EVolution des Technologie

730 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
730
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

EVolution des Technologie

  1. 1. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Les TIC, compétences à acquérir lors de son parcours scolaire. Table des matières Introduction ........................................................................................................................... 2 Etat de la question................................................................................................................. 4 Qu’est-ce que les TIC ? ..................................................................................................... 4 Quelle motivation à l’apparition des TIC dans le domaine du scolaire ? ............................. 4 Deux manières d’envisager les TIC au niveau scolaire : .................................................... 5 Etat de l’utilisation des TIC chez les jeunes ....................................................................... 5 Problématique ....................................................................................................................... 6 Question de départ ............................................................................................................ 6 Questions de recherche ..................................................................................................... 6 Hypothèses ........................................................................................................................ 7 Méthodologie ......................................................................................................................... 7 1) Questionnaire ............................................................................................................. 7 2) Test de compétences.................................................................................................. 7 Quel niveau d’intervention pour notre étude ? .................................................................... 8 Apport de la recherche .......................................................................................................... 8 Références bibliographiques ................................................................................................. 9 Annexe .................................................................................................................................10 Le test PCIE .....................................................................................................................10 Page 1
  2. 2. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Introduction Pour commencer et nous situer dans le domaine des TIC, nous allons dans un premier temps nous référer à quelques chiffres. L’OCDE et ses études nous montrent qu’en Suisse : Dans un premier temps, on peut aisément constater que la plupart des ménages ont accès à un matériel de base en matière de TIC. Plus de 90% des ménages possèdent un téléviseur et plus de 80% des ménages possèdent un ordinateur. Il faut remarquer aussi qu’avec 6,64% du PIB consacré aux dépenses TIC, la Suisse se classe au troisième rang des pays de l’OCDE derrière le Japon et la Suède. On peut donc tirer la conclusion que les TIC représentent un domaine d’activité important pour la Suisse. Nous avons d’ores et déjà quelques certitudes sur l’utilisation des TIC et dans quels domaines ces utilisations sont faites. La plupart de l’utilisation de matériel des écoliers est faite dans un premier temps à domicile (90% des élèves utilisent plusieurs fois l’ordinateur en une semaine) et dans un second temps à l’école (contre 40% à l’école). Page 2
  3. 3. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Il est aussi remarquable que de nombreuses études s’intéressent actuellement au sujet des TIC. Je cite S. Heer et A. Akkari (2006, p.39) : « Nous vivons actuellement une époque de rapide changements technologiques. Les TIC font désormais partie intégrante de notre société, dans un contexte tant professionnel que privé. Le développement rapide des TIC nous oblige donc à former aussi bien les enseignants que les élèves à ces nouvelles compétences. Or, il apparaît que l’adaptation aux usages des TIC en classe est trop lente. » On cherche de plus en plus à quantifier ces compétences sous formes de grands tests internationaux comme ceux de la PCIE (=ECDL). Cela nous permet d’affirmer l’importance croissante de l’utilisation des TIC autant dans notre monde économique que dans le domaine de la formation. Page 3
  4. 4. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Etat de la question Qu’est-ce que les TIC ? L’encyclopédie de la francophonie définit les TIC de la façon suivante : « Ce qu’on désigne sous le nom de technologies d’information et de communication va de l’écriture au téléphone analogique en passant par l’imprimerie et la télévision. L’avènement des technologies numériques, qui permettent de transmettre ou de reproduire un document sans perte d’information, a transformé le monde de la communication. C’est à ces technologies, parfois nommées NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) et surtout au monde ouvert par le réseau Internet, que l'expression « fracture numérique » fait référence. Le panorama suivant des TIC dans le monde (section enjeux) est destiné à illustrer le contexte de la fracture numérique Nord-Sud. » On peut donc dire que dans notre travail, c’est bien l’apport nouveau que représente les TIC dans le domaine du scolaire qui nous intéresse. Nous relevons cet aspect grâce à E. Vandeput (2003) : « L’augmentation générale de l’usage des technologies de l’information et communication pousse les enseignants à exploiter leurs savoir-faire propres et celui des étudiants dans des scénarios pédagogiques qui les incluent. ». Quelle motivation à l’apparition des TIC dans le domaine du scolaire ? a) Démystifier la technologie Comprendre et utiliser les nouvelles technologies. b) Compétences importantes sur le marché du travail Demandes des entreprises de compétences minimums, et cela en corrélation avec l’apparition de grand tests de compétences internationaux (PCIE). c) Contribution pédagogique Les TIC apparaissent comme outils pédagogiques, compétences à acquérir pour réussir sa scolarité (compétence transversale). d) Accès libre à l’information et interaction globale Avec l’apparition d’internet, apparition d’un lien interculturel constamment disponible. Attention, actuellement certaines organisations gouvernementales essaient de limiter la plateforme d’échange sur internet par des lois. La loi « Acta » est proposé et engendrerait une limitation des partages culturels sur internet. Page 4
  5. 5. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Selon O. Debande E. Kazamaki Ottersten (2004, p. 40), l’introduction des TIC dans le domaine de l’éducation correspond à quatre motivations. La première étant de démystifier la technologie aux yeux des élèves autant dans un but de reconnaissance que dans un but de compétences. La deuxième étant économique, les TIC représente une compétence à acquérir en vue des futures places de travail exigeant certaines connaissances dans ce domaine. La troisième étant que la technologie apporte une contribution au niveau pédagogique (en termes de processus d’apprentissage). Et la quatrième permet une redéfinition des rapports de pouvoir entre enseignants et apprenants. Deux manières d’envisager les TIC au niveau scolaire : 1) Comme une branche à part entière. 2) Comme des capacités transversales à acquérir. Selon S. Heer et A. Akkari (2006, p. 39-40) : « […] cette intégration en classe se situe entre deux approches institutionnelles. La première consiste à dire que les TIC peuvent être vus comme une discipline scolaire à part entière avec des compétences spécifique en TIC qu’il faut maîtriser à la sortie de l’école. La seconde conception affirme que les TIC sont des outils transversaux qui devraient être intégrés dans toutes les disciplines scolaires et font partie intégrante de tout enseignement. ». On peut s’imaginer que les compétences TIC sont situationnelles et que la vie de tous les jours en incite un apprentissage transversal, de plus en plus les factures se paient sur internet, de plus en plus on fait des virements bancaires par iban sur internet. E. Vandeput dit, (2003) : « Un professeur de français par exemple, qui imagine une séquence de cours supposant l’usage d’un logiciel de traitement de texte et la collecte d’information sur internet doit pouvoir s’assurer que les pratiques à mettre en œuvre ne constituent pas des obstacles imprévus au déroulement de cette séquence. Le problème se pose ailleurs qu’à l’école, dans les entreprises ou pour le citoyen de la vie de tous les jours. » Etat de l’utilisation des TIC chez les jeunes E. Vandeput, (2003) : « En septembre 2003, pour une nouvelle génération d’étudiants, nous décidons de réaliser un questionnaire traitant des compétences TICE que nous intitulons diplomatiquement : « Quel genre d’utilisateur(trice) êtes-vous ? ». ». On remarque que de tels questionnaire remettent souvent en cause l’utilisation que les jeunes font d’internet et que cela nécessiterait parfois une formation complémentaire afin de faire reculer les limites auxquels les jeunes sont confrontés. On peut alors penser que les Page 5
  6. 6. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury compétences des jeunes restent limité, et qu’il est du rôle de l’école d’offrir des formations rapides supplémentaires afin de développer de nouvelles compétences. Problématique Question de départ A l'école, les TIC sont également envisagées comme de compétences transversales à acquérir. C'est- à-dire qu'elles sont requises à d'autres fins et qu'elles sont donc sollicitées par exemple pour la réalisation d'un exposé (présentation), pour la réalisation d'un travail (traitement de texte) ou autres. Ces compétences non-évaluées ne sont donc pas enseignées directement, mais sont mobilisées et par conséquent améliorées lors de travaux. Elles seront par la suite potentiellement requises lors de la recherche et probablement pour l'obtention d'un poste de travail. Nous donnons donc pour objectif aux écoles de faire en sorte que le degré d'habileté en matière de TIC ne puisse plus être un facteur de discrimination lors de l'entrée dans le monde du travail en faisant en sorte de mettre dans la mesure du possible à niveau les élèves en ce qui concerne leurs capacités dans ce domaine (à capacités égales, chances égales). Questions de recherche La question qui est posée est : le matériel fourni dans les écoles est-il suffisant pour que les progrès soient égaux chez ceux qui ont beaucoup, peu ou pas de matériel au domicile ? Donc est-ce que l'input financier mis en jeu par les écoles au niveau informatique ainsi que la fréquence et la durée d'accès sont suffisants pour que les élèves disposant de beaucoup, peu ou pas de matériel au domicile aient les mêmes chances de pouvoir exploiter ces possibilités ? Tout en rappelant que « les comportements individuels ne peuvent s'inscrire dans des comportements et une culture de classe, donc dans un habitus homogène et unique. » (Peraya, 2010 : 644) ou, autrement dit : « la diffusion massive d'objets techniques n'implique nullement une appropriation identique dans les différents milieux sociaux » (Peraya, 2010 : 654) Tout cela finalement dans la perspective d'avoir le moins d'écarts de compétences possible entre les anciens élèves lors de la fin de la scolarité de niveau secondaire II afin de d'obtenir une égalité des chances lors de la recherche amenant à un poste de travail.    Est-ce que le matériel TIC mis à disposition dans les établissements contribue efficacement au développement de compétences TIC ? Est-ce que le matériel TIC mis à disposition dans les établissements scolaires permet de combler l’absence ou le manque de matériel TIC personnel et donc atteint un objectif d’égalité de capacités ? Est-ce que les élèves ayant peu de matériel TIC à la maison sont défavorisés en terme d’amélioration des compétences TIC durant l’école secondaire II. Page 6
  7. 7. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Hypothèses La mise à disposition de matériel TIC dans les écoles du secondaire II permet une égalité globale d'amélioration des compétences TIC entre les élèves disposant de beaucoup, peu ou pas de matériel au domicile. Méthodologie Nous allons procéder de deux manières : 1) Questionnaire : Le questionnaire vise à savoir quel est le matériel personnel dont dispose l’élève et quel usage en fait-il (ex. combien de fois utilise-t-il son ordinateur par semaine, quels programmes il utilise sur son ordinateur,…). 2) Test de compétences : Il vise à établir les compétences de chaque individu participant à la recherche. Comment fixer les compétences à évaluer ? Selon la recherche de M. Dahmani et L. Ragni, (2009). Et aussi sur les compétences requises par le test du PCIE (Le standard international de mesure et de validation des compétences de base en informatique), nous allons fixer les compétences à évaluer. Selon la recherche de M. Dahmani et L. Ragni, (2009) : « Afin d’estimer le niveau de compétence en TIC des étudiants, nous avons utilisé et construit une échelle d’évaluation allant de 0 à 5 et caractérisant leur degrés d’habilité pour les outils suivants : 1) un logiciel de traitement de texte, 2) un logiciel de présentation, 3) un tableur, 4) un logiciel de création de page web, 5) un logiciel de courrier électronique, 6) une navigation Internet, 7) un moteur de recherche, 8) des chats et/ou des forums, 9) un environnement WebCT et 10) leur capacité à installer des périphériques informatiques. », (p. 96). Et nous avons redéfini ces dix compétences en nous basant sur le PCIE (Le standard international de mesure et de validation des compétences de base en informatique) comme suit : Les compétences suivantes seront évaluées comme entités indépendantes : 1) Logiciel de traitement de texte, 2) logiciel de présentation, 3) tableur, 4) logiciel de courrier électronique, 5) une navigation internet, 6) un moteur de recherche, 7) gestion des documents, 8) capacité à installer des périphériques informatiques. Il est important de spécifier que nous prenons en compte les limites des tests et les mises en garde selon E. Vandeput. Notre test de compétence doit être accessible à tous, et ne pas discriminer certains participants. Les relations entre ces deux méthodes s’expliquent : mise en relation entre l’accès à un matériel TIC (de l’individu) et l’évolution des compétences TIC. Page 7
  8. 8. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Quel niveau d’intervention pour notre étude ? Nous allons agir dans un cycle gymnasial jurassien (lycée cantonal jurassien). Cette école a actuellement fait de nombreux investissements en matériel TIC. Nous allons donc désigner une année scolaire (par exemple 2012/13) et la suivre durant son cursus de 3 ans. A la rentrée, nous allons distribuer les questionnaires (afin de faire le point sur le matériel qu’ils ont à disposition à domicile et l’utilisation qu’ils en font), et ils passeront aussi le test de compétence définit ci-dessus. Nous répèteront l’expérience en fin de parcours (fin de la scolarité du lycée), après les 3 ans d’école. Cela va alors nous permettre de mettre en évidence l’évolution des compétences TIC de ces élèves. Si les résultats sont concluants, nous espérons pouvoir réaliser notre projet sur d’autres sites dans les différents cantons. Apport de la recherche Notre recherche aidera les institutions à connaître l'importance de la mise à disposition de matériel TIC dans les écoles afin de mieux équilibrer les élèves disposant de beaucoup, peu ou pas de matériel de ce genre au domicile. En connaissant mieux la situation avec ses effets bénéfiques ou non, cela permettra à l'établissement de mieux gérer ses investissements afin d'avoir un bon équilibre entre égalité des compétences et argent mis en jeu. Et comme il a déjà été dit : « le parcours biographique constitue un élément central dans l'exclusion ou la non exclusion des individus, contribuant donc à rendre définitivement caduque toute velléité de réduction des inégalités numériques par la seule généralisation de l'accès aux technologies. » (Peraya, 2010 : 654) Nous cherchons donc à démontrer la véracité de cette affirmation afin d'éviter les dépenses excessives qui font évidemment partie du processus d'équipement massif en matériel TIC. Page 8
  9. 9. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Références bibliographiques Albero, B. « Technologies et formation : travaux, interrogations, pistes de réflexion dans un champ de recherche éclaté », Savoirs, 2004/2 n° 5, p. 9-69. DOI : 10.3917/savo.005.0009 Ben Youssef, A. et Rallet, A. « Présentation », Réseaux, 2009/3 n° 155, p. 9-20. DOI : 10.3917/res.155.0009 Castillo-Merino D. al., « Usage des technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement supérieur » Une analyse des performances des étudiants en e-learning dans la région catalane, Réseaux, 2009/3 n° 155, p. 55-80. DOI : 10.3917/res.155.0055 Dahmani, M. & Ragni, L. « L’impact des technologies de l’information et de la communication sur les performances des étudiants », Réseaux, 2009/3 n° 155, p. 81-110. DOI : 10.3917/res.155.0081 Debande, O. et Kazamaki Ottersten, E. « Technologies de l'information et de la communication : un outil performant qui ouvre des perspectives à l'apprentissage », Politiques et gestion de l'enseignement supérieur, 2004/2 no 16, p. 37-69. Granjon Fabien, Lelong Benoit et Jean-Luc Metzger (ed.), « Inégalités numériques. Clivages sociaux et modes d'appropriation des TIC », Hermès Lavoisier, Paris, 2009 Heer, S. et Akkari, A. « Intégration des TIC par les enseignants : premiers résultats d’une enquête suisse », Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 2006/3(3). Marquet, P. « Lorsque le développement des TIC et l'évolution des théories de l'apprentissage se croisent », Savoirs, 2005/3 n° 9, p. 105-121. DOI : 10.3917/savo.009.0105 OFS. (2012). Société de l’information – indicateur. Repéré http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/16/04/key/approche_globale.html à Peraya Daniel, « De la diversification des usages sociaux des TIC considérée comme effet et cause d'inégalités sociales », Distances et savoirs, 2010/4 Vol.8, p. 643-654 Raulin, D. et al., « Impact d'Internet et des TIC sur la mise en oeuvre des politiques éducatives » Programmes, gouvernances, innovation, réseaux...regards croisés, Distances et savoirs, 2005/3 Vol. 3, p. 403-416. Vandeput, E. (2003). Evaluation des compétences en http://www.det.fundp.ac.be/cefis/publications/etienne/didapro.pdf Page 9 TIC [pdf]. Repéré à
  10. 10. Méthodologie et savoir-faire académique 2012 F. Rapanovici, N. Mainardi, L. Verheij, G. Fleury Annexe Le Test PCIE Finalement, qu’est-ce que le test PCIE ? Le projet de l'ECDL a des intentions claires de certification. Ce certificat devrait constituer la preuve que les objectifs sont atteints. Quant aux objectifs généraux, ils ne sont pas très clairement annoncés: "Le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) … s'adresse à toute personne qui souhaite ou doit valider ses aptitudes à créer, organiser, et communiquer des documents et des informations. Avec un PCIE :   Dans l'enseignement ou la formation, le futur utilisateur des technologies de l'information apporte la preuve de ses compétences de base. Dans l'entreprise, le collaborateur possède un niveau de maîtrise suffisant de son poste de travail pour être autonome et productif." Le PCIE évalue les connaissances de base nécessaires à toute personne travaillant sur PC. Il teste les bonnes pratiques et les bons réflexes. L'efficacité et la satisfaction personnelle augmentent, et avec elles celles de l'entreprise Chacun des tests d'évaluation proposés conditionne la matière sur laquelle porte cette évaluation en plusieurs modules. Cette répartition en modules mérite quelques comparaisons. En général, les premiers modules s'intéressent à des généralités et les suivants se focalisent sur des catégories de logiciels. ECDL – PCIE Sept modules sont proposés: 1. Bases de l'informatique 2. Utilisation de l'ordinateur et gestion des fichiers 3. Traitement de texte 4. Tableur 5. Base de données 6. Présentation 7. Information et communication Pour un centre de formation, le PCIE Start constitue un objectif facile à promouvoir auprèsdes stagiaires y compris si ceux-ci ne viennent que pour une formation ciblée… Pour l'entreprise, le PCIE Start est un objectif raisonnable, voire le meilleur objectif, dans un plan Compétences ou Formation. Il va motiver les collaborateurs d'une façon extraordinaire (des milliers d'expériences en Europe en font foi) et leur donner un objectif concret de compétences en bureautique à atteindre. Page 10

×