Kératites du chien et du chat
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Kératites du chien et du chat

on

  • 4,113 vues

Article de synthèse sur les kératites des carnivores à paraître dans Pratique Vet.

Article de synthèse sur les kératites des carnivores à paraître dans Pratique Vet.
Review article about keratitis in dogs and cat. To be published in "Pratique Vet"

Statistiques

Vues

Total des vues
4,113
Vues sur SlideShare
4,113
Vues externes
0

Actions

J'aime
0
Téléchargements
22
Commentaires
0

0 Ajouts 0

No embeds

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

© Tous droits réservés

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

Kératites du chien et du chat Kératites du chien et du chat Document Transcript

  • jKératites infectieuses Graves et invalidantes, les kératites infectieuses méritent un traitement précoce, puissant et adapté aux agents en cause et aux lésions présentes. F. FAMOSE, DV, CES d’ophtalmologie l’ vétérinaire 42 av Lucien Servanty 31700 Blagnac es kératites infectieuses sont caractérisées par une inflammation et des lésions cornéennes de gravité variable provoquées par le développement de germes OBJECTIFS tels que virus, bactéries ou parasites. PÉDAGOGIQUES Ces infections sont graves par l’étendue de la destruction cornéenne pouvant conduire Savoir reconnaître et identifier les à la cécité, par l’importance de leurs séquelles et par la douleur qu’elles causent. Pour différentes lésions cornéennes d’herpès limiter ces conséquences, il est impératif d’identifier rapidement ces affections, d’en virose féline. déterminer la cause et de débuter au plus vite un traitement. Connaître les modalités de leur traitement. Savoir reconnaître et traiter une kératite bactérienne. Savoir évaluer la gravité d’une kératite bactérienne. L’infection par le virus herpès félin de type 1 est fréquente chez le Chat RÉSUMÉ L’infection par l’herpèsvirus félin s’accompagne de lésions cornéennes Pathogénie écoulements oculaire ou nasal peut per- graves dans la phase primaire et dans la sister jusqu’à 20 jours. phase secondaire de la maladie. Son Le virus herpès félin de type 1 (VHF-1) est diagnostic repose sur la clinique et la responsable de la rhinotrachéite féline. Quatre-vingt pour cent des chats atteints PCR. Le traitement est basé sur l’emploi Cette infection est responsable d’environ restent porteurs latents : le virus reste à de virostatiques. 50 % des affections respiratoires supé- l’état quiescent dans divers tissus ocu- rieures chez le Chat. laires (cornée, uvée antérieure) et dans Les kératites bactériennes suivent une les tissus nerveux associés (ganglion du lésion épithéliale et s’accompagnent L’infection primaire, après pénétration nerf trijumeau). d’une destruction du stroma. Leur initiale du virus par voie nasale, orale ou traitement repose sur l’utilisation locale conjonctivale, est caractérisée par une Cette phase ne s’accompagne d’aucun intensive des anti-infectieux et si nécrose épithéliale débutant 48 heures symptôme ni d’excrétion virale. Le virus nécessaire sur une chirurgie. après le contact initial et atteignant son peut se réactiver chez 50 % des sujets : maximum en 8 jours environ. cette infection secondaire est favorisée La régénération épithéliale débute à ce par le stress, les maladies intercurrentes Conflits d’intérêts : néant moment mais l’excrétion virale dans les ou une corticothérapie prolongée38 PratiqueVet (2012) 47 : 590-594 (590)
  • OPHTALMOLOGIE jPhoto 1. Kératite stromale chez un chat adulte. Œdème cornéen central Photo 2. Séquestre cornéen félin chez un persan de 5 ans. Le séquestre estavec vascularisation périphérique abondante. Noter l’absence d’ulcération superficiel et la cornée périphérique est claire.cornéenne. Photo 3. SymblépharonSymptômes chez un chaton. Adhérence entre le corps clignotant et> Infection primaire la face postérieure des paupières avec disparitionElle est plus fréquente chez le chaton ou des culs de sacle jeune chat non vacciné. Elle associe conjonctivaux.des symptômes de rhinite aiguë et d’in-flammation conjonctivale ou cornéennebilatérale.Isolée ou associée à l’infection conjonc-tivale, elle débute par la formationd’ulcères épithéliaux dendritiques carac-téristiques qui confluent pour formerdes ulcères “en carte de géographie”. Elleévolue favorablement en deux à trois se- peut être inapparente ou se traduire par ■ kératite interstitielle : le plus souventmaines. Les complications bactériennes une kératite ou une conjonctivite le plus unilatérale et isolée, elle correspond àexistent et l’ulcère s’étend alors au stro- souvent unilatérale sans signe de rhinite. une réaction immunitaire consécutivema cornéen. Un écoulement marron-rouge peut per- à la présence du VHF-1 dans le stroma sister plusieurs mois : cornéen mais dont le mécanisme est ac-> Infection secondaire ■ kératite ulcéreuse d’évolution chronique tuellement mal connu. Les lésions d’in-Elle survient lors de la réactivation virale ou récidivante qui peut se compliquer filtration cellulaire et de fibrose stromalechez le chat adulte, même vacciné. Elle d’une nécrose stromale ; se traduisent par une opalescence, ainsi qu’une néovascularisation superficielle et profonde (PHOTO 1). Figure 1. Modalités de traitement des kératites associées à l’herpès virose féline. Son évolution est soit la guérison, soit la récidive, l’apparition d’un séquestre cor- Infection Infection Kératite néen (PHOTO 2) ou la persistance des vais- primaire secondaire stromale seaux et de la fibrose du stroma. Sans traitement, elle est responsable d’un déficit visuel. • Antiviraux • Virostatiques • Corticoïdes > Les complications, séquelles et lésions • Antibiotiques • Gestion du stress • Ciclosporine imputables au VHF-1 • Traitement • Virostatiques ? ■ Symblépharon : observé le plus souvent symptomatique après l’infection primaire, il se manifeste par la présence d’adhérences conjoncti-(591) PratiqueVet (2012) 47 : 590-594 39
  • j OPHTALMOLOGIE vales tarsales sur la cornée, la membrane nictitante ou les paupières (PHOTO 3). Tableau 1 : Molécules à activité virostatique ou ■ Occlusion des points lacrymaux ; adjuvante. ■ Vaisseaux cornéens “fantômes” ; Molécule Dosage Prix Commentaires Trifluridine (Virophta® [H]) Solution 1% 4-6x/ Env. 15 € Pas d’essai ■ Insuffisance lacrymale : le VHF-1 est la jour locale, 21 j clinique contrôlé première cause de kérato-conjonctivite Ganciclovir (Virgan® [H]) Gel 0,15% 4-6x/jour Env. 13 € Pas d’essai sèche (KCS) chez le Chat (dacryoadénite) locale, 21 j clinique contrôlé ■ Fibrose cornéenne avec opacité irréver- Famciclovir (Oravir® [H]) 30 à 40 mg/kg 1 à Env. 35 € Efficacité clinique sible ; 2 fois/jour, PO, par semaine contrôlée 8 à 28 jours ■ Séquestre cornéen et la kératite éosino- Interferon alpha humain 1000 UI/jour locale 26 €/3 MUI Pas d’essai philique. (Roferon® [H]) contrôlé in vivo Interferon omega felin Solution à 0,5 MUI/mL 166 €/10 MUI Pas d’essai Diagnostic (Virbagen®) 3 à 5 fois par jour contrôlé in vivo pendant 10 j locale > Diagnostic différentiel L-Lysine (Herpelysine®) 250-500 mg/j PO 14,5 €/ Efficacité 100 MUI controversée Il est à faire avec les kératites trauma- tiques, bactériennes, mycosiques et par réalisée à partir des cellules épithéliales Traitement corps étranger. conjonctivales ou cornéennes prélevées à la cytobrosse ou sur le tissu de kératec- Les modalités de traitement sont décrites > Examens complémentaires tomie. dans la FIGURE 1. Au plan cytologique, un infiltrat inflam- Les résultats sont à interpréter avec pré- Les antiherpétiques sont à la base du trai- matoire contenant des lymphocytes caution: les faux positifs et faux négatifs tement. Les différentes molécules dispo- est évocateur. L’identification virale par sont fréquents [1]. En pratique, on consi- nibles sont comparées (TABLEAU 1) [3]. immunofluorescence sur les cellules dère que toute kératite ulcéreuse féline conjonctivales est maintenant remplacée est liée à la présence du FHV-1, jusqu’à par la PCR (Polymerase Chain Reaction) preuve du contraire [2]. Les kératites bactériennes correspondent à une surinfection d’une lésion de la surface de la cornée L es kératites bactériennes corres- pondent à une surinfection d’une lésion de la surface de la cornée : trau- ■ Les symptômes sont la douleur, la pho- tophobie et le déficit visuel. approche de l’agent causal qui pourra être identifié par bactériologie ou PCR. ■ L’examen ophtalmologique met en évi- Les germes les plus fréquents sont Sta- matisme, corps étranger, KCS. dence des lésions stromales localisées phylococcus sp., Streptococcus sp. et Pseu- Elles sont plus fréquentes chez le Chien (abcès cornéen) avec ulcération focale et domonas aeruginosa [4]. L’isolement et que chez le Chat, et rencontrées principa- œdème stromal périphérique (PHOTO 4). l’identification de bactéries anaérobies lement chez les animaux brachycéphales ■ Descomplications de kératomalacie et strictes (Clostridium sp.) ne sont pas ex- ou prédisposés aux insuffisances la- parfois perforation oculaire (PHOTO 5), ceptionnels [5]. crymales ou aux traumatismes oculaires. d’uvéite antérieure avec hypopion Les germes responsables sont variés (sta- peuvent être notées. Traitement, pronostic et phylocoques, streptocoques, pseudomo- complications nas,…) et leurs propriétés d’adhérence et Démarche diagnostique Le processus de colonisation de la cornée d’activation de métalloprotéases condi- Le diagnostic repose sur les signes cli- est différent selon les germes en présence tionnent la gravité de l’infection. niques et les symptômes de suppuration (FIGURE 2) [6]. cornéenne dans un contexte d’affection Symptômes Les enjeux du traitement sont : cornéenne préalable. ■ soulager la douleur ; ■ Les signes locaux sont la rougeur, l’écou- La biomicroscopie permet d’évaluer la lement purulent et la perte de transpa- profondeur de la lésion. La cytologie par ■ lutter contre le développement bacté- rence cornéenne. grattage cornéen permet une première rien et ses conséquences ;40 PratiqueVet (2012) 47 : 590-594 (592) View slide
  • OPHTALMOLOGIE j Figure 2. processus de colonisation de la cornée selon la nature des germes en présence. IL-8 = interleukine 8. Gram + Gram — Multiplication bactérienne Multiplication bactérienne Toxines Adhésion Toxines Adhésion Activation enzymatique IL-8 Leucocytes Kératocytes Matrice Leucocytes Kératocytes Matrice extracellulaire extracellulaire Altération Altération réponse Lésions réponse Lésions immune cornéennes immune cornéennes■ préserver ou rétablir l’étanchéité cor- L’antibiotique est choisi sur des critères Le traitement par voie générale est sur-néenne ; de probabilité d’efficacité : antibiotiques tout indiqué en cas de perforation ocu- à large spectre (chloramphénicol (Oph- laire.■ limiter la perte visuelle. talon®), fluoroquinolones-ciprofloxa- cine (Ciloxan®[H])) ou à concentration > Traitement de la collagénolyse> Traitement antibactérien renforcée (gentamicine : 9 à 15 mg/mL). L’utilisation d’anticollagénases (sérumEn pratique, l’examen bactériologique Le traitement local est instillé toutes les autologue, acétylcystéine et EDTAest rarement réalisé avant la mise en deux heures et l’amélioration doit inter- (NAC® collyre)) est indiquée lors de col-place du traitement. venir en 48 heures. lagénolyse.Photo 4. Kératite infectieuse (Staphylococcus spp.) chez un chien. Œdème ) Photo 5. Perforation oculaire (Pseudomonas spp.) chez un chien. )cornéen et collagénolyse localisée. Collagénolyse étendue et présence de matériel irien dans la plaie de perforation.(593) PratiqueVet (2012) 47 : 590-594 41 View slide
  • j OPHTALMOLOGIE POINTS FORTS ■ L’herpès virose oculaire féline se manifeste par deux phases : une forme primaire aiguë bilatérale et une forme secondaire chronique unilatérale. 80 % des chats restent porteurs. ■ Le diagnostic est multiple : éléments cliniques, PCR, diagnostic thérapeutique. ■ Le traitement est adapté à la forme et repose le plus souvent sur les antiviraux dont l’intérêt clinique n’est pas toujours prouvé. Photo 6. Aspect d’une greffe conjonctivale pédiculée sur Photo 7. Greffe de vetbiosis après kératectomie sur un ■ Les kératites bactériennes se un œil de chat (ulcère profond et étendu) un mois après chat atteint de séquestre cornéen. manifestent par une destruction l’intervention. du stroma cornéen consécutive à une lésion épithéliale. > Traitement de la douleur ■ Par greffe conjonctivale libre ou pédiculée, ■ Le mode d’action des partielle ou totale (PHOTO 6) ; bactéries en cause varie selon La douleur peut être traitée par des antal- leur espèce (gram+/gram -). giques par voie générale (Anti-inflammatoires ■ Par greffe de biomatériaux (Vetbiosis®) avant ■ Le traitement repose sur non stéroïdiens, morphiniques). perforation (PHOTO 7) ; l’élimination bactérienne et la consolidation de la cornée Sur un plan local, les cycloplégiques (Atropine Malgré la mise en œuvre d’un traitement restante. 1 %® [H] en collyre) sont indiqués pour lever puissant et précoce, le pronostic des kératites ■ Les séquelles sont graves et le spasme ciliaire. bactériennes reste réservé. La cicatrisation invalidantes. implique un degré de fibrose cornéenne dont > Traitement chirurgical l’intensité est plus ou moins invalidante au Lorsque le risque de perforation cornéenne est plan visuel. Lors de perforation oculaire, le >>A LIRE... élevé ou lorsque la perforation est présente, un risque d’endophtalmie et de perte de l’œil est élevé. 1. Veir JK et Lappin MR. Molecular traitement chirurgical de la cornée doit être Diagnosis Assays for Infectious entrepris : Diseases in Cats. Vet Clin North Am Small Anim Pract. 2010 ; 40 : 1189-200. Les kératites mycosiques 2. Hartley C. Aetiology of corneal ulcers - Assume FHV-1 unless sont rares chez les Carnivores proven otherwise. Journal fo Feline Medicine and Surgery. 2010 ; 12 : 24-35. domestiques 3. Maggs DJ. Antiviral Therapy for Feline Herpesvirus Infection. Vet Clin North Am Small Anim Pract. 2010 ; 40 : 1055-62. L es kératomycoses sont des infections fon- giques de la cornée. Ces affections sont rares et sont consécutives à des blessures cor- 4. Moore CP et Nasisse MP. Clinical Microbiology. In : Gelatt KN, ed, Veterinary ophthalmology. Third néennes par des matériaux contaminés (corps edition. Philadelphia : Lippincott étrangers végétaux, outils de jardinage,…). Williams and Wilkins ; 1999 : 259- 90 L’évolution est habituellement lente : la kéra- 5. Ledbetter EC et Scarlett JM. tite d’abord localisée a tendance à s’étendre Isolation of obligate anaerobic lentement malgré les traitements antibio- bacteria from ulcerative keratitis in tiques ou anti-inflammatoires. domestic animals. Vet Ophthalmol. 2008 ; 11 : 114-22. Les lésions les plus fréquentes sont : la douleur 6. Gilmore MS et coll. Infectious oculaire, l’œdème cornéen, l’ulcération super- keratitis. In : Levin, LA, Albert DM, ficielle de la cornée dont l’épithélium prend eds, Ocular Disease- Mechanisms and Management. Saint Louis : un aspect blanchâtre (PHOTO 8). Saunders Elsevier ; 2010 : 49-55. Le traitement consiste en l’application d’anti- 7. Marlar AB et coll. Canine fongiques locaux (voriconazole 1 %, itracona- keratomycosis : A report of eight Photo 8. Kératomycose chez un chat. Noter l’aspect zole). Le pronostic reste réservé car la réponse cases and literature review. dépoli de la cornée et les dépôts blanchâtres. Noter J Am Anim Hosp Assoc. 1994 ; 30 : au traitement est très variable [7]. également l’inflammation conjonctivale associée. 331-40.42 PratiqueVet (2012) 47 : 590-594 (594)