Note conceptuelle cnop cam

2 233 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 233
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 325
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Note conceptuelle cnop cam

  1. 1. Présentation de la note conceptuelle Consortium CIUY2C Marie Joseph MEDZEME ENGAMA Secrétaire Exécutive de CNOP-CAM Coordonnatrice du Consortium CIU2C
  2. 2. 1. Fiche signalétique 2. Contexte et justification 3. Objectifs 4. Problèmes à résoudre 5. Principaux acteurs et partenaires 6. Axes d’intervention 7. Résultats attendus 8. Impacts 9. Bénéficiaires
  3. 3. Titre du Projet Accompagner la transformation des systèmes de cultures vivrières dans les exploitations agricoles familiales en zone forestière du centre Cameroun dans un contexte de changement climatique Coordinateur du projet Marie-Joseph Medzeme Engama /secrétaire exécutive CNOP- CAM Adresse CNOP-CAM BP 7445. Yaoundé Cameroun Téléphone (237) 22 23 41 90 / 99 89 36 85 e-mail cnopcameroun@yahoo.fr ajefad@live.fr Partenaires IRAD, Université Yaoundé II, CIRAD Localisation du projet Cameroun, Zone forestière -Région du Centre Coût Total du Projet 881 millions Fcfa (1 343 080 euros) Durée du Projet 4 ans
  4. 4.  L’agriculture familiale représente 90% des exploitations familiales agricoles (EFA), mais n’occupe que 20% de la surface cultivée .  Croissance démographique , pression foncière et dégradation de la fertilité des terres cultivées  Désengagement de l’Etat et la libéralisation de l’économie  Difficultés des EFA: à assurer la sécurité alimentaire des familles, à dégager des revenus suffisants permettant d’améliorer le cadre de vie des familles et d’investir dans les moyens innovants de production
  5. 5. La viabilité économique des unités de production La faible pauvreté naturelle des sols en éléments minéraux de base Les rendements agricoles médiocres et la faible productivité des EFA Des systèmes de culture peu diversifiés fortement orientés vers des cultures exigeantes en éléments minéraux
  6. 6. Des systèmes d’élevage peu diversifiés, notamment l’élevage en divagation d’animaux à faible transformation de la biomasse telle que la volaille Une faible valorisation des sous-produits de l’agriculture et de l’élevage pour fertiliser les champs Des techniques culturales conventionnelles peu mécanisées et une gestion de la fertilité des sols basée sur la jachère, avec une faible utilisation des amendements organiques locaux et une faible application des engrais minéraux
  7. 7. I. Problèmes pressant du monde agricole africain (Un besoin énorme et pressant d’informations ; Une aspiration renouvelée à la formation ; Une implication jugée inexistante ou insuffisante dans la construction d’innovations agricoles ; Un manque ressenti de promotion et de valorisation ; Une attente de meilleures conditions de vie ; Un besoin de protection contre l’instrumentalisation et la manipulation) II. Problématique critique des ménages ruraux de concilier un triple objectif de sécurité alimentaire, d’obtention de revenus suffisants et de gestion durable des ressources agro-sylvo-pastorales pour satisfaire les besoins actuels mais aussi ceux des générations à venir, à partir du seul petit champ agricole. III.Sols à faible fertilité, exposés à l’érosion et à la dégradation IV.De médiocres rendements agricoles et faible productivité des EFA
  8. 8. *Comment alors accompagner les EFA dans les défis qu’elles doivent relever pour gérer durablement leurs ressources, pérenniser l’agriculture familiale tout en satisfaisant leurs besoins et ceux des générations à venir ?
  9. 9. Finalité(but) du Projet: contribuer à la sécurité alimentaire et à l’amélioration des conditions de vie dans les exploitations familiales agricoles (EFA) dans la province du Centre Cameroun. Objectif spécifique: Améliorer la viabilité (économique, sociale et environnementale) des exploitations familiales agricoles à base de cultures vivrières et de leurs organisations dans un contexte de changement climatique, en associant les savoirs locaux et les connaissances scientifiques
  10. 10. Consortium CNOP-CAM/IRAD/CIRAD/Université de Yaoundé II Les organisations paysannes de la CNOP-CAM
  11. 11. 1) Co-construire en partenariat des innovations et des références technico-économiques sur les systèmes de production de l’agriculture familiale africaine ; 2) Favoriser l’insertion des EFA dans les marchés des produits agricoles ; 3) Renforcer les capacités des d’organisations des agriculteurs ; 4) Former les jeunes ruraux comme agents locaux de développement.
  12. 12. 1. Les capacités techniques, économiques et organisationnelles des agriculteurs et celles de leurs organisations sont renforcées 2. Les innovations adaptées sont disponibles dans les EFA; 3. Les conditions de mises en œuvre par les EFA des pratiques innovantes conçues en partenariat sont caractérisées 4. Le dispositif de la RAP est approprié par les membres du consortium (IRAD, CIRAD, Université de Yaoundé II, CNOP- CAM) 5. Des connaissances scientifiques sont produites (articles, policy brief, fiches techniques et manuels de bonnes pratiques) sur les pratiques, et savoirs agropastoraux sur l’innovation
  13. 13. Impacts scientifiques : Production d’articles scientifiques Formation de jeunes chercheurs Impacts pour le développement : Amélioration de la fertilité des sols par un renforcement du statut organique des sols Production de fumure organique par un meilleur recyclage des biomasses localement disponibles Production de fumure sur le lieu de son utilisation et application raisonnée Production de fiches techniques Amélioration des rendements agricoles Réduction des pertes de carbone
  14. 14. Impacts pour les populations Soutien à la production vivrière Amélioration de la sécurité alimentaire des ménages Renforcement des connaissances et capacités techniques des producteurs Mise en place de cadre de concertation dans les villages pour discuter de gestion des espaces et ressources agro-sylvo-pastoraux Développement de modes de gestion collective intra- village et inter-villages des ressources naturelles
  15. 15. Bénéficiaires directs : 1.EFA et organisations paysannes dans les zones concernées, avec une attention particulière aux populations marginalisées (jeunes, femmes), qui sont acteurs des chaines de valeurs étudiées 2.Les membres du consortium (CNOP-CAM/IRAD/UYII/CIRAD) seront aussi des bénéficiaires directs du projet particulièrement sur la mise en œuvre de partenariat multi- acteurs. Bénéficiaires indirects : 1.Les instituts de recherche, les universités, les écoles de formation 2.Les consommateurs 3.L’Etat et les dispositifs d’accompagnement des producteurs

×