Formation FI(A) : L'atterrissage (Briefing long AéroPyrénées)

136 vues

Publié le

Briefing long sur l'atterrissage (leçon 16 du guide de l'instructeur VFR de l'ENAC), réalisé dans le cadre de ma formation FI (Flight Instructor) avion chez Aéro Pyrénées à Toussus (LFPN).

Attention, ce support de formation peut contenir des erreurs éventuelles. Je vous recommande de vous rapprocher de votre FI attitré pour vos cours théoriques.

Certaines images et photographies sont issues de captures écrans depuis Google.

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
136
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • http://slideplayer.fr/slide/171052/
  • Tenue de pente avec la profondeur (à puissance constante)
    Tenue de vitesse avec les gaz
    La visualisation de la perspective de la piste dépends uniquement des dimensions de celle-ci.
  • Sortie de piste
  • Les actions après décollage ne sont effectuées qu'après avoir atteint:
    · Une vitesse de sécurité (en général 1,2 VS de la configuration suivante),
    - Une hauteur minimale de sécurité (en général 300 pieds).
  • Les actions après décollage ne sont effectuées qu'après avoir atteint:
    · Une vitesse de sécurité (en général 1,2 VS de la configuration suivante),
    - Une hauteur minimale de sécurité (en général 300 pieds).
  • Le carton d’atterrissage doit être rempli au plus tard avant le début de la procédure à suivre.
    Il permet de rappeler au pilote les éléments de vol pour la phase d’approche et d’atterrissage et de remise
    de gaz s’il y a lieu.
  • Dans ce cas, l'effet de girouette est annulé à l'aide du palonnier et l'effet de glissade annule le déplacement latéral dû au vent traversier.
    Par vent fort, les deux méthodes précédentes peuvent se compléter.
    A noter qu'une correction de dérive et une inclinaison plus faibles limitent le taux de chute de l'avion.
    Néanmoins, avant l'atterrissage, le pilote doit reprendre l'axe d'atterrissage juste avant l'impact afin d'éviter les efforts latéraux sur les atterrisseurs.
    Toutefois, le pilote doit connaître pour ce type de manoeuvre la limite de son avion au vent traversier qui se trouve dans le manuel de l'avion.
    Pour les avions à train d'atterrissage classique, on distingue de types d'atterrissages :
  • En gardant la trajectoire parallèle à l'axe de la piste, contrôler le toucher de l'atterrisseur avant. Appliquer un freinage progressif, continu et symétrique jusqu'au contrôle de la vitesse
    de roulage.

    Sur un avion à train tricycle, le centre de gravité étant en avant du train principal, l'avion est stable au roulage (tendance au cheval de bois moindre).

    Avion à roue avant :
    après le toucher de l'atterrisseur principal, faire noter le maintien de l'assiette d'atterrissage pour éviter un contact brutal de la roulette de nez.

    Avion à roulette de queue :
    Après le toucher 3 points, faire noter l'action continue et progressive du manche vers la butée arrière et son maintien.
  • Formation FI(A) : L'atterrissage (Briefing long AéroPyrénées)

    1. 1. Briefing long : L’atterrissage
    2. 2.  Objectif : amener l’avion en contact avec le sol, maintenir l’axe de piste jusqu’au contrôle de la vitesse de roulage. L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Utilité :  Préparer la leçon sur les circuits d’aérodromes.  Préparer le lâché solo. 3/37 OBJECTIFS ET UTILITE
    3. 3. Chapitre I : Rappel des pré requis 05 • Synthèse de la leçon 15 06 Chapitre II : Les conditions préalables 07 • Le sens du vent 08 • Les fiches VAC 09 • La Landing Distance Available 10 • La distance d’atterrissage nécessaire 12 • Le carton d’atterrissage 15 • La configuration à adopter 16 • Le coefficient de pénalisation 18 • La prise en compte du vent 19 Chapitre III : Les différentes phases 20 • Rappel de l’étape précédente (l’approche) 21 • La réduction de puissance 22 • L’arrondi et le décrabé 23 • Les risques de l’arrondi 26 • La décélération en vol 27 • Les risques de la décélération en vol 29 • La décélération au sol 30 • Les actions à effectuer à vitesse contrôlée 31 Chapitre IV : Le touch & go 32 • Reconfiguration par l’élève 33 • Reconfiguration par l’instructeur 34 Chapitre V : Les erreurs fréquentes 35 Conclusions & Questions 37 SOMMAIRE L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 4/37
    4. 4. Chapitre I : Rappels -> Synthèse de la leçon 15 L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 5/37
    5. 5. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO RAPPELS : Synthèse Approche à 1,3 vs et approche interrompue. François SUTTER (21/02/2016)  Une vitesse calculée, la sortie des volets hypersustentateurs  La Vi est corrigée à la puissance (65kts, 1700 tours, volets 40°, Kve)  La Vz est corrigée avec l’assiette  Une bonne approche AUTORISEE par le contrôle c’est :  Une piste qui doit ressembler visuellement à un trapèze 25 R  Un plan de descente (3°/5%) qui abouti à un point choisi sur la piste D=3cm  Une gestion appropriée avec 2 constantes et 1 variable  2 constantes : Pente + Vitesse indiquée  1 variable : Puissance  Une bonne appréciation des paramètres (stabilisé à 200 ft)  Une remise de gaz en cas de doute ou de paramètres non stabilisés  Un point d’aboutissement visé, immobile pendant toute la descente  Un axe de piste correctement tenu pendant toute la descente 6/37
    6. 6. Chapitre I : Conditions préalables -> Les fiches VAC -> La Landing Distance Available -> La distance d’atterrissage nécessaire -> Le carton d’atterrissage -> La configuration à adopter -> Le coefficient de pénalisation -> La prise en compte du vent L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 7/37
    7. 7. Si le vent vient de derrière, on est pas dans le bon sens pour l’atterrissage. Si le vent vient de face, on est dans le bon sens pour l’atterrissage. ON SE POSE TOUJOURS VENT DE FACE L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO 8/37
    8. 8. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Fiche Visual Approach Chart (1/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Pour obtenir gratuitement la fiche VAC d’un terrain, aller sur : https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr/  Dans le menu de gauche, cliquer sur la rubrique intitulée « Atlas VAC » puis sur le lien « VAC aérodromes ».  Saisir le nom du terrain ou le code OACI (qu’on peut trouver sur google) et cliquer sur « Ok » pour télécharger la fiche VAC. 9/37
    9. 9. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Landing Distance Available sur la VAC (2/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 10/37
    10. 10.  SDE : Seuil décalé  LDA : Landing Distance Available  SWY : Stop Way  CWY : Clear Way  ASDA : Accelerate Stop Distance Available  TODA : Take-Off Distance Available  TORA : Take-Off Run Available [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : LDA (2/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 11/37
    11. 11. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Distance d’atterrissage nécessaire (3/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Ouvrir le manuel de l’avion (Manex AéroPyrénées) à la section « 04-Performances ».  Consulter le chapitre 4, intitulé « Limitations atterrissage » : limité à 17 kts plein travers. 12/37
    12. 12.  Un avion est tributaire de ses performances pour atterrir.  Ses performances sont expliquées dans le manuel de vol.  Ses performances dépendent de plusieurs facteurs :  Avion  Masse de l’appareil  Température du jour  Du vent  De la pression atmosphérique du jour  De l’altitude du terrain  De la nature du revêtement de la piste  Du braquage des volets  … L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Distance d’atterrissage nécessaire (3/7) 13/37
    13. 13.  Calculer les performances de l’appareil, c’est s’assurer de leur compatibilité avec le terrain à disposition.  On les calcule grâce au manuel de vol.  Les performances calculées sont les meilleures démontrées … avec un avion propre.  Il est donc raisonnable de se laisser une marge de sécurité par rapport à ces chiffres.  Une marge de 30% est acceptable.  On vérifie donc avant chaque vol : 1.3 x Distance d’atterrissage < Longueur de piste [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Distance d’atterrissage nécessaire (3/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 1.3 x Distance d’atterrissage < Longueur de piste 14/37
    14. 14. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Carton d’atterrissage (4/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Ouvrir le manuel de l’avion (Manex AéroPyrénées) à la section « 05- Préparation du vol ».  Consulter le chapitre 2, intitulé « Cartons d’atterrissage » 15/37
    15. 15. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Configuration Manex atterrissage normal (5/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 16/37
    16. 16. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Configuration pour l’atterrissage normal (5/7)  Vitesse = vent > 10 kts : 65 kts + Kve (Puissance = adaptée).  Volets = vent dans l’axe < 25 kts : volets maximum (40° = 3ème cran).  Vitesse = vent < 10 kts : 65 kts (Puissance = 1700 tours/minutes). Horizon 15m (50 ft) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Pente = 03° / 05% (confère fiche VAC). Cette pente doit être respectée, malgré le vent. 300 ft (ASFC/AGL) 17/37
    17. 17. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Coefficient de pénalisation (6/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Les variations des performances à l’atterrissage en fonction de la température sont prises en compte directement sur la courbe « Distance d’atterrissage ».  Sur des pistes autres que des pistes dures et sèches, AéroPyrénées applique des facteurs de sécurité à l’atterrissage, comme suit : 18/37
    18. 18. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO CONDITIONS : Prise en compte du vent (7/7) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Prendre en compte, pour le calcul de la distance d’atterrissage : La composante de vent arrière ne doit pas être supérieure à 10 kts.  50% de la composante de vent de face transmise ;  150% de la composante de vent arrière transmise ; 19/37
    19. 19. Chapitre II : Les différentes phases -> Rappel de l’étape précédente (approche) -> La réduction de puissance -> L’arrondi -> Le décrabé -> Les risques de l’arrondi -> La décélération en vol -> Les risques de la décélération en vol -> La décélération au sol -> Les actions à effectuer à vitesse contrôlée L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 20/37
    20. 20. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : Rappel de l’étape précédente, l’approche finale (1/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  L’approche finale est la trajectoire descendante stabilisée avec une vitesse indiquée d’au moins 1,3 Vso, qui va mener l’avion jusqu’à un point en entrée de piste à 15m (50ft sol) en vue de l’atterrissage.  Elle est définie par :  L’axe : 252° (par exemple)  La vitesse : 65 kts (par exemple)  Un plan : 3° / 5% (par exemple) 300 ft(50 ft) Point d’aboutissement  La visée d’un point d’aboutissement 21/37  Le point de touché Point de touché
    21. 21. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : Le premier soutien pour réduire la puissance (2/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Lorsqu’on est sûr d’atteindre le point d’aboutissement (perception de la hauteur de l’arrondi) :  Réduction progressive et totale de la puissance ;  Variation légère d’assiette. Passage de Vz d’approche à Vz de contact avec le sol  Vision centrale : axe, plan, vitesse 300 ft(50 ft)  Vision périphérique : axe, perspective de piste 22/37
    22. 22. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : L’arrondi (3/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Lorsqu’on souhaite débuter l’arrondi :  Variation d’assiette à cabrer (qui passe de 5° à 1,7°). On parle d’assiette d’arrondi. Assiette à cabrer  Vision centrale : axe, 300 ft(50 ft)  Vision périphérique : bout de piste, horizon 23/37 Point de touché
    23. 23. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : Le décrabé … sera étudié en leçon suivante (4/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Le vent traversier tend à écarter l'avion de son axe d'approche.  Aussi, le pilote pour maintenir l'axe de la piste peut utiliser deux méthodes pour annuler sa dérive : Manche dans le vent, Pied opposé  Approcher en crabe en adoptant un cap différent de l'axe d'approche.  Incliner l'aile du côté du vent et rester dans l'axe d'approche.  Pendant l’arrondi, pieds opposé au vent. 24/37
    24. 24. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : Les risques de l’arrondi (5/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Variation d’assiette trop lente :  Vz trop importante  Contact par roulette de nez. Dommages structuraux (600ft/min maxi) 300 ft(50 ft) 25/37
    25. 25. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : Les risques de l’arrondi (5/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Variation d’assiette trop rapide :  Risque de décrochage. 300 ft(50 ft) En cas de difficultés = API  Solution :  Stopper la variation d’assiette ;  Laisser l’avion descendre sans pousser ;  Reprendre l’arrondi. 26/37
    26. 26. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : La décélération en vol (6/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Pendant cette phase, on doit passer de 1,3 Vso à 1,1 Vs Vi = 1,1 Vs Vi = 1,3 Vs -1°  La vitesse étant en diminution, le maintien de la pente vers le contact nécessite …  … une variation d’assiette à cabrer : au fur et à mesure de la décélération. 27/37
    27. 27. Arrondi [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : La décélération en vol (6/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Pendant cette phase, on doit passer de Vz d’approche à Vz de contact sol  Le pilote doit résorber le Kve ajouté afin de toucher le sol à la bonne vitesse.  Variation d’assiette : progressivement prendre une assiette à cabrer adaptée. On parle d’assiette d’atterrissage. Vi = 1,1 Vs -1° Décélération Vi = 1,3 Vs Approche finale 28/37
    28. 28. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : Les risques de la décélération en vol (7/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Trajectoire raccourcie 300 ft(50 ft)  Vitesse d’approche trop lente : Vitesse d’approche trop lente Vitesse d’approche correcte Vitesse d’approche correcte  Variation d’assiette plus rapide (effet de sol favorable)  Risque d’atterrissage dur  Vitesse d’approche trop rapide :  Trajectoire rallongée  Variation d’assiette plus lente (effet de sol défavorable)  Risque de sortie de piste 29/37
    29. 29. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : La décélération au sol (8/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Pendant cette phase, on doit passer de 1,1 Vs à une vitesse sol contrôlée  Le pilote doit retenir l’assiette pour venir doucement poser la roue avant.  A ce stade, ne rien faire d’autre sur la piste que le roulage et la tenue d’axe. Touché et Contrôle au sol V = contrôlée Arrondi Vi = 1,1 Vs -1° Décélération Vi = 1,3 Vs Approche finale 30/37
    30. 30. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO PHASES : Actions lorsque la vitesse sol est contrôlée (9/9) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Pendant cette phase, on doit passer du contrôle aérodynamique au contrôle au sol.  Le freinage doit être progressif, continu et symétrique.  Mettre le manche en arrière pour soulager la roue avant. 31/37 Point de touché
    31. 31. Chapitre IV : Le touch & go -> Reconfiguration par l’élève -> Reconfiguration par l’instructeur L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 32/37
    32. 32.  Remettre la puissance pour effectuer un nouveau décollage. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO TOUCH & GO : Reconfiguration par l’élève (1/2) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Si la piste est compatible et que la longueur est suffisante :  L’élève va réduire la vitesse ;  Reconfigurer l’avion (réchauffe froid, volets 10°,…) ; Le « touch » n’existe pas en opération aérienne 33/37
    33. 33.  L’élève va remettre la puissance pour effectuer un nouveau décollage. [I] RAPPELS – [II] CONDITIONS – [III] PHASES - [IV] TOUCH & GO TOUCH & GO : Reconfiguration par l’instructeur (2/2) L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Si la piste est compatible et que la longueur est suffisante :  L’instructeur va reconfigurer l’avion (réchauffe, volets 10°,…) ; 34/37
    34. 34. Chapitre V : Les erreurs fréquentes L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 35/37
    35. 35.  Circuit visuel inadapté. ERREURS FREQUENTES  Début d’arrondi trop bas ou trop haut.  Rythme inadapté de la variation d’assiette.  Assiette trop cabrée ne permettant plus de voir le bout de la piste.  Contact 3 points, contact brutal de l’atterrisseur avant. L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016)  Relâchement de l'attention après le contact de l'atterrisseur principal. 36/37
    36. 36.  Conditions pour atterrir : Distance d’atterrissage compatible Une clairance d’atterrissage Un avion configuré  Le circuit visuel adapté : Vision centrale : axe/plan/vitesse Vision périphérique : axe/perspective/horizon  Arrondi Rythme de variation d’assiette  Décélération en vol Maintien de la pente par variation d’assiette  Décélération au sol Posé du train en douceur Maintien de l’axe ave un repère  Doute ou difficultés API  La décision Si l’approche n’est pas stabilisée à 300ft  Les risques Dommages structuraux Décrochage L’atterrissage François SUTTER (23/02/2016) 37/37

    ×