleinement exposé dans le MÉMORA- BLE ci-dessus, N° 48, auquel on peut se reporter.
  14. 14. RELIGION CHRÉTIENNE. 9Lho--nme nest point la vie, mais il est un Réceptacle de la vie qui procède de Dieu. ,470. On croit communément que la Vie est daus lhomme unechose qui lui appartient, quainsi lhomme est non-seulement leréceptacle de la vie, mais aussi la Vie; si lon croit communémentainsi, cest daprès lapparence, parce que lhomme vit, cest-à·dire,sent, pense, parie et agit, absolument comme par lui-même ; ce~tpourquoi cette proposition que lhomme est un réceptacle de la vieet non la Vie, ne pêut être considérée que comme quelque chosedont on na pas encore entendu par)· , ou comme un paradoxe op"posé à la pensée sensuelle, parce que cela est opposé à lapparence,La canse de celte foi illusoire que lhomme aussi est la vie, quepar conséquent la vie a été créée en lhomme, et a ensuite élé en:-gendrée par transmission (per t?adllcem) , je lai déduite de lap- parence, mais la cause de lillusion daprès lapparence vient de ce que la plupart des hommes aujourdhui sont naturels, el que très- peu sont spirituels, et de ce que lhomme naturel juge daprès lesapparences et par suite daprès les illusions, et que celles-ci sontdiamétralement opposées à cette véritê, que lhomme est seulementun réceplacle de la vie et non la vie. Que lhomme ne soit pas lavie, mais quil soit un réceptacle de la vie qui procède de Dieu, onle voit par ces témoignages évidents, que toutes leschoses qui ont été créées sont en elles-mêmes finies, et que lhomme, parce quilest fini, na pu être créé que de choses finies; cest pourquoi, dansle Livre de la Création, il est dit quAdam a élé fait de terre el depoussière de la terre, doù lui vient même son nom, car Adam si-gnifie lhumus de la terre; et lout homme en actualité nest com-posé que de choses qui sont dans la lerre, et daprès la terl~e dansles atmosphères; ; celles qui sont dans les atmosphères daprès laterre, lhomme les absorbe par les poumons et par les pores detout le corps, et les plus grossières il les prend par les alimentsqui proviennent de la terre. Quant à ce qui concerne lEsprit delhomme, il a aussi été créé de choses finies; quesl-ce que les-prit de lhomme, sinon le réceptacle de la vie du mental? Les
  15. 15. ,10 LA VRAIEchoses finies, dont il est composé, sont des substances spirituelles,qui sont dans le ~Ionde spirituel, et qui ont aussi été trànsportéesdans noIre terre, et y ont été renfermées; si elles nétaient pas enmême temps avec les subslances matérielles, aucune semence nepourrait étre imprégnée par les intimes, ni par suite croître dunemanière merveilleuse sans aucune déviation depuis le premier jetjusquaux fruits, et jusquà de nouvelles semences; ct aucun verne serait procréé des effluves provenant de la terre, ni de lexha­laison des vapeurs des végétaux, dont les atmosphères ont été im­prégnés. Qui est-ce qui peut, daprès la raison, penser que lI~finipui~se créel autre ehose que le fini, el que lhomme, étant fini,soit autle chose quune formè que lInfini peut vivifier daprèsJa vie quil a en lui-même; cest lit ce qui est entendu par ces pa­ loies: « Jéhovah Dieu (orma lhomme, poussière de la telre, ~t-soulfla dans ses nmines urie âme de vies. )l - Gen. Il. 7. - Dieu) parce quil est Infini, est la Vie en Soi-Même, il ne peut la créerni par conséqutlnt la transcrire dans Jhomme, car ce serait le faireDieu; penser que cela a été fait, ce fut la folie du serpent ou dudiable, et daprès lui cel1e dÈve et dAdam, car le se~pent dit: « Au_jour où VOltS mangelez du fruit de cet Arbre, ouvelts seront vosyeux, et vous serez comme Dieu.)l - Gen. HI. 5. - Que celteabominahle persuasion, que Dieu sest transfusé et transcrit dans leshommes, ail existé lhez les hommes de la Très-Ancienne Égliseà la fin de celle Église quand elle eut été consommée, cest ce quejai appris de leur propre bouche; et ceux-ci, il callse de celle abo­ minable foi, quils étaient ainsi des dieux, sont tenus cachés dans une profonde Caverne, ,irès de laquelle personne ne peut appr9­cher, salis être aussitôt saisi dun vertige intérieur et sans succom­ber. Que la Très-Ancienne Église soit enlendue et décrite par Adam et par son Épouse, cest ce qui _a été montré dans lArticleprécédent. 471. Quel est lhomme qui, sil peut penser daprès la raison élevé au-dessus des sensuels du corps, ne voie pas que la vie nest pas créable? En effet, quest-ce que la vie, siuon- lintime activité­ de lAmotir et de la Sagesse qui sant en Dieu et qui sont Dieu, yie qui peut aussi être appelée la fof~e jvive même1 éerüi qui voit cela peut aussi voir que cette vive ne peut être transcrite en aucun
  16. 16. RELIGION ëIÏRtTIENNE. homme, si ce nest en même temps avec lamour e,tla sagesse. Qui esi-ce qui nie, ou peut nier, que, tout bien de lamour eUout vrai de la sagesse viennent uniquement de Dieu, et quautan-t lhomme les reçoit de Dieu, autant, il vit par Dieu, et est dit né de- Dieu, cest-il-dire, régénéré; et que vice ve?sd, autant lhomme·-ne reçoit pas lamour et la sagesse, ou ce qui revient au même,,la. charité et la foi, autant il ne reçoit pas de, Dieu la vie qui en soi esl la vie, mais re~,oit de lenfer une vie qui nest autre que la vie ren- versée, laquelle est appelée mort spirituelle? 4i2. De ce qui vient dêtre dit on peut percevoir et conclure qUQ les choses qui suivent ne sont poin t C1:éables, il savoi l: 1° Linfini ~ 2° lamour et la sagesse; 3° et par suite la vie; 4° la lumière et la chaleur; 5" el de plus, lactivité elle-même, considérée en soi; mais que les Organes qui les reçoivent sontcréables et ont été créés. Ceci peut être illustré par ces comparaisons: La lumière nest pas créa- ble, mais son organe qui est lœil est créable; le son qui est lac- tivité de JatllJosphère nest pas créable, mais son organe qui est loreille est créable; de même la c~aleur, qui est le principal actif, pour la réception de laquelle ont été créées toutes les choses qui sont dans les trois Règnes de la nature, lesquelles nagissent pas,. mais sont mises en action selon .la réception. Cest une loi de la Création, que là où il y a des actifs, il y ait aussi des passifs, et que ces deux se conjoignent comme en un; si les actifs étaient créa- bles, comme les passifs, il ny aurait pas besoin de Soleil, ni par: conséquent de chaleur et de lumière, mais toutes les choses crééessubsisteraient sans eux, lorsque cependant sils étaient suppriméslUnivers créé lomberait dans un Chaos. Le Soleil du monde con-sisle lui-même en substances créées dont lactivité produit le felLCeci a été rapporté pour servir dillustration. Il en serait de mêmede lhomme, si la Lumière spirituelle. qui dans son essence est lasagesse, et la Chaleur spirituelle, qui dans son essence est lamour,ninfluaient pas dans lhomme, et nétaient pas reçues par lhomme.:lhomme tout entier nest autre quune forme 9rganisée pour la ré-éeption de la .chaleur et de la lumière, tant du Monde naturel quedu Monde spirituel. car elles se correspondent lune à lautre. Silon niait qu~ lhomme soil une ,F.o~mé. récipiente de lamou~ et. de.la-sagesse procédant de Dieu, on nierait aussi linflux, et par COD-
  17. 17. LA VRAIE séquent que tout bien vienl de Dieu; on nierait encore la conjonc­ tion avec Dieu; el par suite cetle parole, que lhomme pëut être lhabitacle et le temple ~e Dieu, serait une parole vaine. 473. Si lhomme ne sait pas cela daprès quelque lumière de la raison, cest parce que les illusions provenant de ce que lon croit aux apparences des sens externes du corps, couvrent dom­ bre celle lumière. Si lhomme ne sent autrement que comme sil vivait de sa propre vie, cest parce que linstrumental sent le prin­ cipal comme sien, et quainsi il ne peut distinguer lun de lautre• .car la cause principale et la cause instrumentale font ensemble une seule cause, selon le lbéorême connu dans le Monde savant; la cause principale est la ,oie, atla cause instrumentale est le mental de lhomme. Il semble allssi que les bêtes possèdent une vie créée en elles, maïs cest une illusion semblable; en effet, elles -sont des Organes créés pOlir receoir la lumière el la chaleur ùu lIonde na­ turel el en même temps du Monde spirituel, car chaque espèce est_l1ne forme de quelque amour naturel, et reçoit la lumière et la chaleur du Monde spirituel médiatement par le ciel_ el lenfer, les bêtes douces par le ciel, et les bêtes féroces par lenfer. Lhomme seulleçoil la lumière el la chaleur, cest-à-dire, la sagesse et la­ mour, immédiatement du Seigneur: cest là la différence. 474. Qne le Seigneur soit la Vie en Lui-Même, ainsi la Vie même, ce:5l ce quil enseigne dans Jean: «( La Parole était chez Dieu; et Dieu elle était, la Pmole,. en Elle la Vie était, et la Vie était la Lumière des hommes. Il - 1. f, 4. - Dans le Même; « Comme le Père a la vie en Lui-Même, ainsi il a donné au Fils davoir la vie en Lui-Même. » - V. 26. - Dans le Même: « Moi, je suis le Chemin, la Vélité et la Vie. Il - XIV. 6. - Dans le Même: ) Celui qui Me suit aura ta Lumiè1e de la Viti.)J VIII. t 2. Lhomme, tant quil vit dans le Monde, est tenu dans le milieu_ entre le Ciel et lEnfer, et là dans lÉquilibre spirituel, qui est le Libre Arbit?e, 475. Pour quon sache ce que cest que le Libre Arbitre, et quel
  18. 18. RELIGION CHRÉTIENNE. t3il est, il faut nécessairement savoir doù il vient; son origine étantCOnnue, on connaît aussitôt non-seulement quil existe, mais en-core quel il est. Son origine vient du Monde spirituel où le Mentalde lhomme est tenu par le Seigneur; le Mental de lhomme estson Esprit qui vil après la mort, et lesprit de lhomme est conti­nuellement en société avec ceux qui sont semblables à lui dans leMonde spirituel, et cet Esprit par le corps matériel, dont il est en­ veloppé de toute part, est avec les hommes dans le Monde naturel. Si lhomme ne sait pas quil est au milieu des Esprits quant à son Mental, cest parce que ces Esprits, avec lesquels il est en société dans le Monde spirituel, pensent et parlent spirituellement, au lieu que lesprit de lhomme, tant quil est dans le éorps matériel, pense et parle naturellement; or, la pensée et le langage spirituels ne peuvent être ni compris ni perçus par lhomme naturel, et vice versd la pensée et le langage naturels ne peuvent lêtre par les es­ prits; de là vient quils ne peuvent pas non plus être vus; mais quand lesprit de lhomme est en société avec les esprits dans leur Monde, il est alors aussi dans la pellsée et le langage spirituels avec eux, parce que son mental est intérieurement spirituel, lpais extérieurement naturel; cest pourquoi il communique par ses in­ térieurs avtJc eux et par ses extérieurs avec les hommes; par ceLle communication lhomme perçoit les choses, et il les pense analyti­ quement; si cela nétait pas en lhomme, il ne penserait ni plus ni autrement que les bêles; comme encore, si tout commerce avec les esprits lui était ôté, il mourrait à linstant. Mais pour quon puisse comprendre comment lhomme peut être tenu dans le mi­ lieu entre le Ciel et l~hfer, et par là dans lÉquilibre spirituel, dont résulte pour lui le Libre Arbitre, il va être donné quelques explications. Le Monde spirituel est composé du Ciel et de lEnfer; le Ciel est au-dessus de la Tête, et lEnfer est là au-dessous des pieds, non pas cependant dans le milieu dune Terre habitée par des hommes, mais au-dessous des terres de ce monde là, qui aussi sont. dorigine spirituelle, et est ainsi non pas dans létendue, mais dans lapparence de létendue. Entre le Ciel et lEnfer il y a un grand Intervalle, qui apparaît à ceux qui y sont comme un monde en­ tier; dans cet Intervalle sexhale de lEnfer le mal en toute abon­ dance, et influe du Ciel le bien aussi en toute abondance; cest au
  19. 19. LA VRAIE sujet Ile cet intervalle quAbràham dit au riche dans lEnfer: « Entre nous et vous un Gou/treJmmense a été établi, de sorte que ceux qüi veulent traverser dic(vers vous ne le peuvent, non plus que ceuÇc de là vers nous (ne peuvent) passer. » - Luc, XVI. 26, ­ Aùinllieu de cet interv~l1e est tout homme quant à son esprit, et cela uniquement afin quil soit dans le libre arbitre. Cet Inter ­ vàl1e, parce quil est immense et apparaît à ceux qui y sont comme uTÏ grand monde, est appelé le MONDE DES ESPRITS; il est plein desprits aussi, parce que touthùmme après la mort vient dabord là, et y est préparé ou pour le Ciel ou pour lEnfer; il est là en so­ ciété parmi les esprits comme auparavant parmi les hommes dans leïlonde precédent ; il ny a point là de Purgatoire; le purgatoire est une. fable inventée par les Catholiques-Romains. !Jais ce lfonde de~ Ésprits a été spécialement décrit dans le Traité sur le CIEL ET LENFER, publié à Londres, en 1i58, N° 4,21 à :S35. 4i6. Tout homme, depuis lenfance jusquà la vieillesse, change de lieux ou de situalions dans lelIonde des Esprits: PETIT ENFANT, il est tenll dans I~a plage orienlale vers le septentrion; ENFANT,· à mesure quil apprend des éléments de la religion, peu à peu du septentrion il. recule vers le midi; AOOLESCENT, à mesure quil commence à penser daprès son mental, il est porté du côté du midi, et ensuite quand il devient maître de ses opinions et de ses aClions, à mesure quil fait des progrès intérielJrement dans les chôses qui concernent Dieu et (amour à légard du prochain, il est porLé dans le midi vers lorient: mais sil est faorable au mal et quil sy abandonne, II savance du côté de loccident: tous, en ef­ fet~ clans le Monde spirituel babitent selon le~ plages·; dan.s 10­ RI,EiH, ceux qui sont dans le bien par le Seigneur, car là est le So­ leil, au milieu duquel est le Seigneur; dans le SEPTENTRION, ceux qui sont dans lignorance; dans Je MIDI, ceux qui sont dans lin­ lintelligence; et dans lOCCIDENT, ceux qui sont dans le mal. Lhomme lui-même quant au corps nest pas tenu dans cel Intervalle ou ce lfiIiell entre le Ciel et lEnfer, mais il y est tenu quaut à SOli es­ prit, et selon que son esprit change détat, en sapprochant ou du bien ou du mal, il est transporté vers des lieux ou des situations dans telle ou telle plage, et là il se met en société avec les habi­ tants: ~Mais il faut quon sache que le Seigneur ne transporte pas-------
  20. 20. J.U.~.u.lLl.l.V .. .d.J.1LüJ.lc"nlit!" • t5. lhomme ici ou là, mais que Phomme sy lransporte lui-même de: différentes manières; sil choisi.l,. le bien, alors lhomme, avec le 1 SeIgneur, ou pluiiôt~,1e ~S~igiie~r; layeq lho l11 me tra~spo;t~ s0D.t esp~i! 1 vers [orient; mais-si lh,omme .choisit le m,al, alors lhomme. ave((", le diable, ou plutôt le diablé ,avec lIJomme transporte son esprit. vers·locciaenr. Ilfaut observer qllicilorsquj/ est dit le Ciel, il e~t,,, enténdu aussi lé Seigneur, parc~ que le Seigneur est le loul dans tOuS()eux du ciel, et lorsquil est dit le diable, il est aussi entendu o lEiifû, parce que tous ceux de lenfer.sont des diabies. . J~I 47i. Si lhomme est Itnu dans ce grand Intervalle, et là conti- nuéllement dans son mitieu, cesl uniquemenl afin quil soit dan~,"; le libre arbitre dails les choses spirituelles, car cet équilibre est,) léquilibre spirituel, parce que cest léquilibre entre le Ciel et lEn- , fer, ainsi entre le bien et le mal. Tous ce~x qui sont dans ce grand Interalle, quant à leurs intérieurs, ont été conjoints ou avec les 1 Anges du ciel ou avec les diables de lenfer, mais aujourdhui {lU avec les Anges de Michel ou avec les Anges du dragon. Tout" homme après la mort se rend dans cel Intervalle vels les siens, et , sassocie à cellx ql!i sonl dans lin amour semblable au sien, car là lAmour conjoin 1 chacun avec ses semblables, et fail que chacun respire librement, et est dans létat de sa viepassée ; mais alors les • extemes qui ne font pas un avec les internes sont successivement dépouillés; ce dépouillement étant fait, le bon est élevé dans le Ciel, elle méchant se rend dans lEnfer, chacun vers ceux avec lesquels il faiL un quant à lamour régnant. 4i8. Mais cet Équilibre spirituel, qui est le Lible Arbitre, peut être illustré par des équilibres naturels. JI est comme léquilibre dun homme lié autour ou nlilieu du corps ou par les bras entre deux hommes de même force, donl lun le tire à droite et lautre à gauche, alors cet homme peut librement, se tourner dun côté ou de lautre comme sil nétait poussé par aucune force, et sil se porte à droite, il entraîne lhomme de gauche à soi avec violence, jusquà ce que cet homme tombe à terre. Il en serait de même si quetquun, même faible, élait lié entre trois hommes à droite et autant dhommes de même force à gauche; et de même, si cétai~ entre des chameaux ou des chevaux. LÉquilibre spirituel, qui est _ le Li,bre. ,Arbitre, peut ét~e ~omparé ~ une balanc~ dout chacu... ,J ~l ..1 , [
  21. 21. 16 LA VRAIE des plateaux contient des poids égaux, si alors on ajoute le moindre poids dans lun des plateaux, laxe de la balance se met aussitôt en mouvement; il en est aussi de même dune barre de fer ou dune poutre posée par le milieu sûr son appui. Toutes et chacune des chose;; qui sont au dedans de lhomme, comme le cœur, le pou- mon, lestomac, le foie, le pancréas, la rate, les intestins, etc., sont dans un pareil équilibre, de là vient que chacune peut rem- plir ses fonctions dans le plus grand repos; il en est de même de tous les muscles, sans cet équilibre toute action et tome réaction sarrêteraient, et lhomme cesserait dêtre homme. Puis donc que toutes les choses qui sont dans le Corps sont dans un tel équilibre, toutes celles qui sont dans le Cerveau sont aussi dans un sem-· blable équilibre, et par conséquent toutes celles qui, là, sont dans le Mental, lesquelles se réfèrent à la volonté et à lentendement. Il y a aussi une liberté chez les bêtes, les oiseaux, les poissons et les insectes; mais ils son t portés par les sens de leur corps à lins- tigation de lappétit et de la volupté; lhomme serait assez sem-blable à eux, sil avait la liberté de faire comme il a la liberté de penser, il serail aussi porté seulement par les sens de son corps àlinstigation de la convoitise et de la volupté; il en est tout autre-ment de celui qui se pénètre des choses spirituelles de lÉglise, etréprime par elles son libre arbitre, celui-là est, par le Seigneur,détourné des convoitises et des voluptés du mal, et de leurs avi-dités innées (connatis) , et il a de laffection pour le bien, et delaversion Jour le mal; celui-là est alors transporté par le Sei-gneur plus près vers lorient et en même temps vers le midi dansle Monde spirituel, et il est mis dans la Liberté céleste, qui est vé-ritablement la Liberté. -.De la Permission du mal, dans laquelle est lhomme Interne de chacun, il résulte évidemment que r homme a)e Libre· Ar- bitre dans les choses spùituelles. . 479. Que lhomme ait le Libre Arbitre dans les .choses spiri-tuelles, cest ce qui va être confirmé dabord par des Notions com-munes, puis par des Notions particulières, quil suffira dénoncer
  22. 22. RELIGION CHRÉTIENNE.pour que chacun les admelle. Les NOTIONS COMMUNES sont ctllles­ci: f ° Le plus sage des hommes, Adam et son· Épouse, se sontlaissé séduire par le Serpent. 2° Le premier de leurs fils, Caïn, atué son frère Abel, el Jéhovah Dieu ne len a pas détourné en ·par­lant avec lui, mais seulement après laction il la maudit.· 3° LaNation Israélite dans le désert a adoré le veau dor, et cependantJéhovah voyait cela du haut de la montagne de Sinaï, et il ne la pas empêché. 4° David a fait le dénombrement du peuple, et pour cela il fut envoyé une peste qui fit périr plusieurs milliers dhommes, et ce fut non pas avant mais après le dénoinbrement que Dieu envoya le prophète Gad à David, pour lui annoncer Îe chàtiment. 5° Il a été permis à Salomon détablir des cultes ido­ lâtres. 6° Et à plusieurs rois après lui de profaner le Temple et les cboses saintes de lÉglise. 7° Et enfin il a été permis à ceLLe Na­ tion de crucifier le Seigneur. Il a été permis à Mahomet dinstau­ rer une Religion non conforme en plusieurs points à lÉcriture Sainte. 8° La Religion Chrétienne a été divisée en plusieurs sectes, et chaque secte remplie dhérésies. 9" Tant dimpies clans le Chris­ tianisme, et aussi tant de parades dimpiété, tant de machinations et tant de fourberies, même contre les hommes pieux, justes et sincères! f 0° Linjustice triomphe souvent sur la justice dans les jugements et dans les affaires. HO Les impies sont élevés aux hon­ neurs, et deviennent des Grands et des PrimaIs. 12" Les guerres sont permises, et alors le massacre de tant dhommes, et le pillage de tant de villes, de nations, de familles, etc. Quelquun peut­ il déduire de telles choses dautres part que du Libre Arbitre cbez chaque homme? La Permission du mal, qui est connue dans tout lunivers, na pas dautre origine. Que les Lois de permission soient aussi des lois de la Divine Providence, on le voit dans le Traité sur LA DIVINE PROVIDENCE, imprimé il Amsterdam, en 1765, N°S 234 fi 274, où les notions rapportées ci-dessus ont aussi été ex­ pliquées. 480. Les NOTIONS PARTICULIÈRES qui montrent que le Libre Ar­ bitre existe pour les choses sprityelles comme pour les choses na­ turelles, sont innombrables. Que chacun se consulte sil le veut; ne peut-il pas soixante et dix foix en un jour, ou trois cents fois en une semaine, penser à Dieu, au ~eigneur, à lEsprit Saint. ct aux n 2
  23. 23. 18 LA VRAIE· Divin~ qui sont appelés les spirituels de lÉglise! Sent-il alors qlJelque chose de contraint, sil est porté à ces pensées daprès quelque volupté, et méDle daprès quelque convoitise, et cela, soit quil ait la foi, soit qui! nait pas la foi? Examine même, dans quelque état que· tu sois, si tu peux penser quelque chose sans le libre arbitre, soit dans tes discours, soit dans tes prières à Dieu. soit quand tu prêches, soit quand lu écoules? Est-ce que le Libre Arbitre nest pas en tout cela le point essentiel? Bien plus, sans le Libre Arbitre dans cbaque chose et même dans les plus petites choses, tu ne respirerais pas plus quune statue, car la respiration suit il chaque pas la pensçe et par conséquent la parole; je dis .. pas plus quune s!atue, " et non .. pas plus quune bête, " parce que la héle llspire daprès le libre arbitre naturel, au lieu que lhomme respire daprès le Libre Arbitre dans les choses naturelles el en même temps dans les choses spirituelles, car ~lOmme ne naît pas comme la bête, la bêle naît avec Ioules les idées, qui liout les ser­ v:lnles de son amour naturel, pour les choses qui concement la nourriture et la prolification; mais lhomme na pas didées in­ nées, il naît seuleOlent avec la faculté de savoir, de comprendre et dêlre sage, et avec une inclina lion à saimer et il aimer le monde, et aussi le prochain et. Dieu; cest pour cela quil est liit, " si le Libre Arbitre lui élait ôté dans chacune des choses quil veut et pense, il ne respirerait pas plus quune statue, " et quil. nest pas dit, .. il ne respirerait pas plus quune bête .• 481. Que Jhomme ait le Libre Arbilre dans les choses natu­ relles, on ne le nie pas; mais lhomme na ce Libre Arbille que daprès son Libre Arbitre dans les choses spirituelles; car le Seï­. gneur influe par le supérieur ou lintérieur chez tout llOmme avec le Divin Bi!3n et le Divin Vrai, ainsi quil a élé montré précédem­ ment; et par là il inspire à lhomme une vie liistincle de la vie des bêtes? et, pour quil reçoive ce bien et ce vrai et quil agisse da­ près eux, il Jui donne de pouvoir et de vouloir, et cela nesl ja ­ mais ôté à qui que ce soit; doù il suit que la volonté perpétuello du Seigneur est que lhomme reçoive le vrai, et fasse le bien, et ainsi devienne spirituel; cest pour cela quil est né; or, devenir spirituel, sans le libre arbitre dans liS choses spirituelles, est aussi impossible que de faire passer un chameau par le trou duDe
  24. 24. RELIGION CHRÉTIENNE. f.9~igui1le, ou de toucher avec la main une étoile du ciel. Quil ait~té donné à chaque hOnlllle, el aussi aux diables, de pouvoir. com­prendre le vrai et de vouloir le comprendre, et que ce pouvoir etce vouloir ne soient jamais ôtés, cest ce qui ma élé montré par·une vive expérience: Un de ceux qui étaient dans lEnfer fnt trans­ porté lIU jour dans le Monde des esprits, et là, il lui fut demandé·du ciel par des Anges, sil pouvait comprendre les choses dont ils sentretenaient avec lui; cétaient des Divins ~pirituels; il répon­-dit quilles comprenait; interrogé pourquoi il ne recevait pas des Divins semblables, il dit quil ne les aimait pas, et. que par cODsé­ .quent il ne les voulail pas: il lui fut dit de nouveau quil pouvait les vouloir; cela létonna, et il dit quil ne le pouvait; les Anges done inspirèrent dans son entendement la gloire de la réputation avee son charme, et dès quil (eut reçue, il les voulait aussi, et même il les aimait; mais peu après il fut remis dans son état antérieur, dans lelluel il avait été pillard, adultère et blasphémateur du prochain, et alors comme il ne les voulait pas, il ne les comprit pIns. Daprès tout ce qui précède, il est bien évident que lhomme est homme par le lihre arbilre dans les choses spirituelles, et que sans ce libre arbitre lhomme serait une souche, une pierre, ou la stalue femme .o.e Loth. 482, Que lhomme naurait aucun libre atbitre dans les choses civiles, morales et naturelles, sil navait pas un libre arbitre dans les choses spirituelles, on le voit en ce que les choses spirituelles, qui sont appelées Théologiques, résident dans la suprême région du mental de lhomme, comme lâme dans le corps; si elles rési­ dentliJ, cest parce que là Mt la porte par laquelle le Seigneur en­ 1re dans lhomme; .sous elles sont les choses civiles, morales et nalurelles, qui dans lhomme reçoivent Ioule leur vie des spiri­ tuelles qui sont audessus ; et comme la vie influe du Seigneur par les suprêmes, et que la ie de lhomme est de pouvoir librement penser, voulOir, et par suile parler ct faire, il sensuit que cest de là et non dau Ire part q...·il y a libre arbitre dans les choses politi­ ques et naturelles; daprès ceUe Libertr spirituelle lhomme a la. _perception du bien et du vrai, du juste et du droit dans les choses çiviles, perception qui estlenlendemenL même dans son essence. Le libre arbitre de lhomme dans les choses spirituelles est, pour
  25. 25. 20 LA VRAŒ employer une comparaison, comme dans le poumon lair qui,. selon tous les changements de la pensée, est attiré, retenu et renvoyé~ sans quoi lhomme seraIt dans un état pire que celui qui souffre dùn cauchemar, dune angine ou dun asthme. Il est aussi comme le sang dans le cœur; si le sang commençait à manquer, le cœurdabord palpiterait) et après des convulsions de toutes sortes il ces­serait de battre. Ce serait aussi comme un corps mis en mouve­ ment, qui continue à se mouvoir tant que dure eT, lui leffort, maisqui sarrête en même temps que leffort cesse; il en est aussi demême du libre arbitre dans lequel est la volonté de lhomme; lunet lautre, en même temps le libre arbitre et la volonté) peuventdans lhomme être appelés leffort vif, car la volonté cessant lac­tion cesse, et le libre arbitre cessant la volonté cesse. Si la libertéspirituelle était ôtée à lhomme, ce serait encore par comparaisoncomme si lon ôtait les roues à une machine, les ailes à un mou­lin à vent, et les voiles à un navire; et même il en serait de cethomme comme dun homme qui rend le souffle quand il meurt;car la vie de. lesprit de lhomme consiste en son libre arbitredans les choses spirituelles. Les Anges gémissent, quand seule­ment il est dit que ce Libre Arbitre est nié aujourdhui par beau­coup de Ministres de lÉglise, ~t ils nomment cela délire sur délire. Sans le Libre Arbitre dans les choses spirituelles, la Parole ne serait daucun usage) par conséquent lÉqlise ne serait rien non plus. 483. On sait dans tout le Monde Chrétien que la Parole dans le sens large est la Loi, ou le Livre des lois selon lesquelles lhomme doit vivre pour obtenir la vie éternelle; or, ce qui est dit le plus fréquemment dans ce Livre, cest que lhomme doit faire le bien et non le mal, et croire en Dieu et non aux idoles; et il est plein de commandements eL dexhortations sur ces devoirs, de bénédic­ tions et de promesses de récompenses pour ceux qui les rem­ plissent, de malédictions et de menaces pour ceux qui ne les rem­-plissent point. A quoi bon tout cela, si lhomme navait pas un Libre Arbitre dans les choses spirituelles, cest-à-dire, dans les
  26. 26. RELIGION CHRETIENNE. 2t choses qui concernent le salut et la vie éternelle? Tout cela ne se" rait-il pas vain et sans aucune utilité? Et si lhomme sattachait à Jidée quil na aucune puissance ni aucune liberté dans les choses spirituelles, que par conséquent il est privé de toule puissance de volonté dans ces choses, est-ce que lÉcriture Sainte ne lui paraîtrait pas alors comme un papier blanc sans caractères dim­ pression, ou comme un papier entièr~ment couvert dencre, ou comme un papier avec des accents et des points sans leLtres, ainsi comme un livre inu tile? Il ne serait pas besoin, il est vrai, de com­ firmer cela daprès la Parole, mais comme les Églises aujourdhui se sont prononcées pour limpuissance du men LaI dans les choses spirituelles, et ont mis en avant pour la confirmer quelques pas­ sages de la Parole, quelles ont faussement interprétés, il est im­ portant de rapporter ici quelques-uns de ceu" qui commandent à .lhomme de faire et de croire; leS voici: « Le Royaume de Dieu vous sela ôté, et il sera donné à une nation qui en fera les fruits. ), - lfallh. XXI. 43. - « Faites des fruits dignes de la pénitence,. déjà la cognée! à la racine des arhres est placée; tout arbre qui ne fait pas de fruit bon est coupé, et au feu est jeté. » - Luc, 1Il. 8, 9. - cc Jésus dit: Pourquoi Mappelez­ vous, Seigneur, Seignew" et ne faites-vous point ce que jé dis? Quiconque vient à JJ1oi, et écoute mes pmoles et les fait, est semblable à un homme qui bâtit une maison sur le loc,. mais celui .qui écoute et n~ fait pas est semblable à un homme qut bdtit une maison SW lhu11}us sans fondement. » - Luc, VI 46 à 49. - ((Jésus dit: Ma Mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la font. » - Luc, VIII. 2t. ­ « Nous savons que Dieu nécoute point les pêcheurs, mais si quelquun ad01e Dieu et fait sa volonté, il lécoute. Il - Jean,. IX. 31. - « Si ces choses vous savez, heureux vous êtes,poulVU que vous les fassiez. Il - Jean XIII. 17. - cc Celui qui ames-- préceptes et les fait, cest celui-là qui Maime, et Moi je lai­ merai, ) - Jean, XIV. 21. - (1 En ceci a été glorifié mon Père. que du fruit beaucoup vous portiez.» - Jean, XV, 8. - cc Vous, mes amis vous êtes, si vous faites tout ce que je vous com­ mande. Moi, je vous ai choisis, afin que vous portiez du fruit, et que votre fluit leste. »- Jean, XV, 14, t6. - (1 Faites lArbre
  27. 27. LA VRAIE o.on, par le fruit est connu lArbre. » - Mallh. XII. 33. - Cl Faites des fruits dignes de la pénitence. » .- Mauh. III. 8. - « Celui quï dans la terre bonne a été semé, est celui qui entend la Parole,. et porte du fruit. » - Mattll. XIIi. 2:. - Celui qui moissonne, récompense reçoit, et il amasse du fruit pour la vie éternelle. » .::.. Jean, IV, 36. - cc Lavez-vous, purifiez-vo:.ls, éloignez la ma­ lice de ~10S Œuvres, apprenez à faire le bien. ) - Ésaïe, 1. 16, 17. - - Cl Le Fzls de lhomme doit Lenir dans la gloire de son Père, èt alors il rendra à chacun selon ses œumes. » - lIallh. XVI. 27. -- « Ceux qui auront fait de bonnes œuvres sortùont en 1ésu­ rection de vie. Il - Jean, V. 29. - « Ils furent jugés selon leurs œUV1es. Il - Apoc. XX. 12, 13. - Cl Voici, je viens bientàtetma récompense avec Moi, afin que je donne à chacun selon ses œun·es. » - XXII. 12. - cc Jéhovah dont les yeux sont ouverts pour donner à chacun selon ses voies; selon nos Œuvres il lait avec nous. )1 - Zach. 1. 6. - Le Seigneur enseigne aussi la même­ cnoses dans des paraboles; dont un granc1 nombre enveloppent ce­ Sells, que ceux qui font les biens sont acceptés, et que ceux qui font les maux sont rejetés; par exemple, dans les Paraboles des Quvriçrs dans la Vigne, - MatLh. XXI. 33 à 44; - des Talents. el des Mines quon doit fairevaloir, -lfalth. XXV. 14 i131. Luc, XIX. t3 à·25. - Il en est de même pour la FOI: « Jésus dit: Celui qui croit en Moi ne mourra point pow léternité; mais il vivra. » ­ Jean. XI. 20, 26. - IC Cest la volonté du Père; que quiconque"croit au Fils ait la vie étemelle. » - Jean, VI. 40, 47. - « Celui quicroit au His a la vie éternelle; mais celui qui ne ClOit pas au Fils ne ve11a point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Il ­ Jean, III. 36. - « Dieu a tellement aimé le Monde, que son Fils Unique-Engend1é il a donné, afin que quiconque croit en lui nepérisse point, maÎ$ quil ait la vie étemelle. » - Jean, III. 15, f 6. ~ Et, en outre: cc Tu aimelas le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton dme, et de tout ton mental; et tu aimeras ton prochain comme ioi-même; de ces deux commandements la: Loi et les Prophètes dépendent. » - Matlh. XXII. 35 à 38 - Mais. èe nesrlà quun très-petit nombre de passages extraits de la Pa­ foIe, et comme quelques verres deau tirés de la mer. 4tH. Qui est-ce qui ne voit linanité, je ne veux pas dire la folie.
  28. 28. RELIGION CHRÉTIENNE. 23dans les Articles rapportés ci-dessus, N° 464, du Livre Ecclésias­ tique appelé FORMULE DE CONCORDE? Après avoir lu ces arlicles,et quelques passages çà et là dans la Parole, lhomme ne pense­ rait-il pas en lui-:nême: Si la chose était comme lenseigne ce ftLivre, à savoir, que lhomme na aucun Libre Arbitre dans lesehoses spirituelles, que serail la religion, qui consiste à faire lebiell, sinon un vain mol! Et sans la religion que serait lÉglise,sinon comme autour du bois lécorce qui nesl bonne quà êtrebrûlée? Et ne penserait-il pas encore; .. Sil ny a point dÉglise. >1parce quil ny a point de religion, quesl-ce alors que le Ciel etlEllfer, sinon des fables inventées par les ministres et les chefs delÉglise pour semparel du peuple el sélever aux honneurs émi"mmts? u De là vient celle sentence abominable qui est dans labouche de plusieurs: ft Qui peut par soi-même faire le bien, etqui peut par soi-même saisir la fqi? .. Et daprès cette sentence onomet lun et jaulre, et lon vit en païen. r~ais loi, mon ami, fUIS le mal el fais le bien, et crois au Sei­gneur de tout ton cœur et de toute ton âme; et le Seigneur taime­ra, et il te donnera lamour pour faire et la foi pour croire; et alorsdaprès lamour lu feras le bien, et daprès la foi, qui eSl la con­fi"ance, tu croiras; et si tu persévères ainsi, il se fera une conjonc­tion réciproque, et celle-ci est la conjonction perpétuelle, qui estle salut même et la vie éternelle même. Si daprès les forces quilui ont été données, lhomme ne faisait pas le bien, et si daprèsson mental il ne croyait pas au Seigneur, que serait lhomme? Neserait-il pas une solitude el un désert, et absolument comme uneterre sèche qui ne reçoit pas la pluie, mais la rejelle; ou commeun terrain sablonneux dans lequel les brebis ne trouvent point depâlure ; ou comme :Ine fontaine tarie; ou cOlDme leau stagnaI. tedune fontaine dont la veine a été bouchée; on comme une habi­talion dans un lieu où il ne croît pas de blé et où il ny apas deau, dans lequel lhomme mourrait de faim et de soif, sil, Ilele quittait aussitôt, eL ne cherchait ailleurs un endroit habi­table?
  29. 29. 24 LA VRAIESans le Lihre Arbitre dans les choses spirituelles, il ny aurait rien de lhomme par quoi il pourrait se conjoindre réci­ proquement au Seigneur, et par suite point dImputa­ tion,. il Y aurait seulement la Prédestination, qui est aho­ minable. 485. Que sans le Libre Arbitre ii ny aurait ni charité ni foichez aucun homme, ni à plus forte raison, conjonction de lune&1 de lautre, cest ce qui a été pleinement montré dans le Chapitresur la Foi; il suit de là que sans le Libre Arbitre. dans les chosesspiriluelles, il ny aurait rien de lhomme, par quoi le Seignenr seconjoindrait à lui; et cependant, sans conjonction réciproque, il nya aucune réformation, ni aucune régénération, n.i par conséquentaucune sa/vation. Que sans conjonction réciproque de lhommeavec le Seigneur et du Seigneur avec lhomme, il ny aurait aucuneImputation, cest là une conséquence incontestable. Les suitesqui résultent de la confirmation quil ny a aucune Imputation dubien et du mal, sans le Libre Arbitre dans les choses spirituelles,sont en grand nombre, et ces suites énormes seront dévoiléesdans la dernière Partie de cet Ouvrage, où il sera trailé des héré­sies, des paradoxes et des contradictions, qui découlent de la Foidaujolirdhui imputative du mérite et de la justice du Seigneur DieuSauveur. 486. La Prédestination est un fœtus de la foi de lÉglise dau­jonrdhui parce quelle naît de la foi en une impuissa.nce absolueet en un manque total de Iiberté dans les phases spirituelles; delà et aussi dune conversion comme inanimée de lhomme, il ré­sulte quil est c~JL!ITI..e ~e, et quensuite il ne sait par au­cune conscience si la souche elle·même a été vivifiée par la grâce,ou non; car il est dit que lélection est faite daprès la pnre grâcede Diell, à lexclusion de laction de lhomme, soit que celle-ciprovienne des forces de la nature, ou de celles de la raison; et quelélection se fait où et qnand Dieu veut, ainsi selon son bon plai­sir: les OEuvres qui suivent la foi comme témoignages, sont, à lesbien considérer, semblables au.x OEuvres de la chair, et lEsprit
  30. 30. RELIGION CHRÉTIENNE. 25 qui les opère ne manifeste pas de quelle origine elles sont, mais il fait quelles appartiennent à. la grâce, ou au bon plaisir, comme la foi elle-même. Daprès tout ce qui vient dêtre dit, il est évident que le dogme de lÉglise sur la Prédestination est sorti de là comme un rejeton sort dune semence; et je puis dire quil est découlé de cette foi comme une conséquence à peine évitable; ce qui a dabord eu lieu chez les PRÉDESTINATIENS; de là, la prédet~a­ tion a été fortement établie par GODESCHALK, ensuite par CALVIN et ses partisans, et enfin par le SYNODE DE DORDRECHT, et par suiteelle a été transpo.rtée par les SUP}~~!~~~~!~ES et par I~~ALAP- l" Ç,4J SAIRES dans leur Eglise, comme le Palladium de la religion, au1 Pfiilôt comme la tête de la Gorgone ou de Méduse gravée sur le bouclier de PaHas. Mais qua-t-on pu tirer de plus pernicieux, et qua-tAon pu croire de plus barbare à légard de Dieu, que la sup- position quil y a dans le Genre Humain des êtres prédestinés à la damnation? Ne serail-ce pas, en effet, une foi barbare, que de croire que le Seignenr, qui est lAmour Même et la Miséricorde Même, veut quune multitude dhommes naisse pour "Enfer, ou que des myriades de myriades naissent maudits, cest-à-dire. naissent Diables el Satans; et que par sa Divine Sagesse, qui est infinie, il na pas pourvu et ne pOUIToit pas à ce que ceux qui vivent bien et reconnaissent Dieu, ne soient pas jetés dans un feu et un tourment éternel? Le Seigneur cependant est le Créateur et le Salweur de tous, et lui seul conduit tous les hommes, et ne veut la mort daucun; que peut-il donc y avoir de plus barbare que de croire et de penser que des Réunions de nations et de peuples, sous les auspices et les regards du Seigneur, soient par prédesti- nation livrées au Diable, pour lui servir de proie et pour rassasier sa voracité? Or, ce dogme est un fœtus de la foi de lÉglise dau- jourdhui ; mais la Foi de la Nouvelle Église la en borreur comme un monstre. 487. Comme je pensais quun dogme si extravagant ne pouvait jamais être adopté par aucun chrétien, ni à plus forle raison être répandu de bouche, et mis publiquement au jour, - cepenùanf cela a élé fait par lélite du Clergé dans le Synode de Dordrecht ou Hollande, et a ensuite élé écrit avec clarté et lancé dans le public. - afin donc que je nen doutasse point, quelques-uns de ceux qui
  31. 31. 26 LA VRAIEavaient participé aux décrets de ce synode me furent amenés. Quandje les vis près de moi, je dis: « Qui est-ce qui peut, daprès une raison liaine, conclure à la Prédestination? Peut-il découler de làautre chose que des idées atroces sur Dieu, el déshonorantes surla Religion? Celui qui a gravé la Prédestination dans son cœur pardes confirmations, peut-il, sur loutes les choses qui appartiennentà lÉglise, ne pas penser quelles sont vaines, et quil en est de même de la Parole, et que Dieu nest que comme un tyran, puisquil a prédestiné à lEnfer tant de myriades dhommes?» A ces mots, ils me regardèlent dun regard satanique, en disant: « Nous avons é~ du nombre des Ecclésiastiques choisis pour le Synode de Dor­ drecht; et alors, et encore plus depuis, nous Il.()us somnles confir­ més sur Dieu, sur 1:). Parole et sur la Religion dans un grand nombre de POilltS, que nous navons pas oser divulguer; mais quand nous avons padé et enseigué au sujet de la prédestination, nous avons ourdi et tressé la toile de fils de diverses cou leurs, et nous avons étendu sur elle des plumes emprun tées aux ailes des paons. )} Mais comme ils voulaient alors faire de même, les Anges, daprès la puissance donnée par le Seigneur, fermèrent les Externes de leur mental, et en ouvrirent les Internes chez eux, et ils furent forcés de pader daprès ces Internes;. et alors ils dirent: « Notre foi, que nous avons formée par des conclusions dé1Ïvées lune de lautre, a été et est encore celle-ci: 10 Il ny a aucune Parole de Jéhovah Dieu, mais il y a une sorte de boursouftlage prononcé. par la bouche des prophètes; nous avons pensé ainsi, parce que la Parole prédesline lous les hommes pour le Ciel, el que seule­ ment lhomme est eu faule sil ne marche pas dans les chemins qui y conduisent. 2° Il Ya une religion, parce qui~ faut quil y en ait une; mais elle est comille un grand vent qui apporte une odeur agréable pour le vulgaire; elle doil par conséquent être enseignée par les Ministres, lant pelits que grands, et daprès la Parole. parce que cela est généralement reçu; nous, avons pensé ainsi. parce que là où la prédeSlination existe, la Religion nest rien. 3· Les Loi:; civiles de la justice constituent la Religion, mais la Prédestination a lieu, non pas selon la vie daprès ces lois, mais purement selon le bon plaisir de Dieu, de même que chez un Roi dun pouvoir absolu la faveur est accordée selon son caprice.
  32. 32. RELIGION CHRÉTIENNE. 274° Toutès les choses que lÉglise enseigne, excepté qUIL y À UNDmu, doivent être repoussées avec mépris comme des futilités,et rejetées comme des guenilles. 0° Les choses spirituelles, quisont prônées, ne sont pas plus que des substances éthérées SOllSle Soleil; si elles pénètrent profondément dans lhomme, elles in-troduisent en lui le vertige et la stupeur, et le rendent un mons-tre détestable devant Dieu. » 6° Interrogég sur la Foi, de laquelleils ont déduit la Prédestination, sils la croyaient spirituelle, ilsrépondirent quelle devient selon la prédestination, mais que, lors-quelle est donnée ils sont comme des souches daprès lesquelles,à la vérité, ils sont vivillés, mais non spirituellement. Après"~propos abominables ils vouluTent se retirer; mais je leur dis:« Restez encore un peu, et je lirai devant vous un passage dÉ-saïe. ). Et je lus celui-ci: « Ne te réjoui5 pas, Philistée tout en-tière: de ce qua été brisée la verge qui te lrappait, car de laracine du serpent, est sorti un basilic, dont le fruit (est( un ser-pent volant. » - XIV. 29; - et je lexpliquai par le sens spiri-tuel, à savoir, que par la Philistée il est entendu lÉglise séparéede la charité; que par le basilic, qui est sorti de la racine du ser-pent il est entendu sa doctrine sur trois Dieux, et .3ur la foi im-putative appliquée en particulier à chacun; et que par son fruit,qui est un serpent volant, il est entendu nulle imputalion du bienet du mal, mais limmédiate Miséricorde soil que lhomme ait bienvécu, soit quil ail mal vécu. Après avoir entendu eette explication,ils difent: .. Soit; mais de ce Livre quetu appelles la Sainte Pa-role, tire-nous quelque chose SUI la Prédestination." Et je Jon-vris, et je rencontrai dans le même Prophéte ce passage, qui con-cordait: " Des œufs daspic ils déposent, et des toiles darai-gnées ils ti5sent,. celui qui mange de lews œufs meurt, et quanaonlesplesse, il en sOltunevipère.» - LlX. 0; - Ayant entenduce passage, ils nen soutinrent point lexplication, mais quelques-uns de ceux qui avalent été amenés, - ils étaient cinq, - sélan-cèrent dans un Antre, autour duquel apparut un feu sombre, signequils navaient ni foi ni charité. Daprès cela, il est evident quece décret synodique sur la Prédestination est non-seulement ulleHérésie insensée, mais encore une Hérésie atroce; elle doit donc êtredéraci-née du cerveau, au point quil nen reste pas même un seul point.
  33. 33. 28 LA VRAIE 488. La foi affreuse que Dieu prédestine des hommes à lEnfer,.peut être comparé~ à la férocité des pères qui, chez quelques na­tions barbares, jettent, dans les rues leurs enfants à la_ mamelle etleurs petits enfants; et à linhumanité de certains ennemis qui.jettent les cadavres des vaincus dans les forêts pour quils soientdévorés par les bêtes sauvages. Elle peut aussi être comparée àla cruauté dun tyran qui divise en troupes le peuple quil sestsoumis, et en livre quelques-uns aux bour-reaux, en précipitedautres au fond de la mer, et dautres dans le feu. Elle peut encore.être comparée à la férocité de certaines bêtes qui dévorent leurspt~lts ; et aussi à la manie des chiens qui sélancent sur leursimages quils voient dans un miroir.Sans le Libre A1bitre dans les choses spirituelles, Dieu serait cause du mal, et ainsi îl ny aurait aucune impntation. 489. Que Dieu soit la cause du mal, cest la conséquence de latoi daujourdhui, qui doit sa première origine à ceux qui siégèrentau Coucile tenu dans la ville de Nicée; dans ce Concile a été ima­ginée et forgée lhérésie encore persistante, quil ya eu de toute­éternité trois Personnes Divines, et que chacune par elle-même estDieu; une fois lœuf éclos, les sectl!teurs de celte hérésie ne )lurentfaire autrement que de sadresser en particulier à chaque personnecomme étant un Dieu. Ils ont compilé la foi imputative du mériteet de la justice du Seigneur Dieu Sauveur, et afin quaucun hommenentrât dans le mérite avec le Seigneur, ils ont ôté à lhomme toutLibre Arbitre dans les choses spirituelles, et ils en ont induit uneextrême impuissance quant à celte foi; et comme ils avaient tiréde celte foi seule tout le spirituel de lÉglise, ils ont déclaré quily avait semblable impuissance quant à tout ce que JÉglise en­seigne sur le salut; de là sont nées daffreuses hérésies, lune après­lautre, fondées sur celle foi, et sur limpuissance de lhommedans les choses spirituelles, et aussi celte très-pernicieuse hé­résie sur la Prédest.ination, dont il a été traité dans lArticle pré­cédent, hérésies qui toutes enveloppent que Dieu est la cause dumal, 011 que Dieu a créé et le bien et le mal. mais, mon ami, ne te
  34. 34. RELIGION CHRÉTIENNE. -29"fie à aucun Concile, mais fie-toi à la Parole du SeigT1eur~ qui est au-dessus des Conciles; que nest-il pas sorti des Conciles Catho- liques·Romains? et que nest-il pas sorti du Concile de Dordrecht, qui a produit la Prédestination, cette vipère horrible? On peut penser que le. Libre Arbitre, donné à lhomme dans les choses spirituelles, a été la cause moyenne du mal, que par conséquent si ce Libre Arbitre ne lui eût pas été donné; lhomme naurait pas pu prévariquer; mais, mon ami, arrête-toi ici, et examine si un homme, pour être homme, a pu être créé sans le Libre Arbitre dans les choses spirituelles; si ce Libre Arbitre lui était ôté, ce ne serait plus un homme, ce serait seulement une statue: quest-ce que le Lihre Arbitre, sinon de pouvoir vouloir et faille, penser et parler en toute apparence comme par soi-même; comme cela a été donné fi lhomme, afin quil vécût homme, voilà pour- quoi deux arbres ont été placés dans le Jardin dÉden, lArbre de·vie et lArbre de la science du bien et du mal, ce qui signifie que daprès la Liberté qui lui avait été donnée il pouvait manger du fruit de lArbre de vie, et du fruit de lArbre de la science du bien et du mal. 490. Que tout ce que Dieu a créé ait été bon, on le voit claire- ment par le premier Chapitre de la Genèse, où il e~t dit. Vers. :1.0, 12, 18, 21, 25: " Dieu vit que cela était bon, )l et enfin, Vers, 31 : « Dieu vit tout ce quil avait lait, et voici, cela étitit très-bon;» et aussi par létat primitif de lhomme dans le Paradis: que le mal, au contraire, doive son origine à lhomme, on le voit par létat dAdam selon ou après la chute, en ce quil fut chassé du Paradis. Daprès cela, il est évident que si le Libre Arbitre dans les choses spirituelles neût pas été donné à lhomme, Dieu eùt été Lui-Même la cause du mal, et non pas lhomme, et quainsi Dieu aurait créé et le bien et le mal ; penser que Dieu a créé aussi le mal est l~ne chose abominable. Que Dieu, puisquil avai t donné à lhomme le Libre Arbitre dans les choses spirituelltls, nait pas créé le mal, et.quil ninspire jamais à lhomme aucun mal, cest parce qui! est le Bieo même, et que dans le bien Dieu est tout-présent, et conti- nuellementfrappe et presse afin dêtre reçu, et que sil nest pas..reçu,il ne se retire pas cependant, car sil se retirait, lhomme mourrait à linstant, bien plus il tomberait dans le non-être, car
  35. 35. ------=;;---------- 30 LA VRAIE la vie de lhomme et la subsistance Ile toutes les choses dont il se Compose, viennent de Dieu. Que Dieu nait pas créé le mal, mais que ce soit lhomme qui la introduit, cela vient de ce que lhomme change en mal le bien qui influe continuellement de Dieu, par cela quil se déto~rne de Dieu et se tourne vers lui-même; quand il en est ainsi, le plaisir du bien reste, et ce plaisir alors devient le plaisir du mal, car sil ne restait pas un plaisir qui fût comme ·semblable, lhomme ne vivrait pas, car le plaisir fait la vie de son amour: mais néanmoins ces plaisirs sont diamétralement opposés; toutefois lhomme ignore cela tant quil vit dans le Monde, mais après la mort il le saura, et même il le pùcevra clairement, car a40rs le plaisir de lamour pu bien est changé en béatitude céleste, et le plaisir de lamour du mal en tourment infernal. Daprès ce qui vient dètre rapporté, on voit que tout homme a été prédes- tiné pour le Ciel, el que personne ne la été pour lEnfer, mais que lhomme se livre lui-même à lEnfer par labus de son Libre Arbitre dans le$ choses spirituelles, daprès lequel il embrasse ce qui sexhale (le lEnfer; car, ainsi quil a été dit ci-dessus, tout homme est tenu dans le milieu entre le Ciel et lEnfer, afin quil soit dans léquilibre entre le hien et le mal, et par suite dans le Libre Arbitre dans les choses spirituelles. 491. Que Dieu ait mis la Liberté non-seulement dans lhomm~, mais aussi daris chaque bête, et même un analogue de la liberté dans les êtres inanimés, dans chacun pOUl quil la reçoive seloJl sa nature, et quaussi il pourvoie le bien pour eux tous, mais que les objets changent ce bien en mal, cest ce qui peut êlle illustré par des comparaisons:· Latmosphère donne à chaql!.e homme la faculté de respirer, pareillement à chaque bêle douce et à cbaque bête sauvage, et aussi à chaque oiseau, tant au hibou quà la colombe, én y joignant la faculté de voler, et cependill!t latmosphère nest pas cause (lue cela soit reçu peU des êtres· qui sont dun génie et dun caractère opposés. LOcéan procure en lui une demeure et fournit aussi des aliments à tous les poissons,mais il nest pas cause que lun y dévore lautre, et que l~croco­dile change son aliment en im poison qui tue lhomme, Le sol~Upourvoit aux besoins de tous par la lumière et par la chaleur, ·malsles objets, qui sont les divers végétaux de la terre,. reçoivent de
  36. 36. RELIGION CHRÉTlE~NE. diverses manières cette lumière et celle chaleur, larbre bon ét larbuste bon autrement que lépine el le buisson, et lherbe sa­ lubre autrement que lherbe empoisonnéoe. La pluie descend de la régiou supérieure de latmosphère sur toutes les parties de la terre, et fournit à la terre des eaux pour chaque arbuste, chaque plante el chaque herbe, et chacun deux se les appliqutl selon le besoin; cest là ce qui est appelé lanalogue du Libre Arbitre, parce que ces végétaux sen imbibent librement par de petites bouches, des pores et des conduils, qui au temps de la chaleur se tiennent ouverts; la terre fournit seulement et les humides et les éléments, et les plantes les attirent selon quelque chose de semblable à la soif el à la faim. Il en est de même des hommes, en ce que le Sei­ gneur influe chez chaque homme aVilC la Chaleur spirituelle, qui dans !lon essence est le bien de lamour, et avec la Lumière spiri­ tuelle, qui dans son essence est le vrai de la sagesse, mais lhomme les reçoit selon quil se tourne ou vers Dieu ou vers lui-mêm~; cest pourquoi lorsque le Seigneur ~onne des instructions sur la­ mour à légard du prochain. il dit: Afin que vous soyez fils de (C.votre Père, qui lait lever son soleil sur méchants et bons, et enVOle la pluie sur justes et injustes, ) - lfaUh. V . 41> ; - et 1il1eurs il dit, quil veut le salut de tous, 492. A ce qui précède jajouterai ce Mémorable: Jai souvent, au sujel du bien de.la charité, enlendu des paroles envoyées do ciel en bas, qui traversaient le Monde des esprits, et pénétraient. dans lenfer jusquau fond, et dans· leur. marche ces paroles se changeaient en dautres qui étaient entièrement opposées au bien de la charité, et enfin en des paroles de haine contre le prochain, indice que lout ce qui procède du Seigneur est bon, et est changé en mauvais par les esprits dans lEnfer. Il en arriva de même de quelques vrais qui dans leur marche se changèrent en faux opposés. aux vrais; car la forme qui reçoit change elle-même ce qui tombe en elle en choses concordantes avec ele.
  37. 37. 32 LA VRAIETout spirituel de lÊglise qui entre dans la liberté, et est reçu daprès la überté, reste; mais non, quand il en est autrement. 493. Si ce qui est reçu par lhomme daprès la liberté, reste cbez lui, cest parce que la Liberté appartient à sa volonté, et quappartenant à sa Volonté elle appartient aussi à son amour, car la Volonté est le réceptacle de lamour, comme il a été montré ailleurs. Que tout ce qui appartient à lamour soit libre, et que cela aussi appartienne à la Volonté, chacun le comprend,car on dit: ~( Je veux cela parce que je laime, Il et vice versd: " Parce que jaime cela je le veux aussi; Il mais la volonté de lhomme est double, il y a lintérieure et lextérieure, ou celle de lhomme In- terne et celle de lhomme Externe j cest pourquoi lhomme fourbe peut agir et parler dune manière devant le Monde, et dune autre manière avec ses amis intimes; devant le Monde il agit et parledaprès la Volonté de son homme Externe, et avec ses amis in- times daprès la Volonté·de lhomme Interne; mais ici il est en- tendu la Volonté de lhomme Interne, où réside son amour domi- nant. Daprès ce peu dexplication on voit que la Volonté intérieure est lhomme lui-même, car il y a là lêtre et lessence de sa vie; lEntendement est la formll, par laquelle la Volonté rend son amour visible. Tout ce que lhomme aime, et veut daprès lamour, estlibre; car tout ce qui procède de lamour de la Volouté Interne est le plaisir de sa vie; et comme la même chose est lêtre de sa vie, cest aussi son propre; cest pour cette raison que ce qui est reçu daprès la liberté de cette volonté, reste, car il sajoute au propre. Le contraire a lieu si quelque chose entre dans la non-li- berté, cela nest pas reçu de la même manière: mais il en sera parlé dans la suite. 494. Mais il faut quon -sache bien, que les choses Spirituelles de la Parole et de lÉglise que lhomme puise daprès lamour, et . que lEntendement confirme, restent chez lhomme, mais non de même les choses civiles et politiques, parce que les choses spiri- tuelles montent dans la région suprême du mental, et sy forment; cela vien t de ce que là est lentrée du Seigneur avec les Divins
  38. 38. RELIGION CHRÉTIENNE. 33vrais et les Divins biens chez lhOlllme, et pour ainsi dire le templedans lequel il réside; m<lis les cho~es ci·iles et politiques, parcequelles appartiennent au Monde, occupent les inférieurs du men-tal, et quelques-unes y sont comme de petits bâtiments au dehorsdu teil/pie, et dautres comme les parvis par lesquels il faut en-trer. Si les choses spirituelles de lÉglise habiLent dans la régionsuprême du mental, cest aussi parce quelles sont les propres delâme, et regardent sa vie éternelle, et que lâme est dans les su-prêmes, et na pas pour sa nourriture dautres aliments que deschoses sllirituelles; cest pourquoi le Seigneur se nomme Je Pain, car il dit: Il Moi je SUlS le Pain vivant, quidu Ciel est ducendu; si quelquun mange de ce Pain il vima éternellement. 1) - Jean, VI, 51. ; - Dans celle région réside aussi lamour de lhù!nme, amour qui fait sa béatiLude après sa mort, et là aussi principale- ment reside son Libre Arbitre dans les choses spilituelles, et de celui-ci descend toute Liberté que lhomme possède dans les choses naturelles; et comme son origine est là, elle communique cela à tous les Libres Arbitres d:lOS les choses nJturelles, et par enx la- mour régnant dans les suprêmes prend tout ce qui lui convient; cest une communication comme celle de la veine dune source avec les eaux qui en proviennent, et comme le prolifique même de la semence avec toutes et chacune des parties de larbre, sur- tout avec les fruits dans lesquels il se renouvelle. Mais si quel- quun nie le Libre Arbitre dans les choses spirituelles· et par suite le rejette, celui-là se fait une autre source, et il y ouvre une veine, et change la Liherté spirituellle en une Liberté purement natu- relle, et enfin en une Liberté infernale; celle Liberté devient aussi comme le prolifique de la semence, lequel aussi passr. libremen t pa~ le tronc et les branches dans les fruits qui, daprès leur source, sont pourris en dedans. 495. Toute Liberté qui vient du Se:~nellr est la Liberté même, mais celle qui vient de lEnfer, et de là chez lhomme, est lescla- vage; toutefois il est impossible que la Liberté spirituelle nappa- raisse pas comme un esclava~e à celui qui est dans la Liberté in- fernale, parce que les deux Lihertés sont opposées; cependant tous ceux qui sont dans la Liberté spirituelle non-seulement: savent, mais aussi perçoivent que la Liberté infernale est un esclavage, II. 3
  39. 39. cest pOllrquoi les Anges lont en aversion comme uno odeur ca­ dnéreuse, aU lieu que les Infernaux la tirent à eux comme une odeur aromatique. On sait daprès la Parole du Seigneur que le Culte qui procède de la Liberté est vérilahlement le Culte, et que ce qui est volontaire plaît au Seigneur; cest pourquoi il est dit dans Davi4: Un sacrifice volontaùe joffrirai à Dieu. " - Ps. UV. 8 ; - et ailleurs: cc Les volontaires dentre les peuples out été assemblés, le peuple du Dieu dAbraham . .. -PSt XLVII. 10; . - de lil, chez les fils dIsraël, il y avait des Sacrifices Volontaires; leur culte sacré consistait principalement dans les sacrifices; pour cetle raison que les actes volontaires plaisent à Dieu, il fut com­ mandé, " que tout homme que pousserait son cœur, et que tout homme dont lesprit spontané le remuerait, apporterait lobla­ tion·à JéllOvahpour lœuvre de la tente. Il - Exod. XXXV. 5, 21, 29 ; - et le Seigneur dit: li Si vous demeurez dans ma Pa­ role, véritablement mes disciples vous serez; et vous connaî­ t?ez la vérité, et la vérité vous fera libre~ ; si donc le HIs vous lait libres, véritablement libres vous serez; mais quiconque fait le péché est esclave du péché. Il - Jean, VIII. 3i il 36. 496. Si ce qui est reçu daprès la liberté reste, cest parce que la volonté de lhomme se lattache et se lapproprie, et parce que cela entre dans son amour, et que lamour le reconnaît c~mme sien, et se forme, par lui; mais ceci va être illustré par des com­ paraisons ;.èependant comme elles seront tirées des choses natu­ relles, la Chaleur tiendra la place de lAmour: On sait que dans tout végétal les pores son t ouverts par la chaleur et selon le degré de la chaleur, et quà mesure quils ont été ouverts le végétal par­ dedans revient dans la forme de sa nature, reçoit spollt;lDément sa nourriture, relient ce qui lui convienr, et augmentc cn crois­ sance. Il en est de Rlême de la bête, tout ce quelle choisit et mange daprès lamour de la nourriture, quon appelle appétit, sajoute à son corps et y reste; si tont ce qui convient sajou.~e -continuellemenl au corps, cest parce que toutes les choses qui .le composent sont .perpétuellement renouvelées; quil en s{)it ainsi, cela est connu, mais de pelt de personnes. La chaleur aus~i chez les bêles ouvre toutes les parties de leur corps, et fait queleur amonr naturel agit.librement; de là vient que dans l.es s~isQJ!s
  40. 40. RELJGlON -OIIRETIENNE. 4u plintempset de lété elles viennent et -retournent dans lins­ :tinot da la prolification et aussi de léduc:lltiOn de leurs petits, ~e qui est fait daprès la p}lIS g-rande I,iberté, parce que cela appar­,tient à lamour régnant introduit-en elles par la création, pour la ~onserv:ltion de lunivers dans létat créé. Si la liberté de l"amour .est illustrée par la liberté qu~ la chaleur introduit, cest parce que "amour produiL la chaleur, ce qui est évident par ses effets, par exemple, en ce que lhomme s,échauffe, sellibr<lse et senflamme" .selon que son amour est exalté en zèle, ou en emportement de co­ ~ère ; la chaleur du sang ou la chaleur vitale des hommes, et en ~énéral des auimaux, ne vient pas aautre part; cest daprès cette correspondance que les corporels sont adaptés par la chaleur à recevoir librement les choses auxquelles lamour aspire. Dans tlO lei équilibre, et par suite dans une telle liberté sont toutes les <choses qui sont intérieurement dans lhomme; dans une telle li­ berté le cœur dirige son sang également en haut et en bas, le mé­ sentère son chyle, le foie élabore le sang, les reins sécrètent, les glandufes filtrent, el ainsi du reste; si léquilibre souffrait, le inembre serait malade el alleinl de paralysie 0. oataxie; léqui­ libre el la liberté ici sont un. Dans lunivers créé, il ny a pas une subst:lIIce qui ne tende à léquilibre ponr être dans la liberté. La Volonté et lEntendement de lhomme sont dans ce Libre Arbitre,. mais faire le mal, cela a été tép1ùné pm les lois dans lun et lautre Monde, le Spirituel et le Natwel, parce qumt!1ement la Société dans lun et laut1e pé1irait. 497. Lhomme, en observant seulement sa pensée, peut savoir que chacun est dans le Libre Arbitre dans les choses spiriLUelle~. Qui est-ce qui ne peut, daprès la Liherté, penser à Dieu, à la Trinité, à la éharité et au Prochain, à la Foi et à son opération, à la Parole et à lout ce qui en provient. et après quil sest instruit des dogmes théologiques, ft chacun des sujets quils renferment 1 Et qui est-ce qui ne peut penser, et même conclure, enseigner et écrire en faveur de ces sujets ou contre eux? Si c~Lle Liberté était ôtée ln seul momenl.à lhomme, est-ce que sa pensée sub~iste-:
  41. 41. 36 . LA VRAIE rait? Sa langue deviendrait muette, sa main serait sans mouve­ ment. Cest pourquoi, mon ami, tu peux si tu I~ veux, daprès la seule observation de ta pensée, rejeter eL exécrer çelle ;lbsurde et pernicieuse hérésie, qui aujourdhui dans le Chrisl ianisme a frappé de léthargie la Doctrine céleste sur la Charité.et sur la Foi, et. par conséquent sur le salut et sur la vie. éternelle. Voici tes causes pour lesquelles ce Libre Arbitre réside dans la Volonté et dans jEntendement de lhomme: 1° Parce que ces deux facullés doi­ vent dabord être réglées el réformées, el par elles les deux facul­ tés de lhomme ex terne daprès lesquelles il parle et agit. 2° Parce que ces deux facultés de lhomme Interne consliluent son esprit, qui vit après la mort, et qui nest pas sous une aillre loi que la Loi Divine, dont le point principal est que lhomme pense à la loi, la fasse el lui obéisse daprès lui-même, quoique ce soit daprès le Seigneur. 3° Parce que !"homme, quant à son esprit, est dans le milieu entre le Cie] et lEnfer, ainsi entre le bien et le mal, et par suite dans léquilibre, doù lui vient le Libre Arbitre- dans les choses spiriluelles, voir &U1 ceL équilibre, ci-des~J.Is, Nbs 445 et suiv. ; mais lant quil viL dans le Monde, il esL quant à 50!} Esprit dans léquilibre éntre le Ciel· et le Monde, et lhomme alors pour ainsi dire ignore que, autant il séloigne du Ciel et sapproche dl} Monde, autant il sapproche de JEnfer; il lignore, et cependant jl ne lignore pas, et cela, afin que sur ce point aussi il soil dans la liberté, et quil soit réformé. 4" Parce que ces deux facultés, la volonté .et lentendement sont les deux réceptacles du Seigneur,· la volonté le réceptacle de lAmour et· de la Charité, lentendement le réceptacle de la Sagesse el de la Foi, et que le Seigneur opère tout cela dans la pleine liberté de lhomme, afin quexiste la con­ joncti.on mutuelle et réciproque par laquelle se faiL la salvation. 5° Parce qn e tout jugement auquel lhorr.me est soumis après la mort est conforme à lusage quil a fait du Libre Arbitre dans les choses spirituelles,-"<J. 498. De ce qui vient dêlre dit il résulle ce poiut, que ·Ie Libre Arb~tre Même dans les choses spirituelles réside en toute perfec­ tion dans lâme de lhomme, et que par suite, comme une veine dans une source, il influe dans son menlal dans ses deux parties, .qui sont la volonté et lent:endemf,lnt, et par. elles dans les sens du
  42. 42. RELIGION CHRÉTIENNE. 37~orps et dans les paroles et les actions. Il y. a, en effet, trois de­ grés de la vie chez lhomme, lAme, le Mental et le Corps sensuel; tout ce qui est dans un degré supérieur est en perfection au-dessus .<Je ce qui est dans le degré inférieur: Celle Liberté de lhomme est ee par quoi, en quoi et avec quoi le Seigneur est présent dans lhomme, et presse sans cesse sa réception, sans jamais cepen­ .<Jant ébranler ou ôter la liberté, puisque, comme il a été dit ci­ dessus, tout ce qui est fait dans les choses spirituelles par lhomme .<J.~près la non-libelté, ne reste point; cest pourquoi lon peut· dire que celle Liùerté de lhomme est ce dans quoi le Seigneu r habite chez lui dans son âme. Quant à ce quil a été pourvu;) la répression du mal par les lois dans lun et (3l1tle Monde, le Spi­ rituel et le Naturel, parce quautrement il ne subsisterait de So­ciété nulle part, cela est évident sans explication; mais cependant cela sera illustré en ce que sans ces liens externes, non-seulement il ne subsisterait pas de Société, mais que même tout le genre humain périrait: En effet, lhomme est alléché pal deux amours, qui sontlamoul de dominer sur tous et lamour de posséder les rjcllesses de tous; ces amours, si le: freins leur sont lâchés, sé­ lancent à linfini: les maux héréditaires, dans lesquels lhomme naît, sont principalement sortis de ces deux amours: le mal dans Adam na été autre que davoir voulu devenir comme Dieu, malqui avait été infus~ en lui par le serpent, comme on le lit; aussiest-il dit, dans la malédiction prononcée contre lui, que la terre.lui produirait épine et chardon, - Gen. III. 5, 18, - par quoi il estentendu (ou! mal et par suite tout faux; tous ceux qui se sont li­vrrs à ces amours se regardent comme lunique objet, dans lequelet pOUl lequel tous les autres existent; il ny a en eux ni commi­sération, ni crainte de Dieu, ni amour dll prochain, et par suite ily a inhumanité, férocité et cruauté, cupidité et avidité infernalesde piller et de ravager, astuce et fourberie pour y parvenir; desemblables penchants au mal ne sont poiilt innés chez les bêtes dela terre; si elles tuent et dévorent les autres, ce nest pas daprèsun autre amour que celui de satisfaire leur faim et de se mettrehors de danger; lhomme méchant, considéré quant à ces amours,est do.nc plus inhumain, plus féroce et pire que toute bête. Quelhomme soit intérieuremeI)l tel, çela se manifeste dans les trou·

×