DÉCRYPTAGE
SOCIÉTÉ
À LA UNE
18 LA LETTRE DU CADRE TERRITORIAL ■ N° 332 - 15 FÉVRIER 2007 ■
Franck Confino • franck-confino...
DÉCRYPTAGE SOCIÉTÉ À LA UNE
19LA LETTRE DU CADRE TERRITORIAL ■ N° 332 - 15 FÉVRIER 2007 ■
sociologue Pierre Bourdieu (décé...
DÉCRYPTAGE
SOCIÉTÉ
20 LA LETTRE DU CADRE TERRITORIAL ■ N° 332 - 15 FÉVRIER 2007 ■
parole impartis à chaque
candidat. Ceux ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Politique et internet : les pires ennemis ? (La Lettre du cadre, 2007)

311 vues

Publié le

Article publié en Une de La Lettre du Cadre,

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
311
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Politique et internet : les pires ennemis ? (La Lettre du cadre, 2007)

  1. 1. DÉCRYPTAGE SOCIÉTÉ À LA UNE 18 LA LETTRE DU CADRE TERRITORIAL ■ N° 332 - 15 FÉVRIER 2007 ■ Franck Confino • franck-confino@wanadoo.fr Campagnes sauvages, vidéos volées, montages inacceptables…, l’occasion d’une nouvelle forme de lynchage politique sur internet… où les blogs relèvent le niveau. M édias et démocratie : crise de confiance ou de défiance ? Aux États-Unis, il aura suffi d’un film amateur de moins d’une minute pour briser la carrière politique du sénateur George Allen, espoir du parti républicain pressenti pour l’investiture de 2008. En août 2006, devant une poignée de suppor- ters, le candidat avait pris à partie un vidéaste démo- crate et, se laissant aller à « l’intimité » de son petit auditoire, l’avait traité de « macaque ». Quelques jours plus tard, la vidéo mise en ligne sur YouTube faisait le tour du web. Quelques semaines plus tard, tous les médias américains reprenaient l’informa- tion et l’opinion publique s’indignait. Quelques mois plus tard, George Allen perdait son siège de sénateur de Virginie et tout avenir politique sur le plan natio- nal. « Suivre l’adversaire et attendre la faute » Comme l’explique très bien Netpolitique : « Foin de naï- veté : parmi les milliers de vidéos mises en ligne chaque jour, celle-ci ne s’est pas miraculeusement retrouvée en boucle à la télévision par la grâce du Saint-Esprit et la magieduweb,fût-il2.0.Levidéasteamateurenquestion, comme semble l’indiquer le sénateur au milieu de son aparté,est en réalité un supporter de son adversaire qui, visiblement, le suit dans toutes ses apparitions publiques,caméra au poing.C’est un principe de base du travail d’« opposition research » ; suivre l’adversaire et attendre la faute. Ce qui est novateur, c’est le fait d’utili- ser systématiquement la vidéo, en sachant désormais que l’on peut compter sur les portails vidéos et les blogs pour la relayer avec ou sans le levier des médias tradi- tionnels. » Les « espions » missionnés par l’opposition dans les meetings politiques ont toujours existé. Mais avant l’arrivée des sites de partage de vidéos, il fallait d’abord convaincre une chaîne de télévision. Aujourd’hui, non seulement il n’y a plus besoin d’inter- médiaire pour diffuser ce genre d’images, mais les médias traditionnels en sont d’autant plus friands qu’ils n’ont pas à assu- mer la responsabilité de leur primo diffusion. Politique et internet : les pires ennemis ? 18 polit et internet:DS_article1 9/02/07 15:09 Page 18
  2. 2. DÉCRYPTAGE SOCIÉTÉ À LA UNE 19LA LETTRE DU CADRE TERRITORIAL ■ N° 332 - 15 FÉVRIER 2007 ■ sociologue Pierre Bourdieu (décédé en 2002) expliquant que « Ségolène était de droite », ensuite avec l’extrait d’une réunion interne, datant de janvier 2006, diffusé sur DailyMotion quelques jours avant les primaires du Parti Socialiste. La vidéo, vue près de 400 000 fois, aurait été mise en ligne via un membre du parti, sympa- thisant de DSK… et accompagnée de nombreux « appels à diffusion » auprès des internautes militants. Et pour continuer sur l’utilisation de Daily Motion comme support de propagande, n’oublions pas de citer ce clip anti-Sarkozy, mon- trant une succession d’images policières et de petites phrases contradic- toires prononcées par le ministre de l’Intérieur, sur fond de musique anxio- gène. Il aura fallu que Libération explique, plusieurs mois après sa diffusion, qu’il ne s’agissait en réalité que d’un montage d’images sorties de leur contexte initial. On peut légitimement s’interroger sur la responsabilité de ceux qui relaient « à chaud » ces rumeurs, sous cou- vert d’expliquer des phénomènes qui seraient propres au web 2.0. Le blogger Versac s’insurge contre cette « hypothèse confortable d’une émergence propre à la blo- gosphère » : « Dans le cas de la vidéo de S.Royal,l’émer- gence auprès d’un large public de cette vidéo est égale- ment due à la reprise par des médias importants,à com- mencer par lemonde.fr,qui en fait sa « une »,très rapide- ment après sa mise en ligne, alors que la vidéo n’avait encore été visionnée que par quelques centaines d’inter- nautes appartenant à un cercle restreint. » C’est ainsi qu’en période de campagne électorale, le CSA ne comptabilisera pas ces vidéos dans les temps de ••• Au-delà des procédés d’opposition research, la facilité avec laquelle tout le monde peut désormais réaliser des reportages vidéos – à l’aide d’une petite caméra ou tout simplement de son téléphone mobile – et les diffu- ser ensuite sur la toile change singulièrement la donne médiatico-politique. Les « caméras citoyennes » ont désormais la part belle sur le net. Mais nombre de ques- tions se posent. Qui est le « réalisateur » du film ? La sourced’informationest-ellevérifiable ?Lavidéoa-t-elle été piratée ? Détournée ? Existe-t-il une réelle volonté d’information ou bien s’agit-il d’une campagne de déni- grement ? Quid du droit à l’image ? Difficile pour l’inter- naute de se faire une réelle opinion. Politique, mensonges et vidéo En France, tout le monde garde en mémoire l’« attaque vidéo politique » dont a été victime Ségolène Royal, d’abordavecladiffusiond’une«interviewexclusive»du EN FRANCE, LA VIDÉO EN LIGNE SE SITUE DANS UN VIDE JURIDIQUE TOTAL Internet est devenu un média important et « tenir » un blog est un bon moyen de l’appréhender en cernant mieux comment mes concitoyens réagissent à mes papiers. J’ai peu de temps et suis obligé de rédiger le matin tôt, le soir tard lorsque je rentre de réunion et surtout le week-end. J’ai parfois du mal – faute de temps – à parler de tout ce qui me semble intéressant. Je m’applique à toujours emmener avec moi un petit appareil photo numérique pour illustrer ce blog. Par- fois il m’est arrivé de demander aux journalistes de la PQR de faire la photo à ma place. Ils le font de bon cœur et je dois avouer que je me rends mieux compte de la difficulté du travail des journalistes qui, comme moi, sont sous la pression permanente du temps ! Ce « travail » est prenant, mais assez passionnant. Je commence à mieux cerner l’univers des bloggers car je vais en « visiter » quelques-uns à la seule fin de pren- dre des idées. Je crois qu’il faut beaucoup de temps pour faire un excellent blog. Mais, progressivement, je constate que je suis plus lu et que les commentaires sont plus nombreux et de plus grande qualité. Le blog peut devenir un vrai instrument de la démocratie car on touche sans doute des publics qui ne sont pas concer- nés par d’autres médias. Difficile pourtant de cerner l’avenir de ce média, mais impossible de ne pas s’y intéresser. IMPOSSIBLE DE NE PAS S’Y INTÉRESSER Pierre Regnault, maire de La Roche-sur-Yon, conseiller général de la Vendée 18 polit et internet:DS_article1 9/02/07 15:09 Page 19
  3. 3. DÉCRYPTAGE SOCIÉTÉ 20 LA LETTRE DU CADRE TERRITORIAL ■ N° 332 - 15 FÉVRIER 2007 ■ parole impartis à chaque candidat. Ceux qui jouent avecla«starification»deleur personne et dévoilent leur vie privée seront peu crédibles lorsqu’ils se plaindront pour vol d’images… puisqu’eux- mêmes glissent ostensible- ment de l’information et du débat d’idées vers le sensa- tionnel et l’émotionnel. Bombardement Goo- gle Autre phénomène : le Google bombing (ou bombardement Google).Cettetechniquecon- sisteàpropulserunsiteinternetentêtedesrésultatsdu célèbre moteur de recherche par mot-clé, en faisant pointer un maximum de sites, blogs ou splogs (mot- valise né de l’association de spam et blog) vers lui. Une méthode qui exploite les failles de l’algorithme (Page- Rank) utilisé par Google pour sélectionner et classer les sites dans son index : accorder un meilleur référence- ment aux pages ayant le plus d’hyperliens pointant vers elles. La première victime de cette nouvelle forme de negative campaign virtuelle ne fut autre que Georges Bush, à la fin de l’année 2003. Ainsi, grâce au génie informatique d’un petit groupe d’opposants à la guerre d’Irak, lorsque vous tapez « miserable failure » sur Google, c’est le site de la Maison Blanche qui apparaît en premier ! Début 2004, ce fut au tour du député français Jean Dionis du Séjour, rapporteur du projet de loi sur l’écono- mie numérique, d’être victime de Google bombing sur l’expression « Député liberticide ». D’un point de vue juridique, aucun régime ne définit la responsabilité du moteur de recherche, comme c’est le cas pour l’hébergeur. Et pourtant, face au phénomène, Google – qui n’est pas indifférent à sa propre responsa- bilité – est intervenu pour supprimer « manuellement » l’association entre le mot-clef « magouilleur » et le site de l’Elysée, à la suite d’un Google bombing dont avait été victime le président Jacques Chirac l’an passé. Les blogs politiques font de la résistance Dans cette mêlée générale sur le web où tous les coups (bas)sont permis,lesblogspolitiquesrelèventle niveau, sansavoirforcémentbesoindefaireuneréelleaudience pour générer de nombreux articles et servir de source aux médias traditionnels. Le blog permet aux tribuns de renforcer la proximité avec les internautes, tout en mettant en valeur des aspects plus personnels dans leurs propos, élément non négligeable et novateur. Le climat s’apaise franche- ment lorsqu’on sort du ter- rain présidentiel pour aller danslechamppolitiquelocal. Certains élus surprennent par la manière dont ils s’in- vestissent pour enrichir leur blog… et les internautes ap- précient, indéniablement, ceux qui misent sur l’assi- duitéetl’authenticité.C’estle cas d’Alain Lambert, comme dePierreRegnault(voirenca- dré).PourlesénateurUMPde l’Orne, « c’est un instrument dedémocratie.Leblogmeper- met chaque jour d’émettre une idée nouvelle, de la soumettre aux visiteurs, de re- cueillirleurspointsdevue,delesentendrediscuterentre eux,d’entirerlesconclusions,deredonnermonavisetde relancer le débat ». Quant au maire de La Roche-sur-Yon, ilnesortplussanssonappareilnumériqueafindepren- dre des photos pour son blog ! ■ Sites et blogs - Netpolitique : un site de référence sur l’impact d’internet dans le monde politique http://www.netpolitique.net - Dailymotion : site français de partage de vidéos, théâtre de la campagne présidentielle française http://www.dailymotion.com/fr - YouTube : l’équivalent américain de Dailymotion, théâtre des dernières élections outre-atlantique http://www.youtube.com/ - Versac : le blog sur la politique et la chose publique de Nicolas Vanbremeersch http://vanb.typepad.com/versac/ - Le blog d’Alain Lambert : l’ancien ministre UMP délégué au budget livre ses analyses http://www.alain-lambert-blog.org - Le blog de Pierre Regnault : le maire PS de La Roche-sur-Yon, raconte son travail d’élu et livre ses réflexions politiques http://www.leblogde- pierreregnault.com Pour aller plus loin Découvrez le nouveau Dossier d’experts n° 501, « Le blog territorial, nouvel enjeu de la communi- cation locale », aux éditions Territorial. Sommaire et commande sur http://librairie.territorial.fr rubrique « Dossiers d’experts ». DOCDOC ••• À LA UNE 18 polit et internet:DS_article1 9/02/07 15:09 Page 20

×