SOURCE DU CORPUSDans cette partie, nous allons avoir l’occasion de classifier les erreurs sélectionnées pourensuite dresse...
après avoir fatigué de travail- c’était la 1er fois que les gens écoutent ce terme decoopératif- ce mariage rendre les rel...
Pour les PREPOSITONS, elles existent dans la langue française avec une fonctionnalitédiversifiée fait qui dépasse les comp...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La faute

666 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
666
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La faute

  1. 1. SOURCE DU CORPUSDans cette partie, nous allons avoir l’occasion de classifier les erreurs sélectionnées pourensuite dresser une sorte d’énumération inventorielle favorisant l’explication des fautescommises, leur nature et leur origine.Ce travail est élaboré à partir d’un corpus représentatif des erreurs repérées chez des stagiairesde la 1er année des T.S Géometre-Topographe. Ceux-ci sont des bacheliers admis par sélectionde dossier basée sur une moyenne générale de 12 et reçus à l’ISTA pour poursuivre uneformation de deux ans leur permettant d’acquérir des compétences professionnelles en vued’une insertion rapide et facile au champ du travail. D’oû la nécessité de mettre en place unematière indispensable comme « la communication professionnelle en langue française » pouraider les stagiaires à développer leurs compétence communicationnelle en langue françaisesur le plan écrit mais aussi oral.Le corpus, donc, est un échantillon de fautes relevées à partir d’une expression écrite où lesstagiaires étaient amenés à raconter comment ils avaient passé les vacances d’été et de décrireles évènements les plus marquants pendant cette période.CLASSIFICATION DES FAUTESLES FAUTES DE GRAMMAIRE :Problème de GenreUne belle moment- Une rôle dans la société- cet vacances- dans cette temps- Une petite tourProblème d’InfinitifPour lavez- j’ai essayé de la mieux exploité- quand je veu reviens- pour regardProblème d’accordMa maison plein- la premier fois- les groupes musicals- des souvenirs traditionnelles- hôtelbien équiperProblème de prépositiona/à- j’ai passé 15 jrs dans MARAKECH- ….le voyage au Tanger- aller en rabatLES FAUTES D’ORTAGRAPHE :Parazare- dont/dans- c’était la 1er fois- il y a bpc des vacances- regarder la TV- la ou il ya lesilence- on a arrêté dans la foret- j’ai de l’amour à propose- j’ai connu les cultaires- lesmieure artiste- le maroc sible- les confles(les conflits)-ma tante prépare le thé et le cateau-un été un croyable- tout le monde attendre les vacances avec un patience- vrement-aucaziont- cinque heur- j’ai passé 15 jrsLES FAUTES DE CONJUGAISON :Après avoir fatigué- j’ai sorti- on a arrêté…et amuser avec les singes qui fesant (concordancedes temps)- tout le monde attendre….LES FAUTES DE LEXIC OU DE LANGUE :Mes vacances a passé san chantage (dérangement) et san problème à cause de monimplantation (planification)- pour respirer l’air démareur- pour voir la montagne et lesrégions vertes (al manatiq al Xadra/ l’espace vert)- on a passé tous la nuit chanti ; jouer ettourne à la ville- un mal entendre dans le terraine- voila c’est comme ça (registre courant)-
  2. 2. après avoir fatigué de travail- c’était la 1er fois que les gens écoutent ce terme decoopératif- ce mariage rendre les relations dans ma famille après les confles- un hommeque le tous connu- j’ai pas gagné ( registre de l’oral)- dans mes vacances terminales- on aarriver à une bonne dialogue qui va me revient à nous avec un rendement essentielLES FATES DE SYNTAXE :Les gens qui habit- …..qui va me revient à nous…..-…..qui donne moi la chanceLES FAUTES DE STYLE :La redondance- l’absence de la ponctuation- l’absence de la cohérence textuelleLES FAUTES PAR ANALOGIE ;Avec refusation- l’eau chaudesLES FAUTES DE L4ECRITURE TEXTO :Che po- kalm- 2 la partEXPLICATION DES FAUTESPour entamer nos explications, si on analyse les fautes de GENRE et de l’ACCORDnous allons avancer que ces deux erreurs sont issues surtout d’une confusion des deuxsystèmes langagiers à savoir l’arabe et le français. En effet, la langue maternelle reste lasource référentielle à laquelle l’étudiant fait son emprunt pour constituer une languefrançaise qui reste loin de l’être parce que tout simplement la structure relève dusystème de l’arabe ou du dialecte ou encore du berbère et le mot est français.Cette difficulté de transposition du genre apparaît comme confusion renvoyant à unconcept activé dans la langue maternelle créant des disfonctionnement dans la mise enplace des articles ou des adjectifs accompagnant un nom.Pour les fautes de CONJUGAISON, nous constatons que la distinction des temps de lalangue française s’avère une tache très lourde à accomplir comme un des signes de lacompétence linguistique. L’étudiant semble dans la confusion et renonce à l’étourderiequand il est appelé à faire une activité de description nécessitant l’emploi du PS et del’IMP ou un exercice de narration où il est sensé employer le passé. L’étudiant doncmanifeste sa confusion par l’ensemble des étourderies commises et restant dépassé parrapport à la pluralité des temps et des modes du français fait qui n’existe pas en languearabe qu ne comprend que quatre temps (le présent, le présent à valeur possible dufutur, le passé et l’impératif).La formation de L’INFINITIF, quant à elle, obéit à une règle bien définie comme : - après la préposition à, de, pour on met le verbe à l’infinitif. - Quand deux verbes se suivent, le deuxième se met à l’infinitif.La non maîtrise de cette règle dénote l’incompétence linguistique détectée chezl’étudiant. La raison de cet incompétence peut avoir une double explication mettant encause les stratégies pédagogiques non adéquates au niveau de l’étudiant (apprenant) dèsson bas âge ou remettant en question la part de l’investissement de ce dernier dansl’opération de l’apprentissage.
  3. 3. Pour les PREPOSITONS, elles existent dans la langue française avec une fonctionnalitédiversifiée fait qui dépasse les compétences de l’étudiant d’où la non maîtrise de cettepluralité. Ainsi ; celui-ci demeure incapable d’utiliser la bonne proposition dans le bonemplacement.Pour les fautes d’ORTHOGRAPHE, souvent, on écrit le mot comme on l’entend(parazare- sible- un croyable- un patience) sans se fier à l’exactitude de la graphiehabituelle à notre mémoire visuelle (dans- dont- a – à- cinque heur)Toujours dans une stratégie compensatoire pour fuir l’irrégularité de la languefrançaise, l’étudiant produit des mauvaises actions en faisant des ANALOGIES del’arabe ou du berbère au français ; et souffrant d’une pauvreté lexicale , l’étudiantrecours à des usages asémantique et des fois latérale.Sans oublier les fautes de STYLE qui se présentent par l’absence des paragraphesponctuées ou la prédominance d’une seule idée.Au milieu de ces difficultés, on se trouve face à un phénomène nouveau par sa nature. Ilcommence à prendre amplement place parmi nous comme moyen de communicationservi pour des raisons d’économie et autre. Ce phénomène est l’écriture TEXTO quicommence à être une menace pour la langue écrite d’où l’apparition d’un moded’écriture déviant les règles et les conventions scripturales que nous avons pourhabitude de rencontrer et de respecter . En fait, cela est dû à la prolifération denouvelles formes de communication sur le téléphone portable ou sur les émails de chat .CONCLUSIONCes représentations langagières énormes relèvent d’une grande problématiquetraduisant la confusion qui règne dans l’esprit de l’apprenant par rapport à l’exactituded’un nombre important de signes choisis depuis les premières apparution denormalisation. Elles sont dues à une incompétence linguistique du systèmespédagogiques et le désintérêt de l’apprenant pour inventer des systèmes déviantcomplètement la norme en vue de son infériorité qui l’accable et le culpabilise. Il trouvealors refuge dans d’autres systèmes le libérant du traumatisme éprouvé à l’égard de toutécart à la règle. En fait, c’est une façon de cacher son ignorance pour enfin se monterpratiquant d’une langue maîtrisée par l’instruit qui est à ses yeux à la hauteur.

×