Exposé français yves,thomas,aurélien

1 136 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 136
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
841
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Exposé français yves,thomas,aurélien

  1. 1. BAUDELAIRE et l'argent
  2. 2. Son enfance ● Charles pierre Baudelaire(1821-1867)Né et mort à Paris issu d'un milieu bourgeois du XIX ème ● Il perd son père en 1827 ● 1828:remariage de sa mère avec un chef de bataillon de l'armée ● 1832 :Aupick envoie Charles en pension à Lyon avec lui pour le séparer de sa mère ● 1841:exil de Baudelaire vers les Indes par Aupick et début écrits poétiques ● 1842:Baudelaire majeur vient percevoir l'héritage paternel ● Pbq:Comment son rapport à l'argent a t-il influencer son œuvre ?
  3. 3. 1.Sa jeunesse et sa vie de débauche ● À sa majorité Baudelaire va avoir une vie à caractère bohémien avec de nombreuses addictions (opium, hashish, sexe et alcool) durant deux années consécutives à vivre dans un grand hôtel ● 1844 :perte d'une grosse partie d'héritage mise sous tutelle du notaire Narcisse Dérié Ancelle par la famille avec rente mensuelle
  4. 4. 2. Une suite compliquée ● 1845:vit de la critique d'art et du journalisme.Rupture brutale avec sa vie antérieur= tentative de suicide le 30 juin ● 1848:première traduction d’Edgar Poe nouvelle source de revenu ● 1850 : loge avec Jeanne Duval à Neuilly ● 1851:publication plusieurs poèmes des Fleurs du mal ● 1855:petit poèmes en proses. ● 1857:mort Aupick publication les fleurs du mal ● 1860:dégradation de son état de santé ● 1864 : endetté malade et usé, il part à Bruxelles puis contracte une syphilis ● 1865 : nombreux malaises, guérison par opium et quinine ● 1867:décède à 66ans
  5. 5. Ressenti dans son œuvre Elévation Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées, Des montagnes, des bois, des nuages, des mers, Par delà le soleil, par delà les éthers, Par delà les confins des sphères étoilées, Mon esprit, tu te meus avec agilité, Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde, Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde Avec une indicible et mâle volupté. Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides; Va te purifier dans l'air supérieur, Et bois, comme une pure et divine liqueur, Le feu clair qui remplit les espaces limpides. Derrière les ennuis et les vastes chagrins Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse, Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse S'élancer vers les champs lumineux et sereins; Celui dont les pensers, comme des alouettes, Vers les cieux le matin prennent un libre essor, - Qui plane sur la vie, et comprend sans effort Le langage des fleurs et des choses muettes! Les Fenêtres Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n’est pas d’objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu’une fenêtre éclairée d’une chandelle. Ce qu’on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie. Par-delà des vagues de toits, j’aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec son geste, avec presque rien, j’ai refait l’histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant. Si c’eût été un pauvre vieux homme, j’aurais refait la sienne tout aussi aisément. Et je me couche, fier d’avoir vécu et souffert dans d’autres que moi-même. Peut-être me direz-vous : « Es-tu sûr que cette légende soit la vraie ? »        Qu’importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m’a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis ?  Petits poèmes en prose, 1869.
  6. 6. Le crépuscule du soir Voici le soir charmant, ami du criminel ; Il vient comme un complice, à pas de loup ; le ciel Se ferme lentement comme une grande alcôve, Et l'homme impatient se change en bête fauve. Ô soir, aimable soir, désiré par celui Dont les bras, sans mentir, peuvent dire : Aujourd'hui Nous avons travaillé ! - C'est le soir qui soulage Les esprits que dévore une douleur sauvage, Le savant obstiné dont le front s'alourdit, Et l'ouvrier courbé qui regagne son lit. Cependant des démons malsains dans l'atmosphère S'éveillent lourdement, comme des gens d'affaire, Et cognent en volant les volets et l'auvent. A travers les lueurs que tourmente le vent La Prostitution s'allume dans les rues ; Comme une fourmilière elle ouvre ses issues ; Partout elle se fraye un occulte chemin, Ainsi que l'ennemi qui tente un coup de main ; Elle remue au sein de la cité de fange Comme un ver qui dérobe à l'homme ce qu'il mange. On entend çà et là les cuisines siffler, Les théâtres glapir, les orchestres ronfler ; Les tables d'hôte, dont le jeu fait les délices, S'emplissent de catins et d'escrocs, leurs complices, Et les voleurs, qui n'ont ni trêve ni merci, Vont bientôt commencer leur travail, eux aussi, Et forcer doucement les portes et les caisses Pour vivre quelques jours et vêtir leurs maîtresses. Recueille-toi, mon âme, en ce grave moment, Et ferme ton oreille à ce rugissement. C'est l'heure où les douleurs des malades s'aigrissent ! La sombre Nuit les prend à la gorge ; ils finissent Leur destinée et vont vers le gouffre commun ; L'hôpital se remplit de leurs soupirs. - Plus d'un Ne viendra plus chercher la soupe parfumée, Au coin du feu, le soir, auprès d'une âme aimée. Encore la plupart n'ont-ils jamais connu La douceur du foyer et n'ont jamais vécu ! L'arrivée du soir ici peut être apparenté au temps qui passe et à la vieillesse qui arrive Lentement avant que l'on s'en rende compte. Parle toujours de sa vie en exprimant sa fatigue en Rentrant cher lui après avoir travaillé. Dans ce passage il exprime son rejet de L'univers bourgeois dont il est pourtant Issue.Il devient donc anti-matérialiste et Donc contre la bourgeoisie (après mise sous tutelle du notaire de Neuilly). Il demande des excuses auprès de son âme pour Ses deux précédentes années de débauche en Estimant avoir trop souffert de cette période. Conclusion de sa vie : avoir trouver la paix interieur
  7. 7. Le crépuscule du soir Voici le soir charmant, ami du criminel ; Il vient comme un complice, à pas de loup ; le ciel Se ferme lentement comme une grande alcôve, Et l'homme impatient se change en bête fauve. Ô soir, aimable soir, désiré par celui Dont les bras, sans mentir, peuvent dire : Aujourd'hui Nous avons travaillé ! - C'est le soir qui soulage Les esprits que dévore une douleur sauvage, Le savant obstiné dont le front s'alourdit, Et l'ouvrier courbé qui regagne son lit. Cependant des démons malsains dans l'atmosphère S'éveillent lourdement, comme des gens d'affaire, Et cognent en volant les volets et l'auvent. A travers les lueurs que tourmente le vent La Prostitution s'allume dans les rues ; Comme une fourmilière elle ouvre ses issues ; Partout elle se fraye un occulte chemin, Ainsi que l'ennemi qui tente un coup de main ; Elle remue au sein de la cité de fange Comme un ver qui dérobe à l'homme ce qu'il mange. On entend çà et là les cuisines siffler, Les théâtres glapir, les orchestres ronfler ; Les tables d'hôte, dont le jeu fait les délices, S'emplissent de catins et d'escrocs, leurs complices, Et les voleurs, qui n'ont ni trêve ni merci, Vont bientôt commencer leur travail, eux aussi, Et forcer doucement les portes et les caisses Pour vivre quelques jours et vêtir leurs maîtresses. Recueille-toi, mon âme, en ce grave moment, Et ferme ton oreille à ce rugissement. C'est l'heure où les douleurs des malades s'aigrissent ! La sombre Nuit les prend à la gorge ; ils finissent Leur destinée et vont vers le gouffre commun ; L'hôpital se remplit de leurs soupirs. - Plus d'un Ne viendra plus chercher la soupe parfumée, Au coin du feu, le soir, auprès d'une âme aimée. Encore la plupart n'ont-ils jamais connu La douceur du foyer et n'ont jamais vécu ! L'arrivée du soir ici peut être apparenté au temps qui passe et à la vieillesse qui arrive Lentement avant que l'on s'en rende compte. Parle toujours de sa vie en exprimant sa fatigue en Rentrant cher lui après avoir travaillé. Dans ce passage il exprime son rejet de L'univers bourgeois dont il est pourtant Issue.Il devient donc anti-matérialiste et Donc contre la bourgeoisie (après mise sous tutelle du notaire de Neuilly). Il demande des excuses auprès de son âme pour Ses deux précédentes années de débauche en Estimant avoir trop souffert de cette période. Conclusion de sa vie : avoir trouver la paix interieur

×