Apm france

0 vue

Publié le

Bilan Carbone, carbone footprint
Comment rendre cela utile pour les entreprises ?

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
0
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
31
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Apm france

  1. 1. 16 février 2011Bilan Carbone® : effet de mode ouréelintérêt pour l’entreprise ? Frédéric Chomé Factor-Xthe Climate Consulting Group sprl Club Luxembourg SCHUMAN
  2. 2. Factor-X Fournisseur de solutions bas carboneBureau de conseil en stratégie Carbone4annéesd’activité (création en 2007) www.theccgroup.eu6 consultants Skype: fredchome Blog Demande à FredODomainesd’intervention: : http://www.terra- Biland’émissions de Gazàeffet de serre economica.info/Demande-a- Plan d’actions de réductions des émissions de GES FredO,608.html Stratégiesd’atténuation, d’adaptation et de diversification (Soutien au) développementd’activités bas-carbone Mécanismes de financement de l’économie “verte”, “bas carbone” et “positive”.Secteurs: Energie, transports, Urbanisme, BTP, collectivitéterritoriale, éco- matériaux, TourismeClients: Entreprises: Eurotunnel, Electrabel,ArjoWiggins, Cargill, Thalys, BSCA, JO Londres 2012, Carrefour, Café Liégeois, Securitas, Pierre &Vacances, Les tourelles, ... Collectivitésterritoriales: Lille, Rouen, Angers, Metz, Région Nord-Pas de Calais, Bègles, Charleroi, Uccle, Mérignac, Carquefou, CG17, ... Pouvoirs publics : MEEDDAT, IBGE, DDEA10, Certu, Anru 2
  3. 3. Constats Crise Financière Situation économique en déclin Emploi en Berne / chômage en Hausse Marché UE = principalement remplacementEtats exangues, peu de potentiel de relanceAlliance PME faibles en Europe ouest vs Occident ou USACréativité limitée : Entrepreneuriat moyen et conversion faibleChangements climatiques = enjeu majeur partagé mais Faibles réductions dans les pays « développés » : optimisation à la marge ; « tourner les boulons » Fortes augmentations dans les pays « en transition » Belles opportunités de croissance dans les « green businesses » en Europede l’Ouest (Position de leader toujours à prendre dans de nombreux secteurs)Les mesures « régulatoires » sont inefficientes, timorées et/ou sourced’incertitudes pour les entreprises EU-ETS, Taxe C, Relance par la consommation 3
  4. 4. Le contexte Carbone / énergie / environnement Abandonnée Libéralisation des marchés énergétiques : +20 à 30% dès 2011 ?Grenelle de l’environnement Taxe Carbone Abandonnée Taxe Carbone aux frontières Europe : Non. RT 2005 RT2012 : en neuf et en rénovation 260  150  50 kWhep/m2 Loi ENE votée en Juillet Obligation de bilans carbone ? 2010 Affichage environnemental des produits de consommation 2011 2012 Etiquette énergie & CO2 des bâtimentsEco-ZAC, Eco-quartiersECO-fiscalité renforcement des contraintes carbone européennes :  EU-ETS élargi 160 secteurs quotas 4  Accords inter-professionnels gratuits  2027
  5. 5. Prix électriques industriels en France vs Europe -35 à -40% p/r pays voisins 5
  6. 6. Tour de Table Présentez votre activitéOù en êtes vous sur la problématique Bilan Carbone® ? Avez vous envisagé sa mise en place ? Où en êtes vous dans la démarche ? 6
  7. 7. Table des Matières1. Pourquoi le dirigeant doit se poser la question2. Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone®3. Comment organiser la démarche4. Critique de la démarche5. Echanges & questions complémentaires 7
  8. 8. ENERGIE :chiffres pour éclairer le débat 8
  9. 9. Consommation mondiale d’énergie Nuke Hydro Gas Oil Coal Les – 2000 2000-2050:1950émissions:de CO2 provenant de combustibles fossilesont été multipliées par plus de 4 depuis 1950 (source AIE 2004) Energy x 5 Energy x 3Population x 2 Population x 1,5
  10. 10. Energie : Coût vs Service Un être humain = une machine avec un rendement de 1%  Alimentation : 5 kWh / jour  Energie mécanique : 0,05 kWh /jour (avec les bras) 1 litre de carburant = 10 kWh = 1 euro Prx d’une journée de salaire payée au tarif de l’énergie : 0,05 euro  Soit 1 euro par mois !!! 10
  11. 11. Peakoil ?
  12. 12. Peakoil ?
  13. 13. Il n’y a pas que le pétrole
  14. 14. Peakoil ? ... Après demain ! 400ans 112ans100ans 50ans
  15. 15. Renewables : Not an option for France. 19 Mtepprimary/year 1,5 Mtepprimaire/year 6 % of primary energy 0.6 % of primary energy consumption consumption +2 MTEP vs 2006Source : Observatoire de l’Énergie, ADEME, CEREN 274 Mtepprimary/year for Total
  16. 16. Une piste de solution : Plan NegaWatt Moins P R POLITIQUES I O Mieux R (avec ce qui reste) I T E Propre (pour le solde)Plus d’infos : http://www.negawatt.org/
  17. 17. CLIMAT :RAPPEL pour les distraits… 17
  18. 18. L’effet de serre, phénomène naturel et vital source : GIEC soleil atmosphère gaz à effet de serre terreMars 2004
  19. 19. Vincent MARIEL /Frédéric CHOMÉ
  20. 20. L’effet de Serre Un phénomène naturel indispensable(il maintient la température moyenne à la surface de la terre à + 15°C) Un effet de serre additionnel qui perturbe le phénomène naturel Des rétroactions positives (augmentation du rythme de croissance des végétaux) et négatives (libérations intempestives de méthane, arrêts des courants océaniques)
  21. 21. Unité officielle : kg équivalent Carbone ou kg équivalent CO2 NB : 1 kg eqC = 3,67 kg eqCO2Vincent MARIEL /Frédéric CHOMÉ
  22. 22. CLIMAT :La Science n’incite pas à passer à l’action… 22
  23. 23. Ce que disent les scientifiques Ca vous fait peur ? (I)Source : GIEC, Rapport 2007
  24. 24. Source : GIEC, Rapport 2007 Ce que disent les scientifiques Ca vous fait peur (II) ? Augmentation de la T° moyenne de 0,5 à 0,7°C
  25. 25. Ce que disent les scientifiques Que dit l’avenir ? +6°C +3,8°C +1,8°C +1°C +2,5 °C Raisonnable et acceptable ?Source : GIEC, Rapport 2007
  26. 26. Impacts probables
  27. 27. CLIMAT :…Pourtant les chiffres le justifient 27
  28. 28. Les Stocks de Carbone En milliards de tonnes de carbone Atmosphère : 750 Biosphère : 2360 Sols : 2/3 Végétation : 1/3 Océans : 38000 Lithosphère : 65 500 000 28
  29. 29. Stocks et flux de carbone En milliards de tonnes de carbone par an Flux Naturels Flux Anthropiques Atmosphère Atmosphère61,5 60 92 90 1.5 Biosphère Océans Biosphère Océans 0,8 0,04 8.0 Lithosphère Lithosphère Émissions totales : 150 GtC Émissions totales : 9,5 GtC 29 Séquestration : 153.5 GtC Séquestration : 0 GtC
  30. 30. Emissions mondiales 14 Gteq Carbone ou 51 Gteq CO2 par an 513 3.5428.631 29.000 9526 MT éq CO2 Emissions mondiales par nature de gaz en 2004, en millions de tonnes équivalent carbone, hors ozone (Jancovici, 2007, sur données GIEC, 2007 - le CH4 et le N2O sont repris avec leurs PRG 2007) 30
  31. 31. Quel Problème ? Un peu de maths 51 Gt CO2e aujourd’hui avec 6,5 G-habitants = 7,8 TCO2e / habitant 12 Gt CO2e en 2050 avec 9 G-habitants = 1,3 TCO2e par habitant) Réduction mondiale d’un facteur 5,8Le plus souvent on ne parle que des 29 Gt CO2 d’énergies fossiles – que l’on réduit souvent à leur valeur de l’année 2000 (22 Gt) et on oublie de ce fait les 45% d’émissions anthropiques restantes !!! Problème de QUANTITES  PROBLEME d’ACCUMULATION 31
  32. 32. Source : Hansen & al. 2009 350 ppm pour 80% de certitude < 2°C Ce que demande la science 32
  33. 33. Un problème de risques Distribution actuelleFréquence ou Risqueoccurrence x 25 pour +1,6°C X1 X2 Temperature Sécheresse, inondation, Vent ouragans,... Pluie
  34. 34. De fortes non linéarités Le Monde peut-il se permettre de dépasser les +2°C ? 34Source : GIEC, Rapport 2007
  35. 35. Combien deGES en France ? 35
  36. 36. Répartition des émissionspar pays au sein de l’union européenne (UE15) Source : Agence Européenne de l’Environnement - 2002
  37. 37. Contribution et évolution des secteursEn France en 2008 : 527 millions teqCO2 Énergie Déchets Transports Industrie Bâtiments Agriculture 13 % 3% 26 % 20 % 19 % 19 % - 9% - 15% + 20% - 24% + 13% - 12% Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Source : MIES, CITEPA, 2007 Illustration : Pascal Vilcollet
  38. 38. Contribution et évolution des secteursEnBelgique en 2007 : 132 millions teqCO2 Énergie Déchets Transports Industrie Bâtiments Agriculture 21 % 1% 18 % 30 % 22 % 8% - 9% - 15% + 20% - 24% + 13% - 12% Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Source :climat.be Illustration : Pascal Vilcollet
  39. 39. Inventaire des émissions de GES en BelgiqueEn Belgique en 2008 : 132,6 millions teqCO2 Énergie Déchets Transports Industrie Bâtiments Agriculture 20 % 1% 18 % 32 % 22 % 7% - 19% - 64% + 43% - 16% + 8% - 17% Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990 Depuis 1990France 13 % 3% 26 % 20 % 19 % 19 % Source : climaterchange.be Illustration : Pascal Vilcollet
  40. 40. Qu’est ce qui émet des Gaz à effet de serre ?Tous nos faits et gestes émettentdes GES :> consommer de l’énergie> se déplacer Des Gaz> s’habiller à Effet de> manger Serre !> …etc. Mais pourquoi ?
  41. 41. EXEMPLE: ITINÉRAIRE D’UN STEACK HACHÉ ET ÉMISSIONS DE GES Vincent MARIEL /Source : RAC Frédéric CHOMÉIllustration : Pascal Vilcollet
  42. 42. CarbonConsumption France 2005530 ou 730 MTCO2e ? +38% Source :Soes
  43. 43. Inventaire des émissions de GES Source : Citepa, Illustration : Pascal VilcolletEn France en 2008 : 527 millions teqCO2 584 millions teqCO2 1550 millions teqCO2 X3 Énergie Déchets Transports Industrie Bâtiments Agriculture 13 % 3% 26 % 20 % 19 % 19 % 68 16 137 105 100 100 MtCO2eq MtCO2eq MtCO2eq MtCO2eq MtCO2eq MtCO2eq +11 % +200 % 57 1051 Source : direction générale des douanes Estimation MtCO2eq MtCO2eqNon Comptabilisés : transport routier international de marchandises – Variations dues aux carburant dépensés à l’étranger par les véhicules légers français
  44. 44. EVOLUTION 1990 – 2010-6% ou +29 % ? +29% -6% MTeqCO2 1264 1340 1635Non Comptabilisés : transport routier international de marchandises – Variations dues aux carburant dépensés à l’étranger par les véhicules légers belges
  45. 45. EVOLUTION 1995 – 2010-11% ou +49 % ? +49% -11% MTeqCO2 500 750Non Comptabilisés : transport routier international de marchandises – Variations dues aux carburant dépensés à l’étranger par les véhicules légers belges
  46. 46. Switzerland : Hidden fluxes through imports +38% Source :Soes
  47. 47. UK: Carbonemissions vs CarbonConsumption -18% or + 20% Source : Dieter Helm / too Good to beTrue
  48. 48. 1 TCO2e ?1 TCO2e is produced by6000 km with a small car4000 kWhelec in Belgium; Half in germany, 4x in France4500 KWh heating w/ natural gas (22% household / year)1 return trip to morocco1000 € in stock markets 1 TCO2 = 1 TCO2 ?  Absolute emissions  Absolute reductions  Decoupling (relative reduction : per unit production)  Avoided emissions w.r.to reference scenario  Absorptions (by nature)  Capture (by human activities) 48
  49. 49. Table des Matières1. Pourquoi le dirigeant doit se poser la question2. Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone®3. Comment organiser la démarche4. Critique de la démarche5. Echanges & questions complémentaires 49
  50. 50. Carbon Footprint : Why ?CommunicationEmpowerment of employeesCost reductionEco-conceptionDiferenciation , StrategyCustomer or supplier requirementRegulatory anticipationTop management is GreenInternal project, employees commitment to companyEconomic, regulatory, environmenal, commercial, marketing, sociologic arguments
  51. 51. Bilan Carbone® : tous obligés ? • Projet de Loi du Grenelle II (adoption prévue avant l’été 2010 ?) « Bilan des émissions de GES » • Pour les entreprises : – Concerne « les personnes morales de droit privé employant plus de 500 personnes exerçant leur activité dans un secteur fortement émetteur » • Pour les collectivités : – Concerne toutes les collectivités « de plus de 50 000 habitants et personnes morales de droit public employant plus de 250 personnes » • Bilan rendu public et mis à jour tous les 5 ans. • Devra indiquer : – Les objectifs stratégiques et opérationnels d’atténuation – Le programme d’actions à réaliser – Le dispositif de suivi et d’évaluation des résultats • L’exposé des motifs précise qu’il s’agit « d’un bilan des émissions de GES consistant à mesurer les émissions de GES liées aux processus de production ou aux installations »Séquence 4 - Objectifs et cadrage 51
  52. 52. CarbonRegulatorytools AbandonnéeKyoto Instruments (Cap & Trade, EU-ETS, CDM, JI)  EU-ETS reinforced (act. 11.000 installations – 50% of UE CO2) 3 x 20 of EU en 2020 vs 1990  -20% GHG  + 20% energyefficiency  20% renwablesCarbonTax (Norway, Sweden) , France ? , UE ?Carbontax for importedgoods ?Improvement of New buildings energyefficiency (Normative)Norms of CO2 emissions for individual cars (by km) Product carbonfootprint initiativesoEn France : Référentiel BX30 AFAQ Afnoro http://affichage-environnemental.afnor.org/Environmentalfiscality 52
  53. 53. EU-ETS evolution Before 2012 From 2012 A1 : émissions A2 : émissionsEmissions de CO2 en de CO2 en 2011 :moyennes de 2012 > à 2012 < à Allocation desCO2 sur la couverture couverture quotas CO2période 2004- 85% Gratuits2006 15% aux Hypothèse : la Compagnie A a couvert 100% enchères de ses émissions de 2004-2006 en pré- allocation Chaque compagnie recevra gratuitement 85% de ses émissions sur la période 2004-06 A1 : Elle doit acheter les émissions résiduelles Les 15% restant de chaque compagnie seront sur les marchés ou auprès d’organismes de regroupés et vendus aux enchères aux plus compensation accrédités par les nations unies offrants. Une compagnie pourra donc acheter ex-ante 53 A2 : elle est vendeuse d’un volume carbone plus de 100% de ses émissions 2004-2006 sur les marchés
  54. 54. La Taxe Carboneo17 eur / tonne CO2o Applicable sur les combustibles & carburantso la consommation d’électricité est descopéeo Reportée à “plus tard” pour le momento Pas de perspective de croissance maîtrisée des coûts de la tonne CO2o Les principaux postes contributeurs oConsommations directe d’énergie fossile (chauffage, chaleur) o Transports de personnes et de fret possédés sur le Territoire national oTransport de marchandises sur le “sol français” o Achats de matières ayant été fabriquées en FranceoEvaluation de votre surcoût : oGasoil : 1000 l = 2,67 tCO2 = 45 euros o Essence : 1000 l = 2,4 tCO2 = 41 euros o Gaz naturel : 1000 kWh = 205 kg CO2 = 3,5 euros o Avion Paris – New York A/R : 1,5 TCO2 = 28 euros o Transport de marchandises : o1000 km en semi remorque : 987 kg CO2 = 17 euros o1000 T.km en semi remorque : 87 kg CO2 = 1,5 euros 54
  55. 55. National initiativeso Sweden : Carbon Tax since 1991. Env. 120 eur / tCO2– consumption based ; corporate 21% ; eu-ets: 15%oFinland : carbon tax 20 eur / TCO2 for heating & transport (1997)oDenmark : Carbon tax modulated in function of Carbon content of consumedenergy. Applied to everone, ELEC & fuels.oUK:o « Cap and Trade » for everyone exc. Households, starting 2011 o EU-ETS o Climate change Levy (2001 – énergie des industries, commerces + secteur public) o Climate change Agreements o Carbon Reduction commitments (2011)oCarbon Product Labelling : PAS 2050 :oAllemagne : No real environmental fiscality Coal based electricity – strongcommitment to push renewables but intermittencyoNL, BE, FR : Eco-Malus for unefficient carsoBelgium : « Accord de Branche » (sectorial negociations for energyconsumption & CO2 emissions) 55
  56. 56. Environmental fiscality 56Source : alternatives économiques, mars 2010
  57. 57. Environmental fiscality 57Source : alternatives économiques, mars 2010
  58. 58. Copenhague & autres initiatives locales 58
  59. 59. Réduire les émissions : De combien ?Facteur 10 pour l’Europe et 9 pour la France 59
  60. 60. Par unité de PIB, c’estdifférent...Réduire de 30% les émissions par unité de PIB en Belgique d’ici 2050
  61. 61. Pouvoir de persuasion CopenhagueIMPLICATION 61
  62. 62. AGIR ou se poser des questions ? 62
  63. 63. Réagir face aux risques Je ne réduis PAS mesLe réchauffement Je réduis mes émissions Climatique émissions Est un Crise économique Bien joué ! Grand et financière mensonge Bonne décision Verticalement Science Crise Mondiale & • Economique Croyance C’était le bon choix •FinanceVa forcément • Politique arriver Même si plus • Sociale difficile à prendre • Ecologique • Humiane… Horizontalement : Comportements et choix
  64. 64. Dissonnance cognitive Je ne réduis PASLe Réchauffement Climatique Je réduis mes émissions Mes émissions Crise économique Bonne décision et financière Ne vas PAS Arriver Verticalement Science & croyanceEst une réalité Bonne décision Crise Mondiale 64
  65. 65. Préparer l’avenir Global Warming J’AGIS Je ne fais rien Bonne Ne vas Crise économique et financière décisi PAS on arriver Bonne décision Crise MondialEst une réalité e Horizontalement : Comportements et choix 65
  66. 66. Même pas cher de réduire Somme = coût nulSource : Mc Kinsey & Company, 2007 – Actualisation 2009 en libre téléchargement Purement technique : hors changements de comportements 66
  67. 67. Les Vraies causesoIndividualisme, hédonisme & benchmarking sociétaloVitesse, contraction du temps &LowCosto Economie linéarisée : Extraire, transformer, consommer, jetero De la qualité à la quantité : économie de remplacement pour 1,5 MdhumainsoFinanciarisation de l’économie : le moyen terme c’est fin de l’annéeoEconomie de l’Offre, contournement des contraintes européenneso Couples mono-parentaux  extension de l’habitat & des transportsoUrbanisme : Pert d’attractivité des villes comme lieu d’habitat etrenforcement comme lieu de travailoProgrès de la Médecine  allongement de la durée de vie  besoins &consommations supplémentaireso Mais… Faible aide au développement des PVD  limité de ce côté là. 67
  68. 68. Table des Matières1. Pourquoi le dirigeant doit se poser la question2. Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone®3. Comment organiser la démarche4. Critique de la démarche5. Echanges & questions complémentaires 68
  69. 69. BILAN CARBONE® Permettre à une entreprise d’estimer les émissions de GES (ordre de grandeur) associées aux processus physiques nécessaire à son existence. Tous gaz à effet de serre : CO2, CH4, ICI et AILLEURS N2O, … De Quoi ai-je besoin pour faire mon activité aujourd’hui ?
  70. 70. Fondamentaux du Bilan Carbone2 OBJECTIFS COMPLEMENTAIRES• ESTIMER LES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE  Et les réduire pour lutter contre le changement climatique.• EVALUER LA VULNERABILITE DE LA DEPENDANCE AUX ENERGIES FOSSILES :  anticiper les impacts économiques et sociaux de la raréfaction des énergies fossiles.• OUTIL DAIDE A LA DECISION ET A LACTION• Ne pas déterminer un responsable des émissionsmais QUI est le plus à même de pouvoir agir pour les réduire. 70
  71. 71. Sources d’émissions de GESMatériaux entrants Energie & Process fabrication initiale transformation Transport Transport fret amont fret aval Immobilisations Transport fret interne Produits finis Transport utilisation personnes Déchets fin de vie
  72. 72. Principe de la méthode Données facteurs émissions de observables X d’émissions = GES consommations d’énergie Émissions de GES générées par une action donnée surfaces chauffées Ex: brûler 1 litre d’essence kilomètres parcourus combustion 1l essence = x g quantité de matériaux de CO2 en moyenne… Données en ordre de grandeur >> Résultats aussi 72
  73. 73. Facteurs d’émissions : Energie 73
  74. 74. Facteurs d’émissions : Déplacements120 100 10010080 60 606040 22,9 2520 3 0 train SNCF Train Royaume- bus voiture, route avion long voiture, ville avion court Uni courrier courrier 74
  75. 75. FE : Transport Marchandises 75
  76. 76. FE : Transport MarchandisesAttention : valable pour 1 tonne transportée sur 1 km 76
  77. 77. Facteurs d’émissions : Matériaux 77
  78. 78. Facteurs d’émissions : Nourriture 78
  79. 79. Facteurs d’émissions : Tourisme 79
  80. 80. Les étapes & KSF0. PORTAGE DU PROJET PAR LE MAITRE D’OUVRAGE1. SENSIBILISATION A l’EFFET DE SERRE2. DEFINITION DU CHAMP DE L’ETUDE3. COLLECTE DES DONNEES4. EXPLOITATION DES RESULTATS5. ETABLISSEMENT DES PISTES D’ACTION DE REDUCTION6. LANCEMENT D’ACTIONS DE REDUCTION 80
  81. 81. Risques économiques Risque financier2 Millions EUR environ – 4.000 €/ employé /an Env. 20% du budget annuel hors RH
  82. 82. Risque financier Risque financier500.000 EUR environ sur énergie seule - 1.000 € /employé/an 5% du budget annuel hors RH
  83. 83. Rôle du dirigeant dans la démarche• IMPULSER la démarche Créer le Momentum  Mettre les équipes en mouvement  Être positif• SOUTENIR les collaborateurs  Fonctionnement en mode projet  Transversalité : recrée du lien  Vision globale : sortir de la responsabilité pure• S’ENGAGER  Objectifs à atteindre  actions à mettre en œuvre• COMMUNIQUER sur les succès accomplis . 83
  84. 84. Bilan Carbone® Echanges autour desexpériences des membres du club • FRAMBOURG • MILLET MARIUS 84
  85. 85. MilletFlacon Armoricaine 85
  86. 86. Bilan Carbone®Quelques exemples 86
  87. 87. PROMOTAL: 10.000 tCO2éq
  88. 88. PROMOTAL: 10.000 tCO2éq
  89. 89. PROMOTAL: 10.000 tCO2éq
  90. 90. BILAN CARBONE® Coffret Pack 90
  91. 91. Exemples de résultatProduction de parfums et cosmétique 91
  92. 92. Exemples de résultat Production de parfums et cosmétique Diminuer fortement le fret aérien Revoir le flaconnage et Moins prioritaire : le suremballage Efficacité des process ; électricité EDF ; Isolation ; chauffage solaireMoins de voiture domicile-travail (usine en banlieue, maldesservie par les TC)Moins de fret routier fournisseur(principaux fournisseurs àquelques dizaines de kmseulement)Moins de fret routier client : ilfaudrait construire une voieferré entre l’usine et ses Revoir la composition des cosmétiques etprincipaux entrepôts parfums ? 92
  93. 93. Exemples de résultat Fabrication de spiritueux 93
  94. 94. Exemples de résultat Fabrication de spiritueux Diminuer les engrais de la Diminuer l’énergie de viticulture distillation Développer le co-voiturage, le bus, le vélo et la marche à piedMoins prioritaire et/ou + difficile :Revoir la politique produits(la valeur ajoutée par unité de poids)Efficacité des process ; électricitéEDF ; Isolation ; chauffage solaire: marginal Revoir le fret routier jusqu’à l’embarquement Revoir le flaconnage et le suremballage 94
  95. 95. Exemples de résultat ActivitéTertiaire (MEEDDAT) 95
  96. 96. Exemples de résultat 7350 TeqC représentent 96
  97. 97. Exemples de résultat Evénement (J.O.) 97
  98. 98. Exemples de résultat Evénement (J.O.) 98
  99. 99. Exemples de résultat Evénement (J.O.) 99
  100. 100. Exemples de résultat Train Transmanche 100
  101. 101. Exemples de résultat Train TransmancheTOTAL FRET AMONT et AVAL : 750.000 TECTOTAL BC Eurotunnel : 86.000 TEC Ratio = Facteur 9 101
  102. 102. Exemples de résultat Train Transmanche : Benchmark• Seafrance 2,6 kgeC/Ton• Eurotunnel – 2006 = 0,9 kgeC/Ton – 2008 = 0,1 kgeC/Ton• Air plane short haul (500 km average trip) : 36 kgeC/Ton 102
  103. 103. Exemples de résultat Train régional 103
  104. 104. Balance Carbone Train régionalEmissions de GES Réduction d’émissions de GES 31.000 TeC 33.000 TeC 31.000 TeC 55.000 68.000 TeC TeC 92.000 TeC 2013 2007 2003 104
  105. 105. Exemples de résultat Location d’appartements pour vacanciers Sans repas des occupantsAvec repas des occupants +30% 105
  106. 106. Résultats Globaux IEmissions TOTALES Emissions Directes 106
  107. 107. Résultats Globaux II 1,5% 4,3% 13% 1% 0,3% 0,2% 79%Emissions TOTALES 107
  108. 108. Résultats Globaux II 19% 1,5% 55% 4,3% 17% 13% 3,0% 1% 3,7% 2,0% 0,3% 0,2% 0% 79%EmissionsDirectesEmissions TOTALES 108
  109. 109. Résultats : Teq. C par Typologie de RésidenceEmissionsTOTALESDirectes 109
  110. 110. Hôtel 937 TeCO2 3 82 84 44 42 178Emissions de GES en Teq. CO2 524 110
  111. 111. Transport de personnes 937 TeCO2524 TeCO256% total 111
  112. 112. 477 TeCO250% Total Déplacements de visiteurs 937 TeCO2 2% 5% 1% 18% ,5% 1% 112
  113. 113. 178 TeCO219% Total Nourriture et boissons 937 TeCO2 37 Tonnes 59 Tonnes 107 Teq. 71 Teq. CO2 CO2 113
  114. 114. 107 TeCO211% Total Nourriture 937 TeCO2 37.000 kg de Nourriture 114
  115. 115. Exemples de résultatConstruction de 200 logements : 1. Travaux 115
  116. 116. Exemples de résultatConstruction de 200 logements : 2. utilisation annuelle 116
  117. 117. Exemples de résultat Projet de construction 117
  118. 118. MODE : 45 Millions de pièces par an Périmètre INTERNE TOTAL 625 000 TCO2éq Achats Textile & Transformation = 500.000 TCO2éq118 © Austral 2009
  119. 119. TOTAL INTERNE + Utilisation des produits Résultats 700 000 TCO2éq UTILISATION = 65.000 TCO2éq119 © Austral 2009
  120. 120. TOTAL, Y compris les visiteurs des boutiques Résultats 1 970 000 TCO2éq Visiteurs : 1 250 000 TCO2éq120 © Austral 2009
  121. 121. Que retirer de tout ceci ?1. Réfléchir à ce dont j’ai besoin pour exercer mon activité2. Intégrer l’ensemble des processus sans se poser de questions3. Définir des périmètres de consolidation des résultats4. Voir ce que donnent les résultats en ordre de grandeur5. Vérifier si pas d’erreur commise6. Analyser les résultats (toujours des surprises !)7. Agir sur les postes les plus significatifs, même s’ils ne sont pas ceux que l’on contrôle directement8. Généralement, les émissions internes directes sont faibles dans le total du Bilan9. Réfléchir à des actions avec return sur investissement intéressant pour débuter10.Ne pas éliminer des postes si on pense ne pas pouvoir agir dessus11.Ne pas hésiter à tenter des benchmarking (avec réserve quant à l’interprétation des comparaisons)12.Rechercher systématiquement l’utilisation des produits et les émissions évitées (Balance carbone) 121
  122. 122. De la théorie à l’Action Evaluer votre Bilan Carbone® 122
  123. 123. Bilan Carbone simplifié• Outil de sensibilisation• 50 données max• Moins de 2 heures collecte comprise• Permet d’aller plus loin : Excel• Montre là où sont les impacts dominants• Mais ne donne pas de solutions
  124. 124. Bilan Carbone simplifié• Outil de sensibilisation• 50 données max• Moins de 2 heures collecte comprise• Permet d’aller plus loin : Excel• Montre là où sont les impacts dominants• Mais ne donne pas de solutions
  125. 125. Que faire en priorité ?Quelles sont les actions les plus efficaces ? 125
  126. 126. Les préceptes d’OR L’individu à la base des grands changements  Agir seul = Maîtriser l’ensemble des causes, conséquences et impacts de ses propres choix  Dans l’ensemble de ses rôles  Au plus le nombre de décideurs est important au plus l’accord est réduit.  Accord > Compromis > Pis-aller  1+1+1 > 3 Si la consommation est un problème, la solution passera par le problème etpas par l’anti-problèmePartir de Zéro = super, mais même avec 20% de croissance annuelle et il fautbeaucoup de temps pour représenter qqch  Plus simple de réorienter l’existant actuel que de construire à partir d’une feuille blanche Pour changer profondément un système il faut s’attaquer aux vraies causeset pas seulement aux conséquences des causes. 126
  127. 127. CitoyensRéduire fortement la consommation de biens neufs  Privilégier les biens existants, la réparation et l’achat de seconde main. Travailler dans des entreprises à balance carbone positive  et habiter près de celles-ci Investir dans les économies d’énergie (logement, transport) en se projetantdans un monde à 5 eur le litre de carburantManger bas Carbone  Facteur 5 à 8 en fonction des repasRedéfinir la notion de richesse et de plaisir  Repenser notre notion au temps  On n’est pas né sur Terre pour travailler  Ni pour se comparer à son voisin Se battre pour des idées 127
  128. 128. Collectivités & pouvoirs publics Accorder des subventions publiques à des solutions ET Efficaces en matière deréductions d’émissions ET non compétitives à l’heure actuelle.Elargir rapidement le système des SEQE nationaux pour y faire intégrer tous lesacteurs, y compris tertiaires (cf. ce qui se fait en UK)Taxer les produits jetables et mono usages à concurrence de 1500 eur/ TCO2 Obliger les producteurs de biens à rallonger d’un an par an les durées degarantie de leurs produitsNormer, encadrer et urbaniser selon le principe d’éco-zones de 300 kHAB quasiautonomes en énergie et alimentation Favoriser les puits de C Dans le Nord Se développer en maximisant les potentialités offertes par les écosystèmesterritoriauxTaxer le carbone importé aux frontières du pays pour relocaliser et produireplus durablement 128
  129. 129. Réfléchir différemment Hypothèses 941 logements, 3 pers/logt 1 voiture pour 2 habitants 16.500 km/véhicule/an 100% gasoilRéfléchir différemmento Réduire le Besoin : Multiplicité des fonctions, règles des 5’-10’-20’, …o Promouvoir les alternatives : Transports en commun, vélos, car-sharing, transports à la demande, services de livraison à domicile/au bureau, élargir les trottoirs, pistes cyclables…o Réduire l’envie : Limiter le nombre de places de parking, casse-vitesse, feux désynchronisés, amendes élevées, …o Rendre l’alternative économiquement plus attractive : Vendre les logements avec carte multi-mobilité incluse
  130. 130. Repenser Le besoin I 2.000 EUR dépenses annuelles Augm. Coûts +3% / an hors inflationConstruire en Passif, c’est rentable ! RT2005 : 110 kWh/m2  15 kWh/m2 Bâtiment Bâtiment de référence Passif Confort identique Superficie identique +21.600 euros 144.000 euros +15% 165.600 euros 120 m2 120 m2 1200 /m2 Amorti en 1380 €/m2 9 ans
  131. 131. Repenser le Besoin II Construire en Passif et compact , c’est + rentable ! Bâtiment Bâtiment de référence Passif Confort identique Superficie -8% +8.500 euros 144.000 euros +6% 152.000 euros 120 m2 -10 m2 110 m2 1200 /m2 -8% 1380 €/m2 Amorti en 5 ans2.000 EUR dépenses annuellesAugm. Coûts +3% / an hors inflationRT2005 : 110 kWh/m2  15 kWh/m2
  132. 132. Repenser le Besoin III Dans l’existant, c’est encore – cher et tout aussi rentable ! Bâtiment Bâtiment de référence Rénové Confort Amélioré Superficie identique Réduction des Amorti : 10 ans consommations : NPV : 17 k EUR +10.000 euros -40% TRI : 10%2.000 EUR dépenses annuellesAugm. Coûts +3% / an hors inflationNPV à 2% d’actualisationConso moyenne de départ : 210 kWh/m2
  133. 133. EntreprisesPasser progressivement du Produit au service  Allonger les garanties  Refaire de la qualité  Vendre l’usage plutôt que la possessionDévelopper progressivement puis consolider des activités à Balance carbonepositive Si impossible, intégrer le coût carbone de fabrication dans le prix de vente etfavoriser l’émergence de nouveaux modèles économiques et d’activitésinnovantes et locales dans les pays du nordSortir définitivement de l’économie de remplacement, des push offers pours’attaquer durablement au marché des PVD et des économies en transition Redécouvrir les métiers d’antan : réparer, assembler, allonger les durées de vieRepenser le lien au travail au regard de l’évolution web 2.0 & Génération YLes grands changements sont réalisés par des individus (conscients et volontaires) 133
  134. 134. QUEL PRIX pour le CO2 ? Comment financer latransition vers un mode post Carbone ? 134
  135. 135. Source : Bluenext,1 Tonne de CO2, ca coûte combien ? Caisse des dépôts et consignation L’évolution des prix de la tonne de CO2 sur les marchés d’échange EUA = EU ETS allowance Prix moyen 18 €/Tonne CO2 CER = CDM process Prix moyen 14 €/tonne CO2Les industriels soumis aux quotas d’émissions achètent et vendent des EUALes CDM (Mécanismes de Développement Propre – MDP en français) sont les certificats obtenus suite au développement de projets dans les PVD subventionnés par les pays industrialisés 135
  136. 136. Source : Bluenext, Et ce prix va augmenter ? Caisse des dépôts et consignation, Société Générale• Le marché réglementé (EUA) = price cap du marché volontaire (MDP et crédits de moindre qualité)• Perspectives d’évolution des prix : • Peakoil  hausse des prix des hydrocarbures sur le long terme • Paquet Energie-Climat de l’UE (20x20x20) • Réduction annuelle des quotas offerts gratuitement entre 2012 et 2020 • Mise aux enchères d’une partie des quotas sur la même périodeFourchette de prix futurs• 2008-2012 ………………………entre 25 et 37 EUR/Tonne CO2• 2013 – 2020……………………..entre 45 et 79 EUR/Tonne CO2• Si UE fait -30% en 2020………….de 55 à 94 EUR / Tonne CO2 136
  137. 137. Source : Citepa, Insee1 Tonne de CO2, ca RAPPORTE combien ?• PIB de la France 2007 : 1 780 000 Million Euro• Emissions de GES France 2007 : 531,1 Million Tonnes CO2éq.• VA crée par Tonne de CO2-éq émise: 3352 Euros• Prix moyen d’un projet de réduction 25 à 75 €• Prix Taxe Carbone 17 €• Soit 0,5% de la valeur ajoutée Source : Stern Review reviewed Combien pour « sauver » la planète ? (2009) ; Mc Kinsey 2009 Parole aux économistes • Stabiliser les concentrations de GES 2 à 3 % du PIB Mondial • Coûts de l’inaction : 20% du PIB mondial minimum • Coûts si on attend encore 10 ans avant d’agir x 5 pour les coûts et les pertes 137
  138. 138. Ratios PIB / GES dans le monde• France – Luxembourg : 3500 € / TCO2e• Europe : 2500 € / TCO2e• USA : 1500 € / TCO2e• Suède – Norvège – Suisse : 5000 €/TCO2e• Chine : 400 € / TCO2e• Reste du Monde : 500 € / TCO2e• Moyenne Mondiale : 800 € / TCO2e Et notre argent dans tout cela ? • Vigeo / WWF (2009) : le secteur bancaire & financier = 1er émetteur de GES en France • Comment investir au mieux ? Comment dépenser au mieux • Sarkozy : Bonne consommation / Mauvaise consommation 138
  139. 139. Ratios PIB / GES dans le monde• France – Luxembourg : 3500 € / TCO2e• Europe : 2500 € / TCO2e• USA : 1500 € / TCO2e• Suède – Norvège – Suisse : 5000 €/TCO2e• Chine : 400 € / TCO2e• Reste du Monde : 500 € / TCO2e• Moyenne Mondiale : 800 € / TCO2e Et notre argent dans tout cela ? 139
  140. 140. GREEN BUSINESS :qui / où / comment ? 140
  141. 141. Oùsont les Green business ?Grenelle : BCG évalue les emplois verts dans le cadre du Grenelle à 400 à600.000 unités.o la majorité de ces emplois sont temporaires (construction)  100.000pérennesCe dont on parle aujourd’hui : Green TechsoGreenEverythingo Recyclage – assainissement– déchetso Production d’énergie alternatives (Biométhanisation, algues, éolien)oDessalinisationoGreen-IT (ECO-TIC)o HQE, éco matériaux, …o Crédits Carbone, Stockage otrès sensibles à la santé de l’économie « traditionnelle » oUne partie de ses métiers sont « protégés »Les bulles à veniro Matières premièreso Produits Agricoleso Eau potable 141
  142. 142. Le Soir 14/12/2009 : Carbon impact of consumptionbehaviors
  143. 143. Oùsont les Green business ?Au delà du miroir aux alouettes :o La Technologie implique d’analyser les émissions de GES “cachées “ à laproductionEviter les raisonnements mono centrésoInvestissements vertsoComportements vertsoOrganisation verteoCulture VerteQuelques « secteurs » d’aveniro Relocalisation, diversification, intégrationo Economies d’énergie & de ressourceso Agriculture et foresterieo Métiers d’antan : Réparer, recycler, réutiliser,allonger, reproduireo Nouveaux business modèles dans l’économieclassique : LowCostLowCarbono Stratégie de la pénurie programmée 143
  144. 144. Croissance, décroissance, dé-carbonisation : Le trio infernal Chiffre d’affaires GES Croissance a-carbonée Croissance décarbonée Emissions réelles Réduction d’émissions Activité positive
  145. 145. La vision de Factor-X 7.Positive Carbone balance 4.Check-up 1. Innovation & créativité6.Transition 2. Financer 3. Carbone culture 5. Optimise
  146. 146. La Green Company de 2012, c’est la vôtre !Postulat : Il ne faut pas attendre des miracles de l’éco-preneurship dans les conditions économico-sociales actuelles Produit id ≠ Complément de id « Tourner les gamme boulons » : « verte », fermer optimiser les boucles Métier Nouveaux ≠ Nouveaux horizons, marchés verts, business service economy modèles 146
  147. 147. Exemple : Textile / mode Produit id ≠ Recyclage Eco-concevoir Chutes de id Efficacité énergétique des boutiques production en Fret Avion > bateau isolantMétier Vêtement consigné, ≠ Location de éco-concu et recyclé Collecte textile de garde robe maison Vendre de l’économie de chaleur 147
  148. 148. A vous la parole !Comment voyez-vous évoluer votre activité dans les 10 prochaines années ? Produit id ≠ Complément de id « Tourner les gamme boulons » : « verte », fermer optimiser les boucles Métier Nouveaux ≠ Nouveaux horizons, marchés verts, business service economy modèles 148
  149. 149. Taxe Carbone nationale et aux frontières Favoriser la dé-carbonisation de l’économie FRANCE 100 eur/tCO2 de taxe interne. Croît annuellement de 5 eur/tCO2-éq (ou 5%) par an Egalement imposée sur tous les produits d’importation Rétrocédée aux produits exportés (balance nulle) Interne +100 eur / tCO2eq Importation Exportation +100 eur / -100 eur / tCO2eq tCO2eqUtilise les mécanismes appliqués dans 149la Politique agricole commune (PAC)
  150. 150. Rendre son business positif 50 € vs 3.300 € / Ton CO2 : less than 2% < 3,5% Si l’on ne peut pas fondamentalement sortir du système actuel, il esttoujours temps de favoriser l’émergence de leaders durables en FRANCE: o Business positif : Créer de la valeur ET réduire les émissions de GES o2è dividende : Créer de l’emploi o3è dividende : Renforcer l’économie française en conversion vers le durable en version accélérée Contributeurs Taxe Carbone bis Bénéficiaires oBusiness drivé par la demande oRéduire les émissions de GES à bas coût oRéduction d’émissions de GES à l’unité très o INNOVER coûteuses & envie d’atteindre un objectif de o Produit/ service décarbonisation oModèle économique o la compensation « automatique » n’est pas trop o Fermer les boucles coûteuse pour le client final o Allonger les durées d’emploi o Coût transparent pour le do-er o Gains d’Image et de respectabilité o Probable gains de parts de marché 150
  151. 151. Exemple Producteur et vendeur de Vêtement (Mode) : contributeur oTourner les boulons : -30% (cobranding& sensibilisation,…) oMême métier , autre produit : -8% (Textile bio, éco concu) Potentiel de réduction d’émissions o Autres métiers, même produit : -25% (Recyclage, leasing, isolation, vêtement jetable) oAutres métiers, autres produits :0% oAutre business model : -300% Vêtement Positif - Hypothèses : Décroissance nette avec plan d’actions de 3% par an (-30% en 2020) Prix initial à 50 eur / t CO2é, indexé à +2% par an Simulation : 151
  152. 152. Fonctionnement LCPE End users €/unit product Company €/unit product x # Evaluate GhG units emissions + price estimatesPool of Independent Carbon Go – No go / Independent financialExperts body project body Selection & verification € / ton CO2 reduced Project Project Project 1 … n 152
  153. 153. Table des Matières1. Pourquoi le dirigeant doit se poser la question2. Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone®3. Comment organiser la démarche4. Critique de la démarche5. Echanges & questions complémentaires 153
  154. 154. Avantages• Transformer la contraintecarbone en opportunité – Optimisez le fonctionnement de votreentrepriseversunegestionéco- responsable – Un outild’aideà la décision et de prioritisation des actions - Identifier de nouveaux marchés, de nouveaux positionnements• Développerunestratégieclimatiqueconcrète – Faire des émissions de CO2 un indicateur pertinent pour vos tableaux de bord – Définirvotrestratégie de luttecontre le réchauffementclimatique• Communication &sensibilisation – Le Bilan Carbone® est un formidable outil de communication et de suivid’actions de sensibilisationauprès des parties prenantes 154
  155. 155. Avantages Socio-économiques•Relocalisation de l’économie•Défense de l’emploi Local mais attention on dépend decomportements amont et aval primordiaux•Permet d’envisager sereinement une reconversion pour lessecteurs en difficulté compétitive (le problème sera pris àtemps et géré sur le long terme)•Favorise l’économie verte, la compétitivité durable, le retourà une MO intensive, à l’innovation•Offre des opportunités de développement de nouveauxproduits & services vers une économie de la fonctionnalité,positive, pour tous. 155
  156. 156. Limites de la méthode • Mono-indicateur effet de serre A intégrer dans un tableau de bord Guides d’application,• Outil généraliste inadapté à ma outils spécifiquessituation• Inadapté pour l’étiquetage Carbone ACV, Norme ISO 1404xdes produits à des fins “commerciales”• Périmètre “flou” & non borné ; Démarche interne d’auto-Démarche volontaire ; pas de comparaison amélioration ;possible ; pas de maîtrise directe accompagnement• Mise à jour des facteurs d’émissions Veille ACV & autres; enrichissement BDD (+ Esprit critique) 156
  157. 157. Limites II•Méthode en recherche de reconnaissance à l’International(qques beaux succès)•Mobilisation interne : nombreux acteurs  portage fort•Excel  gare aux erreurs, double check , …•Licence d’utilisation  Formation en Belgique (L’ADEMEn’est plus contre…)•Ordres de grandeurs  Parfois difficile à Faire passer• Périmètres très large  Parfois difficile à comprendre àpriori 157
  158. 158. Bilan Carbone & environnement La Tonne de GES ne permet de vérifier 100% de la performance environnementale & encore moins de se positionner sur lesindicateurs sociaux ou économiques sans étude complémentaire Indicateur CO2 Autres Transports Consommation personnes et d’eau marchandises Traitement des eaux Matériaux entrants usées Energie directe et Protection indirecte biodiversité Changement usage sols Intégration paysagère Matériaux de construction Eutrophisation Déchets Acidification Immobilisations Travaux divers
  159. 159. Table des Matières1. Pourquoi le dirigeant doit se poser la question2. Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone®3. Comment organiser la démarche4. Critique de la démarche5. Echanges & questions complémentaires 159
  160. 160. Le instruments législatifs en vigueur Abandonnée Instruments de Kyoto (Cap & Trade, EU-ETS, CDM, JI)  EU-ETS élargi & renforcé (act. 11.000 installations – 50% du CO2) 3 x 20 de l’UE en 2020 p/r 1990  -20% de GES  + 20% d’efficacité énergétique  20% d’énergie renouvelable Taxe Carbone (Norvège, Suède) , France ? , UE ? Taxe Carbone aux frontières Amélioration de l’efficience énergétiques des bâtiments (Normes) Normes de rejet de CO2 des véhicules individuels (au km parcouru) Affichage environnemental des produits de consommation Mesures spécifiques dans certains pays (fiscalité environnementale) 160
  161. 161. Evolution du système d’échange des quotas d’émissions de gaz à effet de serre Avant 2012 À partir de 2012 A1 : émissions A2 : émissionsEmissions de CO2 en de CO2 en 2011 :moyennes de 2012 > à 2012 < à Allocation desCO2 sur la couverture couverture quotas CO2période 2004- 85% Gratuits2006 15% aux Hypothèse : la Compagnie A a couvert 100% enchères de ses émissions de 2004-2006 en pré- allocation Chaque compagnie recevra gratuitement 85% de ses émissions sur la période 2004-06 A1 : Elle doit acheter les émissions résiduelles Les 15% restant de chaque compagnie seront sur les marchés ou auprès d’organismes de regroupés et vendus aux enchères aux plus compensation accrédités par les nations unies offrants. Une compagnie pourra donc acheter ex-ante 161 A2 : elle est vendeuse d’un volume carbone plus de 100% de ses émissions 2004-2006 sur les marchés
  162. 162. Initiatives Nationaleso Suède: Taxe C depuis 1991. Env. 120 eur / tCO2 actuellement – essentiellementorientée ménages (consommation) ; entrperise 21% ; SEQE : 15%oFinlande : Taxe C 20 eur / TCO2 pour chauffage et transport (1997)oDannemark: Taxe C au taux modulé en fonction de l’intensité CO2 de l’énergieutilisée. Appliquée à tous, combustibles et électricitéoGrande Bretagne :o« Cap and Trade » Pour l’ensemble des acteurs économiques à partir de 2011 o EU-ETS oClimate change Levy (2001 – énergie des industries, commerces + secteur public) oClimate change Agreements oCarbonReductioncommitments (tout le monde)oCarbon Product Labelling : PAS 2050 : future Norme iso d’affichage carbonedes produits de grande consommationoAllemagne : Pas de véritable fiscalité environnementale. Peu de contraintespour sortir de l’électricité du charbon. Forte promotion des énergies renouvelablesmais réseau à risque en raison de l’intermittence.oPays-Bas, Belgique, France : Eco-Malus à l’achat d’une voiture polluanteoBelgique : Accord de Branche (énergie et de plus en plus CO2) 162
  163. 163. La Taxe Carboneo17 eur / tonne CO2o Applicable sur les combustibles & carburantso la consommation d’électricité est descopéeo Reportée à “plus tard” pour le momento Pas de perspective de croissance maîtrisée des coûts de la tonne CO2o Les principaux postes contributeurs oConsommations directe d’énergie fossile (chauffage, chaleur) o Transports de personnes et de fret possédés sur le Territoire national oTransport de marchandises sur le “sol français” o Achats de matières ayant été fabriquées en Franceo Evaluation du surcoût : oGasoil : 1000 l = 2,67 tCO2 = 45 euros o Essence : 1000 l = 2,4 tCO2 = 41 euros o Gaz naturel : 1000 kWh = 205 kg CO2 = 3,5 euros o Avion Paris – New York A/R : 1,5 TCO2 = 28 euros o Transport de marchandises : o1000 km en semi remorque : 987 kg CO2 = 17 euros o1000 T.km en semi remorque : 87 kg CO2 = 1,5 euros 163
  164. 164. Fiscalitéenvironnementale 164Source : alternatives économiques, mars 2010
  165. 165. Fiscalitéenvironnementale 165Source : alternatives économiques, mars 2010
  166. 166. Mécanisme de compensation Exemple de Projet : reforestation Entreprise, produit Contribution financière € Emissions évitées Émissions Émissions ↓ Émissions avant avant après projet 1 Crédits réductions carboneréductions Attribution de crédits carbone teqCO2 Émissions après projet 1REDUCTION EFFECTIVE REDUCTION ATTENDUE
  167. 167. Compensation ou réductions ?• Réduction d’abord et pour longtemps car – 1 tonnes éq. CO2 réduite l’est pour toujours – Que souvent elle correspond à une réduction de coût (direct ou indirect) – Sa valeur actualisée nette est donc très importante – Raisonner en coût global = faire de nombreuses réductions avant de songer à la compensation – Au-delà de toute discussion technique sur les projets de compensation : financièrement injustifié• Compensation parfois et plus tard - pour certains secteurs qui ne parviendront pas à réduire suffisamment - Inutile d’être Carbon Neutral via l’achat de certificats - Permet d’aider à atteindre une courbe de réduction d’émissions - Sélectionner le projet : Local ou PVD ? - S’assurer de la réduction d’émissions globales du projet (situation de référence) 167
  168. 168. Compensation ou réductions ? •Cost/benefit model in 2008 € Gives the financial return of Reducing vs offsetting for various reduction costs, lifetime of investment and costs of offsetting (initially and increase above inflation) Cost for 1 T CO2 offsetted during N years for various initial costs , inflation 3%, yearly cost increase : 5% during 8 years 0% after. Gives the financial return of Reducing vs offsetting for various reduction costs, lifetime of investment and costs of offsetting (initially and increase above inflation)Financial Efficiency ratio 40 €/ton reduction Initial offset costLifetime of reduction (years) 10 20 30 40 60 80 1 0,3 0,5 0,8 1,0 1,5 2,0 2 0,5 1,0 1,5 2,0 3,0 4,0 3 0,8 1,5 2,3 3,1 4,6 6,1 4 1,0 2,1 3,1 4,1 6,2 8,2 5 1,3 2,6 3,9 5,2 7,8 10,4 6 1,6 3,2 4,7 6,3 9,5 12,6 7 1,9 3,7 5,6 7,4 11,2 14,9 8 2,1 4,3 6,4 8,6 12,9 17,2 9 2,4 4,8 7,3 9,7 14,5 19,4 10 2,7 5,4 8,1 10,8 16,2 21,6 15 3,9 7,9 11,8 15,7 23,6 31,4 20 5,0 10,0 15,0 20,0 29,9 39,9 25 5,9 11,8 17,7 23,6 35,4 47,2
  169. 169. Conclusion• Le Bilan carbone est (beaucoup) plus qu’un diagnostic – Ce n’est pas que de la collecte de données dans Excel – Réflexion stratégique sur dpendance énergétique – Coûts directs et indirects – Opportunité unique de réfléchir transversalement à votre activité – Identifier les endroits où les plus grands gains peuvent être obtenus• Le Bilan Carbone c’est aussi une analyse – D’attractivité de votre entreprise et de son positionnement – De Risques financiers et environnementaux – Stratégique (SWOT environnement)• Le Carbone est un nouveau KPI environnemental, doit être intégré dans l’ensemble de vos réflexions stratégiques et de développement. 169
  170. 170. Contact 20, Rue du Château 6536 Thuin - BELGIUMFrederic.Chome@gmail.com Frédéric Chomé +32 (0) 474 701 832 www.theccgroup.eu Skype : fredchome Blog Demande à FredO : http://www.terra- economica.info/Demande-a- 170 FredO,608.html
  171. 171. AnnexeLes données à récolter pour un premier Bilan Carbone Simplifié
  172. 172. Energie & sources fixes Nature de l’énergie et consommation pour le chauffage, l’eauchaude sanitaire (ECS) Et ou fournisseur d’énergie électrique et consommations pourle chauffage, ECS et spécifique (hors chauffage et ECS) outous usage si impossibilité de distinguer les consommations Nature du ou des fluides pour la climatisation, quantités derecharges annuelles installées ou puissance frigorigène de(s)installation(s)
  173. 173. Transport MarchandisesFret interne Nature et consommations de carburants pour les véhicules detransport ou type de véhicules (PTAC) et distances parcouruesFret fournisseurs Poids des envois et distances parcourues
  174. 174. Déplacements personnesConcerne : domicile travail, professionnel, visiteursDomicile travail Distances parcourues par les agents quotidiennement (attention 2 A/Rsi retour au foyer le midi) et mode de déplacement (voiture, bus, …),nombre moyen de journées travailléesDéplacements professionnels Consommations de carburants par la flotte, distance parcourue par lesagents et élus avec leur propre véhicule (remboursements), distancesparcoures en train et en avion (destinations)
  175. 175. Matériaux et services Quantités en tonnes de matériaux (métaux, plastiques, verre,matériaux de construction, papier, cartons, produits chimiques,aliments) Dépenses annuelles pour les fournitures de bureau et consommables Dépenses annuelles pour la téléphonie, les services postaux, lamaintenance et l’entretien, l’achat de logiciels, …
  176. 176. Déchets Quantités en tonnes de déches selon la filière de traitement (mise endécharge avec ou sans méthanisation, incinération avec ou sansvalorisation énergétique, recyclage)
  177. 177. ImmobilisationsConcerne tous les biens faisant l’objet d’un amortissement (ouéquivalents loués)BâtimentsDurée d’amortissement, surface du bâtiment, usage et type destructure (béton ou métal) ou quantités de matériaux utilisés entonnesRoutes et parkingsDurée d’amortissement, surface et type de structure (ciment, semirigide, bitume)Matériel de bureautique et informatiqueDurée d’amortissement et nombre de machines (PC avec tubecathodique, PC avec écran plat, imprimante, télécopieur,photocopieur)Pour le reste des matériels durée d’amortissement et coût en k€Véhicules, machines et mobilierDurée d’amortissement et poids en tonnes (véhicules, machines etmobilier)
  178. 178. Utilisation et fin de vie des produits vendusConcerne uniquement les produits vendus dans l’année du BCPour chaque produitn, appliquer l’équation Nombre de produits vendus x Emissions d’utilisation tout au long de leur durée de vieLes émissions d’utilisation peuvent êtreConsommation d’énergie : électricité, chauffage, halocarbures,…Matériaux : Ciment pour une bétonneuseAliments : café & eau pour cafetière par exempleDéplacements liés : par exemple pour un bâtiment
  179. 179. Exemples de calculs C utiles 179
  180. 180. Emissions de GES & énergie renouvelableQuestions courantes Bilan Carbone de l’éolien Bilan Carbone du solaire photovoltaïque
  181. 181. Solaire Photovoltaïque (silicium) Energie Grise : 3 années de consommation pour rembourser sa fabrication (Toiture à Paris) Facteur d’émission moyen énergie économisée : 0,023 kgeqC/kWh Facteur d’émission moyen énergie de fabrication : Asie 0,199 kg eq.C/ kwh(Facteur 8) Monde 0,138 kg eq C/ kWh (Facteur 6) Europe 0,09 kg eq C/kWh (Facteur 4) Durée de remboursement carbone en années Fabrication Asie : 24 années Fabrication Monde : 18 années Fabrication Europe : 12 années Rendement global 10 m2 = 1000 kWh x 20 ans = 20.000 kWh produits Investissement = 1000 eur Teq CO2 2conomisées sur 20 ans = 1,7 Teq CO2 (sans amortissement) Prime = 15 cEUR / kWh = 3000 euros sur 20 ans Soit 3000 / 1,7 = 1764 eur / tCO2 économisée (sans amortissement)
  182. 182. EOLIENNE – CO2 en moins ?Quand l’éolienne tourne elle produit des kWh à 0 kg CO2/ kWhMais …Impossibilité d’avoir 100 % d’éolien (intermittence)Toujours besoin d’une source pour pallier le manque de vent (Gaz)Donc, Eolienne = des kWh qui réduisent le contenu en C moyen dukWh électrique français (car le Gaz qui règle le kWh marginal, tourne moinssouvent) 1 kWh France = 80 g CO2 1 kWh Gaz = 456 g CO2 1 kWh éolien = 25% x 0 + 75% x 456g = 342 g CO2 Gains : 446-342 = 114 g CO2 / Kwh éolien produit 182
  183. 183. Et la construction ?Pour la Fabriquer, (Vestas 3 MW) il fautFondations 300 m3 Béton 45 t AcierTour 105 au moyeu : 235 T acierPales 45 m fibre verre-epoxy : 18 tNacelle : 70 tRotor : 41 tTOTAL émissions de GES : 4.600 Tonnes CO2é6 années de fonctionnement pour rembourser ses émissions defabrication Aucune éolienne n’a encore réduit les émissions de GES en Belgique sion intègre le carbone gris 183
  184. 184. Gains CO2 ACVFabrication 4600 TCO2éUtilisation 1 an : 750 TCO2é économiséDurée de vie : 20 ansTOTAL économisé : 20 x 750 – 4600 = 10.400 TCO2/éolienne 3 MWMWh électrique produit6600x20 = 132.000 MWh€ Public reçu (Certificat vert): 90 € /MWh produit pendant 10 ans 90 x 132.000/2 = 5.940.000 €Ratios : 5,9 M€/10.400 = 568 € / T CO2 économiséPrix de marché de la T CO2 12 €Soit 46 x plus de subventions que si on laisse le marché opérerA 25 €/TCO2, encore 23 x plus 184
  185. 185. Emissions de GES & économie/transportsQuestions courantes Prime à la casse Fabrication voiture amortie en combien de temps sur le gain d’émissions de GES ? 15.000 km/an Différentiel de CO2 estimé : -60 g/km Soit 900 kg CO2 économisé /an Fabrication voiture : 5 500 kg CO2 Amorti en 5.500/900 = 6 à 7 ans d’utilisation (soit 90 à 105.000 km) prime de 1000 eur offerte pour tout véhicule émettant moins de 160 g CO2/km avec destruction de véhicule de plus de 10 ans d’âge Sur 3 ans : 2,7 t CO2  environ 370 eur / tCO2 économisée !
  186. 186. 186
  187. 187. Emissions de GES & transports en communQuel taux de remplissage dans un bus/tram pour être plus efficace que les voitures(en CO2) ?Autobus urbain : 1 kg CO2 / kmAutocar interurbain : 1,17 kg CO2 /kmVoiture (BC) : 0,253 kg CO2/kmVoiture neuve (140 gCO2 /km) : 0,203 kg CO2 / kmVoiture neuve bas C (100 g CO2/km) : 0,163 kg CO2 /kmTaux de remplissage des voitures : 2 (heure de pointe) ; 1,4 (moyenne)
  188. 188. Emissions de GES & BâtimentQuestions courantes Vaut-il mieux : -Urbaniser en périphérie ou bien densifier le centre ville ? - Rénover un quartier ancien ou le démolir pour le reconstruire - Aménager une parcelle A ou une parcelle B pour y installer des logements ? - Localiser une Zone d’activité proche des voies routières ou proche du centre de vie ? - Une maison quatre façades basse consommation ou un petit logement collectif en RT 2005 ? -Un bâtiment passif en pleine campagne est-ce environnementalement efficace ?
  189. 189. Emissions de GES & BâtimentCadre GénéralLe Bilan Carbone est un outil d’aide à la décision qui s’applique trèsbien aux problématiques d’urbanisme et d’aménagement du territoire :- Impacts Carbone de l’aménagement et de la construction(fabrication des matériaux, transport matières, énergie de chantier, …)- Impacts carbone d’Utilisation(Chauffage, électricité, déplacements,, …) Prendre les bonnes décisions sur les choix constructifs et les manièresde mettre à disposition des biens.Comparaison Avant / Après ProjetTest de différents scénarii d’aménagement, de choix constructifs , de normesénergétiques
  190. 190. Emissions de GES & BâtimentExemple : PRU de Boulogne sur Mer 750 Logements Détruits et reconstruits 120 logements Réhabilités 70 logements remodelés Nouvelles Voiries & parkings Dé-densification : Tour HLM  Petit collectif R+2 à R+7
  191. 191. Bilan Travaux PRULa construction loin en tête au niveau des émissionsLes VRD représentent un poste non négligeable à l’échelle du site
  192. 192. Bilan Travaux PRU : Par logementLa construction est 6 fois plus émettrice que la réhabilitation7 fois plus émettrice en réintégrant les VRD dans les logements neufs

×