Endophtalmies

2 088 vues

Publié le

Article paru en décembre 2012 dans le Point Vétérinaire
Article published in Point Veterinaire December 2012

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 088
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Endophtalmies

  1. 1. > STDI Pdf Couleur UrgEncES à prédominancE médicalE OPHTALMOLOGIE CANINE ET FÉLINE Frank Famose 42, avenue Lucien-Servanty 31700 Blagnac les endophtalmies 0,05 cFc par article lu chez le chien et le chat Les endophtalmies sont des infections intra-oculaires profondes dont le pronostic visuel et anatomique reste réservé. Leur origine est le plus fréquemment traumatique, en particulier en phase postopératoire des interventions intra-oculaires. fLes endophtalmies inflammatoires une analyse pratique, cette distinction n’est possible que dans les tout sont des infections antérieurs et bactériologique après premiers stades de l’évolution. intra-oculaires postérieurs dont une ponction du profondes, d’origine l’évolution, sans vitré. Le traitement 1. Endophtalmies post-traumatiques le plus souvent traitement, conduit médical comprend spontanées Résumé traumatique, à la perte visuelle. une antibiothérapie En ophtalmologie humaine, les endophtalmies post- notamment en Le diagnostic repose massive rapidement traumatiques spontanées représentent une complication phase postopératoire sur un état des instaurée par voies redoutable des traumatismes oculaires à globe ouvert. des interventions lieux de l’infection locale et générale. intra-oculaires. endoculaire fondé Le traitement Leur fréquence est variable selon les pays et la nature Cliniquement, elles sur un examen chirurgical est des blessures oculaires qui en sont la cause. En milieu présentent une échographique conservateur ou non rural, les blessures dues à des instruments agricoles, plus association de signes oculaire et (énucléation). fortement contaminées, conduisent à une fréquence d’en- dophtalmie plus élevée. Selon les études, celle-ci est de 3 à 17 % [5, 7, 9]. La fréquence exacte des endophtalmies chez les carni- L vores domestiques n’est pas connue. Cependant, elles es endophtalmies sont des inflammations intra- apparaissent peu répandues et en association avec un oculaires profondes dont le pronostic visuel mode de vie particulier, prédisposant au traumatisme et anatomique reste réservé. Leur origine est oculaire pénétrant. Les populations les plus à risque sont variable, mais le plus fréquemment traumatique les chats mâles non castrés, au comportement belliqueux, (complication postopératoire des interventions et les chiens de chasse. intra-oculaires). Redoutées en ophtalmologie humaine, D’après l’expérience de l’auteur, bien qu’aucune où elles représentent un enjeu de santé publique et étude statistique ne vienne l’étayer, il semble que les médico-légal, elles n’ont fait, à ce jour, l’objet d’aucune perforations par griffure ou morsure lors de bagarre étude spécifique chez le chien et le chat. s’accompagnent plus fréquemment d’infections intra- oculaires profondes que les blessures par arme à feu claSSiFication ou dues à des corps étrangers végétaux chez les chiens de chasse. Chez le chien et le chat, comme dans l’espèce humaine, les endophtalmies sont des inflammations intra-oculaires 2. Endophtalmies postchirurgicales profondes, en général septiques. Selon leur mode d’appa- Chez l’homme, l’endophtalmie est une complica- rition se distinguent : tion majeure en phase postopératoire d’une chirurgie - des endophtalmies infectieuses endogènes (secondaires endoculaire. à une infection à distance). Elles sont rares et concernent Les endophtalmies après un traitement chirurgical de la des animaux immunodéprimés ; cataracte sont les plus fréquentes compte tenu du nombre - des endophtalmies infectieuses exogènes. Ce sont les plus de cataractes opérées. Suivant les séries, la fréquence nombreuses et elles se différencient en endophtalmies varie de 0,1 à 0,3 %. Celle-ci diminue grâce aux progrès postopératoires et en endophtalmies post-traumatiques ; de l’antisepsie et des techniques d’asepsie [6]. - des endophtalmies non infectieuses (exemple du syn- Chez le chien, l’endophtalmie postopératoire lors de drome du “segment antérieur toxique”, toxic anterior seg- chirurgie de la cataracte ne semble pas faire partie des ment syndrome) (encadré 1) [3, 5-7, 15, 17, 19]. complications courantes, bien que sa fréquence exacte Selon leur localisation anatomique sont décrites des ne soit pas évaluée [13]. Chez le chat, l’opération de la endophtalmies antérieures (uvéites antérieures) ou cataracte reste un acte anecdotique. Aucune donnée postérieures (hyalites, choriorétinites), ou la panophtal- n’est disponible quant à la fréquence des endophtalmies mie impliquant tous les secteurs du globe oculaire. En postopératoires. 74 Le Point Vétérinaire / 2012 / Urgences ophtalmologiques chez le chien et le chatPV12-CAN_P74_79_Famose(partie2).indd 74 13/11/12 12:59
  2. 2. > STDI Pdf Couleur Urgences à prédominance médicale les endophtalmies chez le chien et le chat Encadré 1 Syndrome du segment antérieur toxique, ou toxic anterior segment syndrome De manière spécifique, une forme d’uvéite antérieure non septique est décrite dans la phase postopératoire de la cataracte. Ce syndrome, appelé toxic anterior segment syndrome, se caractérise par l’apparition, 24 à 48 heures après l’intervention, d’un œdème cornéen et d’un dépôt fibrineux important dans la chambre antérieure (photo 1). Ces signes sont liés au développement d’une inflammation stérile de la chambre antérieure résultant en des destructions tissulaires d’importance variable. Ils seraient dus à un mauvais nettoyage des instruments utilisés pendant l’acte chirurgical. Ce syndrome est à rapprocher des hypopions stériles dits “du troisième jour” décrits chez l’homme et des 1 uvéites phaco-allergiques. Ces 1. Toxic anterior segment syndrome (syndrome du segment antérieur toxique) chez un dernières entités ne s’accompagnent chien. Une complication est survenue 2 jours après une opération de la cataracte, sous la pas habituellement d’une inflammation forme d’un volumineux caillot de fibrine dans la chambre antérieure. du vitré. Photo : F. Famose Chez l’homme, en France, la fréquence des endophtal- mies bactériennes reste inférieure à 1 % lors de chirurgie vitréo-rétinienne [1]. Elle est plus élevée chez certains patients, en particulier les diabétiques. Chez le chien et le chat, la pratique de la vitrectomie postérieure reste encore peu répandue et les travaux sta- tistiques sur les taux de réussite et de complications font défaut. La seule étude publiée sur les résultats du traite- ment chirurgical du décollement rétinien chez le chien fait état du développement d’un cas de panophtalmie sur une série de 145 animaux opérés [23]. Chez l’homme, la fréquence des endophtalmies dans la chirurgie du glaucome est du même ordre que celle lors de chirurgie de la cataracte [6]. Les interventions chirur- 2 gicales filtrantes ne sont que peu pratiquées chez les car- nivores domestiques car leurs résultats sont décevants. 2. Endophtalmie antérieure post-traumatique chez un Aucune donnée bibliographique sur leurs complications chien. Un hypopion et un écoulement oculaire sont observés. n’est disponible. Photo : F. Famose SigneS cliniqueS était celui d’une endophtalmie suppurée, centrée sur le Les endophtalmies se présentent sous la forme d’une asso- cristallin, et présentant un développement lent et différé ciation de signes d’inflammation antérieurs et postérieurs. par rapport au traumatisme initial [4]. 1. Signes antérieurs 2. Signes postérieurs Les signes antérieurs sont ceux d’une uvéite antérieure : Les signes postérieurs se caractérisent par l’apparition rougeur, douleur oculaire, hyphéma ou hypopion, myosis d’un trouble oculaire postérieur associé à un degré (photo 2)(1). variable de baisse de l’acuité visuelle. Celle-ci est diffi- (1) Voir l’article “Les Plus récemment, un syndrome d’implantation septique cile à objectiver chez l’animal. En revanche, elle se mani- uvéites aiguës chez a été décrit chez le chien et le chat, qui résulterait de feste de façon nette lorsque l’atteinte est bilatérale, par le chien et le chat” de S. Medan, dans ce l’inoculation de bactéries dans le cristallin. Dans cette des troubles comportementaux ou des difficultés à se numéro. étude rétrospective, le tableau clinique le plus courant déplacer. Le Point Vétérinaire / 2012 / Urgences ophtalmologiques chez le chien et le chat 75PV12-CAN_P74_79_Famose(partie2).indd 75 13/11/12 13:00
  3. 3. > STDI Pdf Couleur UrgEncES à prédominancE médicalE L’écoulement oculaire purulent, la douleur et la photo- phobie composent le tableau clinique de la panophtal- mie. Ces signes inflammatoires et douloureux sont parfois délicats à distinguer de ceux du traumatisme oculaire : chémosis, œdème cornéen, hypopion. 3. évolution L’évolution de l’endophtalmie aboutit à la dégradation des tissus intra-oculaires : formation de synéchies, décol- lement de rétine. De plus, l’inflammation peut se compli- 3 quer d’une hypertension oculaire entraînant la rupture du globe en regard de la zone de traumatisme ou sa phtisie 3. panophtalmie chez un chien. noter l’hypopion, la néovascularisation et l’œdème cornéens. (photo 3) [22]. Dans les deux cas, la vision est perdue. Photo : F. Famose Micro-organiSMeS en cauSe Encadré 2 1. Bactéries Facteurs de risque du développement Chez l’homme, les bactéries à Gram+ représentent plus de d’une endophtalmie 75 % des agents pathogènes identifiés dans les endoph- f Présence d’un corps étranger f Nature du traumatisme talmies [5, 6, 9]. Dans 80 % des cas, la même bactérie intra-oculaire. (contaminé ou pas, pénétrant ou (Staphylococcus epidermidis) est retrouvée dans le vitré et f Rupture du cristallin. perforant, projectile lent ou rapide, le cul-de-sac conjonctival. La périphérie oculaire reste la f Délai excessif avant la mise en site du trauma, prolapsus de tissus source principale de contamination lors de traumatisme place du traitement. oculaires). pénétrant [11, 19]. La présence d’agents pathogènes du genre Bacillus (en particulier Bacillus cereus) est associée D’après [5]. à un mauvais pronostic visuel. La perte visuelle serait plus rapide qu’avec les autres bactéries à Gram+ [5, 6]. Les bactéries à Gram- représentent autour de 20 % des Encadré 3 agents pathogènes identifiés chez l’homme [6]. Celles des genres Pseudomonas et Proteus sont les plus fréquentes Facteurs affectant [10]. le pronostic visuel Aucune étude statistique de représentation des agents f Présence d’un décollement de rétine. pathogènes dans les cas d’endophtalmie n’a été réalisée f Virulence des micro-organismes. chez les carnivores domestiques. Cependant, les proces- f Caractéristiques de la blessure oculaire (étendue des sus de contamination sont vraisemblablement voisins lésions cornéennes ou sclérales). de ceux de l’espèce humaine. La contamination par les f Caractéristiques du corps étranger (métallique, agents pathogènes de la sphère conjonctivale (Gram+ des végétal, organique). genres Streptococcus et Staphylococcus) a été incriminée D’après [5]. lors de complications infectieuses de cataracte chez le chien [13]. Une endophtalmie unilatérale associée au développement d’une bactérie du genre Actinomyces a été décrite chez un chien, en association avec des signes FigUrE de pneumonie [3]. Trois cas de brucellose oculaire ont été décrits chez le chien [15]. La présentation clinique conduite diagnostique devant était celle d’une uvéite antérieure et postérieure unilaté- une suspicion d’endophtalmie rale récurrente, sans autre signe. Chez le chat, la flore conjonctivale normale est rela- Historique tivement pauvre. Les cultures réalisées sur des frottis Suspicion Signes d’endophtalmie conjonctivaux d’animaux sains sont stériles dans plus de cliniques la moitié des cas [12]. Cela pourrait expliquer la rareté des endophtalmies postopératoires chez cette espèce. Examen Extension De plus, la fréquence relativement élevée de blessures échographique facteurs oculaires par coups de griffe dans cette espèce met en oculaire de risque jeu d’autres bactéries telles que Pasteurella multocida ou Traitement Escherichia coli (observations personnelles non publiées). Leur fréquence exacte reste inconnue. Ponction humeur Bactériologie aqueuse et vitré 76 Le Point Vétérinaire / 2012 / Urgences ophtalmologiques chez le chien et le chatPV12-CAN_P74_79_Famose(partie2).indd 76 13/11/12 13:00
  4. 4. > STDI Pdf Couleur Urgences à prédominance médicale les endophtalmies chez le chien et le chat Cristallin Logettes antérieures Sclère Iris Bride vitréenne Décollement rétinien Comblement Segment postérieur 4 5 4. Examen échographique oculaire en coupe sagittale 10 mHz chez un chien atteint d’endophtalmie post-traumatique à la suite d’un plomb de chasse intra-oculaire. Un hypopion, un déplacement postérieur du cristallin et un décollement de la rétine sont présents. 5. Examen échographique oculaire sagittale 10 mHz chez un chien atteint d’une endophtalmie consécutive à un coup de griffe de chat. Un comblement du segment postérieur est observé. la structure du cristallin n’est pas reconnaissable et des logettes hypoéchogènes sont présentes dans le segment antérieur. Photos : F. Famose 2. agents fongiques cas, et le délai d’identification des agents pathogènes et Chez l’homme, chez lequel l’infection par Candida albi- de leur sensibilité aux antibiotiques est incompatible avec cans concerne essentiellement des patients immunodé- un traitement spécifique immédiat [9]. primés, la perte de vision est décrite comme tardive dans l’évolution lente de ces endophtalmies fongiques [6, 7]. Les contaminations fongiques sont exceptionnelles traiteMent chez les carnivores. De rares infections par Candida Les objectifs du traitement sont de neutraliser les agents albicans ont été décrites chez le chien. Dans le cas rap- pathogènes intra-oculaires et de limiter les conséquences porté par Linek, la contamination a vraisemblablement de l’inflammation oculaire. Concrètement, les moyens mis eu lieu par voie hématogène, en association avec une en place sont médicaux, par l’administration d’antibio- entérite lymphoplasmocytaire [16]. Les symptômes tiques et d’anti-inflammatoires et par l’élimination méca- étaient ceux d’une panuvéite unilatérale évoluant sur nique des tissus infectés [10]. D’autres actes (retrait d’un 3 semaines, avec un décollement rétinien et un glau- corps étranger, suture d’une plaie) viennent compléter come secondaire. ces gestes de base. 1. Traitement médical DiagnoStic Le traitement médical repose sur une antibiothérapie Le diagnostic repose sur un état des lieux de l’infection massive instaurée rapidement. Cette dernière peut être endoculaire comprenant la recherche des facteurs de conduite de manière empirique, sans connaître l’agent risque et des agents en cause, ainsi que l’identification pathogène en cause, et administrée à la fois par voies des éléments qui influencent le pronostic visuel (enca- intravitréenne et intraveineuse. Les antibiotiques topiques drés 2 et 3, figure). Un examen ophtalmologique complet ou sous-conjonctivaux ont un intérêt limité en cas d’infec- est réalisé, dans lequel la tonométrie, l’examen échogra- tion profonde [5, 9, 19]. À ce jour, aucun protocole n’a été phique, permettant de visualiser les structures oculaires validé chez les carnivores domestiques. L’auteur utilise la en cas d’opacité, et l’analyse bactériologique occupent marbofloxacine (Marbocyl FD®) à la dose de 2 mg/kg par une place essentielle. voie intraveineuse et à celle de 2 mg in toto en injection L’examen échographique permet de préciser l’étendue intravitréenne. Ces injections sont suivies d’un relais par des lésions intra-oculaires, qui conditionne le pronostic voie orale (2 mg/kg/j) jusqu’à l’obtention des résultats de (photos 4 et 5) [21]. Le prélèvement de vitré est considéré, bactériologie. en ophtalmologie humaine, comme le plus pertinent L’emploi des corticostéroïdes reste controversé, entre des (encadré 4) [5, 19]. Malgré tout, l’identification bactérienne effets anti-inflammatoires et antalgiques positifs et l’inhi- reste parfois en décalage par rapport aux éléments cli- bition variable et imprévisible des défenses immunitaires niques. Les cultures sont stériles dans environ 25 % des oculaires [5, 6, 19]. Le Point Vétérinaire / 2012 / Urgences ophtalmologiques chez le chien et le chat 77PV12-CAN_P74_79_Famose(partie2).indd 77 13/11/12 13:00
  5. 5. > STDI Pdf Couleur UrgEncES à prédominancE médicalE Encadré 4 Ponction et injection intravitréennes La ponction et l’injection intravitréennes sont réalisées sous anesthésie générale ou tranquillisation associée à Site de ponction/ une anesthésie locale. injection La sphère oculaire est nettoyée puis désinfectée (polyvidone iodée 10 % pour les paupières [Vétédine intravitréenne + solution®], polyvidone iodée 5 % pour les cul-de-sac conjonctivaux). Le globe est maintenu ouvert par un blépharostat. Une aiguille à injection hypodermique 30, 31 ou 32 G est insérée dans le quadrant temporal supérieur en direction du centre du globe oculaire, 4 mm en arrière du limbe (photo 6). La ponction et l’injection doivent être effectuées lentement. Le volume à injecter ne doit pas dépasser 0,3 ml. Après le retrait de l’aiguille, un Nasal tamponnement est effectué avec un coton-tige sur le site Temporal de ponction. 6 6. Site de ponction ou d’injection intravitréenne. Photo : F. Famose (2) Voir l’article “Les corps étrangers 2. Traitement chirurgical Elle permet l’élimination des tissus infectés et le recueil des Le traitement chirurgical est décidé en l’absence d’amé- fluides pour l’identification bactérienne [8]. oculaires chez le chien et le chat” de lioration sous traitement médical ou d’emblée lorsque des Chez les carnivores, la vitrectomie n’est que rarement réa- H. Arnold-Tavernier, facteurs de risque sont présents. lisée. Le matériel nécessaire reste coûteux et les ophtal- dans ce numéro. (3) Voir l’article mologues vétérinaires sont peu formés à cette méthode. “Les urgences Sutures des plaies oculaires De plus, le pronostic de ces affections étant très réservé, cristalliniennes Dans le cadre des endophtalmies post-traumatiques, un l’énucléation est souvent préférée par le propriétaire de chez le chien et le chat” de T. Azoulay, soin particulier est à apporter aux plaies cornéennes ou l’animal. Cependant, la vitrectomie commence à être pra- dans ce numéro. sclérales associées. Les tissus incarcérés doivent être tiquée par plusieurs centres d’ophtalmologie vétérinaire retirés et les sutures étanches. Chez le chat, la sclère en France, en Allemagne et aux Etats-Unis, en particulier est peu visible car elle est recouverte en totalité par les dans le traitement des décollements rétiniens chez le chien paupières. La recherche des plaies sclérales est délicate [23]. À ce jour, aucune donnée bibliographique n’est dis- et peut faire l’objet de procédures chirurgicales complé- ponible sur son intérêt dans le traitement des endophtal- mentaires (canthotomie latérale d’exposition, dissection mies chez les carnivores domestiques, mais sa mise en conjonctivale). œuvre, au regard des résultats obtenus chez l’homme, est prometteuse. Vitrectomie Chez l’homme, la vitrectomie est la technique de choix Retrait des corps étrangers dans le traitement des endophtalmies, à condition que les Les corps étrangers doivent être retirés si leur localisa- milieux antérieurs soient suffisamment transparents [5]. tion peut provoquer des dégâts supplémentaires(2). Chez l’homme, ce geste complète la vitrectomie ou est réalisé sous endoscopie oculaire. Chez l’animal, les corps étran- gers métalliques (plombs de chasse) sont, en général, laissés en place. Points forts Gestion de la rupture du cristallin La rupture du cristallin reste un facteur d’entretien de €Les endophtalmies sont le plus souvent trau- l’inflammation par les mécanismes phaco-allergiques. matiques et peuvent compliquer une intervention Son retrait est un temps indispensable de la gestion de chirurgicale intra-oculaire. l’endophtalmie et est réalisé soit par phaco-émulsification, €Sans traitement, l’évolution d’une endophtalmie soit par exérèse intracapsulaire(3). est la perte fonctionnelle ou anatomique du globe oculaire. Énucléation L’énucléation est indiquée lorsque les traitements sont €Le diagnostic repose sur l’examen échogra- phique oculaire et la ponction du vitré. inefficaces (écoulement purulent ou douleur persis- tante), ou que l’animal est présenté tardivement et/ou 78 Le Point Vétérinaire / 2012 / Urgences ophtalmologiques chez le chien et le chatPV12-CAN_P74_79_Famose(partie2).indd 78 13/11/12 13:00
  6. 6. > STDI Pdf Couleur Urgences à prédominance médicale les endophtalmies chez le chien et le chat avec des lésions intra-oculaires irrémédiables ou doulou- endophtalmies de l’ESCRS (European Society for Cataract reuses. Elle est réalisée par voie transconjonctivale dans and Refractive Surgery) [2]. le cas où seul le globe oculaire est l’objet de l’infection. Une fréquence élevée d’endophtalmie postopératoire est Lors d’extension péri-oculaire, une exentération orbitaire évocatrice d’un processus de contamination péri-opéra- est préférable. L’éviscération oculaire avec mise en place toire dont l’origine est à déterminer [14, 18]. d’une prothèse intrasclérale est contre-indiquée dans les endophtalmies. conclusion Les endophtalmies sont des affections redoutables qui ProPhylaxie compromettent gravement la récupération visuelle. Leur origine est essentiellement traumatique et elles consti- La prévention des endophtalmies comporte la gestion des tuent une complication rare mais dramatique des inter- traumatismes oculaires iatrogènes tels que les interven- ventions chirurgicales intra-oculaires. Leur traitement est tions chirurgicales endoculaires, en particulier l’opération fondé sur l’injection intravitréenne d’antibiotiques. La de la cataracte. Chez l’homme, elle repose sur l’adminis- prévention des endophtalmies postopératoires repose tration d’antibiotiques systémiques ou par voie intraca- sur le respect de l’asepsie et de l’antisepsie chirurgicales. mérulaire (injection dans la chambre antérieure) [11]. Le développement futur de la vitrectomie devrait per- Les principales mesures de prévention comprennent mettre une approche plus pertinente que la prise en l’asepsie des zones opératoires, l’antisepsie de l’équipe charge actuelle, qui se limite dans la majorité des cas à chirurgicale et la stérilisation du matériel. Elles ont été un choix entre un traitement médical systémique ou par précisées de nouveau par le groupe de prévention des voie intravitréenne et l’énucléation. ❚ 1. Abi-Ayad N, Gambrelle J, Ophtalmologie. Ed. Elsevier 12. Glaze MB, Gelatt KN. Feline 18. Ramappa M, Maiji AB, Références Duquesne N et coll. Endophtalmies Masson SAS, Paris. 2008: ophthalmology, in Gelatt KN Murthy SI et coll. An outbreak après vitrectomie postérieure : 21-250-D-40. (Ed) Veterinary ophthalmology of acute post-cataract surgery incidence, micro-organismes et 7. Callegan MC, Gilmore MS, (ed 3). Philadelphia PA, Lippincott, Pseudomonas sp. endophthalmitis devenir visuel. J. Franç. Ophtalmol. Gregory M et coll. Bacterial Williams & Wilkins. 1999:997-1052. caused by contaminated 2007;30(4):397-402. endophthalmitis: Therapeutic 13. Klein HE, Krohne SG, hydrophilic intraocular 2. American Society of Cataract challenges and host-pathogen Moore GE, Stiles J. Postoperative lens solution. Ophthalmol. and Refractive Surgery and interactions. Prog. Retinal Eye Res. complications and visual outcomes 2012;119:564-570. American Society of Ophthalmic 2007;26:189-203. of phacoemulsification in 103 19. Safneck JR. Endophthalmitis: Registered Nurses. Recommended 8. Carifi G. Bacterial Post-traumatic dogs (179 eyes): 2006-2008. Vet. a review of recent trends. Saudi J. practices for cleaning and Endophthalmitis. Surv. ophthalmol. 2011;14(2):114-120. Ophthalmol. 2012;26:181-189. sterilizing intraocular surgical Ophthalmol. 2012;57(1):85-87. 14. Kutty PK, Forster TS, 20. Sansom J, Labruyere J. intruments. J. Cataract Refr. Surg. Wood-Koob C et coll. Multistate Penetrating ocular gunshot 2007;33:1095-1100. 9. Cornut PL, El Bichara Y, Bron A et coll. A multicentre prospective outbreak of toxic anterior segment injury in a Labrador Retriever. Vet. 3. Barnes LD, Grahn BN. study of post-traumatic syndrome. J. Cataract Refr. Surg. Ophthalmol. 2012;15(2):115-122. Actinomyces endophthalmitis and endophthalmitis. Acta Ophthalmol. 2008;34:585-590. 21. Satger D, Pégourié P, pneumonia in a dog. Can. Vet. J. 2012 (publication ehead of print). 15. Ledbetter EC, Landry Romanet JP et coll. Place de 2007;48:1155-1158. MP et coll. Brucella canis l’échographie dans la prise en 10. Das T, Sharma S. Current 4. Bell CM, Pot SA, Dubielzig RR. management strategies of acute endophthalmitis in 3 dogs: clinical charge des endophtalmies. J. Franç. Septic implantation syndrome in post-operative endophthalmitis. features, diagnosis and treatment. Ophtalmol. 2007;30(10):1037-1048. dogs and cats: a distinct pattern Semin. Ophthalmol. Vet. Ophthalmol. 2009;12(3): 22. Schmack I, Völcker HE, of endophthalmitis with lenticular 2003;18(3):109-115. 183-191. Grossniklaus HE. Phthisis bulbi. abcess. Vet. Ophthalmol. 2012 (pub 16. Linek J. Mycotic In: Albert DM, Levin LA. Ocular ehead of print). 11. ESCRS Endophthalmitis Study Group. Prophylaxis of endophthalmitis in a dog Disease, Mechanisms and 5. Bhagat N, Nagori S, Zarbin M. postoperative endophthalmitis caused by Candida albicans. Vet. management. Ed. Saunders Post-traumatic Infectious following cataract surgery: Results ophthalmol. 2004;7(3):159-162. Elsevier, Maryland. 2010:415-423. Endophthalmitis. Survey of the ESCRS multicenter study 17. Mamalis N, Edelhauser HF, 23. Steele KA, Sisler S, Gerding PA. Ophthalmol. 2011;53(3):214-251. and identification of risk factors. Dawson DG et coll. Toxic anterior Outcome of retinal reattachment 6. Bron A, Cochereau I, Chiquet C, J. Cataract Refr Surg. 2007;33: segment syndrome. J. Cataract surgery in dogs: a retrospective Bourcier T. Endophtalmies. In: 978-988. Refr. Surg. 2006;32:324-333. study of 145 cases. Vet. Encyclopédie médico-chirurgicale. Ophthalmol. 2012;15(2):35-40. Le Point Vétérinaire / 2012 / Urgences ophtalmologiques chez le chien et le chat 79PV12-CAN_P74_79_Famose(partie2).indd 79 13/11/12 13:00

×