"·~;-;:·:~{~::7:,.( ~:;:;::,~"           :"                                                                               ...
!-::.:. .; -:~                                                                                             .:   ~,        ...
! .                                                                                ~.   .                                 ...
1   _.::)0,.                    INTRODUCTION   li faut que les livres, comme les hommes, justifient de leurorigine. Lorsqu...
.,f··                    Il	                     I:sTRODucnON                  comme dun philoso he distin"ué et dun thé 1...
.. :.. :)<~~~.i :,.;r: .!" t·   . ....   ~~   ,.                           .. ,         (~.                               ...
IV                          INTRODUCTION                      AHTICLE PREMIER       OU LON DISCUTE LAUTHENTICITÉ DES LIVRE...
I~TRODUCTIO:i	                        v  Encore faut-il a vouer !l~ .. dans lune ~t )autre espèce, ~  nâUeint~s, pour~s3a~...
VI	                             I~T1Ü)DUCTlON                        ~    ( prétendu et les doctrines quil dut profes~er  ...
")­                                 I~TlWDUC~IQS                              VII                                         ...
lm                              INTRODUCTIO!1r                   .    _~                                    sont que des c...
I:HRODUCTlON                                        IX        toule la   fécondité~_I!_esprit cultivé et                  ...
,....x                                      l~TIIODUCÎIO~                        Platon, dAristote et de Zénon, saint Deny...
A,r                               INTRODUCTlO~                             Xl       Puisquil a été prouvé dun côté que sai...
"a.....   ~;~ ~                          1e<--t:        ~   v" 1..»   rI ~<..e.s   ,.....ft   ~~      v6~t;.              ...
..,    i-~                        VI....G~~ ~ S                                                                           ...
1".Ik.•                      Il-t                       XIV                            I~HOD.lJc:1.10~ ,.  .              ...
I~                                                     IHnODUCTIO~          XV       raires, parmi les Alarmes et le5~1&ul...
,-­                                          1                                           hl.                      INTRODUC...
!:                                                                        1.).                              INTRODUCTIO~  ...
(                                     I(,.,                                       XVIII                    I~TRODUCTlO~f  ...
11                           I~THODUCTIŒ. .                       XIX  mitédes enseignements évangéliques. La langue grecq...
r   l~~­                                                             -~--"""1                                         xx  ...
1                             INTRODUCTiON                               XXI   mtme ses,parQ.!es (i), OU l~ critique moder...
1.1JI                       2,                                                      l~TltODlJCTIO:il	"                    ...
23                           l:>THODOCTIü:"                         XXIIIil senveloppa du.!!~rité E.rémé~e, laissant au vo...
XXIV                        INTRODUCTIONIl Marsile Ficin       (f), qui louent les œuvres et admirent le style déJ~ saint ...
r                                                                              ..                                         ...
3 T                   ,                   XXVI	                        I:iTHüDUCnü:i            quand saint Paul le rencon...
.(1                                  i~TRO))lJCTIO~                            :tXVII    rélayer de citations nombreuses; ...
4~                        XXI1I1	                    I:TIODUCTlO~                              Dieu en trois personnes; ap...
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees

1 130 vues

Publié le

Scan : livre reconstitué à partir de photocopies effectuées en bibliothèque. Annotations en marge, mise en valeur du texte.

Publié dans : Formation, Spirituel, Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 130
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Georges darboy-introduction-aux-oeuvres-de-saint-denys-areopagite-1845-1992-photocopies-annotees

  1. 1. "·~;-;:·:~{~::7:,.( ~:;:;::,~" :" ,ry".~~ ., " ,- ~~. ,~}~~ ·,-:~i lWDARBOY ~ .... ,~" ARCHEVÊQUE DE PARIS . ~ ;.:.to. . , ... . :, :~:. ŒUVRES .. DE.SAINT DENYS ., LARÉOPAGITE . TRADUITES DU GREC PRÉCÉDÉES DUNE INTRODUCTION ou LOX DISCUTE LAUTIlENTICIT~ DE, CE3 LIVRESlIT OU 1.0:-l E:l;POSE LA DOCTRIXE QUILS. RENPERlIE11T, ET LINPLUENCE QUILS ONT EXERCÉE AU MOYEN Ma REPRODUCTIOK de Jédition originale de i845 ~ __ rI "L·-rl~ . . .- :) } PARIS TYPOGRAPHIE AUGUSTINIENNE 6, RUE FRANÇOX:S 1" i892 iÏNQTlrUT c.~rij01IQUE , ~~;PARlS ........ __~__-",- .b_~,=-_--,-:~---:=:::.:::..:.=-.::::::::::.;.:..~:;_:-~-_:.:~.::..-=-~
  2. 2. !-::.:. .; -:~ .: ~, ~"".. ~ :i- Mon Révérend Pèle, Pm vol?e let/re vous me padez des œUV1es de saint Denys. ?) ,.. lAréopagite quon ne trouve plus nulle P.a.rt. Vous me dites·1, que vous pourriez peut-être, si.je vous en donnais lautorisation, l pousser à faire cette ~dition. Je~eux bien, mon révérend Père,-1 : vous autoriser à faire ce que voüi voudrez. Cest mon bien-aimé.l frère qui en a fait les frais; je c?ois que la propriété éta-it à ilti, car aucul? des l?aités quil avait entre les mains ne dit un mot des œuvres de saint Denys lAréopagite. Je vous laisse toute latitude, car je Sli:ïS ,bien. aise ~e ,vou~ .ét-:e. agléable..:1 . . ·, . t JUSTINE DARBOY •. .f: . . . Fayl-Billot, 6 mms 1887, Au T. R. P. PICARD, supérieur général des Augustins de lAssomption. ._"-",~,-",,,".":._"""". ..-. >i.<~~llK <1".. ~ ~ :-... . .. .. .. ,.~-------- ,
  3. 3. ! . ~. . • j 1~ ""~ ::i : , ! ,1 ... 1 -. 1 ~ "., " .... .1;"" t:: -, ! .. : 1 ,, .. . - -: ;. .- . ~ ) .~) (, 1)~ ... J ~ ",J J :u ., ".: j ! 1 i 1 " . 1 1 .. h ," .. n ri •. ,o. 1 . .1+ ., _.J
  4. 4. 1 _.::)0,. INTRODUCTION li faut que les livres, comme les hommes, justifient de leurorigine. Lorsquils ne sauraient nommer leur père, lopinionpublique les accueille avec une sorte dhumeur hostile; etlobscurité et le mystère, si puissants ordinairement à exciterlà curiosité, ne font ici que décourager la confiance. Une réprobation anticipée fait à ces enfants perdus des destinéesingrates; et la flétrissure qui ne les avait atteints cependant quepar voie de solidarité, disparait à peine parmi le prestige et darisléclat de leur réelle et propre gloire. Cette loi est empreinte de-pensées hautement morales, et il ne faut pas labolir; mais ondoit lappliquer avec discrétion et réserve, de peur dêtre injuste.Après tout, le bâtard de Dunois vaiait bien un autre homme; etquand même lIliade nëVleIidrait pas dHomère, comme le disenten effet quelques critiques doutre-Rhin, ce nen serait pas moinsun beau poème•." . .. Ces remarques sont parfaitement applicables aux livres donton· ~ffre ici la traduction. On Jes" connait peu; ori lès étudieencore moîns. Qui a entendu parler de s~int Denys lAréopà6ite t -. ~ ..... . "~,,_ .. ..:-~_.-......-.-----~ ..;..~ ... ~ . -..;-
  5. 5. .,f·· Il I:sTRODucnON comme dun philoso he distin"ué et dun thé 10 ien sublime?] Je ne SaiS même pas sion vous ardonnerait dinvoquer Son au on comme antique et vénérable, quoiquil soit certaine. ment impossible dassigner il cet êcrivain une date moins reculée que le quatrième siècle. Eh bien, quel est le principe de cette défaveur? Est-ce la faiblesse ou le peu dimportance des écrits eux-mêmes? Mais la philosophie na. rilln produit djlussi élexé et daussi ~r,. 1 lantiquité ecclésiastique nli. guère douvrages pllis remarguables. _~ ~est-ce .ras plutôt le dou:t~on éleY!!...mr leur authenticité? Je le pense assurément. Faut-il donc admettre que ces œuvres soient apocr)phes? Il est beaucoup plus facile de faire voir quelles ne le sont pas. Alors pourquoi les flétrir, à raison de leur supposition qui est moins certaine, et non pas les honorer J à cause de leur authenticité qui est plus probabl~? Ensuite pour­ quoi cet anathème préventif ne reculait-il pas devant la valeur intrinsèque et le mérite réÙ-4-es livres dont il sagit? Cest .iqurs ~ortelle; quen ~tière dhonn~1!!: et. de )i.g!ti!!l~é,_un soupçon est tou­ JI1 chpse grav!,1, souy.ent chose et puis encore cest précisément un de ces cas dinjustice dont jai parlé plus haut. Ainsi deux questions se présentent: les ouvrages attribués __ à saint Den)s lAréopagite sont-ils véritablement de lui? puis quelle utilité et quelle portée faut-il leur reconnaître? Dabord Jopinion que ces livres sont apocryphes, opinion mise __:)) à la mode ar des ommes dun catholicisme douteux,.~ amicalemerlt saluée .par le protestantisme en fou e., est-elle la mieux fondée en raison? Nous sommes loin de le penser. Il ne _ ~ ~( suffit pas d~ q~e!gues sophismes acerbes, ni 3~..p.~.Èel esprit, pour s~ dispenser dun examen approfondi, ou pour ~ renare une décision sans appel.. Dailleurs, quand même on .=- éb~a?.!~ra.~t no. s preuv.es, il. resterait encor,e à fon]}rTopi~ion op~e; nous_n~I.~~~eron~...E.~_à nos adversai~esle moil dese - livrer avec intempéraJ!..illtÀ~tou1eJl les négations imaginables, tandi~ que nous serons d,ans lobligation ,de. tout établir positTve· ) Ir ment..Cest pourquoi,ncms demandonll l~ révision dun procè,",... . -----1­ .~. -:-------- ----~--~~----
  6. 6. .. :.. :)<~~~.i :,.;r: .!" t· . .... ~~ ,. .. , (~. .3 l~TRODUCTIO;; 111 ".; ".;v l: " .~ ~ .J . . . . . ~ .. j
  7. 7. IV INTRODUCTION AHTICLE PREMIER OU LON DISCUTE LAUTHENTICITÉ DES LIVRES ATTRIBUÉS A. SAINT DENYS LARÉOPAGITE On doit estimer que saint Denys lAréopagite est lauteur des livres connus sous son nom. On désigne avec précision lorigine dun grand nombre de monuments littéraires; tandis quon nest pas encore fixé, si tant est quon doive jamais lêtre, sur la véritable origine de quelques autres. Il y a donc des signes qui décèlent lâge et le créateur des œuvres de lesprit, et des principes qui règlent la critique dans lappréciation de ces marques diverses et dans lapplication quil sagit den faire. En un mot, il y Il. une législation daprès laquelle se constate cette parternité intellectuelle;· autrement, on pourrait dire avec impunité que les poèmes dHomère furent écrits par un de nos contemporains, et que les dialogues de lorateur nous sont venus des Chinois; autrement encore, on ( ne pourrait, touchant les .questions de ce genre, ni entrer dans le doute, ni acquérir la certitude.·· , Il existe donc de!! caractères distinctifs auxquels on peut reconnaître lorigine dun ouvrage, soit que nous les trouvions empreints en lui-même, soit que des témoins nous les présen- tent. Car tout livre rappelle nécessairement une époque, un style, un ordre didées qui sont comIIie ses titres de naissance;• et presque toujours aussi il est cIté, applaudi, ou combattu par les coqtemporains, ou par les générations po~térieures. . Mais ces indications i~~~~.~9u~:.9..~~.5tri!!.~es ne sont pas toutes également significatives. Elles se présentent parfois comme faits" matériels, et alors on essaye moins volontiers de les co~ parfois commejaits ?mo~ux, et alors il est plus facile peut-être de les plier au caprice des interprétations diverses. , " . J _ " : " - .. J.
  8. 8. I~TRODUCTIO:i v Encore faut-il a vouer !l~ .. dans lune ~t )autre espèce, ~ nâUeint~s, pour~s3a~, il!!"JJl~Re Qlgr.!Lde certitude: la critique ne répand pas une égale lumière sur t6us les points de son vaste domaine; il Y a, comme dans le monde phy: sique, les ténèbres" ép~sses, la clarté ~oute..!!se et la splellik-ur JJ <:= ­ 3 ébloy,issante. Quand donc, en vertu de règles communément avouées, on, Ilapplique à discerner les-.E~euves dauthenticité et les preuves d~pposition de quelque écrit, il arrive, ~n qUelles simposent ù lintelligence et ù la bonne foi, de sorte quon ne 4 l peut les rejeter sans cesser dêtre raisonnable et loyal; ~i~ïl qu!!~,s 2..01licite!1~ ladhésion avec plus ou moins de force,~ tellement quon peut les rejeter sans absurdité, mais non pas J ,sans témérité: ,- - - - - ---- ­ Il était bon de raJ?peler ces principes, dans une matière où il sagit dapprécier le si~~_~e et les~c!~es des temps anciens, les négations et les affirmations quelquefois passionnées des) partis, et no_us vouJo,!!s plutôt fourni!:..~!! l_e~!.~.r)e~ éléments dune solution, que .pr,oposer notre opinion dune manière - tranchante, li nous semble donc téméraire de nier lauthen ­ ticité des œuvres de saint Denys, et nous croyons quon en conVIendra, SI lon veut examiner les preuves, soit iutrinsè<I!!lls,"" soit e~es;que nous rassemblons ici. § t··, - PREUVES iNTRINSÈQUES Comment un livre peut-il attester lui-même quil est lœuvre de tel auteur? Cest sans doute par les choses quil renferme;( par le caractère des doctrines, Pilr.Jit,..Ç"Q!ÙLUJ---s~.ér.allLd~le; par la nature des faits consignés, Ensuite quand est-ce que cette attestation dun livre doit être réputée valable? Sans doute( encore quand, il ne, présente aucUJle cQ.g,tradictionsoit avec lui­ même,soiLavec,aautres monuments,du témps. Donc,un écrit l.e....!.oit pas: être reje~é comme apocryphe, lorsque: ,", ";, "J ~. Il existe une parraite.!nalos.i~,~ntr~s doctrine~ d~ rauteuf (-=-. #.,J ...il • )1 ,1 ~I ...
  9. 9. VI I~T1Ü)DUCTlON ~ ( prétendu et les doctrines quil dut profes~er yans le siècle où on ~ce et dans la position quon lui fait; lorsque: 0 ~ .: 2° Le style, aussi bien que le fond des .choses, rap"pelle J!~ études et la Eofession dailleurs conl1.ue~ du personnage; lorsque: 3° Lécrivain signale la part quil a prise à des événements contemporains, et quil cite les hommes de son époque et les ) relations qui laÙathaienl à eu"x:telleme~ que ces indications sont en conformité parfaite avec ce que lhistoirè nous apprend delui ; lorsque-: ­ 4,0 En attribuant lécrit à quelque faussaire, on tombe dans des. 1 difficultés réellement insolubles, dans des impossibilités morales. l- Ces indices suffisent, parce que, en droit, les adversaires ne I 1 ( sauraientênimaginer dautres, et parce que, en fait leurs observa­ tions se ramènent à ces quatre chefs. Ces ind.ices...r~ ~~nt --::3:> a.L~oins un haut degré de probabilité à u~lon: autrement, J en droit, il faudrait abolir cette partie de la critique qui consiste ! à juger de lauthenticité dun livre par les caractères quil ·1- présente, et._~!l_f.att, ~!E~~s au~~_n.}i::~I!.]..!!!.ait ~~~~~~!es i:! ) JJ intrinsèques dauthenticité. . Cest our uoi il reste à conclure ue notr Aréo anite ùt 0 • 00 i :auteur des ouvrages qu on UI attribue. En effet: 0r. iO)Il existe une parfaite analogie entre les doctrines exposées es livres, et les doctrines que dut professer saint Denys. J Dabord, membre de lAréopage, comme le suppose son nom, r et comme latteste positivement saint Luc (i), Denys ne dut pas !. re..s~r é~anger à la p~_ilosophie. cë tribunàr;-aont il ét~it 0 président, au rapport de Michel Syngel (2), ne se composait que dhommes versés dans la science des lois et de la religion, ~t c~ables dapprécier les différents délits contre les citoyens; la patrie et les die!x (3). Cest là que Socrate plaida la cause de-ra (1) Act. Apgst., cap. 17, 34. - (2) llichael Svnge.; encoin~ .. in S. Dionys. - (3) Valer. Max., lib. 11, cap. 6; D~th. advers. Aristoc.; 1: ~ lU Anachar~ seu de gymnasiil. - . oral. . , . ........... Cicero, lib. l, ad Â1Uc. Epist. 11; lsocrat., . areopagiticâ; Lucian., 1.. 1:· r·, . . L·­1-:· . ,. ---;:;------::::::::------­ 0 ••
  10. 10. ")­ I~TlWDUC~IQS VII 1 philosophie (i); cest là que fut amené à son tour saint Paul; . prédicateur dune philosophie nouvelle (2): A la vérité, on pou~ait di~e que lAréopage, en ceUe double circonstance, na pas f!lit honneur à ses lumières; mais il nen serait pas moins évidllnt que les doctrines philosophiques devaient comparaître deant ce sénat pour y êtré di~utéeset ju~~~s. Au ~eStê~cette Objection, si cen est une, ne nous atteindrait pas, puisque Q.enys, S1!bju6ué par_la .PJ,!,~Sj).m!t. p.arSl~~IApôtr~, pr~.!a la jus~~ssé-1de_ ~oJl ~ns phi!~sop!t.ïque, aussi bien ~~ s~c.9rrespQ.nr /. dance1..à la grAce. De plus, au premier siècle de lère chrétienne, c;~e dlÎtëmps de Ci~on (3), et comme plus tard du temps s de saint Basile et de saint Grégoire (4), Athènes était le sal!.ctu,!irEjl( de léloquence.!-~ de.l!!.J2.hilosophie. . . TotiCIé monde sait la passion du peuple athénien pour le beau langage, et que ces Grecs dégénérés, qui trouvaient trop pesante lépée des vainqueurs de Marathon et de Salamille~ Ilavaient.pl~guère dauÊeQccupatio~CLue de dire et den~ tendre quelque chose de neuC(5). Or, conçoit-on que, seul, lAthé· ) nien Denys ne sesoit pas laissé emporter par le tourbillon de . la curiOSité générale? Conçoit-on que les nombreux auditeurs qui tour à tour inondaient le Portique, le Lycée;IACa-démle, ne laient jamais entraîné dans .leurs flots? Qiiând Romëët lAsie abor.dai~nt au Pyrée, en demandant le chemin .des é.coles, Denys, (personnage disti~gu.tLpar ses richesses, sa naissance étfes qualités dë-~l?!!-_e~rit(6l, ne céda I;oin~ àIa tentatil?.n détudier ce que venaient admirer et apprendre les maitres du monde? Voilà çe quon ne saurait admettre-:-Ce ne sont ici que des COll" jectures, dira-t-on. Il est vrai; aussi je ne leur suppose pas ce caractère de force invincible, par lequel des fait~ nettement établ~s ,déterminent en nous une pleine conviction:-Oui, ce. ne Œ ~o, in Apologiû Socratis. ~ (2) Act. Agost., cap. il, t9• ....;:. (3) De Orat., lib.. l, no 4. - (4) ~g. Naz., Cuneb. oral. in ~I:; no i5, seqq. - (5) -,-"ct. Apost., cap. n, 2! ..- (6) Menrea Grrec:,.- ad 3 octob.; Vita Dionys. ; ~h., li.b. II. . ,_....... _.
  11. 11. lm INTRODUCTIO!1r . _~ sont que des conjectures; mais je sens que la bonne foi, f -}impartialité du lecteur les accueillera comme }§gilimes et 1 valables dans lespèce. Dailleurs elles se trouvent justifiées et puissamment confirmées par les ménologes des Grecs (i), par lautorité de Siméon Métaphraste (2), de ltlichel Syngel (3), des historiens Nicéphore (4), Suidas (5) et Eusèbe de Césarée (6), et -~ II de saint Grégoire de Nazian~): témo~Q~?~!mese~nti<.!ues, que l.~ ~ostérité préfèr~a .s~n~_go..ut.e....ll.,UX..!t~gg.tio~~rdives et .alraJ)lfii.Jres de queIques cnllques protestants. Ensuite,converli à la fofPar sainfpàùl, le philosophe deVint) théologien éminent. Il reçut la vérité chrétienne av~e -:) p!§_ni~ude syr.l!-bondlljlte, dont sa science philosophique et surtout sa fidéli~ à. lappel di.Yin le rendaient capable. Effectivement cette intelligence, qui avait demandé vainement la réalité et la vie à de faux systèmes, ne dut-elle pas saisir fortement les enseignements substantiels et pratiques de lApôtre? Ce cœur; ~ qui jusquàlors navait gUère pu aimer que les ténèbres, nt;l.!!1­ brassa-t-il pas la lumière avec un indicible transp?rt? Quel ne)i­ fut pas le tressaillement de cette âme; lorsque, enveloppéedans Jf le f!!et de la parole évangélique, elle se vit t~e du courani,:1 _0> fangeux des opinions païennes, et amenée au Stand jo.iI~è.f J( pure et" sainte doctrine? Après la stupeur où le plongea nécesl .~ sairement une transformation si subite et si intime, le premiel" sentiment qui toucha lâme du néophyte, ne fut-ce pas un J :.::> s~timent de re~onnaissance et de dévouement sans b~es Eojir la vérité connue? Qui doute des succès dun homme étudiant sous lempireëiu~ conviction miraculeusement formée, avec ", , (i) MCnœa Grœcor., apud, ColdI, Citil.ta; oper~ Dionys., t. II." ­ (2) Vita Dionysii. - (il) Encomium sancti DionJsii. ....:. (4) Ubisupra. .:....: (5) Dionysius Areopagita, vil eloquentissimus, ad proranœ doctrinie Castigium provectus, in patrio Grœcarlim disciplinarum studio pIœcellebat cujuslibet sectœ peritissimus...- (6} Dionysius Areopagita: prœ,stabilis olim philosophus claret. - (7) Or runeb. in Bas. Mag" no U. seqq. ~,~_ _ ,." " . -"~..........----- INSTrTUT ~ 1" A. TVi~);i "....,. rn;oi ~~.It. ,;~~, 1 D _, ." .C;.T t· û, "".:,, ,( _....,1;., l.),~~ " 11 ._~~ .....:- .~., r.:; .":­
  12. 12. I:HRODUCTlON IX toule la fécondité~_I!_esprit cultivé et mûr, et avec toute la ch~düïi i!I!"!Q..Ilt:JI.uiJ;9mm. e!:ce ? De plus, comme linsinuent" 1ses biographes (i), saint DenY~!3~o21_~e~~..que le seigneur Jlpr~et aux chrétiens de-COtïSI~ te_m~s (2), ce qui échut si large-­ Jc~ ment aux chrétiens des premiers sIècles, les souffrances et la f persécution; il lui fallut briser les liens damitié, de famille, de rëi1gion;ël ces déchirements ne sopèrent que parmi les raille­ ries, les reproches et la douleur. Mais à cha ue humiliation de J1 noyoe_espri.t, corre~ond un rayon delumière Ivme; caque C:=­ froIssement de notre cœur, une étmcelle de chanté; à c~e de nos larmes, une gloire. Il est d~nc permis de. penser à ceux qui ont la foi, que Dieu changea les tribulations de notre saint en des trésors de science sacrée. Enhn, salllt Denys lut mITié .<j~ 1 à Ta doctrine chrétienne par le sublime Apôtre dont il élait ( . ­ ~ devenuluc.onql1ête : cest ce ~~me lui-même (3) ; cest ce quattestent unanimement les diverses autorités déjà citées, les <: (( ménologes, les biographes, les. historiens ecclésiastiques. Si donc J 1 J 1011 se rappelle que saint Paul, au rapport de lantiquité, prenait sur ses auditeurs un magique ascendant: si lon se rappelle la- haute théologie dont il a confié le secret à ses épîtres, on avouera que le disciple dun tel maHre dut faire des progrès rapides, et, pour employer un mot de saint Ckrysostome (4-), què"le ~E­ r~~son de ceJ.J!igll} dut ~~dre v~ les ch~~s di Yines ui.!Dagni. 1 flqu~essor.(·Aussi est-il dit quil se di§tingua par sa scie_nc~il..!!-lant, que Ear sa vertu, et quil fut choisi pour évêqu~ villel _ n~~e: Dionysius COlinthiomm Episcopus... indicat qUOmOdO) c­ Dionysius AleopagUa ab apostolo Paulo ad (Idem, secundùm ea qUiIJ ) in actis sunt scripta, conversus, primus Atheniensis parœciiIJ episco­ palum suscepit (5) • . Philosophe~dis~ngué, pieux et savant évêque, appelé àjustifier _. -- - les dogmes du christianisme devant les nombreux.sectateurs ­ de - ----;- , .(l) Âpud i. Ha.loi~, éap. Ill. - (2) J~n .• l5, 20•. -CLWinrr~ d~ <~ . N" On. nominibus, ca.p. 2, 3, , et 1. - (4) De Saeerd" lib. IV.":" (5) ~uleb., Hist. Eeel., lib. IV, 23: et lib. Ill, cap. 5: cr. am; Hist. Ecel~ ~ -. -. . N~. 1": " ~P2:-~~
  13. 13. ,....x l~TIIODUCÎIO~ Platon, dAristote et de Zénon, saint Denys aborda sans doute re~--lùs hautes quesii;~;Ui tourmentaient la hilosophie et tJ~ -=9 leur onna une so utlOn scientifique. La direction Jusque-là imprimée à son génie et lempire des circonstances le jetaient nécessairement dans cette voie. Si donc il a laissé quelques écrits, on devra y trouver le doùble caractère que revêtirent ses enSeiinements, letconc~tions d.u philosophe @)1a~~u ( théologien. Or il suffit de lire quelques-unes des pages qui suivent, , pour se ~onvaincre que lauteur de ces œuvres était ~gal~l!!.ent fa~~né aux spéculations philosophjques,~ersé dans la scienceL de.,.!!-x:~is!Pn. Il dis~ert~ a vec justess~et profondeur ~r_les plus incompré~ensibl~s attributs de Dieu. La création, lorigine ~~ ~ èt la nature du mal sont admirablement expliquées. La hjéI~chie , rr ~ . r1} ~ " 1 des espritscjles~s est présen~ée comme un rellet de la Trinité, et cO]!!Ine le type 4l;l notr~, ~gJise terrestre. Les sacrements, )MI D ," 1 . canaux de la gràû, nous transmettent la charité, Ileîve--dë~f~u quljailli~ du~ne _de lÉternel, traverse tous Tes ordres des ~hoses créées, et remonte à sa source, eIJ!porta~_v~r!.k.~ill­ cipe tous les c91u.!!L<Lu~a J2l!.~4,~s. le clleste incen~ie, Les mondes naturel et surnatùrel sont décrits; leur dillérence établié,1èüfS Il rapports constatés; et, emporlêe sur les atles de la foi, la raison l de e nchit dun vol tran lUe et assuré des ré ions I l que ~ul re"ard na .amais clJ,ntem es fi en trem an. u sur­ , plus, des hommes qui portent un beau nom ans a science et la religion ont donné à saint n~_s un brevet authentique de philo­ J sopl!ie et de thé_ologie. Nul ciuvrape de lantiquité eccMslastiëîue . , ne -fut si fréquemmèrit traduit ou c,ommenté que les écrits de "notre Xrêopagde. S~-Eri~e en offrit une Version latme aux t:rançais du temps de Charles-le-Chauve. Le moyen âge en fit ses N~ ) déliëes, èt Hs ,con. rent lestime des plùsrenom!Dis cteurs, ~ 1 I.!upues de Samt-Vlc!pr, AIÈ~r - ,e~ ran, exan re de H~lès,. - saint Thomas. Marsile Fiein, que la renaissance appelait lâme)} ,. ~Id~~1 enrichit de,no~~is.~t~,pli!~lêurs,_dis~e _ sàil~Js. Enfin B~et leur emprunteJ;Jarfeis ces puissantes • . idées, par lesquelles son génie élargit et iI1~m:Î1ie ·1~s·queStions. 11, (-;<..; ".:: 1.) o.."4J ~~ ?llttl c.. r t";,. .--.ll. L ~.L,3 t~):. J...»...l...,.. " .• ~.1_. -, ....
  14. 14. A,r INTRODUCTlO~ Xl Puisquil a été prouvé dun côté que saint Denys lAréopagite/:1 l~ru,t l"ersé da,n,s la science de l~ilosophie et du hristianisme,~ et que .dautre part, s~es rappellent à la fois I~~ehè:,( et le docteur lde l!t~lise, on doit condure quils ont ce signe. iDt~iDsêqu; dauthenticité que nous avons indiqué en premier. lieu. n est uai, la con~or#ri~eque il~us venons. de signlller7G.. ~ nétablit pas une pa:fmte cer~ltude. Mals,~~uestlOn ne co~- o<e.. p()rtant poi~t une demonstratIon mat~ématIque, on ne sau~alt ~ , ( lexiger de nous; tout ce quon peut attendre, cest que notre )" h~ ~0. opinion soit marquée au coin de la vraisemblance et même de ê<.~ e.), ~ ( la probabilité. Or, nous croyons que le lecteur la jugera telle.. --­ Ensuite, quoiquun faussaire donne sans doute à ses œuvres un semblant de légitimité;il ne faut pourtant pas traiter une œuvreJ~ comme supposée, par cela seul quelle a infiniment lair dêtre authentique;~Si vous trouviez une charmante toile, au coloris gracieux, aux lignes harmonieuses et pures, où une Vierge serrât contre son cœur de. mère un enfant qui sourit comme un Dieu, ne feriez-vous pas acte de raison et de science, en· 1 nommant Raphaël dUrbin, lors même qu~on vous dirait que le nom du peintre na été peut-être inscrit au bas de la merveille que par une main frauduleuse? Chacun pourra maintenant apprécier la valeur des objections présentées par les, v~rsaires, relativement au point que nous- t . venons détablir. rasmè"}ecourt aux expédients pour faire voir ~~ que saint Ilenys nétait pas membre de lAréopage. Le même grasme e(Laurent Va~essay,ent de railler agréablement ceux qui croiraient qUe~èauvre Aréopagite pouvait être autre. ,chose quun idiot. culte jure sa foi de calviniste quil ny a pas lo:bre de tMologie ans les œmTes de notre écrivain, a~u _ fJtl , qlJ,.!l ose parler des, .an€ie~ plus explicitement que les autres ( ­ doctears de lEgli~~ Erifin~,une nuée de critiques plus ou m6ins, obscurs, . ";. , ._ " . r- " Et vet~rèm in limo ranœ cecin~re querelam, : ( trouvent • plaisant quil cite- des témoi"na"es dont il ny a pas • 0 0 "vestige 8.lIIeurs; l,""
  15. 15. "a..... ~;~ ~ 1e<--t: ~ v" 1..» rI ~<..e.s ,.....ft ~~ v6~t;. 1 XlI INTlODUCTION ---­ ~ . , Un mot de réponse il chacun de ces aristarques, Selon ~ le mot de saint Luc, &pEOitocy(rtl~, signifierait DOnon point membre de lAréopage, mais bien citoyen du quartier de , • <l 1qiîi Mars, &plO~ 1tciyo~. Vraiment on était en droit dattendre dÉrasme autre chose que cette lourde espièglerie, Le spirituel littérateur recevait de tous les monarques de son temps des pensions ou des éloges, et que la gravité papale daigna honorer souvent dun sourire de félicitation, naurait pas dû abuser de sa répu­ tation, ou, si lon Ilime mieuX, de- sa science~lléniste, pour iffiilginerun ar umentqui a le double malheur dêtre une fausseté et de sen Ir a pé agogle. a ord le mot Irliyo~ des recs nest air pts et ne peut être synonyme du pagus OÜ vicus des Latins; les meilleurs lexicographes assignent aux deux mots une étymo­ logie, une quantité et une signJficatiQn di~rerites-(i).-D·ailleurs, ! la rue quhabitait le néophyte Denys importe peu il lédification des fidèles, et il est probable que saint Luc ne tint ni il savoir, ni à dire une semblable particularité. Enfin le contexte du récit des Actes (chap. XVIl)aPP..ell.e.u!1.~.. i!!!~.!l~rétation; et de fait, il ny a aucun père,~~J.§;lis~ni ~~ commentateur <{ui --) Il nait pensé que lexpression~ritiglée_ désigne un membre de __:::» lA~age. O~, nous aimons mieux suiyr.e_JaJ.çg~l~im~~~sê fJ] --::. 1des écrivains catholiques que ce batave indécis dont on na pu =~ JI constater précisément la physionomie religieuse, ~ Érasme et r;aurent l.ya!!.e, s~im~~x conte~o!,ain, affirmentque, touta:reopagite quon le suppose, saint Denys ne connaissait nullementla philosophie. Sans doute on pouvait faire partie de lAréopage, on peut même sappeler Laurent Valle;. ( sans être éminent philosophe. Mais il faut avouer aussi que le , titre§aréop,agite n:~mpl~g_~.P..ll:.s ~éci-~~iremenUidiotisme. L.·Antiquit~tou.~ entière adm~~of~.Ë~; c~n. ,dit què ri:D ~lest.1!Jqs -constant, ferme.,.e.t séYè«....q~opagej et ailretîrs,1"-" ,[ que tAré.Qpage eslla pro,vidence.. t!Athènes, comme Dieu est la, providence de luniv.ers: Negare hune lIïundum iroviden;,id "égi, - . ---- -. ..... . . (t) Robert: Stephan., thesaur. ling. lat. verbo Areopag., : .
  16. 16. .., i-~ VI....G~~ ~ S ., INTlODUCTION XIIl idem est ac si quis dicat Athenas sille Areopagitis "egï consilio (i). Si donc des conject ures grandem ent probables faisaient conclure . que ~rés~aent de ce tr~_~a:l ~~é laissa quelques écrits emprelDts es d?ctrlDes ph~l?sophi~ues de son te~ps, faudra!t­ il ( crier de suite a la SupposItion, et IDvoquer son titre de magis­ trat comme une fin de non-rec evoir? Celane semble pas logique; et même après le~ critique s de la renaissance, on peut ~.p s absurdi té que samt Denys ne ~1~J_pas étr~nlier à l~ilülo~phle. J~ _~.-!."inistre....p1:ote~tant ~sest livré à des rechercJ multipliées, je ne dis pas consciencieuses, sur la question hes . qui nous occupe. Or il a découv ert Labor iinprobus Olunia L.... que saint P~ul, déclara nt ineffables les choses quil avait ~ntre- ) vues (2), voulait .pi1~is~m.eïlt- parler .de la hiérarch ie céleste, dont saint Denys trahit le secret dans ses livres, Ce_Sculletavait une lat:ge manière dInterp réter les tc..!ll,.l!X:~s. Il a déèOiiVert que 1 j:.c./A~ saint. Irénée Breres. lib. II ca • LV) condamne comme IDsensés , t.ous ces istoriens du royaum e des anges. Ni à lendroi t cité par Jefldèle dépOSitaire de la foi réformée, ni même ailleurs, le ( saint évêque des Gaules ne dit rien de semblable à ce quon lui fait dire. Pour être imparti al, javoue rai que saint Irénée flétrit de son blâme et réfute ~ion qui admetta it deux dieux, et les V~iens qui faisaien t de la divinité je ne sais quel monstr ueux assemblage de trente .Éones, de noms et de proprié tés di verse~; ~ ce qui prouve clairem ent, comme chacun voit, quun papiste du (~ pren;liex;,.siècle ne pouvait rien nous a~prendre touchan t les . esprits. Au fond, ScuUet lie manqua it pas de sens commun réforme ni dis cnse da outer foi aux tradi tions, peut. dispen&er (- pur,s :..a) tf llU même titre de citer. exactem ent es t mOlgnag es écrits. fi a Il (J décQùTert enfin, ce qui pour cette fois est véritable, que ~t Aultustin éprouve quelque, embarr as il définir cette que,stiQn de . . . . . .. . " .. .. (t) Lib. l, ad Atlie. Epist. 2; de Nat. Deor., Iib~ n, nO 40. - (2) Il; Cor., 12, ". ...:.. :. . . _. .(, .
  17. 17. 1".Ik.• Il-t XIV I~HOD.lJc:1.10~ ,. . la hiérar.ch.ie ~~élique (f), et que saint Grégoire (2) et saint Uewi!rd (3) ne cherchent point àcIasser, daprès la doctrine de f saint Denys,les rangs de larmée céleste~ Un catliolique con­ .N!] 01>0 v .. Q =èl cIuerait de là que lenseigneuient des docteurs en cette rencontre ne se présente pas comme fondant un dogme de foi; cest effectivement ce qui ressort de leurs écrits, et ce quon pp,ut constater en interrogeant les théologiens, Petau par exemple (4). . MaiS le pasteur calviniste trouve que, tou;I;s Péres ayant usé ·N CI .~ J de ~tte libe~Jé dQI!ini.QJ.I:~Église laissetouchal!!.l~ e0.i nts non .décidés, saint Denys dut être excepté de la loi universelle, et ne put dire son sentiment. Cesfjuste encore une foiS :pour­ quoi ~ultey qui mutile les écrits des Pères, et explique les 1 saintes fë1fres_au bénéfice ~e ses préjugés, serait-fI tenu de res­ pecter la logique? . Enfin on a voulu ériger en preuves intrinsèques de supposition les extraits que notre auteur emprunte à saint narth~lemi et aux personnages Hiérothée et Justus, et la diversité dopinions quil attribue à quelques-ùns· de ses contemporains touchant un même texte ou un m·ème fait. Car, dune part, qui est-ce qui a ~ ~ entendu parler des IÏres de saint Barthélemi, de Hiérothée et de Justus? Et de lautre, comment croire quon ait pu se ·livrer; dès les temps apostoliques, à une telle variété dinterprétations? Mais dabord est-ce quon ne peut pas, est-ce quon ne doit pas J ) admettre· que n~a~ÏÏS perdu ïofiilt:~~ule-demonu­ ~ents de rantiquité_ch..r!~ienne? Plusieurs Pères et plusieurs théologiens, qui ont traité les questions dherméneutique sacrée, ~ nflvouent;ils pas que certains écrits, même in§.p.irés, ont disparu Jl saris laisserJ;lw~~ (5)? Serait·il donc si étonnant que, chez des hommes ,en grande partie illettrés, à une époJIY.!LQJU1.J!.y-avait W derâres et difficiles moyen.Lfueproduire les œuyr~s litté: ~ ... .... : (t) Eit.Q..~i~d Laurent., cap, 58. - (2) Hornil. 34, in Emng. ..;.. (a) .Sermo t9, in cantiq. - (4) De Angelis. - (5) Athanas. Synopsis. ­ C1irYs05t.,h. 9 ili:11a:tf.,:et lilibi. - lkllarm.,î ~v., lib. IV. - .......... . ---­ Serar., in Prolog. Dib!. - Bonfrer., Prolog. in Script., cap; 6. . .-.
  18. 18. I~ IHnODUCTIO~ XV raires, parmi les Alarmes et le5~1&ultés dune vie incess~~- rient agitée, on ait fini par ne llus entendre parler dun livre de [ Iherollïéeou de Justus, et dune épître de saint Barthélemi? Ou bien muIez-vous dire que les générations antérieures doivent à celles qui les sui vront, le catalogue et laualys~ des productions que, de plein bTé ou forcément, elles laissent aller à loubli! Ensuite nest-il pas certain quon peut trouver plusie.urs raisons Jun même rite; quun même texte et un même fait sont passibles ( dinterprétations multiples? Les dons de l·Esprit-Saint ne sont- ils pas infiniment variés, soit dans leurs espèces, soit ,?ans leurs degrés dintensité? ~e lit-on pas dans saint Paul qu~ les élans i spontanés dune âme pieuse doi vent être accueillis, quand ils con- tribuent à lédification des fidèles"( i)? Donc, dans les limites de l lorthodoxie et. de la piété, le pre~ siècle,_comme celui-ci, ~eux <t!!e .çelu!::ci, a_J~~_pré_sentër diver~~s _e~pl~lI.tïons des mèmell choses. Et puisque ce fait est pos.sible, les livres qui a~ent quil sest un jour accompli, et que plusieurs hommes ont trouvé dans un même événement plus dune instruc-) , tion cachée, ne méritent pas pour cette seule raison dêtre dépouillés de leur réputation dauthenticité. .. Évidemment, les apparences jusquici sont pour nous; et il semble difficile de nier que notre proposition nait été prouvée nt au premier chef. Venons au second.. ~Le style des écrits que nous examinons, aussi bien que le fond des choses, r~P..lielle les études e.LJa....)w.siJion dailleurs Cl..Q!!!lue.s...de-sainlILe.Il ys. .. ; Le style, forme sensible de lidée, porte lempreinte du carac- ~e personnel, et des études antérieuresOë lIiomme-qûi parle ou qui écrit;.il le façonne à la ressemblance; et, si josais le dire,. à la taille des pensées quil e.xprime et revêt; il subit lin- . nUence de lécole et du temps auxquels un auteur appartient. . C~ à ~us les peuplès, à toutes les époques~~<:>us les_.!l~s, l)·écho.!.LI1.!l~_uM. 6gale. part dans le_P!1trimome de Iuéri!§/ni • ", •. :••• :1. ) •. ,. ". ;.. .• ~:, ••(~• • . lA . :1 • •, " . 1 """~., . , . . • . . 1 .. :. • 1 ~r. . . 1 . ": .~
  19. 19. ,-­ 1 hl. INTRODUCTION lHle égale justesse de sentiment dans lappréciation du beau, ni un égal génie pour le reproduire. Chaque siècle, chaque homme ( a sa physionomie littéraire. Cette diversité prodigieuse semble- rait, au premier coup dœil, rendre parfaitement arbitraire le: classement chronologique dun livre, daprès les seules données que fournissent ~e, et, comme on dit en peinture, !.e-l9ire dun auteur. Toutefois, si lon observe que les phases subies par un même idiome sont en général bien tranchées, et quil est réellement impossible quune génération sapplique dune part à .renier ses idées, ses sentiments, son caractère propres, et de lautre, à dérober aux générations antérieures le secret de leur littérature, et à ne çréer que des pastiches; on avouera que la l ~o~!De artistique dun monul!lent littéraire est l1n~ asse:t s.ûx:e indication de sa date, et quun ouvrage porte, dans le style don t il eseécrit, comme un extrait de naissance. Or, dans lespèce, et en appliquant ces remarques aux livres dont nous recherchons lorigine, quel sera le résultat probable de nos investigations? Arriverons-nous à conclure quils sont HG rQ) authentiques? Je le pense parce que lUQrme littéraire quils J _~ JI affectent est précisém~.elle que pouvait pren.dre louvnge ..cQ!!l.P..Q.§.~ .P1U:..ll!.lLhUosophe converti du ~remier siècle. Effecti­ • vement, et sous ce point de vue partlcülier, quelle idée laisse dans lesprit l~-!ec~ure d~~aint D~s? EJait-il possTbiëd~~i~e ( ainsi à lorigine du christianisme? Double question quon peut rés-;;udre par les considérations suivantes. Nt:, ) En lisant ces livres, on y r.eco.nnatt sans peine le p!!i~sop!!.e . acco~.~~..!l.tJ•..!a E.el!.s!~Ju:é.~ienne le!lormul~J!!!..P.lato~~me J Il, " )J a~:ue; le néop~~ ~~2.r.ant ~~~!:.l!<!.uire l~~ntiment religieux 1-10" donUI est ob_s_~dé; le docteur des temps primitifs se ~t Nt) ) d~ns lesentr~~es jU!!~ 1!.I!~ inhabi!!-en~~:LLeXR!i.I!I~s, idées no~es, c~ enfi? lécrivain dun s~èille où}~~ût_~:étai! riJ II pas sans pureté, ~l la hltérature sans glOire. . . ~ Ainsi, quon parcoure, par exemplé, retraité des noms divins{ " où les .questions discutées déjà par les anc.iens trouvaient natu­ rellement leur place,~ et appelaient une solution philosophique,: ---. ~, - ­
  20. 20. !: 1.). INTRODUCTIO~ XVII nest-il pas vrai que l~~t~~~ies pla!~~ciennes y apparais~t}J Ni? ramenées à lorthodoxie, et sous le vêtement.JllLla..r-eligi.<lll...D.®­ ~elle,-lellement que, comme on ava~ Platon, que_ cét!!it ) Moise parla!.U;!.ec, on po..urr<ü t dire de saint Denys ~ue cest J Plat~parlanJ._ç@:~Ë~n? Même on doit tenir compte de cette obsenation, si lon veut comprendre parfaitement la doctrine de notre auteur: cest ce quinsinuent Nicolas dÛl!.sa, saint ~s (i) et ~rsile Ficin (2). Et il Y a plus: cet air de famille1 est si prononcé, quon Il. voulu en faire contre saint Denyue !J .1 texte dun rl!Eroche, soit pour laccuser de paganisme, soit pour contestef lauthenticité que nous défendons, Or, il ~~ pas ) étonnant que saint Denys eût été platonicien. Celui que les paièïïs l eux-mêmeSiiQj;}maient, pour lélévation et la pureté de sa doc­" trine, le dieu des philosophes (3), a bien pu entralner et ravir I~mes_<tuune sa~~_et..!1ne ~~~nat~!!.es, préll~t ) ilu.shristianisme. Les anciens Pères ont Signalera-glorieuse ) analogie qui rél:pproche en quelques points la doctrine de Platon ) de celle de lEvangile (4), et .~!Part de 1l01L~rs sont) passés de récole du premier à la sainte discipline du "~d (5). )J ~ On peut facilement croire que-lâiéopagite Denys a parcouru ) les mêmes phases. Au moins cest une manière très naturelle (i) Ad cap. 5 de Divin. nom. lect. l," " (2) ln argum. ad lib. de Divin nomin. . 1(3) Quem enim omnibus locis divinum, quem sapientissimum, quem" sanctissimum, quem Homerum philosophorum appellat (PanœtiIl8) , ~I., lib. i; lib. IV. - Epist. 15", ~ic. - Deum philosophorum Platonem. Plato ilIe deus noster. Idem, ad...Allic., lib. IV. Epist. t!i, et alibi. " . (l ~b, lib. 1 et II, contra Gent... L~eil combattent les phi­ losophes anciens, et Platon reçoit sa part dun blâme mérité. Touterois le platonWne leur est moins odieux que les autres sectes, et, sans lui1 raire aucun.emprunt, iule nomment avec éloge l le considérant c0l!!me D.9(sorte dgM) préparatoire 8U çhristianisU1~. Cest en ce sens quil. raut COqlprendre le sentiment du P. BilWs. , (5) Saint Jùstin, Clément Alex., Origène, Tertullien, Arnobe, Lactanee - saint Augustlii; et dautres enéore;" - - ­
  21. 21. ( I(,., XVIII I~TRODUCTlO~f "=> JI de.xpliquer la tournure platonicienne .de ses conceptions, et rien absolument ne rend cette interprétation improbable ou illégitime.( Il y a donc ici plutôt un préjugé en notre faveur quune arme contre nous .( . Quon lise ensuite, si loll veut, les passages où saint Denys traite des écritures, des apôtres, de nos mystères, de Dieu et de( ses attributs. La pompe, lénergie, la répétition des mots, décèlent 1 évidemment ~_!~:..!lui essaye ~e_,~?~Il~r~~~~~à des­ 1 P~?S~~~_q!!! la rempl~~ent, à des sentimell!.s quLdébord~.!!Len elle: à !ttl.aç~~<l!L~es prêtres que chante la poésie, et qui,f )~ 1 . tQ~~hés_pa.r le so~fQe divin, terribles, lœil en feu, sagitaient,( sexprimaient dune étrange sorte, comme pour saffranchir enfin de cette douce et indomptable possession,1: •••..• Magnum si pcctore possit Excussisse Deum; . j OU, si lon ~ime. mi~ux, ~ la fa~on de tous !es hommes queIlYahit )I une noble msplratlOn, un samt enthousiasme. Or, nest-ce pas. - làëé quorlpouvalt-;cèquori dë;Rit-rètrouver dans ce néophyte? Ramené de laE!!ilosQP..hIe au christianisme, sa conscienct: tr~sai~n§_ dQuie_so!!~ le. !lotde ces s~ntiments dont lâme =--> 1 e?-Uo1!iQ.!;lrs inonQée, à la suit~-.<!.~.E!"and~~lenn~ls ,~~n- g,ements q_~i boul~versent lex~!:ncè j~sg1!e dan_s~s profonde~urs,,( . 1intimes, et creusent un aùtre lit à la pensée et aux affections. ~1 Vivemimt-remUé iLI!..voulli. ~prim~~Je; j.oies~i ne~v~~r.}~s paroles !i~es et, hype!~pllques; sa phrase a pris une, all~re .der-l , ~ •. r dithyrambe, et srs fortes convictions éclatent en superlat,ifs 1 mulliplié" C.lui qui ul"it 1. ,.I.u, d. "li ob,,,,atioo. ,", q~Urait jamais eu le c~r saisi pi!r une de_ ces émotio~ ~) p~§~s, qui ont besoin ae parler une autre langue que celle de la vie matérielle et posiÜve. Ainsi sexplique naturellement ~n des caractères les, PI.Us frappants .dU. style de sàint Denr 1 s, "" ,~ 1 lenthousiasme et le ton pindarique. . -. . . . :""On remarquera égalemep.t -des locutions i.u~ue-Iàj.l!.l.l.sit.~~s, par lesquelles le docteur chrétien sefforce de rendre l~ subli­ ,~ ,. ....1. -- r-~~ "t _ j . .~ :"" ". :" . ..... --:-- -~-;-
  22. 22. 11 I~THODUCTIŒ. . XIX mitédes enseignements évangéliques. La langue grecque se prê­ tait, il e~t vrai, à de semblables compositions de mots; mais celles quadopte généralement saint Denys navaient pas été consacrées par lusage. Aussi ~~~~ieurs éditeurs de ses œuvr~s lui ont rendu le service dy joindre un lexique s~.§l~; eGes pariiphrastes_e~c_ommentateurs on~~!iqué.et r,elevé.lutilit.~ de ) son néologisfl.le; et tout le monde applaudira a la Justesse de.leur pensée. Chrétien, et emporté par la foi vers des régions que le génie de son idiome natal navait ni explorées, ni décrites, saint Den_~vit contraint de to~menter non pas la syntaxe, dont les règles fondamentales, toujours larges comme lesprit humain, comportent des formules assez variées pour lexpression de toutes les pensées et de tous les sentiments, mais bien ~ ) Y~cabulaire, ~ont les terme~ n~aieI!t pas é~é_ <:réés pour les réalités de lordre surnaturel. Si donc notre auteur recourt à de nombre~~ës inno~t~e langage, si; par la combinaison et lagencement de radicaux m1lltiple.§.Jlp~d~~~esJIlots_i!!jJllites et e~phatig~s, cest dans le louable dessein de ne rester que le moins possible au-dessous de la vérité, et de sa propre con vic, tion. Et il est infiniment regrettable que les idiomes modernes, tous formés sous linfluence du christianisme, naient pas donné des lettres de naturalité à certaines manières de dire exception­ nelles dont la théologie aurait besoin, et quainsi nous soyous obli~s duser de la liberté qua prise lécrivain grec, et de faire; 1 à son imitation, les barbarismeuuivants : suplà:divin, suplIi­ ~, tr~~.lu!!!ineu:J:, sur-essent~l, et dautr~ncore. Comme chacun peut en juger,notre opinion rend assez heureusement compte de ces étranget~~ de style que présentent parfois les œunes de saint Denys. . . - . . • Enfin la lecture même rapide des livres dont il. sagit, con-, vaincra que lafaçon décrire de lauteur mérite à plusi~urs, l ~8~s_!nt.r~._l!Pplaudie,quoiquon puisse bien ne pas-la. , Dommer absolument iI1éprochable. Parmi quelques taches ,qui lIqnt comme le pl!-chet de lépoque, brillent des beautés noIIi~ breU8$S, .q~e n~aurait désavouées le iiècle de. Périclès•.·,Et 1 . pas. . ,
  23. 23. r l~~­ -~--"""1 xx INTRODUCTION:f pourquoi nierait-on quil en pût être ainsi? A..!!.!.~~,p~?j~s p~çons saint Denys, Athènes nétait pas totalemen!.. ~Jshéritée ) de_~g~t déli~at et pur que plusieurs langues ont honoré en IUi consacrant un nom propre; elle donnait encore des .leç.ons~ déloquence aux grands hommes de tous les pays. Or, dou Vient . que notre écrivain ne les aurait pas entendues, comprises et [ pratiquées? Ensuite il lui fut possible de....llil~er garis les idéesl- l.ç!lréti~~.n~une notion d,u bea,u littéraire, plus correcte ct plusil, splendide qu~,-~~~~u.vait P~ton. On conçoit dès lors com­ ment son style nest pas sallL-lll.~lte. Dautre part, le caractère particulier et les forces de so.ngenie, la dire.ction antér.:.. . euremelltt· imprimée à ses études, linfluence inévitable du goût con!~o­ ( rain ont ~ lëInpêcher de ,!.éaliser a~c un -.~eur Ilarfait lJ.déa! q!l)! avait peut.:êtr~e~trevu. On conçoit dès lors aussi comment son style nest pas sanS2BIQÇhe. Donc sous ce point de ,ue, comme sous tous les autres, notre opinion soutient lexamen de la critique; et il est au moins permis de la réputer vraisemblable:" à moins toutefois quon ne veuille dire quen ~. diminuant de deux cents ans lantiquité de ces livres, on leur trouverait encore la physionomie que nous leur voyons. Carl " plusieurs monuments de récole néo-platonicienne sont à peu près de même style: ce quil est facile de constater par la lec­ ture des œuvres de ~lotin, de Proclus et des fragments qui nous restent dHérennius. Mais cetteobJéctioD, quelque force quon l l _:> lui suppose, ~ouve simplement quà envisager sO!l~un ce~tain rapport liLforme littéraire des écrits de saint Denys, on serait obligé de leur assigner une date flottante, qui se fixe à quel point lon veut dune période de trois siècles. A. coup~ûr, il ne suit rJ ~ 1 pas de là q,uils naient pu être composés .Pl!r qg~que (~ont~m­ } P()Ea.in des !.~~tres : cest pourtant ce qllil faudrait établir. Dailleurs, quel livr.e a P.l!-.!u Je premièr, celui des Noms divins ~ _;) Ij ou cel1,li des Erinéa~esfPlotin apu copl.er le n.ai saint Del1!s; ,. comme un faux saint Denys a pu copier Plotm. Or, poUr la solution ~e ce, doute~, doit-on: croire JJ0.~l!e, ancienne qy.i , affirme gué Œ.roclus .emprunta à notr~ ttuteur se~, pens,ées: et ..... .", ~"
  24. 24. 1 INTRODUCTiON XXI mtme ses,parQ.!es (i), OU l~ critique moderne qui présume que)~ c~ki a peut-être fait des emprunts à celui-là? Le lecteur Nf] f jllf:era lui-même. Jobserverai seulement que, dans la seconde opinion même, nos livres ne seraient pas dépouillés de CJlllil X note intrinsèque dauthenticit( gue présent::..!e .,!tyle : voilidJJ tout ce quilnous suffit de conclure pour le présent. Mais ne serait-ce point une preuve· de supposition que.~ l:o..bscurité" et~ _~nificen~, d~ux caractères si m~ués du, s!m de saint D~ys/etque ne présentent millement les autres écrits de nos premiers docteurs, et en particulier des apôtres? En effet, rien de simple«fet de...t~rent comme la pensée et la diction,dHer~, de saint Ignace, de saint Polycarpe. or,~ne 1) doit.on pas rapporter à des époques diverses des œuvres de si 1 dilerse apparence! ~ , , _ , Dabord en ce qui concerne lobscurité alléguée, la remarque quon nous oppose est fondée sur une ignorance totale de lantiquité, soit profane, soit ecclésiastique. Tout le monde sait tJ ù avec quelle réserve la philosophie païenne distribuait ses oracles; et quelle professait deux doctrines, lune exotérique à lusage de la foule, lautre ésotérique, réservée aux disciples délite._ Clément_lfAlexaRdri~ rapporte que le pythagoricien Hipparque, 1 accusé et convaincu davoir trahi le secret du maitre, fut exclu de~le, et quon lui érigea une colonne funèbre comme à un homme mort. Chacun a rencontré, au moins une fois, dans ses lectures les logogriphes que Platon adressait à son royal adepte. Aristote dit quon doit revêtir dornements et rendre ainsi plus accessibles au vulgaire les choses quil lui importe de savoir" J ~ais l{.uil faut dissimuler sous des locutions mystérieuses J~ çhoses .guil ne lui est pas permis Jde connaître. Tels furent du ) reste laveu et lusage des poètes et des piiIïosophes. . L~R~ise. a pratiqu~ dans les prem.ier~ siècles cette même dIsclphn!", du secret. Cétait" conforme aux exempl:s et aux:, 1 enseignements du Seigneurj car il sexprimait en ,figures, et en. " , - (1) Pachymeres in proœmio ad opera sancti Dionysii.. 1 • C =C:i"1;- :::::;U2?.z.~"- =< tooç;;oe
  25. 25. 1.1JI 2, l~TltODlJCTIO:il " xxu paraboles (i), et il recommandait formellement à ses disciples une sage discrétion (2). Aussi les premiers apologi~~!L.A.u christianisme, Tertullien (3), Origène (4), Athénagore (5),. s11int Justin (6), Clément dAlexandrie (7), nont pas cru devoir faire, à la nécessité de venger la religion, le sacrifice du silence [) prescrit, ni décourager la calomnie par-la divulgation positive des saints mystères? Il ) a plus: les paste~esPëïiPles, dans " I~rs instructions aux catéchumènes, respectaient les limites ,posées par la tradition; etè,e..JJ!Lllor~e d]n.t~rdi!l.j~urles vérités les_plu.s_a~~stes de lEvan..si!e, ne se levait quen faveur n l des initiés, comme nous lapprennent saint Ambroise (8), D ( saint Cyrille de Jérusalem (9), saint Basile (fO), saint Grégoire de o Nazianze (ft), saint Jean Chrysostome (12), et saint Augustin (13). Et en cela, la philosophie, et surtout lJ~glise, avaient de "raves raisons, qui subsistent en tout état de choses, et quon 1pourrait se rappeler utilement plus dune fois dans la vie. !!. ) y J!.~ls .JlSPli!LCLUiJll<g;Jlhèment ce quils ne comprennent pas; 1- lJi1 y a tels cœurs qui ne battent jamais que pour ce qui est ignoble; il ) a-tels sims que vëüsfuilèSTIre quanovouslëïïr JI parlë-;: le langage d~~~cti~ ardenteeCprofonde. Cest ce. . quobservent et développent les auteurs cités plus haut. C~e que compri t saint Denys, élève à la fois de la philosophie et du ( christianisme. rI pratiqua sans doute.le commandement quil . fait ·:à Timothée (f4), et pOUl" employer son langage ou plutôt cehii de la Bible, il se garda d~ jeter aux pieds des pourceaux ( la beauté des perles spirituelles. Il dut d0!1~ s.9.n8er.~muler )) -:::, sa Bensée, surtout dans un écrit que des circonstances quil était permis dappréhen-der, amèneraient sous les yeux des païens. , (1) iIlatth., cap. 13 et 14, et 15 el 21. - ~larc., cap. 3 el 13. - Luc., cap. 8 et 12, et 14 el 18. - (2) ~1allh., 1, 6. - (3) Apologet., no 1. ~ ( , (4) Contlà Celsum, lib. VI. - (5) Legatio pro chlislianis. - (6) 1 et 2 . Apologia. - (1) 5lroll1at., lib .. I. - (8) De MJsteriis, et alibi. - (9) Cale ­ t ches, 6-. - (10) De spirilu sando. - (H) Oralio 35· el 42•. - (12) Ho- . mil. 18, in-2 ad Cor. - (13) In Joan., Trac. 2, et alibi. - (14) Eccl. hie­ ~ larch., cag. !.
  26. 26. 23 l:>THODOCTIü:" XXIIIil senveloppa du.!!~rité E.rémé~e, laissant au voile assez t ~ ,JfSde transpare.W:LP...QllL1:Mification des inte!!iflences fidèles, et)l ( -a;;ëz dépaisseur pour que les profanes ne pussent devenirindiscrets. Cest pourquoi ses livres rappellent en certainsendroits ces passages énigmatiques des a!1cie~s philosophes qu~nimitaient pas indistinctement tous les h~me~ au banquet deleur doctrine, el cèSreflgieux discours de nos docteurs, où la y~omme si elle craignait.Je regard irrespectueux dune~pril mal préparé, se réfugie avec ses splendeurs dans une sorte de ténébreux !anctuaire. Loin donc quil y ait une preuve de supposition dans !.è~e obscurité mystérieuse, on doit y voir au contraire une manifeste r ( P~!!~~_.de )laut_~tiqu~é, la discipiinect"u secreiu):ant existé dans lEglise dès le principe, et même les raisons de la pratiquer étant beaucoup plus fortes pour les premiers siècles que pour )1 les temps postérieurs. On ne peut non plus rien inférer contre nous de la magnifi- cence du st}le quemploie saint Denys. Quand même son élo- qucnce serait ornée avecèe luxe asiatique "que lui reprochent les ) -- protestants Illyricus et Scûïtëf,quëSensuivrait-il? Qllun auteur des lemps apostoliques a manqué de goùt :. conclusion qui, dans lespèce, est parfaitement insignifiante, et laisse intacte la ques- tion de lauthcnticité. Mais reprenons. Le blâme dIllyricus et de Scultel est-il fondé? Non pas précisément. Cest du moins ce quont pensé plusieurs hommes renommés dans lempire des lettres: ~int Grégoire de :a7.iall7.e dit que sainl Denys écrivit de belles elsuMimes pages (i). Pholius le nomme grand dans son style comme dans ses pensée~t si la délicatesse attique du protes- tantisme répugne au sentiment de littérateurs et de philologues que la renaissance na point nourris de la pureté de son lait, nous po~vons. citer C~ (3), Pic de la )Iirandble, et de 1) Cilé par Lanssel; Disput. apolog. de sancto Dionys. -(2) Cilé par }ioEI Alexandre, Hist. Eccles:, Sœculo il>. (3) fingil voces novas, et compositiones format inusitatas mirificàs;
  27. 27. XXIV INTRODUCTIONIl Marsile Ficin (f), qui louent les œuvres et admirent le style déJ~ saint Denys. Ensuite de quelque épithète quon veuille honorer ou flétrir sa façon de sexprimer, Ja!!.~henticité de ces livres ne sy trouve aucunement intéressée. Un écrivain était-il dispense d"obéir à son genië particulier, parce quil existait au temps des apôtres, ou quil voulait traiter des questions de théologie? Linspiration divine nabolit pas le caractère des hommes quelle a touchés, et, sousÏe souffle-dëli. haùt, ilsformênt un concert et ne rendent pas un même son. Isaïe, élevé à la cour des rois, nécrit pas comme le pâtre Amos, ni le discirl~ du pharisien Gamaliel ( comme le pubTIëaiiïMatthieu. A plus forte raison pourra-t-il se trouver dëSdillérences entre des contemporains qui ne suivent que limpulsion de leur goût naturel: Bossuet ne parle pas comme Fénelon; quy a-t-il détonnant que saint Denys ne parle pas comme Hermas? --­ Ainsi, lélévation, ou même, sil y avait lieu demployer ce. mot, lenflure du style de saint Denys, nautorise pas la conclu­ sion exagérée que nos adversaires médi taient den tirer. ,Au teste, il y a bien quelque étrange logiqu e à dire Quun eCpl~ïiJ.ae-ma~nîficelice.-r:es ) livre ne remonte pas au temps des apôtres, parce que le style 1 en estûE:.sur p rotéslants trouvent­ ilSdëncsi faciles à lire les Epîtres de saint Paul aux Romains et } aux Hébreux, si dénué de grandeur lÉvangile de saint 1ean, si simple et si claire lApocalypse? Cependant saint Pie~ce lJI q~.J.~n ne compren<!-~s sans ,p~, fe:"ecrr,ls-ùe son frère lApôtre des nations (2);les CeI!U:,1Upr:ëinqalscours que s&1! et quœ unD verbo aut altero wei poterant, difTundit in plures voces admodùm sonoras et magnificas,atque congestis multis vcrbis obscurat sermonem. Cité par Lanssel, ubi supra. (1) Dionysius noster exultat passim, etrundit œnigmata, eoneinit dithyrambos. Itaque quam arduum est plofundos ejus sensus intelli~ gentiâ peiletrare, tam difficiles miras verborum eompositiones ae quasi eharaclerem imitari, ae latinis prœsertim verbis exprimere. (hi Opera saneti Di~nysii,) - (2) II Epist., 3, t6. -­
  28. 28. r .. :;. ; INTRODUCTIO~ ·xxv Augus~in_1.~9~~_1l~ssés_ne sel1!.bl~.~E..a~. .!o.l!~.;-à_~~~_~...i.~~!i~.es à ceuxqui veulent pénétrer les oracles de samt Jean; et des) h~;me; d~ foi et<rintellige~lëëon~tla?orielli;~inent commenté 1 lA..E.0calypse, sans s.e flatter d e~ arOir ~Ie~ alle.mt le sens exact. ~ais aussi pourquoI ces catholiques n avalent-Ils pas confiance en lesprit propre? - Enfin des critiques ont vçmlu voir une trace de suppositionr. -n dans les expressions -;:,).r~, eniant, que saint Denys adresse à~-~ Timothée, son collègue dans le sacerdo<?e, et v7C6.-;-::x~~ par, laquelle il désignêla persollnali~!l_Djeu:Or, le premier terme semble déplacé dans le cas présent: car ce nest pas ainsi quun én1que appelle un évêque; le second navait pas encore reçu, par suite q,une longue et àP.~~_coDt~rse, sa signification défi-) nitÏle; ct pourtant, à la manière nette et résolue dont parle notre auteur, on pourrait croire quil écrivit après la querelle terminée, Mais quant au premier chef, il est difficile destimer jusquà quel point celle expression ltOCr, pouvait paraître singulière sous la plume de saint Den)·s. Dabord il était plus âgé que Timothée: car une de ~s le~~~~, dont l~_iq~!!.<l.~~~perdu, ~~~s.3~~_x!_:tait au teml.~_ de Ch~~le:-l_~~~lluve~ et que nous p~ssé~ons e.n p~rtie c= d~ns la tra~~ctlon ae Scot-Erlgène, IE.ll.:gue g~~ a:~l: •.~·~~-I clOq ans il. 1 epoque du crucifiement de Jésus-C1lrist. Ce fait peut J ., Nr;> sèvérifIër- dune aufiê-façon-:"on-ïü -dans les Actes (1) quen 7 sorl.llnt dAthènes, saint Paul vint à Corinthe où il trouva Aquila et lriscille qui fuyaient de nome devant lédit de lempereur Claude. Or, cet édit, daprès le témoignage de Paul Orose, qui c:tc ~o8epb, a~ait ét.é. ~orté lan de J:..:Ç_~.! (2); e~_~int .De. nys.)l c<==-­ Il était converh il la fOI ou celte année mème ou la suivante, .. )lnlilïn avàii pu de,~ffiir ~"iilbrë -düï;rë~i;ib~-Mïdë san p~ys •. quen passant par 1~_~har&:._9).!.c_honte,comme le pres ­ ..•. :.;:::_~.:. ._--­ crivaient les lois athéniennes (3). Denys était ,. donc homme fail ,.- _.- -_. __ (t) ClIp. t7 et t8. - (2) lIist., lib.- VII. cap. 6, - (3) Plutarch. iu Solon. - Item, in Periel. .:.
  29. 29. 3 T , XXVI I:iTHüDUCnü:i quand saint Paul le rencontra dans laréopage: aussi les aute!!!,s esümen,_Lquil~_i!).t .chréti.e.n Vers lâge dë ~ns, softfan de ) J.-C .. 52 : ce qui en eITet lui donnerait vingI=quatre ou vingt-cinq ans à lépoque de la mort du Sauveur. Or, en lan 64, saint Paul écrivait à Timothée ces paroles : Nemo adolescentiam· tuam contemnat (:1). DQ..Il1:_quan.<lIiU1Qthée_~tait jeune homme encorej ( sai.!1t DenIs a.vait .~~~ins ciE.quante-ci~g_ans. Or, cette supériorité dâge pouvait-elle lui permettre lexpres­ sion quon lui reproche ?En cas daffirmative, lobjection quon voulait nous faire est. nulle.; en cas de négative, on aurait prouvé quil ne ses~ pas tenu dans les strictes limites de la bienséance alors reçue. Mais comme unlivre ne doit pas être nommé authen­ tique, par cela seul que les lois de la politesse y sont observées, ( de même il ne peut être réputé apocryphe, par cela seul quelles y seraient enfreintes.. . . Ensuite est-il vrai que le terme critiqué impliquât toujours ( lidée de protection et de supériorité que nous y attachons - 1. ~ujol:1rdhui ? :Xous ne le croyons pas: car >- dans la primili..ve Eg~s;., . ~~L....... __ ~!~.:.étiens étaient ae.,pelés enfan~s, à raison de les }j " lingen!1ité et de la douce.ur de leurs mœurs; et pour la même . ( lDISon, îeQVêguëse(les autres ministres de lautel recevaient ~ I~Jitre d~enfaQts sacrés: ~o:nb; lzpèt.Lëp;être Clément dAIëXan­ drie dit à tous les fidèles et conséquemment aux évêques: 0 enfants, notre maître estsemblabl.e à Dieu son. Père (2)! Etcest ( ainsi que parle le Seigneur lui-même; car il demand~ue nous soyons des enfants(3), etilnomme enfants sesji~ljû.~~J;Mr.i!!.J?)1 Or, pourqïi.OiSiifnt Denys aurait-il méconnu ou dédaigné ce IDofond et pieux langage? . . . .~ ~iw.liëi.i,-Iapparition dl{~7t6G~OSJtans les œuvres..Y de saint Denys. semble au premier coup dœil créer pour notre opinion une difficulté dautant plus ·grave, quelle se recommande de lérudition dun homme;distingué, leJ:. .Nm:!n. Il sest plu à (i) 1 Epist. ad Tirnoth., 4, i2...... (2) Predag., lib. l, cap. 2. - (3) S. Luc., iS, n. - (4) Joan., 2i, 5....~J1tJd ...S L . ", ... Jf.~ -.
  30. 30. .(1 i~TRO))lJCTIO~ :tXVII rélayer de citations nombreuses; et, du haut de ces textes amon- cel{~s, €!....§..9.JlsJrLpmte.ction dun nom glorieux, I.:..CÙljection a r..qjr de hraver toute critique ultériel!!e (i), Cependant il est permis dê discuter lës ralsonsâilégiié-es par le savant Qratorien.Il est ~ hie~ai HU·ùJ1P.og:ue ~~us plaçons saint Den~ lexpre,ssion) dont il ~a;!it navait pas e~3~ç~jL§.ullrag~JL,.lEfilise e,lItière une sorte de consécration; il est vrai aussi quelle ne fut ) ;;;TèiilleiIemënt âècreditée et nentra dans le langage technique Je la théologie quen conséquence du concile dAlexandrie, J célébré en 362 par les soins de saint Athanase. Né~ins ce n~pas_ILq,l-:"~paraîtp..9!!.r:.l.lLprem!1_~ois; et, pour ~re <- pas dun fréquent usage chez les auteurs ecclésiastiques, elle ne laissait pas dètre connue et employée. Car le concile de :icée, sans vouloir alors fixer définitivement le sens de ce terme, sen était servi pour désigner la~ers2.nnalité, comme le démontre ~ailit Basile (2). Quelque, temps aüparavant, le prédécesseur dAthanase, Alexandre, adressait à lévêque de Constantinople, SOli homonyme, une lettre qui nous a été conservée par Théo- doret, et où il emploie le même mot pour exprimer la mt~me 1 pensée que notre auteur (3). De plus, dès lan ~60, saint ~ys 1dAlexandri~,~~ ég~Lel!!e_I!..L quJl..Y..L ~n Dieu plus~s by,postases.(4). On pourrait ajouter que ce mot dhypostases se~ Il trouve dll~(Elylaire grec_de léJ.lî.!rUl!~ Hébreux, X:;Pa.xt-rI ? lti)~ :1rO~,::i~tw" que la Vulgate rend, il est vrai, par subs- lance (5), I!!ais q~e des anciens trJl.d.Yis.aienLpar.:...personne (6). lln~lleurs, il ~en admettre que q~elgu!.!!......~~~!~i!.J..e remler de ce terme, et lui donna la valeur qui lui est restée. 1/<;0- /J] I)o~rquoi "eut-on ~u~ le phi!os!:>.p!le Dens_s...nait p.u.l.e connaître <_ -.fj eU.e.mploS_lll: aussI bien que tout autre, même avàilt tout autre? J Appa.remment ~s ~~lre~avaient exactement ie ~y;;tè~un ~-..----.- ._--:---- (I) De Ordi~at., part. II, cap. ,6, - (2fEpi~t: 125, apud collect. select. J>atrum, t. XL VI. - (3) Ad Ale:t: Cr. apud collect. Patrum, t. xvnr: _ () APlld collect, concilior. Labbœi. LI. - (5) Epist. ad Hrebr., cap. l, 3. - (6)~, Epist. 38, apud collee!.. Patrum, t. XLV.
  31. 31. 4~ XXI1I1 I:TIODUCTlO~ Dieu en trois personnes; apparemment encore, ils lont fidële­ ment transmlSàîëUrs disciples: pourquoi ceux-ci, à leur tour, nauraient-ils pas exprimé alec justesse ce qui leur avait été ( expliqué avec précision, ce quils croyaient avec amour? Et 1 -==> parce qu~~ain~p~E!Js ne tint réellementy.uc!~.9Jllp!edI.!netrfj - . p-2lémique qui nétait pas née, comment peut-op. lui faire un _ » ~PEoëh-ëd;éméÜrë en toute tranquTImrdâ~e une expressîon I~ do.nU.e_s.e.n~".n:était point coIilisté? Au reste, je ne voudrais pas dire, dans toute la rigueur du mot, ~ que les écrits de saint Denys nous soient venus sans la plus légère altération. Dabord, et indépendamment de toute mauvaise foi, ~-!e reprojuct~n de~JivJ:es à ce~te ~p~q!.l~ r~ndait . r 1 mor~k~ iné_vitables ~Ilelq~~s ?missl?~_o~ chaIlgements: ;J, --). ainSi, Corderius, un des meilleurs éditeurs de saint Denys, a signalé (~~ntu:...arlé!.nJ~5_eQviJ.on dslllsÈs di~~1!121~res diJIér.enls._q.uiLaYaiLso.us.. ~~eux. Ensuite, le sentiment de notre auteur commandait le respect, soit ù raison de son anti­ quité présumée, soit à cause de lélévation de ses doctrines :·...la ;.~1) ./ fraude étai! donc_~ile."Une obscuri~~J~~O.fon.de._.<J. ..vait. enveloppé s.~uYr_e§..dèsIQrigine ~JA.frn!!dJL~ta.~!-![Q!l~_JIl.çi}eJ;ll~l1!.~.~é ­ cu table. On conçoit donc que, dans lintérêt de lerreur, ou même . de la vérité, des homme.!?.aÜmt..Jlu méditer la falsification de ;../, ---:.:;> J( ç_~o.!!.uments, et y faire réeIle;;~;t queiquëScoUllêsTnle"r ­ polations. ( Mais, iode ce que la chose est possible, on ne doit pas se hf/ter de conclure quelle existe; et 2°, dune altération. partielle à une supposition totale, il y a tout un monde quon ne renverse ( pas dun trait de plume, Cest pourquoi iI~lli!LP.rouvé~t J?~n~ettoIlspa~, quon ne pujsse faîre_!~n:!2nte!:..j~u·ù -:> ) sjillLJ)~ny.s_J)nJtodllctioI) dU_ffi.o.L4y,.postase dans le la!lgage 1 théologique. Ainsi, et pour résumer ce qui a été dit sur le style de saint Denys, ni les expressions quon allègue, ni quelques traits dun goîit plus ou moins pur, ne détruisent les induction.s légitimes ue nous il."-.QIl.sJondée.Jl surJ!l caractère g~ae ~ll rnQ,!!:iè!"ll ~~;::":~~;:;:.~.-:-

×